Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Histoire économique en mouvement

 | 
Jean-Claude Daumas

Première partie. L'histoire économique en France aujourd'hui

L’histoire du commerce et de l’industrie à l’époque moderne : entre héritage assumé et pistes nouvelles1

Didier Terrier, Philippe Minard et Corine Maitte

Texte intégral

  • 1 La recension des travaux sur laquelle s’appuie cet essai ne prétend pas à l’exhaustivité ; de plus, (...)

1À l’époque où, sous l’impulsion conjuguée de Fernand Braudel et Ernest Labrousse, triomphait l’histoire économique et sociale, ces deux aspects d’un même binôme étaient au service d’une histoire globale ambitionnant d’expliquer comment le capitalisme s’était développé à l’échelle du monde entier, mais aussi comment « naissaient les révolutions ». Dans un monde où s’articulaient étroitement conjoncture et structures tandis que l’histoire sérielle des prix jouait un rôle décisif, il s’agissait de comprendre essentiellement :

  • les formes d’accumulation du capital afin d’expliquer les modalités de la croissance économique et les soubassements de la morphologie des sociétés ;

  • le fonctionnement du couple crise-croissance afin d’analyser les dynamiques à l’œuvre au sein de la civilisation matérielle.

2L’histoire était alors très naturellement fille de son temps : la crise des années 1930, puis l’onde d’expansion des Trente Glorieuses avaient tour à tour interpellé deux générations d’historiens de l’économique et du social qui, dans le sillage de ces deux chefs de file, exprimèrent avec conviction combien les conditions matérielles (économie, démographie) étaient le moteur du changement social. L’ouvrage de Jean-Claude Perrot sur Caen constitua, en quelque sorte, le point ultime de cette efflorescence. Consommations, échanges et productions, pesées sectorielles et globales des richesses, court terme et temps long du siècle : le lecteur pouvait observer la ville sous tous les angles sans rien ignorer de la vie des hommes.

3Ce type d’approche a dominé jusqu’aux années 1970, avant que l’histoire quantitative ne connaisse un net recul. Si la fécondité historiographique de ce schéma d’ensemble est patente, diverses contestations épistémologiques lui avaient été apportées, par les historiens anglo-saxons notamment. Que s’est-il passé ensuite, qui autorise le constat de quasi-décès porté par certains auteurs dans les années 1980-1990 ? Parmi les explications avancées, comment faire la part entre le succès d’une histoire culturelle, la remise en cause des modèles d’explication empruntés au marxisme ou les doutes suscités par des approches macroéconomiques appliquant au passé des agrégats analytiques anachroniques ? Le discrédit de la quantification et de la mesure chiffrée, au profit d’approches plus individualisées, au nom du supposé « retour de l’acteur », a également pu jouer.

  • 2 Voir notamment Minard P., « Les recherches récentes en histoire économique de la France : l’époque (...)
  • 3 Une synthèse comme celle rédigée par Terrier D., Histoire économique de la France d’Ancien Régime, (...)

4Reste que, dans les vingt-cinq dernières années, un certain nombre de déplacements se sont opérés et si, en proportion, le nombre des travaux n’est pas aussi élevé que dans d’autres secteurs de l’histoire moderne, la discipline a connu des développements notables : moins attractive, peut-être, l’histoire économique n’en a pas moins su innover et diffuser ses résultats2. Toutefois, à ce jour, l’éclatement des thématiques et des questionnements est manifeste au point que la tentative de dresser aujourd’hui un bilan historiographique de la recherche française en histoire économique de la période moderne tient nécessairement de la gageure. Paradoxalement, c’est aussi ce qui donne au projet sa pertinence : regrouper autour de quelques lignes de force le foisonnement des travaux qui ont été publiés récemment doit permettre de faire la part entre les avancées et les zones d’ombre, entre les questionnements parfois éculés et des démarches résolument novatrices3.

I. Reconsidérer les rapports au marché

5Les stimulations de l’économie liées aux consommations n’ont jamais été absentes des préoccupations des historiens. Est-il besoin de rappeler qu’ils se sont attachés à mettre à jour les liens existants entre les structures du quotidien et les jeux de l’échange, afin de mieux rendre compte de l’histoire des dominations et des dépendances à l’échelle mondiale ? Toutefois, moins qu’un déplacement du regard vers de nouveaux objets, ils ont pris des distances avec la manière d’envisager les consommations ou, plus largement, le fonctionnement du marché.

1. Culture matérielle et distribution des produits

  • 4 Roche D., Histoire des choses banales. Naissance de la consommation, XVIIe-XIXe siècles, Paris, Fay (...)

6Il a fallu rompre avec l’idée d’une hiérarchie des produits et d’une étanchéité de la circulation des marchandises qui avaient contribué à figer le débat. En cessant de privilégier les marchandises coûteuses et les voies maritimes trans-océaniques, les historiens sont donc allés au-delà de la perception des vibrations produites par le grand commerce international pour prêter l’oreille aux résonances provoquées par les achats ordinaires, les choses banales, loin des embruns et du rythme des marées4. C’est pourquoi les questionnements, là aussi, ont changé. C’est en ce sens que l’approche par les produits, initiée au demeurant par les historiens anglo-saxons et germaniques, s’est révélée féconde.

  • 5 Coquery N., L’hôtel aristocratique. Le marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Publications (...)
  • 6 Pour une mise en perspective très large, Grenier Y., L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’écha (...)

7Satisfaction des besoins primaires et quête du superflu font désormais l’objet d’une attention renouvelée. L’histoire de l’alimentation et de la mode, des besoins élémentaires et des vanités, des goûts et des attraits, n’a de sens que dans le rapport entre une histoire socioculturelle et une histoire économique attentive aux respirations du marché entendu dans son entier, aux modifications des comportements, à la diffusion des modèles de consommation, aux peurs alimentaires, le tout décliné à tous les étages de la société. Au sein de l’aristocratie, la consommation ostentatoire, à l’articluation du binôme mode-prestige, met en relation l’hôtel aristocratique parisien et les boutiques de luxe, agents efficaces du changement des habitudes5. Les petits riens destinés aux milieux populaires, par ailleurs, ne révèlent-ils pas combien le luxe n’est pas réservé aux riches dès lors que les bornes du nécessaire, sans cesse reculées, donnent de plus en plus de place au superflu6 ? Par ricochet, à l’articulation des tourbillons de la mode, de la mutation des goûts et de l’élévation du niveau de vie d’une partie des milieux modestes, c’est le statut des produits qui est désormais revisité.

  • 7 Radeff A., Du café dans le chaudron. Économie globale d’Ancien Régime, Suisse occidentale, Franche- (...)
  • 8 Un exemple, parmi d’autres : Lanoë C., La poudre et le fard. Une histoire des cosmétiques de la Ren (...)

8À l’évidence, c’est la mesure de l’innovation, de l’investissement, de l’adaptation continuelle aux attentes des consommateurs, de la prise de risque aussi, qui permet d’établir le lien entre la vie matérielle et l’activité économique. Cela permet de rendre compte du réel attrait pour l’étude de la généralisation des échanges jusque dans les contrées les plus reculées du continent européen, où denrées exotiques et produits les plus anodins contribuent à animer les lieux du commerce et à briser l’autarcie paysanne7. Cela permet aussi de comprendre l’attention portée dorénavant à des produits nouveaux, dont la culture, l’élevage ou la fabrication repose assez souvent sur un grand savoir-faire. Ils irriguent le marché entre luxe et première nécessité en étant toujours dotés d’un statut relativement souple8. Située à l’articulation entre les cultures et les capacités de consommation de chacun, l’entrée dans l’histoire économique par les produits rééquilibre en quelque sorte le rapport toujours complexe entre l’offre et la demande.

  • 9 Levi G., « Comportements, ressources, procès : avant la ‘révolution’ de la consommation », in Revel (...)

9Reste, à partir de là, à revenir sur les budgets afin d’identifier les seuils toujours mouvants de l’aisance et de la pauvreté. S’il est vrai que plus une famille est pauvre, plus grande est la part de ses dépenses totales qu’elle doit utiliser pour se procurer sa nourriture, les résultats rassemblés par Daniel Roche indiquent, au-delà, des variations plus complexes. À partir d’un certain seuil, les budgets familiaux enregistrent la manière dont la consommation varie en fonction des différents types de revenus qui les composent, et non de l’évolution du seul revenu global. Seconde conclusion : les comportements de consommation ne varient pas – ou pas seulement – en fonction de la variation du revenu absolu, mais plutôt en fonction de la variation du revenu relatif, c’est-à-dire par rapport aux autres familles9. On retrouve ici le regard et le comportement des autres qui pèsent sur celui de chacun. Au-delà des phénomènes de consommation et d’allocation des revenus, c’est donc la question même du marché, de ses contraintes et de ses représentations qui est en cause.

2. Historiciser les pratiques sociales de l’échange

10La question du ou des marchés est bien sûr au centre des interrogations concernant le fonctionnement de l’économie d’Ancien Régime. Bien des travaux ont analysé tel ou tel marché particulier, sous l’angle des aires d’approvisionnement et de chalandise, des milieux sociaux impliqués, des mécanismes de formation des prix. Mais s’agissant du principe de marché lui-même, on s’est longtemps contenté d’emprunter aux économistes le modèle qui fonde la théorie de l’équilibre général, sans trop se soucier de la pertinence de son application aux réalités anciennes. Or, les différents marchés que l’historien peut observer sont tous des marchés imparfaits au regard de ce modèle. Aussi les efforts se sont-ils portés, depuis quinze ans, sur la nécessité de mieux comprendre le fonctionnement des marchés anciens, ce qui a permis de mieux rendre raison d’attitudes, de pratiques, de représentations parfois jugées « irrationnelles » parce que non conformes aux préceptes libéraux.

  • 10 Kaplan S., Les ventres de Paris. Pouvoir et approvisionnement dans la France d’Ancien Régime, Paris (...)
  • 11 Martinat M., Le juste marché. Le système annonaire romain aux XVIe et XVIIe siècles, Rome, EFR, 200 (...)
  • 12 Aymard M., « La formalisation à l’épreuve de l’anachronisme : les historiens et le marché », in Gre (...)
  • 13 Bourginat N., Les grains du désordre, Paris, Éditions de l’EHESS, 2002.

