Version classiqueVersion mobile

Utopies et mythologies urbaines à Villeneuve d'Ascq

 | 
Bénédicte Lefebvre
, 
Michel Rautenberg

La ville et ses habitants

Texte intégral

Brève chronologie de Villeneuve d’Ascq

  • 1 Paul Delouvrier (1914-1995), nommé délégué général au District de la Région de Paris en 1961 et Pré (...)
  • 2 Sur l’historique du projet de construction des villes nouvelles voir Roullier, J. E., 1989, 25 ans (...)

1Villeneuve d’Ascq est née d’une volonté politique mise en œuvre par les techniciens d’un établissement public, l’Epale, créé par l’État. Inscrite au programme des villes nouvelles en 1967, elle est censée répondre aux nouvelles valeurs que partagent les spécialistes de la ville et de l’urbanisme de la fin des années 60, marqués par les réflexions qui ont cours en Grande-Bretagne : les opérations massives de rénovation urbaine sont jugées traumatisantes, les grands ensembles commencent à faire l’objet de critiques fortes. Paul Delouvrier1 envisage alors de construire des villes en « terrain vierge », mais à proximité des grands centres urbains. Cinq projets sont engagés dans la région parisienne, et quatre en province2.

  • 3 Déclaration d’utilité publique.

2À Lille, le projet de construction de la ville nouvelle de Lille-Est sur les communes d’Ascq, Annappes et Flers est rendu public le 4 octobre 1967. Les premières réactions sont virulentes, comme le montrent les titres de la presse locale : « Les bourreaux envahisseurs », « Les envahisseurs modernes », « Les premières rafales », « On nous mitraille », « La DUP3, c’est l’expulsion, la déportation, la mort lente pour les aînés », « Camp d’extermination appelé DUP » (Percq, Stievenard, 1980). Ce qui choque le plus, c’est la manière jugée expéditive par laquelle procède l’État pour exproprier les anciens habitants, allant à l’encontre des idées généreuses qui sont évoquées dans ces projets urbanistiquement et socialement ambitieux. Des associations de défense se créent aussitôt, la justice est saisie et l’arrêté d’expulsion est annulé en août 1969, avant que le Conseil d’État n’annule ce jugement et rétablisse les expulsions le 28 mai 1971.

  • 4 À cette époque, Paul Delouvrier envisageait des villes nouvelles de 300 000 à 800 000 habitants aut (...)
  • 5 Ville Nouvelle Actualité, 22.

3La ville est « nouvelle », mais elle ne se bâtit pas sur du vide. En 1964, l’architecte Henry Bernard avait dressé les premiers plans d’une métropole linéaire de Tourcoing au Bassin Minier. Avec une très grande ville nouvelle au sud-ouest4, en direction du bassin minier. Le projet est affiné par l’atelier d’urbanisme dirigé par Gérard Deldique. Les réactions des Roubaisiens sont vives5. En outre, des « coups » sont déjà partis, comme l’installation de l’Université des Sciences et Technologies sur la commune d’Annappes en 1964, décidée dès 1959 par le recteur Debeyre. Annappes est une commune déjà importante et elle possède un quartier neuf depuis 1963, où ont été logées des populations harkis d’Algérie, et un quartier résidentiel, Brigode. On pense déjà à l’extension de l’université et à l’installation des facultés de lettres et de droit qui n’ont pas la place de s’agrandir à Lille intra muros. L’idée fait ainsi son chemin que, puisqu’on ne peut plus construire d’universités en ville, on construira une ville autour de l’université. Dernier grand dossier, celui de la création d’un vaste complexe sportif, comportant piscine, stade et vélodrome, dont seul le stade verra le jour. Pour les deux autres communes, il n’y avait pas de grands projets, mais en revanche un patrimoine historique peut-être plus fort : Ascq restait marquée par le souvenir du massacre du 1er avril 1944 où les nazis massacrèrent 86 hommes ; et à Flers existait un « château » inscrit à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1951, même s’il était en mauvais état et risqua la démolition en 1965.

4Cette histoire ne sera pas sans influer sur la construction des représentations sociales et de l’imaginaire de la ville nouvelle par les locaux. Sa population a connu une véritable explosion démographique, alors que les villes centres voyaient leurs populations diminuer dans la même période. Dès 1982, elle devient la quatrième ville de la Métropole. Alors que les projets des aménageurs annonçaient 100 000 habitants, la ville nouvelle s’est stabilisée cependant aux environs de 60 000 par la volonté de ses habitants et de ses élus.

5Dans l’histoire de la ville nouvelle, nous pouvons identifier 3 périodes. Une première période commence avec l’annonce du projet de création jusqu’à l’élection de Gérard Caudron à la mairie en 1977 à la tête d’une liste d’opposition socialiste qui réclame l’arrêt de l’extension de la ville. Cette période est elle-même divisée en deux phases : entre 1969 et 1973, le projet mûrit au sein des service de l’État, c’est la phase de gestation, pendant laquelle les utopies des techniciens s’élaborent sur le papier, et des premières rencontres avec la réalité politique ; entre 1973 et 1977, les premiers nouveaux habitants s’installent et, rencontrant les difficultés liées aux nombreuses malfaçons dans la construction des maisons et des immeubles, commencent à s’organiser pour défendre leurs intérêts.

6Une seconde période, entre 1977 et le début des années 2000, correspond à la consolidation de la ville nouvelle et au désengagement de l’État. Entre 1977 et 1983 (date à laquelle la ville nouvelle est officiellement achevée), une nouvelle municipalité prend la main, l’établissement public est dissout et la ville prend la forme qu’elle connaît encore largement aujourd’hui. Jusqu’aux années 2000, la ville cherche à s’émanciper d’une image de ville nouvelle, jugée « usée », pour construire son identité propre.

7Depuis quelques années, une troisième période semble engagée, celle d’une relative normalisation, avec le départ de nombreux « pionniers » des années 70 au moment de leur retraite, le vieillissement de la population, la décision d’engager des travaux de rénovation lourds pour le budget, la relance de la construction de logements, même si la ville conserve des traits spécifiques par sa démographie, sa sociologie et un paysage urbain particulier.

Gestation et naissance de la ville nouvelle

  • 6 Organisme Régional d’Économie et d’Aménagement. Créés par les pouvoirs publics dans le cadre du Ve (...)

8Le projet de construire une ville nouvelle à l’est de Lille reste très confidentiel pendant toute sa gestation (Delbar, 1977). « L’idée » de ville nouvelle germe dans les esprits des ingénieurs en charge de l’équipement, en dehors de toute réflexion avec les forces sociales et politiques locales. La décision fut prise par Edgar Pisani, Ministre de l’Équipement, en octobre 1966, à la suite d’un survol de l’agglomération en hélicoptère au-dessus d’une dizaine de communes à l’est de Lille, épisode qui ne manquera pas d’exciter l’imaginaire local. Le programme est approuvé officiellement par le Comité interministériel le 8 février 1967. Les élus des communes concernées, comme les élus de Lille, Roubaix et Tourcoing, de même que l’OREAM-Nord6, créée en 1963 pour l’aménagement de la région, sont absents des prises de décision et des réflexions sur l’aménagement (Percq, Stievenard, 1980). Les 265 habitants concernés par les expropriations apprennent la nouvelle le 5 octobre 1967 par lettre recommandée annonçant la déclaration d’utilité publique (DUP). Le 24 avril 1968, la mission d’étude et d’aménagement, financée par le Ministère de l’Équipement, est lancée. Elle est dirigée par Jean-Claude Ralite, ingénieur des Ponts et Chaussées nommé par le ministère de l’Équipement.

9La loi du 31 décembre 1966 sur les Communautés Urbaines a donné un cadre institutionnel pour la gestion et l’aménagement des agglomérations. La Communauté Urbaine de Lille, créée le 22 mars 1967, devient le cadre dans lequel vont se faire les études d’urbanisme et d’aménagement de l’agglomération.

10Le 11 avril 1969, l’Établissement public d’aménagement de la Ville nouvelle de Lille-Est (Epale) est créé par décret. Le Conseil d’Administration se compose pour moitié d’élus de la communauté urbaine de Lille, et pour moitié de représentants de l’État. Aucun représentant des communes sur lesquelles sera implantée la future ville nouvelle n’en est membre en tant que tel. La présidence est obtenue par le vice-président de la nouvelle communauté urbaine, Arthur Notebart. L’Epale est un établissement d’étude et d’aménagement qui dispose d’un budget propre et qui peut acquérir des terrains et les revendre à condition de ne pas faire de plus-value. L’organisme dépend directement du Ministère de l’Équipement et a d’énormes pouvoirs. Jean-Claude Ralite en est le premier directeur.

11Le 15 décembre 1969, le Conseil de la Communauté urbaine de Lille adopte le Schéma d’aménagement et d’urbanisme de l’agglomération établi par l’agence d’urbanisme de la Communauté urbaine. Le SDAU base ses réflexions sur une progression démographique forte, prévoyant 1 300 000 habitants en 85, insistant sur la nécessité de doter la métropole de 2200 ha d’espaces verts avant 2010 et « d’éviter que l’agglomération ne se développe d’une façon analogue dans toutes les directions, en tache d’huile ». Enfin, il met l’accent sur la nécessité de réaliser des équipements à vocation métropolitaine en dehors de la ville centre. Ces objectifs ne pouvant être atteints que grâce à une infrastructure routière et de transports en commun puissante. Pour le Ministère de l’Équipement, l’objectif est triple : ériger l’agglomération de Lille-Roubaix-Tourcoing au rang de Métropole d’équilibre en privilégiant son développement autour d’une ville nouvelle, répondant aux objectifs de la politique mise en œuvre dans le cadre du Schéma directeur d’aménagement urbain ; créer un ensemble moderne où les universités, intégrées en milieu urbain, sont sources d’attraction et d’animation ; réaliser un projet exemplaire du point de vue architectural et urbanistique autour de quelques idéaux urbanistiques, comme la réconciliation entre la ville et la campagne, la rationalisation des déplacements, la création de villes qui seraient autonomes tout en étant à proximité d’un grand centre urbain préexistant (Delouvrier, in Roullier, 1989).

