Version classiqueVersion mobile

L’Histoire économique en mouvement

 | 
Jean-Claude Daumas

Première partie. L'histoire économique en France aujourd'hui

Regards rétrospectifs1

Mathieu Arnoux

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend pour partie un texte publié dans Sirinelli J.-F., Cauchy P. et Gauvard C. (éds (...)

1Au printemps 2010, l’Institut international d’histoire économique Francesco di Marco Datini organisa à Prato sa 42e semaine d’études, sur le thème « Où va l’histoire économique ? ». Fort perturbé par le désordre créé dans les transports aériens en Europe par une éruption volcanique en Islande, le colloque se déroula dans une atmosphère quelque peu mélancolique, du fait de l’absence d’une bonne partie des intervenants. Interprétant sur un mode cynique une situation un peu morose, l’un des historiens présents résuma l’enjeu du colloque de manière radicale : « Où va l’histoire économique ? À la retraite, avec tous les historiens de l’économie ! » La provocation ironique a sa part d’exagération et sa part de vérité. Elle est révélatrice d’un rapport particulier des historiens de l’économie, surtout français, à l’égard d’un passé souvent présenté comme un âge d’or. Il ne serait pas difficile, en effet, de construire la longue liste des historiens aujourd’hui à la retraite et celle plus longue encore des historiens disparus, qui associèrent leur nom à une certaine domination des thèmes économiques, difficilement séparable des succès de l’école des Annales. La discontinuité est patente et pourrait faire imaginer l’histoire économique comme un continent abandonné qui s’efface à l’horizon de l’histoire en mouvement. Est-il nécessaire de préciser qu’il n’en est rien ? On verra dans les pages qui suivent que, si la silhouette traditionnelle de l’historien économiste ne jurant que par le quantitatif a aujourd’hui un je-ne-sais-quoi de désuet dans le paysage français, les thématiques d’histoire économiques n’ont pas disparu, loin s’en faut.

I. Un groupe à l’œuvre

  • 2 Association française d’histoire économique : <htp://ahe.ehess.fr/>.
  • 3 Association pour l’histoire des chemins de fer : <www.ahicf.com/>.
  • 4 Ibid.
  • 5 Comité pour l’histoire de la Poste : <htp://www.laposte.fr/chp/>.
  • 6 François Bourdon (Le Creusot) : <www abourdon.com/>.
  • 7 Institut d’histoire de l’aluminium : <htp://www.histalu.org/>.
  • 8 Centre des archives du monde du travail (Roubaix) : <www.archivesnationales.culture.gouv.fr/camt/>.
  • 9 Citons par exemple l’entreprise exemplaire du Conservatoire numérique des arts et métiers (<htp://cnum.cnam.fr/>), qui </htp> (...)

2C’est d’abord à la vitalité des entreprises collectives et des institutions destinées à les porter que se mesure la bonne santé paradoxale du secteur. Le dynamisme de l’Association française d’histoire économique en est un bon signe. Son effectif d’environ 200 membres n’est pas pléthorique, mais il est resté stable au cours de la période et l’audience de l’association a été considérablement accrue par la mise en place d’un site internet bien fréquenté et d’une liste de diffusion lue bien au-delà du cercle de ses adhérents2. L’adoption de modes de travail modernes et efficaces n’est pas limitée à ce seul cas, et nombre d’associations du domaine ont mis à la disposition des chercheurs des sites d’information et des bases de données documentaires parfois fort importantes. C’est le cas par exemple de l’Association pour l’histoire des chemins de fer3, de l’Association pour l’histoire de l’électricité en France4, du Comité pour l’histoire de la Poste5, de l’Académie François Bourdon, au Creusot6, de l’Institut d’histoire de l’aluminium7, pour n’en citer que quelques-unes. Certaines d’entre elles ajoutent à leur activité de diffusion un ensemble fort appréciable d’aides à la recherche, sous forme de bourses pour les chercheurs ou d’aides à l’édition. À côté de ces associations, dont bon nombre sont soutenues par des grandes entreprises, souvent par l’intermédiaire de fondations, l’État lui-même a mis en place des institutions dont le rôle est essentiel pour le secteur, quelque inquiétude que puisse susciter par ailleurs la tendance actuelle au désengagement et l’inachèvement de certaines d’entre elles. Citons, par exemple, le Comité d’histoire économique et financière de la France, dont les colloques et publications ont joué un rôle important dans les débats en histoire économique, le Centre des archives du monde du travail de Roubaix8, instrument de recherche essentiel mais encore sous-exploité, ou le Comité d’histoire de l’armement. Dans ce tableau d’ensemble, il faut faire toute leur place, à côté des institutions, à la ténacité et à l’ingéniosité de chercheurs individuels. C’est le travail acharné de quelques-uns qui a rendu possible la multiplication depuis quelques années d’instruments de travail numérisés, dont la facilité d’accès change effectivement les conditions de la recherche9.

  • 10 On réservera donc l’attention qu’ils méritent à certains manuels récents particulièrement remarqua (...)
  • 11 Pour le Moyen Âge, citons Bautier R.-H. et Sornay J., Sources de l’histoire économique et sociale (...)
  • 12 Jeannin P. et Hoock J., Ars mercatoria : Handbücher und Traktate für den Gebrauch des Kaufmanns, 1 (...)
  • 13 Chanut J.-M., Heffer J., Mairesse J. et Postel-Vinay G. (éds), L’industrie française au milieu du (...)
  • 14 Citons par exemple les publications à venir du manuel de comptabilité de Michel Van Damme (Rouen, (...)
  • 15 Histoire, économie et société : <htp://www.cairn.info/revue-histoire-economie-et-societe.htm>.
  • 16 Histoire et mesure : <htp://histoiremesure.revues.org/>.
  • 17 Histoire et sociétés rurales : <htp://www.cairn.info/revue-histoire-et-societes-rurales.htm>.
  • 18 Entreprises et histoire : <htp://www.cairn.info/revue-entreprises-et-histoire.htm>.

3Au-delà d’une énumération forcément fastidieuse, ce qui est en jeu ici, c’est la continuité d’un travail de production d’instruments de recherche, dont on constate qu’il ne s’est pas arrêté, alors même que cette production, qui manque parfois de panache, n’est guère en faveur auprès des évaluateurs des activités de recherche10. Elle ne se réduit d’ailleurs pas à la seule numérisation de séries préexistantes, et des livres importants continuent d’être publiés, certains menant à terme des projets anciens11, d’autres mettant à la disposition des historiens des instruments de recherche nouveaux : la bibliographie exhaustive des manuels imprimés à l’usage des marchands jusqu’en 170012 ou le contenu des enquêtes industrielles de la Statistique générale de la France au milieu du XIXe siècle13. D’autres publications importantes doivent suivre14. Il faut enfin évoquer dans la même perspective la contribution, sous la forme de publication de sources et de diffusion de recherches en cours, de quatre revues qui ne sont pas uniquement d’histoire économique, mais dont l’investissement dans ce champ reste important et constant : Histoire, économie et société15, Histoire et mesure16, Histoire et sociétés rurales17 et Entreprises et histoire18.

II. Les traces d’un changement

4Cet inventaire « à la Prévert », n’est pas là pour justifier un éloge désenchanté des charmes surannés de l’érudition et des sciences auxiliaires. C’est bien dans le domaine de l’histoire qu’il faut inscrire ces diverses publications, qui illustrent un changement de direction dans les recherches d’histoire économique. Le problème de la continuité et de la mutation des études d’histoire économique mériterait une recherche approfondie qui mettrait en lumière les chantiers abandonnés, les nouveaux domaines d’enquête et les travaux qui se poursuivent. Une telle ambition est hors de portée de cet essai.