11Ainsi, l’intervention publique sur les marchés urbains d’approvisionnement frumentaire : l’encadrement institutionnel, que ce soit par les pouvoirs municipaux ou par l’État lui-même, apparaît comme la réponse à tout un ensemble de contraintes techniques (distances, conservation des grains) et sociales (rigidité quantitative et qualitative des consommations), et plus largement à une responsabilité politique incontournable. Steven Kaplan a montré que face aux exigences d’une « économie morale » populaire qui veut que les autorités assurent un approvisionnement au « juste prix », les raisonnements libéraux ne pouvaient guère être autre chose qu’une abstraction impraticable10. En étudiant l’approvisionnement romain, Monica Martinat a montré par ailleurs l’importance de la permanence des catégories scolastiques dans les fonctionnements concrets des circuits de distribution des blés qui n’ont rien à voir avec la notion néoclassique de marché11. « La rationalité des institutions chargées d’encadrer cet approvisionnement urbain est donc parfaitement adaptée à un contexte qui est à la fois technique, économique, social, culturel et politique », conclut Maurice Aymard12. Cela explique qu’elles aient perduré jusqu’à la transformation radicale de ce « contexte », ainsi que le montre Nicolas Bourguinat pour le début du XIXe siècle13.

  • 14 Margairaz D., Foires et marchés dans la France préindustrielle, Paris, EHESS, 1988, p. 234.

12C’est la même perspective qui permet à Dominique Margairaz de réinterpréter la longue durée des foires et marchés en France. Dans l’historiographie, la cause semblait entendue : à la suite de Turgot (avec son article dans l’Encyclopédie), la foire était identifiée à l’archaïsme, aux privilèges et à la protection réglementaire de l’État royal. Or, loin de décliner au profit des marchés supposés plus attractifs, le nombre, la fréquence et la durée des foires augmentent entre 1780 et 1820. Par l’acculturation à de nouveaux comportements consommateurs comme par le drainage commercial qu’elle opère, celle-ci contribue à la pénétration de l’économie de marché dans les campagnes, même si la présence physique des marchandises sur la place marchande ne garantit nullement la formation d’un « juste prix » mythique14.

3. Marchés imparfaits, coûts de transaction et question de confiance

  • 15 Jeannin P., Change, crédit et circulation monétaire à Augsbourg au XVIe siècle, Paris, EHESS/Armand (...)
  • 16 Collectif, « Les réseaux de crédit en Europe, XVIe-XVIIIe siècles », Annales HSS, vol. 49, no 6, no (...)
  • 17 Fontaine L., L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, (...)

13Rompant avec le recours implicite à la théorie néoclassique, les analyses en termes de « coûts de transaction », inspirées de Douglass North, permettent d’internaliser les divers éléments du contexte dans lequel s’effectue l’activité économique. La théorie des coûts de transaction entend inclure tous les coûts induits par les nombreux obstacles à l’échange : transports onéreux faute d’investissement, impôts, prélèvements seigneuriaux et décimaux, inefficacité de la justice, manque d’information sur les biens disponibles et les prix, etc. Pareille conception permet, par exemple, de rendre compte du fait que les acteurs cherchent d’autres moyens que le recours judiciaire (long, coûteux, peu efficace) pour faire appliquer les contrats, ou bien que, faute d’information assez ample, ils traitent de préférence avec les mêmes partenaires, dont la fiabilité a déjà été éprouvée. La constitution de réseaux d’interconnaissance constitue donc un élément déterminant pour stabiliser l’échange : l’analyse des réseaux marchands est depuis longtemps une pierre angulaire des études sur le commerce, qu’on examine les circuits du change ou les multiples formes d’associations commerciales15. De même, les études récentes sur les réseaux du crédit soulignent le rôle de ces « chaînes » de confiance et d’interdépendance qui lient les praticiens16. Si l’étude des pratiques de prêt a suscité un tel intérêt depuis deux décennies, c’est que celles-ci mettent en jeu des mécanismes microéconomiques et des fonctionnements sociaux auxquels les historiens sont devenus plus attentifs. Le crédit repose sur la mobilisation d’une information de première main. Seule la disposition d’un réseau fiable autorise l’extension des transactions à des personnes qui se connaissent et auront le souci de maintenir leurs liens. La pérennité des affaires exige le contrôle constant de cette information et de ce savoir social. L’économie ne saurait donc se passer de la confiance. Bref, là encore, on s’éloigne du simple jeu de l’offre et de la demande et l’on ne saurait tout réduire au seul calcul comparé du prix de l’intérêt, comme l’a récemment montré Laurence Fontaine17.

  • 18 Stanziani A., « Information, institutions et temporalité. Quelques remarques critiques sur l’usage (...)
  • 19 Sur la critique de l’utilitarisme : Caillé A., Critique de la raison utilitaire, Paris, La Découver (...)

14Mais, si ces approches qui mettent en avant les phénomènes d’information et de confiance, de stabilisation des relations économiques par une institutionnalisation plus ou moins formalisée, n’ont plus à démontrer leur fécondité heuristique, le recours plus formalisé à la théorie néo-institutionnaliste pose bien des problèmes. La notion de « coûts de transaction » demeure une sorte de boîte noire : comment mesurer exactement les différences de coût ? En second lieu, la hauteur des coûts de transaction est généralement vue comme le signe d’une imperfection du marché : autrement dit, l’horizon demeure d’un hypothétique marché « parfait », dont la proximité ou l’éloignement sert d’étalonnage18. Le schéma théorique et implicite reste donc bien celui du calcul rationnel des coûts : on renonce par là à essayer de penser l’économie ancienne autrement qu’à travers l’utilitarisme, paradigme dominant des sciences sociales19.

  • 20 Minard P., « Les béquilles de la confiance dans le secteur textile au XVIIIe siècle », in Thuderoz (...)
  • 21 Hirsch J.-P., Les deux rêves du Commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise, 1760-1 (...)

15L’insatisfaction devant ces interprétations a conduit certains historiens à envisager d’autres clés de lecture, en faisant l’hypothèse que, bien sûr, l’échange ne peut se réduire au seul contrat marchand, mais aussi que le social et l’organisationnel ne peuvent non plus y être rapportés. Ainsi est-on conduit à mettre l’accent sur toutes les conditions sociales préalables, les normes, les règles tacitement acceptées qui constituent le cadre commun permettant l’échange : l’accord est rendu possible par un accord préalable (inaperçu et/ou objectivé) sur les formes de l’accord20. Bref, une convention préalable est requise. Jean-Pierre Hirsch l’exprime en d’autres termes : le marché a besoin « d’autres lois que ce qu’on désigne ordinairement sous le nom de lois du marché »21.

  • 22 Minard P., « Marché, normes et institutions en France et en Angleterre dans le ‘long XVIIIe siècle’ (...)
  • 23 Hirsch J.-P. et Minard P., « ‘Laissez-nous faire et protégez-nous beaucoup’ : pour une histoire des (...)

16On retrouve ici la préoccupation exprimée en son temps par Karl Polanyi d’une économie « encastrée » dans la société, réintégrant le social, le culturel, le mental, le psychologique, considérant les acteurs comme des personnes et pas seulement des individus. Le développement récent de la socioéconomie et l’acclimatation de certains concepts dérivés de l’économie des conventions débouchent ainsi, par exemple, sur une relecture des relations industrielles plus attentive aux attentes institutionnelles et réglementaires des praticiens du commerce22. On peut ainsi interpréter les normes de qualité inscrites dans les règlements colbertiens sur les fabrications textiles comme des standards propres à établir plus de confiance dans un monde de l’incertitude. Ces règles ne sont pas le fait du prince, mais la concrétisation d’un accord construit à un moment donné en vue de consolider l’échange23.

  • 24 Minard P., « Norme, istituzioni e regolazione dell’economia », art. cit. (n. 2).
  • 25 Perrot J.-C., Une histoire intellectuelle de l’économie politique, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, EHE (...)
  • 26 Clavero B., La grâce du don. Anthropologie catholique de l’économie moderne, Paris, Albin Michel, 1 (...)

17Cette nouvelle jeunesse de l’histoire du marché doit beaucoup aux croisements et relectures faits par les historiens économistes. D’une part, une attention plus grande portée aux travaux des sociologues et des économistes a permis d’ouvrir un dialogue fécond, même si les emprunts conceptuels doivent soigneusement être contrôlés dans leur mise en œuvre et leur application au matériau historique24. D’autre part, les historiens se sont récemment réappropriés, à l’invitation de Jean-Claude Perrot et de Jean-Yves Grenier, les textes théoriques de l’économie politique des XVIIe et XVIIIe siècles25. Non seulement a-t-on redécouvert les origines plus complexes de la pensée libérale du XVIIIe siècle, mais on a senti tout le bénéfice heuristique d’une confrontation entre notre propre perception de l’économie ancienne, et celle qu’en donnaient les contemporains (dont on sait par ailleurs combien les représentations ont pesé sur les attitudes et les politiques de leur temps)26.

II. Placer la circulation au cœur de l’économie

  • 27 Verley P., L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, 1997.

18En deux siècles et demi, l’économie occidentale se hisse à l’échelle du monde grâce à la croissance de la demande intérieure qui, à son tour, suscite une amélioration des circuits de commercialisation, une mobilité accrue des hommes et un renouveau des techniques de production. À rebours des explications du développement économique par l’offre et la révolution technicienne, c’est par l’intensité et la vitesse de la circulation des marchandises, des savoirs et des savoir-faire que l’on approche désormais le processus d’industrialisation27.

1. Circuits et réseaux

  • 28 Voir Le Bouëdec G., « Le cabotage sur la façade atlantique au XVIIIe siècle », in Woronoff D. (éd.) (...)
  • 29 Si la nécessité de connaître des filières d’acheminement des produits combinant plusieurs modes de (...)

19De toute évidence, ils constituent autant d’espaces définis par des pratiques. Une forte stabilité des approches de la dynamique commerciale a longtemps prévalu : les monographies très localisées par places de commerce (un port, une grande ville), types de produits (vins, céréales, tissus) ou en fonction des moyens de circulation foisonnent. Rares sont cependant les approches novatrices qui dépassent la simple mesure de flux ou rendent compréhensibles les asymétries de fonctionnement du marché. Rares sont également les approches qui permettent un décloisonnement des analyses et une compréhension des fonctionnements globaux. Toutefois, un renouvellement des approches s’est opéré et porte d’ores et déjà ses fruits. Il concerne tout d’abord l’analyse des circuits commerciaux, dorénavant saisis dans toute leur complexité. Ainsi, sur mer, la réhabilitation du cabotage par rapport au grand commerce passe, désormais, par une reconstitution d’opérations qui permet de retracer des itinéraires variés et non de simples flux28. La circulation « caboteuse » s’inscrit ainsi dans un système complexe d’échanges multiscalaires tout en constituant le segment maritime d’un transport plurimodal29.

