Version classiqueVersion mobile

Traduction et médias audiovisuels

 | 
Adriana Şerban
, 
Jean-Marc Lavaur

Aspects culturels du sous-titrage et doublage

La traduction des références culturelles dans le doublage pour le cinéma et la télévision : résultats d’une analyse empirique

Cristina Valentini

Texte intégral

Objectif de l’analyse et études précédentes

1Dès les débuts de la recherche en traduction audiovisuelle, la nature multidimensionnelle et pluri-sémiotique de tout texte filmique a été largement débattue. De même, le caractère manipulatoire de certaines modalités de traduction a été maintes fois mis en exergue, par exemple celui du doublage, qui implique, quant au canal acoustique, la substitution d’un système de signes verbaux à l’aide d’un autre système de signes, tout en s’ancrant sur un canal visuel qui demeure paradoxalement intact (Delabastita 1989). Or, cette manipulation partielle du texte de départ, qui représente un trait spécifique du doublage, fait en sorte que les points de contact entre dialogues et images, qu’il s’agisse de références déictiques, gestes faisant office d’appuis du discours, ou bien d’éléments du décor définissant le cadre géographique, culturel et social du récit, constituent une contrainte majeure au fur et à mesure qu’ils déterminent un enracinement solide des dialogues dans l’univers socio-culturel de départ.

2Il n’empêche que, si les images supposent déjà une reconnaissance de la référence extralinguistique impliquée (denotata), cette reconnaissance est d’autre part profondément enracinée dans le système de valeurs, connaissances, allusions que les spectateurs partagent souvent à leur insu (Niemeier 1991 : 147). Cela est d’autant plus vrai en ce qui concerne les objets culturels et les éléments graphiques qui contribuent à créer le décor d’un film ou le cadre socio-linguistique de l’énonciation, ainsi que les termes culturels jalonnant les dialogues sous forme de renvoi explicite, caché, ou bien en tant qu’éléments constitutifs d’une expression linguistique (proverbe, métaphore et autres figures de rhétorique, expression idiomatique, etc.).

3La question de la traduction des références culturelles lexicalisées a fait l’objet de plusieurs études dès l’origine même de l’investigation traductologique jusqu’à nos jours (Nida 1964 ; Newmark 1988 ; Katan 2004). De même, la question de la transposition de la culture a toujours été au cœur du débat sur la traduction filmique. Il s’agit néanmoins, dans la plupart des cas, d’études ne portant que sur un film ou, parfois, sur la version doublée et sous-titrée du même film (Nedergaard-Larsen 1993 ; Ballester 2003 ; Pettit 2007 et 2011), à l’exception de quelques études isolées (Ramière 2006), la seule tentative, à notre connaissance, de recherche systématique sur une collection de films, étant représentée par le travail doctoral de Santamaria Guinot (2001). L’on enregistre également des cas où les termes culturels sont pris en compte dans le cadre de la reproduction d’effets linguistiques spécifiques, tels que l’humour (Martinez-Sierra 2008), ainsi que dans des études empiriques visant à évaluer leur perception chez le public (Chiaro et al. 2008 : 135-180). Par contre, les recherches foisonnent pour ce qui est des techniques employées pour la transposition des références culturelles, notamment dans la traduction littéraire (Ivir 1987 ; Mailhac 1996 ; Aixelá 1996), avec quelques tentatives aussi dans le domaine de l’audiovisuel (Tomaszkiewicz 2001).

4Le caractère le plus innovant de l’analyse présentée ici est la possibilité offerte par le développement d’une base de données multimédias spécifiquement conçue pour la traduction filmique, Forlixt 1, de mener des études sur les références culturelles à partir de données empiriques réelles, accessibles dans leur authenticité et intégralité, et de repérer des approches traductologiques ciblées sur la base de la réitération systématique de certains aspects étiquetés à l’aide de catégories de nature linguistique, pragmatique, culturelle et sémiotique. Dans ce qui suit, nous allons premièrement présenter la méthode de construction, annotation et interrogation du corpus, de même que quelques données statistiques intéressantes. Deuxièmement, la réflexion portera sur la méthode d’investigation adoptée pour la détection de références culturelles dans le corpus français-italien. Enfin, nous passerons à la discussion des résultats issus de l’observation ponctuelle du phénomène ainsi qu’à l’observation de la distribution de regroupements d’étiquettes associés aux références culturelles sélectionnées.

Le corpus pour la traduction filmique Forlixt 1

5Le corpus qui fait l’objet de cette analyse représente un sous-corpus de la base de données multimédias Forlixt 1, développé au sein du Département d’études interdisciplinaires de traduction, langues et cultures (SITLEC) de l’Université de Bologne (Forlì). L’aspect le plus innovant de cette base de données est le fait que les données textuelles, à savoir les transcriptions orthographiques des dialogues des films, sont reliées aux données audiovisuelles par le biais d’un système qui permet de les ancrer temporellement, à travers l’utilisation de balises spécifiques. Ainsi, le système permet-il de récupérer les informations qui n’ont pas été annotées, en associant les différents systèmes d’interrogation (Valentini 2008).

  • 1 La base de données est actuellement protégée par un système d’authentification avec mot de passe e (...)