  • 19 Lane F. C. et Riemersma J. C., Entreprise and secular change. Readings in economic history, Homewo (...)

5Une autre voie, plus rapide peut être tentée, en s’inspirant du livre Entreprise et secular change publié en 1953 par le grand historien américain de l’économie médiévale F.C. Lane19. Ce recueil d’articles, dont une bonne part avaient été traduits de diverses langues européennes, avait été réalisé à la demande des associations américaines d’économie et d’histoire économique. On y trouvait des textes d’économistes, comme G. Schmoller, W. Sombart ou L. Einaudi, de sociologues comme A. Spiethoff ou F. Simiand et de nombreux historiens anglo-saxons ou continentaux (A. Sapori, R. De Roover, G. Luzzato, E. Hekscher, M. Bloch). Aujourd’hui largement disponible d’occasion, les bibliothèques universitaires ayant soldé les nombreux exemplaires qu’elles en possédaient, le livre est désormais bien démodé. Il n’en constitue pas moins un témoignage précieux et surprenant pour qui cherche à observer les fondations mêmes de l’histoire économique telle qu’elle était alors enseignée aux USA et dans les pays anglo-saxons, et constater la place importante qu’y tenaient des chercheurs étrangers au domaine ou à l’institution. Une tentative de même nature pour comprendre les fondements intellectuels de la recherche en histoire économique en France pourrait donner des résultats intéressants. Elle montrerait en effet que les formes académiques et les thèmes qui étaient jugés essentiels il y a trois décennies se sont aujourd’hui en partie effacés, mais aussi que ce n’est pas toujours aux historiens économistes d’hier que ceux d’aujourd’hui demandent assistance et inspiration : qui cherche les éléments de continuité trouvera sans doute les indices de ruptures profondes dans un premier temps, mais aussi des continuités inattendues, pour peu qu’il poursuive son enquête.

  • 20 D’où le rôle essentiel que jouent certains recueils d’articles dans l’approche d’œuvres de grande (...)

6La chose est évidente pour les formes éditoriales de la communication académique. Les grandes entreprises collectives, souvent en plusieurs volumes largement illustrés, fréquemment consacrées au cas français, auxquelles G. Duby, F. Braudel, E. Labrousse, P. Chaunu, P. Léon, avaient attaché leurs noms, n’ont pas été poursuivies ni remplacées et restent aujourd’hui, peut-être injustement, comme les témoins d’un style historiographique désuet plutôt que comme les sources d’inspiration d’enquêtes nouvelles. De même, dans les deux dernières décennies, on a assisté à la disparition du genre de la monographie régionale qui avait fait la fortune de l’école historique française dans la seconde moitié du XXe siècle. Dans ce cas, ce n’est pas parce que le paradigme qui justifiait l’étude de longue durée d’un espace géographique, distinguant soigneusement les faits de structures des éléments de conjoncture a fait faillite. Nombre de grands livres constamment republiés et relus témoignent encore aujourd’hui de sa puissance, même si la confiance naguère accordée aux explications globales – qu’on place celles-ci sous le parrainage de Marx ou de Malthus et Ricardo – n’est plus là. La disparition de la thèse d’État et la montée en puissance, à partir des années 1990, de la thèse de doctorat de nouveau régime et de l’habilitation à diriger des recherches ont sûrement joué un rôle important dans l’évolution des formes et des problèmes. Parallèlement, la place privilégiée reconnue aux articles de revue dans les procédures d’évaluation et, plus encore, la mise en ligne de la plupart des grandes revues ont donné aux articles une importance accrue, en particulier dans la transmission des débats et traditions de recherche20. Enfin, l’attention nouvelle portée aux problèmes de sources, à l’établissement des données et aux fondements théoriques des enquêtes constitue sûrement une explication essentielle du dynamisme paradoxal d’une histoire économique qui ne se revendique plus comme histoire totale et n’hésite pas à transgresser les limites des champs d’étude.

III. Sciences sociales et histoire

  • 21 Bourdieu J., Anticipations et ressources finies : le marché pétrolier américain dans l’entre-deux- (...)
  • 22 Zalio P.-P., Grandes familles de Marseille au XXe siècle : enquête sur l’identité économique d’un (...)
  • 23 Lemarchand Y. et Parker R. H. (eds), Accounting in France : historical essays (La comptabilité en (...)
  • 24 Castel R., Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 199 (...)

7Dans cette évolution, un rôle essentiel est à attribuer aux sciences sociales autres que l’histoire : économie, sociologie, anthropologie, sciences de gestion. L’abondance et la richesse des ouvrages à contenu historique publiés dans ces domaines durant les dernières décennies sont impressionnantes, et leur place dans les débats historiques incite à en citer quelques-uns. La contribution des économistes est évidemment primordiale : les recherches de J. Bourdieu sur le marché pétrolier américain, de T. Piketty sur la répartition de la richesse dans la société française, de G. Daudin sur le commerce français au XVIIIe siècle ou de P. C. Hautcoeur sur les marchés financiers français au XIXe et au XXe siècle ont, chacun dans leur champ, marqué un progrès dans la conceptualisation, la rigueur des méthodes ou l’exploitation des sources21. La même analyse vaut pour les travaux des sociologues, par exemples de P.-P. Zalio sur les grandes familles de Marseille, de F. Vatin sur l’histoire des théories économiques du travail22, ou pour ceux des spécialistes de sciences de gestion, comme ceux de Y. Lemarchand sur les normes comptables, d’E. Godelier sur les processus d’innovation ou de P. Lefebvre sur les grandes entreprises23. On permettra au médiéviste de donner une place spéciale au livre du sociologue R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, dont les pages consacrées à la crise de la fin du Moyen Âge ont contribué à rouvrir le dossier du salariat médiéval, à partir d’un questionnaire complètement renouvelé24.

  • 25 Braudel F., « Histoire et sciences sociales. La longue durée », Annales ESC, vol. 13, 1958, p. 725 (...)
  • 26 Verley P., L’échelle du monde, Paris, Gallimard, 1997 ; Caron F., Les Deux Révolutions industriell (...)

8Envisagé à la lumière de l’œuvre braudélienne et en particulier de l’article célèbre « Histoire et sciences sociales, la longue durée »25, le phénomène interroge, puisqu’il paraît confirmer l’intuition de l’historien selon laquelle l’aboutissement même de la démarche historique destine celle-ci à se fondre dans une science sociale totale, alors même qu’il ne remet pas en cause l’existence intellectuelle et académique des disciplines. De fait, il n’est pas question ici de conférer subrepticement à ces chercheurs une identité d’historiens qu’ils ne demandent pas, mais de comprendre les effets sur le champ de l’histoire économique de son ouverture à l’ensemble des sciences sociales. En effet, ce qui pouvait encore, voici deux décennies, passer pour un secteur assez bien tenu par la corporation des historiens, s’est dilaté bien au-delà de ses anciennes limites précisément au moment où son identité et son attractivité lui faisaient défaut dans les enseignements universitaires d’histoire. Mais il ne s’agit en rien d’une dépossession, ou de la conquête par des disciplines rivales d’un ancien fief historien. Si l’on s’interroge parallèlement sur les travaux menés sur des thèmes d’histoire économique par des historiens, on s’aperçoit en effet qu’ils n’ont pas baissé en qualité et faiblement en quantité. Mais ils pouvaient naguère être considérés comme autant de contributions individuelles dans des débats collectifs bien identifiés, tant par leurs objets (la croissance, l’industrialisation) que par les débats théoriques qui en affirmaient régulièrement la cohérence dialectique26. Désormais, les progrès en matière d’histoire économique émanent d’enquêtes souvent isolées, menées dans une perspective d’histoire politique, intellectuelle, sociale ou d’archéologie. L’économique peut y apparaître dans un questionnaire, dans les méthodes ou même dans des résultats acquis dans une tout autre optique. Une tentative d’inventaire thématique, articulé classiquement sur les domaines de la production, de l’échange et de la consommation donne la mesure à la fois de la richesse et de la dispersion des recherches récentes.

