Version classiqueVersion mobile

Traduction et médias audiovisuels

 | 
Adriana Şerban
, 
Jean-Marc Lavaur

Traduction audiovisuelle et accessibilité aux médias

Traduction audiovisuelle et langue des signes

Pierre Guitteny

Texte intégral

Introduction

  • 1 Plus d’informations sur http://cis.gouv.fr (dernière consultation 9.06.2011).

1La langue des signes française est la langue visuo-gestuelle des personnes sourdes. Elle s’est développée depuis que les sourds ont pu se rencontrer et former de micro-communautés : des textes de l’antiquité et du Moyen Âge en témoignent1. Cependant, pendant des siècles, elle n’a pas été reconnue en tant que langue à proprement parler : elle était assimilée au mime ou aux gestes qu’effectuent les entendants en s’exprimant. Seules les langues vocales bénéficiaient de cette reconnaissance.

2L’évolution du regard de la société sur la surdité, les progrès des recherches linguistiques et les combats des associations de sourds ont permis de bouleverser récemment la place de cette langue en France. Ainsi, l’article 75 de la loi 2005-102 du 11 février 2005 indique : « La langue des signes française est reconnue comme une langue à part entière […]. Elle peut être choisie comme épreuve optionnelle aux examens et concours […]. Sa diffusion dans l’administration est facilitée ». L’article 74 de la même loi prévoit la diffusion d’émissions audiovisuelles traduites en langue des signes et / ou sous-titrées à l’intention des personnes sourdes ou malentendantes.

3Cette reconnaissance n’est pas sans poser différents problèmes concernant les interprètes et traducteurs en langue des signes, et nécessiter des solutions appropriées.

La surdité dans l’audiovisuel

4Surdité et cinéma sont historiquement liés (Jouannet 1999). Georges Demeny (1850-1917), par exemple, a expérimenté son photoscope, ancêtre du cinéma, à l’Institut national des jeunes sourds de Paris en 1891 (Karacostas 1989).

5L’image de la surdité au cinéma et à la télévision a fortement évolué au fil des années. Durant la première moitié du XXe siècle, la surdité présente au cinéma une image souvent floue : on confond sourd et muet, alors qu’un muet peut être entendant ; les rôles de sourds sont souvent joués par des comédiens entendants qui associent mutisme et impassibilité ; la langue des signes n’est pas reconnue en tant que telle, et les entendants faisant office de sourds bougent leurs mains dans tous les sens, pensant que cela suffit pour camper un personnage de sourd. La surdité est souvent associée au comique et au vaudeville, comme Stan Laurel dans Un représentant efficace (1923), ou le personnage de l’oncle sourd et son cornet acoustique dans Un chapeau de paille d’Italie (1927). La surdité est parfois simulée (le détective Barney se fait passer pour sourd afin d’arrêter des ravisseurs, dans The dummy (1929), ou un mari volage simulant une perte de la parole et la surdité afin d’éviter les questions de son épouse, dans Comme une carpe (1932). La surdité intervient également dans des films dramatiques ou d’horreur. Nous pouvons citer l’exemple d’un membre d’équipage muet dans The ghost ship (1943). Dans Pages arrachées au livre de Satan (1919), Satan prend l’apparence d’un sourd pour dénoncer la comtesse de Chambord au commissaire de la République. Dans La nuit du loup-garou (1960), le jeune homme se transformant en loup-garou est né du viol d’une servante sourde par un mendiant. Parmi les personnages célèbres, Quasimodo est sourd, borgne, boiteux, et difforme.

6Le premier film centré sur un personnage sourd est Johnny Belinda (1948). Belinda Mac Donald vit dans la ferme de son père. Sourde, elle s’occupe des travaux domestiques. Seul le docteur Richardson lui témoigne de l’intérêt et l’initie à la langue des signes. Un soir, elle est violée et tombe enceinte, suscitant la réprobation du village. Les personnages sourds sont souvent attachés à des drames. Dans La voix du cœur (1952), Paul Callan, un jeune boxeur sourd, fait la rencontre de Sonya, femme ambitieuse, qui abuse de sa gentillesse. Alors qu’il est sur le point de devenir champion, Paul tombe amoureux d’Ann, journaliste dont le père est sourd et qui connaît la langue des signes. Dans Samyong le muet (1964), le personnage principal, sourd, est abandonné par ses parents. Il devient le serviteur d’un fils de famille brutal et sans scrupules qui maltraite son épouse. Le serviteur vient en aide à la jeune femme, et le paie de sa vie. Dans Le cœur est un chasseur solitaire (1968), John Singer, un jeune graveur sourd, est fortement attaché à son ami sourd Antonapoulos. Comme celui-ci est interné dans un hôpital psychiatrique, John déménage pour rester près de lui.

