Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail et entreprises en Europe du Nord-ouest (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Michel-Pierre Chélini
, 
Pierre Tilly

II. Recensements statistiques et classifications professionnelles : similitudes et différences des approches nationales

Les ouvriers de la chimie en Nord-Pas-de-Calais, Wallonie et Rhénanie du Nord-Westphalie : esquisse de comparaison transfrontalière dans les années 1960-1980

Rémi Devémy

Texte intégral

  • 1 Les travaux historiques et sociologiques sont, outre-Rhin, très abondants sur le syndicalisme et le (...)

1L’analyse de la population ouvrière au sein de l’industrie chimique semble appeler des remarques préliminaires relatives à la recherche historique et économique portant sur le sujet. Elles peuvent constituer une base de départ certaine pour l’étude comparative entre trois États que l’on se propose d’effectuer. Si le secteur de la chimie retient l’attention des chercheurs, en raison de ses caractéristiques liées à l’innovation, de la place des multinationales ou de ses innombrables ramifications et process, la dimension sociale de la branche souffre d’un manque d’intérêt qu’il faut relativiser si l’on regarde la littérature allemande1.

  • 2 La superficie du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie (34 039 km²) équivaut à plus du double des dim (...)
  • 3 Archiv für soziale Bewegungen(AfsB) : IG Chemie - Bezirk Nordrhein : Industriegewerkschaft Chemie-P (...)
  • 4 Industriegewerkschaft Chemie-Papier-Keramik, Geschäftsbericht 1963-1965 zum 7. Ordentlichen Gewerks (...)
  • 5 INSEE - Direction régionale de Lille, « Bilan chiffré régional 1969 et rétrospective : Démographie (...)
  • 6 Jean-Rémi Sortia, Christian Vandermotten, Jean Vanlaer, Atlas économique de l’Europe, Bruxelles, So (...)

2Secteur important d’une économie industrielle complexe et fragile, en constantes mutations, la chimie constitue un cadre attractif pour la recherche historique. Elle possède une importance relative assez semblable dans les économies française, ouest-allemande et belge de la seconde moitié du XXe siècle : celle de se situer au rang de deuxième secteur en terme de production industrielle. Il s’agit là d’une similitude entre les trois États frontaliers qui ne s’observe guère dans d’autres domaines, les régions charbonnières par exemple qui, s’agissant du Nord-Pas-de-Calais, de la Rhénanie du Nord-Westphalie et de la Wallonie, possèdent des caractéristiques démographiques2 et structurelles relativement éloignées. Pôle majeur de l’industrialisation allemande et foyer d’expérience entrepreneuriale, l’industrie chimique rhénane occupe une position dominante en Allemagne et en Europe. Ce n’est pas le cas des deux autres régions qui ne représentent pas un poids primordial dans leur secteur national, malgré des caractères en apparence identiques (forte concentration, intensité capitalistique élevée et réseau dense de PME). La chimie de Rhénanie du Nord-Westphalie rassemble globalement, pour la période 1960-1980, plus d’un tiers des salariés de la branche en Allemagne fédérale3 et produit 42 % de son chiffre d’affaires4. Par contraste, dans le Nord-Pas-de-Calais, les industries de la chimie et du caoutchouc, peu développées, assurent 5,6 % de l’effectif total et 8 % du chiffre d’affaires pour la France5, tout comme en Belgique, où en Région wallonne, elles sont à l’origine de moins de 20 % de la valeur ajoutée réalisée par la branche au niveau national6.

  • 7 Cf. la contribution de Michel-Pierre Chélini dans ce même volume.

3Les deux décennies sur lesquelles se penche notre analyse sont marquées par une période de prospérité, de dynamisme économique, puis par une série de turbulences, communément schématisées par l’opposition « Trente Glorieuses - Vingt Moroses » avec, comme point de rupture, la crise pétrolière de 1973. Dans le cadre de l’industrie chimique des trois régions, cette période débouche sur un certain nombre de mutations, plus ou moins semblables selon les espaces retenus, plus ou moins profondes selon les structures considérées, touchant évidemment l’économie globale du secteur et, directement ou indirectement, sa population salariée et son environnement professionnel au sein desquels le monde ouvrier occupait, en 1960, une place majeure. L’évolution de celle-ci, confrontée aux transformations économiques et sociales de ces deux décennies, semble ainsi représenter un cadre attrayant pour une approche comparative. Cependant, nous limiterons notre réflexion aux syndicats et aux salaires qui portent également les marques des changements sociaux et professionnels caractérisant les années 1960 et 1970. Nous serons amenés à examiner l’évolution de la population ouvrière de l’industrie chimique sous le prisme syndical et salarial en nous efforçant de confronter les situations régionales. Cet exercice délicat nécessite de poser préalablement plusieurs limites rejoignant notre remarque initiale. On peut globalement les imputer aux structures et aux cadres institutionnels. L’état de la recherche (les relations professionnelles sont davantage étudiées en Allemagne), les méthodes statistiques (les modes d’établissement des enquêtes diffèrent selon les organismes statistiques, ainsi que la qualité et la quantité des données produites) et les définitions conférées aux groupes professionnels (les classifications socioprofessionnelles utilisées en France, en Allemagne et en Belgique ne sont pas vraiment identiques7) et à l’industrie chimique (les frontières du secteur varient dans l’espace et le temps) rendent la comparaison interrégionale difficile.

4Sur la base de ces remarques succinctes de méthodologie comparative, nous aborderons les relations entre syndicats de la chimie et le monde ouvrier d’une part, puis l’évolution de la rémunération d’une population qui entretient des liens solides avec l’activité syndicale d’autre part.

Les ouvriers comme base syndicale

Remarques générales et directrices

5Une série d’indicateurs de diverses natures tendent à accréditer l’idée selon laquelle les ouvriers constituent le terreau des organisations et des actions syndicales, que l’on se concentre sur la situation française, allemande ou belge. Il est courant d’opposer le syndicalisme contractuel germanique d’Allemagne fédérale et de Belgique et le syndicalisme plus conflictuel des pays latins comprenant la France. Cependant, si l’attrait de regroupements de ce type est compréhensible, ils souffrent des limites inhérentes à toute tentative de généralisation. À l’échelle des régions, le nombre de conflits du travail recensés et agrégés entre 1969 et 1978 rend d’autant moins pertinentes les distinctions reposant sur les observations nationales, la Wallonie dépassant le Nord-Pas-de-Calais dans ce domaine [Tableau 1].