  • 7 Ainsi les bureaux de l’Epale et une salle d’exposition s’installent à la ferme Dupire, la ferme St (...)

12La seconde vague d’expropriations (1247 ha) est annoncée le 3 avril 1970. Elle a pour but de libérer des terrains pour construire la rocade, des logements, des écoles… Elle concerne des terres agricoles. Une manifestation rassemble une centaine d’agriculteurs. Les expropriés s’organisent et fondent la SASA, syndicat d’aménagement des structures agricoles qui se charge d’informer et d’aider les agriculteurs dans leur reconversion. Certains continuent d’exploiter leurs terres qui peuvent être reprises du jour au lendemain. Des 101 exploitants en 1968, il en reste 24 en 1979. Les fermes sont démolies dans leur grande majorité dès 1968. Quelques-unes sont rachetées par l’Epale et seront restaurées pour « conserver les vestiges du passé ». Plusieurs sont destinées à une autre vocation, souvent culturelle7.

  • 8 Les élus d’Ascq et de Flers s’opposent aux démolitions, pas aux expulsions.
  • 9 Il est question qu’elle s’appelle ville nouvelle de Lille-Est.
  • 10 Pierre Defives, adjoint au maire d’Annappes et nouvel habitant, se fait l’émissaire de l’Epale, et (...)
  • 11 Qui serait née d’une discussion entre J-C. Ralite et le Préfet de région Dumont (P. Percq, J-M. Sti (...)
  • 12 86 civils ont été fusillés par les SS.

13Les élus des trois petites communes n’ont pas les moyens de résister à la pression de la ville nouvelle. Face à ces bouleversements, ils sont mitigés et ambivalents8 : alors que certains comme Jean Lecoutre, maire d’Annappes, soutiennent la lutte contre les expropriations et refusent de vendre des terrains communaux, d’autres jouent le jeu de la ville nouvelle (Percq, Stievenard, 1980). Face à la menace d’annexion du campus et de la ville nouvelle9 par la ville de Lille, les élus se laissent convaincre par l’Epale10 de l’idée d’une fusion11 (Percq, entretien, 2003), escomptant des équipements pour leurs communes. La ville nouvelle prend le nom d’Ascq, en mémoire aux victimes du massacre d’Ascq en 194412. La fusion prend un mois. Le 25 février 1970, Villeneuve d’Ascq est créée. Le premier maire, Jean Desmarets, élu le 7 mars, est l’ancien maire de Flers. Jusqu’au changement de majorité aux élections de 1977, la fusion des trois communes laissera « carte blanche » à l’Epale.

Les grandes étapes de la confrontation entre l’Epale et les élus locaux

14L’histoire des relations entre l’Epale et la ville nouvelle peut se lire comme une lutte pour le pouvoir sur le développement de la ville. Entre 1970 et 1983, celui-ci passe des mains de l’administration à celles des élus communautaires, puis communaux, avec de nombreux revirements. « Bras de fer », « clashes », démissions se succèdent en 10 ans.

  • 13 Voir photo : « Vue aérienne de Villeneuve d’Ascq ».

15Dans les premiers temps, jusqu’en 1973, l’État est tout puissant et impose ses choix. En 1970, parce que la liaison entre l’autoroute de Gand et celle de Paris est retardée dans la traversée de Fives par l’action d’un comité de défense appuyé par le maire de Lille, l’État décide sans concertation de transformer le boulevard du Breucq, qui traverse Villeneuve d’Ascq du nord au sud, en autoroute, appelée depuis « autoroute de Gand ».13

Vue aérienne de Villeneuve d’Ascq

Vue aérienne de Villeneuve d’Ascq

Les trois bourgs anciens englobés dans la ville nouvelle se distinguent mal, sinon pas leur forme urbaine, des nouveaux quartiers de la ville nouvelle. On distingue la voie ferrée qui coupe la ville d’est en ouest, et le boulevard du Breucq, transformé en autoroute, du nord (vers Gand) au sud (vers Paris). Au-delà du Boulevard de l’Ouest (à gauche), on distingue les communes de Mons-en-Barœul, d’Hellemmes-Lille et de Lezennes, avec lesquelles il n’y a quasi plus de discontinuité urbaine. Le parc urbain, avec ses huit lacs de rétention d’eau et son bois, se repère par les taches sombres et claires vers le centre de la photo.

16Autre affaire qui poussera la tension à son comble, l’imposition par l’État, en 1972, à l’occasion de la construction du quartier de Pont de Bois, d’un concours national qui verra le marché attribué à un architecte et un organisme d’HLM parisiens. Arthur Notebart, président de la CUDL et de l’Epale, refuse les résultats du concours et la Communauté urbaine suspend sa garantie. Cette décision gèle l’opération pendant 18 mois et verra le départ du directeur de l’Epale, Jean-Claude Ralite. Lorsque la crise se termine avec l’arrivée du nouveau directeur, Michel Colot, Arthur Notebart refuse tout dépassement financier, malgré les délais passés. L’Epale et l’architecte décident de modifier le projet en augmentant la densité des immeubles, en diminuant les coûts de l’isolation et abaissant la qualité des matériaux. On peut imaginer que cette décision ne sera pas sans conséquence sur la qualité des constructions. Cette prise de position des élus locaux marque l’émergence d’un pouvoir local incarné par le président de la CUDL, au détriment de l’Epale et des représentants de l’État.

17La ville se construit rapidement, avec le soutien des élus. En 1976, le quartier du Triolo est quasiment terminé et les premières opérations du Château voient le jour. Le nouveau directeur prend en main le dossier Centre-ville : le théâtre de la Rose des Vents puis l’hôtel de ville sortent de terre. L’équipe est remaniée et les projets modifiés. Pourtant, au sein de la CUDL, les enjeux montent. En 1975, l’Epale sort une plaquette « 5 ans déjà » où la ville est présentée comme un simple quartier de la métropole. Les élus municipaux, inquiets, craignent les projets du nouveau maire de Lille, Pierre Mauroy, qui prétend annexer la cité scientifique, Hellemmes et Villeneuve d’Ascq. Le maire de Villeneuve d’Ascq, Jean Desmarets, ne contrôle plus rien et démissionne. Des élections partielles sont organisées le 1er janvier 1976, la gauche l’emporte. Le jeune socialiste Gérard Caudron est élu conseiller municipal d’opposition.

La consolidation de la ville nouvelle à partir de 1977

18Aux élections de mars 1977, la liste de l’union de la gauche conduite par Gérard Caudron l’emporte. Le projet du nouveau maire est de reprendre le pouvoir sur le devenir de la ville. Gérard Caudron dispose d’un atout dont ne dispose aucune autre ville nouvelle-où les communes sont regroupées en syndicat d’agglomération nouvelle ou en syndicat de communes- : il est à la tête d’une seule commune :

  • 14 G. Caudron, alors conseiller municipal (maire de 1977 à 2001, et depuis 2008), entretien, 2004. Les (...)

« Moi mon objectif a été très vite […] de finir ce qu’il fallait absolument finir, et d’arrêter tout le reste, c’est pour ça que la ville nouvelle chez nous s’est arrêtée officiellement en 1983. On est la première ville nouvelle à s’être officiellement terminée, l’établissement public d’aménagement a été dissout en 1983, donc, je dirai près de vingt ans avant les autres […]. Moi quand je rencontrais mes collègues des autres villes nouvelles, eux ce qu’ils voulaient c’était des logements, des logements, des logements, de l’argent de l’État, des logements, aller au bout du projet ville nouvelle. Moi j’étais une commune, j’étais un maire avec un conseil municipal, et mon objectif, c’était de construire quelque chose à taille humaine, et donc pas aussi important que ce que les concepteurs de la ville nouvelle avaient fait […] »14

19Le jeune maire va utiliser tous les outils dont il dispose pour conduire son projet. Il va refuser des permis de construire, s’appuyant sur les habitants dans un combat « musclé », parfois même « violent » contre l’Epale, l’État, mais aussi la Communauté urbaine qui reproche aux Villeneuvois de « pomper la substance » des autres communes.

20Le « coup d’arrêt » à la ville nouvelle arrive au moment de la prise de conscience du déséquilibre démographique alarmant de la métropole : les villes centres se dépeuplent tandis que Villeneuve d’Ascq connaît une forte augmentation démographique :

  • 15 J-M. Stievenard, premier adjoint entre 1977 et 1995, maire entre 2001 et 2008, entretien, 2003.

« Et donc, il y a eu des recensements terriblement douloureux, je pense qu’il a dû y avoir un recensement en 79 où Lille, Roubaix, peut-être Tourcoing, mais moins fort, ont vu leur population chuter considérablement et la commune de Villeneuve d’Ascq grandir, donc il y a eu une rébellion de toutes les communes, en plus une volonté locale de… mais c’est une autre histoire. »15

21Les objectifs de Gérard Caudron sont de bâtir une ville « à taille humaine », de conserver le maximum d’espaces libres, d’aménager des espaces verts, de préserver des espaces agricoles. Il va aussi s’opposer au métro aérien, obtenir l’amélioration des plans-masses avec la substitution du béton par la brique, la plantation d’arbres. Il s’agit aussi de lutter contre les projets d’annexion du maire de Lille, pourtant du même bord politique.

22Un vaste programme de consultation des habitants pour la « finition » de la ville nouvelle est lancé en 1978 : une convention est signée entre le Groupe central des villes nouvelles, la CUDL et la ville pour lancer une concertation sur les chartes d’aménagement. Les programmes sont discutés îlot par îlot, 60 réunions seront organisées en un an.

