Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’unification allemande et ses conséquences pour l'Europe, 20 ans après

 | 
Stephan Martens

I. Les conséquences de l'unification allemande sur le « couple » franco-allemand

Les effets de l’unification allemande sur les relations franco-allemandes

Jérôme Vaillant

Texte intégral

Unification allemande et intégration européenne

  • 2 Il convient de rappeler, à sa décharge, que dès le mois de juillet 1989, il a dans un entretien acc (...)
  • 3 Cité par Tilo Schabert, Mitterrand et la réunification allemande : Une histoire secrète (1981-1995) (...)

1Quand se profile à l’horizon la possibilité pour l’Allemagne de réaliser son unité, François Mitterrand, maître en tant que président de la République de la politique étrangère de la France – et singulièrement de sa politique allemande et européenne –, n’a pas été en phase avec les événements qui allaient pour lui trop vite. Si sur le principe il est d’avis que l’unification va dans le sens de l’histoire2, il table au moins jusqu’à la fin de l’année 1989 sur le maintien de deux États allemands et cherche, de ce fait, à soutenir en République démocratique allemande (RDA) les mouvements civiques qui lui paraissent œuvrer à une transformation démocratique et socialiste du pays. Il est encouragé dans cette voie par l’appréciation que Mikhaïl Gorbatchev porte sur les événements lors de l’entrevue qu’il a, à sa demande, avec lui à Kiev, le 6 décembre 1989. Son rejet de la précipitation est fondée sur deux craintes principales intimement liées : la crainte, tout d’abord, que l’Allemagne agrandie renoue avec la politique d’une Grande Allemagne au détriment de la construction européenne et mette ainsi un terme à la relation privilégiée entre les deux pays ; l’idée, ensuite, que l’Allemagne est l’héritière aussi bien des Hohenzollern (la Prusse) que des Habsbourg (la monarchie austro-hongroise), le conduit à redouter qu’elle cherche à retrouver sa domination, en tant que « puissance centrale » sur la l’Europe centrale, la Mitteleuropa. En 1993, il dit encore à Andreas Papandréou que « l’Allemagne ayant refait son unité, se considère comme l’héritière légitime de l’Empire austro-hongrois et […] estime devoir exercer une tutelle sur les territoires qui relevaient jadis de cet empire ». Devant le conseil des ministres, à Paris, il affirme le 9 juin 1993 que « même l’Allemagne qui est sincèrement attachée à la construction de l’Europe considère que la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie, la République tchèque, l’Ukraine, la Biélorussie et même dans une certaine mesure la Russie sont situées dans sa propre zone d’influence »3. La position redevenue centrale de l’Allemagne en Europe et la construction européenne ne lui semblent pas, aux termes de cette formule, totalement inconciliables, mais la crainte que les effets de la géopolitique l’emportent sur la volonté politique subsiste incontestablement.

2Les bouleversements induits par l’unification allemande et la fin de la Guerre froide commandent, à ses yeux, d’encadrer l’Allemagne plus que jamais pour l’empêcher de renouer avec le démon de l’hégémonie, un point de vue qui choque son partenaire allemand, Helmut Kohl, qui, non sans roublardise, faisait valoir que l’amitié et la coopération franco-allemande pratiquée depuis des décennies imposeraient de voir l’Allemagne non avec les lunettes de 1945, mais de 1990, de voir donc en elle un partenaire et un allié qui a toujours cherché à être « fiable » et « prévisible » dans ses relations extérieures. F. Mitterrand a aussi conscience du fait que l’Allemagne va longtemps avoir à supporter la lourde charge de mise à niveau des nouveaux Länder de l’Est, une tâche qui, en l’occupant longtemps, comportait le risque qu’elle préfère à l’Europe ses intérêts strictement nationaux. Cela explique qu’avant même qu’une page soit, pour lui, tournée, le soir des premières élections libres en RDA, le 18 mars 1990, F. Mitterrand a évoqué lors du 54e sommet franco-allemand à Bonn, les 3 et 4 novembre 1989, et lors du conseil européen de Strasbourg, les 8 et 9 décembre 1989, une « perspective européenne pour l’Allemagne » y compris de l’Est, un projet qui a retenu l’attention des anciens partis de la RDA comme des mouvements civiques.

  • 4 Cf. Bertrand Dufourcq : « Pour Mitterrand, tout s’articule autour de l’idée de construction europée (...)