Tableau 1 : Nombre de journées individuelles de travail perdues pour cause de grève en 1969 et 1978 et sur l’ensemble de la période 1969-1978 (en milliers)

Tableau 1 : Nombre de journées individuelles de travail perdues pour cause de grève en 1969 et 1978 et sur l’ensemble de la période 1969-1978 (en milliers)

Sources : Bureau international du travail (BIT), Annuaire des statistiques du travail 1973 et 1981 ; Walther Müller-Jentsch, Basisdaten der industriellen Beziehungen, Francfort-sur-le-Main, Campus Verlag, 1989, p. 177 ; INS, Annuaire statistique de la Belgique, 1970 à 1982 ; INSEE, Statistiques et indicateurs des régions françaises, 1977 à 1981 ; Statistisches Landesamt Nordrhein-Westfalen, Statistisches Jahrbuch Nordrhein-Westfalen, 1972 bis 1982 ; Jacques Vilrokx, Jim Van Leemput, « Belgium : A new stability in industrial relations ? » in Anthony Ferner, Richard Hyman (ed.), Industrial Relations in the New Europe, Oxford, Basil Blackwell, 1992, p. 381.

  • 8 Henri Morsel, « Position idéologique et comportement politique d’un dirigeant d’une grande entrepri (...)

6Le trait commun majeur des différents syndicalismes pourrait résider dans leur assise socioprofessionnelle. Le monde ouvrier et son histoire sont difficilement dissociables des avancées obtenues par ce type de travailleurs salariés, et donc des syndicats qui les défendent. Les travailleurs manuels ont constitué le foyer de recrutement des premiers syndicats à la fin du XIXe siècle, lorsque les embryons des formes d’organisations actuelles ont acquis un caractère légal. Les années 1960 et 1970 sont marquées par la tertiarisation des activités économiques, c’est-à-dire la croissance progressive des professions dites « intellectuelles » (employés) au sein du monde du travail. En dépit de l’impact de ces mutations sur la « classe ouvrière » et du déploiement plus massif des syndicats vers ce personnel autrefois très minoritaire, les Arbeiter (ouvriers) semblent néanmoins demeurer les référents des organisations syndicales. En soutien à cette idée, l’analyse des représentations graphiques fournit une argumentation originale. La caricature est fréquemment utilisée dans les publications syndicales, en raison du discours revendicatif sous-jacent qu’elle est capable de véhiculer, non sans efficacité, en définissant clairement les protagonistes de l’illustration au moyen de codes facilement reconnaissables par le lecteur. L’image de l’ouvrier habillé d’un bleu de travail reste quasi-immuable, par opposition au patron en costume et fumant un cigare – « représentation journalistique du capitalisme »8 – la symbolisation des syndicats faisant face au patronat. De telles figures sont courantes au sein des périodiques fédéraux publiés en France, en RFA ou en Belgique depuis la création des organisations de travailleurs, que celles-ci se déclarent ouvrières (Fédération nationale des industries chimiques - Confédération générale du travail [FNIC-CGT - France] ; Centrale générale de la Fédération générale du travail de Belgique [CG-FGTB]) ou non (Fédération unifiée des industries chimiques - Confédération française démocratique du travail [FUC-CFDT - France] ; Industriegewerkschaft Chemie-Papier-Keramik - Deutscher Gewerkschaftsbund [IG CPK-DGB] ; Centrale chrétienne énergie-chimie-cuir - Confédération des syndicats chrétiens [CCECC-CSC - Belgique]).

Fig. 1 : Caricature parue dans Chimie Militants, no 69, mai-juin 1980, p. 15

Fig. 1 : Caricature parue dans Chimie Militants, no 69, mai-juin 1980, p. 15

Centre des Archives du Monde du Travail [CAMT] : 1996 031 Lot 13.

Fig. 2 : Caricature parue in Chemie Kürier : Mitteilungsblattder Tarifkommission der Industriegewerkschaft Chemie-Papier-Keramik - Bezirk Nordrhein, no 4, 1971.

Fig. 2 : Caricature parue in Chemie Kürier : Mitteilungsblattder Tarifkommission der Industriegewerkschaft Chemie-Papier-Keramik - Bezirk Nordrhein, no 4, 1971.

AfsB : Bezirk Nordrhein : Geschäftsbericht der Bezirksleitung Nordrhein 1969-1971. Dossier relatif aux grèves de 1971.

  • 9 Le 2 juillet 1971, 27 Angestellten se mettent en grève partielle aux Chemische Werke Hüls (Marl), a (...)

7On peut également relever que l’industrie chimique, comme les secteurs industriels en général, nécessite l’emploi de cols bleus pour la réalisation d’un ensemble de tâches techniques nécessaires à la production. Or, il apparaît clairement que le personnel de l’usine est plus facilement mobilisable que celui des « bureaux », pour un certain nombre de raisons. Les ateliers des entreprises industrielles regroupent une masse de travailleurs bien plus dense – ayant ou non conscience d’appartenir à un même groupe socioprofessionnel assez homogène et cohésif – vers laquelle sera plus efficacement dirigée toute action syndicale de recrutement et de mobilisation, nourrie par des revendications récurrentes auxquelles les ouvriers semblent les plus réceptifs, à savoir l’amélioration tendancielle des conditions de travail et de vie. En conséquence, la « vitrine » du mouvement syndical, dans son action publique, demeure la population ouvrière sur laquelle se concentrent le relevé et la statistique des conflits du travail dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique jusqu’à la moitié de la décennie 1970. Dans l’industrie chimique de Rhénanie du Nord-Westphalie qui connaît des arrêts de travail importants en 1971, on remarque aussi une participation plus active du monde de l’atelier par rapport au reste des effectifs, les employés et les cadres (Angestellten) hésitant à prendre part totalement au conflit, se mobilisant de manière limitée, alors que leur potentiel de mobilisation se révèle plus important que celui qu’ils manifestent réellement9.

8En se reposant sur les quelques fondements énoncés, un recours aux données statistiques peut se révéler intéressant afin de reconstituer les effectifs ouvriers au sein de la branche et leurs fluctuations, puis de vérifier leur niveau de syndicalisation et de le comparer avec le nombre total d’adhérents dans les trois régions définies.

