Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image paradoxale

 | 
Caroline Chik

Première partie. L'image photographique dans sa relation au mouvement

Introduction de la première partie

Texte intégral

1Interroger l’image photographique dans sa relation au mouvement, c’est pointer de prime abord ce qui dans la photographie pose problème, c’est questionner sa fixité constitutive et les limites de sa capacité à représenter. C’est aussi, implicitement et inévitablement, référer à une autre relation, plus sûrement antagoniste : l’opposition vie/mort, à laquelle est systématiquement assimilé le rapport entre mouvement et fixité. Or, il apparaît que le vieux cliché d’une photographie comme image de mort, pétrifiant le réel, résulte d’un point de vue qui ne la considère essentiellement que par comparaison et, plus précisément, par opposition à l’image en mouvement, ou bien d’un point de vue, tel que celui de Roland Barthes, qui se place uniquement du côté du spectateur. Ainsi, si l’image est fixe, il ne faudrait pas oublier pour autant le mouvement se produisant à la réception, du côté de l’observateur et du dispositif, mais également celui qui est vécu, lors de la production de l’image, par l’opérateur ainsi que par le sujet représenté. À étudier la photographie de près et à partir d’elle-même, sans la comparer au seul cinéma (cela a déjà été fait abondamment), on pourra constater l’importance du moment présent, vivant de la prise de vue, dans lequel se joue une grande partie de ses rapports au mouvement. On réalisera ainsi qu’elle a développé une relation au mouvement qui lui est propre, qui ne peut se résumer à une opposition aussi schématique que photographie/cinéma ou vie/mort, et qui renvoie bien plutôt à des questions telles que celle de l’apparence et de la réalité. De même, parmi les formes photographiques traitant de la relation fixité-mouvement, on n’a pas une simple et unique opposition entre l’instantané et le bougé, pas plus qu’il ne faudrait résumer cette relation seulement à ces deux formes ou encore à la seule chronophotographie. Nous verrons que cette relation est plus subtile et complexe qu’il n’y paraît, et qu’elle est, malgré sa nature paradoxale, et précisément parce qu’elle est problématique, une relation constructive, voire créatrice. Ainsi par exemple, le mouvement en photographie, avant d’être décomposé, fut notamment posé, puis composé. Le mouvement occupe une place centrale dans la photographie, il lui est consubstantiel dès les premières images, à travers la notion essentielle du temps de pose (lequel ne fut pas seulement une contrainte), mais aussi dès ses origines lointaines, avec la camera obscura immobilis.

2Il s’agit donc de ne pas partir ici d’un préjugé qui tend souvent à définir l’image photographique par la négative au profit d’un poncif théorique sous-jacent : que le mouvement et la vie seraient le propre de l’image animée. Nous allons au contraire voir comment s’est construite la relation de la photographie au mouvement en l’étudiant à partir d’elle-même, c’est-à-dire depuis ses origines, et partant, de son histoire également ; en effet, si la présente étude se veut moins historique qu’analytique et esthétique, il paraît néanmoins bénéfique de se réapproprier l’histoire de la photographie, et en particulier celle, encore assez méconnue, de ses premiers temps, afin de (re)considérer l’image optique fixe dans sa relation au mouvement sous un œil nouveau et donc, en un sens, naïf.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540