Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La conduite municipale des affaires villageoises en Europe (XVIIIe - XXe siècle)

 | 
Laurent Brassart
, 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Nadine Vivier

Troisième partie. Les municipalités rurales en Europe : ni clochemerle, ni république villageoise. Perspectives de recherche européennes

Policer les villages dans l’Europe des XVIIIe et XIXe siècles

Catherine Denys

Texte intégral

1La contribution d’une historienne de la police urbaine à un ouvrage réunissant les plus éminents spécialistes de l’histoire rurale peut paraître incongrue. Aujourd’hui encore, à cause de son étymologie, le mot police renvoie spontanément à la ville ; au XVIIIe siècle où ce terme recouvre une acception plus large qu’aujourd’hui, la police est aussi une caractéristique de la civilisation, de la culture, donc de l’urbanité. La ville est le lieu par excellence de la police, comme art du gouvernement local et de la maîtrise de liens sociaux complexes et raffinés. Dans l’imaginaire du XVIIIe siècle, les populations rurales, renvoyées soit à l’innocence, soit à la brutalité, ne peuvent être considérées comme « policées », et la police du village ne peut se concevoir que comme une adaptation, en modèle réduit, de la véritable police, celle de la ville.

  • 1 Tome 16, p. 451 à 486.
  • 2 Tome 11, p. 134-146.
  • 3 Ibidem, p. 134-135 : « Les habitants des campagnes, surtout ceux qui ne respirent presque jamais l (...)

2Tous les ouvrages qui traitent de la police au XVIIIe siècle s’accordent sur ce point. Si l’on consulte, par exemple, l’article POLICE du Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique ou Bibliothèque de l’Homme-d’État et du Citoyen, publié en 30 volumes par Jean-Baptiste Robinet à Londres de 1777 à 17831, on est immédiatement renvoyé à la ville : « Nous avons traité de la police des campagnes à l’article CAMPAGNE. Il ne nous reste donc à traiter ici que de la Police des villes ». Suivent 36 pages sur la police des villes et dix pages sur le Lieutenant Général de Police. L’article CAMPAGNE2 quant à lui, s’ouvre d’abord sur une description idyllique de la vie à la campagne, saine et innocente, en deux pages d’inspiration très rousseauiste3, puis traite effectivement de la « police des campagnes » en douze pages. Pour cet auteur représentatif de ses contemporains, la police est donc automatiquement reliée à la ville et même si la police des campagnes n’est pas ignorée, elle n’occupe pas autant de place que la police des villes :

  • 4 Ibidem, p. 135-136. Sur la police comme instrument du bonheur public, voir V. Milliot, Un policier (...)

« Les gens de la Campagne sont en général de si bons sujets, des sujets si utiles, qu’ils méritent d’une manière particulière les soins paternels d’un Monarque juste & bienfaisant. Il doit sur tout les faire jouir du bonheur que peut leur procurer une sage police. Cette police, quoique fondée sur les mêmes principes que celle des villes, embrasse moins d’objets, & par conséquent est moins compliquée. Nous allons en tracer les principales règles. La prudence des Magistrats & la connoissance du local, suppléeront les détails dans lesquels nous ne pouvons entrer. »4

  • 5 Pour un bilan des recherches récentes, voir V. Milliot, « Histoire des polices : l’ouverture d’un (...)
  • 6 Pour une synthèse commode, voir M. Aubouin, A. Teyssier et J. Tulard, Histoire et dictionnaire de (...)

3Reprenant plus ou moins consciemment ces stéréotypes, les historiens de la police – du XVIIIe siècle surtout – se sont jusqu’à présent essentiellement préoccupés des villes, aidés en cela par des sources abondantes. Aux nombreux travaux sur Paris et Londres, se sont ainsi peu à peu ajoutées des études sur la police des villes régionales françaises et des autres capitales européennes5, tandis que les études sur les polices rurales prenaient une autre direction, comme on le verra plus loin6.

4Or si les catégorisations peuvent avoir leur utilité en histoire, arrive nécessairement un moment où il devient nécessaire de les dépasser. La partition spatiale entre histoire urbaine et histoire rurale ne permet évidemment pas de rendre compte des liens multiples qui unissent villes et campagnes, lesquelles ne pourraient exister les unes sans les autres. Même si l’objet historique qu’est la police des villages se révèle plus difficile à construire que la police urbaine, il serait absurde de le repousser d’emblée. Le développement récent des études sur les polices des villes fournit d’ailleurs des pistes qui devraient permettre de dépasser certains obstacles.

