Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail et entreprises en Europe du Nord-ouest (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Michel-Pierre Chélini
, 
Pierre Tilly

II. Recensements statistiques et classifications professionnelles : similitudes et différences des approches nationales

L’évolution des catégories socioprofessionnelles en France et en Allemagne depuis le XIXe siècle : approche comparée

Michel-Pierre Chélini

Texte intégral

  • 1 Bruno Duriez, Jacques Ion et al., « Institutions statistiques et nomenclatures socioprofessionnelle (...)

1D’un pays à l’autre ou même d’une entreprise à l’autre, les métiers et les professions présentent une grande diversité technique ou qualitative et un ensemble de similitudes générales : ouvrier, employé, ingénieur semblent être des termes traduisibles et transposables de manière internationale. Il existe depuis 1968 une nomenclature internationale des professions élaborée dans le cadre du Bureau international du travail (BIT), une « classification internationale type des professions », révisée en 1988, qui devrait permettre des passerelles commodes entre les métiers. De nombreux pays l’appliquent, mais la France et l’Allemagne, aux traditions statistiques déjà anciennes, conservent leur propre classification1.

  • 2 Ce qu’Alain Desrosières écrit pour la nomenclature française vaut également pour la classification (...)

2En longue période, ces écarts de nomenclature rendent les comparaisons délicates et nécessitent des précautions méthodologiques. Les sources statistiques n’ont pas toujours une origine identique ou présentent des méthodes de collecte différentes, tandis que certaines positions professionnelles ne sont pas définies dans les mêmes limites – comme le suggèrent les termes d’employés, cadres moyens, cadres supérieurs ou d’Angestellte par exemple. La trame de fond de la population active semble être définie par l’évolution du travail2.

3La comparaison des nomenclatures professionnelles et de leur évolution pose un certain nombre de problèmes. Elle permet d’abord de s’interroger sur l’origine des classifications socioprofessionnelles et d’évaluer la part de l’administration et des entreprises, éventuellement des représentants des salariés dans leur définition initiale. Il convient ensuite de s’interroger sur les facteurs qui ont présidé à leur évolution entre le milieu du XIXe et le dernier tiers du XXe siècle. Les mutations de la population active introduisent la nécessité de distinguer les personnels qualifiés de ceux qui le sont moins, mais pourquoi n’aboutissent-elles pas aux mêmes nomenclatures dans les deux pays ? La crise économique apparue au milieu des années 1970, le passage à une économie tertiaire ainsi qu’une intégration européenne croissante interpellent enfin sur le maintien de différences entre les classifications des deux États. Ces trois questions appellent trois étapes dans la réponse : une première période qui aboutit à une classification par métiers (1800-1880), une seconde de différenciation par statut professionnel et niveau de qualification (1880-1950) et une troisième où perdurent des différences de classification entre les deux pays (1950-2008).

Une classification initiale par métiers issue des recensements (1800-1880)

Recensements, enquêtes administratives et documents d’entreprise

  • 3 Alain Desrosières, Laurent Thévenot, Les catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte, Re (...)

4Les plus anciens recensements remontent à l’époque napoléonienne, vers 1800. Ils sont effectués par l’administration, mais ne mentionnent pas la profession ou le font de manière ponctuelle, ce qui ne permet pas à l’historien une reconstitution fidèle pour l’ensemble des États concernés – ou seulement des échantillons locaux. En France, Chaptal, ministre de l’Intérieur de Bonaparte, demande en 1800 aux préfets d’évaluer le nombre d’individus des différentes « classes » selon ce type de distinction : « propriétaires de biens-fonds », « employés ou soldés par l’état », « ceux qui vivent de leur travail mécanique ou industriel » et les « manœuvres, gens de peine et mendiants ». La troisième catégorie désigne les maîtres ou les compagnons, médecins, hommes de loi qui exercent un « métier », fondé sur un savoir-faire spécifique, acquis par une formation qui leur garantit leur revenu3.

  • 4 Andreas Pfeuffer, Franz Schultheis, « Quelques particularités allemandes dans la représentation sta (...)
  • 5 F. Zahn, « Berufliche und soziale Gliederung des Volkes », in F. Zahn (dir.), Die Statistik in Deut (...)

5En Allemagne, les différents États disposent rapidement de services statistiques – ainsi de l’Office statistique prussien, fondé en 1805 – et élaborent des enquêtes incluant des questionnements professionnels comme celle qui a été conduite en Bavière au début du XIXe siècle où sont mentionnées la profession et la position sociale4. Certaines de ces enquêtes distinguent très clairement les compagnons (Gesellen) et les valets ou serviteurs de ferme (Gesinden). On peut mentionner une proposition de classification faite en Prusse par un statisticien du nom de J. G. Hoffmann, croisant Stand et Beruf, position sociale et métier, sous la forme de 26 rubriques pour les hommes et 17 pour les femmes, avec des catégories spéciales pour les pauvres, les malades, les personnes abandonnées ou les prisonniers5.

6En France, les recensements intègrent d’une manière inégale les « métiers » à partir du milieu du siècle. C’est en 1851 que sont demandées par la Statistique générale de la France, fondée en 1833, les mentions de « métiers » ou d’activité professionnelle. Une majorité substantielle de communes et de départements offre un ordre de grandeur satisfaisant des catégories de métiers en France, donnant une idée des volumes d’emploi, mais pas de manière assez complète pour que l’on puisse disposer de toute la population active avant 1881.

  • 6 Ernst Engel, directeur de l’Office statistique prussien à partir de 1860, est connu pour les lois s (...)
  • 7 Dans les faits, les données collectées ont été trop hétérogènes pour pouvoir fournir des résultats (...)
  • 8 Pour différentes raisons notamment financières et techniques – manque de moyens et de personnel qua (...)
  • 9 Seules les exploitations agricoles et assimilées ne sont pas relevées correctement jusqu’en 1933, a (...)

7Côté allemand, en 1860, Ernst Engel6 lance la première grande tentative de recensement complet des professions, avec les critères suivants : « profession ou branche d’activité », « activité principale, activité secondaire rémunérée », « rapport de travail ou de service des personnes ayant 14 ans ou plus » – employeur, salarié ou indépendant. Les relevés devaient être ensuite exploités en 5 groupes : indépendants, commis (Gehilfen), ouvriers, gens de service et autres membres du ménage7. L’Office statistique du Reich unifié, le Kaiserliches Statistisches Amt, fondé en 1872, reprend la méthode avec plus de succès et, en 1875, les questions sont nettement améliorées8 pour un recensement double, recensement des métiers9 et recensement des établissements (Gewerbliche Betriebszählung). Il faut attendre cependant 1882 pour disposer de statistiques fédérales fiables pour la population active détaillée.

  • 10 Sans compter, dans les années 1930-1945, les organismes « corporatifs » du national-socialisme et d (...)

8Les recensements et les enquêtes constituent des sources publiques pour les métiers en général. Mais, pour affiner les recherches de population active dans les entreprises elles-mêmes, les dépôts d’archives publiques, centrales ou fédérales, régionales ou locales, comme par exemple les archives départementales françaises ou les archives des Länder allemands, conservent, en nombre variable, des états détaillés de population active des entreprises. Une conservation qui survient à l’occasion d’une demande de licence, d’autorisation de relèvement de prix, d’un relevé fiscal, ou encore d’une liquidation. Leur inventaire dépasse le cadre de cet article, mais rappelle simplement leur abondance. On peut y ajouter les documents des syndicats professionnels10, des chambres de commerce et les sources bancaires, toujours très renseignées.

