Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail et entreprises en Europe du Nord-ouest (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Michel-Pierre Chélini
, 
Pierre Tilly

III. Les relations sociales dans et hors de l'entreprise, entre dialogue et contestation

Le discours des syndicats français sur la gestion des entreprises, de la fin des années 1960 au début des années 1980

Sylvain Schirmann

Texte intégral

Les mutations des années 1966-1982

1De la fin des années 1960 au début des années 1980, le monde syndical français connaît une période de profonds bouleversements, durant laquelle son attitude face au mode de l’entreprise évolue en profondeur. Mai 1968 marque puissamment les esprits, semblant a priori amorcer une rupture quant au discours sur l’entreprise. En fin de période, l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 constitue un point terminal apparemment incontournable. Pourtant, pour bien comprendre les multiples dimensions du sujet, plutôt que 1968, il convient de remonter aux années 1966/1967. En effet, au lendemain de l’accord de coopération et d’action entre la CGT et la CFDT signé en décembre 1966, les conflits sociaux connaissent un net durcissement. L’union de la gauche syndicale traverse ainsi quasiment toute la période, la rupture intervenant en 1980. Elle ne doit cependant pas faire oublier que les deux centrales syndicales ont connu des moments difficiles, voire divergents (Mai 1968 est d’ailleurs l’un d’eux). De même, en aval, plutôt que d’arrêter l’étude à 1981, il semble intéressant de la prolonger jusqu’à l’année suivante, pour y inclure le ralliement de la CFDT à une politique de rigueur, puis l’impact sur le discours syndical des lois Auroux, promulguées au même moment.

  • 1 Se reporter à Michel Pigenet, Patrick Pasture, Jean-Louis Robert (dir.), L’apogée des syndicalisme (...)

2Cette période marque en France l’apogée numérique, puis l’amorce du reflux des syndicats1. On l’observe – si l’on en croit les chiffres disponibles – dans toutes les organisations à partir de 1977. Il provient en partie des conséquences de l’évolution politique. Tout au long des années 1970, le contexte semble porteur pour la gauche. Son union est faite. Le Programme commun de gouvernement est signé. Son ascension s’observe lors de chaque consultation électorale, des législatives de 1973 jusqu’aux municipales de 1977 en passant par l’élection présidentielle de 1974. Tout laisse présager sa victoire aux élections législatives de 1978. Sa défaite, complètement inattendue, laisse des traces profondes dans le monde syndical. Nul n’ose désormais pronostiquer une victoire du candidat de la gauche aux élections présidentielles futures. Bien au contraire, à partir de 1978, tous les appareils syndicaux travaillent sur le schéma d’une réélection en 1981 de Valéry Giscard d’Estaing. Les discours qu’ils élaborent après 1978 sur le monde des entreprises anticipent largement cette perspective et doivent être compris en tenant compte de ce contexte politique.

  • 2 Sur la crise, Jean-Marcel Jeanneney (dir.), L’économie française depuis 1967, Paris, Le Seuil, 198 (...)

3Durant ces années, on assiste à la fin des « Trente Glorieuses ». Tout comme l’entreprise, le monde syndical doit se redéfinir par rapport à la crise2. Quel est le meilleur échelon possible pour les luttes et la défense des intérêts des salariés ? Pour la CGT, il s’agit de l’échelon national qui correspond à l’existence d’une communauté sociale et qui reste le seul pertinent. C’est sur ce terrain qu’il convient d’engager les luttes, de réaliser des avancées sociales, d’obtenir la conquête de nouveaux droits. Mais il est concurrencé par d’autres espaces. Pour d’autres confédérations – et notamment celles qui participent en 1973 à la naissance de la Confédération européenne des syndicats (CES) – l’espace européen a vocation à monter en puissance. Tel est en particulier le point de vue de FO et de la CFDT. À les voir adopter cette attitude, force est de constater que l’on retrouve en l’occurrence le vieux compromis social-démocrate/chrétien-démocrate qui a été souvent à l’œuvre depuis les débuts de la construction européenne durant les années 1950. À l’inverse, des formes de participation locales ont fait leur apparition à la faveur des événements de 1968 et de la crise économique : l’intercommunalité et les syndicats locaux peuvent apporter une réponse au règlement des problèmes sociaux, car il s’agit là d’espaces de proximité par excellence.