Les vicissitudes des études comparatives au miroir de la reconstitution des effectifs ouvriers

9Le problème suivant est une constante dans le champ des études comparatives : chaque organisme statistique possède des particularités qui lui sont propres et le recours aux publications d’instituts internationaux tels que l’Office statistique des Communautés européennes (OSCE-Eurostat) ne permet pas d’éliminer ces inconvénients puisque ces organes compilent les données fournies par chaque État. La Communauté économique européenne (CEE) a encouragé, d’une part, l’harmonisation des statistiques de ses membres, mais sa réalisation a été progressive et ponctuée de notables modifications, érodant finalement la pertinence et l’exploitation de toute reconstruction statistique à moyen et long termes. D’autre part, la statistique régionale est inégale pour les deux décennies considérées. Ainsi, les annuaires du Statistisches Landesamt de Rhénanie du Nord-Westphalie proposent une réelle richesse et diversité d’informations chiffrées ; l’Observatoire statistique de l’INSEE du Nord-Pas-de-Calais publie des données très générales, détaillant fort peu chaque activité économique, tandis que la Wallonie, région officiellement créée en 1970 et qui ne deviendra une réalité qu’en 1980, n’est pas renseignée en tant que telle avant cette date. Il faut noter par ailleurs que l’information statistique générale établie au niveau régional par l’OSCE pour la première fois en 1971 se focalise sur l’état de l’emploi en 1962. Enfin, la reconstitution des effectifs salariés totaux pour l’industrie chimique dans chacune des régions ne peut être détaillée que pour le cas de la région allemande, l’habitude ayant été prise en Allemagne de distinguer les Arbeiter et les Angestellten, ces deux Stellungen im Beruf correspondant respectivement aux ouvriers et aux employés bien que des nuances soient nécessaires.

10Une série statistique des effectifs salariés et des établissements de l’industrie chimique mettant en regard les trois régions souffre dès lors irrémédiablement de l’approximation qui résulte du croisement de multiples sources de qualités peu comparables et de caractères mouvants. Ceci compromet la possibilité de tirer des conclusions correctes de l’évolution de la population travaillant dans les unités industrielles du secteur, celle-ci présentant une évolution différenciée [Tableau 2].

  • 10 Sources : OSCE, Statistiques régionales 1971 : Annuaire, Luxembourg, Office des publications offici (...)

Tableau 2 : Nombre d’établissements, effectifs salariés et évolution de ceux-ci dans l’industrie chimique des trois régions en 1962, 1969 et 197910

Tableau 2 : Nombre d’établissements, effectifs salariés et évolution de ceux-ci dans l’industrie chimique des trois régions en 1962, 1969 et 197910
  • 11 69 % des salariés du secteur dans la Ruhr sont des ouvriers en 1970 ; 63 % en 1980 (Landesamt für D (...)

11Ce tableau illustre le poids humain que représente l’industrie chimique dans chacune des régions : la chimie rhénane occupe près de dix fois plus de salariés que celle du Nord-Pas-de-Calais et vingt fois plus que celle de Wallonie. La réduction des effectifs observée au cours des années 1970 semble plus prononcée que dans la région française. Du côté de l’espace wallon, une croissance du nombre de salariés que les mises en garde précédentes peuvent inciter à minorer se dégage. Une évolution commune et moins critiquable relative à la diminution, en termes absolus et relatifs, de la population ouvrière au sein de la branche s’avère plus aisée à formuler, bien que nous ne disposions pas des ressources requises pour une comparaison correcte. La confrontation des informations disponibles pour le secteur de la chimie de Rhénanie du Nord-Westphalie et de Belgique éclaire très bien une tendance lourde que l’on pourrait logiquement étendre au Nord-Pas-de-Calais, à la Wallonie et peut-être, dans une moindre mesure, à la Ruhr11. Elle s’inscrit dans un mouvement général de l’économie (tertiarisation de l’industrie accompagnée d’une féminisation progressive de la population active, automation du processus de production) comme semble l’indiquer la progression de la catégorie « employés » dans l’ensemble des activités économiques wallonnes. Ces derniers se substituent de plus en plus aux ouvriers victimes d’une lente chute d’effectifs qu’il faut mettre en parallèle avec l’effritement de leur place dans les industries et l’ensemble des activités [Tableau 3]

Tableau 3 : Évolution du nombre d’ouvriers (Indice 100 = 1971) et part de ceux-ci dans les effectifs salariés de l’économie wallonne et de l’industrie chimique de Rhénanie du Nord-Westphalie et de Belgique (en %) [1960-1980]

Tableau 3 : Évolution du nombre d’ouvriers (Indice 100 = 1971) et part de ceux-ci dans les effectifs salariés de l’économie wallonne et de l’industrie chimique de Rhénanie du Nord-Westphalie et de Belgique (en %) [1960-1980]

Sources : Statistisches Landesamt Nordrhein-Westfalen, Statistisches Jahrbuch Nordrhein-Westfalen ; Institut National de Statistiques, Annuaire statistique de la Belgique. Plusieurs années.

  • 12 INSEE - Direction Régionale de Lille, op. cit., p. 87.
  • 13 La part des Arbeiter parmi le personnel occupé aux Chemische Werke Hüls (Marl - Rhénanie du Nord-We (...)

12La production occupe désormais une faible majorité du personnel de la chimie au terme de la décennie 1970. Les ouvriers qui représentaient encore, à la fin des années 1960, les deux-tiers de la main-d’œuvre de la branche, tant en Rhénanie du Nord-Westphalie qu’en Wallonie ou dans le Nord-Pas-de-Calais (64,3 % en 196912), subissent au cours de la période les effets des politiques visant à accroître la compétitivité de l’industrie chimique. Le personnel dans ce secteur a vu son nombre se réduire dans la seconde moitié des années 1970, mais il est bien plus qualifié et productif que la génération qui l’a précédé. La montée en puissance d’une main-d’œuvre désormais liée à la production chimique de manière indirecte, qui pourrait être caractérisée à l’échelle des entreprises13, ne concurrence aucunement le monde ouvrier. Elle ne provoque pas forcément la régression de cette catégorie de travailleurs, mais en complète l’activité, participant à l’effort de dynamisme et d’adaptation du secteur.

La syndicalisation ouvrière

13La reconstitution de l’évolution de la population syndicale et de sa structure repose sur la consultation des rapports d’activité et des documents publiés par les syndicats. La comparaison internationale et interrégionale du niveau de syndicalisation d’un secteur d’activité dans le cadre d’une étude telle que la nôtre est une nouvelle fois confrontée à une série de limites dont on peut présenter trois aspects essentiels :

  • Les centrales ne publient pas de la même manière leur nombre d’adhérents qui, d’ailleurs, représente une notion assez opaque : dans notre cas, c’est un taux de syndicalisation des ouvriers actifs qui retiendra notre attention. Or, les syndicats français n’effectuent pas une séparation systématique entre leurs membres actifs et inactifs et les renseignements sont assez difficilement accessibles, notamment au niveau régional. En Belgique également, les surenchères sont fréquentes, y compris au niveau des fédérations et des entreprises. Ainsi, contrairement aux organisations allemandes qui rendent régulièrement publiques des statistiques très poussées allant jusqu’à la branche d’activité et la région, le niveau de précision est souvent absent ailleurs. En outre, dans les trois pays, les fédérations qui défendent les intérêts des travailleurs de la chimie représentent également d’autres activités (verre, céramique…).

