Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail et entreprises en Europe du Nord-ouest (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Michel-Pierre Chélini
, 
Pierre Tilly

III. Les relations sociales dans et hors de l'entreprise, entre dialogue et contestation

Un projet de transformation radicale de l’entreprise : les positions de l’extrême gauche syndicale belge (1919-1924)

Francine Bolle

Texte intégral

1En raison de son industrialisation précoce basée sur des ressources énergétiques en quantités importantes et à bas prix, d’une main-d’œuvre abondante et peu coûteuse (travail des femmes et des enfants régulé tardivement, longueur de la journée de travail, faiblesse des salaires, législation sociale tardive et lacunaire), l’économie belge a connu lors de la période de croissance qui a précédé la Première Guerre mondiale un développement spectaculaire, y compris à l’étranger. La Belgique est devenue un petit atelier du monde, deuxième pays exportateur net de produits manufacturés et importateur net de produits alimentaires, après la Grande-Bretagne. De plus, elle a été dirigée pendant quarante ans par une majorité catholique flamande plus attentive aux intérêts agraires qu’industriels, soucieuse de limiter l’intervention de l’État, en particulier en matière sociale, et dont le conservatisme « naturel » ne manquera pas d’irriter les forces productives, tant du côté patronal qu’ouvrier.

  • 1 En élargissant en 1907 son titre aux syndicats indépendants – se nommant désormais Commission syndi (...)
  • 2 Voir Éliane Gubin, Jean Puissant, « Frère-Orban et la ‘question sociale’. La création des conseils (...)
  • 3 La très ancienne Association libre des compositeurs et imprimeurs typographes de Bruxelles, fondée (...)

2Au niveau syndical, la Commission syndicale du Parti ouvrier belge (1898) réunit la plupart des associations professionnelles socialistes apparues depuis le milieu du XIXe siècle1. Si les syndicats existants se réclament tous de « la lutte des classes », ils recherchent en même temps, sans succès, le contact, la négociation avec les employeurs et leurs organisations. Seul un courant « anarcho-syndical », marginal, tente de se structurer pour mettre en cause « le réformisme » originel de la plupart des organisations syndicales et du Parti ouvrier belge (POB). À l’opposé, le syndicalisme chrétien – qui naît après Rerum Novarum, en opposition au syndicalisme socialiste – se construit sur une philosophie basée sur le catholicisme social qui privilégie une « collaboration de classe », laquelle est directement mise à mal par le refus systématique des employeurs de nouer des contacts avec les organisations de salariés. Au grand soulagement du patronat, la loi portant sur la création des conseils de l’industrie et du travail (1887) les prive de toute possibilité de concertation et les limite au rôle de moyens d’information2. Les accords négociés entre « partenaires sociaux » sont ici l’exception qui confirme la règle. Les plus importants sont ceux conclus en 1906 dans le textile lainier à Verviers, en 1910 dans la manutention portuaire à Anvers, l’industrie du bâtiment à Gand, l’industrie du livre et la carrosserie à Bruxelles3. Si les organisations syndicales chrétiennes et socialistes sont au coude à coude en ce qui concerne le nombre d’affiliés à la veille de la guerre, leur importance numérique reste très faible, comparée aux niveaux atteints dans des pays voisins comme la Grande-Bretagne et l’Allemagne.

Le grand bouleversement politique et syndical au lendemain de la Première Guerre mondiale

  • 4 Voir René Leboutte, Jean Puissant, Denis Scuto, Un siècle d’histoire industrielle, Belgique, Pays-B (...)
  • 5 Ce qui, par rapport aux dernières élections d’avant-guerre, représente une perte de 26 sièges pour (...)
  • 6 Joseph Jacquemotte (1883-1936), secrétaire permanent du Syndicat des employés socialistes de Bruxel (...)
  • 7 Lorsqu’aux élections législatives de novembre 1921, le PCB présentera ses propres listes, à Bruxell (...)

3La guerre a deux conséquences politiques majeures : d’une part, l’élargissement du pouvoir aux partis d’opposition laïque, dans le cadre de l’union nationale expérimentée durant le conflit, d’autre part, l’affirmation, au sein du Comité national de secours et d’alimentation (CNSA) – véritable gouvernement de fait en Belgique occupée – d’un patronat moderniste, incarné par Ernest Solvay dans l’industrie chimique et Émile Francqui dans le secteur bancaire. Ces patrons partagent avec certains dirigeants du POB le souci d’une intégration de la force de travail dans le système économique. Le discours du roi Albert, au lendemain de l’armistice, traduit ce changement du rapport de forces à la tête de l’État autant qu’il reflète ses propres convictions4. Les élections législatives de novembre 1919, les premières à se faire au suffrage universel masculin, avant même que le principe en soit inscrit dans la Constitution, permettent d’établir un nouvel équilibre politique au sein du Parlement : sur 186 sièges à pourvoir, les catholiques en remportent 73, les socialistes 70, les libéraux 34 et l’ensemble des listes diverses 95. Enfin, l’immédiat après-guerre voit l’émergence de plusieurs partis communistes en Belgique. Un premier Parti communiste de Belgique est fondé en mars 1920, résultat de la fusion de divers groupuscules apparus au cours de l’année 1919. Ouvertement antiparlementaire, il est dirigé par War Van Overstraeten. Quinze mois plus tard, en mai 1921, à la suite de plusieurs résolutions votées contre elle, l’aile gauche du POB, rassemblée autour du groupe « Les Amis de l’Exploité » conduit par Joseph Jacquemotte6, décide de quitter le parti et de se constituer également en Parti communiste de Belgique. En présence de deux partis dans un seul pays, l’Internationale communiste leur demande de fusionner, ce qu’elle obtient en septembre 1921. Mais d’importants désaccords subsistent entre leurs membres, notamment sur les questions du parlementarisme et de l’action dans les syndicats réformistes, de sorte qu’ils constituent de fait deux « fractions » au sein du nouveau Parti communiste unifié7.

  • 8 La Belgique sort de la guerre plus affaiblie économiquement que n’importe quel autre pays d’Europe, (...)
  • 9 Durant la guerre, les classes populaires ont dû surmonter des privations et un chômage intense, sub (...)

4Au niveau syndical, la situation se transforme également. Lors de la reprise de l’activité industrielle – qui avait été dans une large mesure interrompue sous l’occupation allemande8 – de nombreux patrons proposent à leurs ouvriers de les réembaucher aux tarifs en vigueur avant guerre, misant vraisemblablement sur le chômage intense pour les forcer à accepter. Or, à ce moment, le coût de la vie, héritage de la période d’occupation, reste en moyenne cinq fois supérieur à celui de 1914, un niveau bien plus élevé que chez les voisins européens de la Belgique. Dans ces circonstances, après quatre longues années de sacrifices consentis par les classes populaires pour la patrie9, l’« offre » patronale est ressentie comme un affront par les travailleurs. Ils refusent, pour la plupart, purement et simplement de reprendre le travail à ces conditions.

Evolution de l’indice des prix de détail (Avril 1914 - Mai 1919)

Evolution de l’indice des prix de détail (Avril 1914 - Mai 1919)
  • 10 « XVIIe Congrès syndical du Parti ouvrier et des syndicats indépendants, tenu les 12 et 13 janvier (...)

5Ce mouvement est appuyé d’emblée par la Commission syndicale du POB et des syndicats indépendants (désormais CS). Celle-ci diffuse massivement, à partir du début décembre 1918, un Appel à la classe ouvrière qui invite l’ensemble des travailleurs, syndiqués et non-syndiqués, « à ne pas travailler plus de huit heures par jour à un salaire inférieur à un franc par heure ». La CS remplit ainsi sa mission de propagande générale, l’une des rares attributions que lui avaient reconnues – depuis sa fondation en 1898-les syndicats « se réclamant de la lutte des classes » regroupés en son sein, affiliés ou non au POB, mais toujours très attachés à défendre leur autonomie d’action, d’organisation et de gestion interne. Le ton utilisé dans cet Appel a été bien soupesé : suffisamment modéré pour ne pas effrayer les travailleurs et les organisations professionnelles les moins ouverts à une phraséologie de type révolutionnaire ; suffisamment offensif pour satisfaire les syndicalistes radicaux qui l’envisagent comme une première étape dans un processus de durcissement de la lutte. Pourtant, en affirmant que les organisations syndicales doivent dorénavant être les « seules qualifiées pour prendre la défense des ouvriers et parler en leur nom », la CS indique d’emblée l’orientation qu’elle entend donner à son action : parvenir à négocier les conditions de la reprise du travail « d’organisation à organisation », ce qui signifie concrètement la reconnaissance de l’organisation syndicale par le patronat, laquelle constitue le troisième objectif de l’Appel de la CS, après la journée de huit heures et le salaire minimum. Mais l’action sur le terrain des entreprises à laquelle appelle la CS fait vraisemblablement passer au second plan, chez les militants radicaux, la critique de son programme réformiste. Ainsi le syndicat étiqueté radical des employés de Bruxelles, dirigé par Joseph Jacquemotte, voit dans cet Appel l’entrée du Comité national de la CS dans la voie « de l’agitation et de l’action »10. Le seul délégué radical qui émette des réserves à l’égard du programme de la CS lors de son premier congrès (14 et 15 janvier 1919) est Émile Marchand, secrétaire de la section bruxelloise de la Centrale des travailleurs du bois et du bâtiment :

  • 11 « XVIIe Congrès… », op. cit., p. 36.

« Le Bureau de la Commission syndicale, déclare-t-il, nous présente un programme, mais, si nous obtenons ces réformes, la situation de la classe ouvrière n’aura pas changé, nous n’aurons rien obtenu ! (Protestations) Nous aurons obtenu quelque chose ! Oui, une diminution de deux heures de travail par jour, c’est tout ; mais, à part cela, les ouvriers devront toujours subir la loi des salaires qui se résume à donner aux salariés juste de quoi s’entretenir, eux et leur famille. Nous tournons dans un cercle vicieux ; il faut en sortir et, pour cela, nous devons pouvoir réglementer la production du travail, nous devons limiter les bénéfices du patron. […] Dans la société de demain, il ne peut plus y avoir deux sortes de citoyens, l’égalité doit régner pour tous, tous doivent avoir droit à la vie. »11

6Pour ce militant radical, la nécessité d’une transformation du système économique et social doit figurer au premier plan du programme de la CS. Cette exhortation trouve néanmoins peu d’échos auprès des délégués présents qui semblent se satisfaire des revendications formulées par la CS et intégrées désormais dans le programme des centrales elles-mêmes.

7La CS parvient de fait à rallier derrière son Appel, non seulement l’ensemble des organisations syndicales qui lui étaient affiliées – au-delà de leurs divergences de conception sur l’action politique, les méthodes d’action ou les objectifs à long terme du syndicalisme –, mais également une part toujours croissante de travailleurs en conflit avec leurs patrons.

  • 12 Toutes précautions gardées, bien sûr, quant à l’exactitude des séries statistiques disponibles.

8Au cours de l’année 1919, le nombre de conflits du travail – pour la plupart menés sous la bannière de l’Appel de la CS – dépasse rapidement les moyennes annuelles atteintes avant-guerre, à savoir approximativement 120 conflits par an, pour s’élever à 372 conflits pour la seule année 191912.