4Enfin, au niveau des modes de production, un discours nouveau, opposé au productivisme et à la logique de la croissance économique, émerge. On le voit se manifester, par exemple, à la faveur des travaux du Club de Rome qui connaissent durant cette période une large diffusion. Dans le même temps, l’école néolibérale s’attaque au modèle de l’État-providence. Elle place tous ses espoirs dans les mécanismes de marché, y compris s’agissant de la régulation sociale. Les principales orientations de la politique de rigueur qu’elle préconise trouvent des éléments d’application en France à travers les mesures prises à partir de 1976 par Raymond Barre. Elles conduisent à remettre en cause les principaux instruments de régulation naguère en usage et à s’attaquer au soutien systématique de la consommation des ménages, à travers une protection sociale généralisée. Pour obtenir un redressement économique, très relatif au demeurant, le prix social à payer paraît lourd.

Les nouvelles attentes du patronat et du monde politique

  • 3 Ne pas oublier également le discours gaulliste sur la participation ouvrière.
  • 4 Voir par exemple Geneviève Bibes, René Mouriaux (dir.), Les syndicats européens à l’épreuve, Paris (...)
  • 5 Cf. par exemple Michael Pollak et Michèle Ruffat, « Le néo-corporatisme : ruptures et continuité » (...)

5Dans une telle période, il n’est guère étonnant que les pratiques entrepreneuriales évoluent. Dès 1968, de nouvelles stratégies s’élaborent, d’abord sous une forme expérimentale dans un cadre restreint, avant de se généraliser à la faveur de la crise. L’idée consiste à développer la participation et la consultation directe des salariés et à remettre ainsi en question l’organisation taylorienne de la production3. Serait-ce un moyen pour le patronat de contourner la présence d’un délégué syndical, mise en place par la loi sur la section syndicale d’entreprise, conformément aux engagements pris lors des accords de Grenelle de mai 1968 ? On pourrait le penser à entendre François Ceyrac, président du CNPF, déclarer lors d’une assemblée de son organisation en décembre 1979 : « La gestion de la main-d’œuvre doit prendre un tour toujours plus direct »4. Cela suppose de la part des chefs d’entreprise, d’une part une individualisation accrue des travailleurs, et d’autre part des tentatives de mobilisation de ces mêmes salariés. L’individualisation passe par la personnalisation des salaires, la fixation d’objectifs de production, l’évaluation, la formation, la promotion individuelle des travailleurs. La mobilisation passe par la constitution de groupes de réflexion ou de cercles de qualité. L’objectif est d’atteindre une concertation élargie à l’ensemble des personnels qui peuvent ainsi intervenir sur le processus de production. Accessoirement, le patronat sort ainsi de son face-à-face exclusif avec les syndicats. Cette stratégie repose aussi sur une implication de la hiérarchie dans le dialogue social. La fonction hiérarchique (le supérieur étant responsable, par exemple, d’un cercle de progrès) se substitue ou se superpose au délégué syndical. Dès lors, des espaces informels de négociation apparaissent au sein de l’entreprise. On y aborde les mêmes sujets que dans les espaces légaux : politique salariale, conditions de travail, qualification, processus de production. Un système dual de négociations se profile de ce fait5.

  • 6 Eric Bussiere (dir), Georges Pompidou face à la mutation économique de l’Occident 1969 – 1974, Par (...)
  • 7 Serge Wolikow, « Les formes historiques du syndicalisme en Europe », in Tania Regin, S. Wolikow (d (...)