6La gestion de la base de données s’effectue à l’aide d’un ensemble de fonctionnalités permettant l’édition (création et modification des ressources/saisie des données) aussi bien que la consultation qualifiée des données multimédias. À cet effet, les ressources ont été structurées en une véritable base de données relationnelle avec une interface Internet pour l’interrogation et la saisie des données1. Le travail de création du corpus se décompose en plusieurs étapes. La première concerne l’insertion d’informations générales (metteur en scène, acteurs, titre du film, genre, etc.) permettant dans la phase de consultation d’appliquer un filtre pour la création de sous-corpus ciblés. Après avoir numérisé les films en format VHS ou DVD, les phases successives impliquent la transcription orthographique des dialogues, la segmentation des données textuelles/audiovisuelles à partir de la réplique et leur synchronisation, et la segmentation ultérieure des données synchronisées en scènes. Enfin, chaque scène est annotée à l’aide d’étiquettes descriptives regroupées en catégories d’ordre plus général, notamment :

  1. Les catégories pragmatiques (actes et situations de communication), par exemple : prendre congé, inviter, se présenter, etc.
  2. Les catégories de variation linguistique (variétés régionales et sociales, langues de spécialité, registres), par exemple : jargon, régionalismes, argot, etc.
  3. Les catégories sémiotiques (canal visuel, canal auditif, phénomènes de macro-adaptation des dialogues), par exemple : éléments graphiques, objets culturels, écriteaux, etc.
  • 2 Les données se réfèrent au mois d’octobre 2008.

7Forlixt 1 comprend à présent 75 films et séries télévisées en trois langues, fonctionnant comme langues de départ et cible à la fois, à savoir le français, l’italien et l’allemand2. Quant au sous-corpus français, il s’agit d’un recueil de taille importante avec plus de 42 heures de matériel filmique complètement transcrit et étiqueté pour un total de 337 430 mots (voir Tableau 1).

Tableau 1. Le corpus français-italien Forlixt 1. Durée totale des films (en minutes) et étendue lexicale (en nombre de mots).

Corpus

Durée

Étendue lexicale

Cinéma

Originaux français

1028

134 952

Doublés italiens

1028

115 622

Sous-total

2056

250 754

Télévision

Originaux français

380

49 634

Doublés italiens

340

37 042

Sous-total

720

86 676

TOTAL

2776 (42,26 heures)

337 430

8Aussi, Forlixt 1 représente-t-il le premier corpus de taille significative, à caractère multimédia, réunissant des genres différents, développé pour l’étude contrastive de deux ou plusieurs langues, permettant d’établir des confrontations avec d’autres ressources multilingues de langue orale spontanée, tel que, par exemple, le corpus C-ORAL-ROM (Cresti et Moneglia 2005).

Méthode d’annotation des références

9D’un point de vue méthodologique, les références culturelles sélectionnées font partie d’un groupe de catégories discrètes, formellement acceptées et universellement partagées en raison de leur nature encyclopédique. Ainsi, les étiquettes personnes et caractères célèbres, noms de lieux, produits culturels et commerciaux, et noms d’aliments et boissons, qui feront l’objet de cette analyse, sont facilement reconnaissables en perspective monolingue. Néanmoins, ce qui s’avère être plus difficile est leur évaluation en perspective contrastive. En effet, comme le souligne Aixelá (1996 : 58) à propos de la traduction littéraire, toute référence culturelle joue un rôle textuel spécifique et les difficultés de traduction peuvent découler soit de l’absence de ces mêmes références infra et intertextuelles, soit de leur statut différent dans la langue / culture d’arrivée.

10De plus, selon l’auteur, chaque référence culturelle acquiert un poids spécifique suivant le contexte communicationnel de l’énonciation et les contraintes dictées par ce même contexte qui, dans le cas des films, dépendent du double canal utilisé : image et son. Un autre aspect à considérer est celui de la pertinence de l’élément en question, comme le souligne Ivir (1987), qui attire l’attention sur l’importance, pour le traducteur, de toujours évaluer la fonction attribuée par le scénariste ou metteur en scène à la référence, afin d’observer s’il s’agit d’un élément qui met la culture au centre de la communication (« culture-in-focus ») ou bien si celle-ci ne fait office que de toile de fond (« culture-as-background ») de l’acte de communication principal. Les stratégies de traduction seront alors très différentes, selon l’une ou l’autre option.

11Compte tenu de ces réflexions, il ressort que le principal critère d’étiquetage des références culturelles dans le corpus est un critère de prégnance sémiotique qui associe importance et densité de l’information véhiculée à l’intérieur du contexte d’énonciation spécifique du film à des principes visant à mettre en exergue les points critiques et de choc culturel en perspective contrastive. Le tableau ci-dessous résume les principes retenus pour le repérage et l’annotation de la catégorie noms d’entités spécifiques :

Tableau 2. Critères d’annotation de la catégorie noms d’entités spécifiques.

Critères d’annotation

Exemples

Référence culturelle spécifique au contexte socioculturel d’origine du film n’existant pas dans celui du texte d’arrivée ou bien acquérant une signification particulière aux fins de la narration filmique.

guimauve, cité, RER, carte orange, Samaritaine

Référence partagée par les deux cultures mais investie de connotations différentes par le public de la langue d’arrivée.