3Comme la France des années 1950, F. Mitterrand choisit de rétablir l’équilibre compromis par l’agrandissement de l’Allemagne en collant à elle pour mieux l’encadrer et l’intégrer, sur le plan militaire comme sur le plan politique, économique et monétaire. Bertrand Dufourcq, qui est, en 1989/90, directeur des Affaires politiques au ministère des Affaires étrangères et a participé, à ce titre aux négociations « 2+4 » sur les aspects extérieurs de l’unification, l’a redit dans le contexte du 20e anniversaire de l’unification : « Pour Mitterrand, tout s’articule autour de l’idée européenne. […]. Pour la France, cette poursuite de la construction européenne était la contrepartie nécessaire pour que l’unification soit acceptable pour tous ». Et d’ajouter, non sans malice : « Au fond, Mitterrand s’est résolu à suivre sincèrement le mouvement, dès lors que le chancelier Kohl a accepté de fixer une date pour la conférence intergouvernementale (CIG) sur l’union politique et économique »4. C’est le fameux marché passé à Strasbourg entre la France et l’Allemagne : l’unification contre plus d’Europe que certains commentateurs voudraient faire oublier en avançant l’argument que l’union politique et économique de l’Europe était inscrite depuis longtemps dans le projet européen.

Frictions franco-allemandes : Union politique et / ou Union économique et monétaire ?

  • 5 Cf., en particulier, les ouvrages de Frédéric Bozo, Mitterrand, la fin de la Guerre froide et l’uni (...)
  • 6 Cité par F. Bozo, op. cit., p. 122.
  • 7 Cf. Bulletin CE 12-1999, point 1.
  • 8 Cf. Christian Franck, « De Dublin I à Rome II » http://www.uclouvain.be/ops/ucl/documents/franck/do

4Les points de vue français et allemand étaient pourtant au départ passablement différents. L’Allemagne pointait comme objectif prioritaire la mise en place d’une union politique quand la France privilégiait celle d’une union économique et monétaire (UEM) afin de neutraliser le deutschemark au profit d’une monnaie européenne unique. Celle-ci certes était prévue dans le cadre du rapport du comité Delors (juin 1989), mais, pour le chancelier Kohl, elle était « hors actualité ». Il a fallu toute l’énergie de F. Mitterrand pour faire accepter par H. Kohl, lors du conseil européen de Strasbourg de décembre 1989, le principe de la convocation d’une CIG qui mette en œuvre autant l’union politique que l’UEM5. Tandis que le conseiller du chancelier allemand, Joachim Bitterlich, plaidait la dissociation des deux projets, le conseiller du président français, Hubert Védrine, n’avait, par contre, jamais manqué de clarté sur cet objectif : dès octobre 1989, celui-ci estimait qu’il fallait « forcer l’allure de la construction européenne […], faire l’union monétaire sous peine d’avoir la zone mark »6. La présidence française peut annoncer, au soir du conseil de Strasbourg qu’une CIG sera convoquée avant la fin de 1990 pour s’engager sur la voie des « étapes finales de l’UEM »7. Alors que dans leur lettre commune à la présidence irlandaise, du 19 avril 1990, F. Mitterrand et H. Kohl demandent seulement, à la veille du conseil européen de Dublin de fin avril, de lancer une CIG sur l’union politique, deux mois plus tard, lors de la conférence suivante de Dublin en juin, est convoquée la CIG qui doit débattre et de l’union politique et de l’UEM. Après bien des valses-hésitations et même des tensions ouvertement affichées, la France et l’Allemagne, sont tombées d’accord pour ne pas donner la priorité à l’une ou l’autre forme d’approfondissement de l’intégration européenne mais à poursuivre de concert l’approfondissement de l’union politique et la réalisation de l’UEM. Ce point de vue est consacré par le conseil européen de Rome, des 14 et 15 décembre 1990, qui ouvre la voie au traité de Maastricht8. Ce n’est pas une mince avancée de la part de l’Allemagne qui vient tout juste, à la date du 1 er juillet 1990, d’introduire le deutschemark en Allemagne de l’Est, monnaie qui est le symbole de la réussite économique allemande et de l’unité du pays. L’aboutissement du traité de Maastricht en 1992 est, certes, tout d’abord l’aboutissement du projet européen énoncé par le traité de Rome dès 1957, c’est aussi le résultat de l’acharnement de F. Mitterrand d’ancrer l’Allemagne dans l’Europe et de substituer dans la foulée à la zone mark la zone euro. L’euro, introduit en 1999, réunit alors onze pays de l’Union européenne (UE), la monnaie européenne est mise en circulation en 2002.

