Versione classicaVersione mobile

Travail et entreprises en Europe du Nord-ouest (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Michel-Pierre Chélini
, 
Pierre Tilly

II. Recensements statistiques et classifications professionnelles : similitudes et différences des approches nationales

La première catégorisation socioprofessionnelle officielle au Grand-Duché de Luxembourg. Le contexte du recensement professionnel et industriel de 1907

Jean-Marie Kreins

Testo integrale

  • 1 http://www.statbel.fgov.be/info/council_fr.asp
  • 2 En ce qui concerne l’histoire de la statistique luxembourgeoise et ses bases juridiques, voir anne (...)

1Dans tous les pays de l’Europe du Nord-Ouest, l’intérêt croissant pour les recherches numériques aboutit à la fin du XVIIIe siècle et au cours du XIXe siècle à la création de bureaux officiels de statistique. Ainsi, en Belgique, l’arrêté royal du 16 mars 1841 institue la Commission centrale de statistique, conçue comme un organe centralisateur, coordinateur, animateur et consultatif et devenue, par l’arrêté du Régent du 29 octobre 1946, le Conseil supérieur de statistique1. Au Luxembourg, après quelques tentatives infructueuses, il faut attendre le début du XXe siècle pour voir enfin se créer un petit bureau de statistique qui connaîtra une réorganisation fondamentale au lendemain de la Seconde Guerre mondiale2.

Prémisses

  • 3 Exposé de la situation du Grand-Duché sous le rapport administratif, industriel et commercial, 184 (...)

2Au cours du XIXe siècle, alors que des offices de statistiques sont mis sur pied dans les pays voisins, le Gouvernement luxembourgeois se limite à publier chaque année un exposé de la situation du Grand-Duché sous le rapport administratif, industriel et commercial3. On effectue bien des recensements de la population dès 1839, puis, sous le régime du Zollverein, à un rythme plus ou moins triennal de 1843 à 1855. Mais ces « dénombrements » ne peuvent pas être considérés comme de véritables démarches statistiques ; ils sont surtout destinés à la détermination de la quote-part du Luxembourg dans les répartitions des recettes douanières à l’intérieur du Zollverein. Dans le cadre de ces recensements généraux de la population, on retient la population de résidence habituelle, la population présente sur le territoire et la « population politique », en référence au domicile légal.

  • 4 Règlement électoral du 16 octobre 1841 et loi électorale du 23 juillet 1848.
  • 5 Statistiques historiques 1839-1989, STATEC, Luxembourg, 1989, p. 9.

3En complément de ces dénombrements économiques, le Gouvernement lance des recensements supplémentaires en 1847, 1851 et 1865 qui ont pour seul but la fixation du nombre de députés4. Dès 1871, les deux recensements sont combinés en un seul, dont le rythme devient quinquennal de 1875 à 1910, afin de fixer la part luxembourgeoise dans les revenus communs du Zollverein, de répartir entre les cantons le droit indivis de représentation à la Chambre des députés et de fixer le nombre des membres des conseils communaux5.

  • 6 La Chambre de commerce fut instituée par arrêté du Roi Grand-Duc Guillaume II le 1er octobre 1841.
  • 7 Des tirés à part ont été publiés par l’imprimerie V. Buck. À partir de 1886 et jusqu’en 1938, les (...)
  • 8 Statistiques historiques 1839-1989, STATEC, Luxembourg, 1990, p. 156-157.
  • 9 Statistiques historiques 1839-1989, STATEC, Luxembourg, 1990, p. 153.

4Outre les recensements officiels de la population, des recensements des activités économiques sont effectués par la Chambre de commerce6 en 1846 et 1862. Ils constituent la principale source de la documentation statistique et économique au XIXe siècle et sont publiés dans son rapport annuel7 sur la situation générale du commerce et de l’industrie dans le Grand-Duché du Luxembourg. Ces rapports ont été établis en 1845, 1846 et 1857 mais, déposés aux Archives nationales, ils n’ont pas été publiés. Ceux de 1862, 1865, 1868, 1871, 1878, 1881, 1885 et 1886 figurent au Mémorial (Journal officiel) et sont repris pour partie (de 1846 et de 1862) dans le volume Statistiques historiques 1839-1989, publié par le STATEC8. Ces tableaux, dépourvus de commentaires méthodologiques, qualifient environ soixante-dix métiers, recensés au titre d’activités économiques, et classent ceux qui les exercent sous les rubriques « maîtres » et « aides », précisant aussi le nombre d’établissements et celui des aides familiaux et des salariés9.

