Version classiqueVersion mobile

Instituteurs avant la République

 | 
François Jacquet-Francillon

Première partie. Léopold Charpentier, instituteur mutuel

Introduction de la première partie

Texte intégral

1Léopold Charpentier est sans doute un représentant typique de ces instituteurs d’élite qui, dans la plupart des grandes villes françaises, dès la première moitié du XIXe siècle, ont prescrit les formes d’existence culturelles, politiques, sociales, dans lesquelles la corporation devait se reconnaître longtemps après eux.

2Il est né le 26 juin 1798, à Joigny, dans l’Yonne. Il a donc 33 ans en octobre 1831, lorsqu’il est envoyé par la Société élémentaire de Paris à Reims pour diriger, ou tenir – le mot n’est pas trop fort- une classe mutuelle. Et sa vie de directeur d’une école publique durera plus de 35 années, jusqu’en 1868. Or, cette vie, nous pouvons la suivre pas à pas, avec toutes ses difficultés, ses obstacles, avec ses espoirs et ses réussites, grâce au texte que Charpentier écrit au jour de sa retraite pour se faire justice en montrant le lot d’iniquités et de trahisons dont il dit avoir été finalement victime.

  • 1 L. Charpentier, L’enseignement primaire et notamment l’enseignement mutuel à Reims de 1831 à 1868, (...)

3Curieux récit en fin de compte, car Charpentier n’y traite que des conditions non scolaires de son activité professionnelle, mais qu’il situe très précisément dans leurs différents contextes : c’est ce qui fait pour nous l’intérêt de ce livre. Et comme la plupart des instituteurs du XIXe siècle qui racontent leur vie laborieuse, il ne veut rien dire du reste. Nous ne le surprendrons pas dans sa sphère privée, hors de l’école ou dans sa maison ; nous ne connaîtrons pas sa famille, nous ne saurons pas le prénom de sa femme et combien d’enfants elle lui a donné. D’ailleurs, pour souligner qu’il ne veut parler que d’une carrière, ou peut-être montrer l’adhésion totale de sa vie à cette carrière, à son œuvre qui est sa classe d’enseignement mutuel, il intitule son livre : L’enseignement primaire et notamment L’enseignement mutuel à Reims de 1831 à 18681.

  • 2 J.-B. Arnould, Notes et documents sur les établissements d’instruction primaire de la ville de Rei (...)

4Un autre texte nous permet de relativiser heureusement celui-là. Il s’agit d’un recueil composé par un avocat de la ville, Jean-Baptiste Arnould, membre du comité d’instruction publique tout au long de la Monarchie de Juillet, et qui cherche à rendre un hommage, mais sans forcer le trait, à l’action scolaire de la municipalité. Arnould expose et commente une importante série de faits de la politique et de la vie scolaire rémoises entre 1831 et 1848, qu’il réunit sous le titre : Notes et documents sur les établissements d’instruction primaire de la ville de Reims2. Nous y trouvons les noms propres dont Charpentier ne donne souvent que les initiales.

5De Léopold Charpentier, il faut redire avant tout qu’il appartient à la fraction supérieure de l’enseignement primaire. Par son niveau d’instruction, puisqu’il est titulaire de deux brevets, celui du second et celui du premier degré ; et par son milieu de formation, puisqu’il a fréquenté ces institutions mutuelles soutenues par la haute intelligentsia libérale de la Société pour l’instruction élémentaire que sont les cours normaux de Paris et de Versailles. Sans doute les rémois qui le font venir lui trouvent-ils pour ces raisons une aura particulière, d’autant qu’il a déjà instruit les sous officiers d’un corps de garnison. On lui fera d’ailleurs un traitement à la hauteur de la mission qu’on lui confie : 1800 francs par an – autre distinction considérable.

  • 3 L. Charpentier, L’enseignement primaire.., op. cit., p. 234.
  • 4 Ibid., pp. 110-111.

6Pendant toutes ces années, chaque jour, toujours debout précise-t-il3, Charpentier aura gouverné avec l’aide de quelques moniteurs un groupe de plus d’une centaine d’élèves, et jusqu’à 180. En 1839, l’agent général des écoles de Metz vint à Reims rencontrer les responsables de l’enseignement et visiter plusieurs classes. Au moment de repartir, il se présenta devant l’instituteur qu’il interrompit pendant son cours pour dire quelques mots aux élèves après les politesses d’usage. C’était pour faire l’éloge de leur maître..., qui consacrait toute sa journée à son école, et ses veillées, et même une partie de ses nuits. Surpris, un peu confus sans doute, l’intéressé protesta en riant, assurant son interlocuteur qu’il n’aspirait pas à l’héroïsme mais qu’il avait simplement à cœur « d’être consciencieux, un peu plus que consciencieux »4. La preuve, ajoute-t-il à l’intention du lecteur, de mon inaptitude pour les rôles officiels.

