Version classiqueVersion mobile

PME et grandes entreprises en Europe du Nord-Ouest XIXe - XXe siècle

 | 
Jean-François Eck
, 
Michel-Pierre Chélini

II. La prévalence des PME

L’efficacité des commissionnaires en tulles et dentelles de Calais (1800-1940) : du grand commerce international en sous-préfecture

Christian Borde

Texte intégral

  • 1 « Défense des intérêts de l’industrie des tulles et dentelles mécaniques, séance solennelle à la C (...)

« Nous ne craignons pas la lutte avec nos concurrents sur tous les marchés du monde »
Adolphe Darquer,
président de la Chambre de Commerce de Calais,
9 mars 18911

  • 2 Le tulle et la dentelle sont des tissus qui peuvent utiliser des matières premières multiples – le (...)
  • 3 « L’industrie de Calais », numéro spécial hors série des Échos de l’Exportation, 28 octobre 1912, (...)
  • 4 Chambre syndicale des fabricants de tulles et dentelles de Calais, E. Prior à la Chambre syndicale (...)

1Lorsque la revue Échos de l’exportation publie en 1914 un numéro spécial consacré à l’industrie des tulles et dentelles de Calais2, elle ne manque pas de faire sa propre promotion en élaborant une carte sur laquelle, à travers l’Atlantique, une énorme clé centrée sur Paris soutient des flèches dirigées vers les grands métropoles d’Amérique : Québec, New York, Mexico, Rio de Janeiro, Montevideo, Buenos-Aires et Valparaiso. Le placard est agrémenté de ce slogan : « Les fabricants de dentelles, désireux de s’ouvrir des débouchés dans les deux Amériques, feront de la publicité dans les Échos de l’exportation »3. Ces exportateurs sont désignés à l’époque sous le nom de commissionnaires, Dérivant directement de la profession ancienne de « négociant commissionnaire », ils en diffèrent cependant avec l’ouverture des marchés. Les « commissionnaires en tulle » rassemblent en début de saison, c’est-à-dire en été, les ordres d’achat de très nombreuses petites entreprises de fabrication et de façonnage de la place. Ils peuvent les mettre en concurrence et peser sur les prix de revient afin de récupérer le maximum de marge eux-mêmes, en offrant des ristournes aux acheteurs étrangers sur des volumes considérables. C’est donc à la formation sur la longue durée de ce type particulier d’entreprises du négoce industriel que nous voudrions nous intéresser, en précisant que le terme « commissionnaire » finit par désigner à Calais – au moins à partir des années 1920 – une catégorie spécifique de représentants de commerce, ceux qui sont payés « à la commission »4, qu’il ne faut donc pas confondre avec les entreprises que nous évoquons ici.

2La ville de Calais n’est devenue sous-préfecture qu’en 1962, alors qu’elle était dès la fin du XIXe siècle une des plus grandes localités du département du Pas-de-Calais et pour le moins une place industrielle et commerciale de premier ordre, véritable « pôle de compétence » dans l’industrie des dentelles mécaniques en France, en Europe et dans le monde. Sans doute dépassées par les dimensions internationales de cette activité qui tenait au fond à garder ses secrets, les instances politiques locales furent faiblement impliquées dans les affaires régionales ou nationales. C’est pour cette raison que la fusion des deux communes de Saint-Pierre et de Calais fut un mariage forcé en 1885 par l’État pour des raisons militaires et que le retard administratif fut si lourd. Malgré ce handicap, la réussite industrielle du Grand Calais se marquait d’abord dans sa capacité industrielle. La place faisait travailler, en 1925, 38 % des 6 918 métiers Leavers recensés dans le monde, contre 29 % pour le Royaume-Uni, 8 % pour les États-Unis et 2 % pour l’Allemagne. Elle était également une place de vente considérable, dépassant les fabriques anglaises de Nottingham pour les exportations de dentelles de soie sur le marché américain.

3La fabrique des dentelles mécaniques installée à Calais à l’orée du XIXe siècle, frappée de plein fouet par la crise dès juin 1930, paraît un bon laboratoire pour procéder à l’analyse de deux facteurs : la situation dans l’espace économique et les intentions d’efficacité professionnelle. Pour espérer cerner les modalités de commercialisation de ses productions, nous voudrions préciser ici les grands traits de la construction du milieu des exportateurs qui assuraient la vente des tulles et aussi l’approvisionnement en matières premières. Nous concentrerons notre analyse sur deux aspects, de part et d’autre de 1860 : d’une part la constitution, dans le contexte du protectionnisme et de la contrebande, d’un milieu spécifique, celui des commissionnaires en tulles, renouvelé à partir du négoce traditionnel ; puis la place de la commission dans l’efficacité entrepreneuriale d’un milieu industriel et commercial, en partie submergé par un négoce étranger à la place, formant, somme toute, un ensemble diversifié et international, sinon globalisé.

Un défi au protectionnisme jusqu’en 1860

  • 5 Christian Borde, « Le contrebandier, le tulliste et le négociant : Calais, relais européen de l’in (...)

4La profondeur chronologique du « sentier de croissance » de l’industrie tullière implique un rappel de l’importance des protectionnismes et de leur évitement systématique par les systèmes de contrebande de 1802 à 18405. L’intensité de la fonction portuaire de Calais – le passage le plus prompt entre l’Angleterre et la France – a déjà joué un rôle essentiel quinze ans avant les débuts officiels de la fabrique en 1817. Un certain George Armytage, arrivé sur un bateau de contrebandier (smoggleur) en mars 1802, est le premier artisan à fabriquer pendant quelques mois à Calais de la dentelle tricotée sur un métier qu’il a lui-même perfectionné. Mais il n’est point de contrebande sans négociant. Dès son arrivée à Calais, il prend contact avec un « négociant » anglais nommé Priest qui est sans doute l’agent des contrebandiers, et par conséquent en relation plus ou moins directe avec les négociants-commissionnaires du lieu. En 1804, Armytage prend un brevet français alors que ses métiers ont été confisqués par la douane à Calais et qu’il réside à Bruxelles. Finalement, son brevet est dépassé en 1808 par celui d’un manufacturier, simple ouvrier à l’origine, John Heathcoat, victime des luddistes, qui transporte ses machines et ses ouvriers à Paris en 1818, puis à Saint-Quentin en 1827. Un an après le dépôt du brevet d’Heathcoat, celui de 1804 d’Armytage et de Moore revient à des fabricants associés à Paris et à Lyon.