  • 16 Le lac du Héron et le lac St Jean, les plus étendus, se trouvent à l’est de l’autoroute, entre les (...)

23Dans les années 80, la ville stabilise sa population vers 60 000 habitants mais possède de nombreux équipements, certains de niveau communautaire comme le stadium et un parc urbain qui attirent les habitants de toute la métropole, un Musée d’art moderne en construction, une scène théâtrale « La Rose des Vents » dont la notoriété dépasse largement les limites communales, 370 associations. Malgré les tensions, les conflits, beaucoup s’accordent à reconnaître l’apport essentiel de l’établissement public dans ce qui forme aujourd’hui les spécificités urbanistiques de l’ex-ville nouvelle : la réflexion sur les circulations séparées des piétons et des voitures ; le parc urbain intégrant des plans d’eau de régulation des eaux pluviales ; le creusement de 8 lacs16 de retenue pour pallier aux débordements de la Marque ; l’habitat de densité intermédiaire (ni maison individuelle, ni immeuble collectif) avec ses immeubles « paysagers », ses lotissements à « bulles » ; le VAL, navette « Villeneuve d’Ascq-Lille » rebaptisé « Véhicule automatique léger », devenu métro de la CUDL, la télédistribution, les antennes de télévision enterrées, le réseau câblé. Ajoutons l’utilisation des fermes anciennes en équipements collectifs ou culturels, les locaux collectifs résidentiels groupés sur plusieurs opérations dont nous reparlerons plus longuement, les Chartes d’aménagement concerté.

24Les années qui suivent le départ de l’Epale, sous la mandature d’un jeune maire charismatique et entièrement dévoué à la cause de sa ville, sont celles d’un repositionnement de l’identité de la ville. D’une part, les habitants de certains quartiers se sentent mal intégrés à une ville à l’urbanisme éclaté, manquant de repères historiques et de pratiques collectives institutionnalisées. D’autre part, il faut trouver une alternative à l’image de « ville nouvelle » et normaliser la ville. Plus que les entretiens avec les habitants, ou les décisions publiques, c’est la lecture de la presse municipale, placée plus ou moins directement sous l’influence de la municipalité, qui montre les axes forts de cette politique. Nous en évoquerons quatre :

    • 17 Tribune des associations, 31 février 1983.

    la place de la nature est présente à de nombreux niveaux de la politique municipale, dans les aménagements urbains, dans le cadre de la politique des loisirs, afin d’affirmer à la fois la modernité à travers l’écologie et l’enracinement dans le territoire. Vis-à-vis des agriculteurs, on assiste à un genre de mea culpa public : « la ville nouvelle vous a dépossédés de vos terres, mais vous restez les témoins indispensables de l’identité de la ville parce que vous êtes les liens avec son histoire, et que vous êtes son ‘poumon’ vert en aidant ses habitants à souffler ». Dans la Tribune des associations, l’on peut lire que les Villeneuvois apprécient ces fermes qui donnent à la ville un air de vacances, ils vont y chercher le lait, les légumes, les œufs. Et ces agriculteurs « qui ont tous pensé à un moment ou un autre de fuir cette ville qui les repoussait » auraient compris qu’ils étaient appréciés par leurs concitoyens17. Des activités pédagogiques sont organisées pour faire connaître « aux nouveaux habitants » les travaux de la terre et les traditions locales transmises par ceux qui sont « installés à Villeneuve d’Ascq depuis toujours ». La ferme du Héron accueille un verger conservatoire d’espèces fruitières traditionnelles, un observatoire pour les oiseaux, un club nature…

    • 18 Tribune des associations, 2 février 1985.

    la mise en valeur, de manière parfois presque caricaturale, des rares éléments patrimoniaux dont dispose le territoire municipal ; il en va ainsi de la création d’un poste d’archéologue municipal ou du rachat d’anciennes fermes pour y installer des services municipaux. Dans un article intitulé « Archéologie : 2000 ans d’histoire sous vos pieds », on peut lire18 :

« Née en 1971, Villeneuve d’Ascq repose sur une terre qui depuis 2000 ans a accueilli les hommes. Paradoxalement, c’est la construction de la ville nouvelle qui a permis la découverte du riche passé des villages d’Ascq, Annappes et Flers. Les bouleversements de terrain ont permis la découverte souvent fortuite de toutes les empreintes du passé. Ni temple du roi soleil, ni trésors fabuleux mais des vestiges d’habitat, de travaux de drainage ou de défense, des outils, des objets usuels, de tombes »…

  • 19 La ferme Delporte construite en 1720 en brique et à cour carrée était propriété de la famille Monta (...)
  • 20 Le musée du Terroir a été créé à l’initiative de la Société Historique de Villeneuve d’Ascq et du M (...)

25Autre exemple, la création en 1972 dans la ferme de la carrière Delporte19 d’un musée du terroir, remis en état par de nouveaux habitants, tous passionnés et bénévoles, destiné à être un outil pédagogique « faisant revivre l’outillage ancien » et « les métiers du XIXe »20. On pourrait aussi évoquer la création du carnaval du Triolo qui, en 1985, va fabriquer un « géant » et un « bonhomme d’hiver ».

  • l’intérêt pour la culture contemporaine : soutien au cinéma associatif d’avant-garde et d’art et essai « le Méliès », création d’un théâtre contemporain, La Rose des vents, du Musée d’art moderne de la métropole, et d’un centre de culture scientifique et technique, le Forum des sciences.

    • 21 La Tribune de Villeneuve d’Ascq, no 7, juin 1985.

    l’intérêt pour les nouvelles technologies dans le cadre d’une technopole qui a vocation à se substituer à la notion de ville nouvelle dans le marketing municipal, plaçant la ville dans un peloton de tête de l’innovation technologique aux côtés de Nice-Sophia Antipolis, Montpellier ou Grenoble. Parmi les arguments en faveur de ce technopôle, on retrouve l’environnement, la qualité de vie, et la présence des universités. Ainsi, après l’image « ville nouvelle » qui a été un atout au moment de la création de la ville, le maire entend promouvoir une nouvelle image : technopole et ville universitaire. Villeneuve d’Ascq est « une ville à part entière à caractère scientifique ». Cette image de modernité ainsi que l’importance des équipements publics auraient contribué à lutter contre la fuite des cadres et des personnes qualifiées vers d’autres régions, la ville offrant en outre un urbanisme de qualité, une capacité d’accueil et de loisirs, de culture, de sport, de tourisme de qualité, la présence de promoteurs et d’entrepreneurs et de chercheurs qualifiés21.

La normalisation de la ville

26Avec le temps, la ville va voir ses spécificités s’estomper. Certaines conserveront toutefois un impact important sur la vie locale. Il en est ainsi de la part des espaces verts et, plus largement, de la nature en tant que registre de l’action publique dans les domaines de l’urbanisme, de la vie associative, de la démocratie participative ou de la vie culturelle ; également d’un urbanisme qui a souvent su associer de manière originale – mais pas toujours sociologiquement réussie – espaces privés et espaces semi-publics ; enfin d’une singularité sociologique et démographique, liée directement à son histoire, qui pèse lourd aujourd’hui dans les décisions politiques quand il s’agit de réfléchir au renouvellement de la population. D’autres singularités que nous évoquerons longuement, comme l’activité militante et associative, n’ont pas disparu mais semblent profondément transformées par les mouvements démographiques et les formes plus pragmatiques de l’engagement dans l’action publique.

27La « normalisation » de la ville s’exprime dans la mise en œuvre de politiques publiques banalisées, dans toutes les communes urbaines ou suburbaines de la communauté urbaine de Lille. Ainsi, en 2005, alors que la communauté urbaine se dote d’un nouveau Plan Social d’Urbanisme, Villeneuve d’Ascq travaille au renouvellement de ses quartiers. Le problème foncier est important dans la ville. 51 % des logements appartiennent au parc social alors que les habitants venus dans les années 70 arrivent à l’âge de la retraite. Compte tenu de la qualité des équipements collectifs, de l’importance des espaces verts, de la proportion des logements individuels avec jardins, du niveau social médian plutôt élevé, les prix de l’immobilier sont tels que les enfants des Villeneuvois ont du mal à acheter et préfèrent souvent s’installer ailleurs. Ainsi on assiste, comme dans la plupart des villes françaises, à une accélération de la ségrégation urbaine entre les quartiers résidentiels de plus en plus chers, et les quartiers de logements sociaux qui abritent une population de moins en moins fortunée. Le passage du logement social locatif à l’accession à la propriété devient très difficile. Dans son numéro d’avril 2005, la Tribune de Villeneuve d’Ascq évoque la situation d’un jeune couple de cadres moyens ou de fonctionnaires avec deux enfants : alors qu’à la fin des années 90, ils pouvaient facilement accéder à la propriété dans les quartiers de Triolo ou de la Cousinerie, en 2005, ils ont beaucoup de difficultés à le faire. Dans le PLU qui est adopté, les quartiers « anciens » d’Ascq, de Flers et d’Annappes sont peu concernés. En revanche, il est prévu que des logements d’habitat social puissent devenir accessibles à la propriété, en particulier au Triolo et à Pont de bois, et que la mixité sociale y soit favorisée.

  • 22 En 2005. J. M. Stiévenard a été maire de Villeneuve d’Ascq de 2001 à 2008.
  • 23 La Tribune de Villeneuve d’Ascq, no 201, février 2005.

