Version classiqueVersion mobile

Numérique et transesthétique

 | 
Gérard Leblanc
, 
Sylvie Thouard

Biographies des auteurs

Texte intégral

Laurence Allard

1Laurence Allard, sémiologue, maîtresse de conférences Université Lille 3, Sciences de la communication, et chercheuse associée à l’IRCAV-Paris 3, vit à Paris. Elle travaille sur les pratiques expressives digitales (sites de réseaux sociaux, vidéos de remixes, pratiques du mobile) ainsi que sur le rôle du téléphone portable dans les projets de développement. Son dernier ouvrage paru : Mythologie du portable, éd. Le Cavalier Bleu, 2010. Et à paraître : Internet vs Culture, éd. Buchet-Chastel, automne 2012. Ses principaux articles en ligne sont consultables sur le site professionnel : http://www.culturesexpressives.fr

Claude Bailblé

2Claude Bailblé est maître de conférences à l’Université de Paris VIII, titulaire d’un doctorat en Sciences de l’Art : « La perception et l’attention transformées par le dispositif cinéma » 1999. Il enseigne actuellement le documentaire – l’interaction documentaire/fiction – en licence et master à Paris 8. Cet enseignement est par ailleurs confronté à la pratique : intervenant dans plusieurs écoles professionnelles (dont l’Insas, la Femis, l’École Nationale Supérieure Louis Lumière). Depuis 1989, il participe à la revue Documentaires, intervient aux colloques de Radio-France, de la CST, ou de la Cinémathèque Française. Il mène une recherche sur les sciences perceptives et cognitives appliquées à la mise en scène, et s’intéresse aussi de près à la 3D (avec Alain Derobe).

Pierre Barboza

3Pierre Barboza est maître de conférences et membre du Labsic, à l’université Paris 13 – Villetaneuse. Au sein de l’UFR des Sciences de l’information et de la communication, il est responsable du Master Design d’Interface Multimédia et Internet. Il est l’auteur de nombreux articles, d’un ouvrage de référence, Du photographique au numérique La parenthèse indicielle dans l’histoire des images, Paris, L’Harmattan, 1996 ; d’un ouvrage de vulgarisation scientifique, « Les nouvelles images » (Prix Roberval 1998) ; il a co-édité l’ouvrage collectif L’image actée Biographies des auteurs – Scénarisations numériques, parcours du séminaire « L’action sur l’image » (L’Harmattan, 2006), séminaire qu’il a co-dirigé pendant trois ans avec Jean-Louis Weissberg. Ses travaux sur l’image numérique se sont déployés pour aborder les multiples dimensions de l’interactivité ; ses approches sémiotiques, esthétiques ou cognitives prennent appui sur des créations artistiques aussi bien que sur les formes communes de l’édition en ligne.

Raphel Cuir

4Raphael Cuir est historien de l’art, docteur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Ses recherches portent sur les représentations du corps de la Renaissance à nos jours. En 2005-2006, il a bénéficié d’une bourse de recherche en résidence au Getty Research Institute à Los Angeles où il a enseigné à Otis College of Art and Design. Il est notamment l’auteur de The Development of the Study of Anatomy from the Renaissance to Cartesianism : da Carpi, Vesalius, Estienne, Bidloo (New York, Edwin Mellen Press, 2009). Il a contribué à de nombreux ouvrages parmi lesquels Ouvrir-couvrir (Paris, éd. Verdier, 2004), Une œuvre de Bacon (Marseille, éd. Bernard Muntaner, 2000). Il a dirigé le recueil de réponses à la question « Pourquoi y a-t-il de l’art plutôt que rien ? » (Paris, Archibooks, 2009). De 2008 à 2010 il a été chef de projet scientifique de la Chaire de Recherche en Création et Créativité (Advancia-Negocia, Cité du Design, Académie Royale des Beaux Arts de Bruxelles). Il collabore régulièrement à la revue Art Press. En 1999, il a créé la première chaîne de télévision dédiée à l’histoire de l’art sur Internet « Mémoires Actives » dont un best of est disponible sur le site http://www.dailymotion.com/Memoires-Actives <http://www.dailymotion.com/​Memoires-Actives>

