Version classiqueVersion mobile

Les Berserkir

 | 
Vincent Samson

Planches

Texte intégral

Fig. 1 : texte de la Haralds saga ins hárfagra de Snorri Sturluson Parchemin AM 45 fol, Codex frisianus, vers 1300-1325, p. 10 v.

Fig. 1 : texte de la Haralds saga ins hárfagra de Snorri Sturluson Parchemin AM 45 fol, Codex frisianus, vers 1300-1325, p. 10 v.

La strophe 8 du Haraldskvæði, attribuée par Snorri au scalde Thorbiorn (Þorbjǫm hornklofi), est citée dans la colonne de droite, lignes 26 à 28 : « Hlaðnir voro haylpa ok hvítra skiállda vigra vest røna ok valskra sver / Þa. grenioðo berserkir gvðr varÞ a sinom emioðo vlfheðnar ok / isárn gvllu ».

Photographie Arnamagnæan Collection in the University Library of Copenhagen.

Fig. 2 a : les quatre matrices de Torslunda.

Fig. 2 a : les quatre matrices de Torslunda.

Le classement retenu ici (de gauche à droite et de haut en bas : Motif B Motif C Motif A Motif D) correspond à l’ordre employé dans l’étude de R. L. S. Bruce-Mitford (« Fresh Observations on the Torslunda Plates », Frühmittelalterliche Studien, II, 1968, pp. 233-236). Les matrices ont été découvertes à Björnhofda, paroisse de Torslunda, sur l’île d’Öland, en 1870, dans un tas de pierres. Elles sont actuellement conservées au Statens Historiska Museum de Stockholm sous le no d’inventaire 4325.

Photographie du Statens Historiska Museum de Stockholm.

Fig. 2 b : détail de la matrice D, avec le guerrier-loup flanqué du « danseur borgne ».

Fig. 2 b : détail de la matrice D, avec le guerrier-loup flanqué du « danseur borgne ».

Dimensions réelles : long. : 5,6 cm ; larg. : 4,8 cm ; épaisseur : 2,5 à 3 mm. Alliage à dominante de cuivre ; poids : 38 gr. Datation probable : vi-viie siècle.

Photographie du Statens Historiska Museum de Stockholm.

Fig. 2 c : le « danseur borgne » de Torslunda.

Fig. 2 c : le « danseur borgne » de Torslunda.

Dessin extrait de K. Hauck, « Gemeinschaftstiftende Kulte der Seegermanen », Frühmittelalterliche Studien, XIV, 1980, p. 484, fig. 7a.

Fig. 2 d : motif du casque à cornes en « bec d’oiseau ».

Fig. 2 d : motif du casque à cornes en « bec d’oiseau ».

i. Motif du casque de Valsgärde 8 (dessin extrait de K. Hauck, art. cit., p. 502, fig. 27).
ii. Boucle de Finglesham (Photographie extraite de S. Chadwick Hawkes, H. R. Davidson et C. Hawkes, « The Finglesham Man », Antiquity, XXXIX, 1965, p. 16, pl. IV a).
iii. Motif du casque de Sutton Hoo (Dessin extrait de K. Hauck, art. cit., p. 492, fig. 13).

Fig. 3 a : fourreau d’épée de Gutenstein.

Fig. 3 a : fourreau d’épée de Gutenstein.

Art alaman, viie siècle, argent et bronze ; long. de la plaque d’argent : 27 cm.
Ce fourreau provient d’une tombe masculine fouillée en 1887, près de Sigmaringen. Conservée de 1896 à 1945 au Berliner Museum für Urgeschichte, elle fut dérobée à la fin de la seconde guerre mondiale avant de réapparaitre au musée Pouchkine de Moscou.

Photographie, approximativement à l’échelle ½, extraite de l’article de F. Garscha, « Die Schwertscheide von Gutenstein », Volk und Vorzeit 1, 1939, p 1.