  • 6 Pierre-Paul Zalio, « Territoires et activité économique », in Genèses, septembre 2004.
  • 7 Sheila A. Mason, Nottingham Lace, 1760’s-1950’s : The Machine made Lace Industry in Nottinghamshir (...)
  • 8 Benoît Noël, « Les Anglais et l’origine de la dentelle de Calais », in Revue du Nord, tome 88, no  (...)
  • 9 On distingue bien alors le « tulle » qui est le fond formé de mailles hexagonales fabriqué par le (...)

5C’est bien par le « jeu sur l’hétérogénéité de l’espace6 » que se révèle alors l’efficacité des entreprises dentellières en France, singulièrement de celles qui contribueront une génération plus tard à la consolidation d’un « Nottingham français »7. Le sous-développement administratif semble favoriser l’installation de travailleurs immigrés britanniques8, mais leur encadrement par les négociants du lieu, à des degrés divers et sans qu’ils aient cherché à s’en vanter par la suite, ne saurait être oublié. De plus, à ces données spatiales, s’ajoutent des conditions sociales différentes entre, d’une part, des ouvriers migrants autodidactes porteurs d’innovations et, d’autre part, des négociants commissionnaires qui sont par définition des pôles de stabilité dans les places de commerce. Parmi ces derniers, on distingue des alliances entre ceux qui sont issus du « Haut commerce » et tentent de continuer à contrôler les échanges et des hommes nouveaux – dont certains issus de milieux ouvriers et artisanaux – qui parviennent à accaparer un segment des circuits commerciaux indispensables à la nouvelle fabrique. Mais les clés de ces marchés sont extérieures à la petite place de Calais qui ne joue qu’un rôle de relais entre les approvisionnements en cotons filés de l’Angleterre et les marchés de consommation des tulles et bientôt des dentelles9, alors essentiellement français. Ces débouchés commerciaux s’étendent surtout dans la partie nord de la France, jusqu’à Paris, et leurs sources d’approvisionnement en matières premières et, pour une forte part, en produits fabriqués sont issues de la contrebande anglaise. Lorsque les premiers Anglais, Webster, Clarke et Bonnington, s’installent à Saint-Pierre-lès-Calais en 1817, ils se déclarent « marchands de gaze » et, se ravisant, deviennent au second recensement des patentés « fabricants de tulle ». La maison Leveux qui, étant commissionnaire des Rothschild, pratique avec zèle et efficacité le trafic des piastres en traitant directement avec les smoggleurs anglais et français, peut leur fournir indirectement une partie des approvisionnements en cotons filés qui leur sont nécessaires. Ce n’est qu’en 1830 que l’on constate que Leveux est reconnu à Calais comme le principal fournisseur de coton de la place.

6Dans les années 1820, certains négociants liés au milieu des commissionnaires se font « serruriers » et « blanchisseurs », comme Dubout et fils, tandis que d’autres pratiquent directement l’armement des bateaux « smoggleurs », comme Henry Dupont, pour profiter, comme le font les « faiseurs de dentelles », d’un circuit commercial opaque, mais rémunérateur. Beaucoup fournissent aux ouvriers quelques capitaux ou des locaux pour soutenir cette manne inespérée après les rigueurs des guerres. Aux commerçants organisés se joint d’ailleurs une grande partie de la population des propriétaires qui louent des locaux ou accueillent des ouvriers pensionnaires chez eux ou dans le parc immobilier de Calais ou de Saint-Pierre.

7Pour dépasser la manufacture de Saint-Quentin qui est loin de la mer, et donc plus facile à surveiller que le littoral où les fraudeurs bénéficient de complicités ancestrales, les entrepreneurs de Calais profitent d’un avantage qui leur permettra de prendre la première place en France. L’existence d’une fabrique de tulle à Calais, si modeste soit-elle, permet de plus, et peut-être essentiellement, de couvrir les importations frauduleuses de dentelles fabriquées en Angleterre. Cette contrebande sur deux tableaux prospère avec le maintien du protectionnisme et la participation active des négociants et fabricants des ports du Nord, jusqu’au moment où le libre échange devient un horizon souhaitable. En 1834, la suppression de la prohibition et la baisse des droits sur les cotons filés forment les premières mesures qui viennent sauver, avec le Jacquard et les perspectives de conversion vers la soie, une fabrique dans laquelle les mécaniciens autodidactes et les négociants et industriels français commencent à s’éloigner du système contrebandier pour affirmer une nouvelle identité entrepreneuriale, éloignée de ce dernier qui, en important des produits anglais, les concurrence directement.

  • 10 Journal de Calais, 16 août 1837.