    • 14 Les syndicats allemands présentent généralement des états bruts de leur force : ‚ In Wirklichkeit l (...)
    • 15 Patrick Pasture, Jozef Mampuys, In de ban van het getal Ledenanalyse van het ACV 1900-1990, Louvain (...)
    • 16 Les chiffres publiés « sont, de l’avis même de plusieurs responsables syndicaux, supérieurs à la ré (...)

    Le gonflement des effectifs est un fait commun14, en particulier dans des systèmes de relations professionnelles caractérisés par la division syndicale. Cette surestimation est chiffrée, dans le cas de la Confédération des syndicats chrétiens (CSC), de 20 % à 15 % entre 1960 et 198015. Elle doit néanmoins s’effectuer dans des proportions limitées, puisque les syndicats n’y ont guère intérêt, celle-ci ayant des conséquences financières non négligeables, sur le paiement de la cotisation à la Confédération européenne des syndicats par exemple. Le travestissement avoué16 des chiffres se retrouve très probablement dans chacune des centrales, avec une répercussion dans les fédérations, par le biais de jeux politiques internes visant à masquer d’éventuelles érosions susceptibles d’entacher l’image de l’organisation.

    • 17 CWH : A-XIII-1-1/1 : Tarifmitteilungen Chemie - Bezirk Westfalen du 2 novembre 1960 : ‚ Verhandlung (...)
    • 18 Archives privées de la Centrale chrétienne énergie-chimie-cuir (A-CCECC) : Commissions Paritaires : (...)

    Le nombre de syndiqués et, par comparaison à la population active, le taux de syndicalisation, ne doivent pas servir à tirer des conclusions trop hâtives sur la qualité d’un système de relations professionnelles ou du syndicalisme dans un État par rapport à un autre. La France et les pays dits latins sont, en ce sens, fréquemment opposés aux pays germaniques en raison de leur faible taux de syndicalisation. Celui-ci masque en fait un certain nombre d’éléments qualitatifs, traditionnels (poids de l’histoire) et structurels. La France est l’un des pays industrialisés où le taux de couverture conventionnelle est parmi les plus élevés : les organisations syndicales négocient pour l’ensemble des salariés, et non pour leurs seuls adhérents, alors qu’une telle séparation est valorisée par IG Chemie au début des années 1960 pour recruter de nouveaux membres17. En Belgique par ailleurs, où les salariés sont soumis au système de Gent (Gand), un débat relatif à l’octroi d’avantages aux seuls syndiqués a mobilisé les organisations syndicales de l’industrie chimique durant la décennie 1960, aboutissant à la création d’un fonds social de sécurité réservé aux seuls adhérents18.

  • 19 Bernhard Ebbinghaus, Jelle Visser (ed.), Trade-Unions in Western Europe since 1945, Londres, MacMil (...)
  • 20 Ces taux, qui ne prennent pas en compte l’évolution des effectifs sur la longue période, sont fourn (...)

14Les trois États considérés connaissent trois situations différentes quant à l’évolution de leur taux de syndicalisation, toutes activités confondues, entre 1960 et 1980 : régression en France (de 17,7 à 16,6 %), stabilité en Allemagne fédérale (38,2 et 39,1 %) et croissance soutenue en Belgique (de 59,2 à 78,4 %)19. Si l’on se limite cependant à l’industrie chimique, de telles tendances sont difficiles à confirmer, en particulier en France où la division syndicale implique de recenser les données de quatre fédérations du personnel ouvrier. Pour se limiter aux cas de l’Allemagne fédérale et de la Belgique, on estime que les salariés de l’industrie chimique représentent, pour notre période, environ 10 % des syndiqués de la Centrale générale (CG-FGTB), 45 % de ceux d’IG CPK et 75 % à la CCECC20, rendant possible une reconstitution arbitraire de l’évolution de la syndicalisation générale du secteur en RFA et en Belgique [Tableau 4].

Tableau 4 : Évolution du nombre d’adhérents de l’industrie chimique au sein des fédérations nationales respectives (Indice 100 = 1962) [1962-1979]

Tableau 4 : Évolution du nombre d’adhérents de l’industrie chimique au sein des fédérations nationales respectives (Indice 100 = 1962) [1962-1979]

Sources : Industriegewerkschaft Chemie-Papier-Keramik - Hauptvorstand, Geschäftsbericht ; Centrale générale FGTB, Rapport statutaire ; Centrale chrétienne énergie, chimie, cuir, Rapport d’activité, passim.

15Entre 1962 et 1979, les effectifs de la chimie au sein des fédérations ont grossi de 25 à 66 %, marquant cependant un arrêt dans leur progression à la fin des années 1970 ; c’est le cas pour IG CPK et la CCECC. Dans la mesure où la baisse relative du nombre d’ouvriers dans le secteur a été déjà soulignée, il paraît indispensable de cerner la place qu’occupe cette catégorie d’affiliés dans la croissance des forces syndicales, en choisissant de préférence le niveau régional.

  • 21 « Ce que représentent les syndicats ouvriers français », Entreprise, 23 novembre 1968, p. 7.
  • 22 Au plan national, la FNIC-CGT revendiquait 80 000 adhérents en 1978 (Fédération nationale des indus (...)

16L’accès à des données aussi précises est trop malaisé pour permettre a minima une comparaison entre la Rhénanie du Nord-Westphalie et la Wallonie par exemple. Les chiffres concernant le Nord-Pas-de-Calais, du moins pour les organisations les plus représentatives au niveau régional, à savoir la CGT et la CFDT21, sont trop ponctuels et dispersés pour permettre une bonne exploitation22. Le nombre d’ouvriers syndiqués dans l’industrie chimique wallonne fait également défaut, obligeant à confronter des informations rhénanes distinctes avec des données qui concernent la Belgique entière [Tableau 5].

Tableau 5 : Taux de syndicalisation des ouvriers de l’industrie chimique en Rhénanie du Nord-Westphalie et en Belgique [1965-1983]

Année

Rhénanie du Nord-Westphalie

Belgique

1965

53,3 %

1968

52,6 %

1971

57,2 %

78,7 %

1975

63,8 %

85,0 %

1979

67,8 %

85,0 %

1983

68,0 %

84,0 %

Sources : Industriegewerkschaft Chemie-Papier-Keramik, Geschäftsbericht (plusieurs années) ; Jef Van Hoof, 1912-1987 : 75 années Centrale chrétienne énergie, chimie, cuir : Piliers forts, nouveaux ponts, Bruxelles, Centrale chrétienne de l’énergie, chimie et cuir, 1987, p. 185.

  • 23 Par comparaison, le taux de syndicalisation des verriers atteint, durant les années 1960-1980, plus (...)
  • 24 En RFA, si 58,7 % des ouvriers sont syndiqués chez Bayer (Leverkusen), 81,1 % le sont chez BASF (Lu (...)

