Versione classicaVersione mobile

Travail et entreprises en Europe du Nord-ouest (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Michel-Pierre Chélini
, 
Pierre Tilly

II. Recensements statistiques et classifications professionnelles : similitudes et différences des approches nationales

Industries et professions répertoriées dans les sources belges de la seconde moitié du XIXe siècle

Suzy Pasleau

Testo integrale

  • 1 Sidérurgie, houillères, industrie du verre, textile.
  • 2 Suzy Pasleau, Industries et Populations. L’enchaînement de deux croissances à Seraing au XIXe sièc (...)
  • 3 Claude Desama, « Structures socio-démographiques et révolution industrielle : Verviers 1806-1846. (...)

1À l’heure actuelle, l’histoire des entreprises constitue une dimension majeure de l’histoire économique. C’est pourquoi les recherches menées à Liège se sont centrées sur les révolutions industrielles et leurs conséquences économiques, sociales, démographiques et culturelles. Elles se sont axées, à la fois, sur les grands secteurs d’activité1, mais aussi sur le « capital humain », que ce soit le patronat ou la classe ouvrière. La volonté des chercheurs était d’inscrire toute étude de cas ou travail monographique dans un contexte plus large, qu’il soit sectoriel, territorial, économique, social ou politique, afin de donner prise à des démarches comparatives et prospectives. De tels travaux rentrent, bien évidemment, dans le cadre du projet ANR sur l’étude des « rapports entre efficacité entrepreneuriale et mutations économiques régionales ». Ce projet de longue haleine résulte d’une démarche comparative sur l’ensemble des régions industrielles sises en Europe du Nord-Ouest. Dans cet espace, une évolution parallèle est constatée entre la seconde moitié du XVIIIe et la fin du XXe siècle. En effet, ces régions sont confrontées à des problèmes communs2. Voies de chemin de fer envahies par les herbes folles, usines en ruines, logements vétustes : le sillon industriel Sambre-Meuse-Vesdre3 présente aujourd’hui les signes d’un évident déclin industriel et d’une structure démographique vieillissante. Ce « mal wallon » est l’aboutissement, sans doute inévitable, d’une évolution séculaire. C’est précisément parce que la Wallonie fut l’une des premières régions du continent à s’engager sur les traces de l’Angleterre et que la révolution industrielle y fut à la fois précoce et bouleversante qu’elle éprouve à présent tant de peine à s’adapter à des conjonctures plus mouvantes.

2Dans cette étude, notre heuristique, nourrie de données nominatives ou agrégées, accueille des variables économiques et sociales autant que démographiques. Ainsi, il n’est pas inutile de rappeler que les recensements forment une source d’information précieuse permettant de mieux connaître notre société. En effet, depuis le XIXe siècle, l’établissement du profil socioéconomique du pays est réalisable grâce à eux, chacun fournissant une sorte de « photographie » sociétale. Pour les milieux politiques et scientifiques, les entreprises et les particuliers, les données fiables du recensement de la population et des logements sont devenues un instrument de travail indispensable. Fort de notre expérience, cet article a pour objectif de présenter sommairement les sources agrégées et nominatives qui dénombrent les industries ou qui mentionnent les professions dans la seconde moitié du XIXe siècle en Belgique, de mettre en évidence leurs richesses et leurs lacunes et enfin de décrire les méthodes utilisées pour les exploiter, en fonction de l’angle de recherche.

Les sources agrégées – Les industries

  • 4 Étienne Hélin, « Origine des recensements belges », Population et société, 1977, no 4, p. 12-24.
  • 5 Marc Lebrun, Adolphe Quetelet. L’œuvre sociologique et démographique, Bruxelles, 1974.

3C’est par l’enregistrement des baptêmes, mariages et sépultures par les Églises que la plupart des statistiques nationales ont vu le jour. L’histoire de l’origine des publications statistiques belges jusqu’en 1846 est retracée par Étienne Hélin en 19774. Dans un ouvrage intitulé Adolphe Quetelet. L’œuvre sociologique et démographique, Marc Lebrun analyse la vie et l’œuvre de celui qui réorganisa et développa la toute jeune statistique officielle en Belgique, tout en étant le promoteur des premiers congrès internationaux de statisticiens5.

1846 : le premier pas vers la statistique industrielle

4Le premier recensement belge, dû à l’initiative d’Adolphe Quetelet, date de 1846. Il ne s’agit pas d’un simple dénombrement des habitants ; tout un volet concernant l’agriculture et l’industrie y figure. Depuis lors, quatorze recensements de la population ont été effectués en Belgique. L’intervalle les séparant est à chaque fois plus ou moins égal à 10 ans (1856, 1866, 1876, 1880, 1890, 1900, 1910, 1920, 1930, 1947, 1961, 1970, 1981, 1991, 2001). Bien que les textes légaux de base prescrivent le recensement dans un but purement administratif, toutes les opérations de ce genre effectuées depuis 1856 ont également procédé à un relevé d’ordre démographique, social et économique. La méthode de collecte n’a connu que de légères modifications durant ces cent cinquante années, même si les développements informatiques (cartes perforées, puis lecture optique) ont facilité les opérations de dépouillement.

5Une distinction est à opérer entre les recensements généraux de la population et de l’industrie. Les premiers sont effectués régulièrement, tandis que les seconds sont plus espacés durant le XIXe siècle, ce qui tend à expliquer notamment leurs retards de publication.

  • 6 Émile Levasseur, La population française, Paris, 1889-1892, cité par Benoît Verhaegen, Contributio (...)
  • 7 RIC, 1910, vol. 1, p. 2.

6En 1846, les dénombrements officiels embrassent non seulement la population et ses caractéristiques, mais aussi, pour la première fois, l’agriculture et l’industrie. Selon Émile Levasseur, qui le considère comme un modèle, le premier recensement général de la population, de l’industrie et de l’agriculture que connut la Belgique indépendante est aussi « le premier recensement ayant un caractère vraiment scientifique »6. La partie relative aux industries reprend, pour chacune d’elles, « le nombre de manufacturiers, fabricants ou artisans, celui des ouvriers par sexe et par âge (y compris les contremaîtres et les membres de la famille employés comme ouvriers), la répartition des ouvriers selon leur salaire journalier, le nombre de moteurs et leur force en chevaux, le nombre de fourneaux, forges et fours, celui des métiers, machines et ustensiles principaux employés à la production »7. Les résultats sont donnés séparément pour les localités qualifiées de villes. Cependant, ce recensement ne porte pas sur l’industrie à domicile. Il omet les professions commerciales et l’industrie des transports, ce qui le rend peu fiable. En effet, effectué au mois d’octobre, il s’inscrit dans une période de crise économique intense, pouvant biaiser les véritables tendances économiques du pays. D’autre part, les patrons ont intérêt, pour échapper au paiement des droits qui sont imposés en vertu de la patente, à déclarer moins d’ouvriers qu’ils n’en occupent en réalité. Aussi le nombre d’ouvriers doit-il être considéré comme un seuil minimum.

7Dix ans plus tard, a lieu un recensement qui porte principalement sur la population. Une statistique sommaire de l’agriculture l’accompagne mais l’industrie n’y figure pas. Si les recensements de la population et de l’agriculture fournissent des résultats appréciables et appréciés, il n’en va pas toujours de même, semble-t-il, des premiers recensements industriels.

1866 : un recensement industriel inexploitable

  • 8 On parle ici des employés, ouvriers, journaliers, manœuvres, apprentis et domestiques.

8En 1866, un arrêté royal daté du 5 juillet ordonne qu’il soit procédé à un recensement de la population et de l’industrie. Une disposition prise à l’article 8 de ce texte doit garantir une plus grande qualité des données : « le Ministre de l’intérieur pourra déléguer des membres de la Commission centrale et des Commissions provinciales de statistique ou telle autre personne qu’il jugerait convenir pour se rendre dans les localités où il serait nécessaire de compléter les instructions par des explications orales et de surveiller spécialement les opérations de recensement ». L’industrie à domicile est prise en compte et les établissements agricoles, industriels et commerciaux sont répertoriés. Le recensement de 1866 apporte plusieurs types d’informations permettant d’apprécier l’importance de chaque établissement. Dans un premier temps, il est procédé à un dénombrement exhaustif, par sexe, de leur personnel8. De plus, des informations économiques non négligeables sont fournies par les réponses aux questions concernant la durée du travail et la façon dont est attribué le salaire quotidien (en argent ou en nature). L’importance matérielle de l’industrie est indiquée grâce au dénombrement des moteurs, mécaniques, ustensiles et fourneaux utilisés.

9Un net progrès est donc enregistré sur le plan de l’étendue du recensement. Cependant, malgré les mesures prises pour garantir la qualité des données, les résultats fournis par certains arrondissements sont jugés trop imparfaits pour être publiés. Si l’on en croit la Commission centrale, la qualité souhaitée n’a pas été obtenue, en raison d’une trop grande ambition.

1880 : un recensement industriel fiable mais peu étendu

  • 9 Nombre et sexe des personnes employées dans les exploitations industrielles en fonction de la qual (...)
  • 10 Les moteurs, les chaudières à vapeur et les générateurs (nombre, puissance des moteurs d’après leu (...)
  • 11 Nombre d’unités produites d’après la nature des produits ainsi que valeur de la production annuell (...)

10Lors du recensement de l’industrie du 31 décembre 1880, effectué en même temps que le recensement de la population et celui de l’agriculture, seules les données concernant 49 branches industrielles (sur 111) ont été publiées. Les lacunes relatives aux autres branches étaient tellement importantes qu’une publication ne pouvait être envisagée. Les renseignements ad hoc se rapportent au personnel9, à l’équipement10 et à la production11.

1896 : une statistique industrielle élaborée

11Le recensement du 31 octobre 1896 contraste avec le précédent par son étendue. L’industrie tout entière y figure, avec la mention des métiers et du travail à domicile. L’industrie des transports est pour la première fois répertoriée. Aucun recensement de la population ne l’accompagne. On éprouve alors des difficultés pour identifier les personnes qui doivent recevoir le bulletin. Une révision minutieuse est effectuée sur les données recueillies : 337 395 entreprises ont été recensées. On en a exclu les chemins de fer de l’État, les différents services publics des administrations locales présentant un caractère industriel, les entreprises appartenant à des établissements ou institutions qui ne travaillent pas pour le consommateur, les occupations industrielles qui se confondent avec l’exercice d’un commerce et les industries qui peuvent être considérées comme le prolongement de l’industrie agricole.

1910 : le bilan d’un siècle de croissance

  • 12 Armand Hubert, Exposé des motifs accompagnant le projet de loi sur le recensement de l’industrie e (...)
  • 13 Le recensement de 1896 répartissait déjà les ouvriers selon leur commune de domicile ou de travail (...)

12En 1910, Armand Hubert, ministre de l’Industrie et du Travail, estime que le temps est venu de renouveler les statistiques de l’industrie belge. La situation économique a changé, la question des classes moyennes apparaît, le chômage menace, le problème des retraites ouvrières exige une documentation abondante et adaptée à la conjoncture12. Il convient dès lors d’étendre le dénombrement du commerce et, en même temps, de procéder à un recensement des personnes, et non des entreprises. Les classes n’englobent pas seulement les artisans, mais aussi de nombreux détaillants que seul le recensement peut atteindre. En outre, les employés font aussi bien partie du commerce que du monde industriel. Autre exigence du recensement : la simple répartition professionnelle des travailleurs, telle qu’elle est effectuée dans les dénombrements purement professionnels, est insuffisante. Il convient aussi d’étudier leur répartition en fonction des localités où ils exercent leur emploi. Ainsi, pour la première fois, des renseignements quantitatifs ont été recueillis dans toutes les communes belges concernant un phénomène qui prend de l’ampleur au tout début du XXe siècle : les migrations alternantes des travailleurs13.

