Versión clásicaVersión móvil

Traduction et médias audiovisuels

 | 
Adriana Şerban
, 
Jean-Marc Lavaur

Traduction, adaptation et réception

Le public ? Quel public ? De l’influence négligeable des spectateurs sur les stratégies de traduction audiovisuelle des films en France

Jean-François Cornu

Texto completo

Préliminaires

1Le public des films distribués en salles, diffusés à la télévision et édités en DVD n’a, en France, guère de poids sur le choix des modes de traduction audiovisuelle des œuvres qui, pourtant, lui sont destinées. Le seul critère retenu par les diffuseurs est celui de la rentabilité financière. L’évolution des conditions de réalisation du sous-titrage et du doublage de films en France depuis vingt ans témoigne d’une foi faussement aveugle dans le progrès technique, censément mis au service des spectateurs, alors qu’il ne sert que ceux qui en tirent profit par tous les moyens. Le public est d’autant moins pris en compte qu’il n’a guère la possibilité d’exprimer un avis sur la question.

Vingt ans de grandeur et décadence de la traduction audiovisuelle

2De la fin des années 1980 au début des années 2000 environ, le sous-titrage de films en France a connu une amélioration des conditions de travail des adaptateurs et des techniciens à toutes les étapes d’un processus qui se compose de quatre phases principales : le repérage, consistant à prévoir le futur emplacement des sous-titres, préalablement à la traduction ; l’adaptation, c’est-à-dire la traduction des dialogues originaux et leur mise sous forme de sous-titres par le traducteur-adaptateur ; la simulation, ou visionnement du film avec les sous-titres, permettant d’apporter d’ultimes corrections ; la gravure sur la pellicule film ou l’incrustation des sous-titres sur un support vidéo (généralement numérique, de nos jours).

3Depuis deux décennies, ce processus a connu d’importants bouleversements techniques (généralisation de l’informatisation des différentes étapes, gravure au laser des pellicules, sous-titrage électronique) dont les conséquences sur les pratiques de traduction ont été d’abord très positives. En effet, les traducteurs pouvaient désormais travailler dans des conditions bien meilleures que celles de leurs aînés des années 1930 aux années 1980 (disponibilité permanente du film à traduire lors de l’adaptation, possibilité de visionner le film sous-titré avant la gravure et le tirage des copies ou la diffusion télévisée). Cette amélioration n’a pas bénéficié qu’aux praticiens, mais aussi – tel en était bien le but – aux spectateurs qui, à leur tour, pouvaient ainsi mieux comprendre et percevoir les œuvres diffusées grâce à ce procédé. À partir de 1988 et la diffusion en salles des premiers films sous-titrés au laser, le public a pu jouir d’une amélioration notable de la qualité des traductions, de la lisibilité des sous-titres et d’une adéquation accrue de ces derniers à l’esthétique du film.

4En outre, diffuseurs et adaptateurs attendaient d’autres avantages de ces perfectionnements techniques, comme on pouvait encore l’espérer dix ans plus tard :

L’augmentation de la capacité de stockage des DVD aura des conséquences positives aussi pour le doublage. De même que nous pourrons stocker des sous-titres en 32 langues au moins, nous pourrons stocker des pistes sonores doublées en stéréo en quatre langues différentes ou davantage. Voilà du travail pour nous traducteurs et pour les comédiens doubleurs. (Karamitroglou 1999, ma traduction)

5Avec le recul, on constate que cette croyance dans les aspects bénéfiques des perfectionnements techniques s’est avérée à la fois vraie et fausse. Certes, il y a eu une augmentation de l’offre en films à sous-titrer et à doubler. Mais l’usage qui a été fait de ces perfectionnements a abouti à une saturation rapide de l’offre en question. Pourtant, une nouvelle décennie plus tard, la croyance en le progrès technique fait toujours des ravages au nom de la qualité créatrice. Ainsi, en novembre 2007, un rapport intitulé « Étude des besoins et pratiques de l’industrie audiovisuelle européenne en matière de doublage et sous-titrage » a été remis à la Direction générale Société de l’information et médias de la Commission européenne. À propos des « apports récents du numérique au doublage et au sous-titrage », ce rapport souligne ainsi la possible évolution des pratiques :

Selon les entreprises techniques interrogées des grands pays comme l’Allemagne, l’Espagne ou la France, ce sont les aspects techniques et la manière de travailler qui vont changer avec le passage au numérique, comme les bandes, les transferts et les clés de sécurisation, mais les aspects créatifs comme l’adaptation, les comédiens doubleurs et la traduction ne bougeront pas, sauf peut-être avec les logiciels de traduction. (Media Consulting Group 2007 : 123)