  • 30 S’il prend appui, pour l’essentiel, sur les XIXe et XXe siècles, l’article de Lemercier C., « Analy (...)
  • 31 Gayot G., « La main invisible qui guidait les marchands aux foires de Leipzig : enquête sur un haut (...)
  • 32 Oliveira M. de, Les routes de l’argent. Réseaux et flux financiers de Paris à Hambourg (1789-1815),(...)

20Ce renouvellement concerne aussi tout ce qui a trait à la reconstitution, au fonctionnement et, le cas échéant, à l’efficience comparée des réseaux qui contribuent au succès (ou à l’échec) des solutions commerçantes30. Dans une étude qui attend désormais des prolongements, Gérard Gayot a ainsi montré qu’il était possible de reconstituer la circulation des produits manufacturiers à l’échelle de l’Europe continentale dans son entier en prenant appui sur les Adressbücher publiés annuellement à l’occasion des foires de Leipzig. Nom des marchands, localité d’origine, nom des produits : une enquête internationale pourrait, à partir de telles sources, dessiner les circuits du commerce et localiser plus avant les lieux de l’accumulation du capital comme un préalable au financement de la révolution mécanicienne31. Dans une perspective pas très éloignée, les mouvements privés et publics, officiels et officieux, légaux et illégaux de l’argent entre les principales places financières ont été décrits pour l’Europe du Nord-Ouest. Ils contribuent, eux aussi, à la constitution des circuits et des réseaux plus ou moins homogènes qui contribuent au développement économique32.

  • 33 Fontaine L., Histoire du colportage en Europe, Paris, Albin Michel, 1993.
  • 34 Fontaine L., « La gestion des appartenances dans les réseaux de marchands migrants : l’Europe moder (...)
  • 35 Pourchasse P., Le Commerce du Nord. Les échanges commerciaux entre la France et l’Europe septentrio (...)
  • 36 Béaur G., Bonin H. et Lemercier C. (éds), Fraude, contrefaçon et contrebande de l’Antiquité à nos j (...)
  • 37 Marzagalli S., Les boulevards de la fraude. Le négoce maritime et le Blocus continental, 1806-1813,(...)

21Mais c’est Laurence Fontaine qui, en la matière, avait ouvert la voie avec l’étude du colportage. Celui-ci recélait des configurations organisationnelles fort complexes fondées sur la migration et l’essaimage d’hommes liés par de fortes solidarités consenties ou subies33. En récidivant avec les réseaux de libraires actifs dans toute l’Europe au XVIIIe siècle, elle a montré combien ce modèle, moyennant des adaptations, était transposable dans bien d’autres activités34. Au demeurant, ce qui vaut aussi pour les produits non pondéreux et le commerce terrestre vaut pour les matières premières et le commerce par mer : le succès, ou tout simplement la survie, quand les temps sont difficiles, dépendent de la capacité des réseaux commerçants à quérir l’information autrement et à créer de nouveaux liens entre opérateurs afin de diminuer l’incertitude du négoce35. Enfin, fraude, contrebande et contrefaçon sont également, à leur manière, une façon de relever les défis économiques36. Les circuits commerciaux et les réseaux sur lesquels ils reposent sont toujours influencés par les conditions douanières et les dénivellations juridiques qui apparaissent comme une réponse diversifiée à la rigidité des institutions, des règlements et des monopoles ou bien encore à la nécessité de contourner les interdits en temps de guerre. C’est aussi une manière de questionner la libre entreprise, l’équilibre des marchés et l’inventivité dont les acteurs économiques font preuve37.

2. Pour une approche systémique des transports

  • 38 Woronoff D., Histoire de l’emballage du XVIIIe siècle à nos jours, disponible en ligne sur : <www.cilac.com/rokdownloads/documents/Etudes/DW_histoire%20_emballage.pdf>.

22La manière dont les produits destinés au marché intérieur sont transportés des lieux de production jusqu’aux lieux de consommation dans la France préindustrielle reste située, à bien des égards, dans une zone d’ombre. Mais que l’on puisse aujourd’hui tenter d’écrire une histoire de l’emballage qui plonge ses racines jusqu’aux années 1700 en dit long sur l’attention portée désormais aux conditions matérielles des transports et, d’une manière plus générale, à la circulation des marchandises au quotidien38.

  • 39 Woronoff D. (éd.), La circulation des marchandises…, op. cit. (n. 28), ou bien encore Conchon A., L (...)
  • 40 Lepetit B., Chemins de terre et voies d’eau, Paris, EHESS, 1984.
  • 41 Margairaz D., « Dénivellation des prix et inégalités de développement régional dans la France de 17 (...)
  • 42 Marchand P., Les Maîtres de poste et le transport public en France 1700-1850, Paris, Belin, 2006 et (...)

23Ce renouvellement des recherches sur les conditions matérielles des transports, qui concerne aussi les trajets et leur organisation, ou bien encore les moyens de transport, illustre un déplacement des curiosités depuis les années 197039. Dans l’Histoire économique et sociale de la France, c’était l’état des infrastructures, le volume des échanges ou l’organisation du négoce qui prévalaient40. Qui plus est, la rareté des études consacrées aux transports terrestres contrastait singulièrement avec le caractère prolifique des publications décrivant les conditions dans lesquelles s’effectuait alors le grand commerce maritime. En l’état, la contribution d’une hypothétique révolution des transports à la croissance dans l’économie préindustrielle puis au processus d’industrialisation reste cependant tributaire de travaux déjà anciens. L’appréciation des coûts repose sur des bases fragiles et les apports empiriques récents en la matière sont rares, notamment pour ce qui concerne les transports terrestres. Pourtant, le coût de ceux-ci constitue un des facteurs de la diversité des prix41. Bien sûr, les sources sont rares et éparses. Pourtant, déterminés en fonction du mode de transport, des trajets, de la distance, des produits, coûts fixes et coûts d’exploitation du « voiturage » des marchandises doivent être interrogés à nouveau. Il en va de même quant à la mobilisation du capital dans ce secteur essentiel à l’activité économique, à la structure et à la taille des entreprises, aux innovations techniques et organisationnelles. En un mot, les entreprises de roulage restent mal connues, voire ignorées. À l’autre bout de la chaîne, ceux qui déplacent des charges relativement faibles sur des courtes distances pullulent et contribuent eux aussi à innerver tous les circuits de distribution. Enfin, si le service postal, tout comme les déplacements intra-urbains, a également fait l’objet de travaux récents, il reste beaucoup à faire dans un secteur aussi segmenté pour rendre compte de l’évolution globale des transports42.

3. Les remues d’hommes dans l’Europe préindustrielle

  • 43 Se reporter, par exemple, à Gayot G. et Minard P. (éds), « Formation, emploi, migrations, les ouvri (...)
  • 44 Barjot D. et Faron O., Migrations, cycle de vie familial et marché du travail, Paris, Société de Dé (...)
  • 45 Jahan S. et Dion E., Le peuple de la forêt : nomadisme ouvrier et identités dans la France du Centr (...)
  • 46 Maitte C., Les chemins de verre…, op. cit. (n. 43).
  • 47 Ce qu’avait bien mis en valeur Fontaine L., Histoire du colportage…, op. cit. (n. 33).

24Elles ne sont pas une préoccupation nouvelle. Mobilités saisonnières, durables ou définitives ont retenu l’attention des chercheurs depuis longtemps, qu’il s’agisse de prendre en compte les déplacements courts au sein d’un seul et même bassin d’emploi, les trajets plus longs d’une province à une autre ou les mouvements transfrontaliers. Toutefois, les historiens de l’économie ont reformulé ce questionnement ancien en s’intéressant non plus seulement aux zones de départ ou d’arrivée, aux parcours ou aux rythmes de la migration, mais encore aux logiques des mobilités et à leurs incidences sur l’activité économique43. Pourquoi quitter son milieu de vie d’origine ? Qu’en est-il des rapports entre cycles de vie familial, socioprofessionnel et patrimonial44 ? Quels sont les réseaux qui permettent de se diriger avec pertinence ? Comment s’insère-t-on ailleurs, en fonction de quelles attentes et pour quels projets ? La réussite est-elle au rendez-vous et, dans l’affirmative, pour quelles raisons et en fonction de quelles modalités ? Comment caractériser les liens que l’on conserve avec sa communauté originelle et quelles sont, par ricochet, les incidences économiques de ces migrations sur les lieux pourvoyeurs de pieds poudreux en tous genres ? La reconstitution des circulations parfois volatiles et diffuses de ces marchands, imprimeurs, verriers, tisserands, maîtres de forge, bûcherons, charbonniers, colporteurs etc. permet parfois de (re)découvrir des activités et/ou des métiers souvent cachés dans le repli des sources45. Cette reconstitution des circulations engage également, de manière plus large, la question des stratégies économiques mises en œuvre par tous les acteurs, institutionnels ou non et, plus encore, celle du fonctionnement des filières, voire des réseaux qui, souvent, sous-tendent la migration. Mais bien des questions restent en suspens. Qu’en est-il, par exemple, de l’émigration non plus comme marqueur de dépression ou d’affaiblissement, selon les sentiers désormais abandonnés de l’interprétation historiographique « classique », mais, au contraire, d’enrichissement, de dynamisme pour le lieu d’origine46 ? Les liens avec la communauté d’où l’on vient sont complexes et s’évaluent en général à l’aune de plusieurs générations. Tant pour les négociants que les artisans, les types de mobilités s’entrecroisent, les risques de tensions entre les uns et les autres se multiplient et, faut-il le rappeler, choix de la mobilité et stratégies de la sédentarité se complètent plutôt qu'ils ne s'opposent47. Qui plus est, dans une histoire où le rôle des institutions locales, régionales ou étatiques nécessite toujours d’être pesé en se gardant d’être tout à la fois surévalué d’un côté, mésestimé de l’autre, les comparaisons s’imposent. Comparaisons entre activités différentes, mais aussi comparaisons entre migrants d’une même branche placés dans des contextes différents…

  • 48 C’est dans cette perspective que se situe le livre dirigé par Maitte C. et alii, Entreprises en mou (...)