Nombre de conflits 1912-1939 (sauf grève générale de 1936)

Nombre de conflits 1912-1939 (sauf grève générale de 1936)

Graphique réalisé par nos soins sur la base des statistiques annuelles des grèves et lock-out en Belgique (années 1919-1939), publiées dans la Revue du Travail (revue mensuelle du ministère de l’Industrie et du Travail de Belgique).

9Face à l’urgence de la relance économique du pays et en l’absence de tout signe de détente sociale, c’est finalement une transformation du système des relations industrielles sur la base du développement de l’organisation collective du travail qui s’impose progressivement au cours de l’année 1919, ainsi que le souhaitait la CS. Le gouvernement, au sein duquel le socialiste Joseph Wauters occupe le poste clé de ministre de l’Industrie, du Travail et du Ravitaillement, joue un rôle fondamental dans cette évolution. Elle marque une nouvelle rupture avec la politique sociale non interventionniste qui avait jusqu’alors prévalu en Belgique. Pour la première fois, le gouvernement intervient dans les relations au sein du monde du travail naguère monopolisées par le patronat et les syndicats, en organisant l’arbitrage des conflits, puis en provoquant la réunion des premières commissions paritaires nationales (avril 1919). Joseph Wauters donne ainsi instruction aux « partenaires sociaux » de discuter ensemble dans chaque branche d’activité de l’application de la législation sur la journée de huit heures. Devant la multiplication des conflits, il leur est demandé de trouver des solutions. Et les industriels sont obligés de se plier à l’exigence gouvernementale, malgré leurs réticences, voire leur opposition formelle à ce type de négociation. Les patrons des compagnies charbonnières en sont la parfaite illustration. Avec l’appui des socialistes représentés au sein du gouvernement, un nombre important de ces conflits trouve ainsi une solution, débouchant sur l’instauration d’un salaire minimum, sur une diminution de la durée du travail et sur la reconnaissance de fait des organisations syndicales puisque, la plupart du temps, ces progrès résultent directement de conventions collectives du travail négociées entre organisations patronales et ouvrières.

  • 13 Dans Cent ans d’histoire sociale en Belgique (1re éd. 1957 ; 4e éd. 1974), qui constitue toujours u (...)
  • 14 Non incluses les fédérations nationales des typographes, du personnel des tramways et du personnel (...)
  • 15 Liste des fédérations et centrales affiliées à la CGSCLB publiée dans son Rapport général sur le mo (...)

10En étroite corrélation avec la montée des conflits du travail, l’action syndicale sur le terrain des entreprises et les premiers résultats obtenus, les effectifs de la CS ne cessent de croître tout au long de l’année 191913 : dès le mois de mars, elle retrouve ses 129 000 membres d’avant-guerre ; en mai 1919, elle en regroupe plus de 300 000, pour finalement culminer à 613 637 inscrits14 – et 561 396 cotisations payées – au 4e trimestre 1919, soit plus du quadruplement des effectifs de 1913. Globalement absente de la scène sociale en 1919, la Confédération générale des syndicats chrétiens et libres de Belgique (CGSCLB) accuse quant à elle une perte de près de la moitié de ses affiliés d’avant-guerre, avec à peine 65 000 affiliés en avril 1919. Ce n’est qu’en mars 1920 qu’elle annonce dépasser enfin la barre de ses effectifs de 1914, avec 156 631 membres affiliés15. C’est donc bien le mouvement syndical socialiste qui porte à lui seul la croissance syndicale belge de 1919.

Comparaison effectifs (cotisations payées) syndicats socialistes – syndicats chrétiens 1910-1939

Comparaison effectifs (cotisations payées) syndicats socialistes – syndicats chrétiens 1910-1939

Source : rapports annuels des confédérations.

11Cette croissance extraordinaire des effectifs syndicaux n’en demeure pas moins fragile. Les dirigeants syndicaux socialistes ne cachent d’ailleurs pas leur inquiétude :

  • 16 « Pas de majoration proportionnelle de tous les salaires », Le Mouvement syndical belge, no 2, 17 j (...)

« Les nouveaux adhérents sont venus parce qu’ils ont vu dans l’organisation le seul moyen de sortir d’une misère atroce… Entrés dans une période où les succès syndicaux ont été beaucoup plus nombreux que les échecs, ils ne doutent pas que leur syndicat soit capable de faire aboutir, dans un bref délai, toutes leurs revendications. Leurs exigences sont plus grandes que celles des « anciens » qui savent ce qu’il en a coûté d’efforts et de sacrifices pour soutenir les premières luttes et maintenir leurs groupes debout. »16

12Ce qu’ils craignent, à l’instar de ce qui s’était déjà produit à plusieurs reprises avant 1914, ce sont les premiers déboires éventuels de l’action syndicale, susceptibles d’entraîner un phénomène de désertion chez les nouveaux affiliés de 1919.

13Ces craintes sont d’autant plus fondées que les premiers signes d’un renversement de la conjoncture économique internationale se manifestent dès ce moment, accompagnés d’une contre-offensive patronale qui remet en cause les réformes intervenues en 1919. Ainsi peut-on lire dans le Mouvement syndical belge du 20 mars 1920 :

  • 17 « Le travail aux pièces », Le Mouvement syndical belge, no 7, 27 mars 1920, p. 54.

« Après avoir dû concéder, sous l’emprise de la peur des soulèvements et de la force naissante du prolétariat, les 8 heures de travail, ‘nos maîtres’ en sont venus insensiblement, aidés en cela par les syndicats jaunes ou chrétiens, à proposer d’accroître ‘provisoirement’ la journée de travail d’une heure. [...] La vague de réaction a pris naissance aux États-Unis et a franchi l’Atlantique pour se transformer en France en une campagne systématique incessante. »17

14Dans ce contexte, le consensus qui avait prévalu au lendemain immédiat de la guerre autour de l’Appel, principalement orienté vers l’action syndicale sur le terrain des entreprises, prend fin. Des divergences en termes de conceptions et de pratiques syndicales éclatent au grand jour au sein du mouvement syndical se réclamant de la lutte des classes, rendant manifeste le développement à cette époque de courants d’extrême gauche.

15Cependant, comparativement à la situation qui prévaut dans plusieurs pays européens au cours de la période étudiée ici, les gauches syndicales radicales belges ne s’organisent que très marginalement en groupes distincts des grandes centrales « socialistes », ce qui s’explique en partie par les particularités de ces dernières en Belgique. Pour qui veut saisir l’extrême gauche syndicale belge dans ses multiples expressions, il faut recourir à une approche de son histoire qui ne soit pas purement structurelle, mais qui comprenne une analyse des différentes pratiques et points de vue radicaux déployés au cœur du mouvement social et a fortiori du mouvement syndical lui-même. Parmi les éléments qui permettent de mieux cerner ces tendances d’extrême gauche, figure notamment le regard qu’elles portent sur le monde économique en général et sur celui de l’entreprise en particulier, objet central de la présente contribution. Mais, pour en comprendre la portée, il faut au préalable évoquer les solutions préconisées face à la crise par les centrales syndicales réformistes, de façon à mieux saisir le contenu et la portée des propositions défendues par les fractions d’extrême gauche actives en leur sein.

L’option réformiste et parlementaire du « contrôle ouvrier » des entreprises et de la nationalisation des industries d’intérêt public

16Face à la crise, les dirigeants réformistes de la CS revendiquent l’instauration d’un « contrôle des entreprises », de manière à en orienter la production au bénéfice de la nation et de la collectivité toute entière.

  • 18 « Pour éviter le chômage », Le Mouvement syndical belge, no 14, 3 juillet 1920, p. 109-110.

« Il faut obliger toute entreprise en ordre de marche de fonctionner. Il faut établir un contrôle des entreprises, de leurs bénéfices. […] C’est la voie dans laquelle doivent s’orienter les organisations syndicales. »18

17Dans les cas où les patrons refuseraient ce contrôle, il faudrait procéder à la réquisition par l’État de leurs usines et des matières premières disponibles. D’emblée, les modalités selon lesquelles doit s’opérer cette « socialisation » des industries sont claires :

  • elle doit se faire progressivement et concerner d’abord uniquement les secteurs utiles à la collectivité tels que les transports, l’énergie et les banques ;

  • elle doit prévoir l’indemnisation du ou des propriétaires actuels ;

  • la gestion des entreprises socialisées doit être confiée aux représentants des producteurs et des consommateurs organisés et à ceux de la collectivité, afin que tous les intérêts légitimes soient ménagés ;

    • 19 « La socialisation des industries », Le Mouvement syndical belge, no 21, 9 octobre 1920, p. 173-174

    les bénéfices des industries socialisées devront être affectés à l’amélioration des conditions de travail et des méthodes de production19.

18Lors de son congrès extraordinaire des 17 et 18 octobre 1920, spécialement convoqué pour examiner le problème de la nationalisation et de la socialisation, la CS souligne en outre que

  • 20 Ibidem, p. 174.

« rien ne serait plus désastreux qu’une expérience malheureuse de socialisation. Si une application prématurée décevait les espoirs mis en elle, l’idée serait compromise pour des années. Toute formule risquant d’aboutir à une diminution de la production est vouée à l’échec. […] La société socialiste […] n’a de chance de vivre que si elle est en mesure d’augmenter la somme de bien-être de la grande masse de la population. »20

  • 21 Publication des « résolutions du Congrès de Genève », Le Mouvement syndical belge, 28 août 1920, no(...)

19Force est de constater que la CS s’aligne ici très nettement sur les décisions prises lors du premier congrès de l’Internationale socialiste et ouvrière, tenu du 31 juillet au 4 août 1920 à Genève. Il s’était prononcé en faveur d’une socialisation progressive des industries, « à mesure que les circonstances nationales le permettront », et contre « la destruction des productions privées tant que les travailleurs ne sont pas en mesure de les remplacer par des formes supérieures d’organisation », excluant l’expropriation sans indemnité des propriétaires privés21.

  • 22 Commission syndicale, Rapport pour l’année 1920, p. 25.
  • 23 Alain Chatriot, La démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil national économique 1 (...)
  • 24 Fernand Lehouck, « Le syndicalisme belge après la Première Guerre mondiale (suite) », Revue du Trav (...)

20Lors de ce même congrès d’octobre 1920, la CS décide la création immédiate d’un Conseil économique dont l’objectif est de « rechercher les conditions les plus favorables pour la collectivité entière des modes d’exploitation des industries à socialiser […] et de rechercher sous quelle forme les facteurs producteurs et la collectivité seront représentés dans les organismes nouveaux »22. Il faut citer ici, semble-t-il, les travaux pionniers de Jean Neuville qui avait déjà exploré la question de manière approfondie, ainsi que ceux d’Alain Chatriot qui a étudié cette même problématique pour la France, avec notamment les propositions de la CGT23. Selon Fernand Lehouck, c’est Henri De Man qui, de retour d’un voyage d’étude aux États-Unis en 1918 avec une mission gouvernementale et après avoir publié en 1919 Au delà du taylorisme, aurait été l’instigateur principal du Conseil économique, mettant déjà en avant la nécessité de « réformes de structures », appelées alors « contrôle ouvrier »24. Celles-ci sont d’ailleurs aussi réclamées par des représentants d’autres mouvements politiques, du centre, voire de droite, et ne sont en rien l’apanage des forces de gauche.