Le Concorde, la Tour Eiffel, crème brûlée

Terme évoquant des notions, objets, personnages inconnus au moment de la distribution du film dans la langue/ culture d’arrivée.

Jally, Lionel Jospin, Ice cube

Référence partagée par les deux cultures mais éliminée dans le film doublé pour des motifs de distribution/ commercialisation ou censure.

Coca-Cola, Fischer, Heineken

Objets ou noms d’objets (éléments graphiques) clairement mis en évidence dans les images, avec ou sans citation directe dans les dialogues.

Cerruti, France 2, Kodak Istamatic

12Dans ce qui suit, nous présentons un aperçu de la méthode de saisie et du classement des références.

Méthode de saisie et classement des références culturelles

13En premier lieu, nous avons sélectionné, par le biais de la recherche guidée, la catégorie noms d’entités spécifiques, en particulier l’étiquette personnes et caractères célèbres, regroupant les noms propres de personnes, animaux et caractères de fiction, l’étiquette produits culturels et commerciaux, réunissant les noms commerciaux de certains produits mais aussi les noms d’entités spécifiques du point de vue culturel, tels que les noms des monuments, et les étiquettes noms d’aliments et boissons et noms de lieux, à savoir les toponymes.

14Nous avons ensuite essayé d’évaluer quantitativement les cas d’effacement, préservation ou rajout des étiquettes en question aux scènes repérées, en menant une comparaison entre les étiquettes associées à la scène de la version originale et à la scène doublée correspondante. L’effacement de l’étiquette correspond à l’omission ou à l’élimination de la référence dans le texte d’arrivée. Par contre, le rajout d’une étiquette à la scène doublée signifie que la référence culturelle en question, n’existant pas dans le texte de départ, a été insérée dans le texte d’arrivée pour des raisons qu’il est nécessaire d’examiner. Enfin, le dernier cas est celui de la préservation de l’étiquette dans les deux versions, le seul qui suppose une véritable tentative de traduction directe.

15Afin d’examiner quantitativement les différentes techniques de traduction employées, nous avons ultérieurement classé ces techniques en nous basant sur les taxonomies classiques appliquées à la traduction des références culturelles, telle que celle de Newmark (1988), empruntée à Vinay et Darbelnet (1977), et Tomaszkiewicz (2001), spécifiquement mise au point pour l’analyse de films sous-titrés. Ce faisant, nous avons repéré dans le corpus cinq techniques de traduction :

  1. La substitution d’un terme culturel par un autre terme culturel, autrement appelé, par Tomaszkiewicz (2001) et Newmark (1988), équivalence. Cette notion implique le remplacement de la référence par le biais d’un équivalent dans la langue de départ supposé être mieux connu par les spectateurs étrangers, ou bien par une réalité de la culture d’arrivée qui pourrait être comparable à celle de la culture de départ, jusqu’au cas extrême de la substitution par la référence contextuelle et l’invention lexicale (Aixelá 1996) ;
  2. L’emprunt ou répétition du terme culturel en question. Cette technique comprend les cas de transcription, naturalisation, translitération et adaptation orthographique, auxquels nous ajoutons l’adaptation phonologique, étant donné que notre corpus est un corpus de langue orale ;
  3. La traduction littérale ou mot-à-mot, comprenant les calques ;
  4. La définition ou explication du terme en question par une périphrase définitionnelle (Tomaszkiewicz 2001) ;
  5. L’équivalence acceptée (Newmark 1988). Il s’agit du cas suivant : soit le terme en question a déjà pénétré la culture de la langue d’arrivée et bénéficie d’une traduction plus ou moins officielle et standardisée, soit le terme dans le texte de départ fait référence à une entité supranationale ou à une culture d’un pays tiers, dominant ou exerçant des influences globalisantes.

16Comme tout système de classification, il arrive parfois que les contours entre les techniques susmentionnées ne soient pas aussi nets. Ainsi, dans le corpus, nous avons relevé des cas d’emprunt et traduction littérale, emprunt et définition, équivalence acceptée et traduction littérale, équivalence acceptée et définition, regroupés dans notre analyse sous la dénomination de techniques hybrides.

Analyse des références culturelles

17Nous commençons notre analyse avec quelques remarques préliminaires concernant les références culturelles dans le corpus Forlixt 1.

Tendances générales

18En observant le corpus total qui réunit 558 cas d’intérêt pour l’analyse en question, la catégorie la plus représentée est celle des noms de lieux (232 cas), suivie par les catégories noms d’aliments et boissons (131), produits culturels et commerciaux (109 cas) et en dernier lieu personnes et caractères célèbres. Cette tendance se reflète aussi au niveau des sous-corpus, bien que le rapport entre le nombre d’occurrences relevées dans le corpus cinématographique et celui télévisé soit de 458 à 100 cas.