Fig. 3 d : fourreau de Gutenstein (Détail du pommeau de l’épée à anneau brandie par le « guerrier-loup »)

Fig. 3 d : fourreau de Gutenstein (Détail du pommeau de l’épée à anneau brandie par le « guerrier-loup »)

Fig. 3 b : fourreau de Gutenstein (Détail des pieds du « guerrier-loup »)

Fig. 3 b : fourreau de Gutenstein (Détail des pieds du « guerrier-loup »)

Fig. 3 c : fourreau de Gutenstein (Détail de la partie inférieure droite du fourreau, avec les pieds d’un second personnage)

Fig. 3 c : fourreau de Gutenstein (Détail de la partie inférieure droite du fourreau, avec les pieds d’un second personnage)

Fig. 3 e : reconstitution possible du motif partiellement reproduit sur le fourreau de Gutenstein, d’après une interprétation de K. Hauck.

Fig. 3 e : reconstitution possible du motif partiellement reproduit sur le fourreau de Gutenstein, d’après une interprétation de K. Hauck.

En s’inspirant du fragment d’Obrigheim (fig 4 a), mais aussi d’une des matrices de Torslunda (fig. 2 b), K. Hauck a proposé d’associer au sein d’un même modèle plusieurs fragments utilisés dans l’ornementation du fourreau de Gutenstein (fig. 3 a - d).

Dessin de I. Müller, dans K. Hauck, « Alemannische Denkmäler der vorchristlichen Adelskultur », art. cit., Taf. III, Fig. 5.

Fig. 4 a : fragment d’Obrigheim

Fig. 4 a : fragment d’Obrigheim

Art alaman, bronze, milieu du viie siècle.
Cette plaque de bronze est actuellement conservée au Historisches Museum Pfalz de Spire.

Photographie du professeur W. Züchner, d’Erlangen, reproduite dans K. Hauck, « Germanische Bilddenkmäler des frühen Mittelalters », Deutsche Vierteljahrschrift f. Literaturwiss. und Geistesgesch., XXX1, 1957, Taf. II, Fig. 3 b.

Fig. 4 b : fragment d’Obrigheim.

Fig. 4 b : fragment d’Obrigheim.

Dessin de I. Müller, dans K. Hauck, « Alemannische Denkmäler der vorchristlichen Adelskultur », Zeitschr. für Württembergische Landesgeschichte, XVI, 1957, Taf. II, Fig. 4.

Fig. 4 c : détail de la pierre de Lärbro Tängelgaarda Gotland, viiie siècle.

Fig. 4 c : détail de la pierre de Lärbro Tängelgaarda Gotland, viiie siècle.

Les personnages du bandeau central, tenant des épées pointées vers le bas, semblent se livrer à une procession funéraire (cf. les guerriers-loups du fourreau de Gutenstein et de la plaque d’Obrigheim).

Photographie reproduite dans K. Hauck, « Alemannische Denkmäler der vorchristlichen Adelskultur », art. cit., Taf. VIII, Fig. 17.

Fig. 4 d : détail du casque de la tombe xiv de Vendel, figurant une procession de guerriers armés de Ringschwerter.

Fig. 4 d : détail du casque de la tombe xiv de Vendel, figurant une procession de guerriers armés de Ringschwerter.

P. Paulsen : Alamannische Adelsgräber von Niederstotzingen, 1967, Abb. 70.

Fig. 5 a : gravures rupestres de Kalleby, région de Tanum.

Fig. 5 a : gravures rupestres de Kalleby, région de Tanum.

Bohuslän, âge du bronze, vers 700-600 av. J. C.

D’après O. Almgren : Hällristningar och Kultbruk, Stockholm, 1926.

Fig. 5 b : pierre tombale de Kivik.

Fig. 5 b : pierre tombale de Kivik.

Scanie, âge du bronze, vers 1200 av. J. C.
Le port de masques animaliers et de casques ornés de longues cornes apparait déjà dans l’iconographie scandinave de l’âge du bronze. Les scènes reproduites ici représentent vraisemblablement des cérémonies cultuelles.