D’une classification par revenus à une classification par métiers

9En Allemagne et en France, au XIXe siècle, les métiers fournissent la base de la classification pour les enquêtes ou les recensements. On pourrait penser que cela tient à la présence des corporations, mais le phénomène est plus large puisqu’elles ont perduré en Allemagne tard dans le XIXe siècle et qu’en France elles ont été abolies et interdites en 1791. Des éléments plus sociologiques entrent en ligne de compte, notamment la transmission largement familiale des savoirs et des patrimoines – la distinction maîtres / compagnons étant recoupée en partie par la distinction père / fils. Ce classement par métiers n’est pourtant pas le premier mode de décomposition socioprofessionnelle. Les premières enquêtes, inspirées par les physiocrates et les économistes classiques, appliquaient au départ des distinctions selon le revenu : revenus de la terre, revenus de l’État, revenus du travail « mécanique ou industriel » et revenus des manœuvres. Cette classification peut se comprendre dans un univers plus rural et moins diversifié. Le groupe des propriétaires fonciers a été ensuite nettement décomposé en propriétaires exploitants et propriétaires non exploitants, ceux qui « vivent d’un travail mécanique ou industriel » en maîtres et compagnons, les ouvriers ne formant pas un groupe spécifique avant l’industrialisation ; la quatrième catégorie finira par distinguer les ouvriers non qualifiés du reste de la population. On relève une seule grande continuité de catégorie sur deux siècles, celle des salariés de l’État, même si elle est ensuite ventilée entre les groupes d’employés et de cadres. Industrialisation et urbanisation ont accéléré la division du travail et l’évolution des catégories. À partir de 1840-1860, la classification par métiers, en France comme en Allemagne, se généralise. La profession – travail des étoffes, tannerie, corroyage, boulangerie, cordonnerie… – l’emporte sur des catégories aujourd’hui plus familières : patrons et salariés – appelés alors maîtres et compagnons –, actifs qualifiés et non qualifiés, ouvriers et employés. Le XIXe siècle distingue mal l’individu de l’entreprise, l’activité individuelle de l’activité collective, la « profession » du « secteur d’activité ». En d’autres termes, il opère difficilement la distinction entre « boucher » et « boucherie », « boulanger » et « boulangerie ». Cette confusion perdure en France jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, tandis qu’elle s’efface progressivement en Allemagne, au fil des recensements industriels, ceux de 1882, 1895 et 1907.

10L’énumération des « professions » donne ainsi pour la France un inventaire en 1866 ou 1872 du « nombre d’individus que fait vivre directement ou indirectement une profession ». Les colonnes distinguent « les individus exerçant réellement les professions », « leur famille », incluant les parents de tous degrés vivant du travail ou du capital de l’individu principal et les « domestiques », également attachés au service de l’individu principal. À partir de 1872, la Statistique générale de la France (SGF) fait apparaître une distinction plus affinée à l’intérieur des professions entre niveaux de responsabilité, première ébauche de la distinction entre patrons et salariés ; le recensement distingue « chefs ou patrons », « commis ou employés », « ouvriers » et « journaliers ».

Diversification des métiers par statut professionnel et par niveau de qualification, 1880-1950

11La classification par métiers augmente son importance avec la division du travail. Mais elle s’enrichit d’autres distinctions par statut, à partir de 1880, entre salariés et non-salariés et entre qualifiés et non qualifiés. Vers 1925 en Allemagne, vers 1945-1950 en France, ce processus est à peu près achevé.

L’antériorité allemande : Sozialstaat et Industriestaat

12L’Allemagne prend une certaine avance dans le processus de classification professionnelle en raison de son industrialisation plus rapide, des lois sociales bismarckiennes et du mouvement parallèle de syndicalisation et de conclusion de conventions collectives.

  • 11 L’augmentation de la taille des établissements rend nécessaire la multiplication des contremaîtres (...)

13Les années 1850-1914, notamment autour de 1880, consacrent l’accélération de l’industrialisation, de l’urbanisation et du salariat. La concentration croissante d’actifs salariés occupés dans des établissements de plus en plus grands, atteignant jusqu’à 20 000 ou 30 000 personnes11, s’accompagne du développement des syndicats et favorise par divers biais la constitution d’un droit du travail à partir des années 1890. Avec l’évolution technique, l’industrie et les services requièrent une main-d’œuvre de plus en plus spécialisée, la différenciation qualitative des actifs se traduisant par l’apparition d’une hiérarchisation élargie des grilles de salaires. Les deux grandes catégories « ouvriers » (manœuvres, journaliers, hommes de peine) et « employés » (employés, mais aussi employés supérieurs comme les ingénieurs, les techniciens, les comptables), peu différenciées dans les années 1881-1911, vont évoluer profondément et les conventions collectives consacrer leurs modifications.

14Dans les années 1913-1918, la taylorisation approfondit et étend ce premier travail de classement de la main-d’œuvre, notamment dans l’automobile et les constructions mécaniques. Elle distingue assez nettement les ouvriers en charge de travaux simples et répétitifs, ne nécessitant pas une formation très poussée, et définis comme « ouvriers spécialisés », et les ouvriers capables de réaliser des travaux complexes et délicats ou d’encadrer d’autres ouvriers, dotés d’un savoir professionnel acquis par une formation et définis comme « ouvriers qualifiés ». Pendant la guerre de 1914-1918, l’État encadre de manière assez rapprochée les entreprises travaillant pour la Défense : armement, automobile, chimie, chemin de fer, aviation, transports, mécanique générale. Il impulse des deux côtés du Rhin un travail de classification assez précis des ouvriers par niveaux de qualification.

  • 12 Lancée par le message impérial de Guillaume Ier le 17 novembre 1881 (Allerhöchste Botschaft) et déc (...)
  • 13 Hans-Peter Ullmann, Tarifverträge und Tarifpolitik in Deutschland bis 1914, Franfort-sur-le-Main, L (...)
  • 14 A. Hueck, H-K. Nipperdey, E. Tophoven, Tarifvertragsgesetzmit Durchführung und Nebenvorschriften. M (...)
  • 15 On totalise environ 2 000 accords entre 1893 et 1913, l’année 1893 étant la première pour leur enre (...)

15Une spécificité allemande crée un écart sensible entre les deux pays : la politique sociale de Bismarck12. Vision cohésive de la société, lutte contre le socialisme politique et syndical, désir de modernité dans l’hygiène et l’égalité accompagnent d’autres motifs dans cette construction d’un Sozialstaat, d’un État social, pionnier pour l’époque. Comme il n’est pas d’assurances sociales valables sans statistiques professionnelles des métiers et des actifs, la population active doit être connue dans tous les sens du terme. Le grand recensement de 1882 sert de socle statistique à la politique sociale et à son financement. Syndicalisation et conventions collectives renforcent la différence entre les deux pays. En 1914, la France compte environ 1 million de syndiqués contre 3,5 en Allemagne. L’industrie allemande occupe entre 10 et 12 millions d’ouvriers, celle de la France autour de 6 millions. La valeur de la production industrielle allemande est du double de celle de la France. L’urbanisation allemande, avec 60 % de citadins, soit 40 millions de personnes, favorise les regroupements syndicaux ; la France ne compte en 1913 que 14 millions d’urbains, soit 44 % de la population totale. Avec le Royaume-Uni, l’Allemagne déploie rapidement les conventions collectives (Tarifverträge). À la fin du XIXe siècle, elles apparaissent assez spontanément à l’initiative des syndicats en dehors de toute disposition législative13. En 1913, on compte 12 369 conventions couvrant 1,8 million de salariés14. Pendant le premier conflit mondial, les syndicats sont associés à la définition de la production dans les entreprises. Le 15 novembre 1918, est signé un pacte de bonne entente entre patrons et salariés, la Zentrale Arbeitsgemeinschaft, qui permet au gouvernement SPD-USPD de F. Ebert de publier le 23 décembre 1918 la première ordonnance sur les conventions collectives. Elle donne force réglementaire aux conventions conclues entre les partenaires sociaux. Les syndicats allemands sont largement rassemblés autour de l’ADGB (Allgemeiner Deutscher Gewerkschaftsbund). La première loi française sur les conventions collectives date seulement de 1919 et elle est peu appliquée, nécessitant le vote d’une nouvelle loi en 1936. Avant la Première Guerre mondiale, les conventions sont encore peu nombreuses en France15.