17La part des ouvriers rhénans et belges adhérant à un syndicat du secteur s’est globalement accrue entre 1965 et 1983, le ratio dépassant la moyenne nationale interprofessionnelle pour l’ensemble des salariés. Il faut se garder d’exagérer l’importance de tels chiffres, étant donné que, durant les années couvertes, la branche figure parmi les activités présentant le taux de syndicalisation le plus faible au sein des organisations qui la défendent23 et que, si l’on s’intéresse aux entreprises, ce taux de syndicalisation connaît une forte dispersion24. En tout cas, si l’adhésion des cols bleus aux fédérations syndicales s’est accrue en vingt ans, leur proportion dans les effectifs syndicaux s’est réduite sensiblement, pour le Land rhénan du moins. Cela s’est accompagné d’une diminution des effectifs ouvriers dans la seconde moitié des années 1970 [Tableau 6].

18L’évolution est sensiblement la même pour la fédération des salariés de l’industrie chimique de l’Allemagne fédérale dans son ensemble, ce qui suggère que la tendance se retrouve ailleurs, en Wallonie et dans le Nord-Pas-de-Calais par exemple. Cela reflète les mutations du monde du travail que l’on peut observer, en particulier la progression du nombre d’employés adhérant aux organisations syndicales à la fois dans la chimie et l’ensemble des activités économiques. La part des ouvriers dans les effectifs totaux des confédérations est assez similaire en Belgique et du côté allemand : 64 % en 1965, 57 % à la fin des années 1980. La syndicalisation des cols bleus, aussi bien en valeur absolue que par rapport aux actifs du même statut, a progressé durant les deux décennies, conjointement à l’érosion du nombre d’ouvriers dans le secteur de la chimie et dans les économies nationales et régionales. Leur poids parmi les salariés affiliés s’est également érodé, impliquant, pour les syndicats, l’intérêt de s’adapter progressivement, d’un point de vue fonctionnel et structurel, à la perte d’importance de leur base socioprofessionnelle traditionnelle.

Tableau 6 : Évolution du nombre d’ouvriers syndiqués de l’industrie chimique et part de ceux-ci dans les effectifs syndicaux totaux [IG CPK] [1965-1983]. Données pour la Rhénanie du Nord-Westphalie

Année

Nombre d’ouvriers syndiqués

Évolution (Indice 100 = 1965)

Part dans l’effectif syndical total (en %)

1965

74 170

100

86,2

1968

69 928

94,3

85,3

1971

81 111

109,4

84,0

1975

87 838

118,4

81,2

1979

84 115

113,4

78,0

1983

78 689

106,1

79,1

Sources : Industriegewerkschaft Chemie-Papier-Keramik, Geschäftsbericht. Plusieurs années.

Essai d’analyse des salaires ouvriers dans l’industrie chimique

La relation syndicats-salaires

  • 25 Pour la période 1967-1980. Ce chiffre est issu de l’exploitation des fiches de conflit versées par (...)

19À l’instar des chefs d’entreprise qui souhaitent accroître constamment leur chiffre d’affaires et leurs marges bénéficiaires, les salariés cherchent à percevoir une rémunération toujours plus conséquente leur permettant de vivre décemment et de s’insérer dans la société, même s’ils ont aussi d’autres objectifs, de nature culturelle ou idéologique par exemple. Il semble dès lors logique que les syndicats de travailleurs agissent pour obtenir de meilleures rétributions au profit des individus qu’ils défendent. Certaines de leurs revendications peuvent d’ailleurs s’avérer positives pour les employeurs, telles que l’augmentation du niveau de formation. Il n’en reste pas moins que, parmi les revendications soutenues par elles, le salaire apparaît comme le motif premier des actions entreprises en direction du patronat, par le biais de la négociation, des initiatives dans l’entreprise ou encore des grèves. D’après les fiches de conflit établies par les services compétents des ministères du Travail respectifs, le salaire et les primes représentent en moyenne, entre 1960 et 1980, la moitié des éléments déclencheurs de protestation en France et en Belgique. On atteint 57 % dans l’industrie chimique du Pas-de-Calais25, avec néanmoins une préoccupation relative à l’emploi plus prononcée à partir de la fin des années 1970. L’analyse de la relation syndicats-salaires s’avère complexe, rendant obligatoire la prise en compte de nombreux paramètres gravitant autour de la question. Et cette complexité est encore plus grande si on examine cette relation sous un angle comparatif qui relativise les tentatives économétriques d’explication cherchant à corréler l’évolution salariale avec les taux de syndicalisation et l’action syndicale.

20La négociation salariale diffère fortement en France, en Allemagne fédérale et en Belgique où trois situations se dessinent pour l’industrie chimique, combinant plusieurs échelons de tractations. Du côté français, la rémunération conventionnelle est discutée de façon centralisée dans des commissions paritaires nationales, rassemblant l’organisation patronale, l’Union des industries chimiques (UIC) et les cinq fédérations syndicales représentatives, qui partagent rarement les mêmes objectifs. Ce niveau de négociation de branche, qui doit prendre en compte la diversité du secteur, sert en quelque sorte d’assise aux discussions relatives aux salaires réels prenant place directement dans les entreprises. En Allemagne, la rétribution est d’abord encadrée par des négociations à l’échelon des arrondissements (Bezirke) du Land (Rhénanie du Nord - Westphalie) lors de Tarifrunde réguliers qui fixent les salaires des Arbeiter (Lohn) et des Angestellten (Gehalt) en fonction des Lohn- et Gehaltsgruppen dont l’éventail hiérarchique semble moins ouvert que les grilles Parodi de l’industrie chimique en France. La négociation peut être appuyée par des mouvements de grèves se déclenchant en cas de proposition patronale jugée insuffisante, tandis que la fixation des salaires réels s’effectue dans les entreprises, par le biais du conseil d’entreprise (Betriebsrat). En Belgique enfin, la liaison des salaires à l’indice des prix à la consommation prévue dans les conventions collectives de travail (CCT) remplace en quelque sorte une discussion sur les salaires conventionnels, même si le mécanisme est régulièrement remanié en Commission paritaire nationale, dont les réunions périodiques visent à élaborer ces CCT portant principalement sur des points qualitatifs (durée du travail, avantages sociaux). Ces remaniements donnent lieu à des négociations parfois difficiles, comme par exemple en 1964. Mises à part les petites entreprises où la pénétration syndicale est faible, la quasi-totalité des pourparlers sur les salaires s’effectue en fait au sein des établissements dans lesquels sont conclues des conventions. Ces dernières sont souvent négociées par les permanents régionaux, en collaboration étroite avec les délégués d’usines.

