Version classiqueVersion mobile

Instituteurs avant la République

 | 
François Jacquet-Francillon

Deuxième partie. Les instituteurs en 1861

Chapitre VII. Les maîtres et les pouvoirs

Texte intégral

1On ne sera pas surpris de constater que, concernant leur statut également, les instituteurs soient enclins à décrire ses aspects négatifs, qui tiennent à une longue et désagréable série de précautions à prendre et d’obligations à respecter dans des rapports hiérarchiques qui ont parfois le sens de subordinations implacables.

1. La surveillance des préfets

  • 1 Ce Conseil départemental récupère les attributions du Conseil académique de 1850. Reste donc la st (...)

2La loi Falloux du 15 mars 1850 avait confié aux conseils municipaux la nomination, et aux recteurs (départementaux c’est-à-dire académiques à ce moment-là), les pouvoirs disciplinaires sur les instituteurs (art. 31 et art. 33) ; mais la loi du 14 juin 1854 reprit ensuite les dispositions de la « petite loi » du 11 janvier 1850 pour donner l’ensemble de ces fonctions au président du Conseil départemental de l’instruction publique qui n’était autre que le préfet1. Celui-ci, représentant du gouvernement, avait donc entre les mains la carrière des maîtres d’école : il devait en autoriser le début, il pouvait en décréter la fin et, surtout, en modifier le cours par des sanctions diverses qui étaient concrètement des réprimandes, des suspensions (avec ou sans privation de traitement), et enfin des déplacements d’office, prévus par un avis du Conseil Supérieur de l’Instruction publique du 17 mai 1850.

Les changements de poste

  • 2 Voir le thème no 8.
  • 3 Arch. Nat. F17 6254, et F19 5776 Segré ; voir J. Maurain, Politique ecclésiastique du second Empir (...)
  • 4 Voir O. Gréard, La législation.., op.cit., t.3, p. 501, note 1.

3En général, sous le régime suspicieux de la loi de 1854, une pression permanente a été exercée sur le corps enseignant, au moyen de la peine – purement disciplinaire celle-là – du déplacement d’office2. Une statistique commandée en octobre 1861 par Rouland sur l’ensemble des instituteurs publics, laïques ou congréganistes, ne porte mention, au titre des peines disciplinaires infligées du 1er janvier 1855 au 31 décembre 1860, que : 1) des révoqués ou interdits : pour motifs divers (527), et pour immoralité (389) ; 2) des suspendus (492) ; 3) des réprimandés (453)3. Mais en réalité le ministre a recommandé dans une circulaire du 2 mars 1853 que les recteurs des académies n’hésitent pas « à faire usage du droit de déplacement ou de permutation, dans toutes les circonstances où ils jugeront que l’intérêt du service exige l’adoption de cette mesure »4.

  • 5 Arch. Nat. F17 10780, Saône-et-Loire.
  • 6 Jean-Joseph Thuillot, de Bossus-les-Rumigny (Ardennes), Arch. Nat F17 10775.
  • 7 Jean Rouges, de Larrazet (Tarn-et-Garonne), Arch. Nat. F17 10798.

4Les mémoires de 1861 révèlent que le déplacement d’office est décidé assez couramment pour les motifs les plus bénins. Jean-Baptiste Sandre cite le cas d’un instituteur qui, ayant envoyé une lettre de protestation au sous-préfet qui a annulé la construction d’une maison d’école, est muté à peine huit jours après5 ! Le pire, c’est que la sanction est infligée dès qu’une rumeur un peu calomnieuse se fait entendre. Objet d’une quelconque réclamation de la part des habitants du village, l’instituteur est frappé presque préventivement, juste pour couper court à l’agitation, qu’il ait ou non quelque chose à se reprocher. Et certains affirment que le changement de poste est devenu un écueil presque habituel, qui fait partie d’une carrière normale, mais une carrière rabaissée au statut ancien et nul des instituteurs ambulants. « Que de promenades on a fait faire au mobilier du pauvre instituteur », soupire ainsi Jacques Mouton, de Boyer (Saône-et-Loire). Dans cette situation, le maître d’école n’a pas d’issue. Soit, blâmé par ses supérieurs, il doit quitter son poste et suscite alors la méfiance de la population – ce sont des changements fréquents qui déconsidèrent les instituteurs dans l’esprit public, explique Jean-Joseph Thuillot, de Bossus-lez-Rumigny (Ardennes)6. Soit, à l’inverse, il se heurte à l’hostilité des habitants, et il est bientôt condamné par l’administration à s’en aller. C’est un cercle vicieux. D’un côté « le dernier d’une commune » est un individu souvent dangereux qui se permet d’être un censeur et a le plus souvent gain de cause (le maître est « toujours la victime de méchants, sans espoir de recours... », affirme le même Thuillot). D’un autre côté, l’autorité académique est « trop facile à écouter tout ce que la malveillance peut trouver d’odieux pour faire frapper » celui « qui lui fait ombrage sans pouvoir jamais justifier aucun des faits qu’elle lui impute ». Alors l’instituteur devient un « fonctionnaire indigne » et, sans qu’il soit entendu, il « est envoyé immédiatement dans une autre commune »7.

  • 8 Ibid.