La différenciation des statuts en France : patrons / salariés, ouvriers / employés

  • 16 Sur le plan pratique, les recensements, qui se font par bulletins individuels dans toute la France (...)
  • 17 Il s’agit de tout petits artisans, commerçants ou travailleurs à domicile rémunérés à la tâche et s (...)

16La première innovation majeure consiste en l’apparition d’un groupe ouvrier à partir des années 1850 ; la seconde est la distinction entre patrons et salariés entre 1872 et 1936, presque complètement achevée en France en 1954. Au XIXe siècle, le nombre de petits producteurs indépendants, travaillant au besoin en famille, reste très important : ils exercent comme sous-traitants, employant eux-mêmes des compagnons, comme dans la soierie lyonnaise par exemple. Le recensement de 1872 inclut dans la rubrique « patrons » des « chefs ouvriers attachés aux arts et métiers » qui ne sont pas recensés dans les « ouvriers et journaliers ». Au vu du recensement français de 1906, si l’on considère le seul secteur « industriel », un établissement sur quatre ne compte aucun salarié. De 1896 à 1936, les méthodes de codage restent très stables en France, conservant cette rubrique d’actifs « isolés »16, qui représentent 23 % de la catégorie en 1896 et 14 % en 193617.

  • 18 Kaiserliches Statistisches Amt, Statistik des Deutschen Reiches, 1884, p 63. Voir aussi Jürgen Kock (...)
  • 19 Il s’agit « d’employés sans fonction de direction, c’est-à-dire, de façon générale, l’ensemble du p (...)

17Au bureau et dans la boutique, émerge la catégorie des « employés » des deux côtés du Rhin, mais l’Allemagne enregistre une distinction nettement plus marquée qu’en France entre « employés » et « ouvriers ». En Allemagne, les employés et les cadres moyens (Beamten) font leur apparition entre le recensement de 1882 et celui de 1895. En 1882, ils sont regroupés dans la rubrique « commis », Gehülfen (= Gehilfen), comme « personnel administratif et d’encadrement de rang supérieur », ainsi que le personnel « des services comptables et de bureau »18. Bien individualisée dans le recensement de 1895, elle ne désigne pas encore les seuls fonctionnaires, mais associe les Staatsbeamten, fonctionnaires d’État, et les Privat – ou Betriebsbeamten, employés et cadres du secteur privé19. Ils ne correspondent pas seulement à un métier, mais aussi à une position sociale et économique.

  • 20 Loi de 1889 sur l’assurance vieillesse – invalidité (Alters-und Invalidenversicherungsgesetz).

18Cette apparition, liée à la tertiarisation de l’économie industrielle, est relayée par les représentations syndicales des employés qui refusent d’être intégrées aux caisses d’assurances ouvrières20 en s’appuyant sur la différence de statut social et de qualification. Elles obtiennent une loi d’assurance séparée pour les employés en 1911, qui consacre la distinction entre les employés de l’État (Beamten) et les employés du secteur privé (Angestellten). Considérés comme une bonne interposition entre bourgeoisie et monde ouvrier, ils rencontrent l’appui du pouvoir wilhelmien au renforcement de la classe moyenne salariée (neuer Mittelstand) pour épauler la classe moyenne indépendante des commerçants et des petits entrepreneurs (alter Mittelstand), en recul numérique.

La fixité des catégories allemandes, les efforts de reclassement en France

  • 21 En France, il faut attendre 1954 pour disposer d’une claire distinction entre les deux, en raison d (...)
  • 22 Marie-Luise Recker, Nationalsozialistische Sozialpolitik im Zweiten Weltkrieg, Munich, Oldenburg, 1 (...)

19En Allemagne, le schéma de la classification professionnelle semble s’arrêter en 1925, lors du principal recensement de la République de Weimar. Entre 1925 et 1949 et au-delà, plusieurs facteurs jouent en direction de l’immobilité d’une nomenclature initialement moderne. En France, de 1936 à 1954, d’autres forces s’exercent exactement en sens contraire, alors que la classification était originellement moins avancée. En 1925, sous la République de Weimar, le recensement professionnel présente deux tableaux : une classification des professions réparties par secteurs d’activité et une nomenclature professionnelle pure. Il ne recouvre pas ou ne remet pas en question la distinction entre nomenclature d’activité individuelle et nomenclature d’activité collective (« boulanger » et « boulangerie ») qui fonctionne depuis 1875, grâce au double recensement, par individu et par établissement21. Par ailleurs, les années de Weimar enregistrent une expansion considérable des conventions collectives. L’administration nationale-socialiste conserve les classifications précédentes dans les recensements de 1933 et 1939 et l’évolution technique n’est pas d’une nature telle qu’elle nécessite un toilettage spécifique de la nomenclature. Si le régime verrouille les conventions collectives ou les évolutions salariales, le ministère du Travail et l’Office statistique du Reich ne modifient pas la taxinomie professionnelle22.

  • 23 Les employés cotisent à la Deutsche Angestellten Gewerkschaft (DAG), quelle que soit la branche où (...)
  • 24 Les statistiques sont relativement décentralisées en RFA – les Länder assurent l’approvisionnement (...)
  • 25 En 1990, les services de l’ex-RDA ont accepté les normes ouest-allemandes sans discuter véritableme (...)

20En 1949, la nomenclature des métiers, en accord avec les syndicats, est reprise de la période de Weimar sans changement notable par la nouvelle loi du 9 avril 1949 sur les conventions collectives. Des partenaires sociaux puissants coopèrent alors à reconstruire l’Allemagne, le Deutscher Gewerkschaftsbund (DGB), côté salarié23, et la Bundesvereinigung der Deutschen Arbeitgeberverbände (BDA), Confédération des Fédérations d’employeurs allemands, côté patronal. Outre le statut particulier des statistiques dans la nouvelle RFA24, a certainement joué la volonté de ne pas s’éloigner trop brutalement de la nomenclature de l’Allemagne de l’Est, en attendant la réunification25.

  • 26 Les syndicats peuvent en conclure, mais sans exclusivité, et d’autres groupements sont également ha (...)
  • 27 Archives Nationales, site de Fontainebleau, Travail 760121.380 (arrêtés d’application et correspond (...)

21En France, tout ce travail de classification est en retard. La loi du 25 mars 1919 engage un mouvement prudent de codification, sans imposer une obligation définitive aux salariés26, mais celle du 24 juin 193627 encourage une vague très large de conventions pour toute la France et une grande partie des branches. Par suite des lois de 1919 et surtout de 1936, les terminologies ont été progressivement normalisées et standardisées à l’échelle des branches pour tout le pays et, d’une certaine manière, entre les branches elles-mêmes, où les métiers ne correspondent pas tout à fait entre eux. Ce travail de classification est très inégal selon le degré de concentration et de technicité de la branche, lui-même facteur d’une présence active de grands patrons et de syndicats représentatifs. Sous Vichy, les demandes constantes de statistiques de la part des autorités administratives et l’affiliation obligatoire aux Comités d’organisation renforcent cette activité de classement.

  • 28 AN Travail 760121.293, procès-verbaux de la Commission nationale des salaires, décembre 1944-automn (...)