25D’une façon générale, cette histoire-là, celle de quelques belles réussites, mais aussi celle des échecs ou des expériences qui se soldent par un bilan en demi-teinte, est encore fort peu connue : les trajectoires fort contrastées de ces sociétés ramifiées sont souvent le produit d’une collaboration sans histoire, et donc sans production d’archives. Bien souvent, seuls des récits de vie permettent de faire la lumière. C’est là un chantier prometteur parmi d’autres qui se situent dans la même veine, pourvu que l’on veuille interroger, d’un seul tenant, migrations de travail, pratiques entrepreneuriales, territoires économiques et diversité culturelle48.

4. La diffusion des pratiques inventives et innovantes

26Dans les économies préindustrielles, le savoir et le savoir-faire technique ont longtemps reposé sur l’accumulation et sur la consolidation de l’expérience. Aussi, pour mesurer l’ampleur de toute novation technique et faire la part entre la multiplication des petites améliorations et tout changement décisif au point d’introduire une rupture, l’accent est mis, de plus en plus, sur la description et la périodisation des gestes, des outillages, des procédés, des cultures à l’œuvre dans l’agriculture, la fabrique ou la manufacture, ou bien encore le négoce. Bien des chercheurs ont ainsi pris soin de construire ce préalable en se situant en amont des formes de modernisation du travail, puisque c’est à cette condition seulement que l’on peut voir comment, dans un monde de la stabilité, de la défense des normes acquises et de la garantie de la qualité, la novation est transgression.

  • 49 Sans multiplier ici les nombreuses références, voir par exemple Merger M. (éd.), Les transferts tec (...)
  • 50 On trouvera, par exemple, à propos de la diffusion de la culture technique et du passage progressif (...)

27Ce préalable étant posé, une partie des travaux récents dans ce domaine se sont attachés à redessiner les chemins de la nouveauté. La diffusion des techniques n’est ni simple, ni forcément rapide, ni univoque49. S’agissant plus particulièrement du problème de la révolution mécanicienne, de nouvelles démarches ont ainsi été proposées. Car, bien loin des figures héroïques de la Révolution industrielle, de nombreuses transformations dans les techniques de production sont, sinon invisibles, du moins fort souvent à mi-chemin entre l’équilibre et la rupture. Aussi, dans un monde de « l’outil parfait, manié à la perfection » (P. Chaunu), ce sont souvent les mêmes savoirs et savoir-faire qui sont sollicités entre productions similaires. Artisans et ouvriers fabriquent, réparent, aménagent, transforment une partie de leur outillage pour l’adapter à leur nouvelle manière de faire, fabriquer de nouveaux produits, améliorer leur efficacité. La rationalisation du travail, de son côté, transforme en autant d’atouts la répétitivité du geste et la division des tâches quand il s’agit de gagner en productivité pour abaisser les coûts de production, multiplier les quantités produites ou tout bonnement simplifier le geste. Avancées tâtonnantes dans des démarches empiriques où les erreurs et les oublis foisonnent, processus d’emprunt et d’adaptation technique dans un monde où, petit à petit, les métiers se décloisonnent, décantation progressive d’un savoir savant qui, d’abord lentement puis de plus en plus rapidement, ne cesse de progresser : le changement technique est fort complexe, souvent discontinu, toujours imprévisible50.

  • 51 L’ouvrage de Chassagne S., Le coton et ses patrons, 1760-1840, Paris, EHESS, 1991, reste en la mati (...)
  • 52 Cf. André L., Machines à papier. Innovation et transformations de l’industrie papetière en France, (...)
  • 53 Voir le dossier coordonné par Pérez L., « Minorités et circulations techniques du Moyen Âge à l’épo (...)
  • 54 Ainsi, si l’Angleterre a été pourvoyeuse de techniques nouvelles pour le continent au XVIIIe siècle (...)
  • 55 Vérin H., La gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du XVIe siècle au XVIIIe siècle, Paris (...)
  • 56 Hilaire-Perez L., L’invention technique au Siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000 et du mêm (...)

28Le renouvellement historiographique a pris, dans ce domaine, une réelle ampleur lors des deux dernières décennies. Il a emprunté, pour ce faire, plusieurs chemins. Celui de la diffusion de l’innovation, tout d’abord. La manière dont s’est modernisée l’industrie cotonnière en France prend figure de cas d’école51. Avec des caractéristiques et des cheminements différents, ceci se vérifie pour quantité d’autres produits52. Mais cette modernisation n’a rien d’automatique : elle suppose un intense effort collectif dans des entreprises profondément renouvelées et exige que soient surmontés de nombreux obstacles techniques. Elle s’inscrit par ailleurs dans un cadre européen qui, minorant dorénavant le modèle diffusionniste et le rôle de la mobilité des minorités53, discutant l’univocité des circuits et la vision homogénéisatrice d’espaces économiques hiérarchisés54, met dorénavant l’accent sur l’« européanité » d’échanges techniques en fait fort complexes. Les multiples intermédiaires sont autant de « passeurs » qui comparent, transposent et « traduisent » les techniques. Autre chemin : celui des inventeurs et des politiques de l’invention, tant il est vrai que l’on mise sur le progrès mécanicien, la science de l’ingénieur et les vertus de la recherche. À partir des privilèges d’invention, des récompenses et des encouragements accordés aux inventeurs en France et en Angleterre au XVIIIe siècle, une relecture de la rencontre des sciences et des techniques a donc été proposée et mise en perspective dans le cadre des politiques de l’invention propres à chaque État55. L’on est alors passé d’une histoire de la diffusion des procédés nouveaux à celle des cheminements à partir desquels s’élabore la revendication de l’invention d’une part, la sacralisation des inventeurs d’autre part56.

  • 57 Coquery N., Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle. Luxe et demi-luxe, Paris, CTHS, 2011.
  • 58 Bottin J., « Signature, marque, souscription. Validation et identification des documents commerciau (...)

29La question des savoir-faire commerciaux et, plus largement, des pratiques de gestion reste, quant à elle, un point relativement obscur de l’historiographie. Fréquemment posée en termes d’avance et de retard dans une perspective internationale (avance des Italiens et des Hollandais plus tard, retard des Français), elle s’inscrit aussi dans le cadre d’une spatialisation plus restreinte, régionale ou interrégionale et oppose acteurs des métropoles et ceux des petites villes ou des bourgs. Or, l’un des travers actuels consiste, pour ne pas avoir à examiner la question d’un point de vue technique, à se retrancher derrière d’autres approches, plus « sociologiques ». Deux questions majeures ne sont en général abordées qu’à la marge : d’une part les paiements, en particulier l’usage du change, d’autre part les outils de gestion, comptabilité et correspondances notamment. Sur le premier point, il y a plutôt recul chez les historiens par rapport aux années 1960-1970. Sur le second point, beaucoup reste à faire, même si des travaux commencent à voir le jour (citons, entre autres, les travaux de Natacha Coquery qui mettent la boutique parisienne « en chiffres » en analysant notamment la manière de tenir les livres de compte57). S’il faut attribuer pour partie cette lacune à la pauvreté des sources d’entreprise pour les XVIe et XVIIe siècles, nul doute qu’il faille aussi incriminer, en la circonstance, l’absence d’une formation de base sur ces questions très techniques lors du cursus universitaire. En l’état, cela conduit à une sous-utilisation évidente des bases de données et à une absence d’effort collectif quand il s’agit d’évaluer, par exemple, la diffusion de l’usage du change intérieur ou de la comptabilité en partie double dans la longue durée58.

III. Les origines diffuses du développement économique

30La voie britannique de l’industrialisation n’est pas la seule et il y a des alternatives au capitalisme débridé « à l’anglaise ». D’autres modèles de développement existent, qui passent par la multiplication des activités dispersées à domicile, l’adaptation constante au marché sans arrachement brutal au milieu rural, ni de remise en cause fondamentale des manières de produire, ou bien encore sans dégradation radicale (quoique bien réelle) de la majorité des milieux de vie.

1. De la pluriactivité et des petits métiers à la révolution industrieuse

31Dans un monde plein où le caractère inégalitaire du régime de l’exploitation foncière et la modestie des revenus issus de nombreuses activités étaient patents, la prise en compte des ressources d’appoint n’a jamais été ignorée. Mais là encore, le regard s’est modifié.

  • 59 Terrier D., Les deux âges de la proto-industrialisation. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Qu (...)
  • 60 Belmont A., Des ateliers aux villages. Les artisans ruraux en Dauphiné sous l’Ancien Régime, Grenob (...)

32Tant à la ville qu’à la campagne, cerner les effectifs de la population active dans toutes ses composantes n’est pas chose simple, pour des raisons multiples qui tiennent essentiellement aux sources. Dans ces conditions, s’il ne faut pas renoncer à toute pesée globale de la population active, mieux vaut spécifier la nature des tâches, cartographier l’essaimage des activités, suivre les modifications des grands équilibres familiaux en liaison avec la croissance manufacturière et l’appel à de nouvelles mains-d’œuvre. Par exemple, sans nier combien la proto-industrialisation apparaît fort souvent comme une providence pour des populations en voie de paupérisation, les chercheurs ont été conduits à réévaluer les stratégies suivies par les uns et les autres sur le marché de l’emploi et à ne plus se satisfaire de l’idée d’une population paysanne soumise exclusivement au bon vouloir des marchands-fabricants59. Il leur a fallu aussi mesurer la diffusion de la pluriactivité à l’aune de la petite entreprise rurale triomphante par l’association d’un système agropastoral et d’une activité artisanale ou marchande toujours différente selon le milieu de vie, en plaine, dans les montagnes, sur les littoraux, en ville, à la campagne etc. C’est dans cette perspective qu’il faut situer la prise en compte du petit artisanat rural, trop peu étudié jusqu’à un passé très récent60.

  • 61 L’historiographie américaine sur le travail féminin est particulièrement riche, conformément à la p (...)
  • 62 Milliot V., Les cris de Paris ou le peuple travesti. Les représentations des petits métiers parisie (...)

33De fait, les historiens ont aussi regardé sous un jour nouveau l’insertion des femmes et des enfants dans la sphère productive ou marchande. Si, à bien des égards, leur place dans le monde du travail ne cesse de parcourir l’historiographie française depuis trois ou quatre décennies, rares sont cependant les travaux d’origine française qui, à quelques exceptions notables, mettent l’accent sur celle-ci au premier chef, a fortiori de manière exclusive61. Longtemps, en effet, le travail des femmes et des enfants s’est situé en creux dans la description de l’organisation du travail, des formes de complémentarité familiale et autres62. Toutefois, rappelons que le travail pétrit uniment les corps et oppose, hommes et femmes confondus, ceux qui blanchissent sous le harnais par opposition à ceux qui ignorent les efforts répétés et intenses. Inversement, si les femmes qui s’adonnent à des travaux de force sont nombreuses, bien des hommes s’adonnent à des activités exigeant seulement patience et dextérité, car ils n’ont pas ou plus assez de force pour s’employer à des travaux plus lourds. Enfin, il arrive tout simplement qu’hommes et femmes effectuent des tâches identiques au moins une partie de l’année dans le cadre de la pluriactivité.