7Différents documentaires sont également consacrés aux sourds, comme Thursday’s children (1953), Le pays des sourds (1992) et Danse des mains (1997).

8Dans la deuxième moitié du XXe siècle, de plus en plus de films présentent des personnages sourds. Ainsi, Guy Jouannet (1999) recense 156 films de cinéma, 29 téléfilms, 17 épisodes de séries télévisées, 39 documentaires et 25 courts métrages. Parmi les plus connus : L’abbé de l’epée (1982), Les enfants du silence (1986), La mélodie du silence (1986), A scene at the sea (1991), Sans pouvoir le dire (1993), Quatre mariages et un enterrement (1993), Ridicule (1995), La vie silencieuse de Marianna Ucria (1996). Des personnages de sourds-aveugles apparaissent également, comme dans Le scandale Costello (1957), Miracle en Alabama (1962), et Le pays du silence et de l’obscurité (1970).

9En 1986, Marlee Matlin reçoit l’Oscar d’interprétation féminine pour son rôle dans Les enfants du silence ; en 1993, Emmanuelle Laborit reçoit le Molière de la révélation théâtrale. À partir de 1975, des journaux télévisés sont traduits en langue des signes sur Antenne 2. En 1992, La marche du siècle consacre une émission au « Peuple sourd ». En 1994 est créée l’émission L’œil et la main, sur France 5.

10L’image du sourd au cinéma, qui, dans la première moitié du XXe siècle, était associée soit au drame, voire à l’horreur, soit au comique, devient beaucoup plus « banale », et peut s’intégrer dans tout type de film. Un des premiers acteurs sourds à intervenir au cinéma fut Maurice Humbert (un des compagnons de Chéri-Bibi, 1937). Depuis, de plus en plus de comédiens sourds prennent eux-mêmes ces rôles.

11De ce fait, les interprètes / traducteurs en langue des signes sont appelés à intervenir au cinéma. Ils apparaissent d’ailleurs en tant que personnages dans certains films, comme Talons aiguilles (1991).

La langue des signes

12Un lien profond entre langue et audiovisuel est la base même de la langue des signes : la pensée visuelle. Toute langue est contrainte par le canal qu’elle utilise. Les langues vocales sont liées au débit de la voix. Les mots doivent se succéder, et les grammaires développent donc des stratégies complexes quant à l’ordre des mots. La langue des signes tire parti des trois dimensions de l’espace. Ainsi, par exemple, il est possible, dans un seul signe, de signifier trois actants et trois actions : une personne (expression du visage) regarde un piéton (main droite) s’approcher d’un véhicule qui avance (main gauche).

Illustration 1. Un seul signe, plusieurs actants et actions.

Illustration 1. Un seul signe, plusieurs actants et actions.

© Dessin de Laurent Verlaine, Centre d’information sur la surdité d’Aquitaine.

13La langue des signes est liée à la perception visuelle. Un exemple en est l’organisation des signes dans l’espace : les signes les plus complexes sont réalisés devant soi, tandis que les signes effectués sur les côtés sont toujours plus simples et souvent des deux mains en parallèle. Ces critères suivent le schéma de la vision : la vision centrale est la plus précise, la vision périphérique est plus floue. Au-delà de la perception visuelle, la pensée visuelle consiste en un mode d’organisation propre. De nombreuses recherches, notamment en sciences cognitives, portent sur cette question (voir Guitteny 2006). La langue des signes est basée sur la pensée visuelle : de nombreux traits grammaticaux suivent une logique visuelle. Un exemple : en langue des signes, on ne dit pas, dans une phrase simple, « le verre qui est sur la table », mais « la table sur laquelle est posée le verre », car il est visuellement nécessaire de placer d’abord le décor avant de pouvoir situer des objets placés dans ce décor. Bien sûr, il est possible d’inverser l’ordre « naturel » de la langue, comme au cinéma il est possible de commencer un plan par un zoom sur un objet, avant d’effectuer un zoom arrière qui permet de situer cet objet dans son décor. Mais il s’agit alors d’une figure de rhétorique visuelle, prenant à contre-pied l’ordre logique dans un souci énonciatif particulier.