D’après O. Almgren : Hällristningar och Kultbruk, Stockholm, 1926.

Fig. 6 : motifs d’une des deux cornes de Gallehus Danemark, vers 400.

Fig. 6 : motifs d’une des deux cornes de Gallehus Danemark, vers 400.

Des guerriers à tête d’animaux (vraisemblablement des loups) apparaissent sur le troisième bandeau à partir du haut.

D’après E. Oxenstierna : Die Goldhörner von gallehus, 1956, fig. 19.

Fig. 7 : figurines d’Ekhammar.

Fig. 7 : figurines d’Ekhammar.

Suède, vers 800, bronze, hauteur : 3cm.
Ces deux figurines, découvertes en 1968 dans une tombe à incinération d’Uppland, sont actuellement conservées au Statens Historiska Museum de Stockolm (no 30245 : 6).

I et III : Photographies du Statens Historiska Museum de Stockholm ; II : dessin de B. Händel, dans P. O. Ringquist, « Två vikingatida uppländska människo figurer i brons », Fornvännen, 1969, pp. 288-289, fig. 2, 2 a et 2 b.

Fig. 8 : fragment de la tenture d’Oseberg.

Fig. 8 : fragment de la tenture d’Oseberg.

Norvège, première moitié du ixe siècle.
Les fragments de tenture retrouvés dans le chariot enfoui avec le navire d’Oseberg semblent figurer des scènes de processions rituelles. La tombe à navire d’Oseberg, découverte au début du xxe siècle, a parfois été attribuée à la reine Ása, grand-mère du roi Harald à la Belle Chevelure.

Oldsaksamlingen de l’université d’Oslo, dessin reproduit dans B. Hougen, « Osebergsfunnets Billedvev », Viking, IV, 1940, p. 116, fig. 9.

Fig. 9 a : masque de Haithabu.

Fig. 9 a : masque de Haithabu.

Ce masque, ainsi que le fragment qui figure ci-dessous, a été découvert dans le calfatage d’un navire du xe siècle, retrouvé dans l’ancien port de Haithabu.

Fragment 14D, feutre rouge, 19x14 cm, xe siècle. De gauche à droite, 3 vues extraites de l’ouvrage d’Inga Hägg, Die Textilfunde aus dem Hafen von Haithabu. Berichte über die Ausgrabungen in Haithabu, XX, 1984, p. 71 : photographie du masque par E. Tams, reconstitution de la forme originelle, dessin du contour par H.-J. Mocka.

Fig. 9 b : demi-masque de Haithabu.

Fig. 9 b : demi-masque de Haithabu.

La provenance de ce fragment de masque est identique à celle du précédent.

Fragment 25, étoffe brune, 26x20 cm, xe siècle. Dessin de H.-J. Mocka et photographie d’E. Tams extraits de l’ouvrage cité ci-dessus.

Fig. 9 c : demi-masque de Haithabu.

Fig. 9 c : demi-masque de Haithabu.

Reconstitution du port du masque. Dessins de H.-J. Mocka et photographie d’E. Tams extraits de l’ouvrage cité ci-dessus.

Fig. 10 : pierre de Källby (Vg 56, Västergötland, xie siècle).

Fig. 10 : pierre de Källby (Vg 56, Västergötland, xie siècle).

Cette inscription contient une simple épitaphe :
stur[l]akr + sati + stin + þasi + (i)ftir + kaur + faþur + sin
« Styr[l]akr a placé cette pierre en mémoire deKaur > son père ».

i. Dessin extrait de P. Paulsen, Alamannische Adelsgräber, op.cit.
ii. Photographie extraite de Västergötlands runinskrifter, éd. par H. Jungner et E. Svärdström, 1940-1958.

Fig. 11 : motif ornant le casque de la tombe de Valsgärde 7, Uppland.

Fig. 11 : motif ornant le casque de la tombe de Valsgärde 7, Uppland.

Ce motif illustre probablement le thème germanique du « chant sous le bouclier » (cf. notamment la str. 156 des Hávamál, ou la description du barditus chez Tacite, Germania, III).