  • 25 Ce n’est que le 26 mai 1921 que le Conseil économique est définitivement installé et ses statuts ad (...)

21Toujours est-il que, du 5 au 11 septembre 1921, une « semaine syndicale » tout entière de la CS, tenue dans la petite localité ouvrière de Morlanwelz, est consacrée à la question du « contrôle ouvrier » de l’industrie. Malgré l’urgence, il faut toutefois attendre la fin de l’année 1922 pour que le Conseil économique présente devant la CS son avant-projet de loi sur le « contrôle ouvrier »25. Dans l’introduction de ce texte, le contrôle des entreprises est présenté comme le seul moyen d’assurer une production continue, au bénéfice du bien-être de la collectivité dans son ensemble :

  • 26 Commission syndicale, Rapports soumis aux débats du XXIIe Congrès de la Commission syndicale tenu l (...)

« Les travailleurs organisés constatent que la répartition actuelle des capitaux, les entreprises mal outillées ou mal dirigées, la concurrence maladroite des industriels sur les marchés mondiaux, le défaut d’entente pour adapter la fabrication aux nécessités du moment et pour standardiser la production afin de pouvoir travailler en série, toutes ces causes réunies constituent des entraves au relèvement du bien-être de la collectivité. […] C’est pour pouvoir apporter à la production les résultats de leur expérience et généraliser l’emploi des procédés techniques les plus perfectionnés, c’est pour pouvoir discuter les prix de revient et les résultats des entreprises, c’est enfin pour éviter tous les conflits qui prennent naissance dans une atmosphère de méfiance réciproque et dans les malentendus [souligné par nous] que les syndicats réclament une loi sur le contrôle des entreprises. »26

22À travers ce dernier argument, les défenseurs de l’instauration légale d’un contrôle des entreprises révèlent très nettement leur appréhension à l’égard des conflits du travail en période de mauvaise conjoncture économique. Selon eux, le déclenchement de grèves offensives comporterait plusieurs dangers majeurs pour la classe ouvrière : d’une part, l’épuisement moral et financier des organisations syndicales dans des conflits sans fin, puisque le patronat, même s’il le voulait, ne peut dans le système productif capitaliste basé sur la concurrence satisfaire les exigences des travailleurs lorsque la conjoncture économique est mauvaise ; d’autre part, le risque de faillite pour les entreprises les plus fragilisées par la crise, causant ainsi un tort plus grand encore aux travailleurs qui se retrouveraient sans emploi ; enfin, le risque de voir les patrons les plus réactionnaires profiter de ces grèves pour dénoncer les conventions collectives de travail existantes.

23Or, le progrès des syndicats et les revendications collectives du travail sont présentés par nombre de dirigeants réformistes comme les conquêtes les plus importantes à l’issue de la vague de grèves de 1919-1920. Leur maintien constitue, pour les travailleurs, la seule garantie de voir leurs conditions de travail s’améliorer rapidement une fois la stabilité économique retrouvée. Aux yeux de ces partisans de la concertation sociale, la grève ne doit être envisagée qu’en ultime recours en période de crise, non sans en avoir bien mesuré les risques par rapport aux avantages qu’elle est susceptible d’apporter.

24De cette conception découle directement le souci de la CS de garantir à ses membres l’octroi d’indemnités financières suffisantes. Elles doivent leur permettre d’assurer leur survie et celle de leur famille en cas de chômage, quelle qu’en soit la durée, et de surmonter ainsi la crise sans se laisser aller à des « gestes de désespoir ».

25Aussi, parallèlement à l’action parlementaire en faveur de l’instauration du contrôle des entreprises, la CS estime que les pouvoirs publics doivent intervenir pour aider les travailleurs à faire face à la crise, notamment :

    • 27 « Pour ne pas être accusé de favoriser de parti pris les syndicats », Joseph Wauters décide toutefo (...)

    en augmentant les subsides étatiques aux caisses de chômage : dans ce cadre, la CS obtient du ministre socialiste Joseph Wauters des aides allouées par l’État en faveur des chômeurs, sous forme de subsides aux caisses d’assurance-chômage existantes (principalement syndicales), ce qui permet de conserver un intérêt tangible à l’affiliation syndicale dès lors que l’agitation gréviste n’est plus à l’ordre du jour27 ;

  • en procurant du travail à un maximum de chômeurs, via le développement d’une politique de grands travaux, notamment la construction des 100 000 maisons prévues depuis la fin de la guerre par la Société nationale des habitations ouvrières ;

  • en réduisant la durée légale de la journée de travail, afin que tous les ouvriers puissent travailler ;

    • 28 « La crise industrielle » (par Corneille Mertens), Le Mouvement syndical belge, no 23, 6 novembre 1 (...)

    en relevant les droits de succession et le taux de l’impôt sur le revenu, pour trouver les ressources nécessaires au financement des interventions de l’État en faveur des chômeurs et de la politique des grands travaux28.

  • 29 Louis De Brouckère, Le contrôle ouvrier, collection « Les Cahiers de la Commission syndicale », no  (...)
  • 30 Louis De Brouckère, siégeant depuis le lendemain de la guerre au Bureau et au Comité national de la (...)
  • 31 Ibidem, p. 17.
  • 32 Ibidem, p. 21.

26La revendication du « contrôle ouvrier » fait encore l’objet – parallèlement à la question des salaires – d’un congrès extraordinaire de la CS, le 17 février 1924. En vue d’éclairer le débat sur le « contrôle ouvrier », Louis De Brouckère rédige un long texte qui paraît un mois auparavant29 où il défend l’idée que, « dans la situation politique présente où il n’est pas sûr qu’intervienne prochainement le vote d’une loi sur les conseils d’usine », le meilleur moyen de faire progresser le « contrôle ouvrier » est de développer le contrôle syndical de l’application des conventions collectives30. Pour lui en effet, ces « institutions de source syndicale » que sont les conventions collectives, du fait même qu’elles exigent des syndicats « de veiller à leur application, et chose plus délicate, [de] résoudre les difficultés que leur application fait surgir », conduisent directement à des « formes nouvelles et importantes du contrôle ouvrier », portant non seulement sur la durée du travail et les salaires, mais également, de plus en plus souvent, sur les conditions de sécurité, de salubrité ou de commodité du travail, sur les questions de discipline ou encore sur la réglementation de l’apprentissage31. Développer, affiner et préciser ces « réalisations partielles » constitue, à ses yeux, la façon la plus efficace de préparer la réforme législative sur le « contrôle ouvrier » et d’être ainsi « mieux à même, le moment venu, d’en préciser définitivement les modalités »32. Dans cette perspective, il dresse un tableau assez précis de la manière dont, selon lui, les syndicats devraient organiser le contrôle ouvrier des conventions collectives :

  • la surveillance des conventions doit être effectuée sur les lieux de travail par les sectionnaires ou délégués d’ateliers, organisés en conseils d’entreprise élus par l’ensemble des travailleurs des deux sexes ;

  • le droit de représentation dans ces conseils doit être réservé aux seules organisations syndicales ;

  • l’autonomie des délégations syndicales d’entreprise ou d’ateliers doit être limitée par leur responsabilité, en dernière instance, devant les centrales auxquelles elles restent subordonnées ;

    • 33 Louis De Brouckère fait ici à la fois référence aux comités Withley en Grande-Bretagne et à l’argum (...)
    • 34 L. De Brouckère, Le contrôle (…), op. cit., p. 22-29.

    les attributions de ces conseils doivent progressivement dépasser la simple surveillance de la convention collective pour s’étendre, d’une part, à la participation ouvrière à la « bonne marche de l’usine »33 et, d’autre part, au « droit de regard » des travailleurs sur « la situation des affaires » de l’entreprise34.

27La question du contrôle ouvrier ne suscite finalement que très peu de débats au congrès extraordinaire de février 1924. Comme on peut le lire dans le compte-rendu de cette réunion,

  • 35 Revue du Travail, 25e année, no 2, 29 février 1924, p. 275.

« tous les orateurs qui y ont pris la parole ont pour ainsi dire développé le même thème : le mouvement syndical doit poser la revendication, mais il ne faut guère en souhaiter la réalisation immédiate, car la classe ouvrière n’est point préparée à exercer le contrôle que le mouvement syndical réclame et aller, dans ces conditions, à une participation des ouvriers dans la direction de l’usine serait aller au-devant d’évènements qui pourraient receler de grands dangers pour les organisations ouvrières »35.

28La résolution adoptée au terme de la discussion se limite à réaffirmer la nécessité « de poursuivre la campagne pour la réalisation du contrôle ouvrier » et « d’approfondir l’étude du projet de loi de Conseil économique de la Commission syndicale ». Elle ne fait aucune allusion au développement du contrôle syndical des conventions collectives préconisé par Louis De Brouckère dans son étude préparatoire.

  • 36 Joseph Bondas, Un demi-siècle d’action syndicale : 1898-1948, Anvers, éd. Excelsior, 1948, p. 148-1 (...)
  • 37 Sur Henri De Man, on peut consulter l’ouvrage classique de Michel Brelaz, Henri De Man. Une autre i (...)

29Alors que la crise industrielle se résorbe quelque peu au cours des années 1920, cette revendication du « contrôle ouvrier » qui a fait l’objet de tant de discussions jusqu’en 1924, lors des congrès comme dans la presse syndicale, disparaît progressivement des préoccupations. Vingt-cinq ans plus tard, Joseph Bondas reconnaît que le Conseil économique – qui avait été créé pour discuter des possibilités de réalisation du « contrôle ouvrier » – ne déboucha pas sur les résultats escomptés. Il ne fut, selon lui, « en réalité qu’une sorte de cercle d’études »36. Durant cette période, la revendication du contrôle ouvrier ne figure plus au programme des syndicats socialistes. Des leaders comme Delvigne, Rens ou Finet, de jeunes militants comme André Renard n’y croient pas. En revanche, dans le nouveau contexte né de la crise des années 1930, la revendication des nationalisations réclamées naguère par l’Internationale socialiste reprend une place centrale dans les discours syndicaux, comme en témoigne par exemple la multiplication des interpellations parlementaires d’Achille Delattre en faveur de la nationalisation des charbonnages. Mais le mouvement syndical ne joue guère de rôle moteur à cet égard. Ce sont au contraire les planistes, présents en Belgique tout comme en France ou en Allemagne, qui rêvent de réformes au plan européen permettant de socialiser les économies et les industries. Le Plan du travail élaboré par Henri De Man s’inscrit incontestablement dans un tel mouvement37.

L’option révolutionnaire d’une transformation radicale de l’organisation économique capitaliste

30Dès le début des années 1920, face à la crise économique et à la réaction patronale, les syndicalistes d’extrême gauche présents dans les organisations affiliées à la CS en appellent à un retour en force de la lutte des classes sur le terrain des entreprises et à un rejet des pratiques de concertation sociale qui s’étaient développées au lendemain de la guerre.