21La diversité de la politique et de l’action syndicales sur les salaires est l’une des raisons de les étudier, bien que les travaux portant sur cette thématique soient assez peu nombreux. Relier les syndicats et les salaires pour une branche donnée et des espaces régionaux particuliers permet de dépasser les simples commentaires généralement associés à la politique et l’idéologie des centrales syndicales qui dénaturent quelque peu la réalité de l’action au niveau régional et local. Les fédérations de l’industrie chimique ont certes des idées et des conceptions différentes (lutte des classes et importance du monde ouvrier chez la FNIC-CGT, la FUC-CFDT et la CG-FGTB, catholicisme social de la CCECC, modération et régulation chez IG CPK) mais on ne peut se permettre de les classer de façon figée dans un courant. Tout dépend de l’analyse, du discours et du cadre sur lequel on se focalise pour procéder à cette classification. Sur le plan de l’entreprise, qui reste le terrain majeur de l’action syndicale, l’adhésion et l’activité des représentants dépendent des idées défendues par la centrale, de la confiance que leur accordent les salariés, mais aussi des relations entre les travailleurs ainsi que de la situation interne de l’établissement. L’intervention des syndicats dans la répartition des richesses produites s’organise généralement autour de trois piliers revendicatifs, d’importance variable dans le temps, mais communément admis dans les trois régions : la productivité des salariés, l’évolution du coût de la vie et l’équité de la rétribution. On assiste par ailleurs, dans l’industrie chimique, marquée globalement par une intensité capitalistique sous-entendant une faible incidence des frais de personnel vis-à-vis du chiffre d’affaires, à une hétérogénéité des situations salariales réelles dont l’évolution et la diversité sont difficiles à reconstituer.

Une délicate comparaison interrégionale des salaires ouvriers

22Pour étudier l’évolution des salaires horaires ouvriers dans un secteur économique donné en s’inscrivant dans une perspective comparative, l’historien dispose d’un outil commode et avalisé par les syndicats et les organismes internationaux : le gain horaire brut. L’Office statistique des Communautés européennes (OSCE) a cherché, dès 1958, à harmoniser ces gains horaires des ouvriers que les instituts statistiques des États membres de la Communauté économique européenne publiaient déjà régulièrement. Ils étaient supposés permettre à la Commission de la Communauté européenne de connaître, en adéquation avec les objectifs du Traité de Rome, la situation des salaires parmi les États membres. En mars 1961, les statisticiens et les délégués des ministères du Travail se mirent d’accord pour procéder à une harmonisation des statistiques des gains. Elle impliquait des choix difficiles sur les éléments à inclure dans la constitution de la rémunération retenue, la classification des activités à adopter ou encore la définition arrêtée pour les ouvriers. Cependant, contrairement aux déclarations d’intentions pour l’élaboration de ces statistiques publiées à partir de 1964, certaines particularités nationales furent conservées et l’harmonisation demeura progressive, portant ainsi préjudice à l’équilibre et à la pertinence des séries reconstituées qui recourent à des estimations en cas de données manquantes (on ne possède des informations sur les gains des ouvriers wallons qu’à partir de 1972 par exemple), afin de mettre en regard l’évolution des salaires du personnel ouvrier de la chimie pour les trois régions de 1960 à 1980.

23Pour apprécier correctement les niveaux de rémunération, la comparaison doit prendre en compte l’évolution des prix à la consommation et celle de la durée de travail de cette catégorie du personnel. Or ces éléments varient dans les trois aires géographiques de l’étude, ce qui influe sur la valeur réelle des salaires. La progression comparée des salaires doit être analysée sur la base de la rémunération hebdomadaire déflatée. Un tel exercice d’affinement statistique est rendu plus difficile encore en raison de lacunes qualitatives et quantitatives dans les données accessibles sur la durée du travail au sein du secteur. Ces réserves faites, on peut proposer les chiffres suivants portant sur la croissance de la rémunération hebdomadaire des ouvriers. Ils montrent qu’en vingt ans, elle a progressé davantage en Wallonie (multiplication par 2,3) qu’en Rhénanie du Nord-Westphalie (multiplication par 2,1) et surtout que dans le Nord-Pas-de-Calais (multiplication par 1,6) [Tableau 7].

Tableau 7 : Évolution du gain hebdomadaire moyen brut des ouvriers de l’industrie chimique des trois régions aux prix de 1960 (Indice 100 = octobre 1960) [1960-1980]

Année

Nord-Pas-de-Calais

Rhénanie du Nord-Westphalie

Wallonie

1960

100

100

100

1965

118,21

133,37

134,46

1970

147,44

163,57

159,46

1975

148,70

183,33

247,90

1980

159,32

208,85

230,28

Sources : OSCE, « Statistiques harmonisées des gains », Statistiques sociales ; INSEE - Direction régionale de Lille, « Index Statistique : Nord-Pas-de-Calais », Profils, plusieurs numéros ; Eurostat, Statistiques régionales ; Statistisches Landesamt Nordrhein-Westfalen, Statistisches Jahrbuch Nordrhein-Westfalen ; INS, Annuaire statistique de la Belgique, plusieurs années.

Taux de croissance annuelle moyen du gain hebdomadaire moyen brut des ouvriers de l’industrie chimique [1961-1980]

Taux de croissance annuelle moyen du gain hebdomadaire moyen brut des ouvriers de l’industrie chimique [1961-1980]

24Ce constat peut être approfondi par une observation des rythmes de croissance annuelle des salaires hebdomadaires qui semblent marquer le pas dans la seconde moitié des années 1970, traduisant les conséquences des problèmes économiques. Entre 1977 et 1980, le taux de progression des gains est inférieur, pour les trois régions, à 2 % par an ; en Rhénanie du Nord-Westphalie, la rémunération connaît une croissance annuelle de 5,4 % entre 1961 et 1973, puis de 2,2 % entre 1973 et 1980.

 

25La conversion des gains en une même unité monétaire par le recours aux taux de change du dollar pour comparer directement les salaires paraît en apparence assez facile à réaliser. Cet exercice se révèle finalement peu satisfaisant. On remarque, certes, en effectuant les conversions, une supériorité somme toute logique de la rémunération versée aux ouvriers de la chimie rhénano-westphalienne, compte tenu de ses performances et de sa compétitivité économiques déjà énoncées, mais celle-ci semble trop écrasante. Le gain hebdomadaire représentait en 1980, pour la région allemande, près de trois fois celui du voisin français, l’écart se creusant de 160 % environ en vingt ans, tandis que le niveau de la rémunération du Nord-Pas-de-Calais perd sa relative domination vis-à-vis de celle pratiquée en Wallonie dès 1963. Le rapport entre le gain perçu dans la région belge et celui gagné par l’ouvrier rhénan paraît bien plus stable et pertinent [Tableau 8].