5La punition est également sensible sur le plan pécuniaire, à cause du voyage qui peut être ruineux étant donnée la faiblesse des ressources ordinaires, et à cause des pertes de rétribution si la commune d’arrivée est de moindre importance. Il se peut même que le remplaçant subisse un contre coup lorsque des familles retirent les enfants de l’école pour marquer leur désapprobation. Jean Rouges raconte qu’ayant été « calomnieusement attaqué », il fut obligé de quitter le 1er avril 1855 son poste de Brassac (Tarn-et-Garonne), où il avait été nommé sur sa demande un an plus tôt. Pendant le premier trimestre de son année, il avait perçu 244 francs de rétribution mensuelle, tandis que son successeur ne perçut que 96 francs pour les trois trimestres suivants. Les pères de famille, qui « ne pouvaient protester autrement contre le calomniateur », avaient tenu à envoyer leurs enfants « aux écoles voisines »8. Singulière solidarité, qui devait fort plaisamment mettre du baume au cœur de la victime.

  • 9 Arch. Nat. F17 10775, Ardennes.
  • 10 Arch. Nat. F17 10786, Loiret.

6Le changement de poste est surtout décrié comme une brimade morale, une vexation, lorsqu’il éloigne le maître d’une société sympathique et accueillante. Le dommage affectif est causé de part et d’autre si l’on peut dire. Selon Jean Rouges, d’une part les enfants sont privés d’un ami, une personne en qui la confiance s’était affermie avec le temps, de sorte qu’on ne pourra « de longtemps effacer de telles traces d’affection » et qu’il sera très difficile d’y substituer de nouveaux sentiments d’amitié et d’estime envers un nouvel instituteur, aussi sérieuses et savantes que soient ses leçons. D’autre part les familles et le village tout entier sont arrachés à une chaleureuse proximité. Plusieurs textes font sur ce point des récits de départs calamiteux et d’adieux déchirants. Jean-Baptiste Lefebvre, de Launois (Ardennes), se souvient avoir versé toutes les larmes de son corps dans une ambiance de « deuil général », lorsque plus de 300 personnes, tout un cortège d’hommes, de femmes et d’enfants, lui firent « une conduite de 8 à 10 kilomètres »9. Louis Royer, de Bazoches (Loiret), décrit avec plus de lyrisme encore ces affres de la séparation10 :

« mais l’heure du départ a sonné, il faut quitter ce pays chéri, quitter biens et famille, pour aller contracter ailleurs de nouveaux lieux, bien insuffisants sans doute à ses désirs et incapables de prévaloir aux premiers. Toute la commune est en émoi, en alarme : on ne veut pas le laisser partir ; on pétitionne, on emploie tous les moyens que l’imagination peut produire, on met tout en œuvre et tout est inutile [...]. Puis, que de déceptions, de peines, d’inquiétudes, en se voyant éloigné, séparé de sa famille par une distance de 10, 15, 20 lieues et même davantage ! Ainsi isolé, il vit comme un pauvre abandonné au milieu d’angoisses mortelles qui rongent et consument sa vie... »

2. La surveillance des autorités locales

  • 11 Voir le thème no 7.
  • 12 L’article 7 de la loi du 15 mars 1850 crée une académie par département, laquelle académie est adm (...)

7Les comités chargés d’encourager et de surveiller l’instruction primaire sont la seconde instance du pouvoir qui s’exerce sur les instituteurs11. On se souvient que la loi Guizot distinguait deux niveaux. Que devient ce dispositif sous le régime des lois du 15 mars 1850 et du 14 juin 1854 ? Au niveau supérieur, la surveillance des écoles publiques est du ressort non plus d’un comité mais d’une délégation cantonale, dont les membres, en nombre variable selon les endroits, sont nommés pour trois ans par le Conseil académique (départemental), et doivent se réunir au moins une fois par trimestre au chef-lieu de canton12. Au niveau communal, la loi du 15 mars 1850 (art. 44) stipule d’une part que maire et curé sont préposés à la surveillance et à la direction morale de l’enseignement primaire, aidés par des habitants que désigne le Conseil académique si la commune a plus de 2000 âmes, et d’autre part que les ministres des différents cultes sont « spécialement chargés » de surveiller les enseignements religieux dispensés par les maîtres.

  • 13 Voir O. Gréard, La législation..., op. cit., t. 3, p. 482.
  • 14 Cité par P. Zind, L’enseignement religieux..., op. cit., p. 19. C’est ce qui fait dire à Marx que, (...)
  • 15 De plus, le brevet de capacité peut être remplacé par le titre de « ministre d’un culte reconnu pa (...)
  • 16 Arch. Nat. F17 2649 ; même style d’observation en 1858 de la part du recteur de Poitiers, qui sign (...)

