Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail et entreprises en Europe du Nord-ouest (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Michel-Pierre Chélini
, 
Pierre Tilly

III. Les relations sociales dans et hors de l'entreprise, entre dialogue et contestation

Quelle Europe, pour quels intérêts ? Les syndicats allemands, le Plan Schuman et la Ruhr après 1945

Karl Lauschke et Jürgen Mittag

Texte intégral

1La dynamique de l’intégration européenne a suscité dans le grand public un intérêt croissant pour les problèmes communautaires, tout en les soumettant à de nombreuses critiques. Elle a aussi fait de l’« Europe » un sujet d’investigation scientifique dont l’importance n’a cessé de se confirmer. Bien que la question d’une « Europe sociale » ait été toujours très présente dans les préoccupations de la recherche en histoire contemporaine en RFA, le rôle des syndicats dans l’unification européenne, qui sont pourtant des acteurs essentiels des relations sociales dans l’entreprise et l’économie, n’a suscité que peu de travaux. C’est dans le cadre de cette constatation que se situe le présent article. Il se propose d’éclairer les positions et l’action des syndicats dans la phase initiale de la construction de l’Europe, en se penchant plus particulièrement sur la mise en place du Plan Schuman et de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA).

  • 1 Voir ici, à côté des travaux de Werner Bührer, « Les syndicats ouest-allemands et le Plan Schuman » (...)

2Le Traité retirait aux gouvernements nationaux le contrôle sur les secteurs du charbon et de la sidérurgie et le plaçait sous l’autorité de cette nouvelle institution. On sait que ce transfert de souveraineté concernant deux secteurs clés des économies des pays membres lança le processus qui est à l’origine de l’actuelle Union européenne. Le bassin de la Ruhr, première région industrielle de l’Allemagne occidentale, eut un rôle important dans ce contexte, car la question de son intégration dans une nouvelle Europe donna des impulsions importantes à la création de la CECA. Du côté des syndicats allemands, on enregistra non seulement les réactions du DGB (Deutscher Gewerkschaftsbund) en tant que structure confédérale1, mais également celles – souvent négligées – des syndicats des mines et de la métallurgie, l’IG Bergbau et l’IG Metall, qui étaient alors les organisations syndicales les plus puissantes et les plus influentes du pays. L’une d’elles, l’IG Bergbau, avait son siège à Bochum, en plein cœur de la Ruhr. C’est dans cette région, où elle jouait un rôle politique et social prépondérant, qu’ elle recrutait la grande majorité de ses adhérents. 95 % des 580 000 salariés du secteur minier allemand étaient membres de ce syndicat. Quant à l’IG Metall avec 1 350 000 adhérents dans tout le pays, dont 250 000 dans la Ruhr, sa représentativité était certes moins importante, mais il rassemblait toutefois la moitié des salariés de la métallurgie.

3Cette contribution débutera donc par une partie consacrée au rôle de la Ruhr dans la mise en place de l’intégration européenne. Puis on examinera les positions et réactions des organisations syndicales évoquées ci-dessus face au Plan Schuman. L’objectif sera de comprendre leurs argumentations et de savoir dans quelle mesure elles ont soutenu ou au contraire freiné le processus d’intégration européenne qui démarrait alors, en les mettant en relation avec leurs conceptions et visions de l’Europe. Enfin, en conclusion, quelques pistes de recherche pour l’avenir seront proposées.

Le rôle du bassin de la Ruhr dans le contexte de l’unification européenne

4Depuis le début du XXe siècle, dans l’opinion publique, le bassin de la Ruhr, la plus grande région de concentration d’industrie lourde de toute l’Europe, était synonyme de performances économiques, notamment en matière d’industries d’armement. La puissance de ce « géant de l’Ouest » (Gigant im Westen), de cette « forge des armes de l’Allemagne » (Waffenschmiede), comme on désignait la région, reposait principalement sur le charbon et l’acier. La disponibilité de ces produits de base dans les différents pays de l’Europe de l’Ouest constituait depuis le XIXe siècle une condition fondamentale pour l’industrialisation. Le secteur du charbon formait ainsi un socle industriel, garantissant le développement d’un nombre important d’autres secteurs.

  • 2 Pour situer la « question de la Ruhr » dans l’opinion publique française après la Première Guerre m (...)

5Après la Première comme après la Seconde Guerre mondiale, le bassin de la Ruhr – entouré de son halo mythique de géant économique et belliqueux – se trouva au centre de cette « question de la Ruhr ». Elle constituait un élément central de la politique des Alliés envers l’Allemagne, ces derniers recherchant le moyen de contrôler les mines de charbon et les usines sidérurgiques afin de garantir leur sécurité. Les Français figuraient parmi ceux qui manifestaient le plus de réserves quant à l’avenir du bassin. Ils y voyaient le fondement de la puissance militaire allemande, qu’ ils considéraient comme une menace et dont ils avaient peur – une peur que les deux guerres inspirées par l’expansionnisme allemand étaient venues justifier2. Ils eurent donc après 1945 un intérêt tout particulier à éviter que le potentiel industriel de la Ruhr puisse être à nouveau utilisé à des fins militaires.

6À l’origine, les autorités françaises avaient envisagé de créer une frontière le long du Rhin qui leur aurait permis d’avoir un accès direct au bassin de la Ruhr et d’en contrôler plus facilement l’industrie lourde. Toutefois, ce projet ne reçut pas l’aval des autres pays alliés. La France fit alors une nouvelle proposition qui suivait une logique tout à fait différente, puisqu’il s’agissait de créer un « Territoire de la Ruhr ». Celui-ci serait gouverné par une commission interalliée, alors que les grands groupes industriels passeraient sous contrôle intégral des puissances d’occupation. Les usines d’armement seraient détruites et les capacités de production de la région réduites, à l’exception toutefois du secteur charbonnier, auquel s’intéressaient des entreprises sidérurgiques et métallurgiques françaises.

  • 3 Cf. Ursula Rombeck-Jaschinski, Nordrhein-Westfalen, die Ruhr und Europa. Föderalismus und Europapol (...)

7De leur côté, les Britanniques, qui exerçaient une tutelle sur le bassin de la Ruhr, puisque celui-ci faisait partie de leur zone d’occupation, avaient tout d’abord eux aussi envisagé de neutraliser l’épicentre de la puissance militaire du Reich. Toutefois, force leur était de constater que, malgré les restrictions ou interdictions de production ainsi que les démontages d’installations, les usines de la Ruhr recommençaient à tourner, car les matières premières et productions de base du bassin se révélaient indispensables pour la reconstruction d’une Europe dévastée par la guerre. Après de nombreux débats et négociations, au cours desquels la création d’un Territoire de la Ruhr sous contrôle allié fut à nouveau envisagée, le cabinet britannique opta pour une autre solution – inspirée en bonne partie par sa méfiance grandissante envers la politique de l’Union Soviétique –, celle d’une intégration définitive du bassin de la Ruhr dans le système des Länder qui se mettait en place en Allemagne de l’Ouest. Ainsi les Britanniques procédèrent-ils en juin 1946 à l’« Opération Mariage », qui consista à réunir la partie nord de la Rhénanie et la Westphalie en un nouveau Land, celui de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, qui pour ainsi dire entourait le bassin de la Ruhr3.

