Version classiqueVersion mobile

La conduite municipale des affaires villageoises en Europe (XVIIIe - XXe siècle)

 | 
Laurent Brassart
, 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Nadine Vivier

Préface de Philippe Vasseur

Philippe Vasseur

Texte intégral

1Mes fonctions de ministre de l’agriculture, les origines et les enracinements dans le monde rural de l’établissement que je préside et plus largement mon attention au devenir des campagnes m’ont conduit à accueillir avec intérêt la demande de soutien en faveur d’une initiative universitaire consacrée aux affaires villageoises et aux municipalités rurales.

2En effet notre expérience nous fait partager l’idée des initiateurs de la rencontre qui fut organisée à Lille en 2010 selon laquelle la réputation des municipalités rurales est demeurée trop lourdement négative. Elle se trouve en effet marquée par des clichés façonnés soit dans des villes où ont cours une certaine méconnaissance voire un peu de mépris à l’égard des paysans, soit dans des œuvres populaires mais caricaturales dont les multiples adaptations de « La guerre des boutons » montrent l’actualité. Nous nous réjouissons donc d’être associés à un ouvrage, de portées universitaire mais aussi civique, qui peut permettre de mieux connaître des acteurs souvent dévoués, toujours importants de cette vie rurale.

3Nous avons notamment été sensibles à trois dimensions du volume proposé au lecteur. D’abord, il nous semble que le rapprochement des études de cas villageois, proposé dans la deuxième partie, offre un fort intéressant échantillon de la diversité des situations rurales et des problèmes auxquels les responsables locaux ont été confrontés depuis plus de deux siècles. On voit bien qu’on ne saurait tenir pour mineurs ces problèmes qui touchent aussi bien à l’aide sociale qu’à la maîtrise de l’eau, à l’exercice de fonctions de représentants de l’État et à la défense des intérêts communaux.

4À cet égard, nous avons été particulièrement intéressés par les contributions sur les finances locales ; c’est évidemment un point névralgique et pourtant très méconnu. Les sommes en jeu ont beau être réduites si on les ramène aux budgets nationaux, il n’empêche que les choix effectués engagent fortement les conditions de la vie collective, qu’il s’agisse d’école, de communication, d’équipements de loisirs, etc. Il est frappant aussi de constater à quel point, sur ce sujet, d’une part les fluctuations des finances locales dépendent des conjonctures économiques générales, d’autre part les préoccupations dans les différents pays européens convergent.

5C’est d’ailleurs là la troisième dimension de cet ouvrage qui nous a frappés ; l’idée d’une comparaison européenne nous semble en effet essentielle. D’abord, nous remarquons à quel point, si les institutions et les collectivités locales diffèrent et si les histoires communales n’ont pas évolué aux mêmes rythmes, comme le montre utilement la première partie, les problèmes posés se rejoignent. Il n’est donc pas étonnant que ces histoires comparées débouchent sur des interrogations quant aux différentes solutions territoriales mises en œuvre dans l’Europe contemporaine. Nul doute qu’une vraie question se pose à nous : les communautés villageoises transformées trouveront-elles leur place dans les nouvelles organisations territoriales qui émergent en Europe, en ordre dispersé mais toujours favorable aux entités plus grandes ?

Auteur

Ancien Ministre
Président du Crédit Mutuel Nord Europe

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search