22À la Libération, le ministre du Travail, Alexandre Parodi, et son successeur, Ambroise Croizat, pilotent une Commission nationale des salaires de décembre 1944 à juin 1946. Composée de représentants salariés, patronaux et administratifs, elle assure une normalisation générale des professions et des qualifications28 en partant généralement des conventions collectives de 1936. Son activité de classement est à la fois considérable et décisive et prend en France pour plusieurs décennies le nom de « grilles » salariales Parodi-Croizat. Par ailleurs, les employés supérieurs – les « cadres » à partir de 1954 dans les recensements – ne sont pas organisés professionnellement dans les années 1930. La CGT, qui conduit les négociations de juin 1936 en l’absence de tout autre syndicat comme la CFTC par exemple, compte relativement peu d’ingénieurs dans ses rangs. L’impression générale des cadres est d’avoir été lésés dans les conventions collectives polarisées sur les ouvriers et les employés « de base ». La hiérarchie salariale et la hiérarchie professionnelle tout court semblent menacées. L’effervescence de la Libération conduit un petit groupe d’entre eux à fonder la Confédération générale des cadres en 1945 pour les négociations Parodi-Croizat. Ce phénomène est absent en Allemagne.

  • 29 La partie « salariés » du comité est élue en trois collèges : 1. ouvriers, 2. employés – technicien (...)
  • 30 Ainsi la catégorie A de la fonction publique regroupe les professeurs de l’enseignement secondaire (...)

23D’autres éléments poussent à l’évolution de la classification française. L’apparition des comités d’entreprise, sous une forme embryonnaire en 1941-1942 dans les entreprises de plus de 100 salariés, puis de manière définitive en 1945 dans les entreprises de plus de 50 salariés, contribue à cet élargissement de la nomenclature29. De même, la définition d’un Statut de la fonction publique par la loi du 19 octobre 1946 unifie les positions hiérarchiques des personnels travaillant pour l’État, précisant les tâches des postes, le niveau de qualification requis et les filières d’accès par concours. Ce statut va servir de modèle à la classification des personnels employés et cadres des entreprises privées dans de nombreux cas. L’INSEE, créé en avril 1946, composé lui-même de fonctionnaires, va prolonger ce travail de nomenclature en utilisant des passerelles entre secteur public et secteur privé30.

  • 31 Celle-ci semble fonder en fait la hiérarchie des salaires, des responsabilités et des représentatio (...)

24Un dernier élément, peu présent en RFA, a pu jouer en France dans les années 1940-1950 : l’évaluation des inégalités sociales et la question de l’école. Dans le mouvement des idéaux de la Résistance autour de l’égalité des citoyens, l’INSEE, le Commissariat général au Plan ou les commissions de la Comptabilité nationale contribuent largement à légitimer ce type d’évaluations : la démocratie doit combattre les inégalités et donc les estimer au préalable. La distribution sociale et socioprofessionnelle de la population doit être connue de manière indispensable. Afin de lutter contre les inégalités, il faut en discerner les causes et évaluer l’impact des qualifications31. En revanche, le mouvement général de normalisation engagé par le plan Marshall et l’OECE ne s’étend pas aux catégories professionnelles.

Des différences mineures de classification (depuis 1954)

25Les deux classifications convergent de manière insuffisante. Le dispositif français de 1954, associant en une nomenclature « socioprofessionnelle » profession, statut et qualification, se pose en pionnier. Les classifications allemandes, articulées en trois nomenclatures – classification professionnelle, niveaux de compétence et position professionnelle – évoluent moins, même si elles présentent une meilleure compatibilité avec les normes internationales.

Les catégories socioprofessionnelles françaises, 1954-1982

  • 32 Le mot « profession », redevenu très neutre dès les années 1960, évoque dans les années 1940-1950 t (...)

26À partir de 1954, la France quitte sensiblement la classification par « métiers » pour entrer dans un système mixte qui associe des catégories professionnelles et des catégories sociales, d’où le terme de catégories socioprofessionnelles, abrégé en CSP. Jean Porte, l’administrateur de l’INSEE qui a défini le terme, expliquait qu’il avait évité à la fois les termes trop marqués de « classe sociale » et de « professions »32 au profit de « catégories socioprofessionnelles ». Elles cherchent à croiser profession (exploitant agricole ou ouvrier), position hiérarchique (cadre moyen ou employé) et statut (salarié ou employeur).

  • 33 Cette distinction « privé » / « public » disparaît temporairement entre 1962 et 1975, puis est repr (...)
  • 34 Cette correspondance entre diplôme et emploi est pleinement réalisée pour les médecins, les profess (...)

27Cette nomenclature de 1954 est articulée en deux niveaux : neuf groupes socioprofessionnels, divisés en une trentaine de catégories. Les six groupes majeurs sont les agriculteurs, les patrons de l’industrie et du commerce, les cadres supérieurs et professions libérales, les cadres moyens, les employés et les ouvriers. Trois autres groupes ont été rattachés, formant chacun entre 0,5 et 1,5 million de personnes : salariés agricoles, personnels de service et un agrégat de métiers de service – artistes, clergé, armée, police. Les catégories reprennent parfois d’anciennes subdivisions qu’elles regroupent : les cadres supérieurs sont constitués des professions bien identifiées depuis le XIXe siècle comme les professeurs, les ingénieurs, les professions libérales et de nouveaux métiers nés avec la tertiarisation de la population active qualifiée comme les cadres administratifs supérieurs du « secteur public » et du « secteur privé »33. Le groupe « ouvrier » reprend avec peu de nuances les classifications Parodi. Au niveau des « postes professionnels », le codage français repose entièrement sur des « emplois », et non plus sur des « métiers ». Ces emplois sont caractérisés par des compétences requises pour occuper les postes et généralement validées par un diplôme34.

  • 35 Un sondage, fondé sur un échantillon représentatif de la population, ou une enquête sociologique a (...)
  • 36 Le toilettage de 2003 fait apparaître les non actifs dans la classification - voir infra.
  • 37 En 1954, le questionnaire de recensement ne comportait qu’une question ouverte sur la profession : (...)

28La grille des CSP, élaborée par l’INSEE et utilisée pour le recensement de 1954, va faire l’objet en France d’un emploi systématique dans toutes les enquêtes publiques et privées, politiques, sociologiques ou culturelles35. Il semble qu’une telle généralisation ne soit pas aussi courante dans les autres pays. L’avantage immédiat est de croiser des données qui sont distinctes en Allemagne ou au Royaume-Uni entre métier, qualification et groupe social ou statut dans la profession (salarié ou non salarié) ; l’inconvénient est de rendre plus étroit le lien entre une catégorie sociale et un ensemble professionnel, ne serait-ce que pour ceux qui n’ont pas de profession par exemple36. Les difficultés de détail n’en sont pas pour autant toutes résolues37.

  • 38 INE, Instituto Nacional de Estadistica, Clasificacion nacional de ocupaciones. Bruno Duriez, Jacque (...)

29Telle quelle, cette classification traverse les recensements de 1954, 1962, 1968 et 1975, en attendant la refonte du recensement de 1982. Les catégories de 1982, « Professions et catégories socioprofessionnelles, PCS » restent bien socioprofessionnelles et ne tiennent pas non plus compte de la classification du BIT de 1968 ou 1988. À l’image de la Grande-Bretagne ou de l’Allemagne, la France dispose d’une grande ancienneté dans l’expérience statistique et marque en partie volontairement ses distances par rapport à la classification du BIT. Ce n’est pas le cas de l’Espagne par exemple, une nation relativement nouvelle dans le monde statistique international38.

