Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image paradoxale

 | 
Caroline Chik

Troisième partie. L'image optique interactive : image fixe-animée

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

1On a beaucoup parlé ces dernières années de l’image numérique interactive et de l’image optique (sans forcément les nommer ainsi) pour les opposer l’une à l’autre – et souvent d’ailleurs dans des termes qui posent clairement la première comme image nouvelle, dont l’image de synthèse constitue l’archétype, et la seconde, en tant qu’image issue d’une prise de vue(s) comme appartenant à l’« art ancien », aux techniques analogiques. Or, on s’est beaucoup moins interrogé sur la combinaison de ces deux caractéristiques techniques que sont l’optique et le numérique interactif, et sur les enjeux esthétiques, les conséquences temporelles et les relations spectateur-image que cela implique. Ainsi l’image optique interactive est une image hybride et paradoxale à deux titres au moins ; outre des relations étroites et originales entre fixité et mouvement, elle réunit deux techniques ou supports a priori contradictoires, et partant, plusieurs temporalités, qu’il conviendra de définir.

2Il s’agira donc de s’interroger sur les spécificités des relations fixité-mouvement dans l’image optique dès lors que celle-ci prend pour support l’animation interactive. Après avoir posé les caractéristiques techniques de l’image optique interactive, nous verrons comment la fixité et le mouvement peuvent se confondre voire se fondre l’un et l’autre, et comment, à partir de ce type d’image, peut émerger une esthétique de la discontinuité. À travers l’analyse d’œuvres, de formes ou de figures interactives de la relation fixité-mouvement, nous verrons en outre que l’image optique n’est plus nécessairement une image fixe ou animée, et que l’idée d’image fixe-animée esquissée plus haut prend tout son sens et se voit pleinement appliquée dans les animations interactives.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540