28Pourtant, Villeneuve d’Ascq n’est toujours pas une ville vraiment comme les autres. « Les grands espaces verts et naturels ont fait la réputation de Villeneuve d’Ascq, rappelle le maire22, Jean-Michel Stievenard. Nous voulons aller plus loin en cherchant à réintroduire la nature au cœur de tous les espaces »23. La municipalité lance alors une politique de « gestion différenciée » de la ville selon laquelle chaque élément de « nature » sera pris en compte au cas par cas dans les opérations urbaines : ne pas abattre un arbre s’il est reconnu comme un lieu de nidation, laisser pousser des herbes sauvages afin de conserver des biotopes pour les papillons et autres insectes. Neuf thèmes sont ainsi identifiés, quartier par quartier, depuis la priorité du fauchage de l’herbe sur la tonte pour préserver les habitats des insectes à la Cité scientifique, jusqu’à la préservation des haies pour favoriser la nidification des oiseaux au Château.

La ville nouvelle se confronte aux habitants

  • 24 J-J. De Alzua, architecte urbaniste, membre de la Direction de la conception à l’Epale, entretien, (...)

29Parce qu’elles ont été l’occasion d’un véritable geste inaugural entre les habitants et les pouvoirs publics, il convient de revenir sur les toutes premières années de la ville nouvelle. Selon un ancien Epalien, la présence des élus communautaires au conseil d’administration a joué un rôle d’antidote à la technocratie. Le débat était vif, « féroce et politique »24, et, même si l’État était dans son droit, il ne pouvait pas agir seul. D’autant moins que dès que la ville nouvelle va être habitée, les élus se feront les porte-parole, parfois virulents, des habitants auprès de l’établissement public.

  • 25 Pour « Participation des Habitants Avant Réalisation ».
  • 26 J-M. Stievenard, entretien, 2003.

30Divers instruments de concertation sont créés par l’Epale pour recueillir les remarques des habitants – une vingtaine de milliers, rappelons-le – des trois communes sur lesquelles la ville a été édifiée, en particulier les « PHAR25 », longs ou courts, au cours desquels les projets étaient discutés avec des habitants des trois communes et parfois d’ailleurs. À partir de 1977, on assiste à la mise en place d’une forme de « cogestion » entre l’établissement public et les élus qui durera jusqu’à la fin de l’Epale26. Les élus s’opposent tant aux techniciens de l’Epale qu’aux architectes aux tentations « prométhéennes » qui ambitionnaient de réinventer les rapports sociaux (idem note 26).

  • 27 IM1, janvier 1977.
  • 28 IM6, 1978.

31Dès 1977, des Commissions extra municipales de quartier, auxquelles participent associations, élus, habitants, sont mises en place par la mairie pour répondre rapidement aux problèmes des quartiers. Les premières « CEMQ » concernent l’environnement, les comités de défense, le rapport avec les universités27. Elles sont relancées en 197828. La même année, une convention tripartite entre l’État, la CUDL et la municipalité lance les chartes d’aménagement concerté avec participation des habitants pour la finition des quartiers. En 1980, la mairie tente de mettre en place des Conseils de quartier avant la lettre, et des maisons de quartier. Les maisons de quartier ont plusieurs fonctions : l’accueil et l’information des habitants, être des points de rencontre, accueillir les réunions des associations de quartiers. Les Conseils de quartier, qui devaient prendre la suite des commissions extra municipales de quartier, auraient dû avoir pour mission d’associer davantage les habitants sur des questions d’intérêt général telles que la gestion des équipements collectifs, la mise en place d’actions écologiques quotidiennes, donner des avis sur les permis de construire, élaborer des dossiers d’investissement sur les quartiers, envisager des fêtes de quartier. Leur accueil fut plutôt réservé et leur mise en place un échec.

  • 29 J-M. Stievenard, entretien, 2003.

32La ville est déjà décidée, dessinée et programmée, en partie construite, il ne reste qu’à la « finir » collectivement, mais des questions subsistent, non réglées, sur lesquelles vont se faire les affrontements. L’une de ces questions est le statut des voies et du réseau d’assainissement qui desservent les garages et les maisons à l’intérieur des lotissements. D’après les projets de l’Epale, étant trop étroites pour pouvoir être classées, ces voies devaient relever de la copropriété. Les techniciens avaient décidé de créer des syndicats libres de gestion des espaces collectifs pour gérer ces voies, l’ensemble des syndicats devant être regroupé dans des associations plus larges. À Triolo, une réunion fut organisée le 17 juin 1977 par l’Epale, dans la grange de la ferme Dupire, pour mettre en place l’association et élire son président. « Ce fut le premier grand débat (enfin pour moi) […]. Je m’en souviens, parce que c’était là aussi une de mes premières prises de parole en public : ils ont été blackboulés »29. Il est alors décidé que ces voiries seraient municipales.

  • 30 Le château, qui date du XVIIe siècle, fut transformé en ferme au début du XIXe siècle, après avoir (...)
  • 31 Comité de défense du Bourg.
  • 32 La demande d’annulation avait été acceptée, mais le ministre de l’Environnement (M. d’Ornano) ayant (...)

33Un autre combat des habitants contre l’Epale et les promoteurs fut celui de la construction de l’Îlot 3 en face du château de Flers. Selon les textes rédigés par l’Epale, les environs immédiats du château devaient rester non constructibles afin que les résidents puissent jouir des espaces verts et d’une vue dégagée sur le château, par ailleurs inscrit à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques30. Cependant, il fut décidé la construction d’une tranche de 269 logements collectifs tout près du Château dans ce quartier résidentiel d’habitat intermédiaire : le permis de construire, déposé en 1978 par la SCI Alvarado, est accepté et le chantier démarre. Un comité de défense31 voit alors le jour pour s’opposer aux travaux afin de préserver le site du Château de Flers, et demande l’annulation au Tribunal Administratif. La municipalité suspend le permis de construire, les travaux commencés sont arrêtés, mais, pendant l’été, en l’absence du maire, le permis de construire sera signé. De son côté, le conseil d’État donne le feu vert. Les travaux de la future résidence Alvarado, bloqués pendant deux ans en raison de la procédure lancée par le comité de défense, redémarreront en 198032.

34D’autres actions collectives sont conduites pendant toute cette période, contre le métro en viaduc au Triolo, contre les malfaçons dans les logements. Une forte mobilisation anime alors les premiers habitants, accompagnés par les élus, face à l’établissement public et aussi, parfois, la communauté urbaine.

  • 33 Anne Ioos, architecte, Direction du Développement urbain et économique à Villeneuve d’Ascq, entreti (...)
  • 34 Les conseils de quartier ont été créés par la loi du 27 février 2002, dite loi Vaillant, relative à (...)

35Que reste-t-il de cette époque ? Villeneuve d’Ascq est-elle le résultat d’un équilibre issu d’un rapport de force entre la ville imposée, héritage de l’État, et la ville réappropriée par ses habitants et ses élus ? Des habitudes acquises se poursuivent. Par exemple, lorsqu’un habitant souhaite racheter un morceau d’espace public, l’urbaniste de la ville organise une réunion publique. Lorsqu’il y a litige entre les locataires et les bailleurs, des réunions sont organisées par la ville, le représentant de la mairie jouant le rôle d’arbitre33. Cependant, depuis 2002, la mise en place de conseils de quartier par la mairie34 est venue bousculer les organisations d’habitants mises en place auparavant, associations syndicales, associations de quartier, comités de quartier ou autres, qui jouaient déjà ce rôle.

Les caractéristiques résidentielles des Villeneuvois

L’évolution de la population

  • 35 Insee RPG1968-1999.
  • 36 Informations Municipales no 7, novembre 1978.
  • 37 Informations Municipales no 8, décembre 1978.
  • 38 Excepté Lille pour la période récente, les villes de l’agglomération, comme Roubaix et Tourcoing, o (...)
  • 39 Notons que la méthodologie du recensement a changé depuis 2004. Les recensements jusque 1999 étaien (...)

36Avant la ville nouvelle, au recensement de 1968, les trois anciennes communes totalisaient 26 178 habitants35. Le recensement de 1975 donne 36 768 habitants. Deux ans plus tard, la ville demande à l’Insee un recensement complémentaire36 : avec 50 672 habitants, Villeneuve d’Ascq prend la 4e position dans la métropole, et la 5e du département après Dunkerque37. En près de 15 ans (de 1968 à 1982), Villeneuve d’Ascq a gagné 33 349 habitants et a plus que doublé de taille. Dans les années 90, après la fin des programmes de construction, elle est stabilisée autour de 65 000 habitants38. Le recensement de 1999 enregistre une baisse de la population, qui sera légèrement infléchie en 2006 par la reprise de la construction39.

Évolution de la population et du nombre de logements entre 1968 et 2006

Évolution de la population et du nombre de logements entre 1968 et 2006

*Recensement complémentaire, estimation

Source : Insee-RGP 1968-2006 Recensements de la population (dénombrements)

37L’un des facteurs importants de l’adaptation au cadre de la ville est l’âge des habitants et le vieillissement de la population. En 1982, 35,3 % des Villeneuvois ont moins de 19 ans, ils ne sont plus que 29,9 % en 1999. Dans le même temps, la population âgée de plus de 60 ans augmente sensiblement et la ville accueille des ménages de plus en plus petits et de moins en moins jeunes. Cette diminution de la taille des ménages s’explique par la diminution du nombre des enfants mais surtout par les bouleversements des structures familiales en France depuis une trentaine d’années.

L’urbanisation de la ville et l’évolution du logement

38Le territoire de la commune n’a pas cessé de s’urbaniser, même si la ville nouvelle a transfiguré la structure de l’habitat en une dizaine d’années : des programmes de construction l’avaient précédée, et d’autres sont programmés à nouveau, après une période de relative accalmie. Si l’on se base sur les catégories de l’Insee, on peut distinguer 4 périodes d’urbanisation : avant 1949, entre 1949 et 1973, entre 1974 et 1989 – grosso modo période de construction de la ville nouvelle - et enfin depuis 1990.