IV. Travail, entreprise, industrie

  • 27 Beck P. (éd.), L’innovation technique au Moyen Âge, Paris, Éditions Errance, 1998 ; Coquery N., Hi (...)
  • 28 Dans cette perspective, il faut signaler l’importance croissante des thèmes de l’environnement et (...)
  • 29 Ce thème a donné lieu à de beaux exemples de recherches interdisciplinaires : Salais R., Reynaud B (...)
  • 30 Les enseignements de Bertrand Gille et Denis Woronoff ont joué dans ce domaine un rôle considérabl (...)
  • 31 Bernardi P., Métiers du bâtiment et techniques de construction à Aix-en-Provence à la fin de l’épo (...)
  • 32 Benoit P. et Verna C., Le charbon de terre en Europe occidentale avant l’usage industriel du coke,(...)
  • 33 Agence nationale de la Recherche, Programme « blanc » 2009 FAHMA (Filière de l’argent dans le haut (...)
  • 34 Desrosiers S. (éd.), « Soieries médiévales », Techniques et culture, no 34, 1999 ; Cardon D., La d (...)
  • 35 Teisseyre-Sallmann L., L’industrie de la soie en Bas-Languedoc : XVIIe -XVIIIe siècles, Paris-Genè (...)
  • 36 Bottin J. et Pellegrin N., Échanges et cultures textiles dans l’Europe préindustrielle, Villeneuve (...)

9C’est d’abord à partir des thèmes du travail et des techniques27, de la formation des territoires28 et de l’entreprise, que les historiens ont abordé le thème de la production. Il n’est guère de secteur qui n’ait connu son avancée. Celles-ci sont particulièrement évidentes dans le cas des industries, où des études menées dans la longue durée ont associé l’archéologie et l’étude du patrimoine industriel, l’histoire des techniques, celle des organisations, celle des territoires et celle des marchés, des produits et du travail29. Vieille spécialité française30, comme celle de la construction31, l’histoire des mines et de la métallurgie n’a pas cessé d’être un chantier d’expérimentation, où le travail sur les sources écrites, sur les lieux d’extraction, sur les installations de traitement des matières premières et sur les districts de production32 a continué d’évoluer dans le sens d’une plus grande interaction interdisciplinaire, constatable dans les travaux les plus récents. Mentionnons à ce sujet le récent projet de recherche sur la filière de l’argent au haut Moyen Âge financé par l’Agence nationale de la Recherche, associant des spécialistes d’archéologie minière, des chercheurs en physique et chimie des métaux et des historiens de la monnaie33. On retrouve dans l’histoire des textiles la même association de recherches sur les techniques de production34, sur les entreprises et les territoires industriels35, et sur les marchés36.

  • 37 Cf. par exemple pour la construction automobile les recherches de l’université d’Évry : par exempl (...)
  • 38 Mayaud J.-L., La petite exploitation rurale triomphante (France, XIXe siècle), Paris, Belin, 1999  (...)
  • 39 Belhoste J.-F. et Roussel C. (éds), Une manufacture princière au XVe siècle. La grande saline de S (...)
  • 40 Braunstein P., Travail et entreprise au Moyen Âge, Bruxelles, De Boek, 2000 ; Gervais P., Les orig (...)
  • 41 Mandé I., Les migrations du travail en Haute Volta (actuel Burkina Faso), mise en perspective hist (...)
  • 42 Downs L. L., L’inégalité à la chaîne. La division sexuée du travail dans l’industrie métallurgique (...)

10Le thème de l’entreprise est à de nombreux points de vue un nouveau venu dans notre domaine, dans la mesure où il excède désormais largement le genre de la monographie d’entreprise auquel il était confiné jusque dans les dernières années, et qui le restreignait pour l’essentiel à l’époque contemporaine37. En effet, loin d’être un objet défini par la loi et les règlements, connu par son nom et requérant une démarche de type biographique, l’entreprise est devenue pour beaucoup d’historiens un problème à résoudre, un élément à identifier et à caractériser dans une situation historique donnée. Elle excède ainsi largement le cadre urbain38 et peut prendre des formes institutionnelles extrêmement variées, de la régie aux mains du souverain au chantier de construction en passant par l’organisation corporative39. De ce point de vue, il est indiscutable que les historiens ont su entendre la leçon des économistes, sociologues et gestionnaires. Le thème a donné lieu à des recherches importantes, tant pour les périodes préindustrielles40 que pour le monde contemporain. Pour l’époque contemporaine, la petite entreprise, souvent éphémère, mais dont l’importance est fondamentale pour la constitution des marchés du travail a fait l’objet de plusieurs enquêtes qui en ont mis en lumières les divers aspects, tant économiques que sociaux, en particulier leur place dans les circuits migratoires41. De la même manière, une très grande attention a été portée à la main-d’œuvre, féminine en particulier42.

  • 43 Roche D., Histoire des choses banales. Naissance de la consommation dans les sociétés traditionnel (...)
  • 44 Flambard-Héricher A.-M. (éd.), Potiers et poteries du Bessin. Histoire et archéologie d’un artisan (...)
  • 45 Moriceau J.-M. et Postel-Vinay G., Ferme, entreprise, famille, Paris, Éditions de l’EHESS, 1992 ; (...)
  • 46 Ferrières M., Histoire des peurs alimentaires du Moyen Âge à l’aube du XXe siècle, Paris, Seuil, 2 (...)

11L’attention croissante portée aux produits et à la demande interdit de séparer la production et de la consommation43. De fait, les sources mises au jour et étudiées par les archéologues témoignent souvent à la fois de l’une et de l’autre. Pour en donner un simple exemple, l’étude de la céramique porte témoignage aussi bien de l’emballage des produits alimentaires, c’est-à-dire des conditions de leur commercialisation, que de leurs modes de consommation. Entre bien d’autres exemples, une recherche menée sur la production des grès bas normands permet de suivre ces évolutions dans la longue durée44. De fait, c’est l’ensemble des phénomènes de la consommation qui est aujourd’hui au cœur de la recherche et le développement récent des recherches en histoire de l’alimentation en est un bon exemple. La recherche dans ce domaine renvoie d’abord à l’histoire rurale et à l’histoire des pratiques sociales et culturelles. Si la période qui nous intéresse n’a pas vu d’avancée marquante sur l’histoire économique et sociale des sociétés agraires, un thème traditionnel de la Nouvelle Histoire, des enquêtes sur les pratiques agraires et sur les paysages ont profondément modifié les questionnaires, mettant au centre de la recherche les choix et les stratégies des acteurs45. Menées aux confins de l’histoire sociale et politique et de l’étude des pratiques juridiques, plusieurs enquêtes récentes, portant autant sur les institutions que sur leurs crises, montrent l’importance de ce domaine pour la mise au point des normes de définition des produits et de régulation des marchés46.