  • 63 Idem, p. 23-50.
  • 64 Crowston C. H., Fabricating women : The Seamstresses of Old Regime France, 1674-1791, Ithaca, Corne (...)

34Cependant, s’il n’est donc pas systématique, le dimorphisme sexuel prévaut assez souvent, et il est patent dans les représentations du travail, comme l’a montré Vincent Millot à propos des Cris de Paris63. Nul doute que la représentation que l’on se fait de cette répartition genrée du travail ne redouble et accentue le cas échéant ce dimorphisme. Au demeurant, il est rare que les hommes acceptent une intrusion des femmes dans les métiers les plus qualifiés64.

  • 65 Chassagne S., « Le travail des enfants aux XVIIIe et XIXe siècles », in Becchi E. et Julia D. (éds) (...)
  • 66 Vries J. (de), The industrious Revolution. Consumer Behavior and the household economy, 1650 to the (...)
  • 67 Ce qui n’est pas la thèse de De Vries. Voir le compte rendu critique de Grenier J.-Y., « Travailler (...)

35Aujourd’hui, on connaît donc beaucoup mieux le rôle des femmes, tout comme celui des enfants dans certains cas65. La « révolution industrieuse » théorisée par Jan de Vries passerait par l’extension du travail à tous les membres de la famille, femmes et enfants accédant, par-delà les tâches domestiques, aux emplois rémunérés66. Si tel est le cas, cela signifie que l’accroissement du labeur à la ville (mais aussi à la campagne, via l’extension du travail proto-industriel, notamment), constitue, au XVIIIe siècle, voire au-delà, une réponse à une baisse fréquente des salaires réels plus encore qu’à la volonté manifeste d’un désir de consommation, d’accession à la possession de nouveaux biens matériels67.

2. Processus de territorialisation

  • 68 Il est difficile d’être exhaustif à ce sujet. Citons, par ordre de publication, quelques travaux pa (...)

36Les débats sur la proto-industrialisation, au cours des années 1980, n’ont pas manqué de mettre au cœur de la réflexion historienne tout ce qui avait pu se nouer, au sein des manufactures notamment, à l’articulation des rapports sociaux et des espaces productifs. Les catégories traditionnelles, comme la région, la ville, la campagne, n’offraient plus un cadre pertinent pour rendre compte de tous les mécanismes de la croissance, puis du développement économique tandis que, très vite, la notion d’espace s’est avérée trop lâche pour traduire le degré de cohésion spatiale atteint par des systèmes productifs. C’est pourquoi, au carrefour des enseignements de la géographie et de l’éthologie, la notion de territoire a été progressivement construite pour caractériser, dans un premier temps, les organisations manufacturières englobant formes concentrées et dispersées de la production, à la ville et aux champs. L’affirmation des pratiques mercantilistes et l’engouement dont ont bénéficié, sur les marchés internationaux, les produits marqués ont fonctionné comme des signes de reconnaissance possibles de territoires manufacturiers. Dotés d’un encadrement institutionnel fort, dirigés directement (verlagssystem) ou indirectement (kaufsystem) par des marchands-fabricants, ces territoires de la laine, du lin, de la soie, d’autres produits encore, ont été cartographiés et caractérisés selon leur degré de cohésion68.

37Trois écueils n’ont cependant pas toujours été évités :

  • on a parfois parlé de territoires pour des aires productives où, faute d’une véritable appropriation des espaces, d’une réelle intensité de travail et d’une inscription significative dans la durée, cela n’avait pas lieu d’être ;

  • l’arrivée, via l’Italie, du district marshallien a parfois engagé des confusions notionnelles là où, dans tous les cas, il n’était après tout question que de dynamiques spatiales engageant des relations de pouvoir et des sentiments d’appartenance dans la durée ;

  • on n’a pas suffisamment pris en compte le caractère mouvant des territoires, notamment quand il leur arrive de passer les frontières.

  • 69 Arnoux M. et Bottin J., « Autour de Rouen et Paris : modalités d’intégration d’un espace drapier (X (...)
  • 70 Garner G., « Territoire et espace dans la théorie économique en Allemagne, 1750-1820 », Revue d’His (...)

38Aujourd’hui, pour comprendre la dynamique territoriale dans laquelle les acteurs économiques s’inscrivent, la prise en compte de leur perception propre du cadre spatial dans lequel ils se meuvent est indispensable. Placée à l’articulation de la construction d’un espace personnel, irréductible à tout autre, et d’une identité spatiale collective qui prend la forme d’un ensemble de discours, de représentations et de pratiques normatives du bon usage de son espace par un groupe donné, l’analyse de cette perception est essentielle. C’est donc à la condition expresse de confronter les stratégies individuelles et les appartenances collectives que l’on peut saisir les ressorts endogènes des systèmes productifs territorialisés. Plus largement, si le territoire s’est imposé comme une unité cruciale pour l’analyse des stratégies d’acteurs dans l’espace industriel, il importe de renouer le dialogue entre micro et macroéconomie, l’une traitant du comportement de l’individu dans sa relation au monde, l’autre globalisant et agrégeant les comportements de chacun. Dans cette perspective, le territoire serait un entre-deux, une solution mésoéconomique à partir de laquelle il conviendrait de réinterroger les modes de coordination et les combinaisons multiples entre les différentes échelles de l’histoire économique. Marier le global et le local : le territoire, la territorialité, la territorialisation ont encore de beaux jours devant eux pourvu que l’on sache saisir ensemble tous les déterminants spatiaux du capitalisme. D’ailleurs, certaines tentatives, comme celles de Mathieu Arnoux et Jacques Bottin pour l’espace normand aux XVIe et XVIIe siècles d’une part, ou celle de Gérard Chastagnaret et Olivier Raveux d’autre part, vont en ce sens69. Il en est de même quand il s’agit d’aborder, comme Guillaume Garner à propos des sciences camérales, cette question par le biais de la représentation de l’espace dans le discours économique70.

3. La multiplication des modèles alternatifs du développement

  • 71 Béaur G., Minard P., Laclau A. (éds), Atlas de la Révolution française, t. 10, Paris, EHESS, 1997, (...)
  • 72 Olivier J.-M., Des clous, des horloges et des lunettes…, op. cit. (n. 50), et Maitte C., La trame i (...)
  • 73 Chanut J.-M., Heffer J., Mairesse J., Postel-Vinay G., L’industrie française au milieu du XIXe sièc (...)

39Dans un premier temps, la théorie de la proto-industrialisation a conduit à repenser totalement les voies diverses de l’industrialisation à partir d’études portant majoritairement sur un secteur d’activité, le textile. Dans tous les cas de figure, qualité du produit, flexibilité d’une main-d’œuvre peu coûteuse et art du négoce permettent dans ce secteur de rejeter tout déterminisme technologique. Par extension, la voie française de l’industrialisation repose « sur la sécurité plus que sur le risque et l’aventure, sur la cohésion nationale plus que sur l’individualisme, sur la préférence accordée à la reproduction plus qu’à la production, sur la recherche d’un système social et d’une construction politique bien plus que sur la poursuite de la performance économique »71. Dans un second temps, l’accent a été mis sur des modèles de croissance encore plus diffus, indépendants de toute ville-centre donneuse d’ordre et respectueuse des grands équilibres économiques et sociaux. En milieu montagnard, dans le Jura plus précisément, la fabrication des clous puis des horloges permet, grâce à l’accumulation de petits progrès plus ingénieux les uns que les autres, une industrialisation douce, totalement complémentaire d’une économie domestique pastorale sans urbanisation massive d’une part, sans arrachement à la montagne d’autre part. Loin des modèles conçus à l’aune des grandes régions textiles, il s’agit dorénavant d’explorer les voies de l’industrialisation qui ne rompent pas les équilibres anciens en cessant de donner à la concentration et à la mécanisation un caractère impérieux. Ailleurs, les voies de l’industrialisation passent parfois par de continuelles remises en question, comme dans ces districts italiens où innovation et tradition se conjuguent au sein de microterritoires où l’on ne cesse d’épouser, au prix de mille ruses comme autant d’alternatives à la production de masse, le caractère sans cesse mouvant des marchés72. La concentration et la mécanisation ne sont pas le seul et unique chemin du développement tandis qu’il ne faut pas juger du développement économique en fonction d’un « prétendu » modèle britannique guère transposable. D’ailleurs, n’y a-t-il pas, en France, une diminution de la concentration ouvrière et un sursaut de l’énergie hydraulique au milieu du XIXe siècle73 ?.

4. Industrialisation et environnement

  • 74 Guillerme A., La naissance de l’industrie à Paris. Entre sueurs et vapeurs : 1780-1830, Seyssel, Ch (...)

40À partir de l’exemple parisien entre 1780 et 1830, André Guillerme a montré l’importance du « biotope » sur un développement industriel articulé au dynamisme de l’artisanat74. Toute une économie de la récupération et de la putréfaction participe alors d’un développement endogène qui repose sur deux révolutions techniques. Des procédés de fermentation organique maîtrisés permettent de transformer les résidus urbains (salpêtre, os, chiffons, cendres, ferrailles, verreries) en sous-produits de l’artisanat et de l’industrie à destination de la chapellerie, des différents artisanats du cuir ou de la métallurgie non ferreuse. Puis, dans un second temps, la chimie se substitue aux procédés empiriques. On passe alors des méthodes fermentescibles organiques lentes à des procédés de décomposition rapides et agressifs. Cette étude met ainsi résolument l’accent sur la production de sous-produits dont on a ignoré trop souvent combien ils jouent un rôle essentiel dans l’artisanat et l’industrie tout en occupant des milliers d’ouvriers ; elle dessine une histoire de l’environnement par l’étude de l’impact des différentes méthodes de fabrication sur le milieu, ici la ville en l’occurrence.

  • 75 Le Roux T., Le laboratoire des pollutions industrielles, Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 201 (...)