31Certes, au même moment, certains militants syndicaux ostensiblement réformistes remettent également en cause la poursuite des négociations dans les commissions paritaires, constatant que le patronat tente de s’en servir pour faire accepter officiellement des baisses de salaires par les travailleurs. Cependant, cette remise en cause reste purement contingente, car ils continuent de considérer la concertation comme un moyen essentiel de l’action syndicale. L’extrême gauche au contraire la rejette comme étant entachée de « collaboration de classe », au nom de la nécessité d’une transformation radicale de l’organisation économique capitaliste, seule capable d’apporter une solution aux crises économiques. Ce rejet s’accompagne d’une dénonciation acerbe du modèle de « socialisation » préconisé au même moment par la CS.

Le rejet progressif des pratiques de concertation sociale

32Les syndicalistes d’extrême gauche qui sont à la tête de la section syndicale bruxelloise de la Centrale générale du bois, bâtiment et industries diverses – les seuls à avoir formulé ouvertement une critique radicale à l’égard du programme de la CS dès le congrès syndical de janvier 1919 – sont, sans grande surprise, les premiers à entraîner leur section toute entière dans la voie du refus pur et simple de la discussion dans les commissions paritaires installées dans ce secteur en février 1920. Il s’agit de rejeter le principe même de la concertation sociale, comme le montre cette explication donnée par Émile Marchand au congrès syndical de juillet 1921 :

  • 38 Commission syndicale de Belgique, XXe Congrès syndical, tenu les 9, 10 et 11 juillet 1921 à la Mais (...)

« Commissions paritaires, index-numbers, conseils d’arbitrage, tout cela peut être amalgamé en un seul mot : réaction capitaliste ! N’en déplaise aux camarades qui se démènent comme des diables dans des bénitiers, à côté des bourgeois dans les commissions paritaires […], nous ne pensons pas comme notre centrale. Celle-ci s’est engagée dans les commissions paritaires. Or, jusqu’à présent, la section dont j’ai l’honneur de faire partie a combattu loyalement ce principe, parce qu’elle pense que, quand les travailleurs disposent d’une force et qu’ils savent l’imposer aux patrons, ils n’ont pas besoin d’aller discuter avec ces derniers dans les commissions paritaires. […] Depuis l’armistice, on a introduit dans les méthodes de lutte du prolétariat – non pas seulement en Belgique, mais dans le monde entier – des systèmes, des méthodes qui n’émanent pas des organisations ouvrières, qui ne sont pas sorties de la classe ouvrière et, parmi ces nouveautés, je cite les commissions paritaires et les index-numbers. »38

33De même, au nom de la nécessité d’un renversement de la classe capitaliste pour instaurer une organisation économique qui soit favorable aux travailleurs, Clément Winkin dénonce, dans les colonnes du Travailleur, organe du Syndicat du bâtiment, bois, ameublement et parties similaires du Grand Bruxelles, les commissions mixtes comme

  • 39 « Commissions mixtes – contrats collectifs » (par Clément Winkin), Le travailleur, organe du Syndic (...)

« quelque chose qui n’est ni chair ni poisson, un être sans sexe. C’est la réunion de deux tendances destinées par leur nature à se combattre, et cela jusqu’à élimination totale de l’une par l’autre. Or, comme nous sommes, historiquement et scientifiquement, la tendance, la classe qui doit survivre et prendre – de gré ou de force – la succession de la classe capitaliste – l’autre tendance –, il est insensé de vouloir négocier avec un moribond ; il est faux de s’appuyer contre un mur qui s’écroule. »39

  • 40 La section du Brabant dispose à elle seule de plus du tiers des votes aux congrès où les décisions (...)
  • 41 Il s’agit ici de la masse de l’habillement, le costume des agents des tramways. Les syndicats reven (...)

34De même, au sein de la Centrale des tramways, la participation aux commissions paritaires n’est pas repoussée d’emblée. Mais l’expérience très négative qui est vécue amène rapidement certains militants à en préconiser le rejet pur et simple. Parmi les plus combatifs figure Arthur Vercruyce, personnage très influent de la Centrale puisqu’il dirige alors sa plus importante section, celle du Brabant.40 Ayant expérimenté la discussion en commission d’arbitrage lors des conflits survenus en janvier et septembre 1919, il en avait tiré un bilan, dans l’ensemble, positif. Aussi, en mars 1920, lorsqu’est installée la première commission paritaire dans le secteur, il accepte de siéger dans les deux sections qui la composent, celle des tramways et celle des vicinaux. Mais les discussions s’enlisent. Quatre mois plus tard, alors que les patrons déclarent n’avoir toujours pas les moyens « de donner satisfaction concernant l’indemnité de résidence, la masse41, etc. », il écrit dans le bimensuel de la Centrale :

  • 42 « Commission paritaire » (par Arthur Vercruyce), Le Tram belge, organe bimensuel de la Centrale bel (...)

« Sincèrement, je commence à douter de l’efficacité de ces commissions aux doux aspects de « collaboration des classes » et, si cela continue de la sorte, nous aurons le temps de faire du syndicalisme dans un autre monde. […] Une fois de plus, nous nous sommes trompés en étant assez naïfs pour croire un moment que cette question aurait été réglée à « l’amiable » sans devoir user de la grève. »42

35Malgré tout, la Centrale des tramways participe encore à la réunion de la commission paritaire du 3 août 1920, mais, à l’issue de celle-ci, toute la délégation ouvrière de la Centrale socialiste décide de la quitter, scellant ainsi son sort. Arthur Vercruyce tire en ces termes les leçons de l’expérience :

  • 43 « Commission paritaire du 3 août 1920 » (par A. Vercruyce), Le Tram belge, no 15, 15 août 1920, p.  (...)

« Et voilà les résultats de la collaboration de classes que prônent tant la bourgeoisie et les chrétiens. Les patrons acceptent de discuter avec les représentants de leurs ouvriers, à la seule condition qu’ils aient les mains et les pieds liés. La lutte est donc réengagée. »43

  • 44 « Les Congrès : les Cheminots », Le Mouvement syndical belge, no 17, 14 août 1920, p. 144.
  • 45 « Rapport du Xe Congrès des 1er et 2 juillet 1922 », Le Travailleur de l’alimentation, juillet 1922 (...)

36Des tentatives analogues de militants radicaux pour faire sortir leurs organisations du régime des commissions paritaires ont lieu dans d’autres secteurs, mais sans véritable succès. C’est notamment le cas au sein du Syndicat national des CPTTM, où plusieurs délégués de Bruxelles déclarent, au congrès tenu les 10, 11 et 12 juillet 1920 à Anvers, « que la participation aux commissions mixtes donnait des résultats illusoires et qu’il valait mieux préparer les masses à la prise du pouvoir ». Mais les délégués de province et des membres du Bureau refusent cette argumentation et parviennent à faire voter un ordre du jour affirmant que les méthodes suivies restent conformes aux principes de la lutte des classes44. De même, au sein de la Centrale de l’alimentation, la section d’Anvers s’oppose à la poursuite de la participation aux commissions paritaires lors du congrès national de juillet 1922 : « Les commissions paritaires, estime son rapporteur, empêchent les ouvriers de tirer parti des circonstances favorables et n’empêchent pas les patrons de renier leur signature. » La section d’Anvers affirme même devant le congrès que la commission paritaire est la négation de la lutte des classes, point de vue auquel seule la section de Charleroi se rallie, mais qui est contesté par les délégués bruxellois et tournaisiens. Malgré l’opposition des sections d’Anvers et de Charleroi, le congrès adopte finalement l’ordre du jour présenté par Joseph Lauwers qui engage toutes les sections à travailler à la constitution de commissions paritaires45.

La remise en cause du modèle de « socialisation » préconisé par la Commission syndicale

  • 46 « Le XVIIIe Congrès syndical, tenu les 4 et 5 juillet 1920 à la Maison du Peuple à Bruxelles », Le (...)
  • 47 Selon Nadya De Beule (Le trotskisme belge : l’histoire d’un groupe de communistes oppositionnels, 1 (...)
  • 48 « Le XVIIIe Congrès syndical (…) », op. cit., p. 136.

37Dès le XVIIIe congrès annuel de la CS, tenu les 4 et 5 juillet 1920, d’importantes oppositions internes se font jour autour du thème de discussion principal, « la crise industrielle et ses solutions »46. Les contestataires radicaux présents voient dans la surproduction un phénomène inhérent au régime capitaliste et non, comme le bureau de la CS, une manœuvre patronale pour réduire les salaires. Pour Arthur Geerts47, la seule solution à la crise consiste donc à développer « la conscience de classe des travailleurs ». Selon lui, « cette éducation n’est possible qu’en faisant le procès du système de production capitaliste, qui est la cause de toutes les crises », et en cessant de faire croire aux travailleurs « que l’État bourgeois peut sauver la classe ouvrière de la misère, par le payement d’indemnités de chômage. Toute tactique équivoque doit avoir pour conséquence de détourner les masses ouvrières du combat de classe qui les appelle. »48

  • 49 Ibidem.

38L’ordre du jour adopté va cependant à l’inverse de ces thèses, affirmant que « la crise est artificielle et ne découle pas du fait de la surproduction », que le principal problème est le refus des capitalistes de « consentir à la limitation des bénéfices » et que la meilleure manière d’atténuer immédiatement ses effets pour les travailleurs consiste en « l’augmentation de l’indemnité accordée actuellement à tous les chômeurs jusqu’à la fin de la crise »49.

  • 50 Commission syndicale de Belgique, XIXe Congrès syndical, tenu à Bruxelles les 17 et 18 octobre 1920 (...)
  • 51 Charles Everling, secrétaire de la Fédération régionale des syndicats bruxellois depuis 1917 et du (...)
  • 52 « XIXe Congrès de la Commission syndicale du POB et des syndicats indépendants, à la Maison du Peup (...)

39Quatre mois plus tard, en octobre 1920, la CS tient un congrès restreint spécifiquement consacré à la question de la « socialisation » des industries. Celle-ci suscite des dissensions importantes. Joseph Jacquemotte soumet à l’assemblée un ordre du jour opposé à celui de la CS, affirmant que la socialisation « ne saurait être réalisée en régime capitaliste […] et qu’il faudra préalablement que le prolétariat arrache le pouvoir politique des mains de la bourgeoisie possédante »50. Émile Marchand et Charles Everling51 le soutiennent. Mais le Congrès adopte la ligne de conduite du Bureau de la CS et conclut à la nécessité d’une socialisation progressive des industries, sans expropriation des propriétaires, ajoutant que « les transformations immédiates, même partielles, font plus pour l’éducation ouvrière que l’agitation à jet continu pour un objectif aussi général et imprécis que la révolution »52.

  • 53 « Congrès de la Centrale des mineurs (Commission syndicale), tenu à Bruxelles les 12, 13 et 14 mars (...)
  • 54 « Le XIXe Congrès de la Commission syndicale de Belgique » (par É. Marchand), Le Travailleur, no 5, (...)