  • 14 RIC, 1910, p. XIV et XV.

13La date du nouveau recensement n’est pas choisie au hasard. En pareille matière, d’une part, la régularité des investigations constitue un avantage à ne pas négliger, ainsi qu’on le constate dans plusieurs États. C’est aussi le cas en Belgique où la législation reconnaît la haute qualité d’un recensement périodique en ce qui concerne la population et l’agriculture. D’autre part, la simultanéité de ce recensement avec celui de la population présente trois catégories d’avantages : une plus grande exactitude du relevé statistique, un moindre dérangement pour les recensés et une réduction des dépenses14. Le souhait du ministre de l’Industrie et du Travail est d’effectuer tous les dix ans, conjointement avec le recensement général de la population, un recensement de l’industrie et du commerce. Une commission spéciale approuve ce projet. La loi est sanctionnée et promulguée par le Roi, le 14 décembre 1910.

14À l’instar de celui de 1896, le recensement de 1910 fait l’objet d’une révision attentive effectuée par l’Office du travail. Les deux millions cent mille bulletins sont examinés un à un. Les erreurs constatées sont de plusieurs ordres. Les erreurs par extension du principe consistent à faire remplir des bulletins par des catégories de personnes non comprises dans le recensement. Ce type d’erreur provient tantôt de personnes isolées, travailleurs recensés ou agents recenseurs, tantôt d’administrations communales qui ont donné une interprétation trop large aux catégories recensées. Les auxiliaires familiaux (« aidants »), n’ayant pas été recensés de manière uniforme, ont par conséquent dû être écartés. Par ailleurs, une série d’omissions ont été révélées par l’opération de révision. Ainsi, certaines communes n’ont pas tenu compte du fait que la base du relevé est la commune de l’habitation, et non pas celle du travail. Elles n’ont dès lors distribué de bulletins qu’aux ouvriers habitant la commune et y travaillant. D’autres omissions sont encore à relever, notamment en ce qui concerne les ouvriers travaillant hors du pays. Des erreurs se sont aussi glissées dans le classement des recensés par catégories économiques (patrons d’entreprises industrielles, patrons d’entreprises commerciales, ouvriers occupés dans un atelier, employés, ouvriers à domicile, ouvriers travaillant pour le compte d’un autre ouvrier), ainsi que dans la déclaration des professions principales et accessoires et de la spécialisation professionnelle.

  • 15 RIC, 1910, p. LXI-LXXIII.

15Il est très difficile de se faire une idée complète du rendement des opérations de la révision parce que beaucoup d’erreurs ont été redressées au cours du travail par les agents de l’administration centrale et qu’il n’a pas été tenu de comptabilité sur ce point. La révision a abouti à corriger bon nombre d’erreurs matérielles sans que les administrations communales aient eu à intervenir. On a en revanche gardé trace des renvois de bulletins pour corrections aux administrations communales. Ils sont au nombre de 383 094. Par ailleurs, 95 537 bulletins ont dû être supprimés pour cause de doubles emplois ou d’erreurs dues à une interprétation trop large des catégories du recensement15.

  • 16 Jean Fourastié, Migrations professionnelles, INED, 1957, cité par Benoît Verhaegen, Contribution ( (...)

16L’incompétence de certains agents recenseurs, l’ignorance d’une bonne partie des personnes recensées et la crainte des patrons de voir leurs impôts augmenter figurent aussi parmi les obstacles auxquels s’est heurtée l’organisation du recensement de 1910. De nombreuses erreurs ont cependant été corrigées, si bien que Jean Fourastié le considère comme la première statistique professionnelle valable en Belgique16.

17Outre celui de la fiabilité, ce recensement a surtout le mérite de fournir un maximum de renseignements sur la vie économique belge en ce début du XXe siècle. Les données recueillies se partagent en trois catégories :

  1. le nombre, le sexe, l’état civil, le lieu et l’année de naissance des chefs d’entreprise, des employés et des ouvriers exerçant une profession industrielle ou commerciale, y compris les chômeurs ;
  2. la nature, le nombre, la répartition géographique des entreprises industrielles (industries et métiers) et des entreprises commerciales existant en Belgique au 31 décembre 1910, l’état d’activité ou de chômage de ces entreprises ;
  3. la physionomie des entreprises concernées, notamment le nombre des employés et des ouvriers occupés à leur siège et au dehors et le nombre de chevaux-vapeur utilisés17.
  • 18 RIC, 1910, Méthode de recensement, op. cit., p. 195-198.

18Les modifications de méthode les plus importantes apportées par le recensement de 1910 portent sur la nomenclature des professions : « Les indications sont plus nombreuses et on a fait des distinctions nouvelles correspondant mieux à la réalité »18. Malgré ses qualités, le recensement de 1910 n’a guère été interprété par les contemporains. Publié de 1913 à 1921, il est aussitôt éclipsé par le premier conflit mondial. Il n’en reste pas moins du plus grand intérêt pour les historiens.

Un recensement industriel qui comptabilise les migrations pendulaires

  • 19 D’une mosaïque de campagnes immobiles, elles ont créé un espace plus mouvant où se juxtaposent et (...)

19Dernier recensement avant la Première Guerre mondiale qui marque le début d’une ère nouvelle, le relevé de 1910 représente aussi le bilan d’un siècle de croissance industrielle. C’est à cette époque que la puissance économique wallonne atteint son sommet, même si des phénomènes économiques lourds de conséquences sociales apparaissent tels le chômage et les pensions. L’étude des migrations pendulaires permise par le recensement est aussi d’un intérêt incontestable. Les échanges villes-campagnes sont à la fois plus fréquents et plus variés que ne le donnent à penser les migrations définitives. Les navettes réduisent la dualité qui, à l’origine, opposait les faubourgs industrialisés aux campagnes demeurées agricoles. En diffusant en dehors des villes et des banlieues de nouveaux modes de vie et mentalités, elles constituent un préalable décisif au processus de « rurbanisation »19. Or, le recensement de 1910 est la première source qui autorise une analyse quantitative complète de ces mouvements pendulaires, à la fois à l’échelon communale et pour l’ensemble du pays.

20Les informations relatives aux migrations sont rassemblées dans le cadre IV du recensement, sous l’intitulé : « Employés et ouvriers allant travailler dans une commune autre que celle où ils habitent ». Toutefois, si ces tableaux présentent de multiples qualités, il ne faudrait pas en conclure qu’ils sont exempts de critiques. On peut ranger en 6 catégories celles qui concernent directement ou indirectement l’étude des mouvements pendulaires :

La définition du migrant alternant

  • 20 J.P. Grimeau, « Les mouvements de main-d’œuvre et la dimension des communes en Belgique », Bulleti (...)

21Pour être considéré comme migrant, le critère à satisfaire est le franchissement d’une limite communale. Ce critère prévaut parce qu’il est facile à identifier. Il offre un intérêt pratique pour peu que l’on considère l’impact de ces déplacements sur les finances publiques communales20. Il présente cependant plusieurs inconvénients. D’abord, la probabilité de quitter une commune pour aller travailler dans une autre est influencée par la forme et la taille de la commune de domicile. C’est ainsi que, pour un même trajet moyen, la proportion de migrants sera d’autant plus élevée que la superficie communale est restreinte et sa forme éloignée du cercle. Or la taille des communes varie considérablement à l’intérieur de l’État belge, et même à l’intérieur des Provinces. Dans les régions de peuplement ancien comme la Hesbaye, les superficies communales restent inférieures à 500 ha ; dans les régions peuplées au Moyen Age comme le pays de Herve, ou comportant de vastes massifs forestiers, les superficies atteignent 1 000 à 2 000 hectares. Vouloir pondérer les contingents de migrants en fonction de la superficie communale et d’un indicateur de forme aboutirait à une complication infinie, sans pour autant résoudre entièrement le problème, car une troisième variable intervient : la répartition de la population à l’intérieur de la commune. Pour un même trajet moyen, une même forme et une même superficie communale, la proportion de migrants alternants est d’autant plus réduite que la population est rassemblée au centre de la commune. Il existe assurément un problème de définition. C’est ainsi qu’un travailleur peut accomplir un déplacement relativement long à l’intérieur d’une même entité communale sans être considéré comme migrant. Par contre, il suffit à un autre travailleur résidant dans une rue qui sert de limite communale de traverser celle-ci pour être assimilé à un migrant. Pour pallier cet inconvénient, les recensements plus récents ont adopté une autre dimension : au lieu de donner seulement, pour tous les travailleurs, le nom de la commune où ils travaillent, ils indiquent aussi la durée du déplacement vers le lieu de travail. Remarquons que ce critère n’est pas parfait non plus. D’une part, l’évaluation de la durée est laissée à l’appréciation du chef de ménage qui fait la déclaration lors du recensement. D’autre part, cette durée est fonction du moyen de transport emprunté. Le critère de la distance-temps serait plus approprié. De toute manière, l’arbitraire subsiste, puisqu’un seuil doit être fixé pour qu’un travailleur soit considéré comme migrant.

L’omission des patrons et chefs d’entreprise

  • 21 « L’établissement qu’ils dirigent n’intéressant pas le pays sauf s’ils possèdent en Belgique un bu (...)

22En 1910, le recensement des migrations ne concerne que les ouvriers et les employés. Ce cadre ne fait donc aucune mention des patrons et des chefs d’entreprise sans ouvriers21. Ceux-ci sont toujours recensés dans la commune de leur résidence, et non au siège de l’entreprise. A fortiori, fonctionnaires, militaires, domestiques, colporteurs, étudiants et pensionnaires n’entrent pas en ligne de compte.

L’omission des étrangers qui viennent travailler en Belgique

23Les ouvriers et les employés ayant en Belgique leur domicile légal et travaillant à l’étranger ont été recensés, tandis que les frontaliers et autres résidents à l’étranger qui travaillent en Belgique ne le sont pas.

Les lourdes conséquences de quelques imprécisions

24Dans la partie du recensement relative aux migrations, les communes qui attirent moins de 10 individus d’une même commune de résidence sont regroupées sous la rubrique « Autres communes » ou « Diverses communes ». Ce n’est que dans l’effectif total de cette rubrique que le secteur d’activité est spécifié. S’il y a moyen de déterminer quelles sont les communes d’attraction et de répulsion et de reconstituer les contingents migratoires, il n’est toujours pas possible de préciser les caractéristiques des migrants et les activités que recouvrent ces mouvements pendulaires. Paradoxalement, toutes ces précisions sont fournies quand on s’intéresse aux migrations vers l’étranger, et cela malgré la faible proportion des personnes concernées. Regrettons le fait que, dans ce dernier cas, seul le nom du pays étranger est fourni, les communes de destination restant totalement inconnues.