41Paris, comme beaucoup d’autres lieux de l’industrialisation, est donc la scène de bouleversements qui, dès le début de l’industrialisation, remettent en cause les relations des hommes à leur environnement. À partir de l’étude des pollutions nouvelles dont les hommes font alors l’expérience dans les milieux gagnés par l’industrialisation, on se tourne ainsi aujourd’hui vers une histoire totale du milieu urbain non plus tournée vers les entrepreneurs ou les classes laborieuses et dangereuses, mais vers la lente et difficile adaptation de la ville aux risques de l’industrie et de la technique. Dans cette approche novatrice de la modernité manufacturière, où les nuisances découlent du progrès, la ville est vue désormais comme le laboratoire d’une légitimation renouvelée des pollutions, ou bien encore le lieu de prédilection d’une chaîne systémique des accidents industriels où sont imbriqués politiques de régulation, secours et soins, assurances et indemnisation. Par extension, les conséquences de l’environnement sur la santé des hommes et, d’une manière générale, sur leur bien-être sont mises au goût du jour en liaison avec, entre autres, la question récurrente du coût humain de la croissance75. L’enjeu est de taille : derrière l’affirmation de thèmes en résonance avec des questions très contemporaines et les ponts jetés vers d’autres disciplines (la biogéographie, la sociologie, l’écotoxicologie), c’est toute la question du développement économique qui est reformulée à l’aune de la qualité de la vie.

IV. Autour du monde du travail

  • 76 Castel R., Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995

42Les représentations historiennes du monde ouvrier ont considérablement évolué, à tel point que le singulier n’est plus de mise dans un univers du travail loin d’être unifié par des pratiques, des coutumes, des droits et, encore moins, un langage commun. Bien au contraire, c’est l’enchevêtrement et la diversité des conditions de ces ouvriers et ouvrières de la ville et de la campagne qui prévalent. Aujourd’hui, profitant de l’onde de choc produite par la décomposition/recomposition de la société salariale, tout ce qui touche à cette civilisation du travail et à ses acteurs est remis au goût du jour. Il n’est toutefois pas indifférent de constater que l’ouvrage qui, en abordant ces questions en longue durée, a connu le plus grand retentissement auprès du public averti ces dernières années émane d’un… sociologue de formation76.

1. « Les ouvriers les plus remuants » et les autres

  • 77 Gayot G., Les draps de Sedan, op. cit. (n. 68).
  • 78 Nicolas J., La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, (...)

43Même si Gérard Gayot n’a pas eu le temps d’écrire le bel ouvrage qu’il ambitionnait de faire sur « Les tondeurs de draps en Europe de la fin du XVIIe au début du XIXe siècle », il a néanmoins contribué à renouveler les études sur les ouvriers qualifiés et sur la protestation ouvrière, champs réouverts de l’historiographie, loin de l’histoire téléologique du mouvement ouvrier77. En atteste, depuis lors, le travail de Jean Nicolas, les travaux de François Jarrige, de L.-N. Rosenband aussi. Au cœur des problématiques nouvelles, le contrôle du marché du travail, l’acceptation des innovations techniques, les conflits individuels du travail passés au filtre de la justice prud’homale ou bien encore la solidité des liens forgés autour du travail et du voisinage : tout un champ est ainsi (ré)ouvert78.

  • 79 Terrier D., Les deux âges…, op. cit. (n. 59).
  • 80 Crowston C., « Le travail féminin… », art. cit. (n. 61).
  • 81 Godineau D., Citoyennes tricoteuses, les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution Française, (...)

44Mais au-delà de ces « ouvriers les plus remuants », il faut regarder les milieux laborieux sans fard, car il s’agit majoritairement de travailleurs pauvres gagnés par la résignation et le mutisme79. Et regarder les femmes, les enfants tout autant que les hommes. Les chercheurs anglo-saxons ont montré le chemin80. D’aucuns leur empruntent maintenant le pas, que ce soit dans le cadre d’une étude qui déborde du travail pour restituer, par exemple, la parole des femmes en Révolution ou bien alors de manière très spécifique, en donnant du sens à des documents rares, susceptibles de donner à voir le quotidien des plus humbles81.

2. Travailler à corps perdu

  • 82 Voir Gayot G., Les draps de Sedan, op. cit. (n. 68), chap. V, ou encore « Les gestes, les mots et l (...)
  • 83 Dans Corbin A., Courtine J.-J., Vigarello G. (éds), Histoire du corps, vol. 1, De la Renaissance au (...)
  • 84 Dans sa thèse sur Les chantiers du roi. La fortification du « pré carré » sous le règne de Louis XI (...)
  • 85 Pour ce qui précède, voir Maitte C., Woronoff D., « Les mondes ouvriers », in Oliveira M. de, Maitt (...)

45Autre thématique forte, les gestes associés à l’organisation matérielle et spatiale du travail. Leur connaissance s’est nourrie d’une attention renouvelée à l’iconographie, voire à une lecture attentive des conditions de rémunération82. Mais si le corps au travail a fait l’objet d’assez nombreuses enquêtes d’ethnologues ou de sociologues, il faut bien dire que son histoire reste encore trop peu explorée. Elle se situe pourtant au carrefour de l’histoire des techniques, de l’utilisation des espaces (l’atelier, la fabrique) et de l’imposition d’un cadre disciplinaire de plus en plus contraignant83. L’on sait, au demeurant, que l’intelligence productive, faite de savoirs opératoires, comporte une approche sensorielle par laquelle le corps renseigne et agit. Pour l’ensemble de la période, les ouvriers qualifiés de tous les métiers de production fonctionnent selon ce principe. Autres paramètres, propres à chaque profession, les positions de travail et la gestuelle, transmises par l’apprentissage et inhérentes à l’outillage84. Les traces de toutes ces expressions et ressentis corporels sont évidemment très tenues et il ne faut pas espérer constituer un jour une physiologie historique du travail. Au moins doit-on garder ces questions en mémoire, comme un horizon de recherche. Le geste bien contrôlé, qui donne la satisfaction d’un résultat de qualité, représente le versant heureux du travail ouvrier. Il faut bien mettre en balance cet accomplissement avec les « douleurs de l’industrie » (Caroline Moriceau) qui n’ont pas attendu la concentration usinière pour se manifester. Il est probable que le travail à domicile, forme de surexploitation volontaire, conduit d’ailleurs, relativement, à plus de dégâts corporels. Beaucoup d’ouvriers, quels que soient les lieux de leur travail, ont travaillé, si l’on peut dire, à corps perdu85.

  • 86 On se reportera, d’une manière générale, aux nombreux travaux publiés dans la revue L’archéologie i (...)
  • 87 Millot V., « Le travail sans le geste. Les représentations iconographiques des petits métiers paris (...)

46C’est notamment dans cette optique qu’il faut considérer la multiplication des travaux sur le patrimoine industriel et le monde des images. Les traces matérielles que laissent les entreprises défuntes nous informent sur les espaces de travail, leur évolution, leurs usages successifs. Même en l’absence de tout équipement – ce qui est le cas généralement – ces bâtis sont une évocation puissante du cadre du travail ouvrier. On peut ainsi se faire une idée assez précise des volumes, des postes, des circulations diverses. Le patrimoine industriel nous donne à deviner dans ces murs, autrement que les textes, l’irremplaçable présence de l’homme86. Les images ont-elles aussi beaucoup à nous dire sur les bâtiments et les hommes au travail. Elles nous parlent aussi des représentations – heureuses ou maléfiques – que les hommes ont eues et voulu transmettre du monde de l’industrie87.

V. Conclusion

  • 88 …à moins que ce ne soit un choix délibéré destiné à épouser la frilosité d’un monde académique où l (...)
  • 89 Un exemple parmi d’autres : le supplément intitulé « Histoire globale, histoires connectées : un ch (...)

47En définitive, dans ce renouveau de l’histoire économique, les historiens doivent beaucoup, comme cela a été maintes fois mentionné, aux sociologues, aux psychologues du travail, aux ergonomistes, aux philosophes, mais aussi aux archéologues et aux historiens des techniques. Au niveau européen, le dialogue principal a été mené avec l’historiographie anglo-saxonne. Toutefois, c’est peu de dire qu’il existe des époques moins fréquentées que d’autres par la recherche. C’est vrai du XVIe siècle et du premier XVIIe siècle, comme si l’ascèse exigée par le dépouillement de sources difficiles à déchiffrer, mais aussi à exploiter, décourageait les jeunes chercheurs. C’est vrai également de la période révolutionnaire et impériale, voire au-delà, comme si, dans ce cas, la propension à enjamber une période marquée par des ruptures dans les ressources documentaires et les classements archivistiques posait problème88. Certes, de brillants travaux conduisent, ici ou là, à nuancer ce constat ; ils ne l’infirment pas pour autant dans sa globalité. Par ailleurs, les terrains choisis et la nature du questionnement laissent entendre combien il est difficile de tourner le dos au localisme et à une certaine approche positiviste. Le localisme : trop peu d’études prennent leur ancrage à l’étranger ou, plus encore, portent un regard décentré sur l’économie française. Peu de comparaisons internationales, presque pas d’approches multipolaires : si l’on devine, derrière ces lacunes, des choix dictés par les conditions matérielles et institutionnelles dans lesquelles bien des recherches s’effectuent, nul doute qu’une frilosité excessive reste la marque de nombreuses démarches. Le positivisme : on reste frappé par le nombre de travaux qui restent à l’écart des problématiques les plus récentes, des démarches méthodologiques les plus innovantes et, plus encore, des acquis de la recherche hors des frontières nationales. Mais là encore, des barrières sont en train de tomber, notamment sous l’impulsion de certaines revues89.

  • 90 La place manque pour dresser un bilan exhaustif. On se contentera de mentionner le 127e congrès nat (...)
  • 91 Canepari E. et Zucca B., Le travail comme ressource. Parcours individuels, mobilité et stratégies é (...)

48Toutefois, en essayant de tirer un impossible bilan des travaux sur les mondes du commerce et de l’industrie, le constat, finalement relativement optimiste, est celui du renouveau actuel des études. Numéros de revue et colloques se sont succédé à un rythme accéléré depuis quelques années90. La seule année 2010 a connu la tenue de plusieurs colloques sur le thème du travail, témoignant ainsi d’une certaine effervescence91. Bien des perspectives sont donc ouvertes, et l’on peut remiser au placard des idées reçues le cliché d’un épuisement de l’histoire économique moderne, pour autant que l’on sache repérer les pistes récemment tracées.

Notes

1 La recension des travaux sur laquelle s’appuie cet essai ne prétend pas à l’exhaustivité ; de plus, elle s’arrête à 2011.