  • 4 Cf. Viktor Agartz/Heinrich Deist, Gesetz75 und Ruhrstatut. Eine Sammlung von Vorträgen von Dr. Vict (...)
  • 5 Cf. Carsten Lüders, Das Ruhrkontrollsystem. Entstehung und Entwicklung im Rahmen der Westintegratio (...)
  • 6 Peter von Zahn, Schwarze Sphinx, Francfort-sur-le-Main, 1949.

8Ces dispositions ne parvinrent toutefois pas à dissiper toutes les réserves que suscitait le renouveau éventuel de la puissance militaire du bassin. Du côté français, on insista à nouveau sur la nécessité de s’assurer au titre de « la sécurité internationale » que les « ressources de la Ruhr ne seraient pas utilisées à des fins d’agression ». Dès lors, les autorités françaises donnèrent en juin 1948 leur aval à la création future de la République fédérale d’Allemagne, sous réserve que les mines et usines sidérurgiques seraient placées sous contrôle allié4. Ainsi, avec la signature en avril 1949 du Statut de la Ruhr stipulant la création d’une Autorité internationale de la Ruhr, le gouvernement français parvint à atteindre son objectif de placer l’industrie lourde de la Ruhr sous tutelle extérieure. La nouvelle Autorité contrôlait l’ensemble de la production de houille, de coke et d’acier et décidait des types et volumes de production, ainsi que de l’utilisation des produits5. Afin de démontrer sa bonne volonté en matière de coopération économique pacifique, le gouvernement fédéral allemand adhéra à l’Autorité internationale de la Ruhr en décembre 1949, passant outre les résistances de toute une partie de l’opinion qui y voyait une soumission au « diktat des vainqueurs ». Toutefois, cette structure, à vocation d’abord régionale, devait rapidement s’internationaliser. L’idée de la création d’une organisation qui regrouperait également les autres producteurs européens de charbon et d’acier ne bénéficiait pas seulement du soutien du gouvernement fédéral, pour lequel l’adhésion à l’Autorité internationale de la Ruhr, où il ne jouait qu’ un rôle secondaire, n’avait qu’ un caractère transitoire. Elle profitait aussi de la dynamique suscitée en Europe par le lancement du Plan Marshall et la fondation de l’Organisation européenne pour la coopération économique (OECE) en avril 1948. Celle-ci accéléra la coopération entre États européens. Et, comme le fit remarquer le journaliste Peter von Zahn qui, dès 1949, voyait dans le bassin de la Ruhr « le noyau même de l’économie intégrée européenne » (« Keimzelle europäischer Verbundwirtschaft »)6, les observateurs remarquèrent très tôt le rôle décisif joué par ce bassin dans ce mouvement de coopération internationale.

9C’est la France qui fit le pas décisif dans ce domaine. Lors d’une déclaration dans l’après-midi du 9 mai 1950, son ministre des Affaires étrangères, Robert Schuman, présenta officiellement le projet de création d’une Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA). Ce projet reposait sur les réflexions d’un groupe de travail constitué autour de Jean Monnet. Celui-ci avait formulé, dès 1943, une première ébauche de ce que pourrait être un marché européen après la fin de la guerre. Nommé commissaire général au Plan, dépendant directement du président du Conseil depuis 1947, il avait accéléré la mise en place du Plan français de modernisation et d’équipement. La déclaration prononcée par Schuman résumait clairement les objectifs de ce projet :

  • 7 Cité d’après le site de l’Union Européenne : europa.eu/symbols/9-may/decl_fr.htm.

« Le gouvernement français propose de placer l’ensemble de la production franco-allemande de charbon et d’acier sous une Haute Autorité commune dans une organisation ouverte à la participation des autres pays d’Europe. (…) Par la mise en commun de productions de base et l’institution d’une Haute Autorité nouvelle, dont les décisions lieront la France, l’Allemagne et les pays qui y adhéreront, cette proposition réalisera les premières assises concrètes d’une Fédération européenne indispensable à la préservation de la paix. »7

  • 8 Voir les jugements tout à fait divergents formulés sur le Plan Schuman et la mise en place de la CE (...)

10De fait, ce projet était l’émanation d’une double intention, celle tout d’abord de régler le problème de la Ruhr et celle de surmonter dans un cadre européen l’« hostilité héréditaire » entre la France et l’Allemagne, source régulière de conflits. Il était donc envisagé de créer un marché commun permettant une planification, une exploitation et un contrôle du secteur lourd de l’industrie suivant une méthode communautaire, tout en retirant aux gouvernements nationaux leur droit d’accès immédiat aux ressources fondamentales et politiquement sensibles du charbon et de l’acier. Ce marché commun, qui institutionnalisait un contrôle externe de l’industrie lourde de la France et des autres pays impliqués, devait être placé sous la tutelle d’une administration spécifique, dans laquelle l’Allemagne aurait un siège et une voix à part entière. Un tel dispositif devait permettre, selon Schuman, sinon d’exclure, tout au moins de réduire la renaissance d’une menace de la France de la part de l’Allemagne. Il devait également permettre de « co-disposer » de manière durable des réserves de charbon et de la production d’acier allemandes. Dans un même temps, l’intention de créer un lien plus fort entre l’Allemagne de l’Ouest, en pleine renaissance économique, et la France, dans le but de consolider la progression économique de cette dernière, se trouvait liée à l’offre faite à l’Allemagne de s’intégrer à part entière au processus d’unification de l’Europe. L’idée d’avoir recours, pour atteindre ces objectifs, à la mise en place d’une organisation supranationale se situait dans la continuité des exigences formulées par la France au cours des années passées qui consistaient à dépasser une approche strictement nationale des problèmes à résoudre8.

Les syndicats allemands et le Plan Schuman

  • 9 Cf. Frank Niess, Die europäische Idee. Aus dem Geist des Widerstands, Francfort-sur-le-Main, Suhrka (...)