30La classification française de la population active ayant un emploi, soit 23 millions de personnes au dernier grand recensement de 1999, comprend 6 grands groupes : agriculteurs, artisans commerçants chefs d’entreprise, cadres supérieurs et professions libérales, cadres moyens, employés et ouvriers.

Tableau 1. Classification internationale du BIT (1968) par grands groupes

ISCO International social classification of occupations

CITP Classification internationale type des professions

0-1. Professional, technical and related workers

0-1. Personnel des professions scientifiques, techniques, libérales et assimilées

2. Administrative and managerial workers

2. Directeurs et cadres administratifs supérieurs

3. Clerical and related workers

3. Personnel administratif et travailleurs assimilés

4. Sales workers

4. Personnel commercial et vendeurs

5. Service workers

5. Travailleurs des services

6. Agricultural animal husbandry and forestry workers, fishermen and hunters

6. Agriculteurs, éleveurs, forestiers, pêcheurs et chasseurs

7-9. Production and related workers, transport equipment, operators and labourers

7-9. Ouvriers et manœuvres non agricoles et conducteurs d’engins de transport

10. Workers not classifiable by occupation

10. Travailleurs ne pouvant être classés selon la profession

Members of the armed forces

Membres des forces armées

Source : Bruno Duriez, Jacques Ion et al., « Institutions statistiques et nomenclatures socioprofessionnelles. Essai comparatif : Royaume-Uni, Espagne, France », Revue française de sociologie, janvier-mars 1991, 32-1, p 33.

Tableau 2. Distribution des actifs tertiaires salariés en France au recensement de 1999 selon la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles (type 1982).

Cadres supérieurs

Professions libérales, cadres de la fonction publique, professeurs et professions scientifiques, professions de l’information, des arts et du spectacle, cadres administratifs et commerciaux des entreprises, ingénieurs et cadres techniques d’entreprise, environ 3 millions de personnes en 1999.

Cadres moyens et professions intermédiaires

Instituteurs, professions intermédiaires de la santé et du travail social, clergé, professions intermédiaires administratives de la fonction publique, professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises, techniciens, contremaîtres et agents de maîtrise, environ 5,3 millions d’actifs en 1999.

Employés

Employés civils et agents de service de la fonction publique, policiers et militaires, employés administratifs d’entreprise, employés de commerce, personnels des services directs aux particuliers, total de 6,65 millions d’actifs en 1999.

Source : Alain Desrosières, Laurent Thévenot, Les catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte, Repères, 2002, p. 88 et ss., 105 et ss.

  • 39 Ouvriers qualifiés de type industriel, ouvriers qualifiés de type artisanal, chauffeurs, ouvriers q (...)
  • 40 Par exemple, les « professions intermédiaires » regroupent les instituteurs, les professions interm (...)
  • 41 Ainsi, dans le recensement de 1999, les 863 000 « employés de commerce » se décomposent en 27 000 v (...)
  • 42 Les groupes 7 et 8 désignent les retraités (7) et les « non actifs » (8) : chômeurs n’ayant jamais (...)

31Les agriculteurs (630 000 personnes en 1999), artisans, commerçants et chefs d’entreprise (1,5 million d’actifs en 1999) posent moins de difficultés de définition, tout comme les ouvriers39 qui intègrent désormais les « ouvriers agricoles ». Ces six grands groupes se subdivisent eux-mêmes en 31 sous-groupes40, dont certains figurent dans le tableau ci-dessus, soit une moyenne de 5 sous-groupes par groupe. À leur tour, les sous-groupes rassemblent des « professions » qui sont au nombre de 45541. En 2003, un nouveau toilettage qui tient compte des évolutions de la population et des modes de représentation collective aboutit à la constitution de 8 groupes dans les PCS, 24 sous-groupes [ou 42 dans une version moins « agrégé »] et 497 « postes », dont 11 postes de non actifs42. Ces retouches ne gênent pas vraiment les études en longue période sur des métiers qui perdurent.

La classification professionnelle allemande depuis 1949

32La RFA utilise trois types de classifications, soit ensemble, soit en concurrence : « classification des professions » (Klassifizierung der Berufe), « groupes de compétence » (Leistungsgruppen) et « position professionnelle » (Stellung im Beruf).

Tableau 3. La classification des professions. Klassifizierung der Berufe

Classification allemande des professions

Deutsche Klassifizierung der Berufe

6 domaines professionnels

6 Berufsbereiche

33 sections, divisées en 86 groupes professionnels

33 Berufsabteilungen, in 86 Berufsgruppen verteilt

320 corps professionnels

320 Berufsordnungen

25 000 intitulés d’emplois (rarement utilisées)

25 000 Berufsbezeichnungen (selten benutzt)

Source : Cécile Lefèvre, La statistique en Allemagne, INSEE, Regards à l’étranger, Direction de la Coordination Statistique et des Relations Internationales, No D 9803, 1998.

33Reprise à partir de 1949 par le Statistisches Bundesamt de Wiesbaden, elle répertorie les métiers selon une nomenclature d’activité économique individuelle, sans précision du niveau de formation : apprenti, compagnon, maître, ou le statut dans l’établissement, cadre supérieur, employé. Elle suit les conventions collectives depuis la loi de 1949 et isole, selon le droit social allemand, le personnel technique et le personnel commercial. Elle ressemble plutôt à l’ancien code des métiers français avant l’adoption des PCS en 1982, mais présente une grande conformité, comme dans la plupart des pays d’Europe occidentale, avec les normes 1968 du BIT et de l’UE (norme en cours ISCO-88, CITP), ce que ne permet pas facilement le système PCS français. On peut également noter que l’Agence publique de l’emploi (ANPE) allemande offre une classification plus ramassée, mais assez proche : 3 domaines professionnels, 20 champs professionnels, 83 groupes professionnels, 320 corps professionnels (Klassifizierung der Berufe nach der Bundesanstalt für Arbeit : 3 Berufsbereichen, 20 Berufsfelder, 83 Berufsgruppen, 320 Berufsordnungen).

Tableau 4. Leistungsgruppen allemands, groupes (de niveaux) de compétence

Professions et catégories socioprofessionnelles

% des actifs France

Titres proposés pour Leistungsgruppen

% des actifs RFA

Leistungsgruppen* secteur privé

Chefs d’entreprise salariés Cadres et professions intellectuelles supérieures (cadres supérieurs, ingénieurs, professeurs)

1,0 10,7

I. Cadres dirigeants II. Cadres administratifs et professions intellectuelles supérieures

1,7 10,8

I. Employés* exerçant des fonctions de direction II. Employés chefs de service

Professions intermédiaires de la santé, du travail social, de l’enseignement, des entreprises Techniciens Contremaîtres

22,1

III a. Fonctions intermédiaires supérieures III b. Fonctions intermédiaires de niveau inférieur

22,2

III a. Employés avec des connaissances techniques particulières III b. Employés avec une activité indépendante d’après des instructions générales

Employés Fonction publique Policiers et militaires Employés de commerce Personnel de service

18,8

IV. Employés qualifiés V. Employés non qualifiés

10,6

IV. Employés qualifiés sans disposition décisionnelle V. Employés non qualifiés

Ouvriers qualifiés sauf chauffeurs

28,6

VI a. Ouvriers qualifiés

29,8

VI a. Ouvriers qualifiés

Ouvriers non qualifiés et chauffeurs Chauffeurs, Ouvriers non qualifiés : industrie et artisanat

18,8

VI b. Autres ouvriers

13,4 10,1

VI b. Ouvriers avec connaissances professionnelles VI c. Ouvriers sans formation

*.Chaque position est précisée avec détail. Par exemple : I. « Employés disposant de compétences de surveillance et d’encadrement des personnes avec des missions de service où ils sont responsables en propre avec une portée essentielle pour l’existence et le développement de l’entreprise, ayant compétence sur l’embauche et le licenciement de salariés dans l’entreprise ou dans un service ou qui ont les pleins pouvoirs ou la procuration pour le faire ».