  • 5 J.-B. Arnould, Notes et documents..., op. cit., p. 459.
  • 6 Voir, sur ce second mémoire, le rapport de Jomard, dans le Bulletin de la Société pour l’instructi (...)
  • 7 8 pages in 12o ; cité dans L’enseignement primaire..., op.cit., p. 120.
  • 8 6 pages in 12o ; il s’agit de l’enseignement primaire supérieur, cité ibid., p. 129.
  • 9 Ibid., p. 150.
  • 10 Cité par J.-B. Arnould, Notes et documents..., op. cit., p. 464.
  • 11 Publié sans nom d’auteur, Paris, 1862.
  • 12 L. Charpentier, Mémoire sur la question de l’enseignement mutuel, Reims, 1867.

7Mais les quelques témoignages que nous ayons vont toujours dans le même sens : il s’agit d’un instituteur hors pair, certainement exceptionnel. Pour confirmation, Arnould recense quelques uns de ses écrits5, notamment deux opuscules : Moyens d’améliorer et de généraliser le système d’enseignement mutuel (Paris, 1837), et Des moyens d’améliorer et de généraliser l’enseignement des jeunes-filles (Paris, 1838) ; deux mémoires qui reçurent un prix de la Société élémentaire, et le second fut même agréé par le conseil municipal de Reims dans sa séance du 27 août 18386. Effectivement, Charpentier a laissé des réflexions tout à fait estimables sur divers problèmes relatifs à l’enseignement primaire. Certains textes sont introuvables aujourd’hui : Quelques observations sur l’annuaire des écoles municipales de Metz, de 18417 ; Quelques observations sur l’enseignement supérieur, de 18438 ; et aussi en 1848 une brochure sur des modifications à apporter à la loi scolaire de 18339. Un autre texte perdu, bien que répertorié à la Bibliothèque nationale, le seul opuscule qui suggère un épisode plus ou moins dramatique dans l’ordre privé, est une Protestation contre le bruit du suicide de mon fils. Charpentier a aussi composé un Précis de grammaire et, avec son collègue Homo, des Principes d’arithmétique 10. Mais il nous reste des écrits plus tardifs, une intervention sur le concours ouvert par Rouland en 1860, Les dires d’un vieux maître d’école sur le concours ouvert en 1860-1861 entre les instituteurs publics11 ; et un mémoire primé par la Société académique de Saint-Quentin, sur les principes et les techniques de l’enseignement mutuel12, texte précieux pour nous, puisqu’il cherche à saisir les évolutions de la méthode et de la pratique mutuelles.

  • 13 Cité par L. Charpentier, L’enseignement primaire..., op. cit.

8Charpentier a aussi participé en 1839 au concours de l’Académie des sciences morales et politiques sur la question des écoles normales, et à ce titre il est mentionné dans le rapport de Jouffroy (séance du 11 juillet 1840). La reproduction de ce rapport dans son livre est au fond la seule coquetterie qu’il se soit permise ; mais il est vrai qu’Arnould en cite aussi un long passage. Jouffroy parle d’un talent d’analyse qu’il dit ne pas confondre avec l’habileté d’un homme du monde. Nous sommes, dit-il13 :

« en face d’un homme simple, d’un esprit sain et droit, qui ne songe pas à composer, et qui écrit comme il pense, directement et sans artifice [...]. Il est entièrement du métier ; il en sait à fond la pratique, les détails, les plaies secrètes, les joies et les douleurs intimes ; il en parle avec une passion calme qui ne cesse un peu de se contenir que quand il rencontre sur son chemin les hommes et les choses qui rendent la vie dure à un instituteur... »

9Nous allons apprécier immédiatement la justesse de ce constat.

Notes

1 L. Charpentier, L’enseignement primaire et notamment l’enseignement mutuel à Reims de 1831 à 1868, Par Léopold Charpentier, Membre de plusieurs sociétés savantes, Médaillé de Sainte-Hélène, Reims, 1869. Ce texte est rapidement exploré par R. Tronchot, dans L’enseignement mutuel en France de 1815 à 1833, Paris, s.d., t. 3, pp. 326 et suiv.

2 J.-B. Arnould, Notes et documents sur les établissements d’instruction primaire de la ville de Reims, Reims, 1848. Arnould est mort peu après la publication de son livre.

3 L. Charpentier, L’enseignement primaire.., op. cit., p. 234.

4 Ibid., pp. 110-111.

5 J.-B. Arnould, Notes et documents..., op. cit., p. 459.

6 Voir, sur ce second mémoire, le rapport de Jomard, dans le Bulletin de la Société pour l’instruction élémentaire, no 114-115, juin-juillet 1838, pp. 188 et suiv.

7 8 pages in 12o ; cité dans L’enseignement primaire..., op.cit., p. 120.

8 6 pages in 12o ; il s’agit de l’enseignement primaire supérieur, cité ibid., p. 129.

9 Ibid., p. 150.

10 Cité par J.-B. Arnould, Notes et documents..., op. cit., p. 464.

11 Publié sans nom d’auteur, Paris, 1862.

12 L. Charpentier, Mémoire sur la question de l’enseignement mutuel, Reims, 1867.

13 Cité par L. Charpentier, L’enseignement primaire..., op. cit.

© Presses universitaires du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search