11Alors que la période de la résistance à la dictature nazie et la phase de l’immédiat après-guerre n’avaient suscité dans le monde des syndicats allemands que peu de références à l’Europe, ce thème, sous forme de professions de foi européistes et d’appels à l’unification du continent, prit sensiblement de l’importance à partir de 19479. Les syndicats allemands se prononcèrent en faveur du Plan Marshall et participèrent aux travaux de l’OECE nouvellement créée. Même le statut international de la Ruhr reçut en novembre 1949 l’aval du DGB, qui dut pourtant affronter à ce sujet de violentes critiques dans ses propres rangs. Ces prises de position en faveur de l’Europe reposaient sur l’idée que seul le bannissement de tout danger de guerre ou de crise économique pourrait permettre une véritable pérennisation des acquis syndicaux et que l’intégration européenne serait une contribution importante à la réalisation de cet objectif.

12Le Plan Schuman bénéficia tout d’abord d’une bienveillance quelque peu retenue de la part des syndicats. Le parti social-démocrate SPD, auquel étaient liés la plupart des fonctionnaires syndicaux, s’était opposé ouvertement à ce plan. Il le qualifiait, selon les mots de son président, Kurt Schumacher, comme « conservateur, clérical, capitaliste et favorisant les cartels ». Mais l’engagement du plan en faveur de la paix était jugé positif par les syndicats. Ils saluèrent également le fait que, dans sa déclaration, Robert Schuman avait assuré que son plan contribuerait à améliorer les conditions économiques et sociales qui étaient alors catastrophiques en Europe ainsi qu’ à augmenter le niveau de vie des salariés. De plus, comme le plan comprenait certains éléments d’économie dirigée, il allait tout à fait dans le sens des attentes des syndicats qui, à cette époque, étaient partisans d’une planification centrale de l’économie. Au niveau international d’ailleurs, le plan fut également accueilli favorablement par les autres syndicats européens.

13Au cours des négociations, on assista cependant à un refroidissement sensible de l’enthousiasme originel des syndicats allemands pour le Plan Schuman. Alors que les délégués syndicaux présents à Paris acceptaient de différer la réalisation de certaines revendications et se déclaraient fondamentalement satisfaits des résultats des négociations, un scepticisme plus marqué se déclara en Allemagne. Parmi les objections formulées, la plus importante était la crainte que la RFA ne soit pas considérée comme un partenaire à part entière au sein de la CECA. Rassurés sur plusieurs des doutes qu’ ils avaient exprimés, les syndicats allemands se prononcèrent finalement en faveur de la fondation de la CECA. Toutefois, compte tenu des remarques générales qui viennent d’être émises, il convient d’adopter une approche différenciée de la question de l`Europe telle que l’envisageaient les syndicats et de tenir compte des positions différentes développés, au niveau confédéral d’une part avec le DGB, au niveau des grands syndicats de branches d’autre part avec IG Bergbau et IG Metall.

Le DGB et le Plan Schuman : des affaires réglées selon un principe de réciprocité

  • 10 Entschließung zur europäischen Verständigung, in Protokoll des 1. Bundeskongresses (BBZ), p. 163 et (...)
  • 11 Ludwig Rosenberg, Sinn und Aufgabe der Gewerkschaften. Tradition und Zukunft, Düsseldorf/Vienne, Ec (...)

14Lors du congrès qui se tint à Bielefeld en avril 1947 et fonda le DGB dans la zone d’occupation britannique, Viktor Agartz, expert économique de la confédération, avait appelé le monde syndical à surmonter l’hostilité entre la France et l’Allemagne. Il voyait dans cette tâche une priorité car, pour lui, l’entente franco-allemande « pourrait (ainsi) devenir le noyau et la pierre d’achoppement pour une réorganisation future de l’Europe »10. Cette position fut adoptée par le DGB à son congrès fondateur pour l’ensemble de la RFA, tenu à Munich en octobre 1949. La nouvelle organisation se donna les moyens nécessaires à la réalisation de ce projet. La mise en place en son sein en février 1950 d’un département général II « Etranger », dirigé par Ludwig Rosenberg, l’un des principaux représentants du groupe des syndicalistes allemands exilés en Grande-Bretagne pendant la guerre, illustrait ce renforcement de l’orientation internationale des travaux de la confédération. Sous l’égide de Ludwig Rosenberg, qui en devint président en 1962, l’organisation confirma son engagement en faveur d’une Europe unie qui dépasserait les égoïsmes nationaux, afin d’éviter un retour du nationalisme, du militarisme et de la guerre11.

  • 12 Welt der Arbeit, 26 mai 1950.
  • 13 Cité d’après B. Bühlbäcker, Europa im Aufbau (...), op. cit., p. 36 et suivantes.

15Malgré cette attitude positive vis-à-vis de l’intégration européenne, le DGB fit montre de réserve lors de la présentation du Plan Schuman. Ainsi, lors d’une conférence syndicale internationale, les 22 et 23 mai 1950, à Düsseldorf, ses représentants se déclarèrent certes acquis « dans le principe » à l’idée du Plan Schuman, mais ne firent aucune déclaration concrète12. Bien qu’ étant d’accord avec les grandes lignes du Plan, les représentants syndicaux voulaient s’assurer qu’ils obtiendraient des droits de participation à sa réalisation. Telle était également la revendication formulée par Hans vom Hoff, membre du bureau confédéral du DGB, dans sa réponse du 7 juin 1950 à une question du gouvernement fédéral concernant la position des syndicats allemands vis-à-vis du Plan Schuman : « Le DGB et la Confédération internationale des syndicats libres (…) (accorderont) leur soutien à toute véritable coopération économique européenne, à la condition que les syndicats soient associés de manière déterminante à la conception, la préparation et la réalisation de ce type de projet. »13

  • 14 L. Rosenberg, „Eine Idee beschäftigt die Welt“, Gewerkschaftliche Monatshefte, 6 (1950), p. 241-244 (...)

16À l’occasion de la réunion de la commission fédérale du DGB des 16 et 19 juillet 1950, Hans vom Hoff salua ouvertement le projet du Plan. Selon lui, l’initiative présentée par Robert Schuman allait permettre de surmonter les suites de la guerre et d’insuffler un nouveau dynamisme à l’économie. Quant à Ludwig Rosenberg, qui était déjà fortement impliqué dans le mouvement européen, ses déclarations étaient presque euphoriques, même si, d’après lui, le plan « n’était pas un plan, mais une simple idée esquissée de manière rapide, voire même un peu superficielle »14. Par la suite, Hans vom Hofffut le seul représentant syndical allemand à participer aux négociations du Plan Schuman dans le cadre d’une délégation des Länder. Ces négociations se prolongèrent jusqu’ à la signature du traité, le 18 avril 1951 à Paris. Rolf Wagenführ, de l’Institut de recherche économique du DGB, et Franz Grosse, du Département des analyses économiques du syndicat des mineurs IG Bergbau, participèrent aux réunions de travail en tant qu’ experts. Les autres délégations nationales ne comprenaient que très peu de syndicalistes (si l’on excepte le cas de la Belgique, voire de l’Italie). Aussi Hans vom Hoff exprima-t-il son regret pour le peu de compréhension envers les questions sociales développé au cours des négociations.