25Une imprécision du même ordre affecte les données d’une autre partie du recensement. Les cadres IA, IIA et V donnent, pour chaque type d’industrie ou de commerce, le personnel et les communes où on trouve des navetteurs. Or, lorsqu’une localité compte moins de 10 personnes exerçant leur profession dans le type d’industrie ou de commerce considéré, son nom n’est pas repris dans le recensement qui réunit, sous la dénomination « Autres communes » ou « Diverses communes », les résultats concernant de telles localités. Il en résulte qu’il n’est pas possible de connaître avec précision le nombre et le type d’emplois par commune de travail. Les statistiques de l’activité par commune, calculables à partir des cadres IA1, IIA et V, ne peuvent donc être considérées que comme des évaluations minimales des personnes travaillant dans la commune considérée. La sous-évaluation est particulièrement grave en ce qui concerne les communes pour lesquels 46,66 % du personnel seulement sont répartis par commune. Dans l’industrie, cette proportion atteint 92,43 %. Cet écart s’explique par la différence de concentration spatiale des deux types d’activité. Le nombre d’emplois par commune peut cependant être obtenu indirectement à partir du recensement des migrations qui donne le nombre de personnes venant travailler dans une commune. En y ajoutant la population active occupée sur place, on le calcule à partir de la population active résidente dont on retranche les émigrants. On obtient ainsi la population active employée dans l’industrie et dans les serices par commune. Il est malheureusement impossible de connaître le nombre d’emplois de chaque type, ou même de faire la distinction entre emplois commerciaux et industriels, puisque le cas des communes qui attirent moins de 10 personnes d’une même commune de résidence n’est pas pris en compte. Cette incursion dans un domaine autre que celui qui nous préoccupe ici (les mouvements pendulaires) se justifie par le fait que l’explication du volume des migrations s’appuie en partie sur l’emploi par commune de travail.

Quelques erreurs…

26Compte tenu de la masse de données publiées, il est inévitable que des erreurs s’y glissent. De totalisation d’abord ou, en tout cas, repérables à travers les totaux. Plus grave peut-être : des erreurs dans les index qui, dans le recensement industriel, permettent de retrouver directement les pages concernant telle ou telle commune, sans devoir passer en revue toutes les activités. Plus déroutant enfin, la situation des transports qui figurent aux côtés des professions commerciales dans l’« Exposé des méthodes » et qui, dans les différents tableaux, sont pourtant repris dans les activités ressortant du secteur secondaire.

L’omission du secteur agricole

27Les quelques imprécisions qui viennent d’être passées en revue n’empêchent pas une analyse relativement précise des migrations alternantes des travailleurs. Elles autoriseraient même une analyse globale du sujet s’il ne manquait un secteur d’activité dans le recensement : l’agriculture n’est pas prise en compte. On ne peut que le regretter, même si sa part dans le total des emplois est en nette régression depuis la révolution industrielle. Un recensement de l’agriculture nous aurait en outre permis de connaître avec précision la population active des communes en 1910, une donnée souvent cherchée, jamais disponible.

De 1846 à 1910 : une statistique industrielle de mieux en mieux répertoriée

28On trouve, dans les introductions des recensements, des éléments sommaires de critique sur la valeur des données recueillies. Ces appréciations émanent souvent des membres de la Commission centrale de statistique. Elles s’amenuisent cependant au fil des ans. Au XXe siècle, aucune remarque critique n’est plus formulée sur la validité des divers recensements.

29Pour connaître la réalité révélée par les chiffres publiés, il faut respecter les modifications apportées dans la conception et l’exécution de chaque recensement. Il convient ensuite de vérifier si, au fil des années, l’intitulé correspond toujours à un même contenu. Ces efforts ne sont pas vains car, d’un relevé à l’autre, des variations existent, capables de modifier une série. Seule une étude minutieuse de tout le contexte administratif présent lors de chaque recensement (instructions, arrêtés royaux d’exécution, rapports de la Commission centrale de statistique…) permet de déceler l’évolution de chaque variable et de son contenu.

30L’activité économique en Belgique s’est profondément modifiée en un siècle. Il en va de même pour le cadre dans lequel les relevés ont été effectués. Les nomenclatures des industries se sont adaptées : il y a eu des disparitions, des regroupements et de nouveaux intitulés. On ne peut comparer les recensements entre eux sans se référer à un schéma commun. Seul l’établissement préalable d’un cadre où chacun des relevés peut s’insérer permet une comparaison et une ébauche d’évolution.

  • 22 RIC, 1910, p. XVI.

31L’historien s’intéressant à l’étude de la structure industrielle utilisera de préférence les recensements industriels et agricoles plutôt que les recensements professionnels inclus dans ceux de la population. En effet, dans ce dernier cas, les professions sont relevées la plupart du temps pour des entités spatiales trop vastes. En 1846, un relevé est publié pour les villes de plus de 10 000 habitants. En 1856, les professions sont données pour les provinces seulement. En 1890, seuls sont repris les arrondissements. Inutile dans ce cas de chercher les chiffres se rapportant à une commune déterminée. Un autre argument est plus péremptoire : dans les recensements de la population, les travailleurs sont recensés à leur domicile, et non à leur lieu de travail. Dès lors, si on tient compte des migrations alternantes, la répartition professionnelle d’une province – a fortiori d’une commune – peut ne pas refléter du tout la structure de son activité économique. Les responsables des relevés s’en sont rendus compte, puisqu’ils ont tenu à mettre en garde les utilisateurs de ces données. « Les ouvriers de l’industrie ou du commerce ne doivent pas être envisagés uniquement selon leur domicile d’habitation, mais aussi selon les localités où ils travaillent »22. Bien que tous ces désavantages aient été soulignés à diverses reprises, les recensements professionnels continuent à être souvent les seuls utilisés pour des recherches nécessitant le recours à des données relatives à l’emploi.

Les sources nominatives. Les professions

Richesse ou pléthore documentaire ?

32Datant de 1846, le registre de population fait ou devrait faire la fortune de la démographie historique belge. À l’occasion du recensement général, chaque commune est en effet tenue de dresser la liste nominative de chacun de ses habitants. Les bulletins de recensements sont transcrits dans de volumineux in-folio où sont consignés, rue après rue, maison après maison, ménage après ménage, individu par individu, les patronymes, prénoms, âges, puis dates, lieux de naissance, professions et/ou statut social.

  • 23 Même les déménagements sont inscrits et datés ainsi que les modifications qu’ils entraînent dans l (...)

33L’originalité et la richesse du document tiennent au fait qu’il combine les éléments statistiques et dynamiques, la photographie et le cinéma en quelque sorte. L’état de la population au moment du recensement est complété par son mouvement durant la décennie intercensitaire où sont enregistrées les entrées (naissances, immigrations) et les sorties (décès et départs)23.

34Les registres de population se prêtent à toutes les analyses transversales pratiquées depuis longtemps : structures démographiques (pyramides des âges, états matrimoniaux, excédents féminins) et économiques (actifs/non-actifs, distribution de la main-d’œuvre selon les secteurs de production). Ils permettent cependant d’aller au-delà et, ce faisant, ils se révèlent comme la source indispensable pour des recherches axées sur la mesure du processus de croissance. Comment appréhender en effet celle-ci sans connaître les flux migratoires, l’aire de recrutement des ouvrier(e)s, l’attraction exercée par la capitale ? Comment percevoir les principaux courants de la mobilité sociale sans recourir à l’analyse longitudinale ? Le brassage de la population, les différences intergénérationnelles se manifestent déjà à travers une période intercensitaire, mais c’est surtout par le couplage de données extraites de registres décennaux qu’un progrès décisif est accompli. Passant d’une typologie à une dynamique, on reconstitue, à partir de trajectoires individuelles, le life course des ménages aux prises avec leur environnement économique et soumis aux effets de la mobilité sociale.

35De tels registres sont les meilleurs garants de l’aboutissement de ces recherches. Ce ne sont pourtant pas les seules sources possibles. L’état civil est intégralement conservé dans la plupart des 392 communes de la province de Liège et l’on peut en dire autant du Cadastre et de l’Enregistrement (où sont consignées les successions). En revanche, les listes d’électeurs censitaires, qui détaillent le montant des cotes fiscales, et les revues de conscrits sont déjà plus rares, tandis que les listes d’indigents qui émargent à l’Assistance publique, les listes d’écoliers ou de malades hospitalisés restent exceptionnelles.

  • 24 Suzy Pasleau, Legia II. La gestion automatique des données en histoire, Liège, 1987.

36Exploiter de tels fonds documentaires impose de maîtriser l’abondance. Nous avons été amenés à concevoir un traitement informatique global, associant saisie des informations et critique des documents, exploitation statistique et couplage des données nominatives, analyses transversales et longitudinales24.

Les professions. Un problème, de multiples solutions

  • 25 Paul-André Rosental, « Topographie de la démographie historique française », Annales de démographi (...)
  • 26 Dans un livre déjà ancien mais toujours original, Harold Perkin analyse la manière dont nos sociét (...)

37La question des relations entre croissance économique et mouvements de la population est ancienne. Au XIXe siècle, la répartition professionnelle fait figure de lien privilégié entre les deux phénomènes. La division du travail apparaît comme la manifestation du progrès économique qui procède à une nouvelle allocation des tâches25. Les statistiques, tout comme les autres sources familières à l’historien démographe – recensements, actes d’état civil, registres de population, listes d’électeurs, etc. – abondent en mentions professionnelles. Celles-ci attestent du rôle croissant joué par le métier dans le statut social de l’individu et, au-delà, de la place de l’économie dans l’organisation sociale26.

  • 27 Étienne Hélin a dressé un bilan des travaux consacrés aux classements socioprofessionnels jusqu’en (...)
  • 28 Claude Desama, « Informatique et histoire. Le codage des professions et des provenances », Revue I (...)
  • 29 Suzy Pasleau, Legia II (…), op. cit, p. 77-79.
  • 30 Id, Historical Data Bases as a Field for Structured Query Language. Générateur de programmes desti (...)
  • 31 Java est le nom de marque d’une technique développée par Sun Microsystems : la « technologie Java™(...)

38Les codes socioprofessionnels facilitent la mesure de cette évolution dont la dynamique n’est pas assez perçue à long terme. À première vue, ils s’apparentent aux nomenclatures anciennes, car ils ont à peu près les mêmes fonctions de classification et de rassemblement hiérarchisé par groupes, branches et secteurs. Informatique aidant, on a découvert que les transcriptions numériques ont la vertu d’accélérer les opérations de tri et de comptage. Lors du traitement des listes nominatives liégeoises en l’an IX et des recensements verviétois de 1800 à 1846, Étienne Hélin et Claude Desama ont dégagé quelques principes et posé des exigences27. Quant à l’opération du codage proprement dite, elle a été automatisée par le recours à un thesaurus et aux possibilités des fichiers de type indexé séquentiel28. Nous avons développé des applications similaires sur micro-ordinateur, d’abord en recourant à une programmation en Basic29, puis à différents systèmes de gestion de bases de données (SGBD) fondés sur le langage SQL (Structured Query Language),30 et actuellement transposés en Java31.

  • 32 Étienne Hélin, « Profession et statut social », Démographie historique, Rouen-Montréal, 1979, p. 1 (...)

39Le codage réalise une normalisation, puisqu’un même numéro d’identification est attribué à toutes les variantes d’une mention professionnelle, quelle que soit l’origine de ces écarts (erreurs d’encodage résiduelles, orthographe défectueuse, accord selon le sexe, etc). Cette opération comporte aussi un aspect critique, puisque toutes les mentions absentes du thesaurus sont soumises à l’examen du chercheur avant d’y être intégrées32.

  • 33 Ibidem, p. 191-192.