8Négociants et fabricants de Calais et de Saint-Pierre-lès-Calais deviennent progressivement les « champions nationaux » de la dentelle mécanique. Le négoce se réorganise. Les Dubout père et fils qui avaient été contraints d’abandonner tout négoce à la fin des French Wars emploient à partir de 1821 des mécaniciens anglais et développent considérablement leurs affaires dans la blanchisserie et la commission. Ils sont parmi les premiers à concentrer des métiers en une usine, construite dans Calais intra-muros. D’autres négociants commissionnaires établissent ou favorisent des liens avec l’industrie et le négoce lyonnais qui leur offrent dès les années 1835 deux éléments clés : d’une part, le système Jacquard qui permet l’imitation de la dentelle à la main, d’autre part, la soie qui autorise l’accès au marché du grand luxe. Le négociant-fabricant Jean-Pierre Champailler, originaire de la Loire, établi à Calais en 1816, rassemble en deux temps, à la fin des années 1830, les meilleurs tullistes anglais, George Walkand et William Webster, héritier de son père Robert, le premier fabricant anglais, pour fabriquer en grand sur les nouveaux métiers Leavers des produits de haute nouveauté, comme en 1837 un « tulle moucheté dit à point d’esprit10 ». Au milieu du siècle, la maison Champailler est devenue le principal négociant en soie de la place. Elle tente même en 1858 d’acclimater – sans succès – la sériciculture à Calais. Le lent déclin de l’industrie tullière lyonnaise, achevé dans les années 1860, permet à Calais de trouver une place nouvelle qui profite d’abord à une seule maison, Dognin et Cie, installée également à Lyon. Puis ce déclin avantage l’ensemble de la fabrique calaisienne.

  • 11 Almanach de Calais, 1844, p. 208-210.
  • 12 Ibidem, p. 212.

9Le très grand nombre de petites entreprises qui est de règle dans cette activité ne doit pas cacher des conditions de réussite, à long terme triplement sélectives : l’habileté technique, la capacité à participer à l’approvisionnement frauduleux et à écouler des produits de plus en plus soumis aux aléas de la mode. Il s’agit d’une armée de façonniers dont il est difficile de mesurer correctement le degré d’indépendance face aux négociants-fabricants. En 1844, l’Almanach de Calais présente en une seule rubrique11 pour la commune de Calais les « fabricants de tulle, marchands et apprêteurs », mais n’en distingue pas moins, un peu plus loin, les cinq « marchands de cotons filés » qui fournissent la fabrique en matières premières12. L’année suivante, en 1845, la fabrique est simplement présentée sous le titre « Fabricants de tulle, apprêteurs » et une nouvelle rubrique apparaît, celle des « maisons d’achat pour les tulles » qui est composée de deux groupes : d’une part les maisons de Calais qui n’affichent aucune représentation et celles, moins nombreuses, qui représentent de manière explicite des négociants de Saint-Quentin ou de Paris.

  • 13 Christian Borde, « Les dentelliers de Calais sous le Second Empire : l’ouverture au monde », in Na (...)

10Au début du Second Empire, les négociants-fabricants de tulle de Calais et de Saint-Pierre se trouvent devant l’alternative suivante : ils peuvent profiter de la bonne situation de leurs produits en coton sur le marché français et se contenter de peu d’exportations ou bien, en obtenant l’abolition des droits sur les cotons, choisir de produire à bon marché, d’accroître leurs ateliers, leurs machines, leurs ouvriers et d’exporter13. C’est, sans conteste, la position de Calais aux portes de l’Angleterre qui les pousse à opter pour la seconde solution, suivant ainsi la voie vers un certain libre échange, une position qui ne les éloigne pas radicalement des négociants des grands ports. En fait, une troisième voie leur est aussi ouverte. Étant donné qu’ils n’ont pu obtenir ni le drawback, ni la réduction notable, voire la suppression définitive des droits sur les cotons filés, les fabricants se tournent vers une ressource faisant diversion à la production en coton : le tulle de soie. Alors que, vers 1850, il s’agit d’une fabrication encore peu répandue, en 1867, la soie est devenue majoritaire ; sur 1 500 métiers travaillant à Calais et à Saint-Pierre, les trois quarts sont équipés pour fabriquer des dentelles de soie, « Blondes », « Laizes » et « Chantilly ».

  • 14 Bulletin de la Chambre syndicale des fabricants de tulles et dentelles de Calais, 1890.

11Cependant, les fabricants, organisés en Chambre consultative des arts et manufactures dès 1846, deviennent modérément protectionnistes, afin de préserver les débuts de leur industrie. Ils demandent l’établissement d’un droit de 15 % sur les tulles de soie anglais pendant trois ou quatre ans. À l’occasion d’un projet de modification du traité de 1860 et d’établissement d’une taxe de 20 % à l’entrée des soies et des cotons, la Chambre de commerce de Calais et la Chambre consultative des arts et manufactures de Saint-Pierre ne demandent plus aucune modification du régime douanier. Les Calaisiens redoutent des formalités tracassières qui seraient susceptibles d’entraver le bon fonctionnement d’un marché désormais ouvert sur le monde. En 1890, au moment de la discussion sur la réforme des traités de commerce, ils déclarent que le régime de 1860 leur a toujours été favorable14. Ils sont, depuis 1884, organisés en chambre syndicale et la majorité de leurs fabrications de très haut niveau se fait à la soie, ce qui les rend presque complètement solidaires de la fabrique lyonnaise.

La place de la commission dans la fabrique

12Depuis l’origine de la fabrique, nombre d’entrepreneurs ont tenté de mener de front les deux activités de fabrication et de vente d’une part, d’achat des matières premières d’autre part. Les contemporains considèrent sans doute comme un gage de sécurité la place plus ou moins grande occupée par la commercialisation dans telle ou telle entreprise et cette sécurité forme, à leurs yeux, un gage de réussite. Beaucoup, parmi les plus importants des nouveaux fabricants des années 1860, comme Liévin Delhaye, Henri Hénon ou Robert West, sont des ouvriers ou fils d’ouvriers, ce qui semble opposer la place calaisienne au reste des districts manufacturiers du Nord. Mais Henri Hénon, qui est fils d’un artisan fabricant de limes, fonde très rapidement une maison de commission qui lui permet, au début des années 1880, d’acquérir l’usine d’une entreprise en déconfiture, confiée à son épouse, originaire de Tarare. Liévin Delhaye, simple ouvrier chez Dubout, fonde également une maison de commission et devient maire de Saint-Pierre-lès-Calais. C’est l’implication dans ce commerce très rémunérateur lors des booms des tulles et dentelles qui explique ces ascensions sociales rapides.