2 Voir notamment Minard P., « Les recherches récentes en histoire économique de la France : l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles) », Historiens & Géographes, no 378, mai 2002, p. 149-164, et « Norme, istituzioni e regolazione dell’economia. Nuovi approcci del mercato in Francia, secoli XVIII-XIX », Studi storici, numéro spécial « La storia economica delle società dell’Europa preindustriale », vol. 50, no 3, juillet-septembre 2009, p. 695-716.

3 Une synthèse comme celle rédigée par Terrier D., Histoire économique de la France d’Ancien Régime, Paris, Hachette, 1998 devrait, par exemple, être largement remaniée pour tenir compte des apports récents et multiples de la recherche aujourd’hui…

4 Roche D., Histoire des choses banales. Naissance de la consommation, XVIIe-XIXe siècles, Paris, Fayard, 1997. Voir aussi Ferrières M., Le bien des pauvres. La consommation populaire en Avignon (1600-1800), Seyssel, Champ Vallon, 2004.

5 Coquery N., L’hôtel aristocratique. Le marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998.

6 Pour une mise en perspective très large, Grenier Y., L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin Michel, 1996.

7 Radeff A., Du café dans le chaudron. Économie globale d’Ancien Régime, Suisse occidentale, Franche-Comté et Savoie, Lausanne, Société d’Histoire de la Suisse romande, 1996.

8 Un exemple, parmi d’autres : Lanoë C., La poudre et le fard. Une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2008.

9 Levi G., « Comportements, ressources, procès : avant la ‘révolution’ de la consommation », in Revel J. (éd.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Seuil, 1996, p. 187-207.

10 Kaplan S., Les ventres de Paris. Pouvoir et approvisionnement dans la France d’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1988.

11 Martinat M., Le juste marché. Le système annonaire romain aux XVIe et XVIIe siècles, Rome, EFR, 2004.

12 Aymard M., « La formalisation à l’épreuve de l’anachronisme : les historiens et le marché », in Grenier J.-Y., Grignon C., Menger P.-M., Le modèle et le récit, Paris, Éditions de la MSH, 2001, p. 190.

13 Bourginat N., Les grains du désordre, Paris, Éditions de l’EHESS, 2002.

14 Margairaz D., Foires et marchés dans la France préindustrielle, Paris, EHESS, 1988, p. 234.

15 Jeannin P., Change, crédit et circulation monétaire à Augsbourg au XVIe siècle, Paris, EHESS/Armand Colin, 2001 ; Bottin J., « Négoce et crise frumentaire : les marchands rouennais dans le commerce international des blés, milieu XVIe-début XVIIe siècles », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 45, no 3, juillet-septembre 1998, p. 558-588.

16 Collectif, « Les réseaux de crédit en Europe, XVIe-XVIIIe siècles », Annales HSS, vol. 49, no 6, novembre-décembre 1994 ; Postel-Vinay G., La terre et l’argent. L’agriculture et le crédit en France du XVIIIe au début du XXe siècle, Paris, Albin Michel, 1998.

17 Fontaine L., L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard, 2008.

18 Stanziani A., « Information, institutions et temporalité. Quelques remarques critiques sur l’usage de la nouvelle économie de l’information », Revue de Synthèse, vol. 121, no 1-2, janvier-juin 2000, p. 117-156.

19 Sur la critique de l’utilitarisme : Caillé A., Critique de la raison utilitaire, Paris, La Découverte, 1989 ; Godbout J., L’esprit du don, Paris, La Découverte, 2000.

20 Minard P., « Les béquilles de la confiance dans le secteur textile au XVIIIe siècle », in Thuderoz C., Mangematin V. (éds), Des mondes de confiance. Un concept à l’épreuve de la réalité sociale, Paris, CNRS Éditions, 2004, p. 219-233.

21 Hirsch J.-P., Les deux rêves du Commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise, 1760-1840, Paris, EHESS, 1991, p. 406, et plus largement p. 437-448. La discussion d’un certain nombre de notions essentielles est reprise dans Stanziani A. (éd.), Dictionnaire historique de l’économie-droit, XVIIIe-XXe siècles, Paris, LGDJ, 2007.

22 Minard P., « Marché, normes et institutions en France et en Angleterre dans le ‘long XVIIIe siècle’ », Habilitation à diriger des Recherches, université Paris 1, 2004 ; Salais R., Thévenot L. (éds), Le travail. Marchés, règles, conventions, Paris, Economica, 1986 ; Granovetter M., Le marché autrement, Paris, Desclée de Brouwer, 2002 ; Orléan A. (éd.), Analyse économique des conventions, Paris, PUF, 1994.

23 Hirsch J.-P. et Minard P., « ‘Laissez-nous faire et protégez-nous beaucoup’ : pour une histoire des pratiques institutionnelles dans l’industrie française (XVIIIe-XIXe siècles) », in Bergeron L. et Bourdelais P. (éds), La France n’est-elle pas douée pour l’industrie ?, Paris, Belin, 1998 ; Minard P., La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998, et plus récemment, Stanziani A. (éd.), La qualité des produits en France (XVIIIe- XXe siècles), Paris, Belin, 2003.

24 Minard P., « Norme, istituzioni e regolazione dell’economia », art. cit. (n. 2).

25 Perrot J.-C., Une histoire intellectuelle de l’économie politique, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, EHESS, 1992 ; Grenier J.-Y., L’économie…, op. cit. (n. 6).

26 Clavero B., La grâce du don. Anthropologie catholique de l’économie moderne, Paris, Albin Michel, 1991.

27 Verley P., L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, 1997.

28 Voir Le Bouëdec G., « Le cabotage sur la façade atlantique au XVIIIe siècle », in Woronoff D. (éd.), La circulation des marchandises dans la France de l’Ancien Régime, Paris, CHEFF, 1998, p. 53-84 ; « Histoire du cabotage européen », Revue d’histoire maritime, no 8, 2008 ; Buti G., « Circulation ‘casanière’ et voyage ‘ à l’aventure’ : le cabotage en Méditerranée (années 1680-années 1780) », in Beaurepaire P.-Y. et Pourchasse P. (éds), Les circulations internationales en Europe, années 1680-années 1780, Rennes, PUR, 2010, p. 121-135.

29 Si la nécessité de connaître des filières d’acheminement des produits combinant plusieurs modes de transport par produit et par trafic a été soulignée par André Lespagnol, dans Woronoff D. (éd.), La circulation des marchandises…, op. cit. (n. 28), p. 172-173, peu de travaux, à ce jour, permettent de restituer aux circuits terrestres la complexité qui est la leur.

30 S’il prend appui, pour l’essentiel, sur les XIXe et XXe siècles, l’article de Lemercier C., « Analyse des réseaux et histoire », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 52, no 2, avril-juin 2005, p. 88-112, constitue une excellente mise au point sur les outils proposés par l’analyse des réseaux appliquée à des terrains historiques.

31 Gayot G., « La main invisible qui guidait les marchands aux foires de Leipzig : enquête sur un haut lieu de la réalisation des bénéfices, 1750-1830 », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 48, no 2/3, avril-septembre 2001, p. 72-103.

32 Oliveira M. de, Les routes de l’argent. Réseaux et flux financiers de Paris à Hambourg (1789-1815), Paris, CHEFF, 2011.

33 Fontaine L., Histoire du colportage en Europe, Paris, Albin Michel, 1993.

34 Fontaine L., « La gestion des appartenances dans les réseaux de marchands migrants : l’Europe moderne au miroir des analyses contemporaines », in Maitte C., Mandé I., Martini M., Terrier D. (éds), Entreprises en mouvement. Migrants, pratiques entrepreneuriales et diversités culturelles dans le monde, XVe-XXe siècle, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2009, p. 307-321.

35 Pourchasse P., Le Commerce du Nord. Les échanges commerciaux entre la France et l’Europe septentrionale au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2006.

36 Béaur G., Bonin H. et Lemercier C. (éds), Fraude, contrefaçon et contrebande de l’Antiquité à nos jours, Genève, Droz, 2006.

37 Marzagalli S., Les boulevards de la fraude. Le négoce maritime et le Blocus continental, 1806-1813, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1999.

38 Woronoff D., Histoire de l’emballage du XVIIIe siècle à nos jours, disponible en ligne sur : <www.cilac.com/rokdownloads/documents/Etudes/DW_histoire%20_emballage.pdf>.

39 Woronoff D. (éd.), La circulation des marchandises…, op. cit. (n. 28), ou bien encore Conchon A., Le péage en France au XVIIIe siècle. Les privilèges à l’épreuve de la réforme, Paris, CHEF, 2003.

40 Lepetit B., Chemins de terre et voies d’eau, Paris, EHESS, 1984.

41 Margairaz D., « Dénivellation des prix et inégalités de développement régional dans la France de 1790. Essai de cartographie », Annales historiques de la Révolution française, no 244, avril-juin 1981, p. 260-278.

42 Marchand P., Les Maîtres de poste et le transport public en France 1700-1850, Paris, Belin, 2006 et Conchon A., « Paris et les transports sous la Révolution », in Monnier R. (éd.), À Paris sous la Révolution. Nouvelles approches de la ville, Paris, Publication de la Sorbonne, 2008.

43 Se reporter, par exemple, à Gayot G. et Minard P. (éds), « Formation, emploi, migrations, les ouvriers qualiiés de l’industrie (XIVe-XXe siècles) », Revue du Nord, Hors série Histoire no 15, 2001. Citons encore, entre autres, Rosental P.-A., Les sentiers invisibles. Espace, familles et migrations dans la France du XIXe siècle, Paris, EHESS, 1999, ou bien encore Maitte C., Les chemins de verre. Les migrations des verriers d’Altare et de Venise (XVIe-XIXe siècles), Rennes, PUR, 2009.

44 Barjot D. et Faron O., Migrations, cycle de vie familial et marché du travail, Paris, Société de Démographie historique, 2002.

45 Jahan S. et Dion E., Le peuple de la forêt : nomadisme ouvrier et identités dans la France du Centre-Ouest aux Temps modernes, Rennes, PUR, 2003.

46 Maitte C., Les chemins de verre…, op. cit. (n. 43).

47 Ce qu’avait bien mis en valeur Fontaine L., Histoire du colportage…, op. cit. (n. 33).

48 C’est dans cette perspective que se situe le livre dirigé par Maitte C. et alii, Entreprises en mouvement…, op. cit. (n. 34).