6Cette évolution se dessine et s’affirme en même temps que la modernisation de l’économie voulue par les pouvoirs publics. Le président Georges Pompidou se rallie à la stratégie des champions nationaux6. Progressivement, la France accepte de mettre en œuvre des politiques tendant à atteindre, dans leurs domaines d’application respectifs, une convergence avec les autres États de la Communauté européenne. C’est le cas notamment en matière monétaire, à travers le ralliement au dispositif mis en place dans le cadre de la CEE. Cette transformation des pratiques gouvernementales et les nouvelles méthodes de gestion mises en œuvre parallèlement par le patronat au sein des entreprises remettent en question les pratiques traditionnelles du syndicalisme ouvrier, du moins celles qui avaient cours durant les années 1960. Celles-ci reposaient sur un triptyque : mobilisation collective des travailleurs, à travers des campagnes revendicatives et des journées d’actions ; recours fréquent à la grève ; conclusion d’accords, soit au sommet, comme à Grenelle, soit dans le cadre de la branche. Ces symboles (ou ces exercices emblématiques) de l’activité syndicale sont ainsi battus en brèche par le nouveau management qui attaque de surcroît la légitimité syndicale dans l’entreprise7. De tels phénomènes accentuent la crise qui commence à toucher le syndicalisme français.

La mutation des attitudes syndicales à l’égard des entreprises

7Comment le mouvement syndical réagit-il face à ces mutations, présentes à la fois dans la nature des entreprises et dans leurs équilibres internes ?

  • 8 Mark Kesselman, Guy Groux, (dir.), Le mouvement ouvrier français, crise économique et changement p (...)

8Au début de la période examinée ici, les discours syndicaux restent conformes à l’héritage habituel. On y fait référence à la lutte des classes, on y réclame des nationalisations, une réduction du temps de travail, la mise en place d’une planification démocratique, voire, pour certains, la réalisation de l’autogestion. Quelle que soit la nature des revendications, il s’agit toujours de bâtir des projets alternatifs à l’économie de marché, passant par une forte implication des pouvoirs publics. Aussi bien, tous misent essentiellement sur le politique pour que leurs projets aboutissent. Mais il faut bien se rendre à l’évidence. La crise et son lot de fermetures de grandes sociétés entraînent la croissance du chômage. Face à ce fléau, l’État, comme le montrent à l’évidence les orientations de la politique suivie par le gouvernement Raymond Barre, libéralise l’économie. Il met en place des politiques de rigueur qui s’en prennent aux revendications défendues par le syndicalisme traditionnel. Surtout, certains conflits marquants échappent aux syndicats. Ce sont en général ceux qui impliquent des ouvriers non qualifiés ou qui éclatent dans des secteurs peu habitués aux mouvements sociaux, notamment dans les activités tertiaires, banques comprises. À ces conflits, les grandes confédérations nationales ne sont guère préparées. De nouvelles formes de mobilisation apparaissent, autour de coordinations ouvrières, remettant en cause les stratégies syndicales classiques. Ainsi, dès le milieu des années 1970, les principales centrales syndicales n’ont d’autre choix que de reconsidérer leur rôle, de réfléchir aux nouvelles formes d’organisation de travail, aux nouvelles technologies, aux liens entre progrès technique et emploi8. La réponse qu’elles apportent est bien évidemment profondément différente d’une organisation syndicale à l’autre.

  • 9 G. Groux, R. Mouriaux, La CFDT, Paris, Economica, 1989. Voir également Edmond Maire, Reconstruire (...)

9La CFDT part du postulat que les dirigeants des entreprises et les salariés ont un intérêt commun : celui d’engager la discussion sur la modernisation à tous les niveaux. Pour elle, les partenaires sociaux poursuivent un objectif commun qui n’est autre que le progrès. Il s’agit donc de négocier à la fois au niveau de l’entreprise, des branches et des confédérations interprofessionnelles. Crise et pratiques managériales nouvelles affectent considérablement l’emploi, la formation, l’organisation et le contenu du travail. Il s’agit donc, pour la centrale d’Edmond Maire, de négocier le plus en amont possible, car les décisions prises par les bureaux d’études et tous les services fonctionnels de l’entreprise conditionnent la marge de manœuvre du patronat lorsqu’il se trouve face aux revendications des salariés. Les décisions sont prises bien avant l’introduction des nouvelles technologies : c’est donc à ce stade qu’il faut intervenir, le choix final incombant bien évidemment au chef d’entreprise et devant lui être intégralement laissé9.