13Les sources fiscales et les annuaires permettent également de cerner l’émergence de telle ou telle profession. Les « commissionnaires en marchandises », que nous appellerions aujourd’hui des entreprises d’import-export et parmi lesquels se trouvent les « commissionnaires en tulles et dentelles », s’opposent aux « commissionnaires entrepositaires » ou « de transports » qui forment l’équivalent de ce que nous appellerions aujourd’hui des transporteurs.

  • 15 Archives municipales de Calais, G 240.

14La patente de Calais de 1896 les distingue parfaitement15. Du côté des transporteurs, sept entreprises payent alors à cette date en tout 21 726 francs de droit de patente. Le secteur est dominé par Adolphe Darquer (1834-1916) qui, avec 25 immeubles recensés dans Calais nord, paie 34,1 % de la patente du secteur, devant les six autres transitaires ou entrepreneurs de pêche mécanisée. Du côté des 26 « commissionnaires en marchandises », la patente est beaucoup plus élevée. Elle atteint 76 125 francs, ce qui correspond à la patente d’une seule des grandes usines calaisiennes du temps, qui regroupent de 15 à 30 fabricants. Seules les dix premières maisons de commission de tulle sont au-dessus de la moyenne. À l’exception de la firme Charles Sergeant, il s’agit de firmes soit allemandes, soit anglaises. Quatre seulement sont identifiées par leur siège social : William Heyman, de Nottingham ; Sigmund Strauss, de Francfort ; Alexander Liebmann, de Hambourg ; Benedict Goldschmintz, de Mannheim. Il faut y ajouter la firme « germano-anglaise » Stevenson & Stavenhagen dont nous reparlerons plus bas.

15Mais Adolphe Darquer, qui deviendra président de la chambre de commerce de Calais de 1889 à 1902, est également très impliqué dans la fabrication et le négoce de la dentelle. Sa polyactivité se déploie à tous les niveaux de la fabrique. Il est entré dans le secteur de la commission de tulle en s’associant en 1860 avec le négociant Jean Boulet, propriétaire d’une maison de négoce en cotons filés depuis au moins 1846, et en épousant Sophie Bacquet, la fille d’un important fabricant auquel il s’est associé pour construire une usine en 1873. Le 3 novembre 1881, Darquer s’associe pour 15 ans avec Paul Chanson (Adolphe Darquer - Paul Chanson) pour « achat et vente des matières premières propres à l’industrie du tulle et la représentation des agences se rattachant à ce commerce ». Avec un capital assez restreint de 50 000 francs seulement, cette société a sans doute pour but de prolonger les activités de la maison de transit portuaire. Elle devient en 1898 une société de commission et transit. Darquer apporte à son gendre Paul Chanson en 1881 les agences et les maisons dont il est le représentant et qui resteront sa propriété en cas de dissolution. Chanson, qui assure la direction d’une firme qui sera la première à se lancer dans le trafic pétrolier à Calais, est en 1939 l’unique « commissionnaire » encore cité dans l’annuaire commercial de la ville.

  • 16 Ces actes reçus au Tribunal de commerce de Calais n’ont été conservés que pour la période postérie (...)
  • 17 Journal de Calais, 27 janvier 1877.
  • 18 Paul Lafargue, « La question des tulles et dentelles », in Le Travailleur, no 25, 13 janvier 1884, (...)

16C’est dans les actes de sociétés, dont les publications obligatoires dans la presse à partir de 1831 n’ont lieu que sous forme d’extraits, que l’on peut juger de l’existence ou non de cette aspiration à la fondation de sociétés de négoce. Ces documents essentiels, passés oralement ou par écrit, sous seing privé ou devant notaire ou encore devant le tribunal de commerce, pallient l’absence quasi-totale d’archives privées. Ils sont le moyen d’approcher le projet entrepreneurial qui est au coeur de notre réflexion16. La formule « fabrication et vente des tulles » est la plus commune pour désigner l’objet de ces microentreprises qui se créent en grand nombre à Saint-Pierre dans les années 1870. Au terme d’une période de boom dentellier, le Journal de Calais de 1877 déplorait « la production trop grande et la concurrence inintelligente que se font les producteurs entre eux » et ajoutait : « Il est une quantité de fabricants qui, la veille, étaient maçons, boulangers, etc. et ne connaissaient leur nouveau métier que de nom, d’autres qui, hier encore, ouvriers avec des salaires énormes, éblouis par le titre de fabricant, ont cru qu’il ne s’agissait que d’avoir des métiers pour faire fortune, se sont mis à jouer au négociant et, vu leur peu de ressources pécuniaires et intellectuelles, se sont trouvés très vite à la côte »17. Plus virulent, mais guère différent quant au fond, le raisonnement de Paul Lafargue, en visite à Calais en 1884, stigmatise ces ouvriers devenus patrons. Le gendre de Karl Marx reproche à ceux qu’il appelle les « fabricants tullistes de Saint-Pierre » d’être « des exploiteurs privilégiés parmi les privilégiés ». Ils sont, explique-t-il, depuis les années 1860 devenus des patrons « millionnaires (qui) gagnent les jouissances dont ils se gavent par le travail de leurs ouvriers, dont beaucoup étaient leurs compagnons de peine »18.

17Finalement, le facteur décisif qui suscite l’émergence de maisons puissantes ou durables dans ce monde entrepreneurial foisonnant est double : d’une part, s’assurer les services de dessinateurs innovants ; d’autre part, accéder au système d’approvisionnement et de commercialisation des produits susceptibles d’assurer les plus grandes marges commerciales. La première condition est assez facilement réalisable, car deux ambitions peuvent s’associer pour garantir la réussite commune. La seconde est plus aléatoire, puisque les intérêts des deux groupes – fabricants et commissionnaires – sont au fond diamétralement opposés.

18Voyons comment cette question se retrouve dans les actes de société.

  • 19 Archives départementales du Pas-de-Calais (désormais ADPDC), 6U3/39, Société Darras et Vaillant, 2 (...)