6Les perfectionnements réalisés des années 1980 aux années 2000 ont montré le contraire. La généralisation des logiciels de traduction dans d’autres domaines de la traduction (technique, par exemple) ne laisse présager rien de bon pour la traduction audiovisuelle. En effet, les progrès techniques ne sont désormais plus mis systématiquement au service de la qualité du sous-titrage. Les conséquences sont à l’avenant : rapidité d’exécution imposée ; baisse forcée du prix de revient, devenu le critère principal, au détriment de la qualité technique et de la qualité de la traduction ; déséquilibre entre l’offre et la demande ; délocalisation des prestations techniques et des travaux de traduction. L’Association des traducteurs et adaptateurs de l’audiovisuel (ATAA) établit un constat identique :

Il y a une quinzaine d’années [vers 1993], l’apparition des chaînes du câble puis du DVD a créé de réels débouchés pour l’adaptation audiovisuelle, notamment pour le sous-titrage. Mais cette augmentation du volume a eu deux effets pervers : l’effondrement des rémunérations et, plus grave encore, la création d’un déséquilibre durable entre l’offre et la demande d’adaptation. Cette situation est la cause principale de la crise que traverse notre profession, l’augmentation du volume de programmes à traduire au cours des années 1990 ayant attiré de nouveaux traducteurs qui se trouvent aujourd’hui trop nombreux, pour une quantité de travail qui s’est considérablement réduite. (ATAA 2008)

7Cette situation concerne aussi bien le sous-titrage que le doublage. En doublage, des perfectionnements techniques récents ont entraîné la numérisation de la bande rythmo (nécessaire aux comédiens pour dire leurs dialogues lors de l’enregistrement) et du mixage. Pour le spectateur, cette évolution technique est moins flagrante que celle qui touche le sous-titrage. L’« Étude des besoins et pratiques de l’industrie audiovisuelle européenne en matière de doublage et sous-titrage » met constamment en avant la nécessaire qualité des traductions audiovisuelles réalisées en Europe, afin de satisfaire au confort et au plaisir du spectateur. Mais qu’entend-on par qualité ?

Le concept de qualité peut être différemment appréhendé selon la réponse que l’on donne à plusieurs questions, dont : la traduction a-t-elle un rôle de remplacement ou de supplément ? Faut-il traduire les dialogues selon un souci d’« oralité » ou plutôt d’« acceptabilité » ? Ces questions font l’objet de la recherche en traduction audiovisuelle. Ici, nous entendons par « qualité » de la traduction le respect d’un côté de la langue-cible (grammaire, syntaxe, vocabulaire, etc.) et de l’autre des normes techniques spécifiques à l’adaptation. (Media Consulting Group 2007 : 72, note 62)

8Mon propos n’est pas d’aborder ici les questions relevant de la recherche en traduction audiovisuelle ou en traductologie. Il est toutefois surprenant de constater que l’exigence de qualité de la part des professionnels européens ne porterait, somme toute, que sur un niveau minimal d’expression dans la langue du spectateur et sur le respect de normes techniques. Autrement dit, le strict minimum à l’égard du public. Quant au respect de l’œuvre, pas un mot. Mais respecter l’œuvre, c’est respecter le public.

9Le spectateur ne peut plus être certain qu’il retrouvera le sous-titrage soigné d’un film sorti en salles dans la version DVD du même film. Lorsque Roméo + Juliette, transposition de la pièce de Shakespeare à notre époque, sort sur les écrans français en 1996, le film bénéficie d’un sous-titrage au laser, particulièrement soigné quant à la traduction et au repérage. La première séquence de l’action proprement dite se déroule dans une station-service où s’affrontent des membres des clans rivaux des Montague et des Capulet. Cette scène est constituée de fragments de l’acte I, scène 1 de la pièce originale et d’une citation de Macbeth, acte IV, scène 1. Voici le sous-titrage d’une partie de cette séquence, tel que pouvaient le lire les spectateurs en salles, ainsi que lors des diffusions ultérieures sur les chaînes de télévision françaises :

Plan

Sous-titres film

1

[néant]

2

la querelle est celle de nos maîtres.

3/4

Et la nôtre, nous leurs hommes !

5/6/7

[néant]

8

double trouble ! et moi,

9

je suis un joli morceau de chair.

10 à 14

[néant]

15/16

Voici la maison des Capulet !

16/17

Cherche-le, je te soutiens.

18 à 31

[néant]

32

Je vais leur faire la nique pour les provoquer.