17C’est justement à l’occasion de celles-ci que l’on put constater que l’attitude positive développée par le DGB par rapport au Plan Schuman n’était pas exempte de controverses. Les prises de position ouvertes en faveur du Plan de la direction du DGB se démarquaient de celles du SPD et de son président, Kurt Schumacher, qui s’opposait énergiquement au projet de création de la CECA. De leur côté, certains syndicalistes critiquaient le fait que, selon eux, la République fédérale n’était pas traitée comme un partenaire à part entière. Compte tenu de ces objections, la commission fédérale du DGB exigea, lors de sa séance du 7 mai 1951, qu’ avant une ratification éventuelle, toutes les dispositions existantes faisant obstacle à une démocratisation de l’économie soient supprimées. D’autre part, elle se prononça en faveur du maintien intégral des revendications concernant l’introduction de la cogestion et de la transformation des entreprises privées situées dans le secteur des industries de base en entreprises publiques. Ces mesures étaient inscrites dans le programme fondamental du DGB et ni le Plan Schuman ni la CECA ne devaient pouvoir le contrecarrer. L’opposition interne au DGB se manifesta également lorsque le Bureau fédéral déclara, lors de sa réunion du 24 juillet 1951, vouloir revoir la question de la participation de la confédération aux réunions préparatoires du plan Schuman, du fait que ces réunions ne laissaient transparaître aucun élément progressiste en matière de politique économique et que les négociations se termineraient par une restauration des anciens rapports économiques et sociaux.

  • 15 Horst Thum, Mitbestimmung in der Montanindustrie. Der Mythos vom Sieg der Gewerkschaften, Stuttgart (...)
  • 16 « Die Stunde der Gewerkschaft ? », Frankfurter Hefte, 9 (1951), p. 613-616, cit. p. 616.

18Les déclarations publiques du président du DGB, Christian Fette, en mai et juin 1951 en faveur du plan Schuman facilitèrent finalement, non seulement l’acceptation définitive de ce plan par la confédération, mais également un compromis entre les syndicats et le gouvernement fédéral sur la question de l’introduction de la cogestion paritaire dans le secteur du charbon et de l’acier. Le DGB accordait en contrepartie son soutien à la politique étrangère du gouvernement et donnait son aval non seulement à l’adhésion an plan Schuman, mais également aux projets de réarmement de l’Allemagne fédérale15. Compte tenu du rôle d’intermédiaire occupé par le DGB entre les positions politiques contraires du gouvernement et de l’opposition, les observateurs de l’époque ont souligné que la confédération avait inspiré « du bon sens au SPD en matière de politique étrangère, et simultanément du bon sens à la CDU en matière de politique sociale »16.

19Afin de garantir l’influence des syndicats sur les prises de décision dans la CECA, le DGB exigea la présence d’un représentant des syndicats au sein de la Haute Autorité. Cette présence fut tout d’abord refusée par Jean Monnet, mais acceptée par la suite. Avec le Belge Paul Finet, au titre de la CISL, et l’Allemand Heinz Potthoff, au titre du DGB, les syndicats disposaient de deux représentants dans la plus haute instance de décision de la Communauté. Heinz Potthoff était auparavant directeur de service au ministère de l’Économie du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Il avait travaillé dans le cadre de l’Autorité internationale de la Ruhr et avait été nommé en remplacement du social-démocrate Heinrich Deist, proposé à l’origine par les syndicats, mais rejeté par le chancelier Konrad Adenauer à cause de ses positions critiques à l’égard de la CECA. Cette présence syndicale au sein de la Haute Autorité contribua fortement à ce que, dans les années qui suivirent, le DGB adopta une attitude en grande majorité positive par rapport à la CECA.

Les positions du syndicat des mines IG Bergbau : pragmatisme et défense des intérêts sectoriels

20Malgré le démantèlement total des structures du mouvement syndical allemand en 1933, le syndicat des mines IG Bergbau parvint très rapidement à relancer ses activités à la fin de la guerre. Dès le mois de mai 1945, des associations syndicales minières s’étaient formées dans plusieurs villes du bassin de la Ruhr. Afin d’éviter l’apparition d’organisations concurrentes, la majorité d’entre elles se mirent d’accord pour se regrouper en une fédération au niveau de la zone d’occupation britannique, respectant le principe de la neutralité confessionnelle et politique. Dès que l’administration militaire britannique autorisa la création d’une telle fédération, celle-ci tint son premier congrès, en décembre 1946. Le nouveau syndicat se nomma tout d’abord Industrieverband Bergbau (Fédération industrielle des mines) puis, à partir de 1948, Industriegewerkschaft Bergbau (Syndicat du secteur industriel des mines). Son président était August Schmidt qui avait été avant 1933 vice président de la Fédération des mineurs des syndicats libres. Pour rappel, dans la Ruhr, l’IG Bergbau rassemblait 95 % des travailleurs du secteur.

  • 17 Franz Grosse, « Keine grundsätzliche Ablehnung des Projektes − Studienkommission unter gewerkschaft (...)
  • 18 Article de fond de Die Bergbau-Industrie, 8 juillet 1950.

21Si les premières années d’activité du syndicat minier ont été, comme ce fut aussi le cas pour tous les autres syndicats, surtout dominées par le règlement des problèmes découlant de la misère et des difficultés de la vie quotidienne, l’organisation ne s’en intéressa pas moins aux questions concernant la réorganisation de la vie politique et sociale en Allemagne, des questions qui avaient pour enjeux le maintien d’une paix durable et une nouvelle organisation des structures de l’Europe. Ainsi, après le lancement du Plan Marshall, son attention se porta sur la question du statut et du contrôle de la Ruhr. Quand le Plan Schuman fut présenté, c’est tout d’abord le Département des analyses économiques de l’IG Bergbau qui s’intéressa à ce projet17. Son directeur était Franz Grosse, à qui le président de la fédération, August Schmidt, qui avait des problèmes de santé, laissa pratiquement carte blanche pour tout ce qui concernait la politique européenne. Tout comme son « collègue » du DGB, Hans vom Hoff, Franz Grosse était en faveur d’une participation de l’Allemagne à la future communauté et estimait que le syndicat devait donner un accord prudent aux résultats des négociations. Dès le début du mois de juillet 1950, la Bergbau-Industrie, organe de presse du syndicat, décrivait le Plan Schuman comme un « enjeu européen »18. Selon Franz Grosse, son avantage était qu’ à l’inverse des cartels européens constitués durant l’entre-deux-guerres dans les secteurs du fer et de l’acier, il permettrait une plus grande homogénéisation de la production du secteur des industries de base au bénéfice des pays adhérant à la Communauté.