14Pour reprendre brièvement la théorie développée par Cuxac (2000) et poursuivie par différents linguistes comme Marie-Anne Sallandre, Ivani Fusellier-Souza, Brigitte Garcia, Marion Blondel ou Dominique Boutet, la langue des signes est basée sur une iconicisation de l’expérience. Beaucoup de signes proviennent de l’univers perceptivo-pratique : description de contours de formes, reprise gestuelle iconique de formes saillantes, etc. Puis l’expression en langue des signes est soumise à une « bifurcation des visées ». Deux modes d’expression sont possibles en langue des signes : un mode iconique et un mode standard. Le mode standard s’appuie sur un vocabulaire figé (celui que l’on trouve dans les dictionnaires de langue des signes), sur des signes dont l’étymologie iconique a moins d’importance : les formes ou traits saillants retenus à leur origine peuvent être oubliés sans que cela n’affecte l’expression signée. Le mode iconique, au contraire, met en avant l’image sous-jacente retenue par le signe, et joue sur celle-ci pour proposer de nouveaux développements, de nouveaux syntagmes, des phrases où peut ne figurer aucun signe standard. Ce deuxième mode, dit « à visée iconicisatrice », est particulièrement fréquent pour certains types d’expression : récits, humour, contes.

15Le lien entre langue des signes et pensée visuelle permet de trouver de nombreux points communs entre la langue des signes et les différents modes d’expression visuelle : dessins, schémas, bandes dessinées, storyboard, cinéma. Cuxac (2007a) a proposé une comparaison entre les macrostructures de grande iconicité et la narration cinématographique. Il note des rapprochements entre les transferts en langue des signes et les procédés de narration filmique : gros plans pour les transferts de forme, plans séquences et plans d’ensemble pour les transferts situationnels, plans américains pour les transferts personnels (Cuxac 2007b).

16Un autre point concerne la grammaire de la langue des signes. Les signes sont réalisés devant le locuteur, dans ce que l’on appelle « l’espace de signation ». Cet espace s’organise comme une scène de théâtre : on place le décor et les différents actants ou objets sur cette scène, à l’image de leur position réelle. Puis les déplacements des uns et des autres sont signifiés par les mouvements des mains et du regard. Cette expression en trois dimensions permet de visualiser les actions, orientations, trajets et autres traits visuels. Ainsi, Groensteen (2006) rapproche l’espace de signation de la vignette des bandes dessinées. De plus, comme au cinéma ou dans la bande dessinée, le locuteur peut choisir l’angle de vue et le zoom propices à exprimer au mieux l’énonciation visée, il peut privilégier le point de vue d’un actant par rapport à un autre, il peut « prendre la peau » d’un personnage pour présenter un événement. L’expression en langue des signes peut donc être analysée avec un regard de metteur en scène.

17À la suite de Seleskovitch et Lederer (2001 et 2006), plusieurs auteurs notent l’importance du recours à l’image pour des interprètes : « Dans la phase initiale de la formation, on a intérêt à recourir le plus souvent possible à la représentation de l’information sous forme d’images. Celles-ci, en effet, aident les étudiants à décrocher des mots de l’original en les mettant sur la voie de la représentation mentale, qui, elle, facilite la réexpression, en favorisant la déverbalisation et en faisant écran à la langue de départ » (Déjean Le Féal 1993 : 166). Concernant les interprètes en langue des signes, le recours à l’image va plus loin, puisqu’il ne s’agit pas seulement d’aider les étudiants à déverbaliser, mais également de leur permettre d’appréhender plus facilement une pensée visuelle.

Langue des signes et scénario : comparaison de formes et de techniques

Appréhension visuelle

18Scénario et langue des signes partagent le souci du visuel : le scénario doit être appréciable par une perception visuelle, permettant de mettre sous les yeux du lecteur des suites d’images. Ce souci du visuel passe, par exemple, par le souci du détail visuel : un seul détail peut permettre de dresser un tableau, une époque, un personnage. Comme le fait remarquer Hill (2002 : 84), « le cinéma est un outil visuel. […] Il s’agit donc de trouver une astuce qui ne prend pas plus d’une seconde à voir et révèle une foule de choses sur votre personnage ». De même, un des exercices les plus utiles – et souvent les plus difficiles – pour un entendant apprenant la langue des signes est celui consistant à trouver, sur une image, le détail visuel qui, une fois signé, permettra de reconnaître l’objet dont on parle. Ce procédé est une des bases de la création de néologismes en langue des signes.