33 à 43

[néant]

44

Vas-y ! Je te soutiens !

45

[néant]

46

Vous faites la nique ?

47

Je la fais, monsieur !

48

est-ce à notre intention, Monsieur ?

49

La loi est avec nous si je dis oui ?

50

[néant]

51

Ce n’est pas envers vous, Monsieur,

52

mais je la fais.

53

– Nous cherchez-vous querelle ?
– Querelle ? Non, Monsieur !

54

si oui, je suis votre homme. Mon maître vaut le vôtre !

55

Mais pas plus ?

56/57/58

[néant]

59/60

Voici l’un des nôtres. dis : « plus ».

10On dénombre une soixantaine de plans pour cet extrait d’à peine deux minutes. La tâche était d’autant plus ardue pour les responsables du sous-titrage que le montage est marqué par un nombre très important de changements de plan en peu de temps (un toutes les deux secondes en moyenne). Les sous-titres de la version film sont bien découpés, respectent la langue spécifique de la pièce (peu modifiée ici, par rapport au texte original) et chevauchent le moins possible les changements de plan. Chaque sous-titre constitue un texte quasi autonome et permet toujours au spectateur d’associer clairement le texte lu au personnage qui le dit.

11En 2002, Twentieth-Century Fox Home Entertainment édite ce film en DVD. On constate des différences sensibles dans le sous-titrage français disponible sur ce DVD, notamment dans l’extrait de la même séquence :

Plan

Sous-titres DVD

1

[néant]

2/3

– Je vous rappelle que la dispute est entre nos maîtres. – Et nous, leurs hommes de main.

4/5/6/7

[néant]

8

tohu-bohu, discorde et branle-bas !

9

Je suis un beau morceau de chair !

10

Je suis…

11

[néant]

12/13

un beau morceau de chair !

14

[néant]

15/16/17

– En voici un de chez les Capulet !
– Provoque-le, je te couvre.

18 à 31

[néant]

32

Je vais leur faire la nique. Pour eux, ce sera la honte s’ils le supportent sans broncher.

33 à 42

[néant]

43/44

Vas-y, je te couvre !

45

[néant]

46/47

C’est à moi que vous faites la nique ?
– Euh… oui monsieur, je vous fais la nique.

48

est-ce que vous me la faites à moi, cher monsieur ?

49/50

– Suis-je dans mon droit si je réponds que oui ? – Non !

51/52

Non, monsieur c’est pas à vous que je fais la nique, mais je fais la nique monsieur !

52/53

– monsieur nous cherche querelle ?
– Querelle, monsieur ? Non, monsieur !

54

Parce que si vous nous cherchez querelle, je suis votre homme.
Mon maître est au moins égal au vôtre.

55

– Pas supérieur ?
– Voici du renfort. Dis supérieur !

12Ce n’est pas le fait que ces sous-titres soient différents de ceux de la version film qui pose problème, mais leur moindre qualité sur les plans de la lisibilité, de la qualité de la traduction et de l’adéquation du repérage au montage de la séquence. En effet, le découpage de ces sous-titres semble suivre uniquement le texte sans tenir compte de l’image. Le texte des sous-titres présente des incohérences concernant le niveau de langue et les codes graphiques (introduction des italiques pour le sous-titre du plan 9, mais pas pour la reprise du même texte dans les plans 10, 12 et 13). Les lignes sont excessivement longues par rapport à la taille de l’image et demandent donc un temps de lecture plus important. Les changements de plan ne sont guère respectés, même quand c’est possible. Enfin, la lecture des sous-titres ne permet pas toujours de savoir qui parle, notamment dans les sous-titres « en dialogue », c’est-à-dire lorsqu’un sous-titre rend compte des répliques de deux personnages à la fois. La convention veut que les répliques de chacun des deux personnages soient introduites par des tirets en début de ligne, afin de bien marquer la distinction (comme c’est le cas dans le sous-titrage film de cet extrait). Dans le sous-titrage pour l’édition DVD, les sous-titres en dialogue deviennent peu lisibles car le tiret introduisant le second personnage se situe parfois au milieu de la ligne inférieure (plans 2/3 et 49/50).