  • 10 Options, 2 mars 1981.
  • 11 Cf. G. Bibes, R. Mouriaux (dir.), Les syndicats européens…, op cit.
  • 12 G. Groux, R. Mouriaux, La CGT. Crises et alternatives, Paris, Economica, 1992 ; R. Mouriaux, La CG (...)

10La CGT adopte une position différente. Elle récuse quant à elle les deux positions antagonistes face aux mutations technologiques en cours : d’une part, le fatalisme technologique qui ne voit dans ces mutations qu’un danger pour les travailleurs et conduit les syndicats à réclamer une gestion de leurs conséquences sociales négatives ; d’autre part, l’optimisme de « la lutte pour la maîtrise du projet technologique condui[sant] à la condamnation sans appel d’un type de société qui a fait son temps et qui doit s’effacer devant une nouvelle »10. Pour faire face à ces problèmes et sortir de ce dilemme, la confédération se prononce en faveur d’une meilleure formation des salariés qui doivent pouvoir intervenir sur l’organisation du travail et agir lors de la phase de conception des systèmes d’information. Pour la CGT en effet, il n’y a pas de fatalité technologique : ce n’est pas la technique qui licencie, mais les employeurs11. Le progrès technique ne saurait constituer une entrave au maintien de l’emploi. Il convient de remettre en question la « tyrannie des critères de rentabilité ». L’intervention syndicale poursuit dès lors plusieurs objectifs : d’abord défendre les acquis, puis discuter et vérifier le contenu social de la modernisation. À travers les positions de la centrale, s’esquisse une perspective de contrôle syndical. Celui-ci doit s’attacher en priorité à mesurer les critères de l’efficacité sociale. Il s’agit de discuter les investissements projetés par les chefs d’entreprise, en ayant présent à l’esprit leurs modes d’utilisation et finalités réelles et en veillant au partage des gains de productivité. La technologie nouvelle ne se traduit par une parcellisation accrue du travail que lorsque l’on limite l’objectif à la suppression des emplois ouvriers. Si on la conçoit au contraire en gardant le souci de préserver l’emploi et si on l’introduit avec le souci d’une recomposition des tâches et d’une organisation plus collective du travail, il est possible à la fois de sauvegarder les effectifs, tout en réalisant des gains de productivité et en obtenant un bilan financier favorable. Il n’est dès lors pour la CGT pas question d’entrer dans une logique co-gestionnaire12.

  • 13 Cf. C. Pitous, op. cit.

11FO, enfin, parle pour sa part de « troisième révolution industrielle ». S’intéressant aux nouvelles technologies au milieu des années 1980, elle reste sur des positions classiques : conventions collectives avec maximum de garanties, formation permanente, droit d’information du comité d’entreprise. La négociation doit garantir un maximum de droits aux salariés, notamment en veillant à ce que les nouvelles technologies n’affectent pas trop les conditions de travail. La centrale veille ainsi particulièrement aux questions liées à la pénibilité ; elle s’intéresse aux évolutions de carrière, mais refuse tout nouveau cadre de négociation, leur préférant les structures existantes13.

  • 14 Marc Descotes et Jean-Louis Robert (dir.), Clefs pour une histoire du syndicalisme cadre, Paris, É (...)
  • 15 G. Groux, Redéfinition du mouvement syndical. Vers de nouvelles formes d’organisation. Rapport sur (...)