Source : Cécile Lefèvre, La statistique en Allemagne, INSEE, Regards à l’étranger, Direction de la Coordination Statistique et des Relations Internationales, No D 9803, 1998.

34Ces « niveaux de compétence », qui existaient déjà avant la Seconde Guerre mondiale, figurent uniquement dans les conventions collectives et servent à distinguer les ouvriers des non ouvriers, les manuels des non manuels. Leur objectif est d’abord salarial, même si leur utilisation statistique peut être plus variée. Les ouvriers sont ventilés en 3 rubriques et les non ouvriers en 6. Ces groupes, qui se rapprochent plus des CSP françaises, ne sont pas vraiment connus du grand public ; ils restent dans le cadre des négociations collectives et ne servent pas comme les CSP françaises dans les grandes enquêtes sociologiques ou économiques. Ils ne peuvent pas faire office d’élément d’identification de groupes sociaux explicites.

La position professionnelle, Stellung im Beruf, dans sa version la plus classique, distingue 5 catégories.

Tableau 5. Population active classée selon la position professionnelle dans la profession

Position professionnelle

Stellung im Beruf

1950

1998

Ouvriers

Arbeiter

48,4

33

Employés, cadres moyens et supérieurs

Angestellte

16,5

48

Indépendants

Selbstständige

15,6

10,4

Fonctionnaires

Beamte

4,1

7,3

Aides familiaux

Mithelfende
Familienangehörige

14,9

1,3

Statistisches Bundesamt, Datenreport, 1999, p 93. Valeurs pour la RFA avant réunification.

  • 43 Andreas Pfeuffer, Franz Schultheis, « Quelques particularités… », op. cit.

35Cette nomenclature est mieux connue que la précédente, mais peu utilisée. Ainsi le Datenreport, les Données sociales allemandes, offrent nettement moins de caractéristiques et de contrastes que leur homologue français et sont parfois jugées sévèrement43. On y retrouve plutôt les catégories de l’époque bismarckienne, avec une organisation professionnelle de la fin du XIXe siècle, où l’agriculture (familiale) emploie plus de personnes que les services. Cette classification rend parfois délicates les analyses contemporaines de sociologie.

  • 44 Franz Zopfy, « Die statistische Erfassung des Berufes und der sozialen Stellung für ökonomische und (...)

36La RFA a pourtant disposé d’opportunités de réformes dans sa classification. En 1955, Franz Zopfy, haut fonctionnaire de l’Office statistique de Bavière, proposait un bilan critique de la classification allemande lors de l’assemblée annuelle de la Deutsche Statistische Gesellschaft44. Les catégories allemandes de position professionnelle (Stellung im Beruf) et de niveaux de qualification (Leistungsgruppen) manquaient selon lui de pertinence et offraient une structure trop rudimentaire pour se prêter à des calculs complexes associant approche économique et sociologique. Leur seule légitimité était leur ancienneté vénérable et surtout leur compatibilité avec le droit social allemand.

  • 45 Theodor Geiger, Die soziale Schichtung des deutschen Volkes, Soziographischer Versuch auf statistis (...)
  • 46 Andreas Pfeuffer, Franz Schultheis, « Quelques particularités… », op. cit.

37En combinant les propositions de Theodor Geiger45, homologue allemand de Maurice Halbwachs, ou les situations de classe (Klassenlagen) de Max Weber, il élabora un modèle multicritères avec la profession, la position dans la profession ou l’entreprise, le prestige, la propriété, le revenu, la formation, les habitudes de vie et de consommation. Il aboutissait à un ensemble de 8 à 10 catégories socioéconomiques fondées sur deux paramètres, le revenu et la qualification scolaire et professionnelle. Cette proposition ne fut pas retenue. Les causes enchevêtrées de ce refus prolongent ce qui a été dit dans la section précédente, notamment le souci de renouer avec la République de Weimar, de ne pas trop se différencier de la RDA et la coopération patronat-syndicats qui cherche à limiter les novations de nomenclature. Il faut tenir compte du poids du droit social dans leur définition juridique, par exemple dans la distinction entre ouvriers et employés : changer les catégories supposait une adaptation juridique46. Le légalisme statistique de la RFA peut également s’avérer paralysant : toute enquête d’importance doit prendre appui sur une loi. Il n’existe aucune possibilité de lancer sa propre enquête de la part du Statistisches Bundesamt, à la différence de l’INSEE français. On peut ajouter une moindre visibilité de la sociologie en Allemagne, les économistes et les juristes dominant l’univers de l’économie et de la statistique.

38On ne peut pas pour autant conclure à une immobilité diversifiée de la classification professionnelle allemande. Depuis les années 1980, la multiplication des nouveaux métiers – informatique par exemple –, la réunification de 1990 et l’intégration européenne ont joué dans un sens favorable à l’évolution. Le cas le plus flagrant est posé par la catégorie des Angestellten, « employés », définie vers 1910 et qui ne s’est pas décomposée en « employés », « cadres moyens » et « cadres supérieurs » comme en France en 1954. Dès l’origine, elle s’avère une catégorie fourre-tout. Aujourd’hui encore, elle recouvre une partie de la maîtrise, les techniciens, les employés au sens français du terme, les cadres administratifs moyens et supérieurs, les ingénieurs, les cadres dirigeants des entreprises, c’est-à-dire les « cols blancs », à l’exception des fonctionnaires (Beamten). Les sous-ensembles sont parfois distingués : employés simples, moyens, supérieurs et dirigeants, la dernière étant la seule à figurer explicitement dans la loi – einfache Angestellten, mittlere Angestellten, höhere Angestellten, leitende Angestellten.

39La distinction des employés face aux ouvriers perd insensiblement de sa pertinence. En 1900, les employés ont un revenu annuel (Gehalt) versé en 12 mensualités. Les ouvriers sont rétribués à l’heure et leur salaire (Lohn) est versé tous les quinze jours. Tous sont aujourd’hui payés au mois dans leur grande majorité. Les délais de préavis dans les licenciements, rares chez les employés de toute façon, étaient nettement plus avantageux. La rémunération mensuelle et, depuis 1993, les délais de préavis, ont été harmonisés entre les deux groupes. La distinction par les activités tend à s’estomper dans les grilles de conventions collectives apparues dans les années 1980, chez Daimler Benz notamment, où une partie des ouvriers de production ont été rebaptisés « employés ». Il s’agit des opérateurs de machines-outils où le travail « manuel » est tellement assisté par ordinateur qu’il s’apparente à un travail non manuel. La montée des compétences requises augmente les possibilités de rapprochement et les syndicats, dont le puissant IG Metall, poussent dans ce sens. De même, les caisses d’assurance-maladie des Angestellten se sont ouvertes à d’autres actifs que les employés, tandis que le syndicat des employés, Deutsche Angestellten Gewerkschaft (DAG), a accepté la fusion avec d’autres syndicats dans un syndicat général des services, Vereinigte Dienstleistung Gewerkschaft (VERDI). D’autres évolutions sont en cours.

Conclusion

40Allemagne et France dessinent un mouvement d’ensemble similaire sur deux cents ans. Les classifications y procèdent de l’évolution économique et sociale, du progrès technique, de la division du travail, du droit social, mais aussi des conventions collectives, c’est-à-dire de la différenciation des fonctions, des qualifications et des rémunérations. Le rôle des partenaires sociaux et de l’administration y est important.