  • 9 Sur le « Triangle de Weimar », cf., en particulier, la somme d’informations contenues dans Klaus-He (...)

5En même temps qu’il mène cette bataille pour l’Europe, F. Mitterrand prend des initiatives au niveau franco-allemand : il place la brigade franco-allemande, créée le 2 octobre 1989, soit la veille de la réalisation de l’unité allemande (3 octobre), dans un cadre européen : en 1992, l’Eurocorps, né de l’élargissement de la brigade franco-allemande, voit le jour, trois États s’y rallient : la Belgique, en 1993, l’Espagne, en 1994, et le Luxembourg, en 1996. Le 14 juillet 1994, F. Mitterrand fait défiler l’Eurocorps sur les Champs Élysées, un acte, lui aussi, fort en symbole, semblable à celui du général de Gaulle faisant défiler, à l’automne 1960, des soldats de la Bundeswehr au camp de Mourmelon avant qu’ils ne participent à des manœuvres franco-allemandes. Fin août 1991, le « Triangle de Weimar » voit le jour. Il s’agit de dépasser le conflit provoqué par la proposition française de créer une « confédération européenne » qui permettrait d’accueillir les pays d’Europe centrale et orientale, le temps pour eux d’effectuer leur transition entre un régime d’économie planifiée et un régime d’économie de marché et de les soustraire, pendant cette transformation, à la brutalité de la concurrence mondiale. L’Allemagne y a vu pour l’essentiel une façon d’empêcher l’intégration pure et simple de ces pays dans la Communauté européenne, le danger étant, à ses yeux, trop grand qu’une fois créée, une telle institution ne devienne pérenne. Elle est favorable à l’ouverture de la Communauté – ultérieurement l’UE - à l’Est, seule façon, selon elle, d’y créer une zone de stabilité politique, économique et sociale à l’Est de ses frontières. L’Allemagne convainc la France d’œuvrer avec elle à l’intégration de la Pologne, libérée du joug soviétique, aussi bien dans l’OTAN que dans la Communauté européenne. Le « Triangle de Weimar » est parvenu à ses fins quand la Pologne intègre l’OTAN en 1999 et l’UE en 20049.

La visite de F. Mitterrand en ex-RDA à l’automne 1991 : présence culturelle et économique de la France dans les nouveaux Länder

6L’accord franco-allemand sur la construction européenne s’est fait, mais les tensions provoquées dans les relations franco-allemandes par l’unification de l’Allemagne ont été vives, les craintes françaises ne sont que partiellement apaisées. C’est dans ce contexte que le président fédéral Richard von Weizsäcker prend l’initiative d’inviter le président français à se rendre en visite dans les nouveaux Länder du 18 au 20 septembre 1991. Lors du 57e sommet franco-allemand, à Lille, les 29 et 30 mai 1991, H. Kohl et F. Mitterrand avaient, dans un esprit de bonne entente et de coopération, évoqué le développement des nouveaux Länder. Lors de la conférence de presse, le chancelier avait parlé des efforts consentis et remercié la France, dont les exportations vers l’Allemagne avaient, dit-il, « augmenté de 25 % pendant les deux premiers mois de 1991 » – une façon de dire que la France tirait aussi avantage de l’unification. Il la remerciait aussi « pour l’engagement culturel dont [elle] faisait preuve dans les nouveaux Länder, surtout à cause des instituts culturels à Dresde et à Leipzig » et de la création prochaine d’un tel institut à Erfurt. Lors de son voyage officiel en RDA, en décembre 1989, F. Mitterrand avait tenu à étendre la présence culturelle française au territoire de l’Allemagne de l’Est, il avait même annoncé qu’il y aurait, en plus de Berlin-Est, trois nouveaux centres culturels français en RDA, là où le Quai d’Orsay n’en avait prévu que deux, Leipzig et Dresde étant des villes géographiquement proches l’une de l’autre. Mais des villes rivales aussi ! Le président français avait vite compris qu’il fallait un institut dans chacune des deux villes, l’une capitale politique et artistique de la Saxe, d’où était originaire le ministre-président du moment, Hans Modrow, l’autre la ville des grandes foires commerciales, mais Leipzig était surtout la ville d’où étaient parties les impulsions les plus fortes de la révolution pacifique de l’automne 1989. Le troisième institut français fut finalement installé à Rostock, sur la Baltique, en Mecklembourg-Poméranie occidentale. Erfurt, en Thuringe, dut se contenter d’une simple bibliothèque.