19La firme Darras et Vaillant, formée le 29 janvier 1872, très représentative des créations de ce temps, a pour objet « la fabrication des tulles », mais également de « tout ce qui se rattache à cette branche d’industrie ». La formule est d’ailleurs réitérée de manière encore plus explicite dans l’article 1 qui fait mention de « toutes les opérations relatives à cette fabrication, à l’achat des matières premières et à la vente des produits ». Dans l’article 8 de l’acte de société, est évoquée la répartition des responsabilités pour l’achat et la vente : avec un capital assez important – à l’échelle calaisienne – de 150 000 francs19, les deux associés prévoient de se consulter mutuellement pour tout achat dépassant la somme de 3 000 francs. Sage prudence pour deux fabricants qui, même s’ils sont expérimentés pour la fabrication, semblent assez novices en affaires : François Darras est occupé à « la direction et la surveillance des métiers », tandis que Jacques Vaillant doit se concentrer sur « les dessins et la comptabilité ».

  • 20 ADPDC, 6U3/39, 28 février 1872, Société Houette & Butler fils.

20Rien sur la vente par contre dans l’association de 1872 entre le fabricant Léon Houette et le dessinateur de fabrique William Butler fils. La répartition des tâches dans l’acte de société implique le recours à un système de commissionnaire : Houette sera « plus particulièrement chargé de la tenue des livres, de la caisse et de la comptabilité », tandis que Butler est « chargé des dessins, de la mise en cartes et de l’achat des matières »20, avec un capital de 180 000 francs qui dépasse largement le prix d’une grande fabrique de l’époque, sans doute apporté par les entreprises précédentes de Houette. Quant à William Butler, il s’agit du fils d’un immigrant britannique qui, après avoir quitté son associé en 1892, deviendra président de la Chambre syndicale des fabricants de tulles et dentelles de Calais, de 1910 à son décès en 1926.

  • 21 L’Atelier Desombre, construit en 1869, est agrandi en 1885 et rebaptisé usine Boulart. Il est deve (...)
  • 22 ADPDC, 6U3/43, 11 avril 1876, société Bélart et Déras.

21Tout est plus explicite dans l’association formée par Léon Bélart et François Noël Déras qui s’installent dans l’usine Boulart21 en 1876. La répartition des tâches et la formulation des conventions semblent avoir été mûrement réfléchies. Bélart aura « pour principale tâche la confection des dessins et les soins du matériel en général », tandis que Déras assurera « la vente des tulles, l’achat des matières et tout ce qui concerne le travail intérieur des bureaux »22. Comment imaginer que de simples ouvriers ou des négociants de second rang confrontés au marché international soient en mesure de vendre directement leurs dentelles ? Bélart et Déras prévoient les précautions suivantes que l’on ne trouve que très rarement dans les actes d’association : « en commun accord, prendre les aides qui, par la suite, leur deviendraient nécessaires pour leur travail respectif. Les livres de comptabilité seront tenus en partie double par un employé pris au choix commun des associés. Les marchandises à l’inventaire seront estimées à leur prix de revient, le matériel à son prix au jour de l’inventaire, les matières premières au prix coûtant ». Le capital est estimé au centime près, à 71 226,35 francs et la rémunération hebdomadaire des associés est fixée à 60 francs par semaine.

  • 23 ADPDC, 6U3/43, 16 mai 1876, Bodel frères.

22Les tâches paraissent moins clairement réparties chez Bodel frères23. La gestion est commune : « Les deux associés s’occuperont indistinctement de la vente, des achats, de la direction de l’atelier et du bureau ». Sans doute parce qu’ils ont tous les deux la signature sociale, les deux frères prennent la précaution de bien développer la clause de concurrence, beaucoup plus courte en général dans la plupart des associations : « Si l’un des associés se permettait de souscrire, sous la raison sociale, des engagements étrangers aux affaires de la société, l’autre associé aurait le droit de demander la dissolution avec dépens et dommages intérêts ». Ils prévoient même que leur rémunération de 40 francs par semaine pourra être modifiée, « si l’un des associés venait à se marier ». Mais, dans les prévisions de charges qu’ils énoncent, également de manière très circonstanciée, aucune clause ne concerne la vente des dentelles produites. Elles prévoient seulement les loyers des lieux occupés par la société, la patente et autres contributions, l’éclairage, les frais d’assurances et les salaires des ouvriers et ouvrières.

  • 24 ADPDC, 6U3/40, 27 juin 1873, Société pour le commerce du tulle : Veuve J. Forest & Ch. Clin.

23Pour que le terme de marché soit évoqué localement, il faut avoir affaire à la plus ancienne maison de Calais, Émile Dubout et Cie. Son capital affiché est de 220 000 francs, en 44 parts. L’acte de société évoque l’apport de son directeur : « sa clientèle, ses dessins, ses traites, ses marchés et son brevet pour la fabrication du Chantilly », le tout estimé pour quatre parts. Des maisons de commission plus modestes possèdent par contre un véritable capital financier. C’est le cas en 1873 de la veuve de Jean-Marie Jules Forrest, Élise Coelina Happe, « négociante », qui s’associe pour une décennie à son collègue négociant Henri Francis Charles Clin, « pour le commerce des tulles »24. Ils disposent d’un capital social de 200 000 francs, dont 140 000 déjà fournis par moitié par chacun. À la création, il est prévu que la société pourra être dissoute en cas de perte de 25 000 francs sur le capital. Là encore, la définition des frais généraux est très précise.

  • 25 ADPDC, 6U3/39, 12 mars 1872.
  • 26 ADPDC, 6U3/40, 24 mars 1873.

24En 1872, deux négociants, Louis Goldsmith et Victor Brouttier, donnent l’exemple d’une maison d’achat des matières premières : « vente en gros des soies, bourres et cotons filés grèges25 ». L’année suivante, est fondée la société A. Vieilliard, avec deux objets complémentaires : « la commission des tulles et le placement des matières premières »26. Formée le 24 mars, mais dissoute dès le 7 juin suivant, elle témoigne de l’improvisation présente dans ce secteur : il suffit de louer quelque bureau et d’acquérir un « matériel généralement quelconque », ici de 732 francs, pour établir une maison de commerce.