40Contrairement au code des lieux, qui n’est rien de plus qu’une clef d’accès, celui des professions présente un aspect opérationnel. Comme tel, il constitue un outil d’analyse, à condition de « traduire fidèlement le document (…), de faciliter les comparaisons dans toutes les directions (…), de préparer des regroupements, de remédier aux caprices des nomenclatures anciennes, sans devoir, en présence de chaque cas particulier, répéter de longues explications »33. C’est en gardant ces exigences présentes à l’esprit que se pose l’alternative traditionnelle : faut-il utiliser un code existant, quitte à l’adapter, ou en ajouter un de plus à une collection déjà importante ?

  • 34 Suzy Pasleau, Industries et populations (…), op. cit.

41Après bien des hésitations, nous pensons qu’il faut opter pour la seconde solution, en s’inspirant toutefois du code élaboré par Étienne Hélin et Claude Desama. Un tel choix privilégie le souci de reproduction fidèle d’une source et d’un contexte économique donné. À titre d’exemple, développons le cas des registres de population sérésiens dans la seconde moitié du XIXe siècle que nous avons étudiés34.

Un codage socioprofessionnel sur mesure

  • 35 BIT, Classification internationale type des professions, Genève, 1949, p. 7-8. Les italiques sont (...)

42Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, les registres de population de Seraing mentionnent régulièrement la « profession ou condition » ; ce terme est, en fin de compte, vague et souvent ambigu. Il n’est donc pas inutile de reprendre les définitions élaborées au terme d’une longue recherche par le Bureau international du travail (BIT). « Par profession, il faut entendre le métier, l’activité professionnelle ou le genre de travail exercé par l’individu, quelle que soit la branche de l’activité économique dont il fait partie (…). La profession d’un individu est le genre de travail qu’il effectue, alors que son industrie est déterminée par le genre de produits que fabrique son employeur ou le genre de services que fournit ce dernier »35.

  • 36 Cette négligence est déjà notée pour 1846 par Éliane Gubin et Anne Van Neck, « La répartition prof (...)
  • 37 BIT, op. cit., p. 27-28. Le BIT appelle position ce que tout le monde appelle aujourd’hui statut.

43Dans l’ensemble, les registres exploités satisfont à cette exigence. La demande adressée et réitérée aux agents recenseurs, afin qu’ils spécifient le genre d’industrie ou de commerce, reste cependant lettre morte36. Pour les statisticiens du BIT, la mention professionnelle doit être de plus dissociée de la position dans l’entreprise : ouvrier, contremaître, employé, chef de bureau, directeur, propriétaire, etc37. Ces désignations sont fréquentes et risquent d’introduire une confusion puisque toute répartition ne peut se fonder sur un critère cohérent et unique.

  • 38 Sur ce point, voir Harold Perkin, op. cit., p. 60-72.
  • 39 Nous nous contentons de renvoyer à Ben Serge Chlepner, Cent ans d’histoire sociale en Belgique, Br (...)
  • 40 Ici encore, la littérature est pléthorique et nous ne renvoyons qu’à un seul auteur : André Cordew (...)
  • 41 Michel Oris, « Choléra et hygiène publique en Belgique. Les réactions d’un système social face à u (...)
  • 42 Cf. Benoît Verhaegen, Contribution (…), op. cit., t. 2, p. 25-28 ; Éliane Gubin et Anne Van Neck, (...)
  • 43 Benoît Verhaegen, Contribution (…), op. cit., p. 25. Voir aussi le relevé professionnel sommaire é (...)

44Ce flou est cependant la rançon de la richesse documentaire croissante. Multiplication des variables quantifiables et révélation de la signification des caractères qualitatifs vont de pair tout au long de la seconde moitié du XIXe siècle. Encore faut-il s’accorder sur ce que l’on entend par signification, avant d’invoquer des « qualités » génératrices de malentendus et de « critiques » en porte-à-faux. La profession revêt un rôle croissant après l’abolition des ordres privilégiés en tant que déterminant social, et subsidiairement en tant qu’indicateur économique38. La Révolution française a supprimé les cadres juridiques de l’Ancien Régime et la Constitution belge de 1830 a proclamé une égalité de droit qui mettra du temps à entrer dans les mœurs. Les timidités initiales au sein de la législation sociale39, le système électoral censitaire40 ou les attitudes face aux épidémies, puis en matière d’hygiène41 sont autant de témoins des failles qui subsistent entre les principes et les réalités quotidiennes. Ils évoquent une société hiérarchisée en quête de repères et le métier devient l’un de ceux-ci. Il est significatif que les scientifiques et les fonctionnaires qui ont conçu le recensement de 1846 – prototype de tous les autres – aient passé sous silence, voire nié le chômage, l’emprisonnement, le service militaire, en décidant que chaque chef de ménage serait pourvu d’une « condition ou profession ». En lui-même, un tel amalgame est ambigu42. Les distinctions sociales se manifestent à travers une nomenclature professionnelle où la division majeure sépare les métiers manuels des professions libérales43.

  • 44 Benoît Verhaegen, Contribution (…), op. cit., t. 2, p. 4-6, 81-84, 137-143 et 195-198. L’auteur ex (...)

45Le souci d’identification est contrarié par la nécessité de simplifier. Les activités mixtes et/ou saisonnières sont ignorées. Commerce et industrie sont dissociés artificiellement sans qu’une place soit faite aux artisans-producteurs-réparateurs-vendeurs. Ceux qui exercent plusieurs professions ne doivent indiquer que la plus rémunératrice ou la plus imposée. Quant au relevé économique proprement dit, il incombe aux recensements particuliers de l’agriculture et de l’industrie. Une telle séparation des tâches persistera tout au long du XIXe siècle, même si les activités mixtes et l’apport de main-d’œuvre de l’aide familiale sont de mieux en mieux pris en compte44.

  • 45 Pour plus de détails, notamment sur les publications, cf. Denise De Weerdt, Bibliographie rétrospe (...)
  • 46 Sur ces liens, un aperçu dans Suzy Pasleau, « Les migrations alternantes : facteur de cohésion ou (...)
  • 47 Idem, ainsi que J. Van Molle, « La politique agricole des catholiques belges avant la Première guer (...)

46La chronologie des perfectionnements introduits dans les recensements est instructive. Le mouvement s’amorce à partir de 1866 et s’affirme particulièrement entre 1896 et 191045. Même si tous les résultats ne sont pas à la hauteur des espérances, des enquêtes sont menées sur le chômage, les migrations alternantes, la « petite bourgeoisie », etc. D’éminents sociologues, comme Emile Waxweiller ou Ernest Mahaim, font pénétrer les exigences scientifiques au sein d’une Commission centrale de statistique trop dépendante du gouvernement catholique homogène46. Celui-ci a fini par renoncer partiellement à l’une des dernières discriminations institutionnalisées : le suffrage censitaire qui définissait, jusqu’en 1893, une « nation légale » réduite à une ploutocratie. Cette émancipation politique, de même d’ailleurs que les mouvements qui sont à son origine, sont porteurs de préoccupations statistiques, elles aussi novatrices47. Elles contribuent à faire, de la statistique des professions et des mentions inscrites dans les registres de population, de meilleurs témoins économiques.

  • 48 Le cas verviétois a été étudié en détail. Voir Pierre Lebrun et al., Essai sur la révolution indus (...)
  • 49 La variable qu’est le coût de l’espace urbain a été avancée et a fait l’objet d’un premier examen (...)
  • 50 Quelques incidences des transpositions, non seulement chronologiques ou spatiales, mais aussi ling (...)

47De toute manière, la fonction d’identificateur social qu’assume la profession est tributaire du contexte économique autant que politique. La révolution industrielle entraîne dans son sillage une spécialisation des activités de production qui, globalement, va de pair avec une précision accrue des désignations48. Elle s’accompagne aussi d’une urbanisation, qui aboutit à une organisation de l’espace plus complexe, et donc plus coûteuse, que celle du monde rural. Elle impose la mise en place d’une infrastructure administrative, vicinale et hygiénique dense. Celle-ci, à son tour, accentue la division des tâches professionnelles et réduit d’autant ce qui pouvait susciter de l’autarcie locale et familiale49, rendant indispensable le recours aux services au sens large. Dans ce domaine, comme dans celui de l’industrie, la production de masse induit une spécialisation qui, inévitablement, finit par se traduire dans le champ sémantique50.

  • 51 Entre autres, cf. l’analyse de Pierre Lebrun, op. cit., p. 637 et suivantes. Bien sûr, il ne s’agi (...)

48Tout au long du XIXe siècle, la profession apparaît comme un caractère de mieux en mieux cerné et de plus en plus discriminant. Il s’accommode en outre des grandes valeurs idéalisées par une société que, faute de mieux, l’on qualifiera de « bourgeoise ». Les ordres y sont abolis, le mérite l’emporte sur la fortune héritée, travail et qualités morales sont les ressorts dynamiques de la réussite individuelle51.

  • 52 Constat bien connu posé par les différents auteurs déjà cités. Il amène d’ailleurs De Branbander à (...)
  • 53 Voir Nicole Haesenne-Peremans, La pauvreté dans la région liégeoise à l’aube de la révolution indu (...)
  • 54 Qui plus est, l’hypothèse selon laquelle les ouvriers âgés ne chercheraient pas ou guère de travai (...)

49Sur la base de ces réflexions initiales, trois constats se dégagent. La population active, telle que nous pouvons la saisir et l’étudier, se situe à mi-chemin entre celle qui est potentielle et celle qui est réellement active. L’exercice effectif du métier nous échappe, et surtout son statut en rapport avec l’âge, les prestations horaires ou les niveaux de salaires52. Par définition, tous les chômeurs sont demandeurs d’emploi. Dans une société sans sécurité sociale et sévère à l’égard de l’indigent vigoureux53, un tel postulat vaut globalement pour les âges jeunes et médians. Mais ne devient-il pas contestable au sommet de la pyramide, surtout là où les effectifs des vieillards sont faibles et où le bas niveau des activités ne se prête pas à des diagnostics tranchés54 ?

  • 55 À partir de 1896, la Revue du Travail publie les rapports mensuels – très instructifs – de ces cor (...)
  • 56 Éliane Gubin et Anne Van Neck, op. cit., p. 300-301, 329-336. Même réaction chez PMM. Klep, op. ci (...)
  • 57 Benoît Verhaegen, Contribution (…), op. cit., p. 10-39, que rejoint Christian Vandermotten, « Tend (...)

50La pluriactivité, qu’elle se traduise en cumul ou en séquence de métiers saisonniers, est réfractaire à une analyse des professions telles qu’elles sont consignées dans les registres de population. La date du recensement, 15 octobre ou 31 décembre, et la déclaration de l’activité du moment, sous-estiment systématiquement les effectifs des métiers du bâtiment. Apparemment, elles surestiment ceux de l’extraction charbonnière55. En dépit de l’instruction qui demandait, en 1846 du moins, que seule soit retenue la profession principale, des doubles inscriptions figurent dans les registres. Un traitement distinct est inutile, car la structure professionnelle n’en est pas affectée. À ce stade, un retour aux définitions de base apparaît opportun. Structures économiques de l’emploi et répartition de la population par professions sont deux réalités qui ne se recouvrent pas. La distinction semble aller de soi, et pourtant la confusion est fréquente. Éliane Gubin et Anne Van Neck peuvent qualifier de « piège statistique » la répartition professionnelle opérée par le recensement de 1846 dans la mesure où elles veulent obtenir à tout prix une classique répartition ternaire : primaire, secondaire, tertiaire56. Or, comme l’avait déjà remarqué Benoît Verhaegen, la typologie de Colin Clark cherche à répartir la main-d’œuvre par grands secteurs, et non à regrouper par branches les professions57.