V. Du côté de la demande : marchés et consommations

  • 47 Grenier J.-Y., L’économie d’Ancien régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Albin Michel (...)
  • 48 UMR 5607 (CNRS-université Bordeaux 3) : <http://www-ausonius.u-bordeaux3.fr/>.
  • 49 Bresson A., La cité marchande, Pessac, Ausonius, 2000, et L’économie de la Grèce des cités, 2 vol. (...)
  • 50 Béaur G., Arnoux M. et Varet-Vitu A., Exploiter la terre. Les contrats agraires de l’Antiquité à n (...)
  • 51 Margairaz D. et Minard P. (éds), L’information économique, XVIe-XIXe siècles, Paris, CHEFF, 2008.
  • 52 Desplat C. (éd.), Foires et marchés dans les campagnes de l’Europe médiévale et moderne (Flaran 14(...)
  • 53 Demade J., Ponction féodale et société rurale en Allemagne du Sud (XIe -XVIe siècles). Essai sur l (...)

12D’une manière plus générale, le triptyque production/échanges/consommation, qui paraissait naguère permettre de décrire complètement le cycle de la création, de la circulation et de l’usage des biens a aujourd’hui changé de configuration. Soumise à une critique serrée de ses fondements théoriques et méthodologiques47, l’interrogation labroussienne sur les flux et les cycles qui permettaient à la fois d’analyser les structures de la vie économique et d’en décrire la conjoncture a fait place à l’analyse des pratiques, des usages et les normes qui permettent de replacer les jeux des divers acteurs dans un paysage institutionnel, qui constitue la principale nouveauté des recherches récentes. Ici encore, le passage par les sciences sociales, anthropologie et sociologie économiques ou économie du développement, a permis de poser les problèmes de manière nouvelle ou de revisiter de manière fructueuse des questionnaires anciens, comme celui de K. Polanyi. La fécondité de ces recherches nouvelles est particulièrement évidente pour les historiens des périodes anciennes, qui ont récemment développé, dans le laboratoire bordelais Ausonius48, un ensemble de recherches tout à fait novatrices49. La parution d’enquêtes comparatives menées sur des thèmes et problèmes bien identifiés par des spécialistes de diverses périodes, aires culturelles et disciplines est l’un des aspects les plus intéressants de cette tendance récente50. Les thèmes affrontés collectivement à partir d’interrogations nouvelles s’inscrivent essentiellement dans une approche institutionnaliste des phénomènes économiques. Les questions de l’information51, de l’organisation des marchés52, de la monétarisation et du crédit ou de l’intervention publique, que des historiens de toutes périodes contournaient prudemment, proclamant qu’ils s’en tenaient aux sources et qu’ils se méfiaient des hypothèses, font aujourd’hui l’objet d’enquêtes fouillées, qui renouvellent complètement notre vision des économies anciennes. C’est ainsi que plusieurs thèses récentes en histoire médiévale ont permis d’éclairer la genèse des institutions et des usages des marchés53.

  • 54 Jeannin P., Marchands du Nord, Paris, Presses de l’ENS, 1996, et Marchands d’Europe, Paris, Presse (...)
  • 55 Postel-Vinay G., La terre et l’argent. L’agriculture et le crédit en France du XVIIIe au début du (...)
  • 56 Berthe M. (éd.), Endettement paysan et crédit rural dans l’Europe médiévale et moderne (Flaran 17) (...)

13Le commerce à longue distance et les marchés internationaux, n’ont pas été délaissés et les thèmes anciens de la circulation des produits, des foires et des réseaux marchands ont donné lieu à des recherches souvent novatrices54. Les marchés et réseaux de crédit ont fait l’objet d’enquêtes importantes, les unes mettant en évidence l’originalité et la longue durée des structures institutionnelles qui en assurent l’efficacité55, tandis que d’autres recherches en mettent en lumière les implications sociales dans des sociétés où prévaut l’inégalité des ressources et des conditions de vie56.

VI. Institutions et économies

  • 57 Chavance B., L’économie institutionnaliste, Paris, La Découverte, 2007.
  • 58 Minard P., La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard (...)
  • 59 Lemercier C., Un si discret pouvoir. Aux origines de la Chambre de commerce de Paris, 1803-1852, P (...)
  • 60 Hilaire-Pérez L., L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000 ; Arnoux (...)
  • 61 Fraboulet D., Les entreprises sous l’Occupation. Le monde de la métallurgie à Saint-Denis, Paris, (...)

14L’interrogation sur le rôle économique de la souveraineté et de l’État n’est pas absolument nouvelle dans l’historiographie française, puisqu’elle remonte à P. Boissonade au moins. Elle a connu ces dernières années une faveur nouvelle, à la lumière en particulier des approches institutionnalistes. Les institutions ne sont pas, dans cette perspective, de simples conditions de possibilité des choix des acteurs : qu’on les envisage comme règles générales des jeux économiques ou comme modes d’organisation dans l’espace dessiné par ces mêmes règles, elles existent sous la forme d’actions et d’interactions d’individus ou de groupes bien identifiés, dont l’influence sur l’évolution économique est déterminante57. Un certain nombre d’entre elles ont fait l’objet d’analyses poussées, qu’il s’agisse des administrations et institutions fiscales médiévales ou d’ancien régime58, des chambres de commerce59, ou des ingénieurs, inventeurs et techniciens, dont les rapports avec l’État et les institutions économiques apparaissent sans cesse plus évidents à mesure qu’ils sortent de l’ombre des archives60. Les débats sur le rôle de l’appareil étatique et des élites économiques dans la France de Vichy montrent qu’il ne s’agit pas là de questions théoriques61.

  • 62 Chatriot A., La démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil national économique. 19 (...)
  • 63 Daviet J.-P., La société industrielle en France. Productions, échanges, représentations, Paris, Se (...)
  • 64 Pour l’histoire médiévale, ce courant de recherche apparaît particulièrement dynamique : Piron S.,(...)

15Prenant leur source dans l’histoire économique, passant sur les domaines de l’histoire politique et des institutions62, ces recherches présentent aussi une nette dimension d’histoire culturelle et intellectuelle, dans la mesure où elles se préoccupent aussi de ce que « pensent les institutions ». Il ne s’agit pas ici de remettre au goût du jour une « histoire de la pensée économique » qui a eu son heure de gloire dans les facultés de droit dès la fin du XIXe siècle, et qui prête souvent le flanc à l’accusation de finalisme. La lecture contextualisée des textes des économistes dans une perspective résolument historique a cependant donné lieu à des recherches importantes63. Mais à mesure que l’on remonte dans le temps, il n’est pas facile de dire exactement ce qu’est la « pensée économique », ni même si ce concept a un sens. Il est donc utile de s’interroger sur les divers types de discours qui peuvent expliciter le comportement des agents économiques : les textes de fiction, qui offrent des modèles narratifs de ces comportements, les textes religieux, qui les prescrivent ou les stigmatisent, les sources juridiques, qui les autorisent ou les condamnent, ont donné lieu à de multiples enquêtes64, qui replacent ces choix économiques au cœur de la société et leur donnent sens.

VII. Conclusion

  • 65 Cf. l’analyse présentée par Olivier Pétré-Grenouilleau dans l’article cité note 1. Voir aussi le d (...)
  • 66 Pour mettre en évidence l’importance des travaux des historiens français dans ce domaine, il suffi (...)
  • 67 Fait significatif, aucun historien français n’a participé au beau volume Histoire globale, mondial (...)
  • 68 Hodeir C., Stratégies d’empire, le grand patronat colonial face à la décolonisation, Paris, Belin, (...)