5En termes institutionnels, Jurion Vendelin, administrateur général de l’Intérieur dans le premier gouvernement Charles-Mathias Simon (1853-1854), conscient de l’utilité de développer un bureau de statistiques à Luxembourg, fait publier dans le Mémorial (Journal officiel) du 28 juin 1854 un avis concernant la nomination d’un comité de statistique dans le Grand-Duché. L’année suivante, l’arrêté royal grand-ducal du 6 mars 1855 crée une Commission permanente de statistique, composée de cinq membres renouvelables tous les trois ans et relevant du ministère de l’Intérieur. Ses attributions sont définies par l’arrêté grand-ducal du 11 juillet 1855 qui lui assigne les missions suivantes :

  • dresser le plan d’une statistique générale du pays ;
  • proposer des modèles des états et tableaux destinés à recueillir et à classer les renseignements statistiques ;
  • signaler au gouvernement les lacunes, détails superflus et vices de méthodes qui peuvent se présenter dans les travaux de statistiques ;
  • émettre un avis préalable sur les travaux statistiques que le gouvernement se propose de publier ;
  • faire toute proposition qui lui paraîtrait de nature à amener de l’unité ou des améliorations dans les services de la statistique.

6Renouvelée en 1858, la Commission en 1858 ne l’est plus par la suite et l’on n’évoque plus l’organisation des statistiques durant quelques décennies. Deux nouvelles propositions gouvernementales sont bien discutées en 1887 et 1888, mais ces projets font long feu.

  • 10 G. Als, « Statistique et études économiques au Luxembourg. Histoire et problèmes », Cahiers économ (...)

7Il est à noter qu’en 1889, à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’indépendance du Grand-Duché, les différentes administrations publient chacune des statistiques du domaine de leur ressort. Ces publications constituent une série intitulée Statistiques historique de l’Administration grand-ducale de 1839 à 1889. S’agissant du premier recueil rétrospectif de statistiques officielles au Grand-Duché10, il comporte, dans l’ordre, les études suivantes :

8Ruppert (P.), Le Gouvernement, le Conseil d’État et la Chambre législative au Grand-Duché de Luxembourg de 1831 à 1889 et la représentation de la Province de Luxembourg de 1815 à 1839, d’après les documents officiels, 15 septembre 1889 ;

9Mullendorf (M.), L’administration des contributions directes, accises et cadastre, de 1839 à 1889, 1er octobre 1889 ;

10Buffet (A.), Hospice central d’Ettelbruck. Assistance des infimes indigents.

11Régime hospitalier et légal des aliénés. 1815 – 1889, 15 novembre 1889 ;

12Metz (Ed.), Gemen (Ch.), La situation de l’industrie et du commerce dans le Grand-Duché de Luxembourg de 1839 à 1889, Luxembourg, 1889 ;

13Faber (E.), L’administration de l’Enregistrement et des Domaines de 1839 à 1889, 31 mars 1890 ;

14Lecler (N.), Le service de la Recette générale et de la Comptabilité de l’État de 1839 à 1889, 1er octobre 1891 ;

15Fischer (Eug.), Koltz (J.-P. J.), Rapport général sur l’état de l’agriculture dans le Grand-Duché de 1839 à 1889, Luxembourg, 31 décembre 1891 ;

16Gredt (N.), L’Athénée de Luxembourg de 1839 à 1889, Luxembourg, 1893 ;

17Mullendorg (A.), Le Gymnase de Diekirch de 1830 à 1894, Luxembourg, 1894 ;

18Neuman (H.), Les concessions minières dans le Grand-Duché de Luxembourg sous le rapport du prix et du mode d’aliénation, Luxembourg, imprimerie de la Cour V. Buck, Luxembourg, 1894 ;

19Id., Les communes. Leur administration, leurs finances et leurs domaines 1840-1891, Luxembourg, août 1894 (en 1904, un complément à cette statistique a été publié, sous le titre Statistique administrative communale. Il analyse en fait la situation financière des communes au cours de la période 1892-1901) ;

20Enzweiler (J.), Le service agricole depuis sa création de 1883 à 1893, Luxembourg, décembre 1894 (avec compléments en 1896, 1900, 1904 et 1908, édités par le service agricole et couvrant la période 1894-1907) ;

21Reis (J.), L’administration des Postes et des Télégraphes. Histoire des postes, des télégraphes et des téléphones, Luxembourg, 1897 ;

22Thill (J.), Le Collège d’Echternach comme établissement de l’État depuis sa création jusqu’en 1897, Luxembourg, 1897 ;

23Witry (Th.), La situation de l’enseignement primaire dans le Grand-Duché de Luxembourg pendant la période de 1815 à 1900, Luxembourg, 1900.