12Ces discours syndicaux s’accompagnent de nouvelles pratiques. Dans les différences instances, force est de constater la montée en puissance des organisations de cadres. Leur compétence est requise pour affiner le discours sur la crise et pour réfléchir au rôle du syndicalisme face aux nouvelles technologies14. Au contraire, le rôle des permanents traditionnels se trouve remis en cause : il faut désormais des militants qui soient en quelque sorte des professionnels capables de délivrer des expertises. D’autre part, des formes d’action naguère peu usitées font leur apparition : les grèves d’ouvriers spécialisés (OS) se développent ; le secteur tertiaire n’échappe pas non plus aux mouvements, notamment dans le monde des employés de banque. Enfin, – et sur ce point l’exemple de Lip est significatif – des coordinations ont parfois tendance à remplacer le traditionnel encadrement syndical des mouvements. Il est donc urgent pour les confédérations syndicales d’adapter leur discours. Celui-ci porte dorénavant sur l’analyse de la crise. Il dénonce ses répercussions sur l’emploi et stigmatise les conditions de travail qui en découlent. Il plaide pour de nouvelles modalités d’action qu’il est urgent de mettre en place et qui méritent de l’intérêt si l’on veut peser sur ces évolutions. Ainsi, de nouveaux comportements syndicaux émergent : à la fin des années 1970, on observe que les syndicats en viennent parfois à accepter certaines dérogations à des conventions collectives conclues antérieurement15.

  • 16 T. Regin, S. Wolikow (dir.), Les syndicalismes en Europe, t. 3 : À l’épreuve de l’international, P (...)

13L’européanisation progressive du mouvement syndical contribue également à l’évolution des discours et des pratiques des confédérations françaises. Le mémorandum sur l’Europe sociale présenté par Willy Brandt au sommet de Paris en octobre 1972 insiste sur la nécessité de la formation permanente, sur le rôle majeur que les organisations syndicales doivent jouer dans le processus de construction européenne. Une réflexion qui développe les thèmes de la gestion tripartite (syndicat, patronat et acteurs politiques), proche des conceptions co-gestionnaires allemandes, suscite dans le monde syndical français un intérêt grandissant. La naissance en 1973 de la Confédération européenne des syndicats renforce cette vision d’un syndicalisme pragmatique, attaché à l’amélioration des conditions de travail et prenant sa part dans la vie de l’entreprise. L’année suivante, celle du Centre européenne pour le développement de la formation professionnelle (CEDEFOP) amorcerait la création d’institutions sociales européennes, indépendamment du Fonds social européen créé par le Traité de Rome, qui pourraient être conçues sur le modèle d’une gestion tripartite. Indéniablement, le contact avec l’Europe, ainsi d’ailleurs que les pratiques syndicales, déplacent certaines lignes et font évoluer le discours des appareils syndicaux français16.

Conclusion

14Au début des années 1980, les lois Auroux constituent le dernier maillon de l’évolution au cours de la période évoquée ici. Leur dispositif insiste sur l’importance de la négociation collective. Devenue centrale, à la fois vis-à-vis du patronat et des pouvoirs publics, elle permet l’obtention de nouveaux droits et la défense des acquis. Elle se substitue donc progressivement à la lutte en tant qu’autre moyen de l’action et de la pratique syndicales. Ces textes développent aussi le concept d’esprit d’entreprise, car ils reconnaissent la légitimité d’un partage des tâches et des responsabilités au sein de l’entreprise, ce qui conduit à ne plus voir systématiquement en elle le lieu où s’opposent patronat et salariés. Si les conflits sont inévitables, il existe malgré tout dans l’entreprise une solidarité de fait, résultant d’un projet commun.

  • 17 Sur toutes ces évolutions, se reporter à Pierre Rosanvallon, La question syndicale, Paris, Calmann (...)

15À la fin des années 1970, de telles visions commencent à être acceptées par certains syndicalistes et certaines organisations en France. Cette décennie prouve en tout cas le besoin communément ressenti d’une culture syndicale qui soit en prise sur le monde économique et les évolutions technologiques en cours. Dès lors, de nouvelles formes de participation du salariat à l’action collective sont à envisager ; des revendications « unifiantes » adaptées doivent prendre place à côté des slogans plus habituels des conflits. Un recul, pour ne pas dire une sorte de marginalisation de la « réclamation matérialiste », a lieu, au profit d’organisations syndicales qui soient davantage capables d’« encadrer les demandes sociales »17.