  • 27 ADPDC, 6U3/43, 18 janvier 1876, E. Philippi et Cie.

25Plus prometteur, le projet de 1876 de la société Émile Philippi & Cie est clairement centré sur « le commerce des tulles et des matières premières servant à leur fabrication, en un mot toutes opérations généralement quelconques se rattachant à l’industrie tullière »27. Relayant une société formée en 1872 et visiblement prospère, l’affaire dispose d’un demi-million de francs « en numéraire, marchandises en magasin, mobilier industriel et créances diverses dont [est] garanti le recouvrement intégral ». Les trois associés apportent « leur travail et leurs connaissances spéciales dans ce commerce ». Comme chez les fabricants Déras et Bélart, la maison Philippi est prudente : « pour des opérations d’une certaine importance, tels que engagements de dessins, location de métiers pour travailler à façon, achats de soldes, achats spéculatifs de matières premières, concessions de forts découverts à des clients ou fabricants, ainsi que l’engagement ou le renvoi d’employés, il faudra le consentement de deux associés au moins ». Les origines italiennes de l’entrepreneur expliquent peut-être sa germanophobie et son obsession du secret qu’il exprime par cette formule : « Tout engagement d’employés allemands ne peut avoir lieu qu’avec le consentement des quatre associés ».

  • 28 1875, Almanach de Saint-Pierre, Saint-Pierre, H. Gouthier, 166 p.
  • 29 Ibid., p. 80-81.

26L’annuaire commercial de la fabrique en 187528 distingue les « négociants commissionnaires en tulle29 » et une curieuse catégorie, intitulée « soie et coton », qui regroupe les marchands de gros et les commissionnaires de maisons extérieures à Saint-Pierre. Il est possible d’y retrouver la composition du secteur, malheureusement sans pondération par les tailles respectives de chaque entreprise : 58 maisons s’occupent de la commission des tulles et cinq de la fourniture exclusive des matières premières. Mais 17 maisons seulement vendent sur place les tulles fabriqués, la plupart étant des fabricants, dont deux (Bonneville & Garcerie et Brochot) indiquent les adresses de magasins de représentation établis à Paris ou à Lyon.

Les commissionnaires extérieurs à la place

  • 30 ADPDC, 6U3/41, 21 février 1874, Rieumal & Cie.

27Les entreprises de commission parisiennes qui s’installent directement à Calais sont très peu nombreuses, mais on comprend que leur influence sur le marché puisse être considérable même lorsqu’elles ne sont pas présentes sur place. Cependant, le négociant parisien Jules Rieumal s’associe en 1874 à un fabricant de la Somme, François Barbier, en vue de « la fabrication, [de l’] achat et [de la] vente des gazes, tulles et autres tissus analogues », avec un capital de base assez restreint de 55 000 francs30. Les deux associés expliquent au Tribunal de commerce que « l’accroissement successif de leurs affaires et de leurs relations les engage d’établir à Saint-Pierre-lès-Calais une succursale de leurs maison ».

28La formule de l’association pour une représentation sur place est plus classique chez ces deux négociants du Sentier en 1905, Alexandre Lumley et Aimé Salmon : sans préciser s’il s’agit du commerce des matières premières ou des tulles fabriqués, ils s’allient à un négociant de Calais, Henry Marvin, avec un important capital de 800 000 francs, en tant que « négociants commissionnaires en marchandises ».

  • 31 Bulletin de la Chambre syndicale (...), op. cit., 1880, p. 81.

29Au dire de la Chambre syndicale des fabricants, les dentelliers calaisiens cherchent pourtant dès 1880 à s’intégrer dans le schéma national du Syndicat d’exportation nouvellement créé qui définit quatre itinéraires : l’Amérique du Nord au sens large, des Antilles au Canada ; l’Amérique du Sud ; l’Australie et l’Asie du Sud-Est ; et enfin un quatrième ensemble plus dispersé comprenant l’Afrique, le Levant et toute l’Asie occidentale31. La concurrence des commissionnaires allemands et anglais après 1870, puis américains après 1880 vient bouleverser, mais aussi stimuler une place ainsi transportée au cœur des circuits commerciaux mondiaux, même si ceux-ci lui échappent en grande partie avec l’établissement des tarifs protecteurs aux États-Unis entre 1885 et 1930.

30Les derniers fabricants de nationalité britannique disparaissent à la fin des années 1870. Comme on l’a vu, leurs descendants sont naturalisés et parfaitement intégrés à la fabrique. Aussi les liens commerciaux qui pouvaient exister avec le négoce de Nottingham semblent se relâcher. Les conséquences du suicide du négociant-fabricant James Hartshorn en avril 1877 semblent significatives à cet égard. Son associé à Saint-Pierre, George Arnett, et son autre associé, le fabricant de tulle de Nottingham Charles Grey Hill, décident de dissoudre la société qui avait été conclue entre Arnettet Hartshorn en 1868 pour « la fabrication et la vente des tulles ». C’est finalement un fabricant français, Jules François, qui devient gérant de l’affaire, tandis qu’Arnettfait construire une grande usine à Saint-Pierre. Il faut attendre 1929 pour que le consul de Sa Majesté britannique soit à nouveau choisi parmi les fabricants de dentelles. Après John Morley qui était, à la fin des années 1850, fabricant de tulles et vice-consul, huit diplomates de profession se succèdent et il semble qu’ils se soient surtout préoccupés des liaisons transmanche, et non de commerce de tulles et dentelles.

  • 32 ADPDC, 6U3/60, 21 mars 1905.