7La France a très vite également envoyé des lecteurs et des enseignants associés dans les universités est-allemandes et mis en place un judicieux programme de formation pédagogique pour professeurs de français, permettant ainsi à de nombreux professeurs de russe de se convertir en enseignant de français. À la langue mal aimée se substituait, celle qui, aux yeux de nombreux Allemands de l’Est, était celle de la liberté et de la Révolution – non pas russe, mais française. Très tôt également la France ouvrit à Berlin-Est un centre franco-allemand de recherche en sciences sociales qui, sous l’appellation première d’Observatoire de Berlin et la direction du sociologue François Bafoil, réunit des politologues et des sociologues au sein du Wissenschaftszentrum Berlin, puis des historiens et des philosophes. Il est devenu, sous la direction de l’historien Étienne François, en 1992, le Centre Marc Bloch. En septembre 1993, la mission culturelle française détachée à Berlin organisa pendant quinze jours, une université d’été à Leipzig dont le succès fut tel que l’expérience fut poursuivi pendant quelques années. Preuve de l’importance que la France accordait alors à sa politique culturelle dans les nouveaux Länder, le budget qui leur était consacré en 1993 était aussi élevé que celui imparti aux anciens Länder, à l’Ouest.

  • 10 Cf. Conférence de presse conjointe de F. Mitterrand et H. Kohl à Lille, http://discours.viepublique (...)
  • 11 Cf. « MM. Bérégovoy et Strauss-Kahn à Berlin. Le gouvernement allemand lance un nouvel appel aux in (...)

8À Lille, en 1991, F. Mitterrand n’hésita pas à louer les mérites d’une France qui avait répondu à l’appel du chancelier allemand : « [Elle] est le premier des pays qui investissent dans les Länder orientaux de l’Allemagne. Sur plusieurs plans, économique et culturel, […] la France a répondu à l’attente allemande et le champ est ouvert pour accroître cette présence »10. Cette prise de position est révélatrice de l’évolution en quelques mois seulement des perceptions de l’un par l’autre. L’Allemagne a cherché à convaincre la France qu’elle ne cherchait pas à asseoir sa domination économique sur la Mitteleuropa, que celle-ci, pas plus que l’ancienne RDA, n’était un pré carré qu’elle se réservait. En insistant sur le fait que la France répondait « à l’attente allemande », F. Mitterrand faisait preuve de bonne volonté et d’esprit d’ouverture dans le sens de la traditionnelle coopération franco-allemande tout en laissant entendre qu’il agissait par volontarisme. Cela était d’ailleurs d’autant plus possible que, via les entreprises nationalisées, l’État pouvait en France, influencer leurs choix en matière d’investissements quand, pour les entreprises privées, il devait se contenter de les encourager à investir et à leur proposer des mesures d’accompagnement. À vrai dire, le terrain avait été bien déblayé lors de la visite du président français en RDA, en décembre 1989 : il s’était alors fait accompagner d’une puissante délégation de représentants des milieux économiques français. En mars 1991, des représentants du Deutscher Industrie-und Handelstag (DIHT) rencontrent leurs homologues français de la Chambre de Commerce et d’industrie (CCI) ; en mai, le ministre fédéral de l’Économie, Jürgen Möllemann, reçoit à Berlin Pierre Bérégovoy qui vient tout juste d’être nommé, dans le gouvernement dirigé par Edith Cresson, ministre de l’Économie, des Finances et du Commerce extérieur. Il est, comme en son temps F. Mitterrand, accompagné d’une délégation de chefs d’entreprise11. L’organisme fiduciaire chargé de la privatisation des entreprises est-allemandes, la Treuhandanstalt, installe bientôt un bureau à Paris tandis que des bureaux français de coopération avec celle-ci sont ouverts à Berlin et Leipzig.