8De manière générale en effet, dans le contexte de la loi Falloux que nous avons déjà examiné sur d’autres plans, l’Eglise a des moyens de coercition assez étendus. D’abord les curés et les évêques vont effectivement suivre de près l’enseignement religieux. Certes, cette partie du programme est placée en tête des prescriptions officielles depuis la loi Guizot (et depuis toujours pourrait-on dire), par conséquent le règlement du 17 août 1851 n’est guère plus exigeant que celui du 25 mai 1834. Il réaffirme simplement, en une formule qui va devenir la référence obligée des mémoires, que « le principal devoir de l’instituteur est de donner aux enfants une éducation religieuse, et de graver profondément dans leur âme le sentiment de leurs devoirs envers Dieu, envers leurs parents, envers les autres et envers eux-mêmes »13. Mais les catholiques ont à ce moment-là un état d’esprit offensif dont témoignent des propos comme ceux de Monseigneur Parisis dans Le Correspondant du 1er avril 1850 : « L’instruction générale n’est qu’un corollaire de l’enseignement religieux »14. L’Eglise dispose en outre de pouvoirs nouveaux plus étendus dans les diverses instances de l’administration scolaire, partout où s’affirme une quelconque autorité. Au sommet, dans le Conseil supérieur de l’Instruction publique, figurent quatre archevêques ou évêques élus par leurs confrères, plus un pasteur luthérien et un rabbin ; au niveau départemental, dans le Conseil académique, siègent l’évêque du diocèse plus un autre ecclésiastique désigné par lui ; au niveau local enfin, le curé a ce droit d’inspection – qu’il va souvent exercer avec une beaucoup de constance. De surcroît, l’Eglise investit ou tente d’investir les écoles normales et les jurys d’examen pour le brevet de capacité, qui sont nommés par le Conseil académique et peuvent très bien ne comporter que trois membres du corps enseignant sur sept participants15. En fin de compte, l’instituteur n’est pas seulement suivi ou observé – voire inquiété – sur le chapitre de l’instruction religieuse : c’est toute sa personne, ses actes et ses pensées qui doivent afficher leur conformité au modèle clérical. C’est pourquoi beaucoup de rapports officiels sur la situation de l’enseignement retiennent ce critère avant tout autre. En 1859, le recteur de l’Académie de Clermont note ainsi que les instituteurs issus de l’Ecole normale du Puy-de-Dome ont subi de bénéfiques influences si l’on en juge par « la sincérité qu’ils apportent dans l’accomplissement de leurs devoirs religieux... »16.

  • 17 Dielhy, de Dornach (Haut Rhin), Arch. Nat., F17 10794.
  • 18 Pierre Thieulin, de Condé-sur-Noireau (Calvados), Arch. Nat., F17 10765.
  • 19 Arch. Nat. F17 10786, Loiret.

9Ces systèmes de contraintes ne sont pas épargnés par les mémoires des instituteurs, qui déplorent le rabaissement de leur statut malgré leurs compétences et leurs responsabilités. La délégation cantonale est souvent jugée nulle et non avenue. Trop lointaine selon Darroze, d’Arjuzanx (Landes) ; pas assez attachée à sa mission selon Jacques mouton, de Boyer (Saône-et-Loire). Elle est déférée à des gens, ou bien « qui n’entendent pas beaucoup à l’instruction »17, ou bien qui ne sont pas « suffisamment occupés de pédagogie »18. René Rémond, d’Orléans, est encore plus net : d’après lui, les délégués cantonaux sont des « personnes le plus souvent complètement étrangères à l’instruction primaire, qui en compliquent inutilement les rouages, et dont l’action est plutôt nuisible qu’utile »19.

  • 20 Pierre Thieulin, de Condé-sur-Noireau (Calvados), Arch. Nat. F17 10765.
  • 21 Eugène Bonnemazon, de Pontonx (Landes), Arch. Nat. F17 10764.
  • 22 Hyppolite Dubois, d’Ouzouer-le-Marché (Loir-et-Cher) Arch. Nat. F17 10786. N’oublions pas que le m (...)
  • 23 Pierre-François Lefebvre, de Basseneville (Calvados), Arch. Nat. F17 10765.
  • 24 P. Luiz, Scènes de la vie d’un instituteur, op. cit., pp. 71 et suiv.

10Dans les villages, le problème le plus sérieux c’est-à-dire le risque le plus grave surgit quand l’école est au centre d’une rivalité entre l’autorité civile et l’autorité religieuse. Situation déjà classique, nous le savons. Pour de nombreux maîtres, il est vital de « conserver à la fois l’amitié du maire et celle du curé »20. Vital mais ô combien difficile, car il y a parfois « une certaine zizanie » entre ces deux autorités21 : Monsieur le maire et Monsieur le curé vont « souvent mal ensemble »22, et c’est alors qu’immanquablement l’ami de l’un aura l’autre pour ennemi23. Un épisode du récit de Paul Luiz montre bien les ennuis d’un jeune maître tiraillé à son corps défendant par les querelles villageoises. Après être sorti de l’Ecole normale d’Arras en 1854, il enseigne d’abord en tant que suppléant, puis il est accepté comme titulaire dans un village proche. A son arrivée, le 1er octobre 1855, il s’attend à un accueil particulier, au moins des salutations, des présentations et quelques politesses. Mais il s’avance dans la rue et ne rencontre rien ni personne... la vie alentour est indifférente. Il entre alors au cabaret, et c’est là qu’on lui révèle l’embarras suscité par sa venue. Après la démission du maître précédent, le curé a essayé d’obtenir que l’inspecteur fasse venir un « clerc » (c’est-à-dire un frère) ; mais le maire, qui avait d’autres vues, a usé d’un subterfuge, faisant croire à son conseil municipal (qui doit proposer la nomination au préfet), que la venue de Paul a reçu l’assentiment du curé... Mauvais débuts pour le jeune maître, qui devra s’extraire ensuite de situations dignes d’une fantaisie boulevardière24.

