Version classiqueVersion mobile

Les Berserkir

 | 
Vincent Samson

Avant-propos

Bad Godesberg

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue la version révisée d’une thèse de doctorat soutenue en novembre 2008 au sein de l’université Lille 3 – Charles de Gaule. La rédaction de ces pages, entamée à Saumur l’automne 2002, s’est poursuivie en marge des nombreuses pérégrinations d’une carrière d’officier. Elle n’aurait pu être achevée sans les encouragements, les recommandations et l’indéfectible soutien de mon directeur de thèse, M. Stéphane Lebecq, professeur émérite de l’Université de Lille 3. Je tiens à lui témoigner toute ma reconnaissance pour m’avoir patiemment guidé jusqu’au terme de l’entreprise en contribuant de manière décisive à la publication de ce livre.

2Mes remerciements s’adressent également aux membres du jury réuni en 2008 par M. Lebecq : M. Jean-Marie Maillefer (président du jury), professeur l’université de Paris IV – Sorbonne, M. Alain Dierkens (premier rapporteur), professeur l’université libre de Bruxelles, M. Pierre Bauduin, professeur l’université de Caen, Mme Anne Nissen-Jaubert (second rapporteur), maître de conférences l’université de Tours. Leurs observations m’ont été extrêmement précieuses pour la révision du texte initial.

3Je suis profondément redevable envers M. François-Xavier Dillmann, directeur d’études la IVe section de l’École Pratique des Hautes Études, pour les multiples conseils méthodologiques, avis et renseignements d’ordre bibliographique prodigués au cours de ces dernières années. Ses conférences sur l’histoire et la philologie de la Scandinavie ancienne m’ont initié l’étude des sources norroises.

4M. Helmut Birkhan, professeur émérite de l’université de Vienne, m’a fort aimablement accueilli l’occasion d’un séjour dans la capitale autrichienne. Ses réflexions sur le phénomène du furor heroicus dans les sociétés germaniques et celtiques m’ont ouvert des perspectives très utiles.

5Plusieurs bibliothèques européennes ont grandement facilité la poursuite de mes recherches : la Carolina Rediviva d’Upsal, la bibliothèque nationale autrichienne, les bibliothèques des instituts d’archéologie et de langues germaniques de l’université de Vienne, la bibliothèque de l’université de Bonn, le fonds nordique de la bibliothèque Sainte Geneviève de Paris, les bibliothèques universitaires de Strasbourg et de Caen (Fonds normand). L’efficacité et la compétence de leur personnel m’ont été du plus grand secours.

6Mes pensées vont aussi à M. François-Robert Cadic, dont l’amitié fidèle et l’érudition m’ont fourni une précieuse assistance lors de la relecture du manuscrit.

7Je ne puis manquer d’exprimer ici une profonde gratitude l’ensemble des membres de ma famille – tout particulièrement l’égard de ma femme, sans l’aide, la présence attentive et l’infinie patience de laquelle ces lignes n’auraient sans doute jamais vu le jour.

8Je tiens enfin à saluer la mémoire de M. Frédéric Durand, professeur émérite de l’université de Caen, dont l’influence a été déterminante pour l’orientation de mes travaux. Cette étude lui est dédiée.

Hiver 2010

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search