De l’histoire de la police des campagnes à l’histoire de la police des villages ?

  • 7 Clive Emsley, Gendarmes and the State in the Nineteenth Century Europe, Oxford, OUP, 1999.
  • 8 Aurélien Lignereux, La France rébellionnaire : les résistances à la gendarmerie, 1800-1859, Rennes (...)
  • 9 Arnaud-Dominique Houte, Le métier de gendarme au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2010.
  • 10 Jean-Noël Luc (dir.), Gendarmerie, État et Société au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbo (...)
  • 11 Jean-Noël Luc (dir.), Histoire de la Maréchaussée et de la Gendarmerie, Guide de recherche, Servic (...)
  • 12 Eric Hestault, La lieutenance de maréchaussée de Nantes (1770-1790), Maisons-Alfort, Service Histo (...)
  • 13 Iain Cameron, Crime and Repression in the Auvergne and the Guyenne, 1720-1790, Cambridge-New York, (...)
  • 14 Pascal Brouillet, La Maréchaussée dans la généralité de Paris au XVIIIe siècle (1718-1791). Étude (...)
  • 15 Claude Sturgill, L’organisation et l’administration de la maréchaussée et de la justice prévôtale (...)
  • 16 Louis Larrieu : Histoire de la maréchaussée et de la gendarmerie, des origines à la Quatrième Répu (...)

5Dans l’état actuel de l’historiographie des forces de l’ordre, la police des campagnes bénéficie de nombreux travaux sur la maréchaussée pour l’Ancien Régime et sur la gendarmerie des XIXe et XXe siècles. Depuis le travail pionnier de Clive Emsley sur les gendarmes en Europe7, Jean-Noël Luc a dirigé un chantier fécond sur l’histoire des gendarmes en France. Les publications récentes des livres d’Aurélien Lignereux8, Arnaud-Dominique Houte9, et des colloques sur la gendarmerie10, attestent de la réussite de ce pan historiographique, tandis qu’un Guide des recherches particulièrement copieux est venu aider tout chercheur novice en ce domaine11. La maréchaussée est un peu moins bien lotie que sa descendante contemporaine en terme de visibilité et de synthèse scientifiques, mais les travaux d’Éric Hestault sur la maréchaussée de Nantes12, de Ian Cameron sur l’Auvergne et la Guyenne13, de Pascal Brouillet sur l’île-de-France14, auxquels il faut ajouter les études de Claude Sturgill et Jacques Lorgnier15 sur le volet judiciaire de l’institution, comme la synthèse de Larrieu, récemment rééditée16, en offrent un vaste panorama. À première vue, l’histoire de la police des campagnes est donc remarquablement bien lotie, avec plusieurs approches, certaines plus institutionnelles, d’autres plus sociales, d’autres enfin, qui explorent le rapport de ces institutions à l’État.

  • 17 Nicole Dyonet, « La maréchaussée et le ville en France au XVIIIe siècle », dans Xavier Rousseaux e (...)
  • 18 Catherine Denys, La police de Bruxelles entre réformes et révolutions (1748-1814). Police municipa (...)
  • 19 « La gendarmerie, force urbaine, du XVIIIe siècle à nos jours », Force Publique, Actes du colloque (...)

6Reste que cette vision de la police des campagnes laisse une question essentielle en suspens et trahit une approche, qui pour être efficace, est cependant quelque peu biaisée. La question porte sur le caractère vraiment rural de la gendarmerie et de la maréchaussée. Pour l’Ancien Régime, Nicole Dyonet a déjà attiré l’attention sur le caractère fondamentalement urbain de cette force de l’ordre17. La maréchaussée réside en ville, et s’occupe essentiellement à contrôler les routes qui relient les villes entre elles. Son rôle est moins d’assurer un ordre royal dans les campagnes que de sécuriser les communications et de débarrasser le royaume des errants jugés dangereux ou inutiles. Elle ne fait d’ailleurs en cela que reproduire le paysage mental de nombre de voyageurs de l’époque moderne, pour qui n’existe entre deux villes qu’un long espace de route plus ou moins ennuyeuse, dans l’ignorance quasi totale des communautés villageoises traversées. Les occasions d’intervention de la maréchaussée en ville sont fréquentes : elle est ainsi chargée de réprimer les émeutes, et plus souvent d’assurer la police du marché ou celle des spectacles. Hors de France, la maréchaussée est également perçue comme une force d’appoint des polices urbaines, et le drossard de Brabant, par exemple, prête traditionnellement le concours de ses hommes à la police de Bruxelles18. La gendarmerie non plus n’a pas un caractère exclusivement rural, comme l’a montré un récent colloque19.