1900 : débuts de la statistique luxembourgeoise

24Après l’échec de 1888, il faut attendre neuf ans pour que le 16 août 1897, le nouveau ministre d’État Paul Eyschen relance le projet devant le Conseil d’État qui donne son aval le 30 novembre 1898. Le projet qui vient à l’ordre du jour de la Chambre le 25 mars 1900 est voté à l’unanimité et devient la loi du 25 juin 1900, signée par le Grand-Duc Adolphe ; elle marque les débuts de la statistique officielle luxembourgeoise. La loi énonce le principe de l’institution d’un « service de statistique », sans autre précision quant à ses attributions et son organisation. Il n’est question ni d’obligation, ni de secret, ni de centralisation statistique. La mission de l’office est renvoyée à l’arrêté grand-ducal du 25 juillet 1900 qui crée une Commission permanente de statistique dont les membres sont choisis « autant que possible » parmi les hauts fonctionnaires des différentes administrations.

25Les attributions de la Commission sont semblables à celles de l’arrêté royal du 11 juillet 1855. En 1901-1902, elle obtient le recrutement de 5 aides temporaires dont le statut est réglé par arrêté grand-ducal du 5 février 1904.

Les premières publications statistiques

26La Commission permanente de statistique se limita pratiquement à publier des statistiques brutes, plus particulièrement les chiffres résultant d’enquêtes sur l’agriculture et la population luxembourgeoises. Près de 80 fascicules sont publiés, dans la série intitulée « Publications de la Commission permanente de statistique » de 1900 à 1922, puis « Publications de l’Office de statistique » de 1923 à 1940. Pour cette période, on dispose, à côté des statistiques agricoles et démographiques, de quelques autres données chiffrées dont celles concernant la sidérurgie et les mines – publiées par le Groupement des industries sidérurgiques luxembourgeoises (GISL). À cela viennent s’ajouter celles sur la production de bière, sur les ardoisières et carrières (Inspection des mines), sur le nombre d’ouvriers occupés dans l’industrie, sur les bourses du travail, ainsi que des statistiques administratives (trafic ferroviaire, trafic postal).

27Dès 1933, s’y ajoute une statistique sur les gains des ouvriers dans les différentes branches industrielles. Ces chiffres sont publiés, soit dans les rapports annuels de la Chambre de commerce, soit dans les Bulletins trimestriels que l’Office de statistique publie de 1933 à 1940. Ces Bulletins font état des résultats des recensements agricoles, des statistiques du mouvement de la population, des salaires payés d’après les documents des assurances sociales pour les années 1933 à 1937. Ils fournissent les premières statistiques sur les accidents de la route de 1933 à 1939, le premier recensement des postes de radio en 1935, la statistique des élections législatives en juin 1937. On y trouve également les premiers relevés des enquêtes sur les prix de détail, effectuées mensuellement à partir de juin 1921 en vue du calcul du nombre indice du coût de la vie.

  • 11 Commission permanente de Statistique, La population par professions principales et accessoires, Re (...)

28Le recensement industriel et professionnel de 1907 constitue la première source de la catégorisation socioprofessionnelle au Grand-Duché11. Ce recensement industriel et professionnel (Berufs-und Gewerbezählung) du 12 juin 1907, dont les résultats ont été publiés entre 1909 et 1912 par la Commission permanente de statistique, constitue la source fondamentale sur la structure de l’économie luxembourgeoise au début du XXe siècle. Ce recensement et les publications de la Commission permanente de statistique qui y sont relatives concernent d’ailleurs, à côté du secteur commercial et industriel (Gewerbliche Betriebsstatistik), le secteur agricole (Landwirtschaftliche Betriebsstatistik) et la population active.

  • 12 Voir A. Thill, « Esquisse de l’évolution de l’assurance – accidents industrielle et de l’assurance (...)