  • 25 Arch. Nat. F17 10786, Loir-et-Cher.
  • 26 Arch. Nat. F17 10765, Calvados.

11Ces genres de mésententes surviennent à propos de tout et de n’importe quoi. Louis Royer, de Bazoches (Loir-et-Cher), parle de la construction d’un bâtiment neuf. Les uns, écrit-il, le maire et son parti, voulaient que la maison d’école fût construite près du bourg ou le long d’une grande route qui traverse le pays ; les autres, le curé et les siens, la voulaient la plus rapprochée de l’église et du presbytère ; d’autres encore la demandaient au centre de la commune ; d’autres enfin, pour résoudre le problème, proposaient qu’elle soit au centre des parties hostiles, c’est-à-dire entre le bourg, la route et l’église, « si bien qu’à la fin une partie gagne au détriment du reste... »25. Pierre-François Lefèbvre, de Basseneville (Calvados), parle du jour de congé qui lui est indispensable pour s’occuper du secrétariat de mairie. Comme le curé refuse de le lui accorder, le maire se venge en plaçant une délibération du conseil municipal un dimanche, retenant assez l’instituteur pour le mettre en retard de son service pendant la messe26. Dans tous les cas, on le voit, l’instituteur est en mauvaise posture, toujours pris entre deux feux, toujours à chercher les pièges tendus par les uns ou par les autres, et que toute la prudence du monde ne suffit à déjouer.

3. L’instituteur et le curé

  • 27 Voir sur ce point P. Pierrard, La « petite loi » Falloux..., loc. cit., p. 618.
  • 28 Arch. Nat. F17 10788, Seine-et-Oise.

12Les curés demandent ou commandent différents services aux instituteurs, qui s’exécutent parfois de bien mauvaise grâce, ce qui leur complique alors grandement la vie (ils ont besoin, nous le savons, de l’appoint financier). Il s’avère qu’après l’adoption de la loi de Parieu, les curés sont souvent à l’origine des révocations d’instituteurs27. Certains mémoires parlent d’une oppression permanente. C’est par conséquent le point le plus névralgique du statut. Les ecclésiastiques, écrit Louis Bouchain, de Verneuil (Seine-et-Oise), exercent une « domination qui ne se comprend pas dans un pays civilisé » et dont je désire « ardemment » être affranchi. Je suis instituteur communal depuis vingt ans précise-t-il28 :

« j’ai vécu avec cinq curés, et nul ne saurait comprendre ce que ces messieurs m’ont fait souffrir ; il m’a fallu une patience à toute épreuve et un courage invincible pour conserver avec eux la bonne intelligence nécessaire à l’accomplissement de mes devoirs ».

  • 29 Arch. Nat. F17 10775, Ardennes. Voir également en annexe le mémoire de Joseph Labarre, de Maurs (C (...)

13Pierre Royer, de Rilly (Ardennes), plus désespéré, admet que le prêtre « est bien plus fort que l’instituteur », bien mieux « soutenu par l’esprit de corps », et que, de ce fait, l’instituteur n’a d’autre issue « que courber la tête sous le joug, plier jusqu’à terre sous la main de fer de son seigneur et maître ». Comme « l’instinct de domination », ajoute-t-il, est « inné chez le prêtre », celui-ci n’attend rien d’autre que la servilité, et il voit une « énormité digne des plus horribles châtiments » dans « la moindre velléité de résistance à des exigences sans cesse renouvelées »29.

  • 30 G. Lefrançais, Souvenirs d’un révolutionnaire, op. cit., pp. 32-33.
  • 31 Arch. Nat. F17 10775, Ardennes.
  • 32 Arch. Nat. F17 10788, Seine-et-Oise. L. Trenard, Les instituteurs à la veille de 1848, loc. cit., (...)

14Les ecclésiastiques usent en fait naturellement de leurs prérogatives, car il a été jusque là traditionnel dans les villages de prendre l’instituteur pour auxiliaire des fonctions cléricales. C’est ainsi que Gustave Lefrançais, à peine arrivé à Sainte-Même, frais émoulu de l’Ecole normale de Versailles, se voit proposer un rôle de répondant naïf dans de petites conférences destinées à éclairer les paysans sur les vérités de l’Eglise30. Mais les instituteurs de 1861, du moins les plus critiques, ne conçoivent les services petits ou grands exigés ou demandés par le curé que comme une atteinte à leur dignité. Pierre Royer cite « des services humiliants pour celui qui les rend », et il prétend que le curé veut faire de l’instituteur, outre son chantre et son sacristain, « son valet, son balayeur d’église, le brosseur de ses tapis »31. Lisons de ce point de vue le récit du tourment moral éprouvé par un jeune instituteur, Ludovic Léchaut, de Montgeroult (Seine-et-Oise), à qui on a demandé – d’ailleurs sans penser à mal parce qu’il s’agit d’une très ancienne coutume – d’aller le dimanche distribuer de l’eau bénite aux habitants du village – qui en retour gratifient le porteur d’une petite obole32 :