  • 12 En 1991, Renault a vendu 240 000 véhicules particuliers dans l’ensemble de l’Allemagne (contre 190  (...)
  • 13 Cf. Ch. Holzbauer-Madison, « La France a quadruplé ses acquisitions d’entreprises en Allemagne depu (...)

9Certes, les investisseurs français ont fait preuve, pour commencer, d’une réserve certaine à l’égard du marché est-allemand, pour des raisons qui n’étaient pas sans rappeler celles des investisseurs ouest-allemands eux aussi, au départ, réticents en raison de la vétusté des entreprises, de l’absence d’infrastructures et du non règlement des questions de propriété, mais aussi parce qu’ils voyaient, à tort ou à raison, dans l’ex-RDA une « chasse gardée » réservée aux repreneurs ouest-allemands. Bientôt, la France a occupé dans les nouveaux Länder le premier rang des investisseurs étrangers, tant par le volume des promesses d’investissements – environ 16 milliards de francs en 1992, soit environ 2,44 milliards d’euros – que par le nombre d’emplois préservés ou créés – 21 000 en 1992. Les entreprises françaises ont d’abord développé, le plus souvent à partir de leurs filiales en Allemagne de l’Ouest, leurs réseaux de vente – cela a permis, par exemple, le succès de la Renault 19 qui répondait, par ailleurs, aux attentes et aux budgets des ménages est-allemands12 –, puis elles ont investi directement dans les entreprises d’approvisionnement – telles la Générale des eaux et la Lyonnaise des eaux –, le bâtiment, avec Bouygues et Lafarge, les réseaux câblés, le tourisme – Groupe Accor –, l’énergie et les carburants – Elf-Aquitaine – et l’agroalimentaire, tel BSN. Pour ces entreprises, il s’agissait d’affirmer leur place sur le marché est-allemand, mais aussi, à l’occasion, de conquérir, par une stratégie de contournement, des parts de marché en Allemagne de l’Ouest mais aussi d’observer sur place la transformation d’une économie planifiée en une économie de marché pour mieux cerner les possibilités qu’allaient offrir, à leur tour, les autres marchés d’Europe centrale et orientale. Les acquisitions françaises dans les nouveaux Länder participaient également du développement général des acquisitions françaises sur le marché ouest-allemand puis dans l’ensemble de l’Allemagne, puisque celles-ci ont quadruplé de 1986 à 1990, alors qu’à compter de l’unification l’Allemagne achetait moins d’entreprises en France. Avec 70 acquisitions au total, la France se situait toutefois en 1990 derrière la Grande-Bretagne (90) et au niveau de la Suisse (69) et des États-Unis (68).13

Comparaison des investissements étrangers dans les nouveaux Länder en 1992

Pays

Promesses

Promesses d’emplois d’investissements en DM

Privatisations

France

4,8 Mrds (28 %)

21 000 (17 %)

60 (19 %)

USA

2,8 Mrds

14 500

56

Grande-Bretagne

1,5 Mrd

15 200

73

CH

0,92 Mrd

14 500

100

Sur un total de

17 Mrd

121 440

548

Source : Treuhandanstalt, Jahresbericht 1992

  • 14 Cf. « Leuna, das lausige Wunder », Welt-online, 21.01.2000.

10L’achat de Minol par Elf-Aquitaine, qui acquiert 98 % du capital – 2 % revenant à Thyssen qui abandonnera ses parts en 1994 –, est l’opération qui a le plus retenu l’attention du public et des observateurs. Ne serait-ce que parce que l’affaire Leuna-Elf-Aquitaine défrayera la chronique en raison des soupçons qui pèsent sur le versement de pots de vin à des partis et à des hommes politiques, mais aussi par son importance et sa visibilité pour tous quand sortent de terre les stations service Elf, bientôt Total. L’achat comporte, en effet, la reprise du réseau de stations service Minol – 385, représentant 20 % du marché est-allemand – et leur modernisation mais aussi celle de la raffinerie Leuna. Sur l’investissement global de 10 milliards de deutschemark, devant préserver 10 000 emplois, 5 milliards (3 000 emplois) reviennent à la seule raffinerie. Elf bénéficie d’une subvention d’1 milliard de deutschemark. Leuna-Minol passe pour être le plus important investissement français en Allemagne depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale14.