19En ce qui concerne la distribution des étiquettes (Figure 1), nous remarquons que dans la plupart des cas (82 %) l’étiquette est conservée dans le texte d’arrivée. Cette tendance s’élève à 92 % des cas en ce qui concerne le corpus télévisé, par comparaison avec 81 % des cas relevés dans le corpus cinématographique. Par contre, nous n’enregistrons que 11 % de cas d’effacement dans le corpus total (respectivement 6 % dans le corpus télévisé et 12 % dans le corpus cinématographique), et 7 % de cas de rajout de l’étiquette (respectivement 2 % et 8 %).

20D’après ces pourcentages, il apparaît que les traducteurs se bornent à une transposition fidèle des références présentes dans l’original, en préservant la plupart de celles-ci. Cette fidélité à l’original semble s’affermir davantage lorsqu’on a affaire au doublage pour la télévision.

Figure 1 Répartition des cas d’effacement, rajout et préservation dans la traduction.

Figure 1 Répartition des cas d’effacement, rajout et préservation dans la traduction.

21La Figure 2 indique dans le détail les pourcentages relatifs à la préservation des étiquettes, y compris le cas de la substitution, qui représente la technique la plus invasive de manipulation du texte original, pouvant aller jusqu’à la création ex novo de la référence.

Figure 2. Répartition des cas de préservation par technique de traduction.

Figure 2. Répartition des cas de préservation par technique de traduction.

22Nous remarquons que, du point de vue quantitatif, le cas plus important est celui de l’emprunt (53 %), suivi par l’équivalence acceptée (20 %). Par contre, la substitution ne concerne que 10 % des cas, suivi par la traduction littérale (8 %) et la définition (3 %). Nous relevons aussi quelques occurrences de techniques hybrides de transposition, qui représentent 6 % des cas. La répartition des différentes techniques dans les deux sous-corpus est donc presque identique. D’ailleurs, il ne semble pas exister de lignes directrices imposées par la chaîne télévisée ou le distributeur quant au traitement des références culturelles, visant par exemple l’adaptation du produit vis-à-vis d’un public spécifique. Les seuls cas d’effacement volontaire des références pour des raisons pouvant être ramenées à une politique ciblée sont, dans le corpus, les cas de censure des noms commerciaux (Whiskas, Heineken, Coca).

23En général, nous constatons une fidélité presque absolue vis-à-vis de la traduction des dialogues. À ce propos, la proximité linguistique entre l’italien et le français représenterait d’une part un atout, en vue des exigences de synchronisation, et de l’autre, un piège pouvant davantage encourager, jusqu’à même justifier, une traduction mot-à-mot, aplatie, du scénario. La question de la qualité du doublage, du moins dans le panorama italien, est mise en premier plan par une autre tendance relevée surtout dans le corpus télévisé, à savoir l’existence de plusieurs cas de substitution apparemment injustifiée des références culturelles, qui pourraient découler de la difficulté de compréhension du film de la part des traducteurs adaptateurs, à défaut d’une consultation possible des dialogues transcrits.

Tendances par étiquette

24Les données présentées dans le Tableau 3, relatif au traitement ponctuel de chaque étiquette dans le corpus total, mettent en évidence le fait que le pourcentage relatif le plus élevé de cas de rajout (15 %) s’observe pour les références réunies sous l’étiquette personnes et caractères célèbres. Par contre, l’étiquette produits commerciaux et culturels affiche le pourcentage relatif plus élevé d’effacement (17 %), qui va jusqu’à 27 % dans le corpus télévisé. Les noms de lieux sont parmi les références les plus conservées, avec un pourcentage de 88 % dans le corpus pour le cinéma, s’élevant jusqu’à hauteur de 98 % dans le corpus télévisé (pourcentage moyen : 90 %).

Tableau 3. Répartition par étiquette (en pourcentage) dans le corpus total.

Personnes

Lieux

Produits

Aliments

Effacement

15 %

9 %

17 %

8 %

Rajout

15 %

1 %

5 %

13 %

Préservation

70 %

90 %

78 %

79 %

25Le Tableau 4 indique la répartition des techniques de traduction par étiquette. Les noms de lieux, ainsi que ceux de personnes et caractères célèbres, sont parmi les références culturelles qui subissent les moindres modifications dans le processus de traduction, vu, aussi, que dans 83 % et 85 % des cas, respectivement, les techniques de traduction employées sont l’emprunt et l’équivalence acceptée. Dans le cas des personnes et caractères célèbres, cela est dû au fait qu’on a affaire à des noms propres, qui sont empruntés directement, sans aucune sorte d’adaptation, exception faite pour les noms de personnages historiques ou de fantaisie qui sont traduits par une équivalence attestée dans la langue d’arrivée (Blanche Neige > Biancaneve, Louis Quatorze > Luigi Quattordici). De même, les noms de lieux sont empruntés (Neuilly > Neuilly) ou parfois traduits suivant une ancienne tradition qui préférait la naturalisation des noms géographiques les plus importants (Paris > Parigi). Cette tendance s’aligne sur les techniques classiques adoptées dans le domaine de la traduction textuelle, notamment la traduction littéraire (Newmark 1988 : 129-134). Les étiquettes produits culturels et commerciaux et noms d’aliments et boissons affichent, par contre, une préférence pour l’adoption d’un éventail plus varié de techniques qui pourraient refléter une plus grande dépendance du contexte linguistique, paralinguistique et sémiotique d’énonciation.

