Version classiqueVersion mobile

L’unification allemande et ses conséquences pour l'Europe, 20 ans après

 | 
Stephan Martens

Préface

Alain Juppé

Texte intégral

1La Ville de Bordeaux a été ravie d’accueillir, le 19 novembre 2010, les analystes réunis par la Fondation Friedrich Ebert (bureau de Paris), l’Institut historique allemand de Paris, l’UMR CNRS 5222 « Europe, Européanité, Européanisation » (Université Bordeaux) et le Goethe Institut de Bordeaux, pour confronter leurs « Regards croisés sur l’unification allemande et ses conséquences sur l’Europe, 20 ans après ».

2La réunification allemande a été l’un des événements majeurs du dernier quart du XXe siècle. A l’instar de la révolution iranienne ou du deuxième choc pétrolier, elle a durablement modifié les relations internationales et ses effets continuent à se faire sentir aujourd’hui.

3Il convient de se replacer à la date de la réunification pour en mesurer l’ampleur : non seulement l’Allemagne « gagnait » plus de 100 000 km2, et seize millions d’habitants, choc qu’elle continue de gérer aujourd’hui, malgré un effort collectif sans précédent, mais la réunification faisait également entrer dans l’Union européenne (UE), un an à peine après la chute du Mur de Berlin, des territoires ayant vécu pendant près de cinquante ans sous un régime communiste.

4Ce pari collectif comportait de nombreux risques, dont celui d’affaiblir durablement l’Allemagne et, à travers elle, l’UE. Il n’en a rien été, et l’Allemagne réunifiée, tout en investissant massivement pour assurer le rattrapage des nouveaux Länder, ne s’est jamais désintéressée des enjeux européens, nombreux au cours des années 1990 et 2000, au cours desquelles l’UE est passée, ne l’oublions pas, de douze à vingt-sept membres. Qu’il s’agisse des évolutions institutionnelles indispensables à la gestion de l’Europe élargie, ou des défis auxquels l’Europe devait faire face, sur la scène internationale, comme en termes économiques, sans oublier la création de l’euro, la réunification de l’Allemagne s’est avérée un atout davantage qu’un poids. De la même manière, le couple franco-allemand a su continuer à fonctionner, après comme avant la réunification, et demeurer un des moteurs de l’Europe. Je suis de ceux qui croient à la capacité d’entraînement de nos deux pays rassemblés, autour d’idées propres à faire avancer l’Union ; à ce titre, je suis particulièrement heureux que Bordeaux contribue à ce débat d’idées, notamment en accueillant chaque année de nombreuses manifestations franco-allemandes.

5Si la réunification n’a heureusement pas conduit l’Allemagne à se replier sur elle-même, il n’en reste pas moins qu’elle a influé sur l’histoire de l’Europe : elle en a déplacé le centre de gravité démographique et géographique, elle a montré la voie vers l’intégration de l’Europe centrale et orientale. Les pages qui suivent permettront de retrouver – sous la forme d’articles scientifiques – les interventions du colloque du 19 novembre à la Bibliothèque municipale, qui a permis de confronter les lectures allemande, française, américaine, britannique, russe de la réunification, et d’en dégager les principaux héritages.

6Je vous souhaite une excellente lecture.

Auteur

Maire de Bordeaux, Ministre d’État, Ministre des Affaires étrangères

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search