16Malgré le travail qui a été fait pour grouper les thèmes et rendre les liaisons apparentes, le tableau qui vient d’être présenté est avant tout fragmentaire et dispersé. On ne voit pas actuellement dans la recherche française en histoire économique, à la différence de ce qui se passe en économie, de clivage ou de débat qui permette de structurer le champ disciplinaire : on n’y distingue pas de main stream, ni d’hétérodoxie. Une telle situation peut être le signe comme le suggérait l’introduction, qu’avec le départ des grands anciens, les questions économiques se sont elles aussi retirées, laissant aux débats sur les problèmes culturels, religieux, politiques et de genre la charge de structurer le domaine. C’est une interprétation assez répandue. Une lecture plus attentive aux conditions mêmes de la recherche suggérerait que cette situation peut être au contraire le symptôme (passager ?) d’une saturation des questions historiques par les thèmes économiques, au point que ceux-ci cessent d’être discriminants. L’expérience historique, depuis plus de deux décennies, inciterait à choisir plutôt cette interprétation. La prégnance dans le monde contemporain des questions économiques et en particulier de celle de la crise, qui s’accompagne de l’effacement des oppositions simples et des théories largement partagées, pourrait être l’une des explications de la situation historiographique actuelle. Un autre fait doit attirer l’attention : la lenteur et la réticence avec laquelle les historiens français sont rentrés dans le débat international sur la global history. Sa prise en compte mériterait une recherche bien plus approfondie65. Dans le long terme, l’importance de la contribution des historiens français, Fernand Braudel en premier lieu, à la définition des problèmes de l’histoire globale ne fait aucun doute66. La question de la continuité se pose donc ici en des termes paradoxaux, puisque l’école historique française semble avoir déserté récemment un terrain qui lui fut naguère familier, et ne le réoccuper que pour participer à un débat venu du monde anglo-saxon67. La réappropriation en cours par des historiens français des thèmes de l’histoire coloniale68 et de la traite esclavagiste et leur ouverture aux mondes non européens témoignent autant de la redécouverte d’un héritage que de l’ouverture aux débats internationaux. La prise en compte de la conjoncture historiographique dans toute sa profondeur et des contextes différents de la recherche suggère donc que l’histoire économique française, que l’on dit à l’étiage, se trouve aussi au terme d’un cycle et peut-être au début d’un nouvel épisode. C’est de la capacité de la discipline historique dans son ensemble à accompagner son nécessaire renouvellement que dépend le destin du domaine.

Notes

1 Cet article reprend pour partie un texte publié dans Sirinelli J.-F., Cauchy P. et Gauvard C. (éds), Les historiens français à l’œuvre, 1995-2010, Paris, 2010, p. 301-317 ; une bibliographie visant, même de loin, à l’exhaustivité aurait été démesurée. On n’a donc retenu dans les notes que des titres de livres. Par ailleurs, le thème de l’histoire globale, qui avait été traité dans le même ouvrage, par Olivier Petré-Grenouilleau (p. 287-300), a été laissé de côté, non sans regrets.

2 Association française d’histoire économique : <htp://ahe.ehess.fr/>.

3 Association pour l’histoire des chemins de fer : <www.ahicf.com/>.

4 Ibid.

5 Comité pour l’histoire de la Poste : <htp://www.laposte.fr/chp/>.

6 François Bourdon (Le Creusot) : <www abourdon.com/>.

7 Institut d’histoire de l’aluminium : <htp://www.histalu.org/>.

8 Centre des archives du monde du travail (Roubaix) : <www.archivesnationales.culture.gouv.fr/camt/>.

9 Citons par exemple l’entreprise exemplaire du Conservatoire numérique des arts et métiers (<htp://cnum.cnam.fr/>), qui a récemment mis en ligne les collections complètes du Bulletin de la Société d’encouragement pour l’Industrie nationale (140 années) et des Mémoires de la société des ingénieurs civils (77 années).

10 On réservera donc l’attention qu’ils méritent à certains manuels récents particulièrement remarquables : cf. par exemple Bompaire M., Numismatique médiévale. Monnaies et documents d’origine française, Turnhout, Brepols, 2000 ; Lemercier C. et Zalc C., Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2007.

11 Pour le Moyen Âge, citons Bautier R.-H. et Sornay J., Sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge, vol. 2, Paris, CNRS Éditions, 2001 ou l’édition par Lalou E., Comptes sur tablettes de cire de la Chambre aux deniers, Paris, De Boccard, 1995 ; pour l’époque contemporaine, la poursuite du Dictionnaire des patrons du Second empire, qui est parvenu en 2007 à son 10e volume.

12 Jeannin P. et Hoock J., Ars mercatoria : Handbücher und Traktate für den Gebrauch des Kaufmanns, 1470-1820 : eine analytische Bibliographie in 6 Bänden, 3 vol., Paderborn, Schöningh, 1991-2001.

13 Chanut J.-M., Heffer J., Mairesse J. et Postel-Vinay G. (éds), L’industrie française au milieu du XIXe siècle : les enquêtes de la Statistique générale de la France, Paris, Éditions de l’EHESS, 2001.

14 Citons par exemple les publications à venir du manuel de comptabilité de Michel Van Damme (Rouen, 1606) par Jacques Bottin (CHEFF), ou de la correspondance parisienne de la firme Datini (1380-1410) par Jérôme Hayez (École française de Rome).

15 Histoire, économie et société : <htp://www.cairn.info/revue-histoire-economie-et-societe.htm>.

16 Histoire et mesure : <htp://histoiremesure.revues.org/>.

17 Histoire et sociétés rurales : <htp://www.cairn.info/revue-histoire-et-societes-rurales.htm>.

18 Entreprises et histoire : <htp://www.cairn.info/revue-entreprises-et-histoire.htm>.

19 Lane F. C. et Riemersma J. C., Entreprise and secular change. Readings in economic history, Homewood (Illinois), Richard D. Irwin, 1953.

20 D’où le rôle essentiel que jouent certains recueils d’articles dans l’approche d’œuvres de grande ampleur, devenues d’accès difficile pour les jeunes chercheurs : on pense en particulier (la liste n’est pas exhaustive) à ceux de P. Bonnassie, J. Bouvier, F. Braudel, E. Chadeau, G. Duby, R. Fossier, P. Jeannin, E. Le Roy Ladurie, J. Meuvret, M. Morineau, J. C. Perrot, J.- M. Pesez, Y. Renouard, P. Toubert, P. Vilar.

21 Bourdieu J., Anticipations et ressources finies : le marché pétrolier américain dans l’entre-deux-guerres, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996 ; Piketty T., Les Hauts revenus en France au XXe siècle : inégalités et redistribution, 1901-1998, Paris, Grasset, 2001 ; Daudin G., Commerce et prospérité : la France au XVIIIe siècle, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2005 ; Hautcoeur P.-C. (éd.), Le marché financier français au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007.

22 Zalio P.-P., Grandes familles de Marseille au XXe siècle : enquête sur l’identité économique d’un territoire portuaire, Paris, Belin, 1999 ; Vatin F., Trois essais sur la genèse de la pensée sociologique : politique, épistémologie et cosmologie, Paris, La Découverte, 2005.