« C’était au mois de février 1856. Nous venions d’être nommé instituteur dans la commune où nous exerçons présentement. Arrivé en compagnie de notre bonne mère dans la maison d’école que notre prédécesseur avait déjà quittée, nous contemplions, non sans quelque serrement de cœur, cette maison délabrée, ces murs froids et nus et surtout nouveaux pour nous, où devait désormais s’écouler la majeure partie de notre existence, quand tout à coup, nous avisâmes dans un coin un bénitier portatif en étain accompagné d’un goupillon en bois. Nous demandâmes au conseiller municipal qui nous pilotait comment ce vase se trouvait là, et pourquoi il n’avait pas été restitué à l’église. Mais, reprit notre Cicéron, ce bénitier n’appartient point à la Fabrique ; c’est le bénitier du maître d’école. – Comment le bénitier de l’instituteur ? – Tiens ! vous ne savez donc pas ? Mais c’est le bénitier avec lequel le maître d’école va, tous les dimanches, porter l’eau bénite dans les maisons. C’est encore un bon petit profit, allez ! Les uns donnent un liard, d’autres deux liards, mais il y en a encore pas mal qui n’osent pas donner moins d’un sou, et ça ne laisse pas que de faire au bout de l’année. Nous nous regardâmes en silence, ma mère et moi, et je me rendis aussitôt chez l’adjoint pour lui exprimer mon étonnement et mes répugnances. L’adjoint m’engagea à consulter l’autorité religieuse. Je fis à l’instant cette démarche et Monsieur le curé d’alors, m’assura qu’il voyait plus d’un inconvénient à ce que cette coutume fut abandonnée ; qu’elle maintenait chez les habitants des habitudes religieuses et charitables, entretenait entre eux et le maître d’école des relations cordiales et familières (oh ! oui, très familières en effet ! familières jusqu’à l’insulte !), était établie partout ou à peu près partout dans l’arrondissement, et constituait en fin de compte une branche sérieuse du revenu de la place. Je rentrai bien triste, et je consultai ma mère. Ma mère qui souffrait autant que moi de cette dégradation imprévue m’engagea néanmoins à peser les raisons données par l’autorité religieuse, et à tenter au moins une fois d’y obtempérer. Qu’il vînt vite ce premier dimanche ! Je vivrais des siècles Monsieur le Ministre, que je n’oublierai jamais ce que j’ai souffert ce jour là, et comment le cœur gonflé de sanglots énergiquement comprimés, j’offrais d’une main tremblante le goupillon, tandis que je recevais de l’autre l’aumône que chaque habitant, bon gré mal gré, se croyait obligé de me faire. Quelques uns plus délicats, jetaient cette aumône dans le bénitier, et m’épargnaient ainsi la douleur de tendre la main ! Je rentrai le cœur navré, et me jetant dans les bras de ma mère, je lui jurai devant Dieu que j’allais acheter immédiatement des livres aux enfants indigents avec le produit de ma mendicité et que, dût ma position en dépendre, je ne subirai plus cette horrible humiliation. Ma pauvre mère comprit bien ma douleur et ne s’y associa que trop. Oh ! Monsieur le Ministre, quelles furent amères les larmes que nous répandîmes ce jour là ! Et pourtant, quand je déclarai le jour suivant qu’il m’était physiquement (je dis physiquement, car je serais mort à la peine) impossible de me soumettre à cet usage, ce ne fut pas parmi mes confrères voisins que je trouvai le moins d’étonnement de ma susceptibilité, et la femme de l’un d’eux alla jusqu’à me dire que je ne savais pas ce que je perdais, attendu que son mari qui allait à l’eau bénite avec un panier, rapportait souvent huit livres de pain, ce qui ne laissait pas que de faire dans un ménage. Ainsi, en l’an de grâce 1856 et peut-être en 1861, alors que le gouvernement, les départements et les communes elles-mêmes s’imposent tant de sacrifices en faveur de l’instruction primaire, il y a encore des Instituteurs (des Instituteurs !) qui s’en vont de porte en porte recueillir des liards et des morceaux de pain. O ! abjection ! ! »

15En l’occurrence l’histoire se termine bien puisque le refus est entendu et que le conseil municipal vote même un supplément de traitement pour compenser le manque à gagner. Mais cette situation est caractérisée avant tout par l’étonnement du jeune maître, qui nous révèle le décalage entre la modernité de ses aspirations, voire tout simplement de sa formation, et l’archaïsme de la coutume villageoise. Si Ludovic Léchaut fait un récit aussi pathétique, s’il n’éprouve le service de l’eau bénite que comme une « insulte », une « horrible humiliation », et même une menace de mort réelle, c’est que son narcissisme normal d’instituteur (avec une majuscule) est atteint en plein cœur. Sa protestation viscérale est donc fondée sur une affirmation de soi en contradiction absolue avec le statut auquel il est rabaissé : rien d’autre qu’une posture de mendiant.

Instituteur ou valet ?

  • 33 Certains instituteurs ont évidemment une vision plus soumise, comme les collègues indolents de Lud (...)