40Selon toute vraisemblance, la position des contestataires radicaux est relayée lors de certains congrès de centrales affiliées à la CS. C’est le cas notamment de celui de la Centrale des mineurs qui se tient à Bruxelles, les 12, 13 et 14 mars 1921. Toutefois, selon le rapport final, « on s’est tenu constamment sur le terrain des réalités. […] On ne veut pas tenter d’expériences hasardeuses. [...] Quelques délégués sont bien venus affirmer que la socialisation était impossible en régime capitaliste, mais ils n’ont guère été écoutés. »53 Reproduisant les ordres du jour adoptés par le congrès syndical restreint d’octobre 1920, Émile Marchand conclut sans autre forme de procès : « Ce n’est donc pas encore pour cette fois que la bourgeoisie aura à craindre pour ses privilèges. »54

  • 55 Commission syndicale de Belgique, XXe Congrès (…), op. cit, p. 35.

41L’année suivante, au XXe congrès de la CS qui se déroule les 9, 10 et 11 juillet 1921, les contestataires radicaux – appelés désormais « les minoritaires » – renouvellent leurs attaques contre la ligne de conduite de la CS. Charles Everling considère que les commissions paritaires ne peuvent « plus rien donner au profit de la classe ouvrière »55. Arthur Geerts insiste sur le fait que la compromission dans les commissions paritaires risque de dresser les travailleurs contre l’organisation syndicale elle-même. Au fil des discussions, c’est incontestablement Émile Marchand qui formule le plus explicitement la nécessité d’une action syndicale radicale, critiquant les fondements mêmes de l’organisation économique et sociale :

  • 56 Ibidem, p. 44-47.

« La classe ouvrière ne doit pas baser ses minima de salaires sur le coût de la vie ; nous devons déterminer les minima de salaires, notre puissance d’achat, selon les besoins du prolétariat. (Très bien ! sur certains bancs). […] Vous basez toute votre action sur des besoins limités, comme ils le sont actuellement. Si vous établissez ces index-numbers d’après des besoins limités, vous organiserez en quelque sorte le chronométrage de la force-travail et nous ne sommes pas loin de voir le moment où, à la bourse, on cotera la marchandise-travail comme on cote d’autres valeurs. […] Puisque les crises ont pour cause première le système social actuel, il est de notre devoir de mettre à l’étude les moyens capables de détruire le régime capitaliste. »56

42Pour lui, la suppression du régime capitaliste est la condition sine qua non d’une émancipation véritable et durable des producteurs.

  • 57 « XXe Congrès de la Commission syndicale (Parti ouvrier), tenu les 9, 10 et 11 juillet 1921 à la Ma (...)
  • 58 Ibidem, p. 772.

43Au cours de ce congrès, les délégués radicaux déposent un ordre du jour totalement opposé à celui de la CS, stipulant notamment que « la socialisation des industries est une impossibilité en régime bourgeois et qu’il est indispensable que tout le pouvoir soit entre les mains de la classe ouvrière. […] Tout système appliqué avec la collaboration de la bourgeoisie est voué à un échec certain. »57 Cet ordre du jour minoritaire ne recueille que dix voix, tandis que celui présenté par le rapporteur obtient l’unanimité des suffrages, moins six voix et une abstention58. Ce résultat est maigre, mais il n’en reste pas moins que l’essentiel des discussions a été occupé par la minorité qui n’a pas ménagé ses critiques à l’égard de la ligne de conduite de la CS.

Quel « pouvoir ouvrier » dans l’entreprise ? Selon quelles modalités et à travers quels moyens ?

44Force est de constater que, si les attaques des délégués radicaux lors des congrès se rejoignent sur bien des points, leur contenu reste essentiellement négatif et théorique. Il consiste à rejeter radicalement le principe de la concertation sociale et du « contrôle ouvrier » préconisé par la CS. Au-delà de ce rejet, il n’existe entre eux aucun accord positif, ni sur le type de « pouvoir ouvrier » à instaurer dans les entreprises, ni sur les moyens d’y parvenir. Parmi les divers opposants radicaux à la ligne de conduite de la CS, se trouvent des personnages aux conceptions syndicales très hétérogènes, parfois nettement divergentes, depuis les syndicalistes de « la tendance Van Overstraeten » ou de « la tendance Jacquemotte » du Parti communiste de Belgique (PCB) jusqu’à ceux que nous qualifions d’électrons libres de la contestation radicale. Ces derniers défendent une action syndicale menée prioritairement sur le terrain de la lutte des classes dans les entreprises et totalement indépendante des partis politiques. On y trouve aussi quelques militants de tendance anarcho-syndicaliste. Ces différents acteurs n’hésitent d’ailleurs pas à se critiquer mutuellement les uns les autres lors des congrès syndicaux ou dans leur presse respective.

  • 59 Les membres de « la tendance Van Overstraeten » du PCB considèrent que le travail dans les grands s (...)
  • 60 « Documents sur la fondation du Parti communiste de Belgique », Cahiers marxistes, no spécial, Brux (...)
  • 61 Ibidem.
  • 62 La stratégie du noyautage consiste à renforcer l’opposition au sein des appareils syndicaux en occu (...)

45Selon les syndicalistes communistes de la tendance Jacquemotte du PCB59, c’est le parti, et non le syndicat, qui est appelé à jouer un rôle déterminant dans ce processus révolutionnaire. L’action communiste dans les syndicats est considérée avant tout comme un moyen de « conquérir au communisme les larges masses prolétariennes »60 qui n’ont pas encore une conscience de classe suffisamment développée pour rallier spontanément les rangs du PCB. Dans les statuts du PC unifié publiés en septembre 1921, il est clairement affirmé que « les partis communistes ont l’essentiel devoir de conquérir au communisme les larges masses prolétariennes ainsi concentrées [dans les syndicats], d’en devenir les guides […] »61. Avec l’apparition du second Parti communiste de Belgique, on assiste au développement systématique de ce que, selon leurs propres termes, ses membres appellent le « noyautage » des organisations syndicales, dans le but d’amener les masses à rallier le PCB62.

46À l’opposé de cette conception politique du processus révolutionnaire développée au sein du PCB, les électrons libres de la contestation radicale voient dans la prise du contrôle des usines par les syndicats le point de départ du processus de transformation révolutionnaire de la société, sapant directement la base économique de la domination capitaliste. Si cette conception met en avant la nécessité du « pouvoir ouvrier » dans les entreprises, on ne peut pas pour autant assimiler le modèle du conseil syndical tel qu’il est développé en Belgique à celui des conseils allemands ou des soviets russes, ni a fortiori considérer que ces contestataires radicaux défendent une conception bolchevique de la révolution sociale. Certains dirigeants radicaux de cette tendance « conseilliste » estiment que la prise de pouvoir économique doit s’accompagner d’une prise de pouvoir politique par l’instauration d’une « dictature du prolétariat », tandis que d’autres y sont totalement opposés. Ceci renvoie à la multiplicité de la perception et des interprétations, en milieu ouvrier, des mouvements révolutionnaires de 1917 et 1919 en Russie et en Allemagne. Le soutien accordé aux révolutions russes et allemandes et à la forme de conseils qui s’y développe ne signifie nullement la défense d’une conception similaire du socialisme, du mouvement révolutionnaire, ni même des conseils.

  • 63 Denis Scuto se réfère à l’ouvrage d’Oskar Anweiler, Les soviets en Russie. 1905-1921, Paris, Gallim (...)

47Dans un travail consacré à l’histoire du mouvement ouvrier luxembourgeois, Denis Scuto a repris la distinction opérée par Oskar Anweiler entre les trois conceptions des conseils coexistant au lendemain de la Première Guerre mondiale63. Tantôt ils sont considérés comme des sortes de commissions ouvrières, représentant les intérêts des travailleurs dans le commerce ou l’industrie. Tantôt ils sont vus comme des comités révolutionnaires, prenant à un moment déterminé et pour une période de temps limitée la direction de la lutte révolutionnaire, concentrant le pouvoir économique pour engager des mesures visant à la socialisation rapide de la production. Tantôt enfin, ils forment un système embrassant toute la société, pratiquant la démocratie directe, seuls détenteurs du pouvoir politique dans ce qui est devenu l’État des conseils.

48Le cas belge de l’organisation des Chevaliers du Travail, dirigée par Julien Lahaut, est éclairant à cet égard. Si cette organisation présente des formes et un contenu conseillistes, avec un comité d’usine et une base « interprofessionnelle » pour l’application du « contrôle ouvrier », ceci ne procède pas d’un choix théorique posé a priori, mais bien de l’expérience tirée d’un conflit concret, celui qui a affecté l’usine sidérurgique d’Ougrée-Marihaye. Ceci permet de souligner l’importance essentielle du mouvement des grèves dans le développement de la contestation radicale au sein des organisations syndicales. Julien Lahaut est partisan d’un syndicalisme combatif, autonome vis-à-vis des centrales et des partis. Attaché à l’affirmation du pouvoir des travailleurs dans l’entreprise, il est plus proche de la conception « conseilliste » que de celle, centraliste et dirigiste, développée au sein du Parti communiste belge, bien qu’il y adhère en 1923. Mais cette adhésion ne l’empêche pas de rester un élément relativement incontrôlé au sein du PCB, défendant farouchement l’autonomie d’action du syndicat qu’il dirige, le groupe de Seraing des Chevaliers du Travail. Il gardera cette ligne de conduite même après que le PCB ait réussi à lui faire accepter en 1930 le rassemblement de tous les groupes des Chevaliers du Travail en une seule organisation, la Centrale révolutionnaire des mineurs (CRM). Aussi parle-t-on souvent des partisans de Lahaut (on utilise même le terme de lahautistes) comme d’un courant interne ou d’une tendance à part entière au sein du PCB.

  • 64 Si, dans les congrès, c’est Émile Marchand qui prend la parole en tant que délégué de la section br (...)

49À vrai dire, l’organisation ouvrière qui, en Belgique, semble avoir le plus théorisé une conception conseilliste du syndicalisme est la section bruxelloise de la Centrale des travailleurs du bois et bâtiment, dirigée par Émile Marchand64. Ses dirigeants sont, à notre connaissance, les seuls à avoir réellement tenté la mise en pratique de leurs convictions conseillistes sur le terrain des structures et de l’action syndicales. Émile Marchand déclare ainsi :

  • 65 « Le syndicat d’industrie » (par Émile Marchand), Le Travailleur, no 3, septembre 1920, p. 3.

« Le syndicat, ce n’est pas le Bureau syndical, ce n’est même pas le Comité exécutif, […] c’est le conseil syndical [réunissant] tous les travailleurs constituant le personnel d’un atelier, d’une usine ou d’un chantier. […] Sans les conseils d’atelier, le syndicat d’industrie ne saurait revêtir que le caractère d’un vaste troupeau embrigadant des dizaines de milliers de travailleurs ; avec les conseils d’atelier, il acquiert immédiatement une haute portée révolutionnaire qui permet d’entrevoir la libération prochaine du prolétariat. […] En aucun cas, les conseils d’ateliers ou leurs délégués ne peuvent délibérer en collaboration avec les patrons ou leurs représentants, les intérêts des exploités étant toujours opposés à ceux de leurs exploiteurs. »65

  • 66 Ibidem.

50Dans cette perspective, les conseils d’entreprises doivent être, non seulement les organisations au sein desquelles se discutent directement les revendications, les méthodes de lutte et la tactique syndicale, mais ils doivent veiller « à ce que […] tous les ouvriers soient des syndiqués en règle, afin de faire grossir nos effectifs et renforcer notre puissance de combat [et] ne laisser aucune occasion de contrôler partout si les décisions du syndicat sont respectées »66.