Nombre de logements en 1999 et 2004 selon l’époque d’achèvement

1999

%

2004

%

Avant 1949

3 490

15 %

3 371

14 %

De 1949 à 1974

7 156

30 %

7 272

31 %

De 1975 à 1981

8 983

38 %

8 969

38 %

De 1982 à 1989

2 905

12 %

2 638

11 %

1990 ou après

1 194

5 %

1389

6 %

Total

23 728

100 %

23 638

100 %

Source : RP90-99-2004

39En 2004, près de 3400 logements, soit 14 %, sont antérieurs à 1949, principalement situés dans les anciens bourgs et hameaux de Flers, Annappes et Ascq ; environ 7200, soit 31 % ont été construits entre 1949 et 1974 - principalement 2000 logements HLM du quartier Résidence à Annappes (1962) qui ont accueilli des familles de Harkis, un quartier HLM situé au nord de la ville (Babylone, années 60), un quartier de maisons type « Chalandon » (La Poste, années 60), mais aussi 1000 villas de standing à Brigode (1970), intégrées dans les programmes de la ville nouvelle, et 660 logements de la première tranche du Triolo datant de 1973.

40La ville nouvelle a contribué à quasiment doubler le nombre de logements du territoire en une dizaine d’années. De 10 655 logements en 1975, on passe à plus de 19 613 en 1982 et à 22 569 en 1990. Le recensement de 2004 indique que 38 % ont été construits entre 1975 e  1981, 11 % entre 1982 et 1989, soit près de 50 % dans le cadre du programme de la ville nouvelle. Depuis 1990, donc après l’arrêt des programmes de la ville nouvelle au début des années 80, la ville continue à gagner des logements mais sur un rythme lent (6 % des logements ont été construits entre 1999 et 2004).

  • 40 Flers-Bourg et Flers-Breucq, séparés par des terres agricoles et le grand boulevard de Lille-Roubai (...)

41Les anciens bourgs (Annappes, Ascq, Flers-Bourg et Flers-Breucq40) et les quartiers plus récents deviennent des quartiers à part entière mais avec des destinations sociales différentes (La Poste, résidence à vocation sociale, Brigode pour cadres supérieurs), tandis que les nouveaux quartiers édifiés dans le cadre de la ville nouvelle ont des destinations variées. Certains sont mixtes, avec du collectif social et de l’individuel (Triolo est, Cousinerie), ou plus résidentiels, avec du logement intermédiaire pour cadres (Château). D’autres sont majoritairement destinés aux couches populaires avec des HLM collectifs (Pont de Bois, Hôtel de ville, Triolo ouest).

  • 41 « Nouvelle mixité », La Tribune, no 181, février 2003.

42Ainsi Villeneuve d’Ascq est une ville de contrastes, caractérisée à la fois par une offre forte de logements sociaux et par un parc important destiné aux cadres supérieurs. Certains quartiers concentrent une grande quantité de logements destinés à une population ciblée : 98 % de logements HLM41 à Pont de Bois et 70 % de propriétaires à Brigode. Dans d’autres on trouve une hétérogénéité interne relative avec des logements HLM et des logements privatifs de standing : c’est le cas de Triolo, de Château et de Cousinerie qui accueillent de nombreux enseignants des établissements secondaires, de l’Université des Sciences et Technologies ou de l’Université des Lettres.

  • 42 La Tribune, no 181, février 2003.
  • 43 Rappelons que, selon la loi SRU, les communes doivent posséder au moins 20 % de logements sociaux l (...)
  • 44 La Voix du Nord, 27-28 novembre 2005, Dominique Serra.

43Le parc social est important avec en 2002 près d’un logement social sur deux (soit 47 % des 23 729 logements de la commune42). 61 % des habitants vivent dans le parc social, parmi lesquels on trouve de nombreux étudiants. Douze organismes de logements sociaux se partagent ce parc43. À titre comparatif, des communes réputées populaires comme Roubaix (46 %), Douai (41 %), Hem (40 %) sont au-dessous de ce pourcentage44.

  • 45 Sur un total de 1589 (RGP 2006).
  • 46 Sur un total de 1394 (RGP 2006).
  • 47 Sur un total de 559 (RGP 2006).
  • 48 Se reporter au tableau en annexe : « Répartition des logements sociaux selon les quartiers à Villen (...)

44Les quartiers que nous avons étudiés diffèrent de ce point de vue. En 2002, le quartier du Triolo comprenait un parc social important avec 115745 logements sociaux (dont 95 % en collectifs) concentrés surtout dans sa partie ouest, alors que Château et Bourg n’en avaient respectivement que 57046 (dont 16 % d’individuel) et 66747 (dont 26 % d’individuel)48.

  • 49 Source INSEE, RGP90-99.

45Sur l’ensemble de la commune, la part des logements en immeubles collectifs, qu’il s’agisse ou non d’HLM, est approximativement égale à celle des logements individuels (49 % en 1990 à 50 % en 1999, pour les collectifs, et 49 % en 1990 à 47 % en 1999, pour les individuels49), avec une part du logement locatif privé qui augmente lentement, année après année, alors que le locatif social s’infléchit depuis la fin des années 90. La part des logements occupés par leurs propriétaires se stabilise autour de 40 %.

  • 50 Source : INSEE, RGP90-2006.
  • 51 Selon les estimations issues des enquêtes annuelles, le nombre de pièces moyen par résidence princi (...)

46Villeneuve d’Ascq offre un grand nombre de logements de 5 pièces et plus, nombre qui va augmenter régulièrement entre 1982 et 2006 alors que les logements de petite taille connaissent une croissance plus faible et que les logement de taille moyenne diminuent fortement (la part de logements de 5 pièces et plus passe de 23 % à 41 % entre 1982  006, tandis que celle des 3 et 4 pièces diminue de 52 % à 43 % dans la même période50. Dans la même période, la taille des logements dans les villes centres de l’agglomération accuse une forte diminution. La construction par la ville nouvelle de maisons individuelles pour accueillir des familles avec enfants explique cette évolution51. Pourtant, comme partout en France, on observe, à Villeneuve d’Ascq, une diminution de la taille des ménages qui passe de 3,5 à 2,5 personnes par logement entre 1982 et 2004. Cette baisse est à imputer à la fois à l’augmentation du nombre de divorces et de séparations, mais aussi à la décohabitation parentale. Ce qui n’est pas sans poser, à Villeneuve d’Ascq, le problème des parents qui restent, avec le départ des enfants, à un ou deux dans des maisons spacieuses, acquises pour une famille avec enfants, comme nous le verrons.

L’évolution sociale de la commune

  • 52 Source « Revenu net imposable moyen par foyer fiscal », DGI-Enquêtes Revenus fiscaux.

47Villeneuve d’Ascq est une ville de cols blancs, ses programmes de construction ont majoritairement attiré des populations aisées, vidant par là même les autres villes de la métropole d’une partie de cette catégorie sociale (Vervaeke, M., Lefebvre B., 1997). Globalement, les revenus de la population sont plus élevés que la moyenne métropolitaine. Le revenu moyen annuel par foyer fiscal en 2007 à Villeneuve d’Ascq était de 23 276 euros, contre 18 624 à Lille, 21 549 à Lille Métropole, et 22 947 en France métropolitaine52.

  • 53 Voir tableau en annexe : « Les actifs de 15 ans et plus ayant un emploi à Villeneuve d’Ascq selon l (...)

48Les cadres, qui représentent 47,5 % de la population active en 2006 sont en augmentation régulière depuis 1982 (ils étaient 38,6 %) et davantage représentés que dans Lille Métropole (42 % en 2006), tandis que la population ouvrière, moins représentée qu’ailleurs, diminue fortement (26,2 à 18,5 % entre 1982 et 2006)53.

  • 54 Voir tableau en annexe : « Les actifs de 15 à 64 ans ayant un emploi selon la CSP et les quartiers (...)
  • 55 Catégorie peu représentée dans les autres secteurs de la ville.
  • 56 Voir tableau en annexe : « La CSP des actifs ayant un emploi de 15 à 64 ans dans quelques quartiers (...)

49Mais ces taux moyens cachent de grandes disparités selon les quartiers54. Ainsi, les quartiers étudiés, que nous avons comparés à quelques autres, ont chacun leur spécificité : Château, comme Annappes, Ascq et Cité Scientifique attirent de nombreux cadres et professions intellectuelles (respectivement 33, 43, 30 et 34 %), tandis que Triolo-est est le quartier des catégories intermédiaires (31 %) et employées (33 %) mais aussi ouvrières (15 %). Mais Brigode fait mieux : les cadres supérieurs y représentent près de la moitié des actifs ayant un emploi (47 %), les patrons commerçants artisans55 10 %, et les y ouvriers seulement 7 %. Le quartier ancien de Flers-Bourg, au contraire, accueille toutes les catégories de population, y compris les ouvriers (19 %). Ce qui n’est pas le cas des autres bourgs anciens d’Annappes et d’Ascq, proches de la cité scientifique, qui accueillent moins d’ouvriers (7 et 12 %) ou d’employés (15 et 20 %) ; le Breucq, bourg ancien plus au nord de la ville, concentre quant à lui davantage de professions intermédiaires et employés (34 et 25 %). Enfin Triolo-ouest se rapproche davantage des quartiers d’habitat social Pont de Bois et Hôtel de ville : tous les trois accueillent prioritairement des populations ouvrières (respectivement 22, 26, 20 %) et employées (41, 37, 40 %) mais très peu de cadres supérieurs (9, 7, 11 %)56.

  • 57 Source INSEE, RPG 1982, 1990, 1999. Par exemple, en 1999, le taux de chômeurs était de 8,4 % au Châ (...)

50Dernier point à évoquer dans ce tableau synthétique de la situation sociale de la ville, Villeneuve d’Ascq se caractérise par un taux plus faible de précarité que dans l’ensemble de la métropole. En 1999, la ville comptait ainsi moins de ménages non imposés que l’ensemble de Lille Métropole, un peu moins de chômeurs et moins de Rmistes. Ces tendances villeneuvoises cachent, comme pour les CSP, une grande disparité entre les quartiers d’habitat social et les quartiers résidentiels de standing57.