  • 20 Sur les changements dans l’histoire de la police, voir la note 5.
  • 21 Fabien Gaveau, L’ordre aux champs. Histoire des gardes champêtres en France de la Révolution franç (...)

7Par ailleurs ces études sur la maréchaussée ne sont pas sans rappeler la situation de l’histoire de la police il y a une vingtaine d’années. En effet, celle-ci était alors jugée impossible hors de Paris, parce que la démarche historique s’obstinait à vouloir retrouver dans l’Ancien Régime une institution de police comparable à celle qui existe aujourd’hui. La filiation entre la Préfecture de police actuelle et la Lieutenance générale de police monarchique paraissant assez étroite, les histoires de la police française se limitaient au cas parisien en passant sous silence les autres villes du royaume (ou en y cherchant d’hypothétiques lieutenants de police). Il a fallu commencer par écarter la démarche de l’héritage institutionnel pour s’ouvrir à la multiplicité des formes policières d’Ancien Régime et sortir enfin de cette impasse historiographique20. En corollaire de cette approche institutionnelle, l’histoire de la police était également fortement encombrée par la vision foucaldienne du « bras armé de l’État », de la police comme moyen de pénétration d’une discipline normative au sein des populations. Facilitée par la transmission de la maréchaussée à la gendarmerie, l’histoire des polices rurales s’est ainsi écrite comme l’histoire, au demeurant passionnante, des institutions policières d’État à l’œuvre dans les campagnes, de leurs fonctions et relations avec la société rurale. Ce faisant, le volet important de la police des villages générée par les communautés rurales elles-mêmes est resté ignoré. Une exception toutefois doit être mentionnée : la thèse de Fabien Gaveau sur les gardes-champêtres, qui entre vraiment au cœur de la vie policière du village21. Mais ce travail pionnier n’a pas eu le rayonnement souhaité et son approche principale renvoie toujours à un questionnement sur la « descente » de l’État au sein des villages, par le biais de la police. Enfin, ce gros travail sur le XIXe siècle n’a pas été jusqu’à présent prolongé en amont, et les gardes-messiers ou autres gardes villageois ancêtres des gardes-champêtres restent largement inconnus.

8En définitive, le dynamisme du chantier historiographique sur la maréchaussée et la gendarmerie, appuyé sur une institution qui aime à valoriser son passé, ne permet pas encore d’entrer véritablement au cœur de la police du village. Un obstacle réel se présente, qu’il faut préciser avant de proposer des stratégies de contournements.

Comment saisir la police au village ?

  • 22 AN, F7 6342, Conseil de police du 10 pluviôse an XIII (30 janvier 1805).

9Dans les archives, le discours sur la police produit par les villageois eux-mêmes est quasi inexistant. Pour l’essentiel, la police au village n’est abordable qu’au prix d’une solide critique d’un discours tenu d’ailleurs, c’est-à-dire principalement, des administrateurs des villes. Les exemples foisonnent de rapports de responsables policiers évoquant la médiocrité, voire l’absence totale, de la police dans les villages. En dépit des lois et coutumes qui donnent aux communes rurales les mêmes droits de police municipale qu’aux villes, les observateurs persistent à la dénigrer. Parmi ces documents récurrents, voici le propos, sans appel, d’un rapporteur du conseil de police tenu le 30 janvier 1805 : « Il n’est que trop reconnu que la police est nulle sous la direction des maires et adjoints des petites communes »22. Est-ce vraiment le cas ? Il suffit de rétablir le contexte pour en douter : le gouvernement impérial réfléchit alors à la possibilité de création de commissaires cantonaux. Quel meilleur argument que la dévalorisation de l’existant pour soutenir une réforme ? Une longue fréquentation des réformes et tentatives de réformes des polices urbaines au XVIIIe siècle rend familier de ces discours. À les en croire, la situation de la sécurité publique est toujours désastreuse, la ville toujours à deux doigts d’être saccagée par des hordes de mendiants et de délinquants dont la hardiesse ne connaît plus de bornes… et face à ces tableaux apocalyptiques, le rédacteur du mémoire, toujours promoteur d’une réforme de l’organisation policière, dessine le tableau piteux d’une police complètement dépassée. Il est regrettable que l’on ait pris souvent au premier degré ces descriptions des organisations policières urbaines qui n’avaient rien d’objectif, il s’agit donc de ne pas répéter la même naïveté face au discours sur la police villageoise.