  • 19 Voir ici également la lettre ouverte critique envoyée à ce sujet par August Schmidt à Konrad Adenau (...)

22Ces positions ne manquèrent pas de susciter des désaccords et la question de l’avenir de l’Europe fut à l’origine de tensions importantes au sein du syndicat. Lors de sa troisième assemblée générale, fin novembre 1950, les délégués examinèrent plus particulièrement les problèmes posés par la réorganisation du secteur minier allemand. Il ressortit des discussions que la priorité devait être donnée à la déconcentration et au démantèlement des cartels présents dans ce secteur, tout en veillant à ce que ces opérations ne mènent à une réduction des tonnages extraits. Les critiques concernant les résultats des réunions préparatoires du Plan Schuman s’accentuèrent. De nombreux syndicalistes redoutaient que la participation des organismes français de vente et d’importation du charbon et des entreprises sidérurgiques françaises aux négociations sur la création d’une nouvelle société de commercialisation du charbon conduiraient à ce que ce pays exerce une influence grandissante sur le secteur minier du bassin de la Ruhr. Pour ces syndicalistes, seule la France tirerait avantage de la future CECA et celle-ci fonctionnerait aux dépens de tous les autres pays y adhérant19.

  • 20 Voir ici les comptes rendus du discours de Franz Grosse, prononcé devant 2 000 mineurs à Essen, Ind (...)
  • 21 Voir aussi Die Bergbau-Industrie, 5 mai et 19 mai 1951.

23Au fur et à mesure que les négociations avançaient, l’enthousiasme des partisans du Plan Schuman présents dans l’IG Bergbau s’émoussait. Les raisons en étaient multiples. La question du règlement rationnel des problèmes posés par la commercialisation du charbon, évoquée ci-dessus, venait en premier lieu. Se posaient également celle de la propriété des entreprises minières (on redoutait que les négociations ne figent le statut quo) ; celle de l’abolition des quotas pour l’acier, qui devaient tenir compte des besoins de « rattrapage » de la sidérurgie allemande ; celle enfin, plus globale, de la réorganisation de l’ensemble du secteur allemand des productions de base qui devait se faire – et, sur ce point, l’accord était unanime – dans le respect du principe de la réconciliation des peuples énoncé par le Plan Schuman20. Cependant, malgré toutes ces critiques, la participation aux institutions de la CECA apparut indispensable aux dirigeants de l’IG Bergbau. Afin de préserver les possibilités d’influence syndicale sur les prises de décisions politiques, l’IG Bergbau continua donc d’accorder son soutien à l’objectif de l’unification de l’Europe. Lorsque le texte définitif du Traité fut présenté, celui-ci fut toutefois rejeté par une partie significative de l’IG Bergbau. Il fallut attendre les négociations finales et les assurances données aux syndicalistes allemands que l’organisme central allemand de vente et de distribution du charbon, le Deutscher Kohlenverkauf (DKV), serait remplacé par une autre institution assumant une mission analogue pour que la position de l’ensemble de l’IG Bergbau vis-à-vis du Traité change définitivement21.

24Le texte du Traité de la CECA reçut l’aval du Parlement fédéral, au cours d’un vote nominal au Bundestag, 233 députés se prononçant pour, 148 voix contre, venant du SPD, du KPD et de quelques députés sans étiquette. L’IG Bergbau, comme le DGB, approuva ce résultat, alors que le syndicat de la métallurgie, IG Metall, le rejeta. Le fait qu’ en dernier lieu ce fut la réponse apportée à la question touchant les structures centrales de commercialisation du charbon qui ait conduit la fédération syndicale à revoir définitivement ses positions souligne le rôle prépondérant joué par des intérêts syndicaux sectoriels dans les débats sur la mise en place du Traité.

25Après la constitution des différents organes de la CECA et au cours de ses premiers mois de fonctionnement, l’IG Bergbau constata que la commission consultative / Beratender Ausschuß, sur laquelle il avait misé, ne disposait que de droits limités. L’intérêt de la fédération syndicale pour la CECA diminua à nouveau. Toutefois, l’IG Bergbau resta toujours ouvert à une coopération constructive avec cette institution. Cette position était sûrement aussi inspirée par la peur qu’ un retrait des syndicats amène le patronat à en dominer les instances.

Les positions du syndicat de la métalkurgie IG Metall : entre scepticisme et coopération

26Tout comme pour le secteur des mines, on assista dans celui de la métallurgie, et plus particulièrement dans la sidérurgie et la métallurgie lourde, à une reconstruction rapide des structures syndicales au cours de l’immédiat après-guerre. En ce qui concerne la sidérurgie, il faut noter que l’introduction de la cogestion paritaire dans les nouvelles entreprises constituées à la suite du démantèlement des grands groupes à partir de 1947 a été en grande partie le résultat des pressions exercées à la base par les salariés de ces groupes. L’administration fiduciaire des entreprises sidérurgiques confisquées par les Alliés – administration instaurée par ces derniers, mais placée sous direction allemande – reprit à son compte le principe de la répartition paritaire des sièges dans les conseils d’entreprise (Betriebsrat) et celui de la nomination sur proposition du syndicat d’un directeur du personnel et des affaires sociales (Arbeitsdirektor), appelé à siéger dans les directoires. Cela répondait ainsi positivement à deux des principales revendications de l’IG Metall. De ce fait, la cogestion paritaire fut pratiquée avec succès dans la sidérurgie de la Ruhr avant la création de la République fédérale et avant même qu’ il n’existe une législation dans ce domaine. Ceci explique pourquoi, plus tard, lors des négociations sur la future loi fédérale sur la participation et la cogestion au début des années 1950, négociations qui se déroulaient au même moment que celles sur la future CECA, l’IG Metall se montra bien décidé à ne pas revenir sur les acquis engrangés. Mais il fallut la menace d’une grève, à laquelle se joindrait également l’IG Bergbau, pour que le gouvernement fédéral accepte, au début de 1951, d’inscrire dans la loi la cogestion paritaire exigée par les deux syndicats.

  • 22 Réunion du bureau de l’IG Metall des 16 et 17 mai 1950, reproduit dans Die Industriegewerkschaft Me (...)
  • 23 Compte rendu de la réunion du bureau de l’IG Metall du 21 juin 1950, AdsD, IG Metall-Archiv, 5/IGMA (...)