41Des différences sensibles se sont cependant installées en longue période : décalage dans l’élaboration des définitions, mutations dans le vocabulaire, dès que l’on sort du travail manufacturier ou industriel notamment, retards français des années 1900-1945, rattrapage et presque « avance » française à partir des années 1950, où la classification allemande semble moins capable d’évolution. Le degré de centralisation administrative, la capacité d’initiative des instituts statistiques respectifs, le rôle ou l’insertion de la sociologie dans les instances de définition expliquent en partie ces écarts. L’internationalisation dans le cadre de l’OECE, puis de l’OCDE, n’a pas joué de rôle fédérateur dans ce domaine. L’intégration européenne depuis 1992 semble exercer de légères pressions normatives avec l’appui de la structure Eurostat.

42La présence d’une classification du BIT depuis 1968 et de la construction statistique européenne depuis les années 1970, la multiplication d’entreprises transnationales et continentales ne semblent pas suffisantes pour réduire cet écart sur les vingt dernières années. Une certaine singularité française autour des PCS, qui lient de manière croisée professions, qualifications et statut, alors que la classification allemande les distingue nettement, un ensemble de contraintes géopolitiques plus fortes chez les Allemands (poids des Länder, exigences de la réunification après 1990) rendent compte de cette persistance d’écart. Il convient de l’avoir présente à l’esprit dans tout travail de comparaison portant sur les populations actives des entreprises.

Notes

1 Bruno Duriez, Jacques Ion et al., « Institutions statistiques et nomenclatures socioprofessionnelles. Essai comparatif : Royaume-Uni, Espagne, France », Revue française de sociologie, janvier - mars 1991, 32-1, p. 29-59.

2 Ce qu’Alain Desrosières écrit pour la nomenclature française vaut également pour la classification allemande : « Elle porte moins la trace d’une philosophie sociale particulière, comme l’anglaise, que celle des diverses étapes de l’histoire de l’organisation du travail depuis deux siècles », in La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 2000, p. 323.

3 Alain Desrosières, Laurent Thévenot, Les catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte, Repères, 2002, p. 8-9 et suivantes. Les réponses sont loin de couvrir l’ensemble du pays.

4 Andreas Pfeuffer, Franz Schultheis, « Quelques particularités allemandes dans la représentation statistique du monde social », Sociétés contemporaines, 2002, no 45-46, p. 17 s.

5 F. Zahn, « Berufliche und soziale Gliederung des Volkes », in F. Zahn (dir.), Die Statistik in Deutschland nach ihrem heutigen Stand, Ehrengabe für Georg von Mayr, Munich et Berlin, 1911, vol. 2, p. 2-44. F. Zahn est président de l’Office royal de statistique de Bavière ; son article est une des premières rétrospectives connues de l’histoire des catégories socioprofessionnelles en Allemagne.

6 Ernst Engel, directeur de l’Office statistique prussien à partir de 1860, est connu pour les lois statistiques qu’il définit à cette époque : dans les budgets des ménages, les dépenses alimentaires diminuent proportionnellement avec la croissance du revenu au profit des dépenses de biens et de services, mais les dépenses de vêtement et de logement restent stables, progressant en qualité et en coût avec l’amélioration de la position sociale du ménage.

7 Dans les faits, les données collectées ont été trop hétérogènes pour pouvoir fournir des résultats exploitables : imprécision de certaines questions, grille de codage superficielle, manque de standardisation dans le dépouillement.

8 Pour différentes raisons notamment financières et techniques – manque de moyens et de personnel qualifié – les statisticiens de 1875 écartèrent ensuite de l’exploitation du recensement, les données de métiers qui avaient pourtant été bien collectées.

9 Seules les exploitations agricoles et assimilées ne sont pas relevées correctement jusqu’en 1933, alors que l’activité individuelle des actifs agricoles est bien appréhendée par les recensements.

10 Sans compter, dans les années 1930-1945, les organismes « corporatifs » du national-socialisme et du régime de Vichy.

11 L’augmentation de la taille des établissements rend nécessaire la multiplication des contremaîtres sur le terrain et d’employés dans des bureaux de gestion, comptabilité, correspondance, recherche, etc.

12 Lancée par le message impérial de Guillaume Ier le 17 novembre 1881 (Allerhöchste Botschaft) et déclinée en trois lois de 1883 à 1889 sur l’assurance maladie, l’assurance accident et l’assurance retraite.

13 Hans-Peter Ullmann, Tarifverträge und Tarifpolitik in Deutschland bis 1914, Franfort-sur-le-Main, Lang, 1977 ; Sabine Rudischhauser, « Action publique et sciences sociales. Les débuts du droit des conventions collectives en France et en Allemagne, 1900-1919 » in Alain Chatriot, Odile Join-Lambert, Vincent Viet (dir.), Les politiques du Travail (1906-2006), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 313-327.

14 A. Hueck, H-K. Nipperdey, E. Tophoven, Tarifvertragsgesetzmit Durchführung und Nebenvorschriften. Munich - Berlin, Beck, 1955, p. 6 [réédition 1977].

15 On totalise environ 2 000 accords entre 1893 et 1913, l’année 1893 étant la première pour leur enregistrement par l’Office du travail. Guy Caire, « Négociations collectives en France : évolution avant et après les lois Auroux », in Olivier Kourchid et Rolande Trempé (dir.), « Cent ans de conventions collectives, Arras 1891-1991, Actes du Colloque d’Arras, 21-22 nov. 1991 », Lille III, Villeneuve d’Ascq, Revue du Nord, Hors série, Collection Histoire, no 8, 1994, p. 263-285.

16 Sur le plan pratique, les recensements, qui se font par bulletins individuels dans toute la France depuis 1876, sont classés et enliassés selon l’adresse des lieux de travail et des personnes, soit généralement deux adresses ; les « isolés » sont en fait les bulletins qui ne correspondent qu’à une seule adresse.

17 Il s’agit de tout petits artisans, commerçants ou travailleurs à domicile rémunérés à la tâche et situés entre les « patrons » et les « ouvriers » ou « employés ». Leur présence traduit la concentration de leur secteur d’activité : aucun dans la mine, 4 000 dans les industries chimiques, 13 000 dans le secteur papier – carton - caoutchouc.

18 Kaiserliches Statistisches Amt, Statistik des Deutschen Reiches, 1884, p 63. Voir aussi Jürgen Kocka, Les employés en Allemagne, 1850-1980, Histoire d’un groupe social, Paris, Éditions de l’EHESS, 1989. Le terme de « Gehülfe » pour « aide, commis, compagnon » (Geselle) est plus ancien que l’actuel « Gehilfe » qui l’a remplacé à partir de cette époque.

19 Il s’agit « d’employés sans fonction de direction, c’est-à-dire, de façon générale, l’ensemble du personnel administratif et d’encadrement ayant une formation scientifique, technique ou commerciale, ainsi que le personnel des services comptables et de bureau, les fondés de pouvoir comptables, gérants, facturiers, voyageurs et représentants de commerce ainsi que les commis aux écritures et aux comptes travaillant en entreprise », Kaiserliches Statistisches Amt, Statistik des Deutschen Reiches, 1899, p. 58.

20 Loi de 1889 sur l’assurance vieillesse – invalidité (Alters-und Invalidenversicherungsgesetz).

21 En France, il faut attendre 1954 pour disposer d’une claire distinction entre les deux, en raison de l’insuffisance et du caractère tardif du recensement par établissement.

22 Marie-Luise Recker, Nationalsozialistische Sozialpolitik im Zweiten Weltkrieg, Munich, Oldenburg, 1985. Le régime dissout toutes les organisations syndicales et suspend toutes les conventions collectives (Tarifverträge) qu’il remplace par des ordonnances obligatoires (Tarifverordnungen).