23 Lemarchand Y. et Parker R. H. (eds), Accounting in France : historical essays (La comptabilité en France : études historiques), New York, Garland Pub., 1996 ; Lefebvre P., L’invention de la grande entreprise. Travail, hiérarchie, marché (France, fin XVIIIe-début XXe siècle), Paris, PUF, 2003 ; Godelier E., Usinor-Arcelor. Du local au global, Paris, Lavoisier, 2006.

24 Castel R., Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

25 Braudel F., « Histoire et sciences sociales. La longue durée », Annales ESC, vol. 13, 1958, p. 725-753, repris dans Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion, 1985, p. 44-61.

26 Verley P., L’échelle du monde, Paris, Gallimard, 1997 ; Caron F., Les Deux Révolutions industrielles du XXe siècle, Paris, Albin Michel, 1998 ; ou Crouzet F., La guerre économique franco-anglaise au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2008, s’inscrivent dans cette perspective.

27 Beck P. (éd.), L’innovation technique au Moyen Âge, Paris, Éditions Errance, 1998 ; Coquery N., Hilaire-Perez L., Sallmann L. et Verna C. (éds), Artisans, industrie. Nouvelles révolutions du Moyen Âge à nos jours, Lyon, ENS éditions, 2004.

28 Dans cette perspective, il faut signaler l’importance croissante des thèmes de l’environnement et de la pollution, qui ont fait l’objet de deux thèses remarquables : Le Roux T., Le laboratoire des pollutions industrielles, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2011 ; Py V., Mine, bois et forêt dans les Alpes du Sud au Moyen Âge. Approches archéologique, bioarchéologique et historique, Thèse de doctorat, université Aix-Marseille 1, 2009.

29 Ce thème a donné lieu à de beaux exemples de recherches interdisciplinaires : Salais R., Reynaud B., Baverez N., L’invention du chômage. Histoire et transformations d’une catégorie en France des années 1890 aux années 1980, Paris, PUF, 1999 ; Fridenson P. et Reynaud B. (éds), La France et le temps de travail, 1814-2004, Paris, O. Jacob, 2004 ; Chatriot A., Join-Lambert O., Viet V. (éds), Les politiques du travail (1906-2006). Acteurs, institutions, réseaux, Rennes, PUR, 2006 ; Bellavitis A. et Piccone Stella S., Genesis, no 7, « Flessibili/precarie », Rome, Viella, 2009.

30 Les enseignements de Bertrand Gille et Denis Woronoff ont joué dans ce domaine un rôle considérable et de longue durée. Si la plupart des articles de la Revue d’histoire des mines et de la métallurgie sont aujourd’hui dépassés, on ne saurait en dire autant de l’Histoire des techniques, Paris, Gallimard, 1978 ; Woronoff D., L’industrie sidérurgique en France sous la Révolution et l’Empire, Paris, Éditions de l’EHESS, 1984, et Histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours, Paris, Le Seuil, 1994.

31 Bernardi P., Métiers du bâtiment et techniques de construction à Aix-en-Provence à la fin de l’époque gothique, 1400-1550, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1995 ; Crouzet-Pavan E., Pouvoir et édilité. Les grands chantiers dans l’Italie communale et seigneuriale, Rome, École française de Rome, 2003 ; Barjot D., La grande entreprise française de travaux publics, 1883-1974, Paris, Economica, 2006 ; Masè F., Patrimoines immobiliers ecclésiastiques dans la Venise médiévale, Rome, École française de Rome, 2006 ; Timbert A. (éd.), L’homme et la matière. L’emploi du plomb et du fer dans l’architecture gothique, Paris, Picard, 2009.

32 Benoit P. et Verna C., Le charbon de terre en Europe occidentale avant l’usage industriel du coke, Turnhout, Brepols, 1999 ; Domergue C. et Leroy M. (éds), « Mines et métallurgies en Gaule », Gallia : archéologie de la France antique, t. 57, Paris, CNRS Éditions, 2001 ; Braunstein P. (éd.), La sidérurgie alpine en Italie (XIIe-XVIIe siècles), Rome, École française de Rome, 2001 ; Bailly-Maître M.-C., L’argent. Du minerai au pouvoir dans la France médiévale, Paris, Picard, 2002.

33 Agence nationale de la Recherche, Programme « blanc » 2009 FAHMA (Filière de l’argent dans le haut Moyen Âge), dirigé par Marc Bompaire (directeur d’études EPHE).

34 Desrosiers S. (éd.), « Soieries médiévales », Techniques et culture, no 34, 1999 ; Cardon D., La draperie au Moyen Âge. Naissance d’une grande industrie européenne, Paris, CNRS Éditions, 2000.

35 Teisseyre-Sallmann L., L’industrie de la soie en Bas-Languedoc : XVIIe -XVIIIe siècles, Paris-Genève, Champion, 1995 ; Terrier D., Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, Paris, Éditions EHESS, 1996 ; Gayot G., Les draps de Sedan. 1646-1870, Paris, Éditions EHESS, 1998 ; Maitte C., La trame incertaine. Le monde textile de Prato : XVIIIe -XIXe siècles, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001 ; Pinto A., Commerce et draperie dans le comté d’Ampuriès, 1260-1497, Thèse de doctorat, université de Chambéry, 2002 ; Daumas J.-C., Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au XIXe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004 ; Minovez J.-M., L’industrie invisible. Les draperies du Midi, XVIIe -XXe siècle. Essai sur l’originalité d’une trajectoire, Paris, CNRS Éditions, 2012.

36 Bottin J. et Pellegrin N., Échanges et cultures textiles dans l’Europe préindustrielle, Villeneuve-d’Ascq, Revue du Nord, 1996 ; Fontana G. L. et Gayot G. (eds), Wool. Products and markets (13th-20th century), Padova, CLEUP, 2004 ; Nam J.-K., Le commerce du cotton en Méditerranée à la fin du Moyen Âge, Leiden, Brill, 2007.

37 Cf. par exemple pour la construction automobile les recherches de l’université d’Évry : par exemple, Hatzfeld N., Les gens d’usine. 50 ans d’histoire à Peugeot-Sochaux, Paris, Éditions de l’Atelier, 2002 ou Loubet J.-L., La maison Peugeot, Paris, Perrin, 2009 ; ou pour le secteur bancaire et financier, Albert E., Les banques populaires en France, 1917-1973, Paris, Économica, 1997 et les ouvrages d’Hubert Bonin, en dernier lieu : Bonin H., CFAO (1887-2007). La réinvention permanente du commerce outre-mer, Saint-Denis, Publications de la SFHOM, 2008 ; voir aussi pour d’autres secteurs : Daumas J.-C., L’Amour du drap. Blin et Blin, 1827-1975. Histoire d’une firme lainière familiale, Besançon, PUFC, 1999 ; Vernus P., Art, luxe et industrie. Bianchini Férier, un siècle de soierie lyonnaise, Grenoble, PUG, 2006 ; Marty N., L’articulation entre normes et marchés : la construction de la qualité de l’eau embouteillée en Europe, XIXe -XXe siècles, Mémoire inédit pour l’HDR, université de Perpignan, 2009, à paraître ; Marseille J., Les Wendel, 1704-2004, Paris, Perrin, 2004 ; Barjot D., La trace des bâtisseurs. Histoire du groupe Vinci, Paris, Vinci, 2003 ; l’approche monographique permet de poser des problèmes plus généraux : Le Roux M., L’entreprise et la recherche. Un siècle de recherche industrielle à Pechiney, Paris, Éditions Rive droite, 1998 ; Cohen Y., Organiser à l’aube du taylorisme. La pratique d’Ernest Mattern chez Peugeot, 1906-1919, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2001.