31Quant à la présence de fabricants allemands, elle s’avère plutôt discrète. La formule la plus fréquente et la mieux adaptée est sans doute celle qui s’inspire du négoce ancestral et utilise la phratrie. Ainsi, en 1905, une petite firme dirigée par deux Allemands, la fabrique de broderies et de tulle Otto Heyman et frère, s’installe dans l’usine Davenière. Otto la dirige ; son frère Rodolphe s’occupe de la vente des marchandises, « à Paris ou dans tous autres lieux ». Otto amène la moitié du capital de 100 000 francs, sous forme de matières premières et de marchandises en créances ; son frère parisien fournit l’autre moitié, en espèces32.

32L’implantation la plus spectaculaire et la plus durable est celle de la maison de commission Stevenson et Stavenhagen. Né près de Hambourg, dans une famille de négociants juifs originaires de Silésie, Moritz Stavenhagen qui, en 1870, réside encore à Nottingham a épousé Fanny Stevenson. À l’âge de 28 ans, il s’associe avec son beau-père, William Henry Stevenson, négociant établi à Nottingham et à Calais depuis longtemps. Leurs cinq enfants naîtront à Calais où Moritz s’est installé. Il devient vice-consul d’Allemagne en 1872. À sa mort, survenue en 1905, son fils Paul lui succède dans son négoce et dans son poste de vice-consul. Cette société qui semble unique en son genre localement, puisqu’elle unit un Allemand et un Anglais, a pour objet « le commerce d’achat et de vente à commission ou autrement des tulles ». Elle sera prorogée jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale.

  • 33 ADPDC, 6U3/39, Auerbach & Cie, 25 février 1872.

33D’autres sujets allemands ou naturalisés allemands se joignent à leur consul commissionnaire. Otto Loewinstein est dès 1872 négociant commissionnaire à Roubaix et associé à une maison de commission de Hambourg installée à Paris, Leser & Cie, dont il assure la représentation à Calais. Il s’associe à cette date à Meyer Auerbach, qui gère une nouvelle société en commandite « pour la commission d’achat et vente des tulles et dentelles de Calais et autres produits se rattachant à cette industrie »33. Le montant de la commandite, dont la raison sociale est Auerbach & Cie, atteint 150 000 francs, versés au fur et à mesure des besoins à 6 %. La firme est établie à Saint-Pierre-lès-Calais. Le commissionnaire saint-pierrois dispose d’un crédit d’achat limité à 20 000 francs et la plus longue échéance qu’il soit en droit d’accepter n’est que de quatre mois. Pour respecter ces clauses draconiennes, il reçoit un salaire, très important à l’échelle calaisienne, de 1 000 francs par mois. Mais, parallèlement, il s’engage à accepter toutes les commissions d’achat et de vente d’articles sur lesquelles il reçoit, comme c’est la coutume, une commission nette de 2 %.

34La présence d’un consulat américain à partir de 1889 qui reste ouvert jusqu’en 1940 souligne le très grand intérêt que les commissionnaires, et par conséquent les fabricants de dentelles des États-Unis, portent à cette industrie. Tandis que beaucoup de commissionnaires se contentent de copier les modèles qui leur sont confiés, les consuls alimentent par leurs rapports réguliers le gouvernement américain afin qu’il fourbisse des armes protectionnistes destinées à libérer le marché américain des importations françaises : une histoire un peu triste qui reste à écrire et qui ne fut pas sans contribuer au lent déclin de cette industrie mondialisée, même si elle est établie en sous-préfecture.

Conclusion

  • 34 Annuaire des fabricants de tulles et dentelles de Calais, Indémaillable, Interlock, Maison de comm (...)

35Cette « grande petite ville », formée de deux communes antagonistes qui, rassemblées en agglomération, ne purent même pas prétendre au titre de sous-préfecture durant la période considérée, a vécu une aventure industrielle agitée, faite de booms commerciaux et de crises sévères. Écartelée entre Nottingham, Lyon, Paris, Hambourg et finalement New York, l’efficacité des négociants fabricants fut en partie vaincue par celle des commissionnaires parisiens, allemands ou américains, mais aussi par les politiques douanières, qu’il s’agisse de celle de la France, extrêmement défavorable après 1880, ou de celle menée par les États-Unis à partir du tarif Mac Kinley. Le défi au protectionnisme qui avait été l’un des leviers de son installation à Calais, devint pour l’industrie de la dentelle une cause de décadence. À certains égards, l’économie de ce secteur présente une allure britannique : une série de cycles, comportant des booms, des crises et des rémissions grâce aux exportations, pour la vente d’un article dont le marché comporte un facteur de risque important et nécessite une régulation harmonieuse entre producteurs et vendeurs. En 1951, la séparation paraît totale entre, d’une part, les 144 firmes de « fabricants de dentelles » et, d’autre part, les 56 « maisons de commissions, d’achats et d’exportations de tulles, dentelles, broderies et guipures34 », alors que, depuis l’origine de la fabrique, les deux fonctions étaient plus ou moins confondues dans les actes de sociétés. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, cette séparation très nette des deux activités est sans doute due à des raisons fiscales.

36Dans la fabrique calaisienne, la tension très forte qui existe entre les ouvriers porteurs d’innovations et les négociants a été résolue par le recours, chez les ouvriers, à l’utopie du petit entrepreneur autonome. Utopie lorsqu’ils recherchent une place où ils pourront réussir par eux-mêmes et en même temps pratiquer la course à l’innovation, génératrice de perpétuelles tensions à l’intérieur de ce milieu. Utopie aussi lorsque, s’établissant patrons de petites entreprises en un processus d’ascension sociale, ils peuvent commercialiser leurs produits dans l’espace national, souvent grâce à l’aide de leurs épouses. Mais tout devient plus compliqué lorsque le marché international nécessite une véritable infrastructure commerciale et des capitaux de garantie. Cette double utopie a-t-elle évité à Calais de graves conflits sociaux ? Malgré l’existence de tensions qui s’inscrivent dans le contexte général de la vie syndicale du pays, la fabrique connut à quarante ans de distance des moments d’unanimité presque totale entre patrons et ouvriers au sujet de la commercialisation de la dentelle de Calais. En 1890 à l’occasion du projet Méline tout comme en 1930 pour protester contre le tarif Hawley-Smoot, une grande manifestation silencieuse a rassemblé dans les rues de Calais ces deux classes dont Paul Lafargue prédisait l’affrontement. Le consensus se réalisait pendant quelques heures sur cet aspect fondamental de leur industrie : la vente à l’étranger.