10À cela s’ajoute aussi le fait qu’il est extrêmement commode, pour un administrateur, de dévaloriser la police rurale, afin de mieux mettre en valeur son action dans la police urbaine. Dans les discours des préfets napoléoniens, c’est un ressort constamment utilisé. Le préfet fait ressortir les avancées en matière de police des villes de son département, en expliquant que bientôt ses efforts se porteront sur la police rurale, qui, il est vrai, laisse encore à désirer. Au fond, la police rurale sert de miroir à la police urbaine. Les qualités de la seconde sont mesurées à l’aune des défauts de la première. Son inefficacité supposée permet de masquer les déficiences de la police urbaine, ou plus souvent encore au tout début du XIXe, de ne pas reconnaître les continuités des organisations policières et de faire croire à une action volontariste du préfet et des nouveaux commissaires de police. Ce discours fonctionne d’autant plus facilement que les pouvoirs centraux disposent de peu de relais dans les villages pour contredire ces allégations, tandis que les appréciations des préfets sur les polices de villes sont toujours susceptibles d’être contrebalancées par celles des observateurs, voyageurs et autres administrateurs.

  • 23 Rappelons qu’il n’y a pas de police nationale en France avant 1940. Sur les circonstances de cette (...)

11Plus fondamentalement, la difficulté à retrouver la police du village aux XVIIIe et XIXe siècles en Europe provient surtout de l’impossible transposition institutionnelle du présent au passé. Il est vain de chercher dans la France d’Ancien Régime, ou dans l’Italie du XIXe siècle, l’équivalent de ce que nous appelons aujourd’hui « la » police. De fait, celle-ci n’existe pas, mais cela ne signifie pas que d’autres formes de police n’aient pas existé. Là encore, les leçons de l’historiographie de la police urbaine du XVIIIe siècle aident à comprendre ce paradoxe. Hormis le cas parisien, il n’existait pas de police monarchique dans le royaume. L’intendant pouvait certes exercer certains droits de police, et la maréchaussée, comme l’armée, était une institution royale, mais ceci était de peu de poids face aux autres pouvoirs policiers, émanant des cours de justice locales et, surtout, des corps de ville. Pour longtemps, la police ordinaire, en France et dans maints autres pays, serait une police municipale, qui se mêle peu des secrets d’État, mais qui organise la sécurité quotidienne des citadins23. Même sous l’Empire, lorsque le ministère de la police générale fut occupé par Fouché, et les départements placés sous l’autorité de préfets nommés, les municipalités ont gardé l’essentiel des tâches de la police ordinaire.

  • 24 Egon Bittner, « De la faculté d’user de la force comme fondement du rôle de la police », Les Cahie (...)

12Aux XVIIIe et XIXe siècles, en Europe, l’État n’est certainement pas le seul acteur policier. La police ne peut donc être perçue uniquement comme son bras armé, comme l’instrument de son pouvoir disciplinaire. La police émane aussi d’un besoin social, de formes de régulations issues des acteurs sociaux, pas nécessairement d’institutions étatiques. Pour le sociologue Egon Bittner24, toute société a besoin d’une force de police, et celle-ci se définit uniquement par ses fonctions. La dissociation de la police entre institution et fonctions a ouvert le chemin de la compréhension des polices anciennes. Au lieu de chercher un pouvoir d’État, qui se manifeste alors dans d’autres institutions, l’approche par les fonctions policières, donc les acteurs et la pratique ont permis de comprendre comment fonctionnait la régulation des rapports sociaux quotidiens d’Ancien Régime. Cette approche a mis au jour, pour les villes, des figures de policiers non professionnels, des formes de polyactivité résistantes, à côté d’une tendance à la professionnalisation des tâches de police sur la longue durée. Reste à trouver les meilleures voies pour aborder ce monde polymorphe, dans les campagnes.

Quelques pistes de travail

13Sans prétendre aucunement à l’exhaustivité, on propose ici quatre ensembles de recherches potentiellement riches pour découvrir les polices des villages des XVIIIe et XIXe siècles.