49 Sans multiplier ici les nombreuses références, voir par exemple Merger M. (éd.), Les transferts technologiques dans l’espace méditerranéen, Paris, PUPS, 2005, et l’article de synthèse de Perez L. et Verna C., « La circulation des savoirs techniques du Moyen Âge à l’époque moderne. Nouvelles approches et enjeux méthodologiques », Tracés, no 16, 2009, p. 25-61.

50 On trouvera, par exemple, à propos de la diffusion de la culture technique et du passage progressif de l’industrie cloutière à l’établissage horloger, de la réussite artisanale à la production de masse aussi, ce qu’apporte l’étude de terrain, au plus près des outils et des gestes, dans l’ouvrage d’Olivier J.-M., Des clous, des horloges et des lunettes. Les campagnards moréziens en industrie (1780-1914), Paris, CTHS, 2004.

51 L’ouvrage de Chassagne S., Le coton et ses patrons, 1760-1840, Paris, EHESS, 1991, reste en la matière un modèle du genre.

52 Cf. André L., Machines à papier. Innovation et transformations de l’industrie papetière en France, 1798-1860, Paris, EHESS, 1996.

53 Voir le dossier coordonné par Pérez L., « Minorités et circulations techniques du Moyen Âge à l’époque moderne », Documents pour l’histoire des techniques, no 15, 2008.

54 Ainsi, si l’Angleterre a été pourvoyeuse de techniques nouvelles pour le continent au XVIIIe siècle, on sait maintenant que le mouvement de la diffusion et de l’adaptation des techniques ne va pas dans un seul sens.

55 Vérin H., La gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du XVIe siècle au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1993.

56 Hilaire-Perez L., L’invention technique au Siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000 et du même auteur, « Cultures techniques et pratiques de l’échange, entre Lyon et le Levant : inventions et réseaux au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 49, no 1, janvier-mars 2002, p. 89 à 114.

57 Coquery N., Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle. Luxe et demi-luxe, Paris, CTHS, 2011.

58 Bottin J., « Signature, marque, souscription. Validation et identification des documents commerciaux (in du Moyen Âge-première époque moderne) », Hypothèses, 2006, p. 339-359 ; du même auteur, « La formazione dei mercanti-imprenditori fra il libro e il banco (Europa nord-occidentale, secc. XVI-XVII) », Annali di storia dell’impresa, no 18, 2007, p. 253-269.

59 Terrier D., Les deux âges de la proto-industrialisation. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentin, 1730-1880, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996.

60 Belmont A., Des ateliers aux villages. Les artisans ruraux en Dauphiné sous l’Ancien Régime, Grenoble, PUG, 1998.

61 L’historiographie américaine sur le travail féminin est particulièrement riche, conformément à la précocité et la vitalité des études sur la gender history. Se reporter à la mise au point de Crowston C., « Le travail féminin en France vu par l’historiographie américaine », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 45, no 4, octobre-décembre 1998, p. 836-853. Par commodité également, on se reportera aux ouvrages de Godineau D., Les femmes dans la société française, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Armand Colin, 2003, et Beauvalet S., Les femmes à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Belin, 2003.

62 Milliot V., Les cris de Paris ou le peuple travesti. Les représentations des petits métiers parisiens (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995.

63 Idem, p. 23-50.

64 Crowston C. H., Fabricating women : The Seamstresses of Old Regime France, 1674-1791, Ithaca, Cornell University Press, 2001.

65 Chassagne S., « Le travail des enfants aux XVIIIe et XIXe siècles », in Becchi E. et Julia D. (éds), Histoire de l’enfance en Occident du XVIIIe à nos jours, Paris, Seuil, 1998.

66 Vries J. (de), The industrious Revolution. Consumer Behavior and the household economy, 1650 to the present, Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

67 Ce qui n’est pas la thèse de De Vries. Voir le compte rendu critique de Grenier J.-Y., « Travailler plus pour consommer plus. Désir de consommer et essor du capitalisme, du XVIIe siècle à nos jours (à propos de J. de Vries, The industrious Revolution, op. cit., n. 66) », Annales HSS, mai-juin 2010, no 3, p. 787-798.

68 Il est difficile d’être exhaustif à ce sujet. Citons, par ordre de publication, quelques travaux parmi d’autres : Terrier D., Les deux âges de la proto-industrie…, op. cit. (n. 59) ; Gayot G., Les draps de Sedan, Paris, EHESS, 1998 ; Minard P., La fortune du colbertisme, op. cit. (n. 23) ; Maitte C., La trame incertaine, le monde textile de Prato aux XVIIIe et XIXe siècles, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001. Pour une mise au point spécifique, voir Terrier D. et Verley P., « Dépasser le territoire ? », in Oliveira M. de, Maitte C., Minard P., La pluralité des mondes industriels. Faire de l’histoire avec Gérard Gayot, Rennes, PUR, à paraître.

69 Arnoux M. et Bottin J., « Autour de Rouen et Paris : modalités d’intégration d’un espace drapier (XIIIe-XVIe siècles) », et Chastagnaret G. et Raveux O., « Espace et stratégies individuelles aux XVIIIe et XIXe siècles : exploiter le laboratoire méditerranéen », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 48, no 2/3, avril-septembre 2001, p. 11-24, puis p. 162-190.

70 Garner G., « Territoire et espace dans la théorie économique en Allemagne, 1750-1820 », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 48, no 2/3, avril-septembre 2001, p. 25-50 et, du même, État, économie, territoire en Allemagne. L’espace dans le caméralisme et l’économie politique, 1740-1820, Paris, EHESS, 2011.

71 Béaur G., Minard P., Laclau A. (éds), Atlas de la Révolution française, t. 10, Paris, EHESS, 1997, p. 12.

72 Olivier J.-M., Des clous, des horloges et des lunettes…, op. cit. (n. 50), et Maitte C., La trame incertaine, op. cit. (n. 68).

73 Chanut J.-M., Heffer J., Mairesse J., Postel-Vinay G., L’industrie française au milieu du XIXe siècle. Les enquêtes de la statistique générale de la France, Paris, EHESS, 2000.

74 Guillerme A., La naissance de l’industrie à Paris. Entre sueurs et vapeurs : 1780-1830, Seyssel, Champ Vallon, 2007.

75 Le Roux T., Le laboratoire des pollutions industrielles, Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2011 et, d’une manière plus générale, Massard-Guilbaud G., Histoire de la pollution industrielle, France, 1789-1914, Paris, EHESS, 2010.

76 Castel R., Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

77 Gayot G., Les draps de Sedan, op. cit. (n. 68).

78 Nicolas J., La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Gallimard, 2002 ; Rosenband L. N., La fabrication du papier dans la France des Lumières, Les Montgolfier et leurs ouvriers, 1761-1805, Pur, 2005 ; Jarrige F., Au temps des tueuses de bras : les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle, 1780-1860, Rennes, PUR, 2009.

79 Terrier D., Les deux âges…, op. cit. (n. 59).

80 Crowston C., « Le travail féminin… », art. cit. (n. 61).

81 Godineau D., Citoyennes tricoteuses, les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution Française, Paris, Perrin, 2004.

82 Voir Gayot G., Les draps de Sedan, op. cit. (n. 68), chap. V, ou encore « Les gestes, les mots et la philosophie de la manufacture de draps au XVIIIe siècle », Cahiers lillois d’économie et de sociologie, no 45, 1er trimestre 2005, p. 175-187. Voir aussi Gayot G. en collaboration avec Hubert Bataille (IFRÉSI-CNRS), La laine au fil et à mesure, DVD, Paris, diffusion Éditions CNRS, 2006.

83 Dans Corbin A., Courtine J.-J., Vigarello G. (éds), Histoire du corps, vol. 1, De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 2005, il est remarquable que le corps au travail soit totalement absent pour la période moderne et ne fasse son apparition que sous la forme du « corps du travailleur usé, meurtri au siècle de l’industrialisation ».

84 Dans sa thèse sur Les chantiers du roi. La fortification du « pré carré » sous le règne de Louis XIV, université de Lille 3, juin 2006, Philippe Destable, par exemple, met bien en rapport la nature du travail, le geste des terrassiers et les caractéristiques des outils dont ils disposent.

85 Pour ce qui précède, voir Maitte C., Woronoff D., « Les mondes ouvriers », in Oliveira M. de, Maitte C., Minard P., La pluralité des mondes industriels. Faire de l’histoire avec Gérard Gayot, Rennes, PUR, à paraître. En travaillant sur La population de Roubaix. Industrialisation, démographie et société 1750-1880, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2006, Chantal Petillon a ainsi décrit les méfaits particulièrement précoces de « la grande faucheuse » au sein du monde textile aux prises avec l’industrialisation.

86 On se reportera, d’une manière générale, aux nombreux travaux publiés dans la revue L’archéologie industrielle en France, CILAC.

87 Millot V., « Le travail sans le geste. Les représentations iconographiques des petits métiers parisiens (XVIe-XVIIIe siècle) », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, janv.-mars 1994, p. 5-28. La thèse de Nicolas Pierrot sur Les images de l’industrie en France : peintures, dessins, estampes 1760 à 1870, université Paris 1, 2010.

88 …à moins que ce ne soit un choix délibéré destiné à épouser la frilosité d’un monde académique où la césure entre les grandes périodes de l’histoire a longtemps revêtu l’aspect d’un dogme. Est-ce d’ailleurs si différent que cela aujourd’hui ? À propos de la Révolution, signalons le numéro collectif dirigé par Minard P. et Margairaz D., « Les temps composés de l’économie », Annales historiques de la Révolution française, no 352, avril-juin 2008, dont les contributeurs font la part des emboîtements de temporalités, d’ondes de choc différenciées, mêlés de phénomènes d’inertie plus ou moins forts et de contraintes héritées qui régentent la marche de la production et des échanges lors des années révolutionnaires.

89 Un exemple parmi d’autres : le supplément intitulé « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 54, no 4 bis, supplément 2007.

90 La place manque pour dresser un bilan exhaustif. On se contentera de mentionner le 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002 ou celui de juin 2009 organisé au Collège de France par A. Berthoz sur Travail, identités, métiers, quelles métamorphoses ?

91 Canepari E. et Zucca B., Le travail comme ressource. Parcours individuels, mobilité et stratégies économiques dans les villes d’Ancien Régime, Paris, 8-9 avril 2010, à paraître Mélanges de l’École française de Rome ; Buti G. et Raveux O., Travailler chez l’autre, travailler avec l’autre en Méditerranée du XVIe au XIXe siècle, Aix-en-Provence, 8-9 octobre 2010 ; en octobre 2010 une session du colloque de l’AFHE à Lyon animée par P. Minard.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540