Dessin extrait de K. Hauck, « Germania-Texte im Spiegel von Bildzeugnissen des Nordens - Zur Ikonologie der Goldbrakteaten XXIV », dans Gerhard Wirth et al., Romanitas - Christianitas. Untersuchungen zur Geschichte und Literatur der römischen Kaiserzeit, 1982.

Fig. 12 : pierre runique d’Igelsta (Sö 307, Igelsta kvarn, Södertälje).

Fig. 12 : pierre runique d’Igelsta (Sö 307, Igelsta kvarn, Södertälje).

Translittération et normalisation d’après E. Wessén : ul(f)hiþin auk : au(...) (...) (...)aiR : raistu : stai(n) : þinsa : at : þurstin : faþur : sin : (« Ulfheðinn et (…) ils ont érigé cette pierre en mémoire de Þorsteinn, leur père »).
Le style de cette inscription la situe selon E. Wessén parmi les pierres runiques les plus anciennes du Södermanland, pour la période du « futhark récent ». Elle date donc probablement de la fin du ixe ou du début du xe siècle.

Photographie extraite d’E. Brate et E. Wessén, éd., Sveriges runinskrifter, Södermanlands runinskrifter, III, 1924-1936.

Fig 13 : masque de julegeit, Norvège, Vest-Agder, époque moderne.

Fig 13 : masque de julegeit, Norvège, Vest-Agder, époque moderne.

La tradition des mascarades hivernales s’est longtemps maintenue parmi les coutumes populaires scandinaves.

Photographie du Flekkefjord Museum, extraite de L. Weiser-Aall, Julenissen og Julegeita i Norge, Oslo, 1954, p. 31, fig. 15.

Fig. 14 : page de titre de la thèse de Ramelius, Berserkus furorque berserkicus, publiée à Uppsala en 1725.

Fig. 14 : page de titre de la thèse de Ramelius, Berserkus furorque berserkicus, publiée à Uppsala en 1725.