27Le Plan Schumann fut accueilli avec réserve par l’IG Metall. Certes le syndicat saluait une initiative qui permettait d’approfondir la coopération entre les peuples de l’Europe et de garantir la paix, mais il redoutait qu’elle ne remette en cause les efforts accomplis en Allemagne pour démocratiser l’économie, notamment dans l’industrie minière et sidérurgique. Lors d’une séance du conseil de direction tenue au milieu du mois de mai, l’un des deux présidents, Walter Freitag, plus particulièrement chargé de la sidérurgie, déclara que le Plan Schuman méritait d’être analysé « objectivement et sans passion ». Mais il n’en appela pas moins la Confédération des syndicats libres (IBFG) à se mobiliser, car il dépendrait de l’action syndicale que « nos conquêtes récentes sur la cogestion en sortent consolidées ou affaiblies »22. Pour Walter Freitag, il était même erroné de parler d’un Plan, car « il s’agissait en fait seulement d’une initiative de la part des Français pour entamer avec les autres gouvernements des discussions sur la politique économique »23.

28L’IG Metall estima ses craintes relatives à une restauration de l’ancien ordre politique et social justifiées par la composition du groupe d’experts que le patronat allemand envisageait d’envoyer pour participer aux négociations du Plan Schuman dans le cadre d’une commission spéciale. Selon le syndicat, plusieurs membres de ce groupe avaient été impliqués dans le Troisième Reich. De plus, il redoutait que le Plan Schuman ne serve avant tout les intérêts économiques de la France, car celle-ci, confrontée à une surproduction d’acier, s’efforcerait d’écouler ses produits sidérurgiques sur le marché allemand. Il craignait donc qu’aucune mesure ne fût prise pour supprimer la limitation à 11,1 millions de tonnes annuelles de la production d’acier de l’Allemagne de l’Ouest fixée par les puissances d’occupation en avril 1949. Dans de telles conditions, la réduction du nombre des emplois ainsi que les fermetures d’entreprises, même rentables, deviendraient inévitables. Il était donc douteux que le Plan Schuman apporte des avantages pour les salariés allemands. Le syndicat redoutait au contraire qu’ il en résulte des désavantages importants sur le plan social.

  • 24 Réunion du Bureau permanent de l’IG Metall des 10 et 11 mai 1951, reproduit dans Die Industriegewer (...)

29Au fur et à mesure de l’avancement des négociations, les prises de position de l’IG Metall se firent de plus en plus critiques. Quant à la « troïka » pro-européenne qui représentait les syndicats allemands à Paris et était composée de Hans vom Hoff, Franz Grosse et de Rolf Wagenführ, l’IG Metall jugea qu’ elle ne défendait pas suffisamment ses intérêts. Quand le Traité commença à prendre forme, Walter Freitag, dans le cadre de négociations avec le DGB, ne cacha pas sa conviction que le projet, dans l’état auquel on était parvenu, servirait en premier lieu les intérêts français. Et l’organe officiel de l’IG Metall d’annoncer sans équivoque : « Nous devons en aucun cas donner notre accord au Plan Schuman. »24

  • 25 „Der Weg nach Europa ?“, Metall, 4. Jg., no 2, 23 janvier 1952.

30De telles déclarations conduisirent à un isolement presque total de l’IG Metall, tant au plan national qu’ international. Le syndicat s’était laissé enfermer dans une position qui risquait de le marginaliser. Dans ces conditions, il ne put résister au poids des partisans du Traité. Lorsque le Bundestag ratifia celui-ci en janvier 1952, le syndicat, dont seule « une petite partie des réserves » avait été prise en compte, déclara qu’ il avait certes été « mis en minorité », mais qu’il ne s’estimait pas convaincu25.

31Dans ses réunions, l’IG Metall demeura sur ses positions. Aux yeux de ses dirigeants, le Plan Schuman, loin de représenter la première étape d’une Europe unie, servait en premier lieu à asseoir la domination française et provoquerait tôt ou tard une réduction de la production sidérurgique et métallurgique allemande. Selon Walter Freitag, le Plan Schuman était de fait une « réparation de compensation payée à la France » qui ne disait pas son nom.

  • 26 Réunion du Bureau permanent de l’IG Metall des 24 et 25 octobre 1951, reproduit dans Die Industrieg (...)

« L’Allemagne doit livrer à la France du charbon qui va lui manquer à l’intérieur. La France va être en mesure d’installer une industrie sidérurgique qui pourra surpasser de loin celle de l’Allemagne et qui mettra notre industrie dans une situation très difficile. »26

  • 27 Ibidem.

32Toujours selon lui, le Plan Schuman, au lieu d’effacer les différents entre l’Allemagne et la France et de poser la première pierre d’une cohabitation pacifique des peuples de l’Europe, rendra cette compréhension mutuelle plus difficile. Dans cette affaire, les vainqueurs, d’après lui, étaient, d’une part, ceux qui, dans le camp du patronat, s’opposaient à une réorganisation de l’économie allemande, plus particulièrement du secteur des productions de base ; d’autre part, ceux qui agissaient en conformité avec des objectifs qui n’étaient autres que ceux « de l’égoïsme national français »27.

33Même si la Communauté européenne du charbon et de l’acier était loin de correspondre aux attentes de l’IG Metall, le syndicat dut se résoudre en accepter l’existence comme un fait accompli. Désormais, ses critiques se déplacèrent sur un autre terrain. Elles portaient maintenant sur le fait que la Communauté ne disposait pas de compétences suffisantes. Ainsi n’était-elle pas en mesure de planifier et de contrôler le développement du secteur. De plus, les salariés n’étaient pas suffisamment représentés dans ses organes de décision. Malgré tous les alignements nécessaires pour s’adapter à la nouvelle situation, Walter Freitag persévéra dans son soutien aux revendications de l’IG Metall concernant la planification économique et la cogestion. Au milieu de l’année 1952, il déclarait :

  • 28 Cité d’après Walter Freitag, „Über die Aufgaben der IG Metall in der Gegenwart“, Metall, 4. Jg., no(...)

« Le Plan Schuman est une tentative. Il faut le caractériser comme une tentative pour éliminer les crises économiques. Seul l’avenir décidera si cette tentative aura du succès. Nous ne croyons pas qu’ un tel objectif puisse être réalisé avec efficacité si nous ne parvenons pas à une unification économique plus approfondie et à l’instauration d’une économie européenne planifiée, accompagnée de larges possibilités de contrôle par les travailleurs et les employés. Tel est l’objectif de notre action. »28

34La nouvelle stratégie de l’IG Metall qui, jusqu’ à la dernière minute, avait rejeté le Plan Schuman, consistait donc maintenant à réformer la Communauté de l’intérieur.

Bilan et perspectives de recherche

35Un résumé des positions prises par les syndicats allemands vis-à-vis du Plan Schuman permet de constater qu’ils eurent d’une manière générale une attitude positive face à l’intégration européenne. Dans un premier temps, ils accueillirent favorablement le projet comme étant la première pierre de la construction de l’Europe. Toutefois, les négociations du projet furent suivies de façon très critique par les différentes organisations et inspirèrent au DGB et à l’IG Bergbau de fortes objections quant à leurs résultats, voire même, pour ce qui est de l’IG Metall, un rejet pur et simple du projet dans son ensemble. Les éléments communs de ces positions étaient la défense des intérêts nationaux dans le secteur du charbon et de l’acier et du principe de la cogestion dans les entreprises.

