Version classiqueVersion mobile

L’Histoire économique en mouvement

 | 
Jean-Claude Daumas

Avant-propos

Jean-Claude Daumas

Texte intégral

1C’est parce qu'elle faisait le constat de l'affaiblissement et des difficultés actuelles de l’histoire économique dans notre pays que la direction du Département des Sciences de l’Homme et de la Société du CNRS a créé, en mai 2007, le Réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) d’histoire économique avec pour mission de faire un audit de cette branche du savoir historique et de favoriser l’émergence de thématiques et de forces nouvelles. Initialement fixé à trois ans, le mandat du RTP a été prolongé d’un an en 2010.

  • 1 Voici la liste de ses membres avec leur rattachement institutionnel d’alors : Dominique Barjot (un (...)
  • 2 Une première version de ce texte, en fait plutôt une esquisse, a été publiée sous le titre : « Red (...)

2Pendant ces quatre années, son conseil scientifique, composé de chercheurs français et étrangers1, a entendu et discuté des rapports sur la situation de la discipline dans notre pays et dans plusieurs pays européens (Royaume-Uni, Italie, Espagne) ainsi que sur l’évolution de ses objets, de ses approches et de ses méthodes. Ces textes constituent la matière de la première partie de ce volume. Forcément personnels, subjectifs même, ils ne prétendent pas à l’exhaustivité, même si leurs auteurs ont cherché à voir large. Ils sont précédés d’une longue introduction qui tente de faire le point sur les mutations de l’histoire économique en France depuis les années 1960 et sa situation actuelle, avant de faire une série de propositions générales susceptibles de contribuer à sa redynamisation2. Tous les auteurs, y compris le responsable du Réseau, s’expriment ici à titre personnel. Au total, ces communications font découvrir au lecteur une discipline qui, loin de se complaire dans l’évocation nostalgique d’un passé glorieux, a su innover et se renouveler. Il ne manquera pas cependant de constater des différences, voire des contradictions entre les auteurs que l’on n’a pas cru bon de chercher à réduire car elles sont susceptibles de faire réfléchir et d’alimenter la discussion.

  • 3 Les actes de ce colloque sont à paraître en 2012 aux EUD sous le titre Faire de l’histoire économi (...)

3Par ailleurs, souffrant d’une orientation trop étroitement gallo-centrique, tout comme d’ailleurs toute l’historiographie française, l’histoire économique ignore trop souvent les grands débats qui animent la discipline au plan international. C’est pourquoi le RTP a organisé à Lyon, le 20 octobre 2010, en prologue au congrès de l’Association française d’histoire économique (AFHE) qui s’est tenu les 21 et 22 octobre (« Les chantiers de l’histoire économique »)3, un colloque international intitulé « L’histoire économique vue d’ailleurs » où des chercheurs étrangers de renom ont présenté leurs travaux. Il s’agissait de faire connaître aux historiens français les recherches et les discussions qui ont lieu à l’étranger sur des questions essentielles pour l’avenir de la discipline – les rapports entre l’Europe et l’Asie à l’aube de la révolution industrielle, les relations entre développement économique, transformations sociales et évolutions démographiques, et le rôle de la banque et du crédit dans la croissance médiévale –, en insistant tout particulièrement sur les apports de l’histoire globale et des méthodes quantitatives. Les textes qui ont été présentés et discutés à Lyon sont réunis dans la seconde partie de ce volume. Ils permettront au lecteur de se familiariser avec des questions sur lesquelles les chercheurs français sont trop peu nombreux à travailler. On espère que cette confrontation avec les travaux réalisés hors de nos frontières contribuera à donner un souffle nouveau à la recherche française.

4Au total, le RTP aura rempli sa mission si, en proposant les grandes lignes d’un bilan, en traçant des perspectives et en nous confrontant à d’autres traditions de recherche, les textes rassemblés dans ce volume nourrissent la discussion collective nécessaire pour dessiner l’avenir de l’histoire économique.

Notes

1 Voici la liste de ses membres avec leur rattachement institutionnel d’alors : Dominique Barjot (université Paris IV), Gérard Béaur (EHESS), Jacques Bottin (CNRS-IHMC), Forest Capie (City University, Londres), Albert Carreras (Universitat Pompeu Fabra, Barcelone), Jean-Claude Daumas (université de Franche-Comté/Institut universitaire de France, président de l’Association française d’histoire économique et responsable du RTP), Claude Diebolt (université Louis Pasteur, Strasbourg), Laurent Feller (université Paris I), Philippe Fontaine (ENS de Cachan/Institut universitaire de France), Patrick Fridenson (EHESS), Gérard Gayot (université de Lille III), Catherine Grandjean (université de Tours), Corine Maitte (université de Marne la Vallée), Anne Pezet (université Paris-Dauphine), Robert Salais (CNRS-IDHE), Jürgen Schlumbohm (Max Planck Institut, Göttinggen), Florence Weber (ENS), Chris Wickham (université d’Oxford), Pierre-Paul Zalio (ENS de Cachan). Parce qu’ils avaient tous de lourdes responsabilités, les membres du conseil scientifique ont été inégalement présents et actifs mais leur participation à ses travaux a été essentielle. Je tiens tout particulièrement à rendre hommage ici à Gérard Gayot qui, jusqu’à son décès en janvier 2009, en a été un fidèle pilier. Laurent Feller, Philippe Fontaine et Corine Maitte, membres du bureau, m’ont aidé à animer le réseau. Je n’aurai garde non plus d’oublier les collègues, français et étrangers, qui ont bien voulu éclairer le conseil de leurs analyses : Carlo Belfanti (université de Brescia), Francesca Carnevali (université de Birmingham), Youssef Cassis (université de Genève), Serge Chassagne (université de Lyon 2), Alain Chatriot (CNRS-CRH), Raymond Descat (université de Bordeaux 3), Jean-Luc Demeulemeester (université libre de Bruxelles), Laurence Fontaine (CNRS-Centre Maurice Halbwachs), Claire Lemercier (CNRS-CSO), François Menant (ENS Paris), Michel Margairaz (université Paris 1), Philippe Minard (université Paris 8/EHESS), et Didier Terrier (université de Valenciennes). Par ailleurs, Régis Boulat (post-doc, université de Grenoble 2) a élaboré les statistiques sur l’évolution des revues historiques. Enfin, le RTP a bénéficié du soutien logistique de la MSHE CN Ledoux (Besançon) et Marie Gillet, ingénieur d’études à la MSHE, a revu avec beaucoup de soin le manuscrit du livre issu des travaux du RTP. Que tous soient ici remerciés pour leur contribution.

2 Une première version de ce texte, en fait plutôt une esquisse, a été publiée sous le titre : « Redynamiser l’histoire économique en France », en introduction aux actes du colloque « Jeunes chercheurs en histoire économique » organisé par le RTP à l’ENS de Cachan les 28 et 29 octobre 2008, et réunis sous le titre : « Acteurs, institutions et entreprises », dans Entreprises et Histoire, septembre 2008, no 52. L’introduction se trouve aux p. 7-17.

3 Les actes de ce colloque sont à paraître en 2012 aux EUD sous le titre Faire de l’histoire économique aujourd’hui.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search