38 Mayaud J.-L., La petite exploitation rurale triomphante (France, XIXe siècle), Paris, Belin, 1999 ; Belmont A., Des ateliers au village. Les artisans ruraux en Dauphiné sous l’Ancien régime, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1998 ; Verna C., L’industrie au village (Arles-sur-Tech, XIVe et XVe siècles) : essai de micro-histoire, Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, université Paris 1, 2008 ; Arnoux M. et Flambard A.-M. (éds), La Normandie dans l’économie européenne (XIIe -XVIIe siècles), Caen, Publications du CRAHM, 2010.

39 Belhoste J.-F. et Roussel C. (éds), Une manufacture princière au XVe siècle. La grande saline de Salins-les-Bains (Jura), Besançon, Inventaire général de Franche Comté, 2006 ; Victor S., La construction et les métiers de la construction à Gérone au XVe siècle, Toulouse, CNRS-université de Toulouse-Le Mirail, 2008.

40 Braunstein P., Travail et entreprise au Moyen Âge, Bruxelles, De Boek, 2000 ; Gervais P., Les origines de la révolution industrielle aux États-Unis : entre économie marchande et capitalisme industriel, 1800-1850, Paris, Éditions de l’EHESS, 2004.

41 Mandé I., Les migrations du travail en Haute Volta (actuel Burkina Faso), mise en perspective historique (1919-1960), Thèse de doctorat, université Paris 7, 1997 ; Green N. L., Du Sentier à la 7e Avenue. La confection et les immigrés, Paris-New York, 1880-1980, Paris, Seuil, 1998 ; Rainhorn J., Paris, New York. Des migrants italiens, années 1880-années 1930, Paris, CNRS Éditions, 2005 ; Bruno A.-S. et Zalc C., Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers en France, XIXe-XXe siècles, Paris, Publibook, 2006 ; Martini M. et Rygiel P. (éds), Genre et travail migrant (mondes atlantiques, XIXe-XXe siècles), Paris, Publibook, 2009.

42 Downs L. L., L’inégalité à la chaîne. La division sexuée du travail dans l’industrie métallurgique en France et en Angleterre, 1914-1939, Paris, Albin Michel, 2001 ; Gardey D., La dactylographe et l’expéditionnaire. Histoire des employés de bureau, 1890-1930, Paris, Belin, 2001 ; Schweitzer S., Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire de leurs métiers (XIXe et XXe siècles), Paris, O. Jacob, 2002 ; Beau A.-S., Un siècle d’emplois précaires. Patron-ne-s et salarié-e-s dans le grand commerce (XIXe-XXe siècles), Paris, Payot, 2004.

43 Roche D., Histoire des choses banales. Naissance de la consommation dans les sociétés traditionnelles, XVIIe-XIXe siècles, Paris, Fayard, 1997 ; Coquery N., L’hôtel aristocratique. Le marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998.

44 Flambard-Héricher A.-M. (éd.), Potiers et poteries du Bessin. Histoire et archéologie d’un artisanat rural du XIIe au XXe siècle, en Normandie, Caen, Publications du CRAHM, 2002.

45 Moriceau J.-M. et Postel-Vinay G., Ferme, entreprise, famille, Paris, Éditions de l’EHESS, 1992 ; Moriceau J.-M., Les fermiers de l’Île-de-France. L’ascension d’un patronat agricole, Paris, Fayard, 1994, et, Terres mouvantes. Les campagnes françaises des origines à la mondialisation (XIIe-XIXe siècles), Paris, Fayard, 2002.

46 Ferrières M., Histoire des peurs alimentaires du Moyen Âge à l’aube du XXe siècle, Paris, Seuil, 2002 ; Stanziani A., Histoire de la qualité alimentaire (XIXe-XXe siècles), Paris, Seuil, 2005 ; Kaplan S. L., Le pain maudit. Retour sur la France des années oubliées, 1945-1958, Paris, Fayard, 2008 ; Ouerfelli M., Le sucre. Production, commercialisation et usages dans la Méditerranée médiévale, Leiden, Brill, 2008.

47 Grenier J.-Y., L’économie d’Ancien régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Albin Michel, 1996 ; Bois G., La grande dépression médiévale (XIVe-XVe siècles). Le précédent d’une crise systémique, Paris, PUF, 2000.

48 UMR 5607 (CNRS-université Bordeaux 3) : <http://www-ausonius.u-bordeaux3.fr/>.

49 Bresson A., La cité marchande, Pessac, Ausonius, 2000, et L’économie de la Grèce des cités, 2 vol., Paris, Armand Colin, 2007-2008 ; Andreau J. et Chankowski V. (éds), Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique, Pessac, Ausonius, 2007 ; cf. aussi Roman Y. et Dalaison J., L’économie antique, une économie de marché ? Paris, De Boccard, 2008.

50 Béaur G., Arnoux M. et Varet-Vitu A., Exploiter la terre. Les contrats agraires de l’Antiquité à nos jours, Rennes, AHSR-Presses universitaires de Rennes, 2003 ; Andreau J., Béaur G. et Grenier J.-Y., La dette publique dans l’histoire, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006 ; Théret B. (éd.), La monnaie dévoilée par ses crises, 2 vol. (t. 1 : Crises monétaires d’hier et d’aujourd’hui, t. 2 : Crises monétaires en Russie et en Allemagne au XXe siècle), Paris, Éditions de l’EHESS, 2007. On signalera particulièrement l’intérêt des recherches menées récemment par Laurent Feller sur le marché foncier dans le haut Moyen Âge, dans une perspective interdisciplinaire : Feller L., Weber F. et Gramain A., La fortune de Karol. Marché de la terre et liens personnels dans les Abruzzes au haut Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2005 ; Feller L. et Wickham C., Le marché de la terre au Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2005.

51 Margairaz D. et Minard P. (éds), L’information économique, XVIe-XIXe siècles, Paris, CHEFF, 2008.

52 Desplat C. (éd.), Foires et marchés dans les campagnes de l’Europe médiévale et moderne (Flaran 14), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1996 ; Margairaz D. et Minard P. (éds), « Le marché dans son histoire », Revue de Synthèse, t. 127, 2006.

53 Demade J., Ponction féodale et société rurale en Allemagne du Sud (XIe -XVIe siècles). Essai sur la fonction des transactions monétaires dans les économies non capitalistes, Thèse de doctorat, université de Strasbourg, 2004 ; Theiller I., Les marchés hebdomadaires en Normandie orientale (XIVe -début XVIe siècle), Thèse de doctorat, université Paris 7, 2004 ; Petrowiste J., Naissance et essor d’un espace d’échanges au Moyen Âge. Le réseau des bourgs marchands du Midi toulousain (XIe-milieu du XIVe siècles), Thèse de doctorat, université Toulouse-Le Mirail, 2007.