29Dès 1901, Paul Eyschen, président du gouvernement, invite la Commission permanente de statistique à examiner si et dans quelles conditions des statistiques concernant le repos dominical, les industries à domicile ainsi que le recensement professionnel et industriel pourraient être établies. La question avait déjà été soulevée lors de la session de la Chambre des députés de 1899 à 1900, en vue de la préparation des lois sociales et des lois ouvrières12 ; hormis les rapports de la Chambre de commerce, on ne possédait alors aucune information sur la nature des industries ni sur le personnel employé. Le recensement a dès lors pour but d’obtenir les éléments nécessaires pour établir une statistique détaillée sur les conditions économiques et sociales au Grand-Duché.

30Répondant aux vœux de la Chambre, la Commission se rallie, dans ses grands traits, au système allemand de l’Office Impérial de statistique qui paraît le plus approprié compte tenu de l’intensité des relations avec l’Allemagne en matière économique. Pour la partie concernant les industries proprement dites, on emprunte les détails au procédé suivi en Belgique lors du recensement de 1896, notamment pour les questions relatives aux salaires et au travail de nuit, que ne prend pas en compte le recensement allemand.

31La statistique professionnelle doit s’occuper de la position sociale de chaque individu, avec indication de sa profession principale et éventuellement accessoire. Il doit indiquer s’il est ou non occupé au moment du recensement, préciser la composition des familles. Ces renseignements doivent être fournis par les bulletins de recensement et la liste des ménages.

32La statistique de l’industrie doit aussi comporter la répartition géographique des industries, la nature des exploitations industrielles, y compris à domicile, leur répartition selon le nombre d’ouvriers qu’elles occupent, leur date de fondation, la répartition des ouvriers selon l’âge, le sexe, le moment et la durée de leur travail, de jour et de nuit et enfin les salaires. À ces questions viennent s’en ajouter d’autres sur les moteurs, machines et appareils utilisés. Les questionnaires doivent prendre en compte le travail du dimanche.

33La statistique des exploitations agricoles doit fournir des renseignements, non seulement sur les personnes occupées dans l’agriculture, mais aussi sur la nature, la superficie et la répartition géographique des différentes exploitations, sur les espèces et le nombre de têtes de bétail affectées à ces exploitations, les catégories de machines agricoles, le commerce du lait et des produits laitiers.

34Pour le projet de loi afférent, la Commission propose le texte de la loi belge du 29 juin 1896, tout en y ajoutant un article sur les dépenses ; il est transmis pour avis au Conseil d’État, à la Chambre de commerce et à la Commission d’agriculture.

35La loi sur le recensement professionnel et industriel, après avoir été débattue à la Chambre des députés en 1903 et 1905, est votée le 29 mai 1906 et publiée au Mémorial (Journal officiel) le 2 juin 1906 ; l’arrêté d’exécution est signé le 3 mai 1907 et le recensement fixé au 12 juin de la même année, date du recensement similaire en Allemagne.

36Afin de procéder au recensement, chaque agent – recenseur reçoit de l’autorité communale cinq catégories d’imprimés qu’il doit remettre à chaque ménage ou à chaque établissement (exploitation ou entreprise industrielle et commerciale) et qu’il doit faire remplir ou éventuellement remplir lui-même si nécessaire.

37Traitée dans leur ensemble, chacune de ces listes contribue à dresser pour la première fois l’inventaire exhaustif des catégories socioprofessionnelles actives dans l’économie luxembourgeoise en ce début du XXe siècle.

38Une première liste, dite des ménages, recense l’état de la population au 12 juin 1907 par rapport à la population présente et à la population de séjour ordinaire, classée d’après le sexe, l’âge, le lieu de naissance, l’état civil, la nationalité, le culte, mais aussi la profession. En terme de profession principale – celle dont dépend la plus grande partie des moyens d’existence –, on insiste sur l’importance des précisions à donner. Des expressions telles que fabricant, négociant, commerçant, ingénieur, contremaître, machiniste, chauffeur, ouvrier sont considérées comme insuffisantes si l’on n’y ajoute pas la branche spéciale de la fabrication, du métier, du commerce ou d’une autre activité dans laquelle la personne est occupée (par exemple : manufacture de cigares, de gants, fabrique de coffres-forts, fonderie, commerce de matériaux de construction, etc.). On recommande aux ouvriers et aux journaliers de toujours indiquer la branche de travail ou d’industrie dans laquelle ils sont occupés de manière permanente ou partielle (agriculture, horticulture, travaux forestiers, chemins de fer, voierie, etc.) et aux domestiques de distinguer le service personnel de l’agriculture, du commerce, de l’hôtellerie ou de telle autre industrie.