51En 2006, la tendance semble s’infléchir : le taux de chômage des 15-64, moins élevé que celui de la Métropole, augmente faiblement (13,2 à 13,4 % entre 1999 et 2006) alors que celui de Lille Métropole serait en baisse : de 16,3 à 14,6 %. L’évolution du taux d’activité confirme cette tendance : celui des 15-64 ans est en légère baisse à Villeneuve d’Ascq (64,3 % en 99 et 64,1 % en 2006) tandis que celui de Lille métropole augmente : 66,4 à 68,1 % entre 1999 et 2006).

Les mobilités résidentielles et l’attachement à la ville ou au quartier

52Pour comprendre le dynamisme d’une ville, il est important de connaître les mobilités résidentielles qui l’affectent. Malheureusement, les seules données dont nous ayons pu disposer pour les analyser sont antérieures à 2000. Cependant, les indications à cette date nous semblent suffisamment significatives pour que nous puissions les projeter jusqu’à une période plus récente. Sur 64 997 habitants du recensement de 1999, il y avait 5,7 % d’étrangers dont 20 % étaient nés en France. Le tableau suivant ne nous donne pas le pourcentage de natifs de Villeneuve d’Ascq ou de la Métropole. 71,5 % des Villeneuvois étaient nés dans le département, mais 11,6 % venaient d’autres régions françaises, confortant ainsi l’idée que Villeneuve d’Ascq a attiré une population active non négligeable, souvent de cadres, venus entre autres pour travailler dans les entreprises qui se sont installées à proximité.

Lieu de naissance des Villeneuvois en 1999

Lieu de naissance des Villeneuvois en 1999

Source : INSEE 99

  • 58 La Tribune des associations, no 27, septembre 1982.
  • 59 Voir en annexe le tableau : « Les différentes nationalités à Villeneuve d’Ascq en 1999 ». Source : (...)

53Les étrangers représentent 6,7 % en 2006, taux qui a peu varié depuis 1982 (6,2 % en 1982 et 5,7 % en 1999)58. Pour obtenir la part les Villeneuvois d’origine étrangère, on peut ajouter les Français par acquisition (4 %). La moitié de l’ensemble, 50,7 %, est d’origine maghrébine, principalement marocaine. Les habitants originaires de l’Union Européenne représentent 17 % : mais il semble que les Portugais, Italiens et Espagnols, nombreux en 1999 diminuent au profit d’autres nationalités en 2006. Notons que d’autres communautés, moins représentées, sont ou ont été accueillies à Villeneuve d’Ascq, comme les réfugiés chiliens dont une partie est rentrée au pays après le retour de la démocratie59.

  • 60 Voir la carte : « Situation de Villeneuve d’Ascq dans la métropole lilloise ».

54D’où viennent les Villeneuvois ? Il semble que Villeneuve d’Ascq a attiré surtout au sein de l’agglomération lilloise60. Entre 1990 et 1999, le tableau suivant montre que c’est la ville de Lille qui a alimenté le plus les entrées à Villeneuve d’Ascq : 1 263 Villeneuvois sont venus de Lille. Mais plus encore, c’est vers Lille que se sont dirigés les Villeneuvois qui ont quitté la commune pendant cette période, ainsi que vers Paris. La ville nouvelle attire aussi largement une population venant de communes plus éloignées de la métropole, du bassin minier par exemple, ou d’autres régions françaises, ce que nos entretiens confirmeront largement. Villeneuve d’Ascq apparaît ainsi comme une ville de transit vers de plus grandes métropoles (Lyon et Toulouse étant également des destinations non négligeables), vers le centre de l’agglomération ou vers des communes de la CDUL plus résidentielles comme la Madeleine, Croix ou Marcq-en-Barœul.

Migrations définitives des Villeneuvois entre 1990 et 1999 : villes d’origine des entrants et villes d’arrivée des sortants

Villes d’origine et d’arrivée

entrées

sorties

soldes

Villeneuve d’Ascq

14369

14369

0

Lille

1263

1417

-154

Roubaix

367

357

+10

Mons-en-Baroeul

308

288

+20

Tourcoing

182

224

-32

Marcq-en-Barœul

173

213

-40

Wasquehal

145

189

-44

Croix

137

199

-62

Paris

133

229

-96

La Madeleine

111

148

-37

Hem

107

165

-58

Lambersart

94

106

-12

Ronchin

91

106

-15

Source INSEE 99

  • 61 Le tableau présenté ici ne comporte, faute de place, que les 12 principales communes de provenance (...)

55Un autre phénomène, qui n’apparaît pas dans ce tableau61, c’est le départ pour des communes rurales proches de Villeneuve d’Ascq : Forest-sur-Marque-20, Templeuve-18, Orchies-30, Gruson-26, Lesquin-19. Ces chiffres pourraient illustrer la tendance, mentionnée par les enquêtés, au départ des jeunes ménages villeneuvois vers les communes rurales faute de trouver un logement à prix abordable dans la commune de Villeneuve d’Ascq.

  • 62 Source : P-LOGC-fiche profil-logement-date d’emménagement Recensement de la population de 1999, exp (...)

56L’analyse des trajectoires résidentielles montre diverses évolutions qui vont marquer fortement l’identité de la commune : ce sont beaucoup de ménages de petite taille qui entrent à Villeneuve d’Ascq, plutôt d’origine française. Certes, les jeunes ménages avec enfants y trouvent de nombreux avantages, des écoles, des équipements sportifs, des espaces verts, un cadre verdoyant. On peut aussi supposer qu’un nombre important d’anciens habitants ont gardé leur maison, une fois le départ des enfants du domicile familial, mais que d’autres déménagent à Lille pour leur retraite, où ils trouvent davantage d’équipements culturels, le « vrai centre » étant, aux yeux de nombreux Villeneuvois, le centre de Lille. Un certain nombre de partants conservent leur maison et la mettent en location. En bref, on peut dire qu’en 1999, le turnover était assez important, 41 % des ménages habitaient dans leurs logements depuis plus de neuf ans, alors que 59 % y résidaient depuis moins de neuf ans, dont 16 % depuis moins de deux ans.62

57En conclusion, Villeneuve d’Ascq est une ville attractive. Ville de transit pour les ménages en mobilité professionnelle, elle a su conserver une bonne partie de ses habitants dont certains ont déménagé dans la ville. Si certains ménages ont choisi de la quitter après le départ des enfants, d’autres, plus jeunes, ont été obligés de partir à cause de la montée des prix de l’immobilier qui leur interdisaient d’acquérir un logement plus spacieux. La ville accueillerait de plus en plus de ménages cadres et de moins en moins de ménages à revenus modestes et moyens.

Situation de Villeneuve d’Ascq dans la métropole

Situation de Villeneuve d’Ascq dans la métropole

Source : CUDL, 1998

Les équipements et la vie associative à Villeneuve d’Ascq

58Le niveau d’équipements et l’animation représentent des points forts de la ville nouvelle pour attirer de nouveaux habitants. Pour être attractive, Villeneuve d’Ascq ne pouvait pas se contenter d’être résidentielle. Les aménageurs ont voulu se démarquer des villes-dortoirs en apportant tout ce qui était nécessaire à une vie épanouie. Chaque catégorie d’habitants, ou presque, a été prise en compte :

  • les familles avec enfants : écoles, centres de loisir, colonies

  • les handicapés : pentes aménagées, centre Marc Sautelet

  • les étrangers : accueil, associations de solidarité

  • les personnes âgées : béguinage, foyers, le Moulin d’Ascq

59Cependant, au moment de sa conception, la ville nouvelle avait surtout été envisagée pour héberger des familles avec enfants. Aujourd’hui, deux bémols existent dans la qualité et la quantité des équipements : ils sont peu adaptés aux Villeneuvois qui arrivent massivement à la retraite ; ensuite, peu d’infrastructures ont été pensées pour les adolescents, qui se retrouvent dans la galerie marchande, sur le campus ou au lac Saint Jean, le soir, autour de feux de bois, ou encore dans le centre et les cafés de Lille, accessibles en métro.

60Citer tous les équipements culturels, sportifs, associatifs, pédagogiques, universitaires de la ville nouvelle serait fastidieux. Évoquons simplement les principaux dont la liste est évocatrice des ambitions qui ont été celles des concepteurs :

    • 63 La Faculté de Droit de Lille 2, initialement installée avec l’Université des Lettres à Villeneuve d (...)

    Pour ce qui concerne l’enseignement supérieur : les universités, scientifique à « Lille 1 » et littéraire à « Lille 3 »63, l’École d’architecture, l’École centrale de Lille, Polytech’Lille,

  • Le Stadium, de nombreuses salles et terrains de sport,

  • Plusieurs équipements culturels de niveau régional voire national : Musée d’art moderne Lille-Métropole, théâtre « la Rose des Vents », Forum des sciences, cinéma « le Méliès », auxquels il faut ajouter une grande activité associative avec les fanfares, groupes de musique, orchestres, etc.,

  • Un lycée, plusieurs collèges et un groupe scolaire par quartier,

  • Ajoutons l’importante superficie des espaces verts et, singulièrement, la dizaine de lacs et le grand parc urbain.

  • 64 Gérard Bouderbala, entretien, 2004.

61L’un des faits marquants à Villeneuve d’Ascq est le nombre considérable des associations : 1300 ; soit le double de la moyenne nationale selon le responsable du service « Vie des associations »64. Pourquoi cette profusion ? Cette vitalité associative s’expliquerait par « une grande habitude de la négociation qui a incité les élus à mutualiser l’intérêt général », à « prendre en compte l’humain », à faire le choix de la « proximité », mais aussi par l’histoire spécifique des débuts de la ville nouvelle, qui avait vu ses premiers habitants se mobiliser pour défendre leurs intérêts face à des constructeurs peu scrupuleux.