51La section bruxelloise de la Centrale générale du bois, bâtiment et ameublement a effectivement instauré en son sein un conseil syndical, présenté comme l’« organisme supérieur » du syndicat, réunissant « les membres des comités de branches, les sectionnaires et les délégués d’ateliers ». C’est dans cette structure que sont censées être discutées et tranchées à la base toutes les questions pratiques et théoriques relatives aux conseils d’ateliers ou d’usines qui forment les noyaux de l’organisation économique future.

  • 67 « Aux camarades délégués d’ateliers, membres des comités des branches professionnelles, aux section (...)
  • 68 « Le contrôle ouvrier » (par Clément Winkin), Le Travailleur, no 5, mai 1922, p. 2.

52Pour Émile Marchand, les conseils d’ateliers, qualifiés de « plus solides piliers de l’organisation syndicale », « vont apporter dans le mouvement ouvrier une effervescence d’agitation salutaire, une évolution rapide de la solidarité humaine et de l’émancipation intégrale du prolétariat, en faisant voir aux travailleurs toutes les plaies et les iniquités de la société actuelle […] et leurs responsabilités, en s’intéressant eux-mêmes à leur propre sort ». Leur action doit viser au « contrôle de l’industrie », conçu non pas comme un « droit de regard »67 sur la gestion des usines, mais bien comme une prise de possession de celles-ci par les travailleurs. « Il faut, écrit Clément Winkin, abandonner l’idée que l’on puisse, au moyen du ‘ droit de regard’, obtenir une amélioration quelconque de la classe ouvrière. » Avec cette idée, défendue à la Semaine de Morlanwelz consacrée à la question du contrôle ouvrier, « les nouveaux moyens d’action des travailleurs ont été triturés, arrangés à la sauce réformiste et, de la sorte, si nous n’y prenons garde, rendus inoffensifs. Plus : ils risquent de devenir, à leur tour, des armes contre le prolétariat lui-même et, en tout cas, ils retarderont son émancipation au lieu de l’avancer, si jamais ils prennent la forme que les chefs politiques et syndicaux rêvent de leur donner. »68

  • 69 « Rapport des délégués à la Semaine syndicale de Morlanwelz » (par Clément Winkin), Le Travailleur,(...)

53Le sens qu’attribuent les conseillistes au contrôle ouvrier diffère totalement de celui que lui confère la CS. Commentant, dans Le Travailleur d’octobre 1921, les exposés de la Semaine syndicale de Morlanwelz, Clément Winkin écrit que le contrôle ouvrier ne peut consister en une « collaboration, comme dans les commissions paritaires, avec tous les éléments adversaires de la lutte des classes. […] Les conseils d’usine, d’atelier, de chantier, de magasin […] ne peuvent collaborer avec les patrons à la gestion des entreprises, ni accepter une responsabilité quant à la situation économique de l’industrie. Les conseils ne peuvent fixer, ni discuter directement les revendications des travailleurs ». Pour lui, ils doivent être conçus exclusivement comme « un nouveau moyen de diriger notre action vers la reprise des moyens de production et d’échange au bénéfice de la collectivité ». Il s’agit, non pas de « contrôler la mauvaise volonté de tel patron d’appliquer telle prescription légale ou telle convention contractuelle, mais bien d’écarter les capitalistes, comme classe, de la production et de prendre toute la direction de celle-ci »69. Ceci ne signifie nullement, précise Émile Marchand dans un autre article, que les syndicalistes puissent « négliger les revendications immédiates », mais ils doivent les poser de telle façon que soient « maintenus parmi les masses un esprit de révolte conscient et une effervescence d’émancipation féconde ». En refusant de participer aux commissions paritaires, en préconisant le recours à l’action gréviste et offensive pour imposer un véritable « contrôle ouvrier », les travailleurs du bâtiment, du bois et de l’ameublement se sont placés « à l’avant-garde » du mouvement d’émancipation de la classe ouvrière.

  • 70 « Le mouvement syndical » (par Émile Marchand), Le Travailleur, 1re année, no 1, juillet 1920, p. 3

« Tant que nous resterons figés à notre terrain purement professionnel […] pour obtenir un billet de 100 sous de plus, qui vient uniquement compenser la perte de ceux que nous recevions déjà ; tant que nous ne saurons pas limiter les bénéfices que prélèvent les employeurs sur notre travail ; tant que nous ne saurons pas faire l’effort nécessaire pour saper le régime capitaliste à sa base, la vie matérielle du travailleur, et partant sa vie morale, deviendront de plus en plus mauvaises. »70

  • 71 L’Ouvrier communiste, no 1, 1er mars 1920, p. 1 et 3.
  • 72 « En Belgique, section de Bruxelles des travailleurs du bois », L’Ouvrier communiste, no 3, 28 mars (...)

54Il convient de signaler que la Centrale des travailleurs du bois et bâtiment de Bruxelles a les sympathies du premier Parti communiste de Belgique de War Van Overstraeten. Dans son numéro du 28 mars 1920, le journal L’Ouvrier communiste, futur organe du premier PCB, insère une affiche appelant à la grève générale en cas d’affrontement contre les conseils à Berlin, témoignant du soutien qu’il leur apporte, autant d’ailleurs qu’aux soviets révolutionnaires en Russie. En ce qui concerne la Belgique, le journal soutient que les manifestations contre la vie chère sont « vaines si les réformes sont attendues sous le règne de leurs ennemis ». Il prône la nécessité d’imiter les soviets de Russie, les conseils d’Allemagne ou encore les conseils de fabriques et le contrôle ouvrier mis en place en Italie71. Pour les militants du premier PCB, il est indispensable d’instaurer la gestion et la répartition de la production par les travailleurs eux-mêmes, bref de collectiviser la production. Dans ce cadre, L’Ouvrier communiste soutient l’attitude du syndicat qui « montre une volonté de changer les méthodes d’action du syndicat » en se prononçant en faveur de la constitution de conseils d’ateliers. Pour lui, deux tendances sont représentées au sein du Syndicat bruxellois des travailleurs du bois et bâtiment : la tendance constituée autour d’Edouard De Vlaemynck, qualifiée de contre-révolutionnaire, et celle autour d’Émile Marchand, saluée comme nettement révolutionnaire puisqu’elle a voté le rapport en faveur de la réorganisation du syndicat sur la base de conseils d’ateliers dirigés par un « conseil syndical qui [en] serait l’émanation directe et un conseil exécutif issu de l’assemblée plénière des conseils d’ateliers »72. Toutefois, si Émile Marchand prend nettement position en faveur de la révolution russe, se rapprochant ainsi des positions défendues par le premier Parti communiste de War Van Overstraeten, son nom ne figure ni parmi ses membres ni parmi ceux du PCB fusionné. Il apparaît ainsi comme l’un de ces électrons libres du syndicalisme radical, prônant un mouvement unitaire, autogestionnaire, de type conseilliste, indépendant de tout parti politique, selon des opinions qu’il défendra souvent par la suite dans ses écrits.

  • 73 « Rapports moral et financier de l’année 1923 », Le Travailleur, 5e année, no 3, mars 1924, p. 1.

55Enfin, l’existence formelle de structures de type conseilliste au sein du Syndicat des travailleurs du bois, bâtiment et ameublement n’implique pas pour autant qu’elles aient fonctionné avec succès, au grand dam d’ailleurs d’Émile Marchand lui-même qui déplore « le manque d’assiduité » des délégués d’atelier et des membres des comités de branches « à suivre les réunions [du conseil syndical] et à s’intéresser d’une manière plus continue et plus ardue à la discussion des problèmes qui s’y étudient ». Il en va de même en ce qui concerne les conseils d’atelier, à propos desquels il regrette, dans son rapport de 1923, que « sur ce terrain, nous ne sommes guère plus avancés que l’année dernière. Nous possédons, dans l’ensemble des ateliers et chantiers de la place, trois ou quatre conseils d’ouvriers qui fonctionnent assez bien, mais nous sentons très bien que, dans ce domaine, il y a encore toute une éducation à faire et toute une force à conquérir. »73

  • 74 « Notre second Congrès », Le Vêtement, no 8, août 1921, p. 1.

56Lors de son congrès du 21 août 1921, la Centrale du vêtement prend également position en faveur de l’orientation du mouvement syndical vers ce qu’elle appelle la « nouvelle voie » des conseils d’industrie ou de fabrique, voyant dans ceux-ci les organismes qui, « lors de l’expropriation du capitalisme, nous [permettront] de prendre nous-mêmes la direction et l’organisation des industries en main »74. Incontestablement, les dirigeants bruxellois de ce syndicat, Frans Liebaers et Arthur Geerts, ont été eux aussi séduits par le modèle des conseils développé lors des révolutions russe et allemande. Vraisemblablement sans étiquette partisane au lendemain de la guerre, ils défendent ouvertement l’indépendance syndicale, tant vis-à-vis du POB que du PCB, et donc la désaffiliation des syndicats du POB, luttant sans relâche pour la réalisation de l’unité syndicale des travailleurs à la base.

  • 75 Dans notre thèse de doctorat, nous émettons l’hypothèse que Georges Stas, signataire de bien d’autr (...)
  • 76 « Les conseils d’établissements du spectacle » (par Georges Stas), Le Spectacle, 4e année, no 141, (...)
  • 77 Ibidem.

57On trouve également défendue dans Le Spectacle, bulletin officiel de l’Union artistique belge (UAB), sous la plume de l’un de ses principaux dirigeants, Georges Stas75, l’idée que la Fédération du spectacle devrait s’organiser sur la base de conseils d’établissements, à l’image des soviets russes et des conseils d’ouvriers allemands76. Dans chaque établissement, devrait être mis sur pied, sans distinction de profession, un conseil d’établissements du Spectacle – composé de deux délégués de chaque branche d’industrie – dont la ligne de conduite serait définie et décidée lors d’assemblées régulières du personnel auxquelles la participation serait rendue obligatoire. Ensuite, dans chaque ville ou agglomération, devrait être formé un conseil central, composé d’un délégué par établissement. L’action de ces conseils d’établissements du Spectacle doit viser, non seulement à créer « une cohésion étroite entre exploités et permettre ainsi de faire bloc contre l’exploitation », mais aussi à « créer la classe de camarades capable de diriger, dans la société que nous rêvons, les entreprises du Spectacle au bénéfice unique de la communauté »77. Les conseils d’établissements sont ainsi conçus – parallèlement et de par leur fonction d’organe de lutte pour l’amélioration immédiate du sort des travailleurs – comme les organismes préparant la prise du pouvoir des travailleurs dans l’entreprise.

Conclusion

58En se penchant sur le regard que les tendances d’extrême gauche ont porté au cours des premières années de l’après-guerre en Belgique sur le monde économique en général, et a fortiori sur celui de l’entreprise, on constate l’existence d’une pluralité de points de vue traversant les syndicats, jusqu’à y susciter des désaccords ouverts et de vives tensions. On l’observe surtout à partir de l’année 1920, en étroite relation avec l’évolution du contexte politique, économique et social.