  • 25 C. Denys, op. cit., p. 111-115.
  • 26 C. Denys, Police et sécurité au XVIIIe siècle dans les villes de la frontière franco-belge, Paris, (...)
  • 27 Pascal Brouillet, « La compagnie de maréchaussée de l’Île-de-France et la Garde de Paris : deux un (...)
  • 28 Brigitte Marin, Policer la ville. Polices royales, pouvoirs locaux et organisations territoriales (...)

14Une étude spécifique de la police des espaces intermédiaires entre ville et campagne, autrement dit des faubourgs et banlieues pourrait être un moyen pour commencer à démêler la question. Les dirigeants des polices communales de l’époque moderne affectent souvent un relatif dédain face à ce qui se passe hors des murs et les banlieues sont décrites comme des espaces de désordre où se réfugie un monde d’exclus. En même temps, en observant les pratiques policières, on s’aperçoit que ce sont au contraire des espaces très policés puisqu’ils bénéficient des interventions cumulées des polices rurales, des polices urbaines et, dans les places de guerre, de l’attention spécifique de l’armée à la zone des fortifications. Les banlieues sont des interfaces villes/campagnes où la police rurale et la police urbaine se mêlent, à divers degrés, mais où le mélange produit toujours des effets intéressants, et, ce qui importe particulièrement à l’historien, sont relativement bien documentées. Ainsi à Bruxelles, dans les années de la Guerre de Sept ans, les habitants de la « cuve », c’est-à-dire des villages immédiatement périphériques, doivent-ils se mobiliser pour patrouiller dans l’espace des fortifications, sous le commandement d’un militaire ou du lieutenant-amman, chef de la police intra-muros25. À Lille, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, les échevins doivent rétablir la fonction de « contrôleur des étrangers » dans la banlieue, pour compléter les mesures de surveillance des flux de personnes aux portes de la ville26. À Paris, Pascal Brouillet a montré l’interaction entre la Garde urbaine et la Maréchaussée d’Île-de-France27, tandis qu’à Naples, Brigitte Marin signale aussi une attention nouvelle à la banlieue28.

  • 29 Catherine Denys, Brigitte Marin et Vincent Milliot (dir.), Réformer la police. Les Mémoires polici (...)
  • 30 Yannick Coutiez, Le gouvernement central et les communautés rurales hainuyères (1714-1794). Étude (...)
  • 31 Livio Antonielli, « Les fonctions policières des exécuteurs de justice dans le duché de Milan au X (...)
  • 32 F. Gaveau, op cit., vol. 2, p. 409. C’est le père du Tocqueville célèbre.

15La voie heureusement explorée des réformes policières pour les villes constitue une seconde piste à suivre pour les polices rurales29. Les Lumières policières du XVIIIe siècle et les réformes administratives du XIXe ne sont pas réservées aux villes. Pour les campagnes aussi fleurissent de beaux textes, de grands projets de réformes destinés à améliorer la sécurité rurale. Ces « mémoires » policiers à visée rurale présentent des spécificités et des points communs avec ceux des villes, qui n’ont pas encore retenu l’attention. Pascal Brouillet, dans sa thèse, en évoque pourtant plusieurs, tout comme Yannick Coutier pour les campagnes hennuyères30. Dans un autre registre, Livio Antonielli signale l’existence de journaux tenus par des petits policiers dans les campagnes milanaises du XVIIIe siècle, et d’un manuel à leur intention : Il bargello istruito da Niccola Manzotti, qui mériteraient d’être publiés31. Fabien Gaveau évoque encore un préfet de la Restauration, Hervé de Tocqueville, qui s’intéresse de près à la police rurale et publie en 1816 une Instruction sur les obligations imposées aux gardes champêtres, petite brochure qu’il fait distribuer dans toutes les communes de son département, la Côte d’or, et qui reste utilisée bien après lui32.

16Dans une approche institutionnelle plus classique, une troisième piste pourrait s’appuyer sur les tentatives de création de policiers intermédiaires entre villes et campagnes. La délibération du conseil de police de 1805 évoquée plus haut avait justement pour but la création de commissaires cantonaux. Même si la réforme en question n’a pas vu le jour, les arguments qui ont été débattus à la tête de l’État sont révélateurs des attentes des administrateurs centraux en matière de police villageoise. Ainsi le rapporteur appuie t-il sa déclaration liminaire sur la nullité de la police des maires des petites communes par ces explications :