39La seconde liste, la carte agricole et forestière, outre les données sur les caractéristiques des exploitations agricoles et le dénombrement des bestiaux, distingue le personnel des exploitations agricoles suivant leur activité dans l’exploitation : ouvriers agricoles, journaliers ou propriétaires, à l’exclusion de la domesticité employée dans les ménages ou dans le service de maison (valets de chambre, cochers de maître, bonnes d’enfants, femmes de chambre, cuisinières, etc.).

40Les autres listes – formulaire d’industrie, liste des ouvriers occupés dans une exploitation – dont l’objet est de faire le relevé des ouvriers qui exercent une profession au Grand-Duché alors que leur ménage ou bien leur logis se trouve au-delà de la frontière, ainsi que le tableau d’industrie, sont remplies pour chaque métier, profession, industrie exercée à domicile, travail fait dans le propre logement, entreprise de construction, commerciale, exploitation de mine, forges et hauts-fourneaux, pour chaque hôtel et auberge, entreprise de transport et de commerce, entreprise de musique et de représentation, pêche, exploitation horticole industrielle. De ces listes, émergent, entre autres, les métiers et les industries suivant le nombre de personnes occupées et le personnel industriel, suivant le sexe et la position dans l’exploitation.

  • 13 Commission permanente de Statistique, Recensement professionnel et industriel du 12 juin 1907, Ire(...)

41Je me limiterai à évoquer ici le cadre des données recueillies en matière de professions13. Pour rappel, la distinction des différentes activités professionnelles et leur classement sont établis d’après la nomenclature allemande adoptée par le recensement allemand professionnel et industriel. Compte tenu de l’appartenance du Luxembourg au Zollverein et des intérêts économiques qui lient les deux pays, la Commission juge plus cohérent d’utiliser les formulaires et les tableaux allemands, renonçant à la nomenclature préconisée par l’Institut international de Statistique.

42La nomenclature allemande comprend une classification méthodique et une liste alphabétique de toutes les dénominations professionnelles possibles regroupées en six grandes divisions, subdivisées elles-mêmes en 26 groupes et 218 classes. À titre d’exemple :

  • Agriculture, jardinage, élevage de bétail, sylviculture et pêche
  • Agriculture, jardinage et élevage de bétail
  • Agriculture, élevage de bétail, laiteries et fromageries, viticulture, culture fruitière et culture maraîchère
  • Agriculteur, agronome, campagnard, cultivateur, laboureur, propriétaire – cultivateur, régisseur, ouvrier agricole, journalier agricole14
  • Horticulteurs, jardiniers fleuristes, arboriculture. Horticulteur, pépiniériste, rosiériste, greffeur, fleuriste, bouquetier, entreprise de plantation et entretien de jardins
  • Apiculture, élevage des lapins, pisciculture, élevage d’oiseaux
  • Sylviculture et pêche
  • Sylviculture et chasse. Inspecteur – forestier, surnuméraire – forestier, garde – forestier, empileur de bois, écorçage de chênes…
  • Pêche en mer. Non représenté.
  • Pêche en eau douce. Fermier de pêche, pêcheur au filet, à la ligne, à la nasse, pêcheur de grenouilles…
  • Industries y compris l’exploitation des mines et la construction de bâtiments.
  • Exploitation des mines et des hauts fourneaux
  • Extraction de minerai de fer. Directeur, employé et ouvrier de mine, chef mineur, mineur, rouleur, casseur de minerai, administration des mines
  • Hauts fourneaux. Fabrication de fonte d’affinage, de fonte de moulage et de fonte
  • Thomas, directeur, employé, ouvrier de haut fourneau, appareilleur, déchargeur…
  • Extraction de sel. Non représenté.
  • Houillères, Non représenté.
  • Industries des pierres et terres
  • Tailleurs de pierre. Équarrissage de pierre, tailleur de pierre, sculpteur sur pierre (non artiste)
  • Carrières et ardoisières.
  • Commerce et transports, cafés et auberges
  • Commerce
  • Commerce de marchandises et de produits divers en exploitation constante
  • Banques et change
  • Librairies et bouquinistes
  • Assurances
  • Transports
  • Hôtels, cafés, restaurants
  • Services domestiques et travaux salariés de différentes espèces
  • Domestiques ne faisant pas partie du ménage du patron (ceux qui font partie du ménage du patron sont comptés sous la profession de celui-ci)
  • Travaux salariés de différentes espèces
  • Services de l’État et des communes, services ecclésiastiques et professions libérales
  • Force armée. Compagnie des volontaires, musique militaire
  • Cour grand-ducale, fonctionnaires et employés de l’État et des communes
  • Culte
  • Enseignement
  • Professions médicales et hôpitaux
  • Hommes de lettres. Journalistes, rédacteurs, publicistes
  • Entreprises d’écriture. Sténographe, dactylographe
  • Musique, théâtre… Conservatoire de musique, professeur de piano, de chant
  • Personnes sans profession et sans indication de profession
  • Personnes vivant de leur fortune, des rentes ou de pensions
  • Personnes vivant de secours
  • Étudiants et élèves ne vivant pas dans leur famille
  • Internes d’établissements de bienfaisance
  • Aliénés
  • Prisonniers et détenus en maison de correction
  • Personnes sans profession et sans indication de profession
  • Personnes pour services domestique vivant dans le ménage du patron.
  • Domestique, valet de chambre, cocher, chauffeur d’automobile, servante
  • Membres de famille sans profession principale.