Coll. de l’auteur.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : texte de la Haralds saga ins hárfagra de Snorri Sturluson Parchemin AM 45 fol, Codex frisianus, vers 1300-1325, p. 10 v.
Légende La strophe 8 du Haraldskvæði, attribuée par Snorri au scalde Thorbiorn (Þorbjǫm hornklofi), est citée dans la colonne de droite, lignes 26 à 28 : « Hlaðnir voro haylpa ok hvítra skiállda vigra vest røna ok valskra sver / Þa. grenioðo berserkir gvðr varÞ a sinom emioðo vlfheðnar ok / isárn gvllu ».
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 2 a : les quatre matrices de Torslunda.
Légende Le classement retenu ici (de gauche à droite et de haut en bas : Motif B Motif C Motif A Motif D) correspond à l’ordre employé dans l’étude de R. L. S. Bruce-Mitford (« Fresh Observations on the Torslunda Plates », Frühmittelalterliche Studien, II, 1968, pp. 233-236). Les matrices ont été découvertes à Björnhofda, paroisse de Torslunda, sur l’île d’Öland, en 1870, dans un tas de pierres. Elles sont actuellement conservées au Statens Historiska Museum de Stockholm sous le no d’inventaire 4325.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 2 b : détail de la matrice D, avec le guerrier-loup flanqué du « danseur borgne ».
Légende Dimensions réelles : long. : 5,6 cm ; larg. : 4,8 cm ; épaisseur : 2,5 à 3 mm. Alliage à dominante de cuivre ; poids : 38 gr. Datation probable : vi-viie siècle.
Crédits Photographie du Statens Historiska Museum de Stockholm.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 2 c : le « danseur borgne » de Torslunda.
Crédits Dessin extrait de K. Hauck, « Gemeinschaftstiftende Kulte der Seegermanen », Frühmittelalterliche Studien, XIV, 1980, p. 484, fig. 7a.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 2 d : motif du casque à cornes en « bec d’oiseau ».
Légende i. Motif du casque de Valsgärde 8 (dessin extrait de K. Hauck, art. cit., p. 502, fig. 27). ii. Boucle de Finglesham (Photographie extraite de S. Chadwick Hawkes, H. R. Davidson et C. Hawkes, « The Finglesham Man », Antiquity, XXXIX, 1965, p. 16, pl. IV a). iii. Motif du casque de Sutton Hoo (Dessin extrait de K. Hauck, art. cit., p. 492, fig. 13).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 3 a : fourreau d’épée de Gutenstein.
Légende Art alaman, viie siècle, argent et bronze ; long. de la plaque d’argent : 27 cm. Ce fourreau provient d’une tombe masculine fouillée en 1887, près de Sigmaringen. Conservée de 1896 à 1945 au Berliner Museum für Urgeschichte, elle fut dérobée à la fin de la seconde guerre mondiale avant de réapparaitre au musée Pouchkine de Moscou.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 3 d : fourreau de Gutenstein (Détail du pommeau de l’épée à anneau brandie par le « guerrier-loup »)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 3 b : fourreau de Gutenstein (Détail des pieds du « guerrier-loup »)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 3 c : fourreau de Gutenstein (Détail de la partie inférieure droite du fourreau, avec les pieds d’un second personnage)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 3 e : reconstitution possible du motif partiellement reproduit sur le fourreau de Gutenstein, d’après une interprétation de K. Hauck.
Légende En s’inspirant du fragment d’Obrigheim (fig 4 a), mais aussi d’une des matrices de Torslunda (fig. 2 b), K. Hauck a proposé d’associer au sein d’un même modèle plusieurs fragments utilisés dans l’ornementation du fourreau de Gutenstein (fig. 3 a - d).
Crédits Dessin de I. Müller, dans K. Hauck, « Alemannische Denkmäler der vorchristlichen Adelskultur », art. cit., Taf. III, Fig. 5.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 4 a : fragment d’Obrigheim
Légende Art alaman, bronze, milieu du viie siècle. Cette plaque de bronze est actuellement conservée au Historisches Museum Pfalz de Spire.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 4 b : fragment d’Obrigheim.
Crédits Dessin de I. Müller, dans K. Hauck, « Alemannische Denkmäler der vorchristlichen Adelskultur », Zeitschr. für Württembergische Landesgeschichte, XVI, 1957, Taf. II, Fig. 4.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 4 c : détail de la pierre de Lärbro Tängelgaarda Gotland, viiie siècle.
Légende Les personnages du bandeau central, tenant des épées pointées vers le bas, semblent se livrer à une procession funéraire (cf. les guerriers-loups du fourreau de Gutenstein et de la plaque d’Obrigheim).
Crédits Photographie reproduite dans K. Hauck, « Alemannische Denkmäler der vorchristlichen Adelskultur », art. cit., Taf. VIII, Fig. 17.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 4 d : détail du casque de la tombe xiv de Vendel, figurant une procession de guerriers armés de Ringschwerter.
Crédits P. Paulsen : Alamannische Adelsgräber von Niederstotzingen, 1967, Abb. 70.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 5 a : gravures rupestres de Kalleby, région de Tanum.