  • 58 De nombreux auteurs s’efforcent de savoir à quoi s’en tenir avec les journaliers : Pierre Lebrun, (...)

51Le charpentier de bâtiment appartient à l’économie traditionnelle, mais son semblable, qui travaille dans les galeries d’un charbonnage, appartient à la révolution industrielle. Que dire des mécaniciens, des chauffeurs, des électriciens qui sont, faute de précisions élémentaires, noyés dans la masse des ouvriers sérésiens ? Le cas des journaliers est plus important encore, en termes quantitatifs. Lors du classement des secteurs économiques, ils constituent fatalement un facteur de grave indétermination. Dans une analyse professionnelle, signifiants et signifiés se recouvrent adéquatement. Comme son nom l’indique, le journalier a une activité temporaire, variable et peu qualifiée58. Telle est la réalité qui en découle et son statut social en rend bien compte. Dans un système où la production est irrégulière et peu encadrée par une armature institutionnelle, le marché du travail est flou et mouvant. Pourquoi s’obstiner dès lors à figer ce qui ne l’est pas ?

52Le métier, en tant que témoignage d’activité, ne doit pas être sollicité et sa répartition doit rester dans les bornes d’un classement strictement professionnel. Il n’y a pas lieu de récuser d’avance toute possibilité de passer d’une statistique de la profession à une typologie économique, mais cette opportunité sera exploitée dans la phase d’interprétation, et non a priori lors du « formatage » des données. Tels sont les principes qui sont à la base du code utilisé.

Le code socioprofessionnel adapté aux sources sérésiennes (Annexe 1)

53Il comporte cinq positions numériques : les quatre premières sont affectées au métier et la cinquième au statut. La quatrième position détermine le niveau de discrimination le plus fin : en fait, il se réduit à une dénomination et à ses synonymes stricts. Le directeur et l’ouvrier de charbonnage auraient le même code si leur statut social ne les distinguait, en marquant leur différence de position dans l’entreprise. Le troisième chiffre distingue des sous-groupes, mais il est superflu dans des branches d’activités qui sont homogènes, telle la mine qui, à Seraing, ne désigne pas l’extraction charbonnière. Dans la métallurgie, une distinction entre « indéterminé », « sidérurgie, construction mécanique et autres métiers du fer » a été introduite à titre d’essai ; les résultats seuls montrent si les effectifs trop faibles commandent l’agrégation.

  • 59 Outre le travail de Verhaegen et les remarques de Christian Vandermotten, on se reportera bien sûr (...)

54Dans les différents groupes des services, le choix est plus clair. Kuznets a montré que ce que l’on qualifie communément de secteur « tertiaire », par référence aux typologies de Fisher, Clark ou Fourastié, constitue un ensemble résiduel, un « fourre-tout » peu cohérent. Des services publics et privés, des emplois indépendants et salariés, des individus isolés et des effectifs d’employés de plus en plus importants, tout cela se mêle et enlève au groupe sa signification, du moins en termes économiques. Après tout, c’est pour rendre compte de la croissance qu’initialement la typologie ternaire a été élaborée59.

  • 60 Étienne Hélin, « Les codes socioprofessionnels comme instruments d’analyse des populations antérie (...)

55Que l’on s’en écarte ou qu’on ne lui conserve que le rôle d’outil descriptif, il faut éviter les amalgames abusifs et, à cette fin, prévoir des niveaux d’agrégation inférieurs plus cohérents. Encore faut-il que le prédicat « profession » soit précis, ce qui est loin d’être toujours le cas. S’il est aisé de dissocier les activités commerciales et bancaires, il est impossible d’opérer une césure entre la domesticité et les soins corporels. À titre d’exemple, citons le cas des lavandières ou lingères et, de manière encore plus arbitraire, celui des coiffeurs ou barbiers, qui peuvent être rangés tantôt parmi les employés de maison, tantôt parmi les petits commerçants ou leurs aides. La distinction a beau être prévue dans les instructions aux recenseurs et reportée dans notre code, sa fiabilité est sujette à caution. Il en découle un agrégat un peu hétéroclite, et à ce titre contestable, qui existait déjà dans la classification proposée par Étienne Hélin60. C’est le moment d’appliquer un des principes de base : ne pas forcer l’interprétation de la profession. Il l’emporte sur la volonté de cohérence à tout prix inspirée par les directives de Kuznets.

56Un problème semblable apparaît lors de l’étape suivante, à savoir l’attribution de la deuxième position du code, qui assigne l’appartenance à l’un des groupes professionnels. Le critère de classement est le produit fabriqué ou le matériau extrait, ou encore le type de service rendu, une fois exclu de l’analyse le secteur professionnel des « indéterminés » qui pose des problèmes que l’on devine.

  • 61 BIT, op. cit., p. 27-28
  • 62 Quel que soit le statut (fonctionnaires des communes, des provinces ou de l’État, y compris les fo (...)
  • 63 Voir notamment G.L. De Brabander, “Het bouwen van een welvaartsstaat”, in L’industrie en Belgique (...)

57Notre critère de classement souffre une exception. La contradiction entre la nécessité d’être opératoire et celle de garder au code sa logique est inhérente à tout classement professionnel et les solutions ne sont pas évidentes61. C’est ce constat qui nous amène à créer les sous-groupes intitulés : loisirs ; professions libérales autres que médicales et d’enseignement ; soins médicaux ; clergé séculier et régulier ; enseignement ; services publics.62 Leur réunion au sein du groupe « professions libérales et fonctions d’encadrement » renvoie plutôt au problème posé par le flou relatif des mentions professionnelles. La place de plus en plus importante prise par l’État et les autorités locales sur le marché de l’emploi constitue, à n’en pas douter, l’une des questions les plus importantes de l’histoire de la population active63. Dans un cadre local et sur la seule base des registres de population, son étude devient impraticable. Ainsi, à Seraing par exemple, le fait que l’une des deux lignes de chemin de fer appartienne à la Compagnie du Nord empêche de répartir les cheminots entre secteur privé et public. La catégorie des enseignants donne lieu aux mêmes hésitations si l’on s’en tient à un critère fondé sur l’emploi par les communes, l’État ou d’autres pouvoirs organisateurs (cas des maîtres de piano, de chant, de langues, etc.).

  • 64 Malgré nos réticences à l’encontre de la théorie des trois secteurs, nous continuerons à utiliser (...)

58Une classification plus fonctionnelle que structurelle va court-circuiter ces difficultés en prenant comme fil conducteur l’encadrement des populations ouvrières comme facteur d’urbanisation et de tertiarisation64.

  • 65 Benoît Verhaegen, Contribution (…), op. cit., t. 1, p. 12-26 ; Éliane Gubin et Anne Van Neck, op. (...)

59Une analyse des secteurs professionnels est susceptible d’être interprétée dans cette optique. C’est au niveau de ces secteurs, désignés par le premier chiffre du code, que s’opèrent les agrégations les plus larges. Plusieurs auteurs assignent pour but à la codification d’ouvrir la voie à des comparaisons généralement fondées sur la répartition primaire – secondaire-tertiaire. Nous avons évoqué celle-ci à plusieurs reprises, et non sans réserve. Outre les critiques déjà formulées, le flou des définitions accentue la méfiance du chercheur. Clark néglige l’artisanat, puis le range explicitement dans le tertiaire. Emboîtant le pas aux statistiques officielles, Éliane Gubin et Anne Van Neck placent les mines dans le primaire, tandis que De Brabander, à juste titre, les range dans le secondaire65. Sans qu’il soit besoin de dramatiser ce contentieux portant sur une banale fluctuation de définition, la question reste posée. À quoi rimerait une comparaison entre structures professionnelles des communes wallonnes si un secteur aussi important que la mine est aussi diversement classé ?

  • 66 Cité par Benoît Verhaegen, Contribution (…), op. cit., t. 1, p. 23. En Belgique et dans le champ d (...)
  • 67 Ce qui ne signifie pas que les solutions dégagées ne puissent être transposées dans d’autres bassi (...)

60Colin Clark lui-même a fait un constat désabusé : « Chaque tentative de faire rentrer (to force) toutes les industries nationales dans des catégories ne produit au bout du compte rien de plus que des catégories, et non une vraie image du corps économique »66. C’est pourquoi nous sommes restés fidèle à notre parti pris initial de respect des documents de base, en définissant les secteurs en fonction de la problématique sérésienne67.

61Ces secteurs sont au nombre de sept, dont le premier est négligeable puisqu’il ne fait que tenir à l’écart les erreurs manifestes. Le deuxième englobe les inactifs et les cinq suivants distinguent différentes catégories d’actifs. Ayant déjà précisé la relativité de cette notion d’« activité », nous utiliserons désormais ce terme sans autre restriction. Les secteurs 4 à 7 recouvrent approximativement la classification impliquée dans le schéma tertiaire. Il était cependant opportun de créer deux zones de transition. D’une part, il existe un secteur « tertiaire et tertiaire industriel » groupant les professions qui peuvent appartenir à la fois aux services ou à l’industrie dans ses fonctions commerciales (garçon de bureau, chef de balance, magasiniers, etc.). D’autre part, il ne faut pas omettre le secteur « mixte », à la fois industriel et artisanal, séparé des professions industrielles proprement dites, soit la mine, la métallurgie et l’industrie du verre.

  • 68 L’idée est déjà ancienne. Elle est énoncée par Ben Serge Chlepner, op. cit., p. 139-140. On la ret (...)

62Il convient d’insister sur le fait qu’il ne s’agit pas de notions classiques, mais de concepts opératoires créés pour les besoins de cette étude. Les raisons en sont à la fois pratiques et théoriques. Si les fonctions de services (vente et parfois réparation) ne sont jamais absentes des activités de production, leur importance est très variable. C’est ce qui distingue un métier « industriel » d’un métier « commercial ». Que faire d’une couturière ou d’une modiste, d’un boulanger ou d’un charcutier ? Définir un secteur mixte constitue une solution provisoire, mais qui a le mérite d’être opérationnelle. C’est aussi ouvrir un chantier de recherches sur les bases sociales et économiques de la tertiarisation ; dans cette perspective, l’artisanat des XIXe et XXe siècles serait envisagé comme une phase transitoire entre les ateliers-échoppes de l’Ancien Régime et le commerce actuel68. C’est enfin traiter séparément les métiers qui, dans le bassin sérésien, sont directement impliqués dans la révolution industrielle : le charbon, le fer et le verre.

63Une telle catégorisation n’est pas exempte d’une marge d’approximation. De toute évidence, quelques armuriers, tel ou tel forgeron, ne sont pas des salariés de la grande industrie. Par ailleurs, dans la métallurgie, à côté de géants comme Cockerill, des entreprises de petites ou moyennes dimensions ont toujours existé et le statut de leurs travailleurs est moins tranché.

  • 69 Nous avons utilisé le Dictionnaire des professions ou guide pour le choix d’un état indiquant les (...)

64Le secteur 3 est dévolu aux professions indéterminées, quelle que soit la forme de cette indétermination. Le groupe 31 englobe les métiers qui, malgré de longues investigations dans les dictionnaires, n’ont pu être identifiés69. La désinence 32 désigne l’agrégat des journaliers et des manœuvres d’une part, des employés, directeurs et gérants d’autre part.