16De nombreux instituteurs s’expriment dans les mêmes termes (qui rappellent ceux de L. Charpentier), pour refuser toutes les situations incompatibles avec ce qu’ils estiment devoir et pouvoir être leur statut33. Quatre types de situation leur sont finalement devenues insupportables :

  1. celle qui consiste à exécuter sous la bannière du curé les tâches annexes de la cléricature, chantre, bedeau, sacristain, etc., tâches dont la finalité ne leur appartient pas – et ceci complique le problème matériel des revenus médiocres par le problème symbolique de la dignité rabaissée ;
  2. celle qui consiste à rendre des services à des tiers, notables de leur commune ou simples habitants qui peuvent être parents de leurs élèves ;
  3. celle qui consiste à recevoir directement le bénéfice de leur labeur. Il est désagréable de toucher la rétribution de la main à la main sans parler du fait, précisent plusieurs mémoires du Haut-Rhin, que des parents se livrent à un marchandage pitoyable. Mais il est encore pire d’être payé en nature. Darroze, d’Arjuzanx (Landes), décrit des instituteurs qui s’emploient comme sacristain et qui sont payés en blé, seigle ou maïs : il n’est pas rare de rencontrer l’instituteur chargé d’une besace pleine de blé explique-t-il ; alors le maître « s’assimile ni plus ni moins au porte-faix » et il perd aux yeux de l’enfant le prestige qui était pourtant « sa plus grande force, et sans laquelle il ne peut réussir »34 ;
  4. celle qui oblige à demeurer sous la surveillance de personnes qui n’ont pas les compétences de leur mission, qui ne sont que des « autorités de bas étage » comme dit Cyprien Péchou, de La Digne d’Amont (Aude)35, ou bien des « avocats de village » comme dit Dussert-Rosset, du Gué (Isère)36. Tant que l’instituteur sera entièrement à la merci de l’autorité communale, résume Pierre Thieulin, « tant qu’il lui faudra se courber, avouer sa nullité [...] les enfants, les parents surtout verront toujours en lui un homme qui porte le joug, et il n’aura jamais l’influence nécessaire »37.
  • 38 Arch. Nat. F17 10763, Gironde.
  • 39 Arch. Nat. F17 10788, Seine-et-oise.
  • 40 Nat. F17 10775, Ardennes. Dans le texte de Léopold Charpentier, l’expression d’« instituteur-valet (...)

17Dans les mémoires, l’archétype courant de toutes ces dépendances statutaires, de tous ces asservissements, c’est l’image du valet. Qu’arrive-t-il aujourd’hui s’interroge Jean Lagardère, du Bouscat (Gironde) ? L’instituteur est « une sorte de valet officiel, que tout le monde exploite, que tous les fonctionnaires d’un ordre différent mènent en laisse »38. L’instituteur est le « valet de tout le monde » dit aussi Louis Bouchain, de Verneuil (Seine-et-Oise)39. Et Jean-Baptiste Felten, de Rémonville (Ardennes), renchérit sur les « prêtres-despotes » qui font « de l’instituteur-chantre un valet et parfois même le jouet de leur caprice et de leur volonté »40.

  • 41 P. Luiz, Scènes de la vie d’un instituteur...op. cit., p. 86.

18Or le valet est l’antonyme du fonctionnaire. Au valet s’attache l’indignité, au fonctionnaire la dignité. Le premier statut avilit autant que le second ennoblit. Ce schéma d’opposition est efficace dans un grand nombre de récits pour penser les évolutions positives ou négatives de la profession. Version négative, celle de Paul Luiz (en 1868)41 :

aujourd’hui, « l’instituteur abdique sa condition de fonctionnaire intelligent et respectable pour devenir une espèce de comparse et de figurant...un valet privé d’initiative et devant à des instants donnés prendre les ordres et subir une volonté ».

  • 42 A.-J. Matter, L’instituteur primaire, op. cit., p. 149.

19Version positive, celle de l’inspecteur Matter (en 1832)42 :

« Il n’y a plus de magisters, il n’y a plus de maîtres d’école ; il y a des instituteurs, ils ne sont plus les valets de personne, ils sont des fonctionnaires aussi indépendants, aussi honorés, aussi rétribués que d’autres de leur catégorie ».

4. Instituteurs et inspecteurs

  • 43 Techniquement, le bulletin d’inspection avec des questions types n’est pas du tout prévu en 1835, (...)
  • 44 Arch. Nat. F17 10780, Saône-et-Loire.

20Il n’est pas sûr que les instituteurs aient facilement accepté les évaluations effectuées par les inspecteurs43. Jean-Baptiste Sandre, imaginant une sorte de déontologie de l’inspection, souligne qu’elle peut dégager les instituteurs de la pression des autorités locales, mais il désapprouve en même temps le fait de prendre des notes sur le maître et les élèves. Il propose dans cette perspective44 :

« Qu’en arrivant dans une commune rurale, sa première visite soit pour l’école. Qu’il examine la disposition, le mobilier, afin de reconnaître ce qui serait nécessaire pour le bien du service, que de là il fasse un tour dans le jardin, dans la cour et que, rentré dans la modeste chambre de l’instituteur, il lui demande comme un bon père de famille qui est obligé de vivre loin de ses enfants, quels sont les besoins, ceux de son école, s’il est content de sa position, si ses revenus lui permettent de faire face aux charges de sa famille ».

  • 45 Louis Ménitrieux, Mémoires d’un vieil instituteur, op. cit., p. 90.
  • 46 Moniteur du 7 avril 1846, cité par L. Trenard, Les instituteurs à la veille de 1848, loc. cit., p. (...)