59L’année précédente en effet, la CS en appelait à l’action sur le terrain des entreprises, favorisant du même coup la formation d’un large consensus à l’intérieur de ses rangs. Mais la crise économique et la « réaction patronale » de 1920, altérant considérablement la portée des avantages immédiats obtenus en 1919 sous la pression du mouvement gréviste, décident un certain nombre de syndicalistes réformistes à changer radicalement de stratégie. Dès lors, ces derniers estiment que l’action syndicale doit s’orienter résolument en direction des pouvoirs législatif et exécutif, en vue de susciter leur intervention accrue en matière économique et sociale. Une telle réorientation est vue comme le seul moyen de contrecarrer les effets de la crise née de la concurrence capitaliste et d’en éviter, à terme, la répétition. Ainsi, au-delà du « contrôle ouvrier », revendication unanimement partagée au sein du mouvement syndical à partir de 1920, dont l’évocation est aussi courante que peu approfondie dans la plupart des ouvrages sur le syndicalisme de cette période, nous avons tenté de lui rendre ici un peu de sa teneur réelle, de son épaisseur historique et de sa complexité, en l’explicitant et en le replaçant dans le contexte de la crise des années 1920, mais plus encore en relevant les contestations dont il a fait l’objet de la part de l’extrême gauche syndicale. Cela nous a amené à constater qu’au-delà de l’opposition commune au réformisme de la CS et à sa conception du « contrôle ouvrier », il n’existait guère, au sein de l’extrême gauche syndicale, de conception homogène de ce que devrait être la « prise de pouvoir » par les ouvriers dans les entreprises, pas plus que d’accord quant aux moyens d’y parvenir.

60Mais le projet de transformation radicale de l’entreprise et de la société qui a émergé – et échoué – durant ces brèves années n’est pas resté lettre morte. Il ne saurait être considéré comme un épisode isolé, privé de lendemains. Durant les années 1970, on voit réapparaître, dans le mouvement ouvrier belge, la contestation des directions syndicales en place, la recherche de nouvelles formes de lutte, l’affirmation de la possibilité de modèles alternatifs de révolution. Ne peut-on y voir, dans une certaine manière, la résurgence des espoirs, des interrogations et des tentatives qui s’étaient déjà manifestés plus d’un demi-siècle auparavant ?

Notes

1 En élargissant en 1907 son titre aux syndicats indépendants – se nommant désormais Commission syndicale du POB et des syndicats indépendants – elle espère certes briser les dernières réticences de certains syndicats indépendants à la rejoindre, mais il faut bien voir aussi qu’elle ne fait qu’officialiser la présence déjà ancienne en son sein d’organisations syndicales qui se déclarent indépendantes de tout parti politique, l’affiliation directe au POB étant facultative pour les syndicats membres de la CS.

2 Voir Éliane Gubin, Jean Puissant, « Frère-Orban et la ‘question sociale’. La création des conseils de l’industrie et du travail (1886-1887) », in Andrée Despy-Meyer (dir.), Frère-Orban et le libéralisme politique, Bruxelles, Éditions de l’ULB, 1996, p. 25-45.

3 La très ancienne Association libre des compositeurs et imprimeurs typographes de Bruxelles, fondée en 1842, regroupant la quasi-totalité des ouvriers bruxellois de ces professions hautement qualifiées, semble bien avoir été la première organisation syndicale à obtenir, dès 1898, une convention collective de travail en Belgique. Cette convention ne concernait cependant que les seuls typographes, tandis que celle de 1910 s’étendra à l’ensemble des travailleurs de l’industrie du livre bruxelloise.

4 Voir René Leboutte, Jean Puissant, Denis Scuto, Un siècle d’histoire industrielle, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg. Industrialisation et sociétés, 1873-1973, Paris, SEDES, 1998, p. 137-138.

5 Ce qui, par rapport aux dernières élections d’avant-guerre, représente une perte de 26 sièges pour les catholiques et de 11 sièges pour les libéraux, tandis que le POB accuse un gain de 30 sièges, les 7 sièges restants étant répartis entre les listes diverses

6 Joseph Jacquemotte (1883-1936), secrétaire permanent du Syndicat des employés socialistes de Bruxelles depuis 1910, est l’un des principaux dirigeants de la fraction de gauche du POB, organisée autour du groupe « Les Amis de l’Exploité » qui, nous l’avons vu, quittera le POB en mai 1921 pour constituer un second Parti communiste de Belgique.

7 Lorsqu’aux élections législatives de novembre 1921, le PCB présentera ses propres listes, à Bruxelles et à Verviers uniquement, de nombreux membres du premier parti communiste s’abstiennent ouvertement de participer à cette campagne électorale. Les candidats communistes ne remportent qu’un nombre très limité de voix lors de ce scrutin : 2 226 voix à Bruxelles et 939 à Verviers.

8 La Belgique sort de la guerre plus affaiblie économiquement que n’importe quel autre pays d’Europe, notamment en raison du quasi arrêt de la production, des importantes saisies et destructions de matériel subies par son industrie et ses infrastructures en vue de satisfaire les besoins de l’occupant, mais également du fait qu’elle a été coupée du commerce international pendant quatre ans, perdant ainsi nombre de débouchés. L’indice de la production industrielle, en base 100 en 1913, tombe à 29 en 1918. Toutefois, comme l’a montré Rolande Depoortere, La question des réparations allemandes dans la politique étrangère de la Belgique après la Première Guerre mondiale 1919-1925, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1997, la Belgique a sans doute surévalué les dommages subis dans le cadre de négociations difficiles, mais surtout a intégré dans sa politique budgétaire des ressources dont elle n’a jamais pu disposer, ce qui conduit à la crise de 1921, le POB exigeant des mesures impossibles à financer. Sur la situation de la Belgique pendant et au sortir de la Première Guerre mondiale, voir également l’étude récente de Sophie de Schaepdrijver, La Belgique et la Première Guerre mondiale, Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2004.

9 Durant la guerre, les classes populaires ont dû surmonter des privations et un chômage intense, subsistant grâce aux maigres secours accordés par le CNSA. Voué au départ uniquement à la distribution de secours en denrées alimentaires, celui-ci alloue également des subventions aux communes pour l’aide aux « chômeurs involontaires ».

10 « XVIIe Congrès syndical du Parti ouvrier et des syndicats indépendants, tenu les 12 et 13 janvier 1919 », Le Mouvement syndical belge, no 3, 31 mai 1919, p. 35.

11 « XVIIe Congrès… », op. cit., p. 36.

12 Toutes précautions gardées, bien sûr, quant à l’exactitude des séries statistiques disponibles.

13 Dans Cent ans d’histoire sociale en Belgique (1re éd. 1957 ; 4e éd. 1974), qui constitue toujours un ouvrage de référence, Ben Serge Chlepner postulait que l’attrait opportuniste des ouvriers pour les indemnités de chômage avait été déterminant dans la forte croissance syndicale enregistrée au cours de la première année de l’immédiat après-guerre. Cette thèse a été reprise par bien des auteurs par la suite. Guy Vanthemsche est à notre connaissance un des seuls à avoir émis des réserves quant à cette explication. Dans sa thèse de doctorat sur le chômage en Belgique pendant la crise des années 1930, il affirme : « Lorsqu’on regarde attentivement les chiffres, il apparaît que déjà en 1919 les effectifs syndicaux ont fait un grand bond en avant : c’était à un moment où le soutien public aux caisses de chômage n’était pas ou à peine en voie de réalisation. En l’attente de recherches détaillées sur les modalités de la croissance syndicale dans ces années-là, nous sommes donc obligé d’être très prudent en déclarant que la constitution de l’assurance syndicale contre le chômage a vraisemblablement eu une « certaine » influence sur la croissance syndicale. » Nos propres recherches doctorales sur le mouvement social et syndical de l’immédiat après-guerre vont également dans ce sens, nous amenant à considérer l’action syndicale socialiste sur le terrain des entreprises et ses premiers résultats, notamment grâce à l’intervention du ministre socialiste de l’Industrie et du Travail, comme les facteurs réellement déterminants du ralliement progressif des travailleurs aux syndicats socialistes tout au long de l’année 1919. L’affiliation à un syndicat ne présente pour les travailleurs un avantage en ce qui concerne le bénéfice du secours étatique de chômage qu’à partir de la seconde moitié de l’année 1920, lorsque le système de secours-chômage hérité de la guerre est remplacé par un embryon d’assurance-chômage financée par l’État, accordant effectivement cette fois directement un subside aux caisses de chômage syndicales. Mais cet avantage à l’affiliation syndicale joue cette fois autant en faveur des syndicats chrétiens que socialistes.

14 Non incluses les fédérations nationales des typographes, du personnel des tramways et du personnel civil du ministère de la Guerre, encore indépendantes en 1919, affiliées à la CS seulement à partir de l’année 1920 (Commission syndicale de Belgique, Rapport pour l’année 1919 (…), p. 148).

15 Liste des fédérations et centrales affiliées à la CGSCLB publiée dans son Rapport général sur le mouvement syndical chrétien en Belgique, depuis l’armistice jusqu’au 31 mars 1920.

16 « Pas de majoration proportionnelle de tous les salaires », Le Mouvement syndical belge, no 2, 17 janvier 1920, p. 9.

17 « Le travail aux pièces », Le Mouvement syndical belge, no 7, 27 mars 1920, p. 54.

18 « Pour éviter le chômage », Le Mouvement syndical belge, no 14, 3 juillet 1920, p. 109-110.

19 « La socialisation des industries », Le Mouvement syndical belge, no 21, 9 octobre 1920, p. 173-174.

20 Ibidem, p. 174.

21 Publication des « résolutions du Congrès de Genève », Le Mouvement syndical belge, 28 août 1920, no 18, p. 151.

22 Commission syndicale, Rapport pour l’année 1920, p. 25.

23 Alain Chatriot, La démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil national économique 1924-1940, Paris, La Découverte, 2002.

24 Fernand Lehouck, « Le syndicalisme belge après la Première Guerre mondiale (suite) », Revue du Travail, Leuven, 1984, p. 16-17.

25 Ce n’est que le 26 mai 1921 que le Conseil économique est définitivement installé et ses statuts adoptés (publiés dans Le Mouvement syndical belge, 4 juin 1921, no 12, p. 97-99).

26 Commission syndicale, Rapports soumis aux débats du XXIIe Congrès de la Commission syndicale tenu les 27 et 28 juillet 1923 (+ annexe : Introduction à l’avant-projet de loi sur le contrôle ouvrier de l’industrie, p. 47-48).

27 « Pour ne pas être accusé de favoriser de parti pris les syndicats », Joseph Wauters décide toutefois de créer une caisse de chômage officielle au niveau des communes qui possèdent un fonds de chômage (« La suppression graduelle du secours-chômage », in Le Mouvement syndical belge, no 8, 10 avril 1920, p. 65). Mais, dans les faits, vu la situation sociale et syndicale, ce sont bien les syndicats qui ont été immédiatement favorisés par ces mesures, leur permettant de maintenir à flot leurs organisations pendant et après la crise.

28 « La crise industrielle » (par Corneille Mertens), Le Mouvement syndical belge, no 23, 6 novembre 1920, p. 190-191 ; Le Mouvement syndical belge, no 2, 15 janvier 1921, p. 9.