Langage visuel

19Une expression visuelle présente une richesse et des contraintes propres quant à l’art de découper et de montrer la réalité. Un film est découpé en plans (600 à 900 dans la période classique, jusqu’à 1500 aujourd’hui), regroupés en scènes (de 80 à 120 en moyenne). Un récit en langue des signes se prête facilement à ce type de découpage de par les tableaux successifs présentés dans l’espace de signation.

20Le scénario et la langue des signes font appel à des techniques visuelles et procédés linguistiques semblables, comme le recours à l’allégorie, cherchant ainsi à visualiser des idées abstraites ; à l’analepse (le retour en arrière permettant de caractériser un personnage par quelques traits de son passé) ; à la métaphore visuelle (par le rapport qui naît entre les images qui se succèdent) ; au screen split (partage de l’écran en deux parties, permettant de montrer deux actions simultanées) ; à la composition du cadre (mouvement de caméra, profondeur de champ, etc.) ; à l’angle de vue (horizontale et verticale) : de dos, de face, de trois-quarts, en plongée ou contre-plongée. Le mouvement de caméra peut aussi bien au cinéma que dans un récit en langue des signes présenter un point de vue mobile sur des objets immobiles (aspect plus descriptif ou lyrique), mobile sur des objets mobiles (récits d’action), immobile sur des objets mobiles (effet de théâtre) ou immobile sur des objets immobiles (insistance, attente). Ce mouvement de caméra peut présenter un panoramique (comme le fait de tourner la tête), un travelling (avant, arrière, vertical, latéral), un zoom. Les plans peuvent aussi varier : gros plan, plan américain, plan large, etc.

21Les systèmes de ponctuation et les techniques d’enchaînement respectifs du cinéma et en langue des signes sont également comparables. Au cinéma, il est possible notamment de recourir au cut, au fondu, au fondu au noir ou à la fermeture à l’iris. Le cut est fréquent en langue des signes ; le fondu au noir est employé dans certains récits, le locuteur montrant par un signe et le visage que le noir se fait, et qu’une nouvelle scène s’ouvre (les deux mains ouvertes se refermant avec un mouvement latéral vers le devant du locuteur, les deux mains l’une sur l’autre) ; la fermeture à l’iris peut être rapprochée de la manière de ponctuer un récit en langue des signes par le signe « bref ».

22L’expression visuelle a également des manières propres de retranscrire la durée. Deux premières méthodes sont courantes : le dialogue et l’ellipse. Il est possible de mettre dans la bouche d’un des comédiens, ou par une voix off, l’indication du temps qui s’écoule. Il est également possible de rapprocher, par un fondu, deux images présentant un personnage jeune puis âgé, ou un objet neuf puis ancien. D’autres méthodes de narration visuelle sont possibles. Par exemple, une même scène simple – un geste, un événement – est filmée à plusieurs reprises, avec seulement quelques modifications de détail, montrant ainsi le temps qui passe. Ou encore, il est possible, au cours d’un récit de fiction, d’introduire quelques images d’archives ou d’actualité, permettant ainsi de donner une idée de l’époque visée. En langue des signes également, il est possible de signer « formellement » la date du récit, ou bien d’introduire des ellipses. Dans des récits plus « littéraires » (contes, théâtre), d’autres expressions de la durée seront souvent préférées : des expressions typiques de narration visuelle, proches de celles que l’on peut retrouver dans l’écriture scénaristique.

Discours visuel

23Le scénario associe écriture visuelle et dialogues, comme les discours en langue des signes associent grande iconicité (en jouant sur les images) et discours standard. La majorité des discours en langue des signes présentent une alternance entre ces deux formes d’expression, mais un discours en langue des signes peut être tenu uniquement en grande iconicité, comme une série de points de vue peut avoir la force et le sens d’un dialogue au cinéma.

24Pour l’écriture scénaristique, il est possible de distinguer trois « langages » : le langage littéraire des dialogues, le langage visuel du découpage technique, et la musique. De même, il est possible, pour la langue des signes, de distinguer les discours en langue des signes standard, les structures de grande iconicité, et le rythme. Ces trois dimensions s’entremêlent, créant des oppositions, renforcements, accords, ironies.

25En langue des signes comme pour le scénario, il existe différents styles, adaptés à différents emplois. Ainsi, dans le documentaire (signé ou filmé), on peut avoir recours à un narrateur omniscient, intervenant en voix off. Dans d’autres emplois comme le récit de fiction, le narrateur apparaît rarement : il couperait la dynamique du récit. En langue des signes, le récit de fiction est ainsi plus souvent effectué par des prises de rôle (des « transferts personnels »).