21Il est évident que, de leur côté, certains supérieurs ne se sont pas privés des menus plaisirs de la domination. Louis Ménitrieux parle d’un inspecteur qui note favorablement les maîtres amateurs de salade et défavorablement les autres, parce qu’il est lui-même marchand d’huile45 ! Darroze fait allusion à des stratagèmes pour que les visites ne soient pas prévues et bénéficient d’un effet de surprise. Et c’est ainsi que le rôle des inspecteurs était effectivement conçu, comme le montre en 1846 le discours d’un député, le marquis de Cordoue, sur la nécessité, pour les instituteurs, d’être sinon menacés du moins inquiétés, et de ne pas connaître « le moment où l’inspecteur arrivera chez eux »46. Ceci, joint au fait d’être soumis à un jugement imparable pouvant donner lieu à une sanction, était généralement fort désagréable pour les maîtres et sera souvent dénoncé à partir de cette époque.

  • 47 Voir le thème no 6.
  • 48 P. Luiz, Scènes de la vie d’un instituteur, op. cit., pp. 45 et 50.

22Cependant, en vertu des sentiments corporatifs dont ils sont animés, les instituteurs sont en général, comme à Reims, assez amènes avec leurs supérieurs directs, autant conciliants avec eux qu’ils sont critiques envers les autorités locales47. Certains mémoires les entourent de qualificatifs fort laudatifs (mais n’oublions pas que les inspecteurs sont les premiers lecteurs de ces mémoires). A l’instar de J.-B. Sandre, ils leur attribuent l’aura singulière du « père » (dans la tradition populaire d’hommage au souverain régnant, l’Empereur y a droit avant tous les autres). Selon P. Luiz, qui a reçu une visite dès sa sortie de l’Ecole normale, en avril 1855, les inspecteurs ont un rôle « d’amis et de pères, qui leur va à ravir ». Luiz a découvert en effet « un bien digne homme », comme du reste, précise-t-il, ils le sont « à peu près tous », depuis qu’ils ont eu « le bon goût de laisser leur rôle d’épouvantail, qui ne leur seyait nullement », et qu’ils ont décidé de ne plus être « des croquemitaines »48.

  • 49 Jean-Baptiste Sandre, Arch. Nat. F17 10780, Saône-et-Loire.

23Si les inspecteurs ont ce grand crédit, c’est tout simplement parce qu’ils ont la même appartenance au système administratif de l’Etat, et qu’ils ne dépendent que du ministre de l’instruction publique. Ils sont infiniment préférables à toutes les autres autorités et aux comités de surveillance, parce qu’ils ont été institués en tant que juges officiels et surtout avisés des classes : il sont en quelque sorte des « professionnels » de l’école primaire, capables d’apprécier l’enseignement dans la forme et le contenu, dans la mise en œuvre des méthodes et la mise en pratique des programmes. Les inspecteurs, dit en ce sens Jean-Baptiste Sandre, sont nos « supérieurs naturels et immédiats »49. Cette expression à double détente, dans laquelle la supériorité est adoucie par la proximité, est bien révélatrice d’une aspiration essentielle des instituteurs quant à leur statut et leur existence, qu’ils cherchent à soustraire aux tutelles, complémentaires ou bien contradictoires entre elles, du préfet, du maire, et du curé.

Notes

1 Ce Conseil départemental récupère les attributions du Conseil académique de 1850. Reste donc la structure départementale sans les académies départementales. Cf. infra, note 12. Voir O. Gréard, La législation.., op. cit., t. 3, pp. 309, 331 et 587.

2 Voir le thème no 8.

3 Arch. Nat. F17 6254, et F19 5776 Segré ; voir J. Maurain, Politique ecclésiastique du second Empire, op. cit., p. 212.

4 Voir O. Gréard, La législation.., op.cit., t.3, p. 501, note 1.

5 Arch. Nat. F17 10780, Saône-et-Loire.

6 Jean-Joseph Thuillot, de Bossus-les-Rumigny (Ardennes), Arch. Nat F17 10775.

7 Jean Rouges, de Larrazet (Tarn-et-Garonne), Arch. Nat. F17 10798.

8 Ibid.

9 Arch. Nat. F17 10775, Ardennes.

10 Arch. Nat. F17 10786, Loiret.

11 Voir le thème no 7.

12 L’article 7 de la loi du 15 mars 1850 crée une académie par département, laquelle académie est administrée par un recteur, président, et un inspecteur d’académie, avec le préfet, l’évêque, etc. Mais la loi de 1854 supprime ces académies départementales et les remplace par 16 académies sur tout le territoire national. En revanche, les Conseils académiques sont maintenus, dans le but-entre autres, de veiller au maintien des méthodes d’enseignement prescrites par le ministère. De plus, sont recréés les conseils départementaux de l’instruction publique, dans chaque chef-lieu de département, qui récupèrent les attributions des anciens conseils académiques de 1850, en matière disciplinaire et contentieuse.

13 Voir O. Gréard, La législation..., op. cit., t. 3, p. 482.

14 Cité par P. Zind, L’enseignement religieux..., op. cit., p. 19. C’est ce qui fait dire à Marx que, au moyen de sa loi sur l’enseignement, le parti de l’ordre proclame « que l'inconscience et l’abrutissement de la France par la force sont la condition de son existence sous le régime du suffrage universel », Marx, Les luttes de classes en France, op. cit., p. 1.