23 Les employés cotisent à la Deutsche Angestellten Gewerkschaft (DAG), quelle que soit la branche où ils travaillent. Il existe aussi un syndicat de fonctionnaires, Deutscher Beamten Bund, et une centrale syndicale chrétienne sociale du type de la CFTC, Christlicher Gewerkschaftsbund Deutschlands.

24 Les statistiques sont relativement décentralisées en RFA – les Länder assurent l’approvisionnement des données fédérales collectées par le Statistisches Bundesamt de Wiesbaden. Elles sont également très cadrées par la loi – le Statistisches Bundesamt ne peut se saisir lui-même d’enquêtes dont il déciderait de l’utilité, à la différence de l’INSEE.

25 En 1990, les services de l’ex-RDA ont accepté les normes ouest-allemandes sans discuter véritablement, mais la proximité des catégories socioprofessionnelles a facilité l’unification statistique.

26 Les syndicats peuvent en conclure, mais sans exclusivité, et d’autres groupements sont également habilités à le faire. Le contenu et la durée de la convention sont libres. En théorie, le contrat individuel d’un salarié travaillant dans une entreprise ayant contracté une convention doit s’y soumettre. En pratique, les salariés peuvent se soustraire à l’emprise de la convention en démissionnant du syndicat. Le cadre reste peu contraignant. Environ 2 400 accords seulement sont conclus entre 1919 et 1935, soit 150 par an, avec une dépression complète durant la crise de 1930-35 [20 accords annuels]. Guy Caire, « Négociations collectives en France… », op. cit., p. 263-285.

27 Archives Nationales, site de Fontainebleau, Travail 760121.380 (arrêtés d’application et correspondance 760121.381-433). Un pas juridique est franchi. La convention collective n’est plus un contrat privé et s’approche du statut d’un véritable règlement. La reprise économique et le regain syndical déterminent une profusion d’accords – 5 674, soit plus de 1 500 par an.

28 AN Travail 760121.293, procès-verbaux de la Commission nationale des salaires, décembre 1944-automne 1946. Trois cents arrêtés de classement sont publiés par le ministère du Travail en deux ans et leur dossier est conservé dans une centaine de cartons 760121.188-281.

29 La partie « salariés » du comité est élue en trois collèges : 1. ouvriers, 2. employés – techniciens – agents de maîtrise, appelés « ETAM » dans le jargon administratif, et 3. « cadres ».

30 Ainsi la catégorie A de la fonction publique regroupe les professeurs de l’enseignement secondaire ou supérieur, les ingénieurs ou les administrateurs sortant d’une grande école ou d’une université ou encore les médecins salariés dans les hôpitaux publics. Elle va servir de modèle pour les cadres supérieurs. La catégorie B de la fonction publique rassemble les instituteurs, les infirmières diplômées, les contrôleurs des impôts et fera office de modèle pour les cadres moyens. Les catégories C et D, composées de secrétaires, de dactylos, d’employés aux écritures préparent le groupe des « employés » de 1954.

31 Celle-ci semble fonder en fait la hiérarchie des salaires, des responsabilités et des représentations sociales des professions. Une correspondance assez étroite est établie entre les postes professionnels et les niveaux de formation. Les filières et l’égalité d’accès des jeunes deviennent un des grands enjeux de cette période.

32 Le mot « profession », redevenu très neutre dès les années 1960, évoque dans les années 1940-1950 toutes les tentatives d’encadrement corporatif de type dictatorial, tandis que celui de « classe sociale » subit alors une forte polarité épistémologique d’inspiration marxiste. Jean Porte, « Les catégories socioprofessionnelles », in Georges Friedmann et Pierre Naville, Traité de sociologie du travail, Paris, Armand Colin, 1961, I, p. 240.

33 Cette distinction « privé » / « public » disparaît temporairement entre 1962 et 1975, puis est reprise avec des différences dans la classification de 1982. Les « cadres moyens » distinguent également « public » et « privé », avec apparition en 1962 des « cadres moyens des services médicaux et sociaux » qui témoignent de l’expansion des professions sanitaires et sociales.

34 Cette correspondance entre diplôme et emploi est pleinement réalisée pour les médecins, les professeurs, les ingénieurs, les ouvriers qualifiés, mais elle diminue vers le bas de la hiérarchie des qualifications – manœuvres par exemple – où les certifications se raréfient.

35 Un sondage, fondé sur un échantillon représentatif de la population, ou une enquête sociologique a absolument besoin d’une nomenclature pour être opératoire. En RFA, les enquêtes reprennent sans la contester la nomenclature de 1925-1949.

36 Le toilettage de 2003 fait apparaître les non actifs dans la classification - voir infra.

37 En 1954, le questionnaire de recensement ne comportait qu’une question ouverte sur la profession : « Quelle est votre profession ? ». Les réponses ont un peu flotté entre les trois grands sous-ensembles Parodi : 1. « ouvriers qualifiés », 2. « ouvriers spécialisés », 3. « manœuvres ». La question est devenue fermée à partir de 1962, l’ouvrier étant supposé cocher la bonne case. L’idée d’une bonne intériorisation des catégories de qualification par les intéressés a été cependant contestée par des pointages ultérieurs, car certains secteurs très concentrés, avec des ouvriers qualifiés et à la classification ancienne comme la métallurgie ou l’automobile, utilisaient ces classifications depuis longtemps, d’autres comme l’alimentation, les transports ou l’habillement les ont vraiment découvertes sur le terrain.

38 INE, Instituto Nacional de Estadistica, Clasificacion nacional de ocupaciones. Bruno Duriez, Jacques Ion et al., « Institutions statistiques et nomenclatures socioprofessionnelles (…) », op. cit.

39 Ouvriers qualifiés de type industriel, ouvriers qualifiés de type artisanal, chauffeurs, ouvriers qualifiés de la manutention, du magasinage et du transport, ouvriers non qualifiés de type industriel, ouvriers non qualifiés de type artisanal, ouvriers agricoles, environ 5,9 millions d’actifs en 1999.

40 Par exemple, les « professions intermédiaires » regroupent les instituteurs, les professions intermédiaires de la santé et du travail social, le clergé, les professions intermédiaires administratives de la fonction publique, les professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises, les techniciens, les contremaîtres et agents de maîtrise.

41 Ainsi, dans le recensement de 1999, les 863 000 « employés de commerce » se décomposent en 27 000 vendeurs en gros de biens d’équipement et de biens intermédiaires, 148 000 vendeurs dans le secteur de l’alimentation, 46 000 vendeurs en ameublement, décor, équipement du foyer et encore 7 autres professions comme 126 000 vendeurs en équipements de la personne ou articles de sport, 170 000 caissiers de magasin ou 180 000 employés de libre-service qui forment un total de 10 « postes » dans la catégorie « employés de commerce ».

42 Les groupes 7 et 8 désignent les retraités (7) et les « non actifs » (8) : chômeurs n’ayant jamais travaillé, militaires du contingent, élèves et étudiants, personnes diverses sans activité professionnelle, soit de moins de 60 ans, soit de plus de 60 ans. Voir <www.insee.fr>

43 Andreas Pfeuffer, Franz Schultheis, « Quelques particularités… », op. cit.

44 Franz Zopfy, « Die statistische Erfassung des Berufes und der sozialen Stellung für ökonomische und soziologische Untersuchungen », Allgemeines Statistisches Archiv, t 39, S. 305-311.

45 Theodor Geiger, Die soziale Schichtung des deutschen Volkes, Soziographischer Versuch auf statistischer Grundlage, Stuttgart, Enke, 1987, Erste Auflage 1932.

46 Andreas Pfeuffer, Franz Schultheis, « Quelques particularités… », op. cit.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540