26Les deux modes d’expression font appel au savoir du spectateur : le cinéma recourt continuellement à des ellipses, des savoirs partagés, des codes communs (il suffit de voir des films « exotiques » pour être complètement décontenancé : la culture non partagée ne permet pas de rentrer dans les significations évoquées), comme la langue des signes nécessite une connaissance commune – non seulement de la langue, mais aussi de toute la culture visuelle qui l’environne.

27L’écriture visuelle du scénario a souvent des difficultés à transcrire les idées générales ou globalisantes (sinon mises dans la bouche ou les mains d’un comédien). Il s’agit là d’une des limites de l’appréhension visuelle, qui part de ce qui est perçu, donc par défaut les éléments individuels. Il faut alors employer divers mécanismes de répétition pour signifier le général. Comme l’explique Martin (2001 : 23), « la narration visuelle ne permet pas d’exprimer la maison ou l’arbre, mais telle maison particulière et tel arbre déterminé ». En langue des signes, un certain nombre d’idées générales, de termes généraux, sont exprimés par la mention de trois termes de la catégorie visée. Plutôt qu’une limite de la langue des signes ou une pauvreté de vocabulaire, il est possible de voir là une des caractéristiques de l’appréhension visuelle.

28Il est de coutume de dire, concernant les scénarios, que les dialogues trop longs sont souvent jugés comme une maladresse, un excès de « style littéraire » (Roth 1999). De même, les discours signés uniquement en signes standard, sans recours aux structures de grande iconicité, paraissent lourds, non soucieux du génie de la langue des signes – souvent attribués aux entendants, ou aux personnes marquées par la culture entendante. « Les grands cinéastes n’ont pas besoin du dialogue : ils savent exprimer les choses par leur mise en scène », comme dit le dessinateur belge Hermann (cité par Alion 2003 : 17).

Les interprètes en langue des signes dans l’audiovisuel

29Le métier d’interprète en langue des signes se structure progressivement. Cette tâche a longtemps été assumée par des amis ou des membres de familles de sourds, par des éducateurs ou enseignants spécialisés, par des « faisant office » d’interprètes. Depuis une vingtaine d’années, les associations de sourds militent pour la création en France de formations professionnelles et la structuration d’un corps professionnel respectant la déontologie du métier (le secret, la fidélité de la traduction, la neutralité ; voir Encrevé, Bernard et Jeggli 2007).

30Depuis une quinzaine d’années, cinq formations universitaires d’interprètes en langue des signes ont été ouvertes, à Paris 3, Paris 8, Lille 3, Rouen et Toulouse. Ces universités proposent un Master d’interprète français / langue des signes. L’IUP de Toulouse a mis en place une formation d’interprète trilingue (français, anglais, langue des signes), et a également créé une formation de traducteur français / langue des signes, formation ouverte aux personnes sourdes.

31À la télévision française, deux types d’occurrences se développent concernant la langue des signes : d’une part, l’interprétation simultanée, de manière relativement circonscrite (régulièrement pour le journal du matin sur France 2, les débats à l’Assemblée nationale, et occasionnellement lors des élections présidentielles ou de quelques interviews) ; d’autre part, les productions en langue des signes (essentiellement l’émission L’oeil et la main sur France 5). Par contre, les traductions proprement dites en langue des signes (émissions enregistrées, téléfilms, etc.) ne sont pas développées à la télévision française.

32Hors télévision, se développe la production de DVD en langue des signes : plusieurs associations ou sociétés se sont lancées dans ce créneau, comme Monica Companys, Conte sur tes doigts, Websourd, À deux mains, I.V.T., etc. Ces DVD concernent essentiellement l’apprentissage de la langue des signes, l’enregistrement de spectacles ou pièces de théâtre en langue des signes, les histoires ou contes pour enfants.

33D’autre part, une nouvelle forme de traduction en langue des signes est en plein essor via les NTIC : la visio-interprétation. Cinq dispositifs sont en cours de développement :

  1. L’interprétation simultanée via Internet : différents services sont créés, tels Centre relais 008 ou Viable, proposant de joindre par webcam un interprète qui assure la traduction d’un appel téléphonique ;

  2. La traduction à distance : un fichier vidéo en langue des signes est envoyé à un service d’interprètes qui en renvoie la traduction écrite (ou inversement) – ce service est notamment expérimenté par Interprétis, service d’interprètes de Toulouse ;

  3. La permanence dans un service public ou une entreprise : un poste informatique avec webcam et liaison internet est installé dans un lieu d’accueil. Lorsqu’une personne sourde se présente, un service d’interprètes est contacté via Internet, qui assure la traduction entre la personne sourde et l’agent d’accueil. Ce service est mis en place dans différentes mairies, préfectures, etc. ;

  4. La traduction de textes en vidéo en langue des signes pour des sites Internet : de plus en plus d’institutions proposent des traductions en langue des signes des textes publiés sur leur site, comme la Mairie de Toulouse, pour les formulaires administratifs en ligne ;

  5. Les appels d’urgence : le décret numéro 2008-346 du 14 avril 2008 institue un système de réception et d’orientation des appels d’urgence pour les personnes sourdes et malentendantes.