Notes

1 Se reporter à Michel Pigenet, Patrick Pasture, Jean-Louis Robert (dir.), L’apogée des syndicalismes en Europe occidentale 1960 – 1985, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005.

2 Sur la crise, Jean-Marcel Jeanneney (dir.), L’économie française depuis 1967, Paris, Le Seuil, 1989 ; Maurice Parodi, L’économie et la société française depuis 1945, Paris, A. Colin, 1981 ; Jean-François Eck, Histoire de l’économie française, de la crise de 1929 à l’euro, Paris, A. Colin, 2009.

3 Ne pas oublier également le discours gaulliste sur la participation ouvrière.

4 Voir par exemple Geneviève Bibes, René Mouriaux (dir.), Les syndicats européens à l’épreuve, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1990, p. 57.

5 Cf. par exemple Michael Pollak et Michèle Ruffat, « Le néo-corporatisme : ruptures et continuité », in Bulletin de l’Institut d’histoire du temps présent, no 29, septembre 1987, p. 23-52, et no 30, décembre 1987, pp. 21-51. L’expression « système dual » est de Guy Groux et René Mouriaux, dans G. Bibes, R. Mouriaux (dir.), Les syndicats européens…, op. cit, p. 56.

6 Eric Bussiere (dir), Georges Pompidou face à la mutation économique de l’Occident 1969 – 1974, Paris, PUF, 2003, notamment toute la dernière partie consacrée aux mutations industrielles. On lira également sur cette période : Alain Beltran, Gilles Le Béguec (dir), Action et pensée sociales chez Georges Pompidou, Paris, PUF, 2004, notamment la partie consacrée à la gestion des conflits sociaux.

7 Serge Wolikow, « Les formes historiques du syndicalisme en Europe », in Tania Regin, S. Wolikow (dir.), Les syndicalismes en Europe, t. 1 : À l’épreuve de l’Histoire, Paris, Éditions Syllepse, 2002, p. 21–36.

8 Mark Kesselman, Guy Groux, (dir.), Le mouvement ouvrier français, crise économique et changement politique 1968/1982, Paris, Éditions ouvrières, 1984 ; également R. Mouriaux, Le syndicalisme face à la crise, Paris, La Découverte, 1986.

9 G. Groux, R. Mouriaux, La CFDT, Paris, Economica, 1989. Voir également Edmond Maire, Reconstruire l’espoir, Paris, Le Seuil, 1980 ; C. Pitous, Principes et perspectives du syndicalisme réformiste, Fontenay-sous-Bois, SEIT, 1988.

10 Options, 2 mars 1981.

11 Cf. G. Bibes, R. Mouriaux (dir.), Les syndicats européens…, op cit.

12 G. Groux, R. Mouriaux, La CGT. Crises et alternatives, Paris, Economica, 1992 ; R. Mouriaux, La CGT, Paris, Le Seuil, 1982 ; voir également Options (magazine CGT), 2 mars 1981.

13 Cf. C. Pitous, op. cit.

14 Marc Descotes et Jean-Louis Robert (dir.), Clefs pour une histoire du syndicalisme cadre, Paris, Éditions Ouvrières, 1984.

15 G. Groux, Redéfinition du mouvement syndical. Vers de nouvelles formes d’organisation. Rapport sur la France, Paris, AFSP – CERI, 1989.

16 T. Regin, S. Wolikow (dir.), Les syndicalismes en Europe, t. 3 : À l’épreuve de l’international, Paris, Éditions Syllepse, 2002.

17 Sur toutes ces évolutions, se reporter à Pierre Rosanvallon, La question syndicale, Paris, Calmann-Lévy, 1988 ; Gérard Adam, Le pouvoir syndical, Paris, Dunod, 1983 ; J. Capdevielle, R. Mouriaux, Approche politique de la grève en France (1966 – 1988, Paris, Cahiers du CEVIPOF, 1988.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540