29 Louis De Brouckère, Le contrôle ouvrier, collection « Les Cahiers de la Commission syndicale », no 5, janvier 1924, 75 p.

30 Louis De Brouckère, siégeant depuis le lendemain de la guerre au Bureau et au Comité national de la CS en tant que représentant officiel du POB, est l’une des personnalités les plus favorables au développement du syndicalisme parmi les dirigeants politiques du POB.

31 Ibidem, p. 17.

32 Ibidem, p. 21.

33 Louis De Brouckère fait ici à la fois référence aux comités Withley en Grande-Bretagne et à l’argumentaire développé par Henri De Man en 1921 lors de la Semaine syndicale de Morlanwelz en faveur de la participation des travailleurs au perfectionnement de la technique et de l’outillage des industries. Cette participation est présentée par lui comme partie intégrante du processus de socialisation des entreprises.

34 L. De Brouckère, Le contrôle (…), op. cit., p. 22-29.

35 Revue du Travail, 25e année, no 2, 29 février 1924, p. 275.

36 Joseph Bondas, Un demi-siècle d’action syndicale : 1898-1948, Anvers, éd. Excelsior, 1948, p. 148-151.

37 Sur Henri De Man, on peut consulter l’ouvrage classique de Michel Brelaz, Henri De Man. Une autre idée du socialisme, Genève, Édition des Antipodes, 1985.

38 Commission syndicale de Belgique, XXe Congrès syndical, tenu les 9, 10 et 11 juillet 1921 à la Maison du Peuple de Bruxelles, compte-rendu sténographique, Bruxelles, Impr. Lucifer, p. 44-47. Les index-numbers sont des indices permettant de mesurer contradictoirement l’évolution du coût de la vie.

39 « Commissions mixtes – contrats collectifs » (par Clément Winkin), Le travailleur, organe du Syndicat du bâtiment, bois, ameublement et parties similaires du Grand Bruxelles, 1re année, juillet 1920, no 1, p. 1-2.

40 La section du Brabant dispose à elle seule de plus du tiers des votes aux congrès où les décisions doivent statutairement être prises à la majorité des deux tiers.

41 Il s’agit ici de la masse de l’habillement, le costume des agents des tramways. Les syndicats revendiquent le payement intégral du costume par les compagnies.

42 « Commission paritaire » (par Arthur Vercruyce), Le Tram belge, organe bimensuel de la Centrale belge du personnel des tramways et vicinaux, no 14, 1er août 1920, p. 3.

43 « Commission paritaire du 3 août 1920 » (par A. Vercruyce), Le Tram belge, no 15, 15 août 1920, p. 3. Le cas d’Arthur Vercruyce illustre bien le parcours mouvementé suivi par certains contestataires syndicaux radicaux pendant l’entre-deux-guerres. Se déclarant longtemps socialiste et non communiste, d’abord favorable aux commissions paritaires, il prend progressivement fait et cause pour « la Russie révolutionnaire » et la « dictature du prolétariat », se déclarant convaincu que « le syndicalisme est le premier stade de la dictature prolétarienne et préparera son avènement » (« Dictature prolétarienne », Le Tram belge, 3e année, no 5, 1er mars 1921, p. 1). Devenu un « électron libre » de la contestation radicale, il resserre néanmoins ses liens avec le PCB au cours de la seconde moitié des années 1920, pour finalement rompre avec ce parti dans les années 1930.

44 « Les Congrès : les Cheminots », Le Mouvement syndical belge, no 17, 14 août 1920, p. 144.

45 « Rapport du Xe Congrès des 1er et 2 juillet 1922 », Le Travailleur de l’alimentation, juillet 1922, p. 2.

46 « Le XVIIIe Congrès syndical, tenu les 4 et 5 juillet 1920 à la Maison du Peuple à Bruxelles », Le Mouvement syndical belge, no 16, 31 juillet 1920, p. 129-130.

47 Selon Nadya De Beule (Le trotskisme belge : l’histoire d’un groupe de communistes oppositionnels, 1925-1940, Bruxelles, Fondation Léon Lesoil, 1985), Arthur Geerts est l’ex-secrétaire de la centrale professionnelle des carrossiers. Cependant, à plusieurs reprises, nous l’avons trouvé mentionné dans des congrès comme délégué de la Centrale du vêtement où il intervient à ce titre, d’où ses liens très proches avec Frans Liebaers. Le plus probable est que, dans le secteur de la carrosserie, il ait exercé un des métiers liés à l’aménagement intérieur des véhicules (tissus ou tapisserie), ce qui expliquerait qu’il ait pu voyager entre les deux centrales.

48 « Le XVIIIe Congrès syndical (…) », op. cit., p. 136.

49 Ibidem.

50 Commission syndicale de Belgique, XIXe Congrès syndical, tenu à Bruxelles les 17 et 18 octobre 1920, comptes rendus, Bruxelles, Imprimerie populaire, 1921, p. 96.

51 Charles Everling, secrétaire de la Fédération régionale des syndicats bruxellois depuis 1917 et du Syndicat des employés de Bruxelles depuis 1923, a des liens avec le PCB longtemps complexes et ambigus. Militant de l’aile gauche du POB (Les Amis de l’Exploité) avant la guerre, il participe en mai 1921 à la fondation du second PCB, mais le quitte vraisemblablement dans l’année qui suit. Le 15 mai 1921, dans l’organe national de la Centrale des employés, il signe un article prônant la désaffiliation des syndicats du POB, tout en revendiquant une action syndicale révolutionnaire par et pour elle-même, conception très proche de celle défendue par les « électrons libres » de la contestation.

52 « XIXe Congrès de la Commission syndicale du POB et des syndicats indépendants, à la Maison du Peuple de Bruxelles », Revue du Travail, 30 novembre 1920, 21ème année, no 22, p. 1454.

53 « Congrès de la Centrale des mineurs (Commission syndicale), tenu à Bruxelles les 12, 13 et 14 mars 1921 », Revue du Travail, avril 1921, p. 381.

54 « Le XIXe Congrès de la Commission syndicale de Belgique » (par É. Marchand), Le Travailleur, no 5, novembre 1920, p. 3.

55 Commission syndicale de Belgique, XXe Congrès (…), op. cit, p. 35.

56 Ibidem, p. 44-47.

57 « XXe Congrès de la Commission syndicale (Parti ouvrier), tenu les 9, 10 et 11 juillet 1921 à la Maison du Peuple de Bruxelles », Revue du Travail, juillet 1921, p. 769.

58 Ibidem, p. 772.

59 Les membres de « la tendance Van Overstraeten » du PCB considèrent que le travail dans les grands syndicats réformistes est illusoire. Ils jugent ceux-ci irrécupérables, tout en envisageant le parti comme une avant-garde révolutionnaire constituée de petits groupes fermés dont l’accès doit rester difficile et sélectif.

60 « Documents sur la fondation du Parti communiste de Belgique », Cahiers marxistes, no spécial, Bruxelles, 1971, p. 59.

61 Ibidem.

62 La stratégie du noyautage consiste à renforcer l’opposition au sein des appareils syndicaux en occupant les postes de délégués afin de dénoncer, de l’intérieur des organisations, la politique de la « bureaucratie syndicale ».

63 Denis Scuto se réfère à l’ouvrage d’Oskar Anweiler, Les soviets en Russie. 1905-1921, Paris, Gallimard, 1972 (Sous le signe de la grande grève de mars 1921. Les années sans pareilles du mouvement ouvrier luxembourgeois 1918-1923, mémoire de licence en Histoire contemporaine, Université libre de Bruxelles, Bruxelles, 1987-1988, t. I, p. 61-62). Ce mémoire a été publié sous le même titre à Esch-sur-Alzette, en 1990.

64 Si, dans les congrès, c’est Émile Marchand qui prend la parole en tant que délégué de la section bruxelloise, celle-ci apparaît néanmoins comme un foyer de contestataires radicaux, ce qui donne au journal Le Travailleur une ligne éditoriale très radicale et relativement homogène. Parmi ses rédacteurs réguliers, on retrouve notamment les militants d’extrême-gauche Clément Winkin, Adhémar Hennaut et Nicolas Lazarevitch.

65 « Le syndicat d’industrie » (par Émile Marchand), Le Travailleur, no 3, septembre 1920, p. 3.

66 Ibidem.

67 « Aux camarades délégués d’ateliers, membres des comités des branches professionnelles, aux sectionnaires, en un mot à tous nos membres » (par Émile Marchand), Le Travailleur, no 3, mars 1922, p. 2.

68 « Le contrôle ouvrier » (par Clément Winkin), Le Travailleur, no 5, mai 1922, p. 2.

69 « Rapport des délégués à la Semaine syndicale de Morlanwelz » (par Clément Winkin), Le Travailleur, no 10, octobre 1921, p. 1.

70 « Le mouvement syndical » (par Émile Marchand), Le Travailleur, 1re année, no 1, juillet 1920, p. 3.

71 L’Ouvrier communiste, no 1, 1er mars 1920, p. 1 et 3.

72 « En Belgique, section de Bruxelles des travailleurs du bois », L’Ouvrier communiste, no 3, 28 mars 1920, p. 3.

73 « Rapports moral et financier de l’année 1923 », Le Travailleur, 5e année, no 3, mars 1924, p. 1.

74 « Notre second Congrès », Le Vêtement, no 8, août 1921, p. 1.

75 Dans notre thèse de doctorat, nous émettons l’hypothèse que Georges Stas, signataire de bien d’autres articles défendant un point de vue radical (« À propos de la lutte de classe », Le Spectacle, no 82, vendredi 12 mars 1920, p. 1), favorable à l’unité syndicale de tous les travailleurs (« Unité », Le Spectacle, no 126, samedi 15 janvier 1921, p. 3), y compris avec ceux de la Russie soviétique (« Manifeste de la Fédération des Artistes russes », Le Spectacle, no 113, samedi 9 octobre 1920), n’est autre que le militant radical Georges Grangier, qui participera ultérieurement au mouvement de L’Unité en tant que partisan de Frans Liebaers et sera nommé en 1921 secrétaire de la Fédération du Spectacle. Les positions affirmées sous ces signatures sont en effet très similaires, celles-ci présentent le même prénom, et surtout le personnage de Georges Stas s’efface assez soudainement à partir du moment où Georges Grangier devient secrétaire de la Fédération du Spectacle.

76 « Les conseils d’établissements du spectacle » (par Georges Stas), Le Spectacle, 4e année, no 141, samedi 7 mai 1921, p. 5.

77 Ibidem.

Table des illustrations

Titre Evolution de l’indice des prix de détail (Avril 1914 - Mai 1919)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45500/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Nombre de conflits 1912-1939 (sauf grève générale de 1936)
Crédits Graphique réalisé par nos soins sur la base des statistiques annuelles des grèves et lock-out en Belgique (années 1919-1939), publiées dans la Revue du Travail (revue mensuelle du ministère de l’Industrie et du Travail de Belgique).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45500/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Comparaison effectifs (cotisations payées) syndicats socialistes – syndicats chrétiens 1910-1939
Crédits Source : rapports annuels des confédérations.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45500/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

Auteur

Université Libre de Bruxelles

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540