34D’autres formes d’interprétation ou de traduction via les NTIC sont envisageables, comme l’interprétation à distance de colloques ou conférences, d’autant plus que ces solutions techniques pourront sans doute permettre de proposer des prestations à moindre coût.

Difficultés de l’interprétation simultanée pour la télévision

35Pour tenter d’expliquer le faible développement des traductions en langue des signes à la télévision, nous pouvons regrouper les difficultés rencontrées en huit domaines :

  • 2 Comme http://fr.groups.yahoo.com/group/deaf-france/ (dernière consultation 2.03.2011).

36Technique : insérer des traductions en langue des signes à l’écran nécessite tout un dispositif, une caméra supplémentaire, des éclairages, un montage, etc. La loi de 2005 prévoit que l’accessibilité des programmes télévisés pour les personnes sourdes ou malentendantes peut être réalisée soit par le recours à des traductions en langue des signes, soit par le sous-titrage. Or ce dernier est plus simple à mettre en œuvre : les grandes chaînes télévisées ont l’habitude d’insérer des sous-titrages. C’est donc la solution choisie en priorité. De la part des personnes sourdes, on voit dans les forums de discussion sur Internet2 certaines critiques vis-à-vis des traductions en langue des signes télévisées, notamment lorsque l’interprète est présenté dans un médaillon, dans un coin de l’écran. L’image diffusée est très petite, et il est difficile de suivre visuellement de manière confortable de telles traductions.

37Interprètes : le nombre d’interprètes en langue des signes est encore peu élevé en France (entre 200 et 250). Le nombre de traducteurs sourds est encore plus limité. D’autre part, pour les interprètes, traduire pour la télévision ou pour des programmes enregistrés nécessite une certaine expérience professionnelle et une grande confiance en soi, car traduire pour un public éventuellement nombreux soumet l’interprète à une pression plus importante et un risque de critiques accru. Certains interprètes, notamment les débutants, refusent ces prestations, ce qui limite encore plus le nombre d’interprètes disponibles.

38Réclamations : régulièrement, les chaînes de télévision françaises reçoivent des critiques de la part de téléspectateurs qui sont gênés par le médaillon occupant une partie de l’écran où officie l’interprète. Dans plusieurs pays européens comme la Grande-Bretagne ou les pays nordiques, des interprètes en langue des signes sont présents à l’écran, notamment pour les journaux télévisés, soit dans un médaillon, soit sur le plateau à côté du présentateur, sans que cela ne pose de problème. En France, pourtant, beaucoup de téléspectateurs ne sont pas encore habitués à cette présence, et leurs réclamations peuvent être un frein pour les chaînes télévisées.

39Coût : faire appel à un interprète implique une dépense, et les budgets correspondants ne sont pas souvent prévus à l’avance par les producteurs d’émissions télévisées. Pour ce qui est des DVD en langue des signes, leur diffusion est encore relativement limitée, et les coûts de production ne les rendent pas toujours rentables. Un certain nombre d’entre eux n’ont pu être produits que grâce à des subventions.

40Linguistique : la langue des signes a subi une certaine oppression, notamment dans le domaine de l’éducation spécialisée. Elle a en effet été interdite pendant environ un siècle dans l’éducation des jeunes sourds, à partir du congrès de Milan de 1880. D’autre part, les sourds ont été longtemps cantonnés à des domaines professionnels relativement limités. De ce fait, un certain nombre de vocabulaires de spécialité sont peu développés. Il est ainsi parfois nécessaire d’utiliser ce que l’on appelle la dactylologie, c’est-à-dire d’épeler des noms, ce qui rend les traductions plus lourdes et plus longues. La langue des signes est actuellement en forte évolution : des sourds accèdent depuis quelques années à des formations de plus en plus variées et inventent de manière incessante de nombreux néologismes, mais il faut un certain temps pour que ces créations se répandent dans la communauté linguistique des sourds. Ainsi, certains spectateurs sourds se plaignent que les interprètes parisiens qui interviennent pour traduire les journaux télévisés emploient des signes créés à Paris, mais non encore diffusés en province, et donc parfois incompris par le public.