Tableau 4. Répartition des techniques de traduction par étiquette.

Personnes

Lieux

Produits

Aliments

Substitution

8 %

4 %

13 %

17 %

Emprunt

65 %

54 %

59 %

40 %

Traduction littérale

2 %

3 %

4 %

29 %

Définition

-

1 %

5 %

4 %

Equivalence acceptée

20 %

29 %

8 %

7 %

Techniques hybrides

5 %

9 %

11 %

3 %

26Il nous paraît intéressant dans ce qui suit de peaufiner l’analyse à un niveau qualitatif, en essayant d’évaluer l’adoption des différentes techniques de traduction en fonction de leur association constante avec des regroupements d’étiquettes spécifiques.

Tendances par regroupement d’étiquettes

27Méthodologiquement, cette partie de notre analyse résulte être la plus innovante, puisqu’elle vise le traitement de chaque étiquette (effacement, rajout, préservation), ainsi que les techniques de traduction employées, en étudiant leur association constante avec d’autres catégories d’annotation. Cela a été possible grâce au développement de l’outil d’interrogation recherche avancée, qui permet d’étudier la mise en abîme des étiquettes en interrogeant à plusieurs reprises le corpus à travers la recherche guidée, sur la base des résultats de chaque recherche successive. Nous présentons, dans ce qui suit, les résultats obtenus pour chaque étiquette.

Personnes et caractères célèbres

28Nous remarquons que les cas d’effacement sont plus nombreux lorsque cette étiquette est associée à une situation de communication spécifique, telle que journal télévisé ou parlé (7) ou programmes télévisés (4), et plus spécifiquement lorsque les références sont présentes dans les dialogues qui forment le décor de la scène (par exemple, les voix des clients dans un bar ou restaurant, la voix d’un speaker à la télé, etc.). De plus, il est fort probable que la référence soit effacée lorsqu’elle est liée à des exigences de reformulation du texte, dues au besoin de recréer un effet d’humour dans le texte d’arrivée (9). C’est à cause de cela que l’on retrouve souvent associée à cette étiquette la catégorie figures de rhétorique (11), comprenant les calembours, les métaphores, les métonymies, les allitérations, etc.

29Parallèlement, en ce qui concerne les actes de communication, nous observons que l’effacement de l’étiquette est souvent associé à un acte de dérision (14) lié à la réalisation d’un effet d’humour spécifique. À cet égard, l’Exemple 1 nous apparaît très éloquent. Ici, l’homographie entre le nom propre espagnol Jesús /xe’sus/ et le nom français de marque religieuse Jésus /ʒezy/, est exploitée par le scénariste pour créer un calembour en lisant le nom suivant les règles phonétiques du français, fruit d’une hypercorrection de Madame de la Juliette. À défaut de pouvoir reproduire directement le calembour en italien, le traducteur a préféré créer des faux noms en français (signor Le Sauce / señora De La Gelée), appartenant au domaine culinaire, en effaçant la référence mais en préservant ainsi le même effet que l’original :

Exemple 1. Extrait du film Travaux, on sait quand ça commence… (2005).

Madame de La Juliette : Encore un peu de clafoutis, Monsieur Jésus ?
Jésus : D’accord, Madame de La Julie, merci.
Madame de La Juliette : Juliette.

Signora de La Juliette : Ancora un po’di crostata di ciliegie, signor Le Sauce ?
Jesús : Cierto señora De La Gelée, ¡Gracias !,
Signora de La Juliette : Juliette !

30Par contre, lorsque l’acte de communication est celui d’expliquer, d’informer, de faire un récit (32), les références sont presque toujours conservées, surtout quand elles sont liées à des situations de communication typiques (visite touristique) ou lorsqu’elles sont exploitées comme élément pour la représentation du cadre historique, géographique et culturel. En ce qui concerne le rajout de l’étiquette, l’on remarque que le même regroupement (humour verbal, dérision, personnes et caractères célèbres), observé dans les cas d’effacement, est également très productif lorsque le traducteur décide d’insérer ex novo des références dans la version doublée.

31Observons l’exemple suivant, où le nom d’un arrêt de métro de Barcelone (Urquinaona) est conservé en italien, contribuant à situer l’histoire dans un cadre géographique fondamental pour le déroulement du récit, tandis que les noms des villes françaises, totalement inconnues au public d’arrivée et de prononciation difficile pour les acteurs qui ont fait le doublage, sont remplacés par des mots italiens appartenant à des domaines hétéroclites, parmi lesquels, par assonance, l’on retrouve le nom d’une célèbre actrice américaine :

Exemple 2 Extrait du film L’auberge espagnole (2001).

Xavier : […] « Urquinaona » s’est doucement glissé à côté de Mouffetard, de Bondoufle, de Pontault-Combault, de Marolles-en-Hurepoix, de Mandelieu-La Napoule et de Knock-le-Zout. Il est devenu normal et familier.

Xavier : […] “Urquinaona” ormai troneggia accanto a untume, catapulta, upupa, decubito, cumulonembo, Ulan Bator, Uma Thurman. È diventato normale e familiare.