Christian Guillon

5Diplômé de l’École Louis Lumière en 1976. Directeur de la Photographie, spécialisé en effets spéciaux mécaniques et optiques, Christian Guillon introduit dans les années 1980 les images de synthèse dans le cinéma français. Il est considéré depuis comme l’un des pionniers du numérique au cinéma. Successivement chez EX MACHINA (1990-1997) puis au sein de sa propre compagnie, L’EST (L’étude et la Supervision des Trucages) (1998-2010), il contribue à plus de 200 long-métrages, en France et à l’étranger. Enseignant en parallèle à Louis Lumière et à la Fémis, il a souvent ouvert la voie à des méthodes et des processus qui ont été ensuite repris par l’ensemble de la profession. Fin 2010, il crée une start-up, ADN (Agence de Doublures Numériques), dédiée à la représentation humaine en images de synthèse. Il a été nommé Chevalier des Arts et Lettres en 1999.

Gérard Leblanc

6Gérard Leblanc est professeur des universités, enseignant à l’École Nationale Supérieure Louis-Lumière. Président de l’association Médias Création Recherche (www.mediascreationrecherche.com).
– Parmi les livres : Quand l’entreprise fait son cinéma (PUV-Cinéthique, Paris, 1983), Le monde en suspens (Hitzeroth, Marburg, 1987), Le double scénario chez FritzLang (co-Brigitte Devismes, Armand Colin, Paris, 1991), Georges Franju, une esthétique de la déstabilisation (Créaphis, Grâne, 1992), Scénarios du réel (2 volumes, L’Harmattan, Paris, 1997), L’EntreVues (co-Jean-Daniel Pollet, L’oeil, Montreuil, 1998), Cinéma et dernières technologies (co F. Beau et Ph. Dubois, INA-De Boeck, Paris-Bruxelles, 1998), Trajectoires (L’œil, Montreuil, 2001), Presque une conception du monde (Créaphis, Grâne, 2007).
– Parmi les films : Bon pied, bon œil et toute sa tête (1978), En amour (co-Catherine Gueneau, 2001), Premiers mois (co-C. Gueneau, 2005), Gestes d’art (co-C. Gueneau, 2006), L’écorce des pierres (co-C. Gueneau, 2008), Un autre horizon (co-C. Gueneau, 2010).
– Un livre-DVD : Les yeux au bout des doigts (Medias Création Recherche, Langres, 2010). Il a publié de nombreux articles, notamment dans le Cahier Louis Lumière.

Francine Levy

7Francine Levy est architecte de formation, devenue maître de conférence en Arts Plastiques et Sciences de l’Art. C’est en tant qu’artiste qu’elle a travaillé pour le cinéma français. Les outils numériques pour l’image ont mis vingt ans à s’y imposer : elle espère y avoir contribué avec quelques écrits, dont « De la peinture dans le film Sans Titre de Léo Carax », « De la perspective au point de vue : une compression de l’espace-temps », « Du temps de et dans l’image ». Cependant, c’est avec la pratique des Effets Visuels pour Sans Titre (Léo Carax), Trouble every day (Claire Denis), Le boulet (Alain Berberian), Podium (Yann Moix) ou Le couperet (Costa Gavras) que sa réflexion s’est construite. Directrice de l’École Nationale Supérieure Louis-Lumière depuis 2007.

Martin Laliberté

8Martin Laliberté est compositeur et chercheur. Professeur des Universités, titulaire de la chaire de Musique et technologies à l’Université de Paris-Est. Il est né à Québec en 1963. Après une formation de compositeur instrumental et électroacoustique, il s’installe à Paris en 1988 pour poursuivre son travail à l’Ircam, où il rédige une thèse. Il est nommé Maître de Conférences à l’Université de Bourgogne en 1995 puis à l’Université de Marne-la-Vallée en 2002. Élu Professeur des Universités en 2006, il dirige le Département de Cinéma, Audiovisuel, Arts Sonores et Numériques de 2006 à 2010. Ses recherches portent sur l’esthétique contemporaine et les nouvelles technologies musicales. Le catalogue de ce compositeur fasciné par la fécondité du geste humain et de l’expressivité musicale comporte tant des musiques instrumentales et lyriques que des musiques informatiques ou mixtes. Sa pièce pour orchestre les abandons de nos miroirs a reçu le prix de la SACEM au Concours International de Composition de Besançon.

Guy Lochard

9Après avoir été enseignant dans le secondaire, formateur à la MAFPEN de Versailles, directeur-adjoint du Centre Régional de Documentation Pédagogique de Versailles, Guy Lochard enseigne à l’Université Paris 3-Sorbonne nouvelle. Il est actuellement professeur à l’Institut de la communication et des médias (UFR Arts et médias). Docteur en Sciences du langage et en Sciences de l’information et de la communication. Il a été rédacteur en chef de la revue Médiascope, membre du comité de rédaction de la revue Médiamophoses et actuellement membre du comité de rédaction de la revue Hermés (CNRS). Auteur de : La communication médiatique, Le Seuil, Collection Mémo, 1998 (avec Henri Boyer), La communication télévisuelle, Armand Colin, 1998 (avec Jean-Claude Soulages), Scènes de télévision en banlieues, INA-L’Harmattan, 1998 (avec Henri Boyer), L’information télévisée, INA-CLEMI-Vuibert, 2005, Les débats publics dans les télévisions européennes, L’Harmattan, février 2006, L’ovale dans la lucarne, Sports, médias et sociétés (direction avec Hubert Cahuzac) INA-De Boeck, octobre 2007.

Pascal Martin

10Pascal Martin est maître de conférences à l’École Nationale Supérieure Louis Lumiere. Il y enseigne l’optique appliquée dans les sections photographie et cinéma. Il a collaboré à plusieurs revues professionnelles et a été désigné plusieurs fois expert auprès des tribunaux. Ses travaux de recherche sur le flou-net de profondeur tentent de trouver des outils pratiques et théoriques afin d’établir la connexité des champs techniques, esthétiques et sémantiques de l’image. Il participe également au projet de recherche Ciné-relief et est chercheur au LISAA – EA4120 de l’Université Paris-Est.

Sylvie Thouard

11Sylvie Thouard est maître de conférences en Études cinématographiques et audiovisuelles à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, membre du LISAA EA-4120. Productrice, réalisatrice, enseignante aux États-Unis de 1980 à 2000. Membre du comité de rédaction, et pendant quatre ans, directrice de publication de La Revue Documentaires, Paris. Parmi ses publications : Documentaires Américains contemporains (l’Harmattan, coll. « Champs Visuels », 2001) ; « Emergence et développement d’espaces semi-publics » (dans MediaMorphoses, 2006) ; « Agit prop, propagande d’État, ou films d’auteurs » et « Revoir Operation Abolition » (dans Jean Pierre Bertin-Maghit (dir.), Une histoire mondiale des cinémas de propagande, Nouveau Monde Éditions, 2008) ; « Pouvoirs du cinéma » (dans Jean Pierre Bertin-Maghit (dir.) Lorsque Clio s’empare du documentaire, l’Harmattan – INA, 2011). Ses recherches actuelles portent sur la diffusion et réception de documentaires en espaces « semi-publics » et la notion de « performance filmique ».

Caroline Travassac

12Caroline Travassac est chargée de communication multimédia au Conseil général du Val de Marne. Elle est diplômée en 2010 d’un Master « Arts » de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, son mémoire de recherche traitait de la « Cybervidéo militante ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search