13En ce qui concerne les éditions de films anciens en DVD, il est fréquent de trouver des œuvres restaurées et numérisées, mais dont le sous-titrage est contemporain de leur sortie, c’est-à-dire d’une époque antérieure au développement des procédés de sous-titrage au laser et électronique. Au milieu des années 2000, La dolce vita (1960) est édité en DVD par Opening Distribution. La qualité de l’image et du son est impeccable, mais on déplore la reprise pure et simple des sous-titres réalisés en 1960 pour la sortie du film en salles, à une époque où les pratiques de sous-titrage consistaient encore à effectuer un repérage minimal, destiné à ne rendre compte que de l’essentiel des dialogues. De nombreuses répliques ne sont pas sous-titrées, en particulier dans la séquence de la visite d’une villa abandonnée, par une ribambelle de personnages italiens, mais aussi anglophones et francophones. Plusieurs langues sont donc en jeu, mais l’anglais n’est jamais sous-titré, alors qu’il n’est pas uniquement anecdotique. L’édition en DVD de ce film majeur du cinéma mondial aurait pu être l’occasion pour l’éditeur de procéder à un nouveau sous-titrage permettant au spectateur de bénéficier d’une adaptation à la fois plus riche et plus conforme à l’œuvre originale. Mais on peut soupçonner que l’impératif arbitraire du moindre coût a prévalu, alors même que l’on présente sans cesse l’édition de films en DVD comme un progrès dû à la technologie.

14L’usage qui est fait de ladite technologie pour d’autres aspects du sous-titrage n’incite guère à l’optimisme : « Certaines sociétés estiment que le développement de nouvelles technologies comme la télévision sur téléphone portable nécessitera également une toute nouvelle culture du sous-titrage basée sur des mots-clés plus que [sur] des phrases. » (Media Consulting Group 2007 : 123). Il est permis de frémir à l’idée que l’on pourrait voir, au bas de l’image des films, des résumés des dialogues sous forme de mots isolés, sans structure, voire même des symboles non-linguistiques, à l’instar de ce qui se pratique dans le sous-titrage pour sourds et malentendants. En effet, dans ce type de sous-titrage qui doit rendre compte d’aspects extralinguistiques (bruits, musique, sons hors champ, voix off), on a couramment recours à des symboles tels que % ou encore à la déclinaison suivante :-) / -( / -*, pour indiquer l’humeur du locuteur (voir Orero 2008 : 60). Si l’usage de symboles non-linguistiques peut, dans ce cas, se justifier, il n’est pas impossible qu’il se généralise, à plus ou moins long terme, au sous-titrage destiné à tous les spectateurs, qu’ils soient malentendants ou non, qu’ils soient capables de déchiffrer ces symboles ou non. Certains chercheurs en traduction audiovisuelle n’hésitent pas à présenter comme une évolution intéressante ce recours à des icônes et smileys au sein des sous-titres, avec ou à la place des mots !

15Comment et pourquoi en est-on arrivé là ? Certes, le public d’aujourd’hui – jeune, surtout – ne semble plus accorder autant d’importance au format de l’image d’un film que le public des générations précédentes. Le film se partage de moins en moins dans l’obscurité d’une salle où l’écran dépasse les proportions de l’être humain, mais se consomme individuellement dans un simulacre de cinéma (le home cinema), sur l’écran réduit d’un ordinateur portable ou sur le mini-écran d’un téléphone mobile, en dépit de tous les parasites visuels et sonores susceptibles de perturber le spectacle. Dans ces conditions, la présence de sous-titres au bas de l’image devient problématique : comment lire du texte, aussi concis soit-il, apposé sur des images d’aussi petites dimensions ? Dans sa soif de regarder n’importe quelles images en mouvement dans n’importe quelles conditions, le spectateur contemporain est, sans doute, tout aussi responsable de l’évolution des images audiovisuelles et des modes de traduction qui y sont associés.

16Toutefois, la raison majeure d’une telle dégradation tient à la manière dont les décisions sont actuellement prises dans le secteur de l’audiovisuel, comme dans tous les autres secteurs industriels et commerciaux de la planète : les prises de décision reviennent en premier lieu aux directeurs financiers des chaînes de télévision (Media Consulting Group 2007 : 72) et aux gérants des maisons d’édition de DVD. Les chaînes de télévision ayant un besoin éternellement croissant d’alimenter leurs grilles de programmes, le volume des films de cinéma et des émissions devant être sous-titrés et doublés continue d’être en augmentation, notamment grâce à la technologie numérique. Cette dernière permettrait, dit-on, dans le même temps d’améliorer la qualité des traductions :

Selon une entreprise technique allemande, il est probable que la qualité des sous-titrages ne baissera pas plus qu’elle ne l’est maintenant car la concurrence entre les chaînes leur imposera de respecter un certain degré de qualité afin de fidéliser leur public sans quoi elles n’arriveront pas à trouver d’annonceurs. (Media Consulting Group 2007 : 125)

17Outre que l’on est heureux d’apprendre (dans un français approximatif, du reste !) que la qualité « ne baissera pas plus qu’elle ne l’est maintenant », on s’étonnera que le sous-titrage devienne un facteur de fidélisation du public pour les chaînes qui, jusqu’ici, n’ont jamais mis en avant cet aspect dans ce but, du moins dans les faits. S’agirait-il d’une prise en compte nouvelle du public ? Distributeurs et diffuseurs ont-ils sérieusement tenu compte du public par le passé, en matière de doublage et de sous-titrage ?