Union européenne et élargissement à l’Est

  • 15 « Allocution de bienvenue du président fédéral », Bulletin der Bundesregierung, no 103/S. 817, 25.0 (...)
  • 16 « Allocution lors du dîner offert au Château Bellevue à Berlin, le 18 septembre 1991 », Textes offi (...)

11La visite de F. Mitterrand dans les nouveaux Länder a eu lieu du 18 au 20 septembre 1991. Elle l’a conduit tout d’abord à Berlin, puis dans le Brandebourg, la Saxe et la Thuringe, où il avait été prisonnier pendant la Seconde Guerre mondiale. Lors de son allocution de bienvenue à Berlin, le président fédéral, R. von Weizsäcker, mit délibérément l’accent sur la part que la France a prise dans l’aboutissement du processus « 2+4 » qui a permis de régler les aspects extérieurs de l’unification, une façon d’affirmer que les frictions provoquées entre les deux pays par l’unification de l’Allemagne appartenaient au passé. Il a également placé la coopération franco-allemande dans la continuité et réaffirmé que l’Allemagne jouerait pleinement son rôle pour faire aboutir les deux CIG sur l’union politique et sur l’UEM, car elle exclut tout « Sonderweg », cette voie particulière qui, dans l’histoire, avait isolé l’Allemagne de ses voisins européens et lui avait fait prendre une place à part. L’Allemagne aurait été inapte à la démocratie de type occidentale et serait vouée, de par son génie national, à ne connaître que des gouvernements forts. Sa constitution tardive en nation serait une autre explication de cette voie particulière à l’Allemagne. Autre élément rassurant pour le président français : « [Nous], Allemands », réaffirma le président von Weizsäcker, « avons jusqu’à maintenant fourni la part du lion dans l’aide apportée aux États d’Europe centrale et orientale. Mais [nous] ne pouvons suffire seuls à la tâche, ni financièrement, ni politiquement »15. Face à la question brûlante de l’ouverture de la Communauté européenne vers l’Est, F. Mitterrand concède qu’aucun État n’est « fondé à en récuser aucun, dès lors qu’il a choisi un système pluraliste fondé sur le suffrage universel, des élections libres, une expression également plurielle, une presse libre. Il n’y a pas de distinctions à faire, simplement des degrés divers de prospérité ou bien de pauvreté ». Pourtant, à la différence de l’Allemagne, transparaît dans ses propos la crainte que « si la Communauté doit s’ouvrir à tous les pays démocratiques d’Europe […], cela ne peut être au prix de la destruction de la Communauté »16.

12Au cours de cette allocution, F. Mitterrand rappelle d’ailleurs qu’il « ne pense pas que le fin du fin du progrès humain soit de reconstituer la mosaïque des tribus ». Il fait ici allusion au différend qui est en train d’opposer la France et l’Allemagne sur l’avenir de la République yougoslave. Tandis qu’après la fin de la Guerre froide, l’Allemagne a anticipé le démembrement de celle-ci, le jugeant inévitable, et reconnaissait dès décembre 1991 la Croatie comme État souverain et indépendant avant tous ses partenaires européens, la France soutenait davantage la Serbie comme dernier élément fédérateur, avant de se rendre à l’évidence et de reconnaître, à son tour, la Croatie, quelques semaines plus tard. Les retrouvailles ne se sont donc pas faites à Berlin sans arrière-pensées qui sont toutes liées à l’attitude à avoir sur la place des pays d’Europe centrale et orientale dans l’architecture de l’Europe de l’après Guerre froide. La France souhaitait approfondir l’intégration européenne avant d’élargir la Communauté, l’Allemagne pensait pouvoir avancer en même temps sur ces deux voies, privilégiant l’ouverture à l’intégration. C’était un peu comme l’inversion des positions précédemment défendues par les deux pays, la France ne s’étant jamais auparavant faite, dans la tradition gaullienne, le champion de l’intégration politique de l’Europe. Les deux pays salueront, en 2004, l’entrée dans ce qui est devenue entretemps l’UE des nouveaux venus d’Europe centrale et orientale : la Pologne et la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie, la Slovénie, les trois pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) ainsi que Chypre. La France a dû se résigner au démembrement de la Yougoslavie et à la séparation entre la République tchèque et la Slovaquie, mais elle accepte, malgré ses préventions, l’ouverture à l’Est. Une chose pourtant qui ne trompe pas : la veille de l’entrée effective, le 1er mai 2004, de ces nouveaux membres de l’Union, la France se contente d’en faire le constat, alors que le gouvernement fédéral convie à Berlin à une grande fête populaire. Depuis, l’élargissement de l’UE à l’Est a modifié la donne des relations franco-allemandes par la démultiplication en son sein des alliances possibles, relativisant ainsi l’efficacité du tandem franco-allemand. Peu auparavant, Paris et Berlin avaient fait, à l’occasion du 40e anniversaire du traité de l’Élysée, en janvier 2003, la double expérience qu’il leur était possible de reprendre l’initiative et de formuler un point de vue commun sur l’Irak, mais qu’un accord franco-allemand ne suffisait pas à entraîner l’Europe dans son sillage, qu’il pouvait au contraire provoquer la résistance des autres, en particulier de Varsovie. La Pologne, inquiète d’un axe Paris-Berlin-Moscou, s’en remettait, en effet, pleinement aux États-Unis pour garantir sa sécurité et les suivait, à l’inverse de la France et de l’Allemagne et ce malgré les relations nouées au sein du « Triangle de Weimar », dans l’aventure de la deuxième guerre d’Irak. Si, comme l’ont déclaré successivement les chanceliers Gerhard Schröder et Angela Merkel, la France et l’Allemagne n’entretiennent plus des relations « exclusives » mais simplement « privilégiées », il n’en reste pas moins que, aujourd’hui comme hier, sans entente franco-allemande l’Europe ne peut guère progresser.