« Ces agents ne présentent aucun avantage sous le rapport de la responsabilité et n’offrent que les plus faibles ressources sous celui de l’action. De là naissent les difficultés de remonter à la source d’un délit, toujours la presqu’impossibilité de le prévenir et souvent d’en atteindre les auteurs. Il n’est pas sans exemple qu’on ait vu des maires à la tête des rébellions qui se sont élevées contre la gendarmerie et il est très peu d’occasion où on les ait vu seconder cette force publique. Il est certain qu’à moins qu’un individu ne soit extrêmement dangereux, il est presque sûr de trouver un azile (sic) dans sa commune. Je regarde donc comme indispensable pour la sûreté et la tranquillité de l’état de créer dans chaque arrondissement deux ou trois magistrats exclusivement chargés de la police cantonale. »

  • 33 Cyril Cartayrade, « Gouverner la police : commissaires cantonaux et gendarmes du Puy-de-Dôme au dé (...)

17Aux yeux du rapporteur, le problème de la police rurale n’est donc pas tant la sécurité des habitants des campagnes que celle de l’État, conception pour le moins univoque de la sûreté publique. Rien ne dit que les villageois ne soient pas, quant à eux, parfaitement satisfaits de la police du maire. L’idée de les dessaisir par la création d’une police à l’échelle cantonale, supposée plus efficace, revient néanmoins à plusieurs reprises, et connaît un début d’exécution sous le Second Empire avec les commissaires de police cantonaux, aujourd’hui encore très mal connus, en dehors des travaux du Cyril Cartayrade pour le Puy-de-Dôme33.

  • 34 Anne Bonzon, « Conflits familiaux et médiation cléricale dans la France du XVIIe siècle », dans La (...)
  • 35 Antoine Follain (dir.), Les Justices locales dans les villes et villages du XVe au XIXe siècle, Re (...)
  • 36 Brigitte Maillard, « Justices seigneuriales et police des communautés rurales en Anjou au XVIIIe s (...)

18Reste que pour aborder plus directement la police au village, la seule piste possible consiste, comme cela a été fait antérieurement pour la police en ville, à reprendre les grandes études sur les pouvoirs et les groupes sociaux au village, et les archives afférentes, afin d’y traquer les traces des formes de régulation en vigueur aux XVIIIe et XIXe siècles. Les journaux des curés de campagne (avec leur rôle de conciliateur, étudié actuellement par Anne Bonzon34), les délibérations des assemblées communales ou les bans seigneuriaux, offrent certainement des éléments utiles, mais le détour par la justice est probablement le plus fécond. Antoine Follain a réhabilité les justices de village35 et Brigitte Maillard a récemment démontré l’intérêt des sources judiciaires seigneuriales de l’Anjou pour l’étude de la police des communautés rurales36, d’autant plus que la justice et la police ne sont pas nettement séparées encore au XVIIIe siècle, ni même au XIXe siècle, comme en témoigne la figure, désormais connue, du juge de paix. Sur cette question de la séparation de la justice et de la police, qui marque la modernisation des polices urbaines dès le XVIIIe siècle, rien ne prouve d’ailleurs que les villages soient vraiment en retard sur les villes. Certains villageois en tout cas faisaient bien la distinction, comme en témoigne cette anecdote rapportée par Pierre Prion :

  • 37 Jean-Marc Roger (éd.), Un village en Languedoc. La chronologiette de Pierre Prion, 1744-1759, Pari (...)

« Le 3 septembre [1758], monsieur Batifort, juge d’Aubais, environ les 3 heures après midi, allant à l’église pour entendre les vêpres, passant à côté de la halle de ce lieu, il y remarqua qu’il y avait des jeunes garçons qui jouaient à la paume. Monsieur le juge leur dit, d’un ton de magistrat, de cesser. L’un de ces jeunes hommes porta la parole le premier pour ses camarades et dit à monsieur le juge : « C’est à la police et non pas à vous ». Monsieur le juge redoublant son autorité d’un ton menaçant. Il lui fut répondu par le même d’un ton aigre : « Vous n’êtes qu’un juge de vendange. »37

19Au total, on plaide donc ici pour une étude de la police rurale qui mette en synergie les différents aspects de la régulation sociale, qu’elle soit d’ordre étatique ou sociétale, exogène ou endogène. Entre la tutelle du seigneur, les injonctions du curé, le poids des notables, la figure familière du garde-champêtre, les interventions de la maréchaussée ou de la gendarmerie, les commissaires et les juges de paix cantonaux, les policiers de la ville voisine enfin, le village est un carrefour et un laboratoire d’expériences policières et d’interactions riches et variées, que l’on ne peut réduire à une progression linéaire de la pénétration de l’État régulateur dans un monde anarchique. Contrairement à l’impression première et superficielle, les archives et les pistes à suivre ne manquent pas pour reconstituer les systèmes policiers à l’œuvre dans les villages tant pour l’Ancien Régime que pour l’époque contemporaine.