54 Jeannin P., Marchands du Nord, Paris, Presses de l’ENS, 1996, et Marchands d’Europe, Paris, Presses de l’ENS, 2002 ; Bottin J. et Calabi D., Les étrangers dans la ville. Minorités et espace urbain du bas Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, Éd. MSH, 1999 ; Vallet E., Marchands vénitiens en Syrie à la fin du XVe siècle, Paris, ADHE, 1999 ; Bruant O., Voyageurs et marchandises aux temps carolingiens. Les réseaux de communication entre Loire et Meuse aux VIIIe et IXe siècles, Bruxelles, De Boek, 2002 ; Burkardt A., Bertrand G. et Krumenacker Y., Commerce, voyage et expérience religieuse. XVIe-XVIIIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007 ; Kaiser W., Le commerce des captifs. Les intermédiaires dans l’échange et le rachat des prisonniers en Méditerranée, XVe-XVIIIe siècles, Rome, École française de Rome, 2008 ; Judde de Larivière C., Naviguer, commercer, gouverner. Économie maritime et pouvoirs à Venise (XVe-XVIe siècles), Leiden, Brill, 2008 ; Demont V., L’orfèvrerie-joaillerie à Francfort-sur-le-Main et Hambourg (1585-1648) : marché et acteurs, Thèse de doctorat, université Paris 7, 2008.

55 Postel-Vinay G., La terre et l’argent. L’agriculture et le crédit en France du XVIIIe au début du XXe siècle, Paris, Albin Michel, 1998 ; Jeannin P., Change, crédit et circulation monétaire à Augsbourg au milieu du XVIe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 2001 ; Hoffman P. T., Postel-Vinay G. et Rosenthal J.-L., Des marchés sans prix. Une économie politique du crédit à Paris, 1660-1870, Paris, Éditions de l’EHESS, 2001 ; Andreau J., Banques et affaires dans le monde romain (IVe siècle av. J. C.-IIIe siècle ap. J. C.), Paris, Seuil, 2001.

56 Berthe M. (éd.), Endettement paysan et crédit rural dans l’Europe médiévale et moderne (Flaran 17), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1998 ; Claustre J. (éd.), La dette et le juge. Juridiction gracieuse et juridiction contentieuse du XIIIe au XVe siècle (France, Espagne, Angleterre, Empire), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, Dans les geôles du roi. L’emprisonnement pour dette à Paris à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007 ; Scherman M., Famille et travail à Trévise à la fin du Moyen Âge, Thèse de doctorat, université Paris 7 et université de Venise Cà Foscari, 2007 ; Fontaine L., L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard, 2008.

57 Chavance B., L’économie institutionnaliste, Paris, La Découverte, 2007.

58 Minard P., La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998 ; Ndiaye P., Du nylon et des bombes. Du Pont de Nemours, le marché et l’État américain, Paris, Belin, 2001 ; Menjot D., Rigaudière A. et Sánchez Martínez M., L’impôt dans les villes de l’Occident méditerranéen, XIIIe-XVe siècles, Paris, CHEFF, 2005 ; Balasse C., 1306. L’expulsion des Juifs du royaume de France, Bruxelles, De Boek, 2008.

59 Lemercier C., Un si discret pouvoir. Aux origines de la Chambre de commerce de Paris, 1803-1852, Paris, La Découverte, 2003.

60 Hilaire-Pérez L., L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000 ; Arnoux M. et Monnet P., Le technicien dans la cité en Europe occidentale, 1250-1650, Rome, École française de Rome, 2004.

61 Fraboulet D., Les entreprises sous l’Occupation. Le monde de la métallurgie à Saint-Denis, Paris, CNRS Éditions, 1998, et, Quand les patrons s’organisent, Stratégies et pratiques de l’Union des Industries métallurgiques et minières (1900-1950), Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion, 2007 ; Lacroix-Riz A., Industriels et banquiers français sous l’Occupation. La collaboration économique avec le Reich et Vichy, Paris, A. Colin, 1999 ; Dard O., Daumas J.-C. et Marcot F. (éds), L’Occupation, l’État français et les entreprises, Paris, ADHE, 2000 ; Margairaz M. (éd.), Banques, Banque de France et Seconde Guerre mondiale, Paris, Albin Michel, 2002 ; Aglan A., Margairaz M., Verheyde P. (éds), La Caisse des dépôts et consignations, la Seconde Guerre mondiale et le XXe siècle, Paris, Albin Michel, 2003. Voir aussi la série des actes des colloques organisés par le GDR « Les entreprises sous l’occupation ».

62 Chatriot A., La démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil national économique. 1924-1940, Paris, La découverte, 2002.

63 Daviet J.-P., La société industrielle en France. Productions, échanges, représentations, Paris, Seuil, 1997 ; Stanziani A., L’économie en revolution. Le cas russe, 1870-1930, Paris, Albin Michel, 1998 ; Brian E., La mesure de l’État. Administrateurs et géomètres au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 2000 ; Margairaz D., François de Neufchâteau. biographie intellectuelle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005 ; Martinat M., Le juste marché. Le système annonaire romain aux XVIe et XVIIe siècles, Rome, École française de Rome, 2004 ; Garner G., État, économie, territoire en Allemagne. L’espace dans le caméralisme et l’économie politique 1740-1820, Paris, EHESS, 2005 ; Christen-Lécuyer C., Histoire sociale et culturelle des caisses d’épargne en France, 1818-1881 Paris, Economica, 2004 ; Bitterling D., Lectures françaises de l’espace absolu, Paris, Albin Michel, 2009.

64 Pour l’histoire médiévale, ce courant de recherche apparaît particulièrement dynamique : Piron S., Parcours d’un intellectuel franciscain, d’une théologie vers une pensée sociale. L’œuvre de Pierre de Jean Olivi (ca. 1248-1298) et son traité De contractibus, Thèse de doctorat, EHESS, 1999 ; Piron S. et Boureau A., Pierre de Jean Olivi (1248-1298). Pensée scolastique, dissidence spirituelle et société, Paris, Vrin, 1999 ; Braid R., Peste, prolétaires et politiques. La Législation du travail et les politiques économiques en Angleterre aux XIIIe et XIVe siècles (concepts, réalités et contexte européen), Thèse de doctorat, EHESS, université Paris 7 Denis Diderot, 2008 ; Toneatto V., Marchands et banquiers du seigneur. Lexiques chrétiens de la richesse et de l’administration monastiques de la in du IVe au début du IXe siècle, Thèse de doctorat, université Paris 10, 2009.

65 Cf. l’analyse présentée par Olivier Pétré-Grenouilleau dans l’article cité note 1. Voir aussi le dossier sous la direction de Douki C., Minard Ph., « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 54, décembre 2007.

66 Pour mettre en évidence l’importance des travaux des historiens français dans ce domaine, il suffira d’évoquer les contributions de M. Aymard, P. Chaunu, C. Coquery-Vidrovitch, S. Gruzinski, D. Lombard, M. Morineau, J. Marseille, F. Mauro, O. Petré-Grenouilleau, R. Romano et N. Wachtel. La préface donnée par Kenneth Pomeranz à l’édition française de The Great Divergence met bien en lumière l’importance qu’ont pu avoir les apports de l’École des Annales : Pomeranz K., Une grande divergence. La Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale, Paris, Albin Michel, 2010, p. 7-30.

67 Fait significatif, aucun historien français n’a participé au beau volume Histoire globale, mondialisations et capitalisme (Paris, La Découverte, 2010), publié par deux anthropologues et un économiste, Philippe Beaujard, Laurent Berger et Philippe Norel.

68 Hodeir C., Stratégies d’empire, le grand patronat colonial face à la décolonisation, Paris, Belin, 2003 ; Lefeuvre D., Chère Algérie 1930-1962, Paris, SFHOM, 2007 ; Bonin H., Hodeir C., Klein J.-F., L’esprit économique impérial ? Réseaux et groupes de pression du patronat colonial en France et dans l’Empire (1830-1962), Paris, SFHOM, 2008.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search