  • 65 Sergine Vaubourgeix, entretien, 2004.
  • 66 Financés par la CAF et la mairie, ils sont juridiquement indépendants.

62Il y a aussi, au moment de l’enquête, un conseil de la vie associative (CVA), une adjointe au maire déléguée à l’économie solidaire, et un centre de gestion des services sociaux et des LCR (Locaux collectifs Résidentiels)65. Les centres sociaux, au nombre de cinq, sont également très actifs à Villeneuve d’Ascq et font des actions en commun66. Enfin on peut citer plusieurs associations et une SCOP qui relèvent de l’économie solidaire. Elles répondent à des besoins du territoire non satisfaits par l’économie marchande, ou s’intéressent aux personnes non solvables : la Mission locale, le PLI (Plan local d’insertion), les chantiers écoles Quoi de neuf docteur (imprimerie, réparation de vélos, auto-école sociale, cuisine avec le « bar-resto », jardin), une épicerie solidaire gérée par le Centre social d’Annappes, etc.

Les quartiers étudiés et leurs caractéristiques

  • 67 Les données démographiques sur les quartiers nous ont été fournies par les services municipaux.
  • 68 Voir photo aérienne : « Les quartiers Château et Bourg ».

63L’essentiel de nos enquêtes a porté sur le quartier du Château, caractérisé par une population plutôt plus aisée que la moyenne de la commune, très majoritairement propriétaire67. C’est un quartier situé à proximité de l’ancien bourg de Flers, proche du parc urbain qui est l’un des lieux de promenade favori des Villeneuvois, dont l’urbanisme privilégie l’habitat intermédiaire et les petits immeubles. Plusieurs architectes de renom y ont travaillé, laissant un paysage urbain marqué par l’ouverture des espaces et l’originalité des formes68. Après nos premières enquêtes, il nous est apparu que les habitants du Château semblaient plus liés à l’ancien bourg de Flers qu’au quartier central de Villeneuve d’Ascq. C’est pourquoi nous avons intégré l’ancien bourg de Flers dans nos analyses. Afin d’avoir une vision comparative et de connaître d’un autre point de vue les relations entre un quartier et le reste de la ville, nous avons effectué quelques entretiens au Triolo, quartier plus ancien de la ville nouvelle, plus populaire aussi, qui joua un rôle important dans l’histoire du militantisme municipal.

64Avec 3161 habitants et 1329 ménages, le quartier du Château n’est pas l’un des plus importants de la commune. En 1999, il s’agissait encore d’un quartier relativement jeune, 20 % des ménages ayant moins de 40 ans, la moitié des ménages était d’un âge moyen compris entre 30 et 49 ans, 12,5 % des ménages seulement étant d’un âge supérieur à 60 ans (à titre de comparaison, à Triolo-est où logent de nombreux enseignants, les moins de 40 ans représentaient 14 % et les plus de 60 ans déjà plus de 15 %).

65Les propriétaires représentaient 46 % des résidents en 1999, et 30 % des locataires ne relevaient pas de l’habitat social, proportion tout à fait importante dans une commune qui, nous l’avons dit, possédait alors près de la moitié de ses logements en HLM.

  • 69 Le quartier Hôtel de Ville (1975 à 1981) est contemporain du Château. Les plus récents sont Cousine (...)

6674 % des logements du Château ont été construits entre 1975 et 1981 alors qu’à Triolo l’essentiel des immeubles était déjà construits en 1975 (logements livrés entre 1973 et 1976), ce qui fait du Triolo le quartier neuf le plus « ancien » de la ville nouvelle. Le quartier Pont de Bois (HLM collectifs), complètement livré en 1977, sera le second69.

  • 70 Le Triolo-est est plus résidentiel et comprend essentiellement de l’accession individuelle, tandis (...)

67Pour comprendre le fonctionnement d’un quartier, l’ancienneté de ses habitants est un critère important. On peut en effet supposer, ce que nous ne vérifierons que partiellement d’ailleurs, que les anciens habitants ont pu établir des relations plus solides dans le quartier que les autres. Au Château, 35 % des résidents avaient emménagé depuis plus de 10 ans. Ils étaient à la même époque 50 % à Triolo-est70, et 20 % seulement à Triolo-ouest. Cependant, le turn-over est important : au Château, 18 % des personnes avaient emménagé depuis moins de deux ans, alors qu’ils n’étaient que de 13 % à Triolo-est (et de 24 % à Triolo-est).

  • 71 Insee RP 1999 ACT1.

68Afin de mieux caractériser la population des quartiers étudiés, on a identifié quelques critères plus sociologiques. Ainsi, au Château, en 1999, 35 % des ménages avaient deux voitures ou plus (contre 30 % à Triolo-est, et 14 % à Triolo-ouest), 2,5 % des chefs de ménages étaient d’origine étrangère (contre 9,2 % à Triolo-ouest), les logements avaient en moyenne 3,8 pièces (contre 4,1 à Triolo-est et 3,4 à Triolo-ouest). Les habitants du quartier Château se singularisaient par leur taux d’activité élevé et leur bon niveau de scolarité, comme on pouvait s’y attendre dans un quartier résidentiel construit depuis moins de vingt ans : une population active importante (plus de 70 % contre 58 % pour la commune71, les taux du quartier du Triolo étant relativement élevé également : 68 % à Triolo-ouest et 65 % à Triolo-est), avec un taux de chômage en dessous de la moyenne : 8,4 %, (contre 18,3 % à Triolo-ouest et 11 % à Triolo-est, et 13 % pour l’ensemble de la ville), et dont 25 % des 15 ans et plus possédaient un diplôme de l’enseignement supérieur (contre 18 % à Triolo-est, 14 % à Triolo-ouest, et 18 % pour la commune).

Les quartiers Château et Bourg (photo aérienne)

Les quartiers Château et Bourg (photo aérienne)

Autour des lacs du Château et des Espagnols (en sombre sur la photo), l’urbanisme du Château privilégie l’ouverture des espaces et la variété des formes, l’habitat intermédiaire et les petits immeubles. Ce quartier a été construit à la in des années 70 à l’est de Flers-Bourg, commune rurale d’habitat traditionnel, sur d’anciennes terres agricoles expropriées. Le quartier Château est séparé du parc urbain et des quartiers Annappes, Postes, Brigode par le Boulevard du Breucq, transformé en autoroute dans les années 70. Au sud, le quartier Pont de Bois, avec la faculté des Letres, le lycée Queneau et le métro. Le château de Flers, transformé en ferme après la Révolution, a été restauré et abrite aujourd’hui l’Oice de tourisme, un musée, des services municipaux, des salles d’exposition et de réception.

Notes

1 Paul Delouvrier (1914-1995), nommé délégué général au District de la Région de Paris en 1961 et Préfet de Région en 1966. Il est surnommé le « père des villes nouvelles ».

2 Sur l’historique du projet de construction des villes nouvelles voir Roullier, J. E., 1989, 25 ans de Villes nouvelles en France, Paris, Economica.

3 Déclaration d’utilité publique.

4 À cette époque, Paul Delouvrier envisageait des villes nouvelles de 300 000 à 800 000 habitants autour de Paris (« Discours des ambassadeurs », in Roullier, 1989).

5 Ville Nouvelle Actualité, 22.

6 Organisme Régional d’Économie et d’Aménagement. Créés par les pouvoirs publics dans le cadre du Ve plan (1966-1970), sous la tutelle de la DATAR et du Ministère de l’Equipement, les OREAM avaient pour objectif de rétablir un certain équilibre entre les grandes villes de province et la région parisienne. L’OREAM-Nord a situé d’emblée sa réflexion au niveau de la région. Il publie Le Livre Blanc (1968) et le Schéma Directeur d’Aménagement régional (1971).

7 Ainsi les bureaux de l’Epale et une salle d’exposition s’installent à la ferme Dupire, la ferme St Sauveur accueille un théâtre de marionnettes et une salle d’exposition, la ferme Deconinck est confiée par l’Epale à des architectes et artistes de l’association « TVAC » (Tiens v’la aut’chose) pour y organiser expositions et concerts avant d’être rachetée par la municipalité, un café spectacle s’installe à la ferme Fauvarque, la ferme Delannoy devient « ferme verte », le poney club s’installe dans la ferme Courouble, la société historique et le musée du Terroir à la ferme Delporte, la Ferme d’en Haut devient résidence d’artistes puis Maison Folie avec Lille 2004, etc.

8 Les élus d’Ascq et de Flers s’opposent aux démolitions, pas aux expulsions.

9 Il est question qu’elle s’appelle ville nouvelle de Lille-Est.

10 Pierre Defives, adjoint au maire d’Annappes et nouvel habitant, se fait l’émissaire de l’Epale, et joue un rôle important dans la décision des trois maires.

11 Qui serait née d’une discussion entre J-C. Ralite et le Préfet de région Dumont (P. Percq, J-M. Stievenard, 1980).

12 86 civils ont été fusillés par les SS.

13 Voir photo : « Vue aérienne de Villeneuve d’Ascq ».

14 G. Caudron, alors conseiller municipal (maire de 1977 à 2001, et depuis 2008), entretien, 2004. Les entretiens cités dans cette partie ont été réalisés en 2003-2004.

15 J-M. Stievenard, premier adjoint entre 1977 et 1995, maire entre 2001 et 2008, entretien, 2003.

16 Le lac du Héron et le lac St Jean, les plus étendus, se trouvent à l’est de l’autoroute, entre les quartiers Cousinerie, Annappes et Brigode ; le lac des Espagnols et le lac du Château se situent à l’ouest de l’autoroute dans le quartier du Château (voir photo : « Vue aérienne de Villeneuve d’Ascq ».