Notes

1 Tome 16, p. 451 à 486.

2 Tome 11, p. 134-146.

3 Ibidem, p. 134-135 : « Les habitants des campagnes, surtout ceux qui ne respirent presque jamais l’air empoisonné des villes, sont sains, frais, robustes, gais, doux & contens. C’est-là qu’il faut chercher l’homme de la nature ; il y est beau & bon. Si l’on y trouve quelque fois de la corruption, elle y a été apportée des villes voisines. »

4 Ibidem, p. 135-136. Sur la police comme instrument du bonheur public, voir V. Milliot, Un policier des Lumières, Paris, Champ Vallon, 2011. V. Milliot, Qu’est-ce qu’une police éclairée ? La police amélioratrice selon Jean-Charles Pierre Lenoir (1775-1785), dans Dix-Huitième Siècle, no 37, 2005, p. 117-130.

5 Pour un bilan des recherches récentes, voir V. Milliot, « Histoire des polices : l’ouverture d’un moment historiographique », RHMC, 54-2, avril-juin 2007, p. 162-177.

6 Pour une synthèse commode, voir M. Aubouin, A. Teyssier et J. Tulard, Histoire et dictionnaire de la police, du moyen âge à nos jours, Paris, Laffont, 2005.

7 Clive Emsley, Gendarmes and the State in the Nineteenth Century Europe, Oxford, OUP, 1999.

8 Aurélien Lignereux, La France rébellionnaire : les résistances à la gendarmerie, 1800-1859, Rennes, PUR, 2008.

9 Arnaud-Dominique Houte, Le métier de gendarme au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2010.

10 Jean-Noël Luc (dir.), Gendarmerie, État et Société au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002. J-N. Luc, Soldats de la loi. La gendarmerie au XXe siècle, Paris, PUS, 2010.

11 Jean-Noël Luc (dir.), Histoire de la Maréchaussée et de la Gendarmerie, Guide de recherche, Service Historique de la Gendarmerie nationale, Maisons-Alfort, 2005.

12 Eric Hestault, La lieutenance de maréchaussée de Nantes (1770-1790), Maisons-Alfort, Service Historique de la Gendarmerie Nationale, 2002.

13 Iain Cameron, Crime and Repression in the Auvergne and the Guyenne, 1720-1790, Cambridge-New York, Cambridge U.P., 1981.

14 Pascal Brouillet, La Maréchaussée dans la généralité de Paris au XVIIIe siècle (1718-1791). Étude institutionnelle et sociale, thèse de doctorat, EPHE, 2002, 4 vols.

15 Claude Sturgill, L’organisation et l’administration de la maréchaussée et de la justice prévôtale dans la France des Bourbons (1720-1730), Vincennes, Service historique de l’armée de terre, 1981. Jacques Lorgnier, Maréchaussée. Histoire d’une révolution administrative et judiciaire, Paris, L’Harmattan, 1994, tome 1 : Les juges bottés, tome 2 : Quand le gendarme juge.

16 Louis Larrieu : Histoire de la maréchaussée et de la gendarmerie, des origines à la Quatrième République, Maisons-Alfort, Service Historique de la Gendarmerie Nationale, 2002 (1re éd. 1927). Voir aussi Pascal Brouillet (dir.), De la Maréchaussée à la Gendarmerie : Histoire et patrimoine, Paris, La Documentation française, 2003.

17 Nicole Dyonet, « La maréchaussée et le ville en France au XVIIIe siècle », dans Xavier Rousseaux et René Lévy (éd.), Le Pénal dans tous ses États. Justice, États et sociétés en Europe (XIIe-XXe siècles), Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 1997, p. 323-336.

18 Catherine Denys, La police de Bruxelles entre réformes et révolutions (1748-1814). Police municipale et modernité, Dossier d’Habilitation à diriger des recherches, Lille 3, 2009, 3e vol.

19 « La gendarmerie, force urbaine, du XVIIIe siècle à nos jours », Force Publique, Actes du colloque du 8 novembre 2007 tenu au Palais du Luxembourg (Sénat), 2008, 3.