  • 70 BIT, op. cit., p. 27-28.

65Il va de soi que les positions 3 et 4 du code distinguent entre elles ces occupations qui, la plupart du temps, sont des statuts. De nos tableaux, émergent deux groupes : d’une part, les journaliers, manœuvres et, d’autre part, les employés, directeurs, etc. Les seconds ont indiqué leur position dans l’entreprise, et non leur métier, ce qui aujourd’hui encore est une source d’incertitude bien connue des recenseurs70.

  • 71 Benoît Verhaegen, Contribution (…), op. cit., t. 1, p. 24-25.

66L’origine de l’indétermination n’est cependant pas la seule raison de distinguer ces deux groupes, ce qui expose à des redondances avec le code des statuts. Au XIXe siècle, les journaliers procurent ses gros bataillons à « l’armée de réserve ». Le rythme de leur déclin en valeur relative sur le marché du travail est un indice approximatif mais précieux de la spécialisation des activités. Quant au second groupe, l’introduction dans les industries des progrès techniques et de l’organisation du travail va de pair, moins avec une croissance du secteur tertiaire au sens strict qu’avec une multiplication des professions « de service » (employés et cadres), tout au moins dans un premier temps71. Les employés, chefs de bureau, directeurs ou gérants seront, lors de l’analyse, réunis sous la rubrique « tertiaire et tertiaire industriel ».

67Le groupe 33 reprend des individus appartenant au secteur industriel dont le groupe professionnel est inconnu. Ces actifs développent souvent des activités de production qui sont à l’avant-garde du machinisme industriel : par exemple, les machinistes et les mécaniciens. D’autres occupations sont mal définies, mais elles ne peuvent relever que de quelques groupes donnés. C’est le cas des tailleurs qui ne se rencontrent que dans l’habillement, les verreries ou les carrières ; les graveurs, eux, ne travaillent que dans la métallurgie ou l’industrie du verre.

68Pour mémoire, signalons deux groupes (34 et 35) qui remplissent les mêmes fonctions que le groupe 33, mais à l’égard des professions industrielles et artisanales ainsi que des services. Seuls quelques individus sont repris : les cochers affectés à des entreprises de transport ou à la domesticité et les gardes, tantôt domestiques, tantôt relevant d’un service public.

69Il reste à mentionner le secteur « tertiaire et tertiaire industriel » qui comprend également une bonne part d’indéterminations. Il regroupe les employés, comptables, directeurs, gérants, etc.

  • 72 Éliane Gubin et Anne Van Neck, op. cit, p. 3 65.

70Éliane Gubin et Anne Van Neck ont naguère suggéré de recourir à la théorie des ensembles, vulgarisée par les mathématiques modernes72. Le procédé ne s’impose pas si l’on se borne à effectuer des totaux par secteurs, à l’exception toutefois du secteur « tertiaire et tertiaire industriel ». Quant aux journaliers et aux manœuvres, ils forment un noyau réfractaire aux classements, qu’il faut se résigner à maintenir dans l’indétermination.

  • 73 Dans le schéma de classement professionnel, c’est le secteur 6. « Autres professions industrielles (...)
  • 74 Méthode analogue à celle utilisée par Claude Desama pour l’étude des champs migratoires. Les struc (...)

71C’est à l’intérieur des secteurs industriel et « mixte »73 que la théorie des ensembles fournit un cadre conceptuel plus opératoire. Prenons par exemple la profession de tailleur ; trois groupes sont susceptibles d’être concernés : l’industrie du verre, le bâtiment et les matériaux de construction, l’habillement. Une première solution eût été d’adopter une répartition proportionnelle à un poids relatif des branches considérées. Il est évident qu’en raison des gros contingents d’ouvriers occupés dans le bâtiment et les matériaux de construction, les tailleurs de pierres s’en trouveraient surestimés. Dans le cas de Seraing, il est préférable d’extrapoler à partir des mentions complètes disponibles. Pour la dénomination « tailleur », ce seront respectivement les tailleurs sur verre, les tailleurs de pierres et les tailleurs d’habits74. D’autres métiers tels que graveur, modeleur, ou encore mouleur pourraient être redistribués de la même manière, a posteriori.

72Par contre, pour les statuts plus flous, comme ceux d’ouvrier d’usine ou de contremaître, la règle de leur répartition en fonction du poids relatif des groupes professionnels serait plutôt appliquée. Enfin, les machinistes et les mécaniciens peuvent être rattachés à la métallurgie, plus particulièrement à la construction mécanique. Ici, nous adoptons explicitement une hypothèse de travail qui risque d’aboutir à une légère surestimation.

73En raison des faibles effectifs des « indéterminés » (ils représentent, au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, moins de 5 % de la population sérésienne), la décision fut prise de ne pas procéder à une répartition interne et ainsi de conserver, dans chaque secteur professionnel, un groupe d’indéterminés.

Des codes adaptés et des logiciels fonctionnels

74À la différence des résultats agrégés dans les publications officielles, les sources nominatives requièrent un traitement des variables individuelles. Un tel traitement n’est pas seulement une avalanche de totaux. Il explore aussi d’autres réalités. A-t-on mis au point le bon code, le plus perfectionné, donc celui qui prévoit le plus grand nombre d’éventualités ? Là n’était pas l’ambition recherchée. Qu’il soit adapté aux sources sérésiennes représente son intérêt majeur. Par contre, la procédure de codage automatique reste identique, quel qu’en soit le thesaurus. Au départ de l’expérience des sources sérésiennes, nous avons abouti à la mise au point d’un module de codage à vocation universelle quelle que soit la source, et au départ de n’importe quel thesaurus.

  • 75 R. Obotela, op. cit., p. 145-150 ; Éliane Gubin et Anne Van Neck, op. cit., p. 269-365.
  • 76 Suzy Pasleau, Une population dans le développement économique. La formation d’un prolétariat indus (...)

75Ajoutons enfin que la confrontation des statistiques publiées avec celles issues d’un traitement manuel ou informatisé des sources nominatives – en particulier le registre de population – est une pratique courante. Elle ne s’interprète pas simplement pour autant, car aucun des relevés n’apparaît comme la référence sûre. En théorie, les fonctionnaires du XIXe siècle se sont fondés sur les bulletins de ménage collectés par les agents recenseurs. Les opérations de collecte, comptage, collation, transcription et édition sont chacune porteuses de risques d’erreurs75. La première influe aussi sur la qualité du registre, de même que sur la recopie des bulletins qui en est la base. À cela, se joignent les défaillances de l’historien qui doit tenter de distinguer la « photographie » du « film ». Il doit aussi assumer et contrôler les inévitables fautes au moment de l’encodage, ainsi que celles issues du document lui-même. Dès lors, si mesurer un écart est une tâche aisée, déterminer l’identité de la source coupable est souvent illusoire. Les analyses comparatives réalisées sur les sources sérésiennes plaident en faveur de la qualité des registres de population tout en illustrant la complexité d’une telle source76.

Conclusion : de nombreuses mesures pour une histoire unique

76Les recensements forment une source d’information précieuse qui permet de mieux connaître notre société. Depuis 1846, l’établissement du profil socio-économique du pays est réalisable par leur intermédiaire. Chaque recensement fournit une « photographie » de la population belge sur le plan démographique, géographique, socio-économique et culturel. C’est l’occasion de connaître la taille, la composition et les conditions de vie de la population.

77Les informations obtenues via un recensement peuvent être facilement croisées, de manière à aboutir à une connaissance de pans entiers de la vie économique et sociale des citoyens. Les recensements sont également un excellent outil pour analyser les évolutions de notre société. Puisque la continuité d’une série de données est assurée depuis 1846, des changements structurels et des changements à long terme peuvent être détachés et étudiés.

  • 77 Suzy Pasleau, Industries et Populations (…), op. cit.
  • 78 René Leboutte, Reconversions de la main-d’oeuvre industrielle et transition démographique. Les bas (...)
  • 79 Cf. Projet financé par le GRE (Groupement économique liégeois), Observatoire de la transition indu (...)

78Dans la saisie du tissu économique de la région liégeoise durant le passé, les méthodes statistiques ont déjà permis, grâce aux techniques informatiques, de compléter la connaissance quantitative et qualitative sur plusieurs « bassins industriels », sur certains secteurs économiques entraînants et quelques entreprises-phares, de dégager des synergies et d’esquisser tant des modèles de comportement individuel (grand entrepreneuriat, comme John Cockerill) que collectif (salaires influençant les mouvements migratoires). Ainsi, nous avons dressé un portrait du bassin amont, et plus particulièrement de la « Cité du Charbon, du Fer et du Verre »77, tandis que René Leboutte s’est intéressé à la diversité du bassin aval78. Menées au sein du service d’Histoire économique et sociale de l’Université de Liège, ces deux études ont associé, pour les XVIIIe et XIXe siècles, industries lourdes et petites et moyennes entreprises ; elles n’ont pas encore été suivies par une analyse comparable pour le XXe siècle. Tout ce qui concerne le déclin, ou plus exactement la reconversion de l’industrie manufacturière, pour l’ensemble de la région liégeoise ou par bassin, doit, en effet, encore être analysé et écrit afin d’expliquer le présent. Les sources sont disponibles, les méthodes informatiques d’analyse critique et de traitement sont mises au point. Ces terrains peuvent donc désormais être défrichés79.

  • 80 Étienne Hélin, op. cit., p. 213.
  • 81 Service Public Fédéral Économie, P.M.E., Classes Moyennes & Énergie, Nace-Bel, Nomenclature d’acti (...)
  • 82 NACE-BEL 2008 est intégrée dans le répertoire des entreprises et des unités d’établissements de la (...)

79À l’heure actuelle, les recherches statistiques n’ont pas découvert assez de nouvelles pistes pour justifier une remise en cause des principes énoncés dans cet article. Il n’en a pas moins été nécessaire de procéder à une révision progressive des nomenclatures. « Un bon code doit rester ouvert afin de s’enrichir »80. C’est de ce principe que découlent les révisions effectuées au niveau international au cours des années 1990. De nouvelles classifications ont été élaborées au sein desquelles les nomenclatures de produits ont été harmonisées et mises en relation avec celles des activités, sur la base du critère de l’origine économique. Cette révision est due à l’apparition de nouvelles activités et de nouveaux produits, issus des changements économiques, à la fois structurels et technologiques. Il s’agit là d’un défi que les statisticiens doivent s’efforcer de relever. En effet, les intervalles entre les révisions ne peuvent être ni trop brefs (la comparabilité des données en souffrirait) ni trop longs (l’adéquation des classifications diminue au fil du temps). C’est en tenant compte de ces différents impératifs que la NACE-BEL81 a été révisée82. Publiée pour la première fois en 1993, il s’agit de la version belge de la nomenclature européenne des activités économiques : NACE Rév. 1. Cette dernière forme le cadre de référence pour la production et la diffusion des statistiques relatives aux activités économiques en Europe. Plus récemment, une nouvelle version, NACE Rév. 2, a été établie par le Règlement CE no 1893/2006 du Parlement européen et du Conseil, en date du 20 décembre 2006.