32En outre, il est également intéressant de constater que les noms propres jouent parfois un rôle significatif dans la construction d’expressions idiomatiques figées (10). C’est le cas de Don Giovanni (Exemple 3), qui contribue à traduire des expressions appartenant à un registre familier ou populaire du français :

Exemple 3 Extrait de la série Saint-Tropez (2006).

Maxime : Mes nièces n’avaient pas tort quand elles disaient que c’était un sacré dragueur, hein ! Enfin, tu vas pas quand même croire à ce qu’ils écrivent, non ?

Maxime : Hai visto ? Le mie nipoti non sbagliavano a definirlo un gran dongiovanni. Ma dai, su, non crederai a queste idiozie.

33Toujours en ce qui concerne le rajout de l’étiquette en question, nous remarquons que 4 cas sur 13 concernent l’ajout involontaire d’un nom propre qui est le résultat d’une traduction littérale ou bien d’un calque du nom commun ou propre de la version originale (voir Exemple 4). Cette stratégie, dictée par des contraintes de synchronisation ou d’adaptation du texte à la mimique du personnage souvent encadré en premier plan, engendre dans le texte d’arrivée des effets d’humour spécifiques, en évoquant des allusions à l’encyclopédie du public de la langue cible, inconnues au public de la version originale :

Exemple 4. Extrait du film Le fabuleux destin d’Amélie Poulain (2001).

Raymond Dufayel : Au « Deux moulins ». Je sais… et là, vous rentrez bredouille de la chasse au Bretodeau. Parce-que ce n’est pas « do », c’est « to » comme « toto ».

Raymond Dufayel : Al “Deux Moulins”, lo so ! Ed è appena tornata senza bottino dalla caccia al Bretodeau. Perché non è mica “do” è “to”, come “Totò”.

34Enfin, pour ce qui est du cas de la préservation de l’étiquette, nous constatons que les noms sont empruntés lorsqu’il existe un renvoi direct dans les dialogues aux images, lié soit à la présence d’un objet culturel (4), par exemple la statue d’un personnage historique (Victor Noir, dans On connaît la chanson), soit d’un élément graphique (15). Dans le film Tanguy (2001), la caméra fait un travelling sur les achats du protagoniste, parmi lesquels il y a une chemise de la marque Cerruti, qui déclenche une querelle. Comme nous l’avons constaté plus haut, la technique de remplacement, qui suppose une véritable adaptation de la référence au texte d’arrivée, est très peu exploitée. Néanmoins, il est intéressant de remarquer que les cas de substitution du nom propre se font toujours lorsque ce dernier est associé à l’intention de se moquer de quelqu’un, comme c’est le cas dans l’exemple ci-dessous :

Exemple 5. Extrait du film Marius et Jeannette (1997).

Marius : Allez, Cantona, ciao !

Marius : Dai, Platini, via, ciao !

35Dans cet exemple, une autre question importante émerge, relative à la présence des références, c’est-à-dire leur obsolescence intrinsèque (voir aussi le propos, à ce sujet, de Tomaszkiewicz, dans ce volume). Très probablement les noms de ces joueurs de football ne sont évocateurs que pour une certaine génération des années 80 et sont difficiles à reconnaître par les jeunes gens des années 2000, pour lesquels Platini est un manager du football et non pas un joueur. Cela revient à dire que l’insertion de certaines références spécifiques peut parfois contribuer au vieillissement précoce de la traduction, si les éléments contingents qui l’enracinent dans le contexte social et historique dans lequel elle a été commissionnée sont trop nombreux.

36En général, nous constatons également que les techniques les plus invasives d’effacement et addition des noms sont associées dans le corpus à des stratégies de manipulation plus poussées des dialogues, comme par exemple l’insertion de répliques n’existant pas dans le texte de départ (11 cas). Cette tendance peut découler d’un choix stratégique sur un plan économique, puisqu’elle implique la non-traduction de la piste sonore/musique originale du film, où sont normalement gravés les dialogues de fond.

Noms de lieux

37L’étiquette noms de lieux, comme nous l’avons déjà observé, représente la catégorie qui compte le pourcentage relatif le plus élevé de cas de préservation dans le corpus. Elle est une ressource privilégiée employée pour la reconstitution du décor de l’action filmique, et elle est confirmée par son association constante avec l’étiquette cadre historique, géographique, culturel (15 cas), de même que certaines situations (visite touristique) et actes de communication spécifiques (explication), étroitement liés aux images par la présence de références déictiques directes :

Exemple 6. Extrait du film On connaît la chanson (1997).

Camille : Bien. Alors à l’est et à l’ouest les Parisiens pouvaient profiter du Bois de Vincennes et du Bois de Boulogne et Napoléon III demande à Hausmann de créer deux nouveaux parcs pour Paris, l’un au sud qui deviendra le parc Montsouris, vous l’aviez probablement deviné, et l’autre au Nord, celui-ci, les Buttes-Chaumont [...].

Camille : Bene. Allora… ad est e ad ovest i parigini potevano usufruire dei parchi del Bois de Vincennes e del Bois de Boulogne e Napoleone III chiese ad Haussmann di crearne due nuovi. Uno a sud che diventerà il parco di Montsouris, come avete indovinato, e l’altro a Nord, questo qui, il Buttes-Chaumont [...].