15 De plus, le brevet de capacité peut être remplacé par le titre de « ministre d’un culte reconnu par l’Etat », ou par un stage de trois années dans un établissement soit public soit libre ; et dans le même sens, pour enseigner dans une école de filles, la fameuse lettre d’obédience des congréganistes a toujours cours. Voir sur ces questions l’analyse d’A. Debidour, Histoire des rapports de l’Eglise et de l’Etat..., op. cit., pp. 502 et suiv.

16 Arch. Nat. F17 2649 ; même style d’observation en 1858 de la part du recteur de Poitiers, qui signale que « les instituteurs et institutrices laïques, en général, accomplissent leurs devoirs et prêchent l’exemple à leurs élèves ».

17 Dielhy, de Dornach (Haut Rhin), Arch. Nat., F17 10794.

18 Pierre Thieulin, de Condé-sur-Noireau (Calvados), Arch. Nat., F17 10765.

19 Arch. Nat. F17 10786, Loiret.

20 Pierre Thieulin, de Condé-sur-Noireau (Calvados), Arch. Nat. F17 10765.

21 Eugène Bonnemazon, de Pontonx (Landes), Arch. Nat. F17 10764.

22 Hyppolite Dubois, d’Ouzouer-le-Marché (Loir-et-Cher) Arch. Nat. F17 10786. N’oublions pas que le mémoire peut être lu par le maire avant d’être expédié à l’inspecteur.

23 Pierre-François Lefebvre, de Basseneville (Calvados), Arch. Nat. F17 10765.

24 P. Luiz, Scènes de la vie d’un instituteur, op. cit., pp. 71 et suiv.

25 Arch. Nat. F17 10786, Loir-et-Cher.

26 Arch. Nat. F17 10765, Calvados.

27 Voir sur ce point P. Pierrard, La « petite loi » Falloux..., loc. cit., p. 618.

28 Arch. Nat. F17 10788, Seine-et-Oise.

29 Arch. Nat. F17 10775, Ardennes. Voir également en annexe le mémoire de Joseph Labarre, de Maurs (Cantal), qui parle aussi d’une « influence invincible », une « influence redoutable », et une tempête suspendue sur la tête de l’instituteur.

30 G. Lefrançais, Souvenirs d’un révolutionnaire, op. cit., pp. 32-33.

31 Arch. Nat. F17 10775, Ardennes.

32 Arch. Nat. F17 10788, Seine-et-Oise. L. Trenard, Les instituteurs à la veille de 1848, loc. cit., p. 205, signale cette coutume dans le Pas-de-Calais ; P. Boutan, La langue des Messieurs, op. cit., p. 33, la cite dans l’Oise en 1852 ; et R. Tronchot, L’enseignement mutuel..., op. cit., t. 1, p. 30, cite une lettre du recteur de Douai au Conseil royal de l’instruction publique en 1820, d’après laquelle cette pratique est une ressource indispensable pour les misérables instituteurs.

33 Certains instituteurs ont évidemment une vision plus soumise, comme les collègues indolents de Ludovic Léchaut, ou comme Charles-Lefebvre, d’Ouilly (Calvados), qui préconise une conduite « humble, soumise, dévouée, obéissante et toujours respectueuse » ; Arch. Nat. F17 10765.

34 Arch. Nat. F17 10764, Landes. La besace sur le dos pour aller de porte en porte quêter « la rémunération en nature de ses fonctions cléricales », est également évoquée par Charles Leconte, de Bully-Grenay (Pas-de-Calais), Arch. Nat., F17 10777.

35 Arch. Nat. F17 10781, Aude.

36 Arch. Nat. F17 10779, Isère.

37 Arch. Nat. F17 10765, Calvados.

38 Arch. Nat. F17 10763, Gironde.

39 Arch. Nat. F17 10788, Seine-et-oise.

40 Nat. F17 10775, Ardennes. Dans le texte de Léopold Charpentier, l’expression d’« instituteur-valet » est utilisée avec des guillemets, ce qui montre le côté convenu de la formule ; voir L’enseignement primaire..., op. cit., p. 63.

41 P. Luiz, Scènes de la vie d’un instituteur...op. cit., p. 86.

42 A.-J. Matter, L’instituteur primaire, op. cit., p. 149.

43 Techniquement, le bulletin d’inspection avec des questions types n’est pas du tout prévu en 1835, et il ne semble s’être répandu qu’avec Rouland, après le concours de 1861 précisément. Voir P. Garnier, L’inspection primaire et les débuts de la Troisième République, Thèse, Université de Lyon II, 1978.

44 Arch. Nat. F17 10780, Saône-et-Loire.

45 Louis Ménitrieux, Mémoires d’un vieil instituteur, op. cit., p. 90.

46 Moniteur du 7 avril 1846, cité par L. Trenard, Les instituteurs à la veille de 1848, loc. cit., p. 189. On trouve une formulation comparable chez le philosophe et mathématicien Cournot, qui pense que les visites des inspecteurs tiennent l’instituteur en haleine. Voir Des institutions d’instruction publique, Paris, 1864, p. 307.

47 Voir le thème no 6.

48 P. Luiz, Scènes de la vie d’un instituteur, op. cit., pp. 45 et 50.

49 Jean-Baptiste Sandre, Arch. Nat. F17 10780, Saône-et-Loire.

© Presses universitaires du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search