Allegati

Annexe 1 : schéma de classement professionnel

Erreurs flagrantes : secteur (1)

Inactifs : secteur (2)

Aucune mention

Sans profession

Ménagères

Étudiants

Religieux réguliers

Pensionnés

Invalides

Mendiants

Propriétaires, rentiers

Activités indéterminées ou mal déterminées : secteur (3)

Aucun renseignement sur le secteur et le groupe professionnel

1. Professions non identifiées

2. Secteur indéterminé

1. Journaliers

2. Manœuvres

3. Employés et autres positions dans l’entreprise (aussi nommés « tertiaire et tertiaire industriel »

Secteur connu, groupe professionnel inconnu

3. Professions industrielles : groupe indéterminé

4. Professions industrielles et artisanales : groupe indéterminé

5. Services : groupe indéterminé

4. Professions agricoles : secteur (4)

Cultivateurs

Jardiniers

Agronomes

5. Professions industrielles (non compris le groupe 33)

1. Extraction minière

2. Métallurgie

0. Indéterminé

1. Sidérurgie

2. Construction mécanique

3. Autres

3. Verrerie

6. Autres professions industrielles et artisanales : secteur mixte (6)

1. Construction

1. Matériaux de construction

2. Maçonnerie

3. Métiers du bâtiment autres que les précédents

2. Métiers du bois

1. Charpentiers

2. Menuiserie

3. Autres

3. Textile

1. Couture

2. Mode

3. Cordonnerie

4. Fabrications textiles

4. Métiers de l’alimentation

1. Meunerie

2. Boucherie

3. Brasserie

5. Industries légères

1. Imprimerie

2. Chimie

3. Electricité

7. Services : secteur (7)

1. Commerces, assurances, financements

1. commerces indéterminés et polyvalents : boutiquiers, négociants

2. Auberges, hôtels, cabarets,…

3. Vente de produits alimentaires

4. Vente de produits textiles, de vêtements

5. Autres commerces

6. Banques

7. Assurances

2. Services A : transports

0. Indéterminé

1. Par rails : chemin de fer, vicinaux, tramways

2. Par route : routiers, messagerie

3. Par eau : batellerie

3. Services B : domesticité et soins de sante

1. Domesticité

2. Soins corporels

4. Services C : professions libérales et fonctions d’encadrement

1. Loisirs

2. Professions libérales autres que médicales et d’enseignement, notaires, avocats, avoués…

3. Soins médicaux

4. Clergé séculier et religieux réguliers engagés dans le siècle

5. Enseignement

6. Service public quel que soit le statut : magistrats, mandataires, fonctionnaires…

Note

1 Sidérurgie, houillères, industrie du verre, textile.

2 Suzy Pasleau, Industries et Populations. L’enchaînement de deux croissances à Seraing au XIXe siècle, Genève, Droz, 1998.

3 Claude Desama, « Structures socio-démographiques et révolution industrielle : Verviers 1806-1846. Observations méthodologiques sur le traitement par ordinateur des listes nominatives de recensement », Historical methods newsletter, 1974, p. 129-133.

4 Étienne Hélin, « Origine des recensements belges », Population et société, 1977, no 4, p. 12-24.

5 Marc Lebrun, Adolphe Quetelet. L’œuvre sociologique et démographique, Bruxelles, 1974.

6 Émile Levasseur, La population française, Paris, 1889-1892, cité par Benoît Verhaegen, Contribution à l’histoire économique des Flandres, Louvain et Paris, Nauwelaerts, 1961, vol. 2, p. 5.

7 RIC, 1910, vol. 1, p. 2.

8 On parle ici des employés, ouvriers, journaliers, manœuvres, apprentis et domestiques.

9 Nombre et sexe des personnes employées dans les exploitations industrielles en fonction de la qualification ou de l’emploi, durée moyenne du travail au moment de l’occupation, salaire moyen des ouvriers par jour (argent, nature ou part des bénéfices).

10 Les moteurs, les chaudières à vapeur et les générateurs (nombre, puissance des moteurs d’après leur nature, nombre de chaudières et tension habituelle de la vapeur, nombre de simples générateurs de vapeur).

11 Nombre d’unités produites d’après la nature des produits ainsi que valeur de la production annuelle.

12 Armand Hubert, Exposé des motifs accompagnant le projet de loi sur le recensement de l’industrie et du commerce (Chambre des représentants, séance du 15 novembre 1910).

13 Le recensement de 1896 répartissait déjà les ouvriers selon leur commune de domicile ou de travail, mais seulement pour les communes les plus importantes à savoir celles qui comptent au moins 500 familles ouvrières.

14 RIC, 1910, p. XIV et XV.

15 RIC, 1910, p. LXI-LXXIII.

16 Jean Fourastié, Migrations professionnelles, INED, 1957, cité par Benoît Verhaegen, Contribution (…), op. cit., p. 5.

17 RIC, 1910, p. XVIII.

18 RIC, 1910, Méthode de recensement, op. cit., p. 195-198.

19 D’une mosaïque de campagnes immobiles, elles ont créé un espace plus mouvant où se juxtaposent et se superposent des régions polarisées par des villes plus ou moins attractives.

20 J.P. Grimeau, « Les mouvements de main-d’œuvre et la dimension des communes en Belgique », Bulletin de la Société belge d’études démographiques, t. 42, no 2, Gand, 1971, p. 290.

21 « L’établissement qu’ils dirigent n’intéressant pas le pays sauf s’ils possèdent en Belgique un bureau ou une organisation commerciale quelconque, auquel cas ils ont été recensés », RIC, 1910, vol. 1, p. XX.

22 RIC, 1910, p. XVI.

23 Même les déménagements sont inscrits et datés ainsi que les modifications qu’ils entraînent dans la composition des ménages.

24 Suzy Pasleau, Legia II. La gestion automatique des données en histoire, Liège, 1987.

25 Paul-André Rosental, « Topographie de la démographie historique française », Annales de démographie historique 1988, Paris, 1989, p. 380-381.

26 Dans un livre déjà ancien mais toujours original, Harold Perkin analyse la manière dont nos sociétés occidentales, l’anglaise en particulier, évoluent vers une « société professionnelle » tant dans leurs modes de fonctionnement que dans les idéaux qui les fondent : The Rise of Professionnal Society. England since 1880, Londres - New York, Routledge, 1989.

27 Étienne Hélin a dressé un bilan des travaux consacrés aux classements socioprofessionnels jusqu’en 1970.

28 Claude Desama, « Informatique et histoire. Le codage des professions et des provenances », Revue Informatique et Statistique dans les Sciences humaines, 1986, t. 22, p. 67-82.

29 Suzy Pasleau, Legia II (…), op. cit, p. 77-79.

30 Id, Historical Data Bases as a Field for Structured Query Language. Générateur de programmes destinés à la saisie de documents historiques, Liège, 1988. SQL est un langage informatique normalisé qui sert à demander des opérations sur des bases de données. La partie langage de manipulation de données de SQL permet de rechercher, d ‘ ajouter, de modifier ou de supprimer des données dans les bases de données. En plus du langage de manipulation de données, la partie langage de définition de données permet de créer et de modifier l ‘ organisation des données dans la base de données, la partie langage de contrôle de transaction permet de commencer et de terminer des transactions, et la partie langage de contrôle de données permet d ‘ autoriser ou d ‘ interdire l ‘ accès à certaines données à certaines personnes. Créé en 1974, normalisé depuis 1986, le langage est reconnu par la grande majorité des systèmes de gestion de bases de données disponibles sur le marché.

31 Java est le nom de marque d’une technique développée par Sun Microsystems : la « technologie Java™ ». Elle correspond à plusieurs produits et spécifications de logiciels qui, ensemble, constituent un système pour développer et déployer des applications. Java est utilisée dans une grande variété de plates-formes, depuis les systèmes embarqués et les téléphones mobiles jusqu’aux serveurs, les applications d’entreprise, les superordinateurs et dans une moindre mesure pour les interfaces graphiques comme les applets Java du Web. Depuis des années, Sun Microsystems appelle Java la « technologie Java » dans son ensemble. En pratique, beaucoup de programmeurs utilisent le mot « Java » pour désigner son langage de programmation, tandis que la plate-forme d’exécution est appelée « JRE » Java Runtime Environment, environnement d’exécution Java) et le système de compilation : « JDK » (Java Development Kit) plutôt que « compilateur Java ». Java est sous licence GNU GPL depuis novembre 2006. Java est un des termes les plus connus du monde de l ‘ informatique et de l ‘ Internet, que ce soit des professionnels comme du grand public. Sa notoriété est telle que Sun a décidé de l ‘ utiliser pour son symbole boursier au Nasdaq, symbole qui était SUNW à l‘origine, et est devenu JAVA.

32 Étienne Hélin, « Profession et statut social », Démographie historique, Rouen-Montréal, 1979, p. 191.

33 Ibidem, p. 191-192.

34 Suzy Pasleau, Industries et populations (…), op. cit.

35 BIT, Classification internationale type des professions, Genève, 1949, p. 7-8. Les italiques sont de notre fait. Même si le BIT s’est mis à fonctionner dans l’entre-deux-guerres, il a fait œuvre de synthèse et de normalisation en s’efforçant de concilier les meilleures nomenclatures et les meilleures statistiques disponibles, y compris celles d’avant 1914.

36 Cette négligence est déjà notée pour 1846 par Éliane Gubin et Anne Van Neck, « La répartition professionnelle de la population belge en 1846 : un piège statistique », in Acta Historica Bruxellensia, Bruxelles, 1981, p. 276. On la retrouve à Grivegnée entre 1856 et 1910, à Huy en 1880, à Dison entre 1846 et 1866, à Olne de 1846 à 1910. Suzy Pasleau, Les structures démographiques d’une commune industrielle dans la seconde moitié du XIXe siècle, Grivegnée, 1856-1910, mémoire inédit, ULG, 1983-84, p. 377 ; Michel Oris, Pauvreté et transition démographique à Huy. Un essai de démographie urbaine au XIXe siècle, mémoire inédit ULG, 1983-84, p. 128-137. Jean-François Potelle, La population de Dison au milieu du XIXe siècle, mémoire inédit ULG, 1986-87, p. 43 et suivantes ; M. Maréchal, Les mouvements migratoires à Olne, 1846-1910, mémoire inédit ULG, 1986-87, p. 97-99.

37 BIT, op. cit., p. 27-28. Le BIT appelle position ce que tout le monde appelle aujourd’hui statut.

38 Sur ce point, voir Harold Perkin, op. cit., p. 60-72.

39 Nous nous contentons de renvoyer à Ben Serge Chlepner, Cent ans d’histoire sociale en Belgique, Bruxelles, rééd. 1983, tout spécialement p. 19-27 et passim.

40 Ici encore, la littérature est pléthorique et nous ne renvoyons qu’à un seul auteur : André Cordewiener, Organisations politiques et milieux de presse en régime censitaire. L’expérience liégeoise de 1830 à 1848, Paris, Les Belles Lettres, 1978.

41 Michel Oris, « Choléra et hygiène publique en Belgique. Les réactions d’un système social face à une maladie sociale », in Jean-Pierre Bardet et Patrice Bourdelais (dir.), Peurs et terreurs face aux grandes épidémies, Paris, 1988, p. 63-92 et 398-406.

42 Cf. Benoît Verhaegen, Contribution (…), op. cit., t. 2, p. 25-28 ; Éliane Gubin et Anne Van Neck, op. cit., p. 274 notamment, ainsi que S.E, Rec. pop ; 1846, p. ILIV-XLVII et B.C.C.S, 1845, 2e partie, p. 67-68.