Tableau 8 : Gains hebdomadaires moyens bruts des ouvriers de l’industrie chimique des trois régions aux prix de 1960 (en dollars US) [1960-1980]

Tableau 8 : Gains hebdomadaires moyens bruts des ouvriers de l’industrie chimique des trois régions aux prix de 1960 (en dollars US) [1960-1980]

Sources : voir le tableau précédent ; Nations-Unies, Annuaire statistique, plusieurs années.

26En fait, la progression observée durant les années 1960 est probablement la plus en phase avec la réalité approchée. Le recul des salaires du Nord-Pas-de-Calais comparativement aux gains rhénans débute après 1968 (l’écart augmente de 113,5 % entre cette année et 1980), de même pour le rapport Wallonie/Nord-Pas-de-Calais. On peut expliquer ces décrochages en mettant en avant le taux de change. L’abandon des changes fixes conduisant à un désordre monétaire mondial dès la fin de la décennie 1960 est probablement la cause la plus importante de ces tendances négatives observées durant les années 1970, ce qui réduit la portée de toute tentative de comparaison sur la base de chiffres exprimés en dollars. Pour l’éviter, il serait nécessaire de procéder à un ensemble de projections et de lissages des séries, éventuellement agrémentés de données supplémentaires. À défaut, on peut se contenter de mettre en regard la valeur relative des salaires ouvriers du secteur.

Niveaux de salaires de la population ouvrière dans l’industrie chimique

  • 26 Émile Cornez, « Les différences régionales de rémunération en Belgique », Revue du Conseil économiq (...)

27Considérer le seul salaire moyen régional ne suffit pas dans une étude de ce type. Ceci étant, celui-ci constitue la base d’une réflexion plus approfondie autour d’un certain nombre de problématiques se focalisant sur le niveau de la rétribution reçue par les ouvriers de la chimie par rapport aux autres branches d’activités ou par rapport aux employés (on pourrait aussi étendre l’analyse aux disparités des salaires entre les hommes et les femmes). L’industrie chimique est, de l’avis même des statisticiens et des représentants syndicaux, un secteur à « très hautes rémunérations »26. En reprenant les sources précédemment mobilisées, on peut effectivement affirmer qu’il existe des écarts importants de salaires horaires entre les ouvriers de la chimie et ceux qui sont occupés dans l’ensemble de l’économie régionale. Ce phénomène s’explique entre autres par le degré élevé de qualification demandé aux chimistes, les différences se resserrant dans le Nord-Pas-de-Calais et la Wallonie au cours des années 1970 [Tableau 9]. Cela est peut-être dû à un rythme d’évolution moins favorable à la branche dans la seconde moitié de la décennie, les deux régions éprouvant des difficultés à s’adapter aux nouveaux enjeux de l’industrie chimique pour lesquels la Rhénanie est particulièrement bien placée.

Tableau 9 : Rapport entre les gains horaires moyens bruts des ouvriers de l’industrie chimique et de l’ensemble des activités dans les trois régions (Indice 100 = gains horaires moyens bruts de l’ensemble des activités économiques) [1964-1977]

Année

Nord-Pas-de-Calais

Rhénanie du Nord-Westphalie

Wallonie

1964

108,75

103,29

1969

112,71

113,17

1972

116,21

106,55

105,55

1977

110,76

111,51

103,86

Sources : OSCE, « Statistiques harmonisées des gains : Octobre 1964 » in Statistiques sociales, no 5, 1965, p. 62 et 71 ; OSCE, Statistiques régionales 1972 : Annuaire, Luxembourg, Office des publications officielles des Communautés européennes, p. 125 ; Eurostat, Statistiques régionales : Population, emploi, conditions de vie 1975, Luxembourg, Office des publications officielles des Communautés européennes, p. 354 et 358 ; Eurostat, Statistiques régionales : Population, emploi, conditions de vie 1978, Luxembourg, Office des publications officielles des Communautés européennes, p. 346 et 350.

28La chimie rhénane présente un salaire horaire supérieur à la moyenne nationale du secteur (il est environ 1,05 fois plus élevé). L’ouvrier wallon perçoit à l’heure, de 1973 à 1980, environ 95 % du salaire moyen de cette même industrie pour la Belgique entière ; dans le Nord-Pas-de-Calais, la situation est différente et le rapport évolue : celui-ci s’avère plutôt stable jusque 1973, puis décroît (80 % en 1980). La Rhénanie concentre, durant les vingt années considérées, une bonne partie du chiffre d’affaires de l’industrie chimique allemande, ce qui explique probablement les salaires relativement plus élevés qu’elle propose. Même si nous ne disposons pas de sources pour le début de la période à propos de la Région wallonne, la position salariale qu’elle occupe découle de la domination flamande – et surtout anversoise – sur l’activité chimique. Enfin, en ce qui concerne le Nord-Pas-de-Calais, nous avons noté que la chimie n’est pas une activité dominante de la région et que celle-ci ne représente pas un poids important dans l’industrie chimique nationale ; la dégradation du rapport peut alors s’expliquer par un manque de modernisation des structures régionales de ce secteur, accentuant son retard par rapport à la chimie nationale et mondiale.

  • 27 OSCE, Statistiques régionales 1972 : Annuaire, Luxembourg, Office des publications officielles des (...)
  • 28 Calculs effectués à partir des données contenues in INSEE - Direction Régionale de Lille, Bulletin (...)
  • 29 Statistisches Landesamt Nordrhein-Westfalen, Statistisches Jahrbuch Nordrhein-Westfalen. Plusieurs (...)

29La catégorie et le statut du personnel jouent un rôle indéniable sur le niveau de salaire des travailleurs, celui-ci variant en fonction de la qualification et du type d’emploi. Les employés, dont le nombre absolu et relatif progresse dans cette branche au cours de la période, perçoivent une rémunération plus importante que celle des ouvriers. Cette constatation, que l’on peut aisément illustrer pour l’économie entière d’un État ou d’une région, est difficilement vérifiable sur vingt ans pour l’industrie chimique. Les éléments nécessaires à la construction d’une argumentation solide impliqueraient de disposer de séries de salaires annuels ou mensuels, ce qu’offre l’OSCE pour l’année 1969 seulement. À la fin des années 1960, les salaires ouvriers mensuels, calculés selon le même principe que la rémunération des employés, ne constituent que 68, 71 et 60 %, respectivement dans le Nord-Pas-de-Calais, la Rhénanie du Nord-Westphalie et la Belgique entière (nous ne disposons pas de chiffres pour la Wallonie), de la rétribution du personnel administratif et d’encadrement27. Cette différence criante traduit l’importance croissante que prennent les cols blancs. Elle est corroborée par la statistique régionale qui souligne l’accroissement des écarts. En 1964, la rémunération annuelle des ouvriers de l’industrie chimique du Nord-Pas-de-Calais correspondait à 78 % de celle des employés dans la région française, 76 % deux ans plus tard28. Du côté rhénan, la supériorité grandissante de la rémunération des Angestellten peut être présentée pour les deux décennies considérées : la différence en unités monétaires entre le salaire des ouvriers et celui des employés passe de 125 DM en 1960 à 749 DM vingt années plus tard. Le salaire des ouvriers s’élevait, dans la première moitié des années 1960, à hauteur de 90 % de ce que percevaient les Angestellten ; en 1980, le ratio chutait aux trois quarts seulement (78 %)29.