43Il y a lieu d’observer que, dans les différentes professions, les individus actifs (divisions A – E) sont distingués, en général, selon la position qu’ils occupent, en trois grandes classes : indépendants, employés et autre personnel. Ces classes se divisent elles-mêmes en plusieurs positions. Par exemple :

  • Indépendants occupés dans l’agriculture :
  • 1°. Propriétaires
  • 2°. Fermiers et emphytéotes
  • 3°. Personnel dirigeant et autres chefs d’exploitation.

44Si, pour l’indication de la profession principale, il existe une double inscription possible, seule la première profession entre en ligne de compte. Ainsi, les internes de couvent figurent dans la classe du culte, toute autre occupation étant considérée comme accessoire ; mais, s’ils relèvent d’établissements particuliers comme les hôpitaux, ils se classent dans les professions médicales.

45Outre un volume entier réservé à compiler toutes les catégories professionnelles recensées sur base de la nomenclature évoquée, on publia les résultats sous formes de tableaux synthétiques qui recensèrent :

  • la population résidente par divisions de professions, groupes et classes de professions ;
  • la répartition géographique des trois grandes classes d’individus dans les différents cantons administratifs du pays ;
  • le classement de la population totale suivant la position sociale (indépendants, personnel salarié dit supérieur et ouvriers), en particulier dans les secteurs de l’agriculture, des industries, du commerce et des transports ;
  • les individus actifs dans ces mêmes secteurs, suivant la position sociale, le sexe et la nationalité ;
  • la répartition de la population suivant la position sociale, en distinguant les ouvriers travaillant en famille, les ouvriers professionnels ou bien les aides ouvriers ;
  • les professions accessoires qui, sans être la profession principale, permettaient un gain appréciable.

Conclusion : La statistique luxembourgeoise, une naissance tardive coïncidant avec l’industrialisation

  • 15 Un autre recensement professionnel fut réalisé en 1935. Voir Office de statistique, Résultats du r (...)
  • 16 Service d’études et de documentation économiques, « Organisation et activité du Service d’études. (...)

46Au total, ce premier grand recensement professionnel et industriel au Grand-Duché de Luxembourg15 donna lieu à la publication de douze fascicules16 qui, de manière étonnante, ne firent jamais l’objet d’aucun travail de synthèse. Compte tenu du choix des nomenclatures retenues, de la précision des définitions catégorielles (actifs, domestiques et sans profession), de la méthodologie recommandée pour traiter les informations collectées et des informations proprement dites, il en résulte un corpus socioprofessionnel étendu dont une étude approfondie devrait permettre d’identifier les différentes catégories socioprofessionnelles, qu’elles participent directement ou non à l’activité économique du pays, d’analyser les appartenances sociales et d’avoir une vision étendue des activités économiques du pays au cours des premières décennies ayant suivi le démarrage de l’industrialisation, celui-ci s’opérant dans les années 1880, lors de l’installation à Dudelange de la première grande usine sidérurgique intégrée.

47Par ailleurs, jusqu’en 1940, l’évolution de la population et le développement de la production agricoles sont assez bien documentés par les publications ultérieures de la Commission permanente de statistique. En outre, pour étudier le développement de l’industrie et du commerce luxembourgeois jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, on peut se référer principalement aux rapports de la Chambre de commerce.