  • 17 Cf. LutzWerner, Exportweltmeister Deutschland. Eine Erfolgsgeschichte ? BMWi > www.dmwi.de
  • 18 Cf., notamment, pour approfondir la question : Hélène Miard-Delacroix, Le défi européen, vol. 11 de (...)

13Finalement, avec le temps, il est apparu que la crainte de voir l’Allemagne se transformer en pays hégémonique renouant avec les rêves de créer une Mitteleuropa n’était pas fondée, même s’il n’est pas faux de dire que l’Allemagne a dans les pays d’Europe centrale et orientale une position forte – plus forte que la plupart de ses partenaires européens. De même, la crainte de voir l’Allemagne mettre l’Europe à sa botte ne l’était pas davantage, peut-être aussi, parce qu’à défaut d’avoir pu maintenir une zone mark, l’Allemagne a su, dans la négociation, organiser la zone euro conformément à la vision qu’elle a de la politique économique et monétaire, le statut de la Banque centrale européenne (BCE) étant largement calqué sur celui de la Banque fédérale. On relèvera qu’en 2008, l’Allemagne qui, avec une part de 9,1 %, est la première puissance commerciale du monde – à vrai dire talonnée par la Chine (8,9 %) – réalise, en 2009, 63 % de ses exportations avec les pays de l’UE, contre 12 % avec l’Asie et 10 % avec l’Amérique. Sa politique commerciale lui tenant souvent lieu de politique étrangère, ces données sont l’indice profond, malgré les avatars de la mondialisation, du maintien de l’ancrage européen de l’Allemagne unifiée. En 2009, la France est encore son premier partenaire commercial (exportations et importations confondues), devant les États-Unis, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, l’Italie, l’Autriche, la Belgique, l’Espagne et la Pologne17. Il reste que la relation franco-allemande a été modifiée par le bouleversement induit par la fin de la Guerre froide, elle s’en est trouvée relativisée, elle a dû s’adapter à une nouvelle donne géopolitique et en partie se réinventer18.

Notes

2 Il convient de rappeler, à sa décharge, que dès le mois de juillet 1989, il a dans un entretien accordé au complément européen du Nouvel Observateur, de l´Independent, d´El Pais, de La Republicca et de la Süddeutsche Zeitung, en date du 27.07.89, fait une déclaration de principe : « L´aspiration des Allemands à l´unité me paraît légitime. Mais elle ne peut se réaliser que pacifiquement et démocratiquement ». La formule est adroite, elle permet de faire la part des choses entre le long terme historique et le court terme politique. Tout au cours de 1989/90, F. Mitterrand la reprendra en l’explicitant en fonction des évolutions du moment, insistant tantôt sur les contraintes du monde bipolaire de la Guerre froide ou sur la nécessité de permettre aux Allemands de s’exprimer. Au soir des élections du 18 mars 1990 en RDA, il a estimé qu’ils l’avaient fait, alors que lors de la conférence de presse qu’il a tenue à Berlin-Est pendant sa visite d’État en RDA (21.12.1989), il n’a pas voulu dire comment les Allemands devraient exprimer ce suffrage (Les seuls Allemands de l’Est ? Tous les Allemands ? Lors de quel mode de consultation ?).