Conclusion

  • 30 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française : XIXe - XXe siècle, Paris, Seuil, 1986, p.  (...)

30L’analyse comparative interrégionale que l’on a tenté d’effectuer ici au moyen d’illustrations statistiques est, de fait, assez peu courante. Cela s’explique en partie par les multiples difficultés auxquelles l’historien est confronté dans un tel exercice : manque partiel ou total de sources, recours nécessaire à des extrapolations et à des estimations peu fiables, absence de séries homogènes pour la totalité de la période. On soulignera encore le fait que les données chiffrées doivent être replacées dans leur contexte économique et social d’ensemble pour devenir intelligibles. En ce qui concerne l’adhésion aux syndicats et le niveau des salaires, la dimension régionale mérite pourtant d’être étudiée en profondeur, tout comme pour les entreprises et les unités de production, car l’appréciation que l’on peut porter sur une situation nationale masque souvent une réelle diversité et des écarts qui peuvent être profondément éloignés de la tendance générale. On a pu ainsi observer que les données nationales, tant pour les effectifs ouvriers que les taux de syndicalisation ou les salaires, ne sont pas forcément représentatives de la réalité présente dans les diverses régions. Une comparaison interrégionale doit néanmoins partir de régions plus ou moins semblables, même si le parallélisme ne peut être parfait. Le Nord-Pas-de-Calais, la Rhénanie du Nord-Westphalie et la Wallonie sont des régions d’ancienne industrialisation qui comptent parmi leurs activités principales des secteurs traditionnels comme l’industrie extractive ou la métallurgie et qui, dès les années 1960, doivent accomplir des efforts, d’ampleur d’ailleurs inégale, pour assurer leur reconversion. Dans cette optique, la population ouvrière apparaît comme l’une des plus affectées, devenant une « classe en détresse »30 face au développement des nouvelles activités tertiaires et, en conséquence, les syndicats à base traditionnellement ouvrière doivent revoir leurs stratégies de recrutement et adapter leurs revendications face aux aléas des nouvelles conditions de la vie économique.

  • 31 Nancy Green, « L’histoire comparative et le champ des études migratoires », Annales ESC, no 6, 1990 (...)

31Les perspectives de recherche sont donc variées et il conviendrait de suivre la voie déjà balisée par d’autres comparaisons interrégionales, concernant par exemple les activités charbonnières, sans forcément se limiter à des études sur le fait syndical ou sur le niveau des salaires. Les remarques mises en avant dans cet article qui appellent à la prudence et à la retenue face aux conclusions hâtives ne doivent en aucun cas décourager les chercheurs ; ils peuvent sans conteste élaborer des éléments leur permettant de caractériser les régions et de dégager les facteurs explicatifs des différences relevées. Ceux-ci sont bien souvent d’ordre traditionnel, renvoyant à l’histoire et aux institutions, recouvrant le monde social, mais aussi économique. En conséquence, on ne peut que souligner, au terme de cette longue analyse, « l’impératif comparatif »31. Pour l’étude du syndicalisme et des niveaux de salaires, il demeure nécessaire, tant les particularismes sont marqués, ce qui rend finalement, pour tout ce qui concerne la législation du travail, le travail communautaire européen et l’action de la Confédération européenne des syndicats (CES), difficiles et encore limités.

Notes

1 Les travaux historiques et sociologiques sont, outre-Rhin, très abondants sur le syndicalisme et les relations industrielles, portant notamment sur la Mitbestimmung et la Tarifpolitik qui font l’objet d’études significatives.

2 La superficie du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie (34 039 km²) équivaut à plus du double des dimensions de la Wallonie (16 842 km²) et du Nord-Pas-de-Calais (12 377 km²). La région rhénane était, en 1970, la plus densément peuplée (497 habitants/km²) par rapport aux régions française (312 habitants/km²) et belge (188) considérées.

3 Archiv für soziale Bewegungen(AfsB) : IG Chemie - Bezirk Nordrhein : Industriegewerkschaft Chemie-Papier-Keramik - Bezirk Nordrhein, Geschäftsbericht 1972-1975 : 10. Ordentliche Bezirksdelegierten-Konferenz 7. und 8. Mai 1976 : Stadthalle Köln-Mülheim, p. 9-10.

4 Industriegewerkschaft Chemie-Papier-Keramik, Geschäftsbericht 1963-1965 zum 7. Ordentlichen Gewerkschaftstag in Dortmund vom 4. Bis 10. September 1966, p. 50 ; Statistisches Landesamt Nordrhein-Westfalen, Statistisches Jahrbuch Nordrhein-Westfalen 1966, Düsseldorf, 1966, p. 135.

5 INSEE - Direction régionale de Lille, « Bilan chiffré régional 1969 et rétrospective : Démographie et économie », in Profils de l’économie Nord-Pas-de-Calais : Supplément, janvier 1971, p. 86.

6 Jean-Rémi Sortia, Christian Vandermotten, Jean Vanlaer, Atlas économique de l’Europe, Bruxelles, Société royale belge de géographie/ULB, 1986, p. 38.

7 Cf. la contribution de Michel-Pierre Chélini dans ce même volume.

8 Henri Morsel, « Position idéologique et comportement politique d’un dirigeant d’une grande entreprise dans la première moitié du XXe siècle », Colloque de l’Association française des historiens économistes (AFHE), Les entreprises et les entrepreneurs du XVIIIe au XXe siècle - tenu à Paris du 6 au 8 mars 1980.

9 Le 2 juillet 1971, 27 Angestellten se mettent en grève partielle aux Chemische Werke Hüls (Marl), alors que la grève totale n’en mobilisera que 4, contre 150 chez les Arbeiter (Chemische-Werke-Hüls Werksarchiv [CWH] : A-VIII-17-2 : Liste der Ausfallstunden und Anzahl der Streikenden [1971]).

10 Sources : OSCE, Statistiques régionales 1971 : Annuaire, Luxembourg, Office des publications officielles des Communautés européennes, p. 131-134 ; OSCE, Statistiques régionales 1972 : Annuaire, Luxembourg, Office des publications officielles des Communautés européennes, p