L’influence négligeable du public

18En France, la diffusion des films étrangers dépend entièrement du doublage et/ou du sous-titrage de leurs dialogues. Or, le public est absent de ce choix. Les diffuseurs admettent communément que le grand public français préfère le principe du doublage à celui du sous-titrage, indépendamment de la qualité obtenue par l’un ou l’autre de ces procédés. Certes, les éditeurs de DVD proposent la multiplicité des langues pour le sous-titrage ou le doublage. Cette multiplicité est présentée, notamment en sous-titrage, comme un progrès, une richesse supplémentaire. Mais, comme en bien d’autres domaines régis par le marché de la consommation et le souci unique de rentabilité immédiate, il s’agit d’un appauvrissement, en raison d’un formatage identique très souvent imposé à toutes les langues cibles, alors que chacune peut nécessiter des ajustements, en particulier dans le repérage.

19Ce formatage identique est flagrant dans les différents sous-titrages de la version DVD d’Avanti !, film réalisé par Billy Wilder en 1972. Dans cette version éditée par MGM Home Entertainment en 2004, toutes les langues doivent rentrer dans le même moule préétabli, comme dans cet extrait au cours duquel Wendell Armbruster (Jack Lemmon), un Américain irascible, vient d’arriver dans un hôtel d’une station balnéaire italienne où il est accueilli par le directeur, Carlo Carlucci (Clive Revill) :

Dialogues anglais

Sous-titres français / finlandais / néerlandais

Carlucci
You must be tired. It’s a long trip.

– Vous devez être fatigué du voyage.
– Ça va.

Armbruster
I’m okay.

– Olette varmasti väsynyt.
– Minulla ei ole hätää.
– U bent vast moe van de lange reis.
– Het gaat wel.

Carlucci
Oh, while you’re here, you should take some mud baths.

Vous devriez prendre un bain de boue. Käykää toki mutakylvyssä.
U moet ook’s een modderbad nemen.

Armbruster
No thanks, I had one on the train.

– J’en ai pris un dans le train.
– Dans le train ?

Carlucci
On the train ?

– Kokeilin sitä junassa.
– Junassako ?
Ik heb er een op de trein gehad.

Armbruster
I drank it. They call it « espresso ».

Je l’ai bu. Ils appellent ça un « espresso ».
Join mutakylvyn.
Sen nimi oli « espresso ».
Ik heb het gedronken.
Dat noemen se « espresso ».

[…]
Carlucci
Mr Armbruster, you may not know it,

M. Armbruster, vous l’ignorez peut-être,
Ette taida olla tietoinen siitä,
Mr Armbruster,
misschien weet u het niet,

but Ischia has been a health resort for 2,000 years.

mais Ischia est une ville thermale depuis 2 000 ans.
että Ischia on ollut terveyskylpylä jo 2 000 vuotta.
maar dit is al 2000 jaar
’n gezondheidsoord.

The Emperor Tiberius came here for the gout.

L’empereur Tibère y est venu soigner sa goutte.
Keisari Tiberius
Tuli tänne kihtinsä takia.
Tiberius kwan hier voor z’n jicht.

20Malgré des différences importantes de structures dans les textes français, finlandais et néerlandais, les sous-titres rédigés dans ces langues doivent s’adapter à un repérage invariable qui, s’il n’est pas en soi erroné, devrait pouvoir tenir compte des temps de lecture variables selon les langues, tout en respectant le rythme des dialogues originaux. Sur l’écran, les lignes des sous-titres sont très longues et l’on compte parfois jusqu’à trois phrases indépendantes par sous-titre, ce qui alourdit sensiblement la lecture, la compréhension et, plus généralement la perception du film dans sa totalité. En outre, dans cette version, tous les sous-titres sont alignés à gauche, alors que l’usage français consiste à centrer les sous-titres au milieu du bas de l’image, pour faciliter la lecture des textes et de l’image.