3 Cité par Tilo Schabert, Mitterrand et la réunification allemande : Une histoire secrète (1981-1995), Paris, Grasset, 2005, p. 269.

4 Cf. Bertrand Dufourcq : « Pour Mitterrand, tout s’articule autour de l’idée de construction européenne », dans Toute l’Europe, http://www.touteleurope.eu/fr/nc/print/divers/flux-rss/afficher/fiche/4680.html, consultationdu01.11.2010.

5 Cf., en particulier, les ouvrages de Frédéric Bozo, Mitterrand, la fin de la Guerre froide et l’unification allemande : De Yalta à Maastricht, Paris, Odile Jacob, 2005 ; T. Schabert, op. cit. ; Joachim Bitterlich, France-Allemagne : Mission impossible ?, Paris, Albin Michel, 2005.

6 Cité par F. Bozo, op. cit., p. 122.

7 Cf. Bulletin CE 12-1999, point 1.

8 Cf. Christian Franck, « De Dublin I à Rome II » http://www.uclouvain.be/ops/ucl/documents/franck/doc

9 Sur le « Triangle de Weimar », cf., en particulier, la somme d’informations contenues dans Klaus-Heinrich Standke (éd.), Le triangle de Weimar en Europe : La coopération franco-germano-polonaise. Origine – Potentiel – Perspectives, Toruń, Édition Adam Marszalek, 2010.

10 Cf. Conférence de presse conjointe de F. Mitterrand et H. Kohl à Lille, http://discours.viepublique.fr/notices/917007300.html, consultation du 31.10.2010.

11 Cf. « MM. Bérégovoy et Strauss-Kahn à Berlin. Le gouvernement allemand lance un nouvel appel aux investisseurs français », Le Monde, 25.05.1991.

12 En 1991, Renault a vendu 240 000 véhicules particuliers dans l’ensemble de l’Allemagne (contre 190 000 l’année précédente), la part des ventes dans les nouveaux Länder était de 60 000. Cette année-là, la part des ventes étrangères en Allemagne de l’Est était de plus de 56 %.

13 Cf. Ch. Holzbauer-Madison, « La France a quadruplé ses acquisitions d’entreprises en Allemagne depuis 1986 », Le Monde, 27.06.1991.

14 Cf. « Leuna, das lausige Wunder », Welt-online, 21.01.2000.

15 « Allocution de bienvenue du président fédéral », Bulletin der Bundesregierung, no 103/S. 817, 25.09.1991.

16 « Allocution lors du dîner offert au Château Bellevue à Berlin, le 18 septembre 1991 », Textes officiels, Bulletin d’informations de l’Ambassade de France, no 184, 25.09.1991.

17 Cf. LutzWerner, Exportweltmeister Deutschland. Eine Erfolgsgeschichte ? BMWi > www.dmwi.de

18 Cf., notamment, pour approfondir la question : Hélène Miard-Delacroix, Le défi européen, vol. 11 de l’Histoire franco-allemande, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2011 ; Maurice Vaïsse, Christian Wenkel (éds.), La diplomatie française face à l’unification allemande. Textes réunis, Paris, Tallandier, 2011 ; Jean-Paul Cahn, Ulrich Pfeil (éds). L’Allemagne 1945-1990, Vol. 3 : De l’ouverture à l’Est à la chute du Mur 1974-1990, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2009 ; Stephan Martens (éd.), L’Allemagne et le France. Une entente unique pour l’Europe, Paris, L’Harmattan, 2004 ; Jean Mondot, Nicole Pelletier (éds), La chute du Mur de Berlin, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2004 ; Anne-Marie Saint-Sauveur-Henn, Gérard Schneilin (éds.) La mise en œuvre de l’unification allemande 1989-1990, Asnières, Publications de l’Institut d’Allemand, 1998 ; Jérôme Vaillant (éd.), « L’unification de l’Allemagne : les années décisives 1989/90 », Allemagne d’aujourd’hui, octobre-décembre 1998, no 146.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540