36Les débats à l’intérieur de l’IG Metall montrent que ce syndicat avait une démarche beaucoup plus politique ainsi qu’ une attitude beaucoup plus sceptique que le DGB et que l’IG Bergbau. Selon l’IG Metall, l’unification européenne devait obéir aux principes de la démocratie économique. Ainsi, son catalogue national de revendications était-il plus amplement intégré au contexte européen. Pour ce syndicat, la futur Communauté européenne devait permettre de réorganiser la société selon son projet, l’organisation se présentant comme jouant un rôle d’avant-garde et de pionnière en matière de participation des salariés et de cogestion.

37Une raison non négligeable pour ces contrastes entre les syndicats provient des contextes différents dans lesquels se trouvaient le secteur du charbon et celui de la sidérurgie au début des années 1950. Les mines de la Ruhr constituaient un élément indispensable à la reconstruction de l’Europe occidentale. Les mineurs n’avaient donc aucun souci à se faire quant à leur emploi. Les salariés de la sidérurgie redoutaient par contre la concurrence de la France et la soupçonnaient de chercher à travers la CECA à réduire la production allemande d’acier à son avantage. En réalité, ce pronostic pessimiste ne s’est pas confirmé au cours des années suivantes, car la sidérurgie allemande a profité au contraire d’un véritable boom qui a débuté peu de temps après la création de la CECA.

  • 29 Cf. Ernst B. Haas, The Uniting of Europe. Political, social and economic forces, 1950-1957, Stanfor (...)
  • 30 Voir principalement R. Colin Beever, European Unity and the Trade Union Movements, Leyden, A.W. Sij (...)
  • 31 Voir ici quelques exceptions à cette constatation : Gloria Müller, « Ein großer Gedanke in einem kl (...)
  • 32 Cf. ses articles « Les syndicats ouvriers français et les institutions européennes, de la CECA aux (...)
  • 33 Cf. son article « Les syndicats allemands et les institutions européennes », in M.-T. Bitsch (dir.) (...)

38La position des syndicats évolua au fur et à mesure des modifications de la situation économique. On manque toutefois d’études systématiques sur l’influence de ces changements sur la politique de la Haute Autorité et sur la manière dont la CECA a géré les processus de rationalisation et de réduction des capacités de production sous l’angle national et transnational. Il serait également intéressant pour la recherche de se pencher, non pas seulement sur les relations entre les différents syndicats nationaux et la CECA, mais également sur celles entre les syndicats des différents pays, à commencer par l’Allemagne et la France, puis en étendant l’étude aux autres pays fondateurs de la Communauté. Bien que le travail pionnier de Ernst B. Haas ait livré de multiples éléments sur le rôle des syndicats dans la construction européenne29, qui auraient pu servir de tremplin pour de nouvelles recherches, le nombre d’études systématiques réalisées sur ce sujet est resté très limité30. Il a fallu attendre les années 1990 pour que ce nombre aille en augmentant, sans toutefois que le sujet soit épuisé. De plus, il faut noter que, dans ces études, celles qui émanent d’historiens n’occupent qu’ une place secondaire31. Il paraît donc utile, en s’appuyant sur les premiers travaux qui ont été réalisées dans une perspective internationale, au nombre desquels il convient de signaler ceux de Sylvain Schirmann32 et de Cédric Guinand33, d’appeler à des prolongements, tant conceptuels que méthodologiques, à l’étude esquissée ici du rôle des syndicats dans la construction européenne, un élément constitutif de notre histoire contemporaine.

Notes

1 Voir ici, à côté des travaux de Werner Bührer, « Les syndicats ouest-allemands et le Plan Schuman », in Andreas Wilkens (éd.), Le Plan Schuman dans l’Histoire. Intérêts nationaux et projet européen, Bruxelles, Bruylant, 2004, p. 303-322, les études de Bernd Bühlbäcker, Europa im Aufbau. Personal und Personalpolitik deutscher Parteien und Verbände in der Montanunion 1949-1958, Essen, Klartext, 2007 et de Hitoshi Suzuki, Digging for European Unity. The Role Played by the Trade Unions in the Schuman Plan and the European Coal and Steel Community from a German Perspective 1950-1955, Ph. D. Thesis, Department of History and Civilization, European University Institute, Florence, December 2007.

2 Pour situer la « question de la Ruhr » dans l’opinion publique française après la Première Guerre mondiale, voir principalement Anna-Monika Lauter, Sicherheit und Reparationen. Die französische Öffentlichkeit, der Rhein und die Ruhr (1919-1923), Essen, Klartext, 2006 et, pour la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale, Oswald Post, Zwischen Sicherheit und Wiederaufbau. Die Ruhrfrage in der alliierten Diskussion 1945-1949, Giessen, Focus Verlag, 1986.

3 Cf. Ursula Rombeck-Jaschinski, Nordrhein-Westfalen, die Ruhr und Europa. Föderalismus und Europapolitik 1945-1955, Essen, Klartext, 1990.

4 Cf. Viktor Agartz/Heinrich Deist, Gesetz75 und Ruhrstatut. Eine Sammlung von Vorträgen von Dr. Victor Agartzund Dr. Heinrich Deist, Cologne, Bund Verlag, 1949.

5 Cf. Carsten Lüders, Das Ruhrkontrollsystem. Entstehung und Entwicklung im Rahmen der Westintegration Westdeutschlands 1947-1953, Francfort-sur-le-Main/New York, Schriftenreihe des Zentrums für Nordamerika Forschung, 1988.

6 Peter von Zahn, Schwarze Sphinx, Francfort-sur-le-Main, 1949.

7 Cité d’après le site de l’Union Européenne : europa.eu/symbols/9-may/decl_fr.htm.

8 Voir les jugements tout à fait divergents formulés sur le Plan Schuman et la mise en place de la CECA par Alan Milward, The Reconstruction of Western Europe, 1945-51, Londres, Methuen and Co, 1984 ; Klaus Schwabe (dir.), Die Anfänge des Schuman-Plans 1950/51, Baden-Baden, Nomos Verlag, 1988 ; John Gillingham, Coal, steel and the rebirth of Europe (1945-1955). The Germans and French from Ruhr conflict to Economic Community, Cambridge, Cambridge University Press, 1991 ; Dirk Spierenburg et Raymond Poidevin, Histoire de la Haute Autorité de la Communauté européenne du Charbon et de l’Acier : une expérience supranationale, Bruxelles, Bruylant, 1993 ; Matthias Kipping, La France et les origines de l’union européenne. Intégration économique et compétitivité internationale, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002.