43 Benoît Verhaegen, Contribution (…), op. cit., p. 25. Voir aussi le relevé professionnel sommaire établi sur base du recensement de 1830 dans Documents statistiques recueillis et publiés par le Ministère de l’intérieur du Royaume de Belgique, Bruxelles, 1838, p. 250-253. Les professions libérales, artistiques, enseignantes y sont détaillées (peintres, dessinateurs, architectes, etc.) tandis que les autres sont agrégées (« Nombre d’individus professant des arts mécaniques et des métiers »).

44 Benoît Verhaegen, Contribution (…), op. cit., t. 2, p. 4-6, 81-84, 137-143 et 195-198. L’auteur expose clairement les méthodes de recensement et leur évolution.

45 Pour plus de détails, notamment sur les publications, cf. Denise De Weerdt, Bibliographie rétrospective des publications officielles de la Belgique, 1794-1914, Louvain-Paris, 1963, p. 298-300 ainsi que Ginette Kurgan - Van Hentenryk, « À la recherche de la petite bourgeoisie : l’enquête orale de 1902-1904 », Revue belge d’histoire contemporaine, 1983, t. 14, p. 287-332.

46 Sur ces liens, un aperçu dans Suzy Pasleau, « Les migrations alternantes : facteur de cohésion ou d’éclatement d’un bassin industriel ? Le cas sérésien en 1910 », Revue belge de philologie et d’histoire, 1988, t. 66, no 4, p. 830-835, et particulièrement p. 834, note 24.

47 Idem, ainsi que J. Van Molle, « La politique agricole des catholiques belges avant la Première guerre mondiale », Revue belge d’histoire contemporaine, 1979, t. 10, no 3, p. 417-459.

48 Le cas verviétois a été étudié en détail. Voir Pierre Lebrun et al., Essai sur la révolution industrielle en Belgique, 1770-1847, Bruxelles, 1979, p. 223 et surtout Claude Desama, Population et révolution industrielle. Évolution des structures démographiques à Verviers dans la première moitié du XIXe siècle, Liège, 1985, p. 231 ; Jean-François Potelle, op. cit., p. 52 et 57. Voir aussi C. El Kefi-Clockers, La population féminine active de l’industrie textile verviétoise. Essai d’interprétation du recensement de 1856, mémoire inédit, ULG, 1976-77.

49 La variable qu’est le coût de l’espace urbain a été avancée et a fait l’objet d’un premier examen par Simon Kuznets, Economic Growth of Nations. Total Output and Production Structure, Cambridge, 1971, p. 76, 130-134 ainsi que Paul M.M. Klep, „ Bevolking en arbeid in transformatie. Een onderzoek “in Brabant 1700-1900, Nimègue, 1981, p. 92-97.

50 Quelques incidences des transpositions, non seulement chronologiques ou spatiales, mais aussi linguistiques, qu’induit tout codage des professions sont soulignées par Éliane Gubin et Anne Van Neck, op. cit., p. 277, 315, 340. C’est l’une des préoccupations majeures de E. Higgs, “Structuring the past : the occupational, social and household classification of census data”, in Computing and history today, 1988, no 4, p. 24-30.

51 Entre autres, cf. l’analyse de Pierre Lebrun, op. cit., p. 637 et suivantes. Bien sûr, il ne s’agit que d’idéaux types et la marge par rapport à la pratique peut être grande. Par ailleurs, ces idéaux ne sont pas présents qu’en Belgique ; Harold Perkin, op. cit., p. 2-9.

52 Constat bien connu posé par les différents auteurs déjà cités. Il amène d’ailleurs De Branbander à utiliser un terme néerlandais peu usité, „Werkgelegenheid“, qui définit la potentialité du travail : „Regionale structuur en wekgelegenheid“ dans Verhandelingen van de Koninklijke Academie voor Wettenschappen, Bruxelles, 1983, no 102.

53 Voir Nicole Haesenne-Peremans, La pauvreté dans la région liégeoise à l’aube de la révolution industrielle : un siècle de tension sociale 1730-1830, Paris, Les Belles Lettres, 1981.

54 Qui plus est, l’hypothèse selon laquelle les ouvriers âgés ne chercheraient pas ou guère de travail est contredite par les observations de L. Varlez, d’après une enquête réalisée à Gand par la police en 1892. Il signale une situation semblable dans la capitale en se fondant sur Ville de Bruxelles, Caisse de chômage pour les ouvriers sans travail. Rapport présenté au nom du Collège par M. le Bourgmestre, Bruxelles, 1894 ; Paul Otlet, « Le chômage involontaire », Bulletin du Comité permanent du Congrès des Accidents du Travail et des Assurances sociales, 1895, fasc. 1, p. 139. Cf. Louis Varlez, L’âge des vieux ouvriers. Etude démographique, Bruxelles, 1895, p. 35-36.

55 À partir de 1896, la Revue du Travail publie les rapports mensuels – très instructifs – de ces correspondants régionaux.

56 Éliane Gubin et Anne Van Neck, op. cit., p. 300-301, 329-336. Même réaction chez PMM. Klep, op. cit., p. 105-125.

57 Benoît Verhaegen, Contribution (…), op. cit., p. 10-39, que rejoint Christian Vandermotten, « Tendances longues de l’évolution de la production, de l’emploi et de la productivité industrielle en Belgique : 1840-1978 », Les Cahiers économiques de Bruxelles, 1980, t. 86, p. 277-278.

58 De nombreux auteurs s’efforcent de savoir à quoi s’en tenir avec les journaliers : Pierre Lebrun, op. cit, p. 223-224 ; Suzy Pasleau, Les structures (…), op. cit, p. 382-384 ; Claude Desama, op. cit, p. 231 ; L. Deane et J. Hannes, « Le choix professionnel en Flandre au XIXe siècle. Sources, méthodes et résultats de recherches », in Paul Delsalle (dir.), Autour de l’habitat textile (XIVe-XXe siècles), Tourcoing, 1987, p. 147-158.

59 Outre le travail de Verhaegen et les remarques de Christian Vandermotten, on se reportera bien sûr à Simon Kuznets, Modern Economic Growth (…), op. cit., p. 99-101. Remarquable analyse critique de G. Bouchad, C. Pouyet, R. Roy, « Le classement des professions par secteurs d’activités : aperçu critique et présentation d’une nouvelle grille », in Actualité économique, 1979, v. 55, p. 585-605.

60 Étienne Hélin, « Les codes socioprofessionnels comme instruments d’analyse des populations antérieures à la Révolution industrielle », in Fédération historique et archéologique de Belgique, 1970, t. 2, p. 357-366.

61 BIT, op. cit., p. 27-28

62 Quel que soit le statut (fonctionnaires des communes, des provinces ou de l’État, y compris les forces de l’ordre).

63 Voir notamment G.L. De Brabander, “Het bouwen van een welvaartsstaat”, in L’industrie en Belgique (1780-1980). Deux siècles d’expansion, Bruxelles, 1981, p. 207-241.

64 Malgré nos réticences à l’encontre de la théorie des trois secteurs, nous continuerons à utiliser le vocabulaire courant qui y est associé, mais comme outil descriptif et afin d’éviter la répétition ou de lourdes circonvolutions littéraires.

65 Benoît Verhaegen, Contribution (…), op. cit., t. 1, p. 12-26 ; Éliane Gubin et Anne Van Neck, op. cit. ; P. H. Hugon, « Situation et signification de la théorie des trois secteurs », Revue d’histoire économique et sociale, 1963, t. 41, p. 69-99 ; François Perroux, Les mesures des progrès économiques et l’idée d’économie progressive, Paris, 1956, p. 23 et suivantes. Tous se réfèrent à l’une ou l’autre des éditions de Colin Clark, The Conditions of Economic Progress [1934]. Nous avons consulté la 3e éd., Londres, 1947.

66 Cité par Benoît Verhaegen, Contribution (…), op. cit., t. 1, p. 23. En Belgique et dans le champ de la démographie historique, N. Theys porte un jugement assez similaire sur la statistique professionnelle élaborée à partir des registres de population de Diest : La population de Diest pendant les deux tiers du XIXe siècle, Bruxelles, 1977, p. 49-73.

67 Ce qui ne signifie pas que les solutions dégagées ne puissent être transposées dans d’autres bassins industriels wallons et, a fortiori, dans les communes avoisinantes.

68 L’idée est déjà ancienne. Elle est énoncée par Ben Serge Chlepner, op. cit., p. 139-140. On la retrouve en France : Yves Lequin, « Les citadins, les classes et les luttes sociales, in Histoire de la France moderne, Paris, 1983, p. 585. Paul Guillaume, La population de Bordeaux au XIXe siècle. Éssai d’histoire sociale, Paris, 1972, p. 43-44, choisit aussi, malgré la difficulté, de distinguer un groupe intermédiaire. Voir aussi Maurice Garden, « Ouvriers et artisans au XVIIIe siècle. L’exemple lyonnais et les problèmes de classification », Revue d’histoire économique et sociale, 1970, t. 48, no 1, p. 28-54.

69 Nous avons utilisé le Dictionnaire des professions ou guide pour le choix d’un état indiquant les conditions de temps et d’argent pour parvenir à chaque profession, les études à suivre, les programmes des écoles spéciales, les examens à subir, les aptitudes et les facultés nécessaires pour réussir, les moyens d’établissement, les chances d’avancement et de succès, Paris, 1880 ; Étienne Hélin, Les codes (…), op. cit. L’usage est consacré par Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, rééd., Chicago, 1982 ; I.N.S., Nomenclature des professions. Classement alphabétique et systématique, Bruxelles, s. d.

70 BIT, op. cit., p. 27-28.

71 Benoît Verhaegen, Contribution (…), op. cit., t. 1, p. 24-25.

72 Éliane Gubin et Anne Van Neck, op. cit, p. 3 65.

73 Dans le schéma de classement professionnel, c’est le secteur 6. « Autres professions industrielles et artisanales ».

74 Méthode analogue à celle utilisée par Claude Desama pour l’étude des champs migratoires. Les structures de la population verviétois pendant la révolution industrielle (1799-1850). Essai d’une méthodologie de traitement par ordinateur de la documentation historique, thèse de doctorat inédite, ULG, 1978, t. 1, p. 107-108.

75 R. Obotela, op. cit., p. 145-150 ; Éliane Gubin et Anne Van Neck, op. cit., p. 269-365.

76 Suzy Pasleau, Une population dans le développement économique. La formation d’un prolétariat industriel. Seraing 1846-1914, thèse de doctorat, ULG, t. 1, p. 109-114.

77 Suzy Pasleau, Industries et Populations (…), op. cit.

78 René Leboutte, Reconversions de la main-d’oeuvre industrielle et transition démographique. Les bassins industriels en aval de Liège, XVIIIe-XXe siècles, Liège-Paris, Droz, 1988.

79 Cf. Projet financé par le GRE (Groupement économique liégeois), Observatoire de la transition industrielle (1929 à nos jours).

80 Étienne Hélin, op. cit., p. 213.

81 Service Public Fédéral Économie, P.M.E., Classes Moyennes & Énergie, Nace-Bel, Nomenclature d’activités, Bruxelles, 2004, p. 3 et 11.

82 NACE-BEL 2008 est intégrée dans le répertoire des entreprises et des unités d’établissements de la Direction générale statistique et information économique, début janvier 2008.

Autore

Université de Liège

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search