21Le choix des langues multiples proposées sur les DVD est une sorte de leurre. Certes, on pourrait croire que le public perçoit la multiplicité des langues comme une richesse supplémentaire. Mais ces versions multiples sont-elles regardées ? Selon une étude du service marketing de France Télévisions Distribution, « les spectateurs regardent en moyenne moins d’une fois les versions linguistiques auxquelles ils ont accès. Le bonus est regardé une fois en moyenne dans la langue du pays ou en anglais. La richesse potentielle d’un DVD ne génère pas (sauf pour les spectateurs anglais) un réflexe de curiosité vers d’autres langues » (Media Consulting Group 2007 : 62). La multiplicité linguistique ne semble donc pas être un argument d’achat pour les spectateurs. Qu’on ne s’étonne pas que la plupart des éditeurs de DVD considèrent ces derniers moins comme des amateurs de cinéma que comme des consommateurs de DVD.

22Le choix doublage/sous-titrage dépend avant tout de la rentabilité attendue. Ce n’est pas nouveau, mais la pratique est toujours d’actualité (Media Consulting Group 2007 : 46-49, 82). En France, l’habitude de sortir en version doublée les films dont les distributeurs attendent un succès commercial semble s’être généralisée dès le milieu des années 1930. Aujourd’hui, on constate un recours de plus en plus fréquent à la double sortie (VF, version doublée en français et VOSTF, version originale sous-titrée en français) et à un plus grand nombre de copies sous-titrées pour certains films (Media Consulting Group 2007 : 47). C’est donc la rentabilité financière qui est visée avant tout, pas nécessairement le respect du public et des films.

23Les diffuseurs (éditeurs de DVD et chaînes spécialisées) sont pourtant habiles à feindre d’arguer qu’ils se soucient du public. Ils mettent en avant le « progrès technologique » au service du confort du spectateur et estiment être les mieux placés pour savoir ce qu’attend le public. À cet égard, la pratique du « redoublage » de films anciens est de plus en plus courante en France. Elle consiste à effectuer un nouveau doublage avec des comédiens d’aujourd’hui, quelle que soit l’ancienneté des films concernés. La raison invoquée de ces redoublages est une mise en conformité avec les normes techniques d’aujourd’hui : « Les éditeurs les justifient en affirmant que, pour que soit présente une bande son en Dolby 5.1, il faut refaire une version française parce que celle d’origine ne peut être suffisamment travaillée pour offrir un son optimal » (Lafitte 2008). Lorsque la supposée mise en conformité technique ne suffit pas, certains éditeurs avancent une mise en conformité encore plus discutable avec ce qu’attendrait le public. Ainsi, la filiale française de Disney est l’une des grandes adeptes de cette pratique :

Les exemples foisonnent d’œuvres à doublages multiples : Blanche-Neige et les sept nains (1937), Pinocchio (1940), Cendrillon (1950), Alice au pays des merveilles (1951), Peter Pan (1953), et La belle au bois dormant (1959). Selon Disney France, l’optique est de réactualiser les voix dans des souhaits conformes à ceux du public. Dans cet état d’esprit, dans le redoublage de Pinocchio, le personnage appelé Jiminy Grillon dans la première version française a été rebaptisé Jiminy Cricket parce que la francisation n’a plus été jugée utile. (Lafitte 2008)

24Le débat légitime sur la francisation désuète des noms de personnages dans les versions françaises de films étrangers mérite d’être abordé ailleurs. Reste que le résultat de ces redoublages est souvent étrange. Le phrasé et la texture des voix, trop contemporaines par rapport à l’époque de réalisation du film, ainsi qu’une sonorité « aseptisée » du son numérique, suscitent une impression de décalage important entre les images regardées et le son entendu. Effectués au nom du progrès technique et de la prise en compte du public, ces redoublages accentuent au contraire la dimension artificielle inhérente au doublage. Et l’œuvre s’en trouve encore moins respectée.

25C’est tout particulièrement le cas de la version DVD des Trente-neuf marches d’Alfred Hitchcock (1935), éditée par TF1 Vidéo en 2005. Soixante-dix ans séparent la version originale (et son ambiance sonore particulière des premières années du cinéma parlant) de la « version française 5.1 Dolby Digital » disponible dans cette édition. Les voix françaises attribuées aux personnages possèdent un phrasé et des inflexions d’aujourd’hui, très proches de celui des doublages actuels de séries télévisées. Dans la scène où le couple de fuyards (Robert Donat et Madeleine Carroll) arrive dans une auberge écossaise, toute l’atmosphère sonore environnant les voix principales a été gommée, exemple entre de nombreux autres qui caractérisent ce doublage anachronique. Faute de pouvoir recréer de façon satisfaisante (et sans frais supplémentaires) une bande-son cohérente, l’éditeur a préféré se contenter du minimum, tout en cherchant à attirer le spectateur par le miroir aux alouettes du Dolby 5.1 qui n’a pas lieu d’être dans un film de 1935.