38En analysant les cas d’effacement de la référence, nous remarquons encore une fois que cette stratégie est privilégiée lorsqu’il s’agit de recréer des figures de rhétorique puisant dans le domaine en question dans la langue d’arrivée (voir Exemple 2 plus haut). Par contre, à une analyse détaillée des techniques de traduction, il apparaît que leur adoption se fait de façon totalement arbitraire, sans association significative avec d’autres regroupements d’étiquettes. En effet, la substitution de la référence, à l’intérieur d’un texte qui comprend déjà d’autres noms de lieux rappelant Paris, par le nom d’une rue plus touristique et probablement plus connue du public italien (la Rue de Rivoli, en l’occurrence), paraît tout à fait fortuite dans le texte ci-dessous :

Exemple 7 Extrait du film Le dîner de cons (1998).

Cheval : Rue Saint-Jacques, non, ça c’est sa résidence principale. Mais où il est, ce nid d’amour ? ! Rue Nicole, non, ça c’est son bureau. Rue Vieille du Temple, c’est pas ça non plus ! Vous avez été saisi récemment ?

Cheval : Rue Saint-Jacques. No, questa è la sua residenza effettiva. Ma dov’è quel nido d’amore ? ! Rue de Rivoli, no questo è il suo ufficio. Rue Vieille du Temple… no, non è neanche questo. Ha avuto i ladri qua dentro ?

39Par contre, un cas de rajout de l’étiquette montre comment les références infra-textuelles peuvent parfois aider à apporter une solution à certains problèmes de traduction, liés à la présence de références provenant d’un autre domaine. Ainsi, le terme « TGV » à l’époque du doublage du film inconnu au public italien, a été effacé dans la version doublée et remplacé par l’hyperonyme « train » et la destination du voyage (Biarritz), déjà mentionnée au cours des scènes précédentes :

Exemple 8. Extrait du film Le dîner de cons (1998).

Pierre : Bonjour, je vous appelle de la part d’un ami, Jean Cordier. Vous avez fait connaissance sur le TGV, je crois.

Pierre : Buongiorno, mi ha dato il suo numero Jean Cordier, vi siete conosciuti sul treno per Biarritz !

40Nous abordons maintenant la question des références aux produits culturels et commerciaux dans le corpus Forlixt 1.

Produits culturels et commerciaux

41De même que pour les résultats obtenus pour l’étiquette personnes et caractères célèbres, cette catégorie s’avère également être très productive en ce qui concerne son association avec l’étiquette figures de rhétorique (10 cas), l’étiquette expressions idiomatiques (10 cas) et l’acte de dérision (11 cas). Les références sont également souvent rajoutées aux scènes où l’on observe une adaptation radicale des dialogues, avec l’ajout de répliques inexistantes dans le texte de départ (15 cas), souvent en intégrant des références propres à la culture française mais connues aussi par le public de la langue d’arrivée, comme dans l’exemple qui suit :

Exemple 9. Extrait du film L’auberge espagnole (2001).

William : Uh là là, Xavier, mon ami, incrédible, to Barcelone, femmes de Paris…

William : Hello, Xavier ! Champagne ! Crêpe suzette ! Trocadero ! Come on, Camembert ! Ispettore Clouseau !

42Nous remarquons un pourcentage d’association plus élevé par rapport aux autres étiquettes de la catégorie produits culturels et commerciaux avec les étiquettes éléments graphiques (9) et objets culturels (4), présupposant un lien plus direct entre image et dialogues pour cette catégorie, du moins en ce qui concerne le corpus sélectionné.

Noms d’aliments et de boissons

43Évidemment, la présence de situations de communication prototypiques (à table, au restaurant, dégustation) représente un indice fondamental pour le repérage, ainsi que pour la préservation de cette étiquette dans le corpus, parfois aboutissant à un ajout de répliques dans la version doublée, justifié par les voix superposées de plusieurs personnages qui créent un effet de bruit de fond dans l’original :

Exemple 10. Extrait du film Travaux, on sait quand ça commence… (2005).

Lotus : Pâté de foie ou pâté de lapin ?
Jésus : T’as pas un pâté de fromage ?

Lotus : Qui c’è paté di fegato. Paté di lepre…
Jésus : Non c’è un paté di mozzarella ?
Luis : A Callas le gusta solo la pastasciutta.
Salvatore : Non vi andrebbero due spaghetti ?

44Le choix de traduire littéralement ou de définir, en l’expliquant, une référence, peut aboutir à une élévation du registre dans la version doublée, de concert avec l’effacement d’autres traits spécifiques (interjections). Dans l’Exemple 11, l’abréviation « Calva », qui est explicitée dans la version doublée, dénote un registre de langue orale familier :

Exemple 11. Extrait de la série Les Cordier, juge et flic (2003).

Commissaire Cordier : Ah, le forfait c’est des chocolats à Pâques, marrons glacés à Noël, ben, qu’est-ce que j’oublie encore ?
Bruno Cordier : T’es vraiment hilare aujourd’hui, hein, t’as bu du Calva dans ton deca ou quoi ?