17 Tribune des associations, 31 février 1983.

18 Tribune des associations, 2 février 1985.

19 La ferme Delporte construite en 1720 en brique et à cour carrée était propriété de la famille Montalembert.

20 Le musée du Terroir a été créé à l’initiative de la Société Historique de Villeneuve d’Ascq et du Mélantois (SHVAM).

21 La Tribune de Villeneuve d’Ascq, no 7, juin 1985.

22 En 2005. J. M. Stiévenard a été maire de Villeneuve d’Ascq de 2001 à 2008.

23 La Tribune de Villeneuve d’Ascq, no 201, février 2005.

24 J-J. De Alzua, architecte urbaniste, membre de la Direction de la conception à l’Epale, entretien, 2003.

25 Pour « Participation des Habitants Avant Réalisation ».

26 J-M. Stievenard, entretien, 2003.

27 IM1, janvier 1977.

28 IM6, 1978.

29 J-M. Stievenard, entretien, 2003.

30 Le château, qui date du XVIIe siècle, fut transformé en ferme au début du XIXe siècle, après avoir été pillé à la Révolution. Il fut alors nommé « Ferme d’en Bas ». Inscrit à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1951, mais en ruine, il a failli être détruit dans les années 63-65. Il fut soumis à expropriation en 1968 par l’État qui le rachète pour y installer l’administration de l’établissement public de la future ville nouvelle. La première restauration date de 1974-75, confiée par l’Epale à des architectes agréés par les Monuments historiques. Les travaux dureront 17 ans au total. Le château qui ne trouvait pas de repreneur fut repris par la ville pour un franc symbolique après le départ de l’Epale en 1983. La ville y installe les services culturels et du patrimoine, un musée et l’office du tourisme et l’inaugure en 1991. Diverses manifestations culturelles s’y déroulent : concerts, marché de Noël, expositions…

31 Comité de défense du Bourg.

32 La demande d’annulation avait été acceptée, mais le ministre de l’Environnement (M. d’Ornano) ayant fait appel, l’affaire était remontée devant le Conseil d’État. Pendant deux ans, le chantier fut arrêté, le temps que la procédure suive son cours. Mal clôturé, il représentait un danger. Le maire prit alors un arrêté au nom de la sécurité publique ordonnant la démolition. Mais le Conseil d’État rendit son verdict et les travaux reprirent.

33 Anne Ioos, architecte, Direction du Développement urbain et économique à Villeneuve d’Ascq, entretien, 2004.

34 Les conseils de quartier ont été créés par la loi du 27 février 2002, dite loi Vaillant, relative à la démocratie de proximité. Ils existent obligatoirement dans les communes de plus de 80 000 habitants. Leur création est facultative dans les communes de 20 000 à 80 000 habitants. Ils disposent d’un budget de fonctionnement et d’un budget d’investissement (ou « fonds de participation des habitants ». Le conseil municipal est chargé de définir le périmètre du quartier couvert par le conseil ainsi que sa composition (Wikipédia).

35 Insee RPG1968-1999.

36 Informations Municipales no 7, novembre 1978.

37 Informations Municipales no 8, décembre 1978.

38 Excepté Lille pour la période récente, les villes de l’agglomération, comme Roubaix et Tourcoing, ont vu dans la même période leur population diminuer du fait d’un solde migratoire négatif.

39 Notons que la méthodologie du recensement a changé depuis 2004. Les recensements jusque 1999 étaient exhaustifs. Concernant le recensement rénové de la population, depuis 2004, pour les communes de moins de 10 000 habitants, une commune sur 5 est enquêtée exhaustivement chaque année, alors que dans les communes de 10 000 habitants ou plus, environ 8 % des logements sont enquêtés chaque année, soit environ 40 % au bout de 5 ans. Ce nouveau mode de collecte implique que les chiffres recueillis pour 2006 peuvent présenter des marges d’erreur dans certains tableaux.

40 Flers-Bourg et Flers-Breucq, séparés par des terres agricoles et le grand boulevard de Lille-Roubaix-Tourcoing, formaient avant 1970 la commune de Flers-lez-Lille. Avant 1936 la commune s’appelait Flers, le Breucq étant un hameau du bourg. Celui-ci est resté rural jusqu‘ en 1970, alors que le Breucq a connu une forte industrialisation comme les villes voisines de Roubaix, Croix et Wasquehal.

41 « Nouvelle mixité », La Tribune, no 181, février 2003.

42 La Tribune, no 181, février 2003.

43 Rappelons que, selon la loi SRU, les communes doivent posséder au moins 20 % de logements sociaux locatifs.

44 La Voix du Nord, 27-28 novembre 2005, Dominique Serra.

45 Sur un total de 1589 (RGP 2006).

46 Sur un total de 1394 (RGP 2006).

47 Sur un total de 559 (RGP 2006).

48 Se reporter au tableau en annexe : « Répartition des logements sociaux selon les quartiers à Villeneuve d’Ascq en 2002 ».

49 Source INSEE, RGP90-99.

50 Source : INSEE, RGP90-2006.

51 Selon les estimations issues des enquêtes annuelles, le nombre de pièces moyen par résidence principale serait en augmentation : de 4,0 en 1999 à 4,2 en 2005.

52 Source « Revenu net imposable moyen par foyer fiscal », DGI-Enquêtes Revenus fiscaux.

53 Voir tableau en annexe : « Les actifs de 15 ans et plus ayant un emploi à Villeneuve d’Ascq selon la CSP entre 1982 et 2006 ».

54 Voir tableau en annexe : « Les actifs de 15 à 64 ans ayant un emploi selon la CSP et les quartiers à Villeneuve d’Ascq en 2006 ».

55 Catégorie peu représentée dans les autres secteurs de la ville.

56 Voir tableau en annexe : « La CSP des actifs ayant un emploi de 15 à 64 ans dans quelques quartiers de Villeneuve d’Ascq ».

57 Source INSEE, RPG 1982, 1990, 1999. Par exemple, en 1999, le taux de chômeurs était de 8,4 % au Château, alors qu’il était de 18,3 % à Triolo-ouest.

58 La Tribune des associations, no 27, septembre 1982.

59 Voir en annexe le tableau : « Les différentes nationalités à Villeneuve d’Ascq en 1999 ». Source : Insee 99 NAT3.

60 Voir la carte : « Situation de Villeneuve d’Ascq dans la métropole lilloise ».

61 Le tableau présenté ici ne comporte, faute de place, que les 12 principales communes de provenance des Villeneuvois. Il ne montre pas non plus les caractéristiques sociales des ménages ni celles des logements. On notera cependant que la ville nouvelle a attiré des habitants de Roubaix et Mons-en-Baroeul, villes ouvrières.

62 Source : P-LOGC-fiche profil-logement-date d’emménagement Recensement de la population de 1999, exploitation principale.

63 La Faculté de Droit de Lille 2, initialement installée avec l’Université des Lettres à Villeneuve d’Ascq dans le quartier Pont de Bois (en 1974) a déménagé à Lille-Moulins en 1995.

64 Gérard Bouderbala, entretien, 2004.

65 Sergine Vaubourgeix, entretien, 2004.

66 Financés par la CAF et la mairie, ils sont juridiquement indépendants.

67 Les données démographiques sur les quartiers nous ont été fournies par les services municipaux.

68 Voir photo aérienne : « Les quartiers Château et Bourg ».

69 Le quartier Hôtel de Ville (1975 à 1981) est contemporain du Château. Les plus récents sont Cousinerie (1982) et Près (1983).

70 Le Triolo-est est plus résidentiel et comprend essentiellement de l’accession individuelle, tandis que le Triolo-ouest, à l’inverse, concentre davantage l’habitat locatif social.

71 Insee RP 1999 ACT1.

Table des illustrations

Titre Vue aérienne de Villeneuve d’Ascq
Légende Les trois bourgs anciens englobés dans la ville nouvelle se distinguent mal, sinon pas leur forme urbaine, des nouveaux quartiers de la ville nouvelle. On distingue la voie ferrée qui coupe la ville d’est en ouest, et le boulevard du Breucq, transformé en autoroute, du nord (vers Gand) au sud (vers Paris). Au-delà du Boulevard de l’Ouest (à gauche), on distingue les communes de Mons-en-Barœul, d’Hellemmes-Lille et de Lezennes, avec lesquelles il n’y a quasi plus de discontinuité urbaine. Le parc urbain, avec ses huit lacs de rétention d’eau et son bois, se repère par les taches sombres et claires vers le centre de la photo.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45968/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Évolution de la population et du nombre de logements entre 1968 et 2006
Légende *Recensement complémentaire, estimation
Crédits Source : Insee-RGP 1968-2006 Recensements de la population (dénombrements)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45968/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Lieu de naissance des Villeneuvois en 1999
Crédits Source : INSEE 99
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45968/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Situation de Villeneuve d’Ascq dans la métropole
Crédits Source : CUDL, 1998
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45968/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Les quartiers Château et Bourg (photo aérienne)
Légende Autour des lacs du Château et des Espagnols (en sombre sur la photo), l’urbanisme du Château privilégie l’ouverture des espaces et la variété des formes, l’habitat intermédiaire et les petits immeubles. Ce quartier a été construit à la in des années 70 à l’est de Flers-Bourg, commune rurale d’habitat traditionnel, sur d’anciennes terres agricoles expropriées. Le quartier Château est séparé du parc urbain et des quartiers Annappes, Postes, Brigode par le Boulevard du Breucq, transformé en autoroute dans les années 70. Au sud, le quartier Pont de Bois, avec la faculté des Letres, le lycée Queneau et le métro. Le château de Flers, transformé en ferme après la Révolution, a été restauré et abrite aujourd’hui l’Oice de tourisme, un musée, des services municipaux, des salles d’exposition et de réception.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45968/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 497k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search