26La même faute d’anachronisme touche le sous-titrage lorsque l’édition en DVD, voire la nouvelle exploitation en salles, de films anciens donne lieu à la réalisation d’un nouveau sous-titrage, plus médiocre que les sous-titrages antérieurs. La méconnaissance de références culturelles et historiques, sans compter la faible maîtrise des niveaux de langue propres à chaque époque, amène certains adaptateurs à saboter les œuvres qu’ils sous-titrent. Ainsi, comment apprécier, et éventuellement étudier, la subtilité des dialogues de New York-Miami (1934) dans la version sous-titrée en français du DVD édité récemment par Columbia-TriStar, dont la qualité n’a manifestement pas été l’enjeu principal ? Les dialogues rapides, subtils et savoureux échangés par Claudette Colbert et Clark Gable y perdent le plus souvent toute leur saveur (voir notamment la scène du petit déjeuner dans le bungalow).

27Les spectateurs « professionnels » que sont les membres de l’industrie cinématographique, les critiques, historiens et autres chercheurs en cinéma, peuvent être tout aussi victimes que le grand public de sous-titrages ou de doublages défectueux. Pendant de nombreuses années, les critiques italiens n’ont pu commenter qu’une version tronquée de Citizen Kane, dont le doublage en italien avait, en outre, provoqué une modification totale de la musique (Berthomé et Thomas 1992 : 258). Aujourd’hui, les spectateurs francophones des éditions DVD des Trente-neuf marches ou de New York-Miami sont confrontés au même phénomène : que voient-ils et qu’entendent-ils réellement ? La question toujours problématique de l’œuvre originale en cinéma prend ainsi d’autant plus d’acuité, quand la réalisation des versions doublées et sous-titrées est effectuée sans soin et sans respect de l’œuvre et, par conséquent, sans respect des spectateurs auxquels elle est destinée.

Pour une critique des versions doublées et sous-titrées

28Il est bien difficile d’avoir une idée du regard et de l’écoute que portent les spectateurs sur les versions françaises des films étrangers, en l’absence de toute expression de l’opinion du public. Il n’existe pas non plus de possibilité d’expression d’un regard critique professionnel sur le doublage et le sous-titrage, du même ordre que les opinions critiques exprimées sur les œuvres elles-mêmes par les chroniqueurs spécialisés.

29Lors de la généralisation du cinéma parlant au début des années 1930, la presse spécialisée a eu pour habitude pendant plusieurs années de rendre compte de la qualité des sous-titres et des dialogues doublés. À propos du Trafiquant Horn, un des tout premiers films américains doublés en français en 1931, on pouvait lire dans l’hebdomadaire La cinématographie française : « Le son est excellent. J’aime moins les voix en français. Le dialogue est plat et ʺditʺ avec un manque d’enthousiasme » (La cinématographie française no 671, 12 septembre 1931 : 22). Trois ans plus tard, le doublage avait connu des perfectionnements techniques et esthétiques importants, au point que l’on pouvait lire, à propos de la version doublée en français de La vie privée d’Henry VIII : « L’esprit du dialogue anglais a fort heureusement été conservé par les adaptateurs et comme le travail technique et artistique a été très habilement exécuté, on a presque constamment l’impression [...] de voir et d’entendre un film original et non un film doublé » (La cinématographie française no 797, 10 février 1934 : 29).

30Ces commentaires critiques concernent également les versions sous-titrées. En 1931, on déplore la mauvaise qualité des sous-titres français du film allemand Deux cœurs, une valse : « Les textes français surimpressionnés sur le film sont écrits en une langue détestable, absolument littérale, et parfois avec des fautes d’orthographe criantes » (La cinématographie française no 657, 6 juin 1931 : 25). Mais en 1934, l’adaptatrice Suzanne Chantal est félicitée pour son travail sur Les quatre filles du docteur March, par ces mots : « Nous communiquons avec tous ces êtres blanc et noir [sic]. Nous sentons comme eux, leur langage nous est perceptible, grâce aux remarquables sous-titres » (La cinématographie française no 809, 5 mai 1934 : 16).

31De telles critiques étaient destinées à informer les exploitants de salles des possibilités de succès de tel ou tel film en version doublée ou sous-titrée. Mais elles prenaient également soin, malgré leur brièveté, de souligner dans quelle mesure sous-titres et dialogues doublés servaient ou desservaient l’œuvre originale, afin que le plaisir du public français pût être à la hauteur de celui éprouvé par les spectateurs parlant la langue du film.