20 Sur les changements dans l’histoire de la police, voir la note 5.

21 Fabien Gaveau, L’ordre aux champs. Histoire des gardes champêtres en France de la Révolution française à la Troisième République. Pour une autre histoire de l’État, thèse de doctorat, Université de Dijon, 2005, 3 vols. F. Gaveau, « De la sûreté des campagnes. Police rurale et demandes d’ordre en France dans la première moitié du XIXe siècle », Crime, Histoire & Société, 2000, 4, p. 53-76.

22 AN, F7 6342, Conseil de police du 10 pluviôse an XIII (30 janvier 1805).

23 Rappelons qu’il n’y a pas de police nationale en France avant 1940. Sur les circonstances de cette nationalisation, voir Jean-Marc Berlière, Le monde des polices en France, XIXe-XXe siècles, Bruxelles, Complexe, 1996. La renaissance, depuis les années 1980, de polices municipales est aussi un symptôme, voir Virginie Malochet, Les policiers municipaux, Paris, PUF, 2007.

24 Egon Bittner, « De la faculté d’user de la force comme fondement du rôle de la police », Les Cahiers de la sécurité intérieure, 3, 1991, p. 221-235. E. Bittner, The Functions of the Police in Modern Society : a Review of Background Factors, Current Practices, and Possible Role Models, Cambridge, Mass., Oelgeschlager, Gunn and Hain, 1980 (1re éd., 1970).

25 C. Denys, op. cit., p. 111-115.

26 C. Denys, Police et sécurité au XVIIIe siècle dans les villes de la frontière franco-belge, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 353-356.

27 Pascal Brouillet, « La compagnie de maréchaussée de l’Île-de-France et la Garde de Paris : deux unités de police, un même métier ? », Jean-Marc Berlière, Catherine Denys, Dominique Kalifa et Vincent Milliot (éds.), Métiers de police. Être policier en Europe, XVIIIe-XXe siècle, Rennes, PUR, 2008., p. 77-85.

28 Brigitte Marin, Policer la ville. Polices royales, pouvoirs locaux et organisations territoriales à Naples et à Madrid dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Dossier d’Habilitation à diriger des recherches, Paris1, 2005, p. 205.

29 Catherine Denys, Brigitte Marin et Vincent Milliot (dir.), Réformer la police. Les Mémoires policiers en Europe au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2009.

30 Yannick Coutiez, Le gouvernement central et les communautés rurales hainuyères (1714-1794). Étude d’histoire de l’administration, Mouscron, Hannonia, 1993.

31 Livio Antonielli, « Les fonctions policières des exécuteurs de justice dans le duché de Milan au XVIIIe siècle », dans Jean-Marc Berlière, Catherine Denys, Dominique Kalifa et Vincent Milliot (dir.), Métiers de police. Être policier en Europe, XVIIIe-XXe siècle, Rennes, PUR, 2008, p. 61-76.

32 F. Gaveau, op cit., vol. 2, p. 409. C’est le père du Tocqueville célèbre.

33 Cyril Cartayrade, « Gouverner la police : commissaires cantonaux et gendarmes du Puy-de-Dôme au début du Second Empire », dans Dominique Kalifa et Pierre Karila-Cohen, Le commissaire de police au XIXe siècle, Paris, PUS, 2008, p. 123-138 ; Fabien Gaveau pour leurs rapports avec les garde-champêtres, volume 2, p. 648-654 ; Aurélien Caulier, « S’adapter au temps et à l’espace : le maillage policier dans le département du Nord sous le Second Empire », J-M. Berlière (et al.), Métiers de police, op. cit., p. 333-344.

34 Anne Bonzon, « Conflits familiaux et médiation cléricale dans la France du XVIIe siècle », dans La résolution des conflits. Justice publique et Justice privée : une frontière mouvante, Centre d’Histoire Judiciaire de Lille 2, CNRS, 2008 (CD-ROM). D’une manière générale, l’infra-judiciaire, dont l’étude a été initiée par Benoît Garnot, offre un accès indirect aussi aux formes de régulation sociale.

35 Antoine Follain (dir.), Les Justices locales dans les villes et villages du XVe au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2006.

36 Brigitte Maillard, « Justices seigneuriales et police des communautés rurales en Anjou au XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2011-1, t. 118, p. 143-165.

37 Jean-Marc Roger (éd.), Un village en Languedoc. La chronologiette de Pierre Prion, 1744-1759, Paris, Fayard, 2007, p. 327.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540