41Traductologie : en premier lieu, un certain nombre d’interprétations, notamment de journaux télévisés, sont extrêmement rapides, car le débit de parole que doit suivre l’interprète est lui-même très rapide. De ce fait, ces traductions sont parfois difficiles à suivre pour un certain nombre de spectateurs sourds. D’autre part, l’interprétation simultanée du français vers la langue des signes, réalisée par un interprète entendant, est une interprétation vers une langue non maternelle. Souvent, de meilleures traductions seraient réalisées par des traducteurs sourds, car ceux-ci peuvent être plus habiles dans le maniement de formes linguistiques accessibles à un plus grand nombre, la « grande iconicité ». Mais faire appel à des traducteurs sourds multiplie le nombre d’intervenants, le temps de réalisation de ces enregistrements, et les coûts associés.

42Organisation : faire appel à un interprète implique de prévoir longtemps à l’avance tout le dispositif nécessaire, ce qui n’est pas encore dans les habitudes des professionnels concernés. Le faible nombre d’interprètes ne leur permet pas de répondre à toutes les demandes, qui se multiplient de manière exponentielle depuis les nouvelles obligations d’accessibilité. Ainsi, lorsque l’on a besoin d’un interprète de manière immédiate, on n’en trouve pas toujours de disponible.

43Politique : quelle place est accordée à une langue minoritaire, qui relève de la catégorie des personnes « handicapées » ? Quels investissements humains, financiers et techniques est-on prêt à mettre en jeu pour cela ? Outre les questions techniques ou organisationnelles, il s’agit d’abord d’un choix d’ordre politique.

Quelques solutions

44Pour répondre à certaines de ces difficultés, différentes solutions peuvent être proposées. Nous retiendrons cinq suggestions pour favoriser le développement de traductions audiovisuelles en langue des signes.

45Évolution des formations d’interprètes. Ces formations sont généralement créées dans des UFR de Sciences du langage, et mettent donc l’accent sur des questions de linguistique. Elles pourraient davantage prendre en compte la pensée visuelle. De nombreux exercices sont possibles, basés sur les bandes dessinées, le cinéma, le story-board. Ces exercices permettraient aux étudiants de s’imprégner davantage de ces formes d’expression, et de pouvoir ainsi trouver plus rapidement et plus facilement des formulations signées adéquates à la cognition des personnes sourdes. En outre, ce travail leur donnerait une plus grande aisance pour les traductions audiovisuelles.

46Formation complémentaire pour les interprètes en exercice. Les traductions audiovisuelles sont souvent perçues par les interprètes comme particulièrement difficiles. En effet, les thèmes abordés peuvent être extrêmement variés et impliquer le recours à des vocabulaires très spécifiques, mais surtout la rapidité de traduction est souvent une contrainte forte, notamment le fait de devoir terminer sa traduction avec le minimum de décalage, ce qui nécessite de changer ses habitudes de traduction. Ces particularités pourraient être mieux gérées par les interprètes en langue des signes s’ils pouvaient les travailler sereinement dans le cadre d’une formation spécifique. Des formations complémentaires sont déjà mises en place, par exemple dans le domaine judiciaire, à l’Université Lille 3. D’autres formations complémentaires seraient intéressantes.

47Recherches associant interprètes, professionnels sourds et universitaires. Ces recherches pourraient concerner différentes questions, notamment celles portant sur le vocabulaire : comme nous l’avons souligné plus haut, certains vocabulaires spécifiques sont relativement peu développés en langue des signes, car ils font l’objet de peu de discussions dans la communauté des sourds, comme les noms de personnes célèbres parmi les entendants, les noms d’organisations ou de structures gouvernementales, ou encore tous les termes techniques liés au cinéma. Un groupe de travail pourrait réfléchir à la création et à la diffusion de ces néologismes.

48Recueil de bonnes pratiques. Les pratiques en traduction audiovisuelle signée ne sont pas uniformes sur le territoire national, et il est parfois difficile de faire admettre nos conditions de travail. Il serait intéressant de définir de manière précise, en fonction des situations de traduction, les standards techniques, les conditions de travail, l’organisation des relais, la préparation, etc., les plus adaptés à la langue des signes. L’on pourrait ainsi créer un recueil des bonnes pratiques en traduction audiovisuelle signée, qui pourrait ensuite être mis à disposition des producteurs et chaînes télévisées.