32Cette habitude critique n’était pas l’apanage de la France. En Hongrie, pays de doublage, « les acteurs internationaux connus avaient chacun leur voix hongroise et le doublage a toujours été un doublage de qualité au point qu’il y a vingt-cinq ans, quand un film sortait en salle, il y avait deux critiques, l’une pour le film, l’autre pour le doublage » (Media Consulting Group 2007 : 66).

33Pour que les spectateurs ne se bornent plus à une attitude indifférente ou fataliste face aux doublages ou aux sous-titrages qui leur sont proposés, pourquoi ne pas remettre au goût du jour la critique des versions doublées et sous-titrées dans les médias qui s’intéressent à l’art cinématographique, au sens large ? Ce pourrait être un moyen de sensibiliser les spectateurs sur les questions de doublage et de sous-titrage, de susciter et de relayer leurs opinions sur ces questions. On pourrait ainsi lire des critiques de films, complétées de commentaires sur les sous-titres ou les dialogues de doublage, d’autant plus utiles qu’ils sauraient dépasser le simple relevé de fautes de frappe ou l’impression vague à la sortie d’une séance. Le compte rendu critique de Last days, de Gus Van Sant (2005), pourrait mettre en évidence un parti pris de mise en scène contredit par le sous-titrage français effectué pour l’exploitation de ce film en salles :

Dans la scène d’ouverture, le personnage principal erre, solitaire, dans une forêt en marmonnant des propos souvent peu compréhensibles en anglais. Les sous-titres français apparaissent sur les phrases prononcées de manière compréhensible, mais aussi sur des phrases totalement inintelligibles. Les spectateurs francophones sont ainsi les seuls à comprendre ce qui aurait dû rester incompréhensible. Il est à regretter que le parti pris de mise en scène soit ainsi nié, alors qu’il cherchait à installer le spectateur dans une atmosphère étrange, voire irréelle, face à un personnage dont, à ce stade du film, il ne sait rien. Le sous-titrage précis contredit même l’esthétique générale d’un film fondé sur la déconstruction du temps et la répétition, en y introduisant un semblant de cohérence.

34Comme en d’autres domaines, la critique se doit aussi de souligner les réalisations de qualité. Dans leur rôle d’information des spectateurs, les revues de cinéma pourraient compléter leur recension des nouveaux films par l’éloge, quand il est mérité, du soin apporté à un sous-titrage, comme par exemple dans le cas de Be happy, de Mike Leigh (2008) :

Cette œuvre très contemporaine, en particulier à travers la langue parlée par ses personnages urbains, bénéficie d’un sous-titrage qui rend compte de cette langue par des équivalents français tout à fait cohérents et plausibles. Les sous-titres sont ainsi en parfaite adéquation avec le ton de l’œuvre.

35Rédigées avec compétence et un esprit constructif, des rubriques critiques de ce genre seraient les bienvenues dans la presse spécialisée d’aujourd’hui. En outre, elles constitueraient un moyen non négligeable de sensibilisation des spectateurs aux questions ignorées du doublage et du sous-titrage.

36À ma connaissance, il n’existe qu’un lieu d’expression critique de ce type : le site Internet de La gazette du doublage. Il faut signaler le travail remarquable réalisé par ses animateurs (critiques des versions doublées des DVD, interviews avec des professionnels du doublage, informations sur l’histoire du doublage), bien qu’il soit relativement confidentiel et très tourné vers les amateurs de séries télévisées.

37Qui sait ? De telles critiques auraient peut-être quelque écho auprès des professionnels, distributeurs, chaînes, éditeurs de DVD, dirigeants des studios de doublage et des laboratoires de sous-titrage qui, s’ils en tenaient compte, montreraient alors qu’ils ne considèrent plus le public pour quantité négligeable. Car, c’est bien pour le spectateur qu’existent ces industries et ceux qui y participent. À moins que je ne fasse erreur…

Autor

Université Rennes 2, France
Traducteur professionnel depuis 1985, spécialisé dans le sous-titrage de films et la traduction d’ouvrages consacrés au cinéma et à l’art, de l’anglais vers le français. De 1994 à 2011, il a également enseigné la traduction et les études cinématographiques à l’Université de Nantes, puis à l’Université Rennes 2, France. Ses domaines de recherche portent sur la traduction audiovisuelle et sur les aspects historiques et esthétiques du cinéma. Il est l’auteur d’une thèse intitulée Le doublage et le sous-titrage des films en France depuis 1931 : contribution à une étude historique et esthétique du cinéma (2004).

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search