48Même si la collecte systématique de statistiques a commencé relativement tardivement au Grand-Duché, elle s’est par la suite développée de telle manière qu’elle fournit aujourd’hui aux chercheurs intéressés des données abondantes et facilement utilisables.

Allegati

Annexe 1

Tableau 1 : Évolution de quelques catégories socio-professionnelles

Tableau 1 : Évolution de quelques catégories socio-professionnelles

Catégories socio-professionnelles entre 1907 et 1989 en %

Catégories socio-professionnelles entre 1907 et 1989 en %

Annexe 2. Publications artistiques luxembourgeoises.

Note

1 http://www.statbel.fgov.be/info/council_fr.asp

2 En ce qui concerne l’histoire de la statistique luxembourgeoise et ses bases juridiques, voir annexe 2.

3 Exposé de la situation du Grand-Duché sous le rapport administratif, industriel et commercial, 1842 à 1846.

4 Règlement électoral du 16 octobre 1841 et loi électorale du 23 juillet 1848.

5 Statistiques historiques 1839-1989, STATEC, Luxembourg, 1989, p. 9.

6 La Chambre de commerce fut instituée par arrêté du Roi Grand-Duc Guillaume II le 1er octobre 1841.

7 Des tirés à part ont été publiés par l’imprimerie V. Buck. À partir de 1886 et jusqu’en 1938, les rapports sont publiés annuellement par la Chambre de commerce. Jusqu’en 1893, ils figurent également au Mémorial, Journal officiel luxembourgeois.

8 Statistiques historiques 1839-1989, STATEC, Luxembourg, 1990, p. 156-157.

9 Statistiques historiques 1839-1989, STATEC, Luxembourg, 1990, p. 153.

10 G. Als, « Statistique et études économiques au Luxembourg. Histoire et problèmes », Cahiers économiques du STATEC, no 80, Luxembourg, 1990, p. 145.

11 Commission permanente de Statistique, La population par professions principales et accessoires, Recensement professionnel et industriel du 12 juin 1907, 2 volumes, (Publikationen der ständigen Kommission für Statistik H. 22 u. 23), Luxembourg, impr. P. Worré-Mertens, 1909 et 1912 ; La population par professions principales et accessoires, âge et état civil, lieu de naissance, nationalité et culte. Les jours de repos et la durée du travail des personnes au service d’autrui. Les veuves et les orphelins. Recensement professionnel et industriel du 12 juin 1907, 3 volumes, (Publikationen der ständigen Kommission für Statistik H. 24, 25 u. 26), Luxembourg, impr. P. Worré-Mertens, 1910 (H. 25 u. 26) et 1913 (H. 24)

12 Voir A. Thill, « Esquisse de l’évolution de l’assurance – accidents industrielle et de l’assurance – vieillesse – invalidité », in Cinquantenaire de la Chambre du Travail, s.l., s.d., Esch-sur-Alzette, F. Philippi, p. 124-125.

13 Commission permanente de Statistique, Recensement professionnel et industriel du 12 juin 1907, Ire série, 2 volumes, tome II : La population par professions principales et accessoires, Ire partie, XXIIe fascicule, Luxembourg, 1912.

14 D’après P. Zalhen, Métamorphoses de la question sociale et de l’intervention sociale au Luxembourg. Un essai (à paraître). Le groupe de salariés désaffiliés commence à émerger dans les années 1850.

15 Un autre recensement professionnel fut réalisé en 1935. Voir Office de statistique, Résultats du recensement de la population du 31 décembre 1935, tome III : La population suivant la profession principale et la position sociale, Luxembourg, Publication de l’Office de statistique, fascicule 77, 1940.

16 Service d’études et de documentation économiques, « Organisation et activité du Service d’études. Historique et évolution de la statistique générale au Luxembourg », in Bulletin du Service d’études et de documentation économiques et de l’Office de la statistique générale, vol. I, no 1-2, janvier - juin 1950, p. 69.

Indice delle illustrazioni

Titolo Tableau 1 : Évolution de quelques catégories socio-professionnelles
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45491/img-1.jpg
File image/jpeg, 156k
Titolo Catégories socio-professionnelles entre 1907 et 1989 en %
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45491/img-2.jpg
File image/jpeg, 94k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45491/img-3.jpg
File image/jpeg, 564k

Autore

Université catholique de Louvain

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search