Version classiqueVersion mobile

La conduite municipale des affaires villageoises en Europe (XVIIIe - XXe siècle)

 | 
Laurent Brassart
, 
Jean-Pierre Jessenne
, 
Nadine Vivier

Préface de Dominique Dupilet

Dominique Dupilet

Texte intégral

1Tous les commentateurs analysent l’émergence d’une nouvelle majorité sénatoriale comme le double résultat d’un changement sociologique dans un monde rural aux populations plus mêlées et d’interrogations inquiètes sur le devenir des différentes collectivités territoriales. L’engagement du Conseil général du Pas-de-Calais dans la publication d’un ouvrage sur la conduite municipale des affaires villageoises revêt donc un sens rendu évident par l’actualité et les questions auxquelles se trouvent confrontés beaucoup de citoyens, notamment intéressés par les transformations de la ruralité.

2Nous sommes donc satisfaits de constater que notre soutien prend la forme d’une authentique recherche universitaire, à la fois enracinée dans nos territoires et internationale. En effet dans ce volume, nous sommes bien sûr intéressés par les études qui portent sur le Pas-de-Calais. L’analyse de ce remarquable questionnaire de 1790, diligenté par la première administration départementale, permet de se faire une idée plus précise des problèmes auxquels se trouvent confrontés les villageois à la fin de l’Ancien Régime. Les enquêtes préfectorales de l’Empire donnent la mesure de l’ampleur des tâches qu’avaient déjà à assumer les maires ruraux entre exigences de l’État et protection des intérêts villageois. Enfin, l’étude des politiques municipales du XXe siècle dans notre département qui reste très divers, quoiqu’on en pense au dehors, montre à la fois la convergence des problèmes et la dynamique multiforme des pratiques municipales mises en œuvre au service d’une ruralité, dont nous sommes persuadés qu’elle gardera ses originalités même si elle vit de plus en plus au rythme du monde.

3C’est d’ailleurs pourquoi nous sommes tout autant séduits par la démarche d’un livre qui relève le difficile défi de promouvoir une authentique réflexion européenne sur un sujet qui se situe forcément à la croisée des contraintes locales et des transformations inévitables des modes d’administration des territoires et des États-Nations à l’échelle de l’Europe. Plusieurs centres d’intérêt nous semblent à cet égard se dégager de l’ouvrage. Nous sommes frappés par la permanence de certaines questions, par exemple comment conjuguer l’éparpillement des institutions et des pratiques collectives avec la nécessité de promouvoir des politiques garantissant des progrès essentiels et partagés par toutes les populations en matière d’équipements collectifs ou de scolarisation ? Mais en tant qu’élus d’une assemblée territoriale qui a notamment à charge une large partie de la protection des plus vulnérables, nous observons aussi la constance de la question sociale dans les compétences des collectivités locales aussi bien en Angleterre qu’en France ou en Italie aux XVIIIe et XIXe siècles. Tout se passe comme si nos sociétés étaient toujours à la recherche de la bonne formule pour régler ces problèmes, à la fois douloureux et décisifs, au plus près des gens.

4Le lecteur trouvera bien d’autres thèmes susceptibles de l’intéresser dans le parcours national envisagé pour la France ou dans les différentes études de cas proposées, nous retiendrons plutôt, pour terminer cette préface dans une projection vers l’avenir les interrogations et les perspectives de recherche que les éditeurs proposent en fin de volume. D’une part, nous formulons le vœu qu’elles alimentent une vraie dynamiques de recherche dans les équipe universitaires, notamment du Pas-de-Calais et du Nord, mais aussi avec les partenaires européens, à la manière dont la rencontre de Lille a ouvert la voie ; d’autre part, nous sommes persuadés qu’élus locaux et citoyens ont beaucoup à gagner à réfléchir à la nouvelle configuration territoriale de la France, comme de l’Europe, non seulement dans une fuite en avant dans des collectivités de plus en plus gigantesques, mais plutôt dans une répartition équilibrée des compétences qui garderaient à des collectivités de proximité un peu de ce que la communauté villageoise, souvent plus petite république que clochemerle, offrait à ses habitants.

Auteur

Président du Conseil Général du Pas-de-Calais
Membre Honoraire de l’Assemblée Nationale

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search