37Ce qui est sans doute caractéristique dans la fabrique calaisienne, c’est un mélange, au sein des entreprises, entre aspects industriels et commerciaux qui produisit souvent une grande confusion et dont l’industrie américaine fut, entre 1880 et 1930, l’un des principaux bénéficiaires. Même si Calais demeura en partie liée au sort de Nottingham, le transfert de technologie qui avait fait la fortune rapide de certains de ses habitants devint une malédiction. Mais la dentelle calaisienne est aussi un exemple admirable de succès techniques et, à certains moments, commerciaux d’une France ouverte le plus largement possible sur les influences extérieures.

Notes

1 « Défense des intérêts de l’industrie des tulles et dentelles mécaniques, séance solennelle à la Chambre de commerce de Calais », Bulletin de la Chambre syndicale des fabricants de tulles et dentelles de Calais, mars 1891, p. 110.

2 Le tulle et la dentelle sont des tissus qui peuvent utiliser des matières premières multiples – le lin, la soie, le coton – puis, grâce aux progrès de la filature, des mélanges plus ou moins complexes de ces matières sous forme de filés. Le métier Leavers est longuement perfectionné. Une fois doté de Jacquards, il est capable à partir des années 1830 d’imiter à la perfection les dentelles à la main. Dans le langage populaire ou technique de la fabrique calaisienne, le mot tulle est synonyme de dentelle.

3 « L’industrie de Calais », numéro spécial hors série des Échos de l’Exportation, 28 octobre 1912, p. 22.

4 Chambre syndicale des fabricants de tulles et dentelles de Calais, E. Prior à la Chambre syndicale. La firme d’origine calaisienne E. Prior, seule firme française du secteur établie aux États-Unis à cette époque, emploie « 57 représentants et 11 voyageurs à la commission ».

5 Christian Borde, « Le contrebandier, le tulliste et le négociant : Calais, relais européen de l’industrie dentellière, 1802-1832 », in Se déplacer du Moyen âge à nos jours, Actes du 6e colloque européen de Calais 2006-2007, Calais, 2009, p. 291-302.

6 Pierre-Paul Zalio, « Territoires et activité économique », in Genèses, septembre 2004.

7 Sheila A. Mason, Nottingham Lace, 1760’s-1950’s : The Machine made Lace Industry in Nottinghamshire, Derbyshire and Leicestershire, Ilkeston, Derbyshire, SA Mason, 1994, XVIII-381 p.

8 Benoît Noël, « Les Anglais et l’origine de la dentelle de Calais », in Revue du Nord, tome 88, no 364, janvier-mars 2006, p. 67-68.

9 On distingue bien alors le « tulle » qui est le fond formé de mailles hexagonales fabriqué par le métier mécanique et les reprises décoratives appliquées à la main sur ce fond. La vraie dentelle d’imitation, fabriquée entièrement à la machine, n’apparaît qu’avec les métiers Leavers.

10 Journal de Calais, 16 août 1837.

11 Almanach de Calais, 1844, p. 208-210.

12 Ibidem, p. 212.

13 Christian Borde, « Les dentelliers de Calais sous le Second Empire : l’ouverture au monde », in Napoléon III, Boulogne et l’Europe, Colloque de Boulogne-sur-Mer, Les cahiers du Littoral, 2, 2002, p. 205-217.

14 Bulletin de la Chambre syndicale des fabricants de tulles et dentelles de Calais, 1890.

15 Archives municipales de Calais, G 240.

16 Ces actes reçus au Tribunal de commerce de Calais n’ont été conservés que pour la période postérieure à 1850, mais avec des lacunes importantes.

17 Journal de Calais, 27 janvier 1877.

18 Paul Lafargue, « La question des tulles et dentelles », in Le Travailleur, no 25, 13 janvier 1884, p. 1.

19 Archives départementales du Pas-de-Calais (désormais ADPDC), 6U3/39, Société Darras et Vaillant, 29 février 1872.

20 ADPDC, 6U3/39, 28 février 1872, Société Houette & Butler fils.

21 L’Atelier Desombre, construit en 1869, est agrandi en 1885 et rebaptisé usine Boulart. Il est devenu en juin 2009 le siège de la Cité internationale de la dentelle et de la mode de Calais, après son rachat par la municipalité en 1981.

22 ADPDC, 6U3/43, 11 avril 1876, société Bélart et Déras.

23 ADPDC, 6U3/43, 16 mai 1876, Bodel frères.

24 ADPDC, 6U3/40, 27 juin 1873, Société pour le commerce du tulle : Veuve J. Forest & Ch. Clin.

25 ADPDC, 6U3/39, 12 mars 1872.

26 ADPDC, 6U3/40, 24 mars 1873.

27 ADPDC, 6U3/43, 18 janvier 1876, E. Philippi et Cie.

28 1875, Almanach de Saint-Pierre, Saint-Pierre, H. Gouthier, 166 p.

29 Ibid., p. 80-81.

30 ADPDC, 6U3/41, 21 février 1874, Rieumal & Cie.

31 Bulletin de la Chambre syndicale (...), op. cit., 1880, p. 81.

32 ADPDC, 6U3/60, 21 mars 1905.

33 ADPDC, 6U3/39, Auerbach & Cie, 25 février 1872.

34 Annuaire des fabricants de tulles et dentelles de Calais, Indémaillable, Interlock, Maison de commission et d’achats, édition 1951, Calais, Herreman-Wattebled, 1951, 50 p.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search