Commissario Cordier : Ah, sì il forfait, la cioccolata a Pasqua… i marrons glacés a Natale, e dimentico qualcos’altro ?
Giudice Cordier : Ah, sei esilarante oggi ! Hai preso il caffè corretto al Calvados ?

45Comme nous avons pu constater pour la plupart des étiquettes, la présence de figures de rhétorique (3) ainsi que des références à l’intérieur d’une expression idiomatique, peuvent mener à des solutions extrêmes, telles que l’effacement de l’étiquette en question et sa substitution par une référence thématique, dans une stratégie de reformulation totale du texte qui passe aussi, le cas échéant, par l’insertion de sous-titres :

Exemple 12. Extrait du film L’auberge espagnole (2001).

Xavier : Gratin dauphinois ! ¡Muchas gracias ! ¡Muchas gracias !

Xavier : Orgasmus forever. Muchas gracias ! Muchas gracias !
Sous-titres : “Ora e sempre, Orgasmus”. Grazie.

En guise de conclusion

46Dans ce chapitre, nous avons essayé d’analyser le traitement de certaines références culturelles dans un corpus multimédia annoté de films français doublés en italien. D’après une première analyse des tendances générales, nous avons remarqué que la plupart des étiquettes sont conservées et les traducteurs semblent privilégier des techniques de traduction littérale, ou de substitution par équivalence acceptée, suivant la tradition de la traduction littéraire et textuelle, encouragés par les caractéristiques mêmes de la traduction pour le doublage, c’est-à-dire le respect de la synchronisation.

47Les résultats s’avèrent être en ligne avec une certaine tendance à l’« étrangéisation » plutôt qu’à la familiarisation des « mots-témoins », comme il a été déjà souligné par d’autres études empiriques relatives au sous-titrage (Santamaria 2001). Cependant, nous avons enregistré des cas où le doublage préfère une adaptation radicale des références, par l’effacement ou le remplacement de celles-ci. De façon générale, en analysant les regroupements d’étiquettes, nous pouvons établir que les deux actes de manipulation les plus extrêmes (effacement et rajout) sont liés à des cas où les références en question :

  1. sont étroitement liées à la réalisation d’un effet spécifique (acte de dérision, provocation), soit parce qu’elles entrent en jeu dans la construction de figures de rhétorique (humour verbal), soit parce qu’elles sont lexicalisées dans des expressions idiomatiques figées, soit parce qu’elles sont évoquées directement par les images à travers un renvoi explicite à l’objet ou à un élément graphique. Dans ces cas, les références se trouvent donc « au centre de l’acte de communication » et ont une valeur pragmatique spécifique ;
  2. sont reléguées dans les dialogues de fond de la scène, en marge de l’acte de communication principal, et par conséquent elles sont plus facilement effaçables et modifiables.

48En ce qui concerne les catégories sélectionnées, au-delà des pourcentages relatifs au nombre de cas, qui semble tout à fait arbitraire et étroitement lié aux choix stylistiques du scénariste ou metteur en scène, nous constatons une plus grande productivité de certaines catégories par rapport à d’autres (personnes et caractères célèbres). Enfin, le moyen de distribution employé (TV ou cinéma) ne paraît pas influencer les stratégies générales de doublage, du moins pour ce qui a trait à notre analyse, exception faite pour une tendance plus élevée vers la traduction littérale attestée dans le corpus télévisé, qui est probablement due à des raisons concernant le processus de travail lié à ce média.

49Pour conclure, il nous paraît intéressant de souligner la méthode employée au cours de cette analyse qui, à travers l’exploitation d’un corpus multimédia annoté, Forlixt 1, nous a donné la possibilité de mener une recherche empirique à caractère multidisciplinaire, réunissant une approche linguistique, pragmatique et sémiotique, qui pourrait avantageusement être appliquée à d’autres couples de langues, aussi bien qu’à différentes modalités de traduction audiovisuelle.

Notes

1 La base de données est actuellement protégée par un système d’authentification avec mot de passe et elle est disponible à l’adresse http://forlixt.sitlec.unibo.it.

2 Les données se réfèrent au mois d’octobre 2008.

Table des illustrations

Titre Figure 1 Répartition des cas d’effacement, rajout et préservation dans la traduction.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46280/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Figure 2. Répartition des cas de préservation par technique de traduction.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/46280/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

Auteur

Université de Bologne (Forlì), Italie
Cristina Valentini a obtenu en 2001 le diplôme en interprétation de conférence de l’École Supérieure pour Interprètes et Traducteurs de l’Université de Bologne (Forlì), Italie. En 2003, après un stage au Service de traduction de la Commission européenne, elle a obtenu un contrat de deux ans pour le développement de bases de données terminologiques et multimédias, Département SITLEC, Université de Bologne. Après un doctorat en langues, cultures et communication interculturelle, elle soutient sa thèse en 2009, concernant la création d’un corpus pour la traduction audiovisuelle (Forlixt 1), dont les applications possibles ont fait l’objet de plusieurs communications et publications internationales. Elle est actuellement terminologue auprès du Service de traduction du PCT, Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI), Genève.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search