9 Cf. Frank Niess, Die europäische Idee. Aus dem Geist des Widerstands, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2001 ; Wilfried Loth, “The World Federation of Trade Unions (WFTU) and the International Confederation of Free Trade Unions (ICFTU)”, in Walter Lipgens/Wilfried Loth (dir.), Documents on the History of European Integration, vol. 4 : Transnational Organisations of Political Parties and Pressure Groups in the Struggle for European Union, 1945-1950, Berlin/New York, de Gruyter, 1991.

10 Entschließung zur europäischen Verständigung, in Protokoll des 1. Bundeskongresses (BBZ), p. 163 et suivantes.

11 Ludwig Rosenberg, Sinn und Aufgabe der Gewerkschaften. Tradition und Zukunft, Düsseldorf/Vienne, Econ-Verlag, 1973.

12 Welt der Arbeit, 26 mai 1950.

13 Cité d’après B. Bühlbäcker, Europa im Aufbau (...), op. cit., p. 36 et suivantes.

14 L. Rosenberg, „Eine Idee beschäftigt die Welt“, Gewerkschaftliche Monatshefte, 6 (1950), p. 241-244, et, quelques semaines auparavant, „Deutschland − Frankreich − Europa“, Welt der Arbeit, 31 mars 1950.

15 Horst Thum, Mitbestimmung in der Montanindustrie. Der Mythos vom Sieg der Gewerkschaften, Stuttgart, Deutsche Verlagsanstalt, 1982.

16 « Die Stunde der Gewerkschaft ? », Frankfurter Hefte, 9 (1951), p. 613-616, cit. p. 616.

17 Franz Grosse, « Keine grundsätzliche Ablehnung des Projektes − Studienkommission unter gewerkschaftlicher Beteiligung », Die Bergbauindustrie, 27 mai 1950.

18 Article de fond de Die Bergbau-Industrie, 8 juillet 1950.

19 Voir ici également la lettre ouverte critique envoyée à ce sujet par August Schmidt à Konrad Adenauer, reproduite notamment dans Die Bergbau-Industrie, 6 janvier 1951.

20 Voir ici les comptes rendus du discours de Franz Grosse, prononcé devant 2 000 mineurs à Essen, Industriekurier 31 mars 1951 et Die Bergbau-Industrie, 7 avril 1951.

21 Voir aussi Die Bergbau-Industrie, 5 mai et 19 mai 1951.

22 Réunion du bureau de l’IG Metall des 16 et 17 mai 1950, reproduit dans Die Industriegewerkschaft Metall in der frühen Bundesrepublik 1950 – 1956, Cologne, 1991, p. 33-44, cit. p. 41.

23 Compte rendu de la réunion du bureau de l’IG Metall du 21 juin 1950, AdsD, IG Metall-Archiv, 5/IGMA020007.

24 Réunion du Bureau permanent de l’IG Metall des 10 et 11 mai 1951, reproduit dans Die Industriegewerkschaft Metall in der frühen Bundesrepublik, p. 134.

25 „Der Weg nach Europa ?“, Metall, 4. Jg., no 2, 23 janvier 1952.

26 Réunion du Bureau permanent de l’IG Metall des 24 et 25 octobre 1951, reproduit dans Die Industriegewerkschaft Metall in der frühen Bundesrepublik, p. 197.

27 Ibidem.

28 Cité d’après Walter Freitag, „Über die Aufgaben der IG Metall in der Gegenwart“, Metall, 4. Jg., no 20, 1er octobre 1952.

29 Cf. Ernst B. Haas, The Uniting of Europe. Political, social and economic forces, 1950-1957, Stanford, Stanford University Press, 1968, particulièrement les p. 214-239.

30 Voir principalement R. Colin Beever, European Unity and the Trade Union Movements, Leyden, A.W. Sijthoff, 1960 ; Hans Viktor Schierwater, „Die Arbeitnehmer und Europa. Integrationstendenzen und-strukturen im Sozialbereich des Gemeinsamen Marktes“, in Carl Joachim Friedrich (dir.), Politische Dimensionen der Europäischen Gemeinschaftsbildung, Opladen 1968, p. 294-330 ; Wolfram Elsner, Die EWG – Herausforderung und Antwort der Gewerkschaften, Cologne, 1974 ; Ernst-Dieter Köpper, Gewerkschaften und Außenpolitik. Die Stellung der westdeutschen Gewerkschaften zur wirtschaftlichen und militärischen Integration der Bundesrepublik in die Europäische Gemeinschaft und in die NATO, Francfort-sur-le-Main/New York, 1982.

31 Voir ici quelques exceptions à cette constatation : Gloria Müller, « Ein großer Gedanke in einem kleinen Körper ». Politik und Arbeitsstrukturen der Gewerkschaftsbewegung in Europa“, in Volker Ackermann, Bernd A. Rusinek et Falk Wiesemann (dir.), Anknüpfungen. Kulturgeschichte − Landesgeschichte − Zeitgeschichte. Gedenkschrift für Peter Hüttenberger, Essen, Klartext, 1995, p. 456-470, ainsi que les communications parues dans le récent numéro du bulletin de l’Institut d’études et de recherche sur les mouvements sociaux de l’Université de la Ruhr à Bochum, Mitteilungsblattdes Instituts für soziale Bewegungen, no 42, 2009, qui rendent compte de quelques travaux de recherche et de thèses de doctorat soutenues sur ce sujet. Dans le cas de la Belgique, il faut souligner le rôle majeur joué par le leader socialiste wallon André Renard qui fut le premier syndicaliste à occuper les fonctions de président du Comité consultatif de la CECA. Voir la biographie de Pierre Tilly., André Renard. Pour la révolution constructive, Le Cri, Bruxelles, 2005.

32 Cf. ses articles « Les syndicats ouvriers français et les institutions européennes, de la CECA aux traités de Rome. Quelques approches », in Marie-Thérèse Bitsch (dir.), Le couple France – Allemagne et les institutions européennes. Une postérité pour le plan Schuman ?, Bruxelles, Bruylant, 2001 et « Syndicats français et questions européennes 1949-1954 », in Hélène Miard-Delacroix et Rainer Hudemann (dir.), Mutations et intégration. Les rapprochements franco-allemands dans les années cinquante, Munich, Oldenbourg, 2005.

33 Cf. son article « Les syndicats allemands et les institutions européennes », in M.-T. Bitsch (dir.), Le couple France-Allemagne (…), op. cit., ainsi que sa thèse, Die Beziehungen der deutschen und französischen Gewerkschaften seit der Gründung der Europäischen Gewerkschaftsbundes (1973) im Rahmen der Europäischen Integration, Marburg, 1997 (microfiche).

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540