49Lobbying. Au niveau politique, il serait nécessaire de lancer un groupe de réflexion et d’action associant les représentants du monde des sourds, les interprètes professionnels, des universitaires, des professionnels de l’audiovisuel, et éventuellement des personnalités syndicales ou politiques. En effet, certaines initiatives et revendications sont portées par différentes associations, mais en général de manière non coordonnée, et pas toujours très efficace. Le fait de réunir ces énergies pourrait rendre ce lobbying plus opérationnel. Ce groupe aurait pour tâche d’identifier précisément les réticences, les freins au développement des traductions audiovisuelles en langue des signes, et de préconiser des solutions adaptées et de les mettre en œuvre. Il pourrait, par exemple, s’agir de proposer un arrêté définissant de manière plus précise les obligations des chaînes télévisées en termes de traduction en langue des signes.

50Par ces cinq mesures, il serait possible, à notre avis, de favoriser le développement de la traduction audiovisuelle en langue des signes en France.

Conclusion

51La langue des signes bénéficie depuis peu d’une reconnaissance officielle, qui encourage le développement de traductions audiovisuelles. Les médias audiovisuels, notamment le cinéma, se montrent de plus en plus ouverts aux comédiens sourds et à la langue des signes. D’autre part, cette langue basée sur la pensée visuelle se prête particulièrement aux adaptations liées aux médias audiovisuels. Cependant, les traductions se font encore rares. Différents facteurs expliquent ces réticences, qu’ils soient d’ordre technique, financier, organisationnel, linguistique, traductologique, politique, ou autre. Cinq solutions permettraient de faire évoluer la situation : une adaptation des formations d’interprètes en langue des signes, la création de formations complémentaires, des groupes de travail développant des néologismes et proposant un code de bonnes pratiques, et enfin la création d’un réseau associant interprètes, personnes sourdes et personnes qualifiées pour mener différentes formes de lobbying.

52L’interprétation en langue des signes est similaire à l’interprétation en toutes langues sur de nombreux points : apprentissage, contraintes, fatigabilité, déontologie, etc. Cependant, la situation des traducteurs en langue des signes n’est pas tout à fait identique à celle des traducteurs en langues vocales, car les premiers apparaissent forcément à l’écran tandis que les seconds ne sont pas visibles, seul leur nom défile rapidement dans le générique de fin. Les traducteurs en langue des signes sont ainsi facilement reconnus, et leurs éventuelles erreurs peuvent leur être longtemps reprochées. Il n’est pas rare de retrouver, des années, voire des dizaines d’années plus tard, des enregistrements vidéos de traductions effectuées. C’est souvent à cette occasion que l’on prend conscience des imperfections que l’on a pu commettre lors de ses traductions. Le problème est que tous les spectateurs compétents peuvent également le constater. Le fait de voir son image diffusée largement et durablement soumet donc l’interprète en langue des signes à une pression psychologique importante. En cela, les interprètes en langue des signes partagent un peu l’exposition des comédiens ou autres intervenants sur scène. Il est également fréquent qu’à la fin d’une conférence les interprètes en langue des signes soient publiquement félicités, car leur prestation était sous les yeux de tous, tandis que les interprètes en langues vocales, relégués dans des cabines en fond de salle, sont plus souvent oubliés. Peut-être les formations d’interprètes devraient-elles tenir compte de cette particularité, et proposer aux étudiants un travail autour des techniques des arts du spectacle.

Notes

1 Plus d’informations sur http://cis.gouv.fr (dernière consultation 9.06.2011).

2 Comme http://fr.groups.yahoo.com/group/deaf-france/ (dernière consultation 2.03.2011).

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Un seul signe, plusieurs actants et actions.
Crédits © Dessin de Laurent Verlaine, Centre d’information sur la surdité d’Aquitaine.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46337/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

Auteur

Centre d’information sur la surdité d’Aquitaine, France
titulaire d’un master d’interprète en langue des signes (mémoire sur la formation des interprètes) et d’un doctorat de linguistique (thèse sur la grammaire de la langue des signes). Il a travaillé durant quinze ans comme interprète de conférence et intervient dans différentes formations universitaires. Il est chargé de mission au Centre d’information sur la surdité d’Aquitaine, France, et responsable du Centre de documentation et d’information de l’Institut national des jeunes sourds de Gradignan. Ses travaux portent sur l’interprétariat français / langue des signes, la grammaire de la langue des signes, ainsi que sur les liens entre langue des signes et pensée visuelle (dessins, schémas, rhétorique visuelle, bandes dessinées, cinéma).

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search