Légende Bohuslän, âge du bronze, vers 700-600 av. J. C.
Crédits D’après O. Almgren : Hällristningar och Kultbruk, Stockholm, 1926.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 5 b : pierre tombale de Kivik.
Légende Scanie, âge du bronze, vers 1200 av. J. C. Le port de masques animaliers et de casques ornés de longues cornes apparait déjà dans l’iconographie scandinave de l’âge du bronze. Les scènes reproduites ici représentent vraisemblablement des cérémonies cultuelles.
Crédits D’après O. Almgren : Hällristningar och Kultbruk, Stockholm, 1926.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 6 : motifs d’une des deux cornes de Gallehus Danemark, vers 400.
Légende Des guerriers à tête d’animaux (vraisemblablement des loups) apparaissent sur le troisième bandeau à partir du haut.
Crédits D’après E. Oxenstierna : Die Goldhörner von gallehus, 1956, fig. 19.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 7 : figurines d’Ekhammar.
Légende Suède, vers 800, bronze, hauteur : 3cm. Ces deux figurines, découvertes en 1968 dans une tombe à incinération d’Uppland, sont actuellement conservées au Statens Historiska Museum de Stockolm (no 30245 : 6).
Crédits I et III : Photographies du Statens Historiska Museum de Stockholm ; II : dessin de B. Händel, dans P. O. Ringquist, « Två vikingatida uppländska människo figurer i brons », Fornvännen, 1969, pp. 288-289, fig. 2, 2 a et 2 b.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 8 : fragment de la tenture d’Oseberg.
Légende Norvège, première moitié du ixe siècle. Les fragments de tenture retrouvés dans le chariot enfoui avec le navire d’Oseberg semblent figurer des scènes de processions rituelles. La tombe à navire d’Oseberg, découverte au début du xxe siècle, a parfois été attribuée à la reine Ása, grand-mère du roi Harald à la Belle Chevelure.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 9 a : masque de Haithabu.
Légende Ce masque, ainsi que le fragment qui figure ci-dessous, a été découvert dans le calfatage d’un navire du xe siècle, retrouvé dans l’ancien port de Haithabu.
Crédits Fragment 14D, feutre rouge, 19x14 cm, xe siècle. De gauche à droite, 3 vues extraites de l’ouvrage d’Inga Hägg, Die Textilfunde aus dem Hafen von Haithabu. Berichte über die Ausgrabungen in Haithabu, XX, 1984, p. 71 : photographie du masque par E. Tams, reconstitution de la forme originelle, dessin du contour par H.-J. Mocka.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 9 b : demi-masque de Haithabu.
Légende La provenance de ce fragment de masque est identique à celle du précédent.
Crédits Fragment 25, étoffe brune, 26x20 cm, xe siècle. Dessin de H.-J. Mocka et photographie d’E. Tams extraits de l’ouvrage cité ci-dessus.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 9 c : demi-masque de Haithabu.
Crédits Reconstitution du port du masque. Dessins de H.-J. Mocka et photographie d’E. Tams extraits de l’ouvrage cité ci-dessus.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 10 : pierre de Källby (Vg 56, Västergötland, xie siècle).
Légende Cette inscription contient une simple épitaphe : stur[l]akr + sati + stin + þasi + (i)ftir + kaur + faþur + sin « Styr[l]akr a placé cette pierre en mémoire deKaur > son père ».
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 11 : motif ornant le casque de la tombe de Valsgärde 7, Uppland.
Légende Ce motif illustre probablement le thème germanique du « chant sous le bouclier » (cf. notamment la str. 156 des Hávamál, ou la description du barditus chez Tacite, Germania, III).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 12 : pierre runique d’Igelsta (Sö 307, Igelsta kvarn, Södertälje).
Légende Translittération et normalisation d’après E. Wessén : ul(f)hiþin auk : au(...) (...) (...)aiR : raistu : stai(n) : þinsa : at : þurstin : faþur : sin : (« Ulfheðinn et (…) ils ont érigé cette pierre en mémoire de Þorsteinn, leur père »). Le style de cette inscription la situe selon E. Wessén parmi les pierres runiques les plus anciennes du Södermanland, pour la période du « futhark récent ». Elle date donc probablement de la fin du ixe ou du début du xe siècle.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig 13 : masque de julegeit, Norvège, Vest-Agder, époque moderne.
Légende La tradition des mascarades hivernales s’est longtemps maintenue parmi les coutumes populaires scandinaves.
Crédits Photographie du Flekkefjord Museum, extraite de L. Weiser-Aall, Julenissen og Julegeita i Norge, Oslo, 1954, p. 31, fig. 15.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 14 : page de titre de la thèse de Ramelius, Berserkus furorque berserkicus, publiée à Uppsala en 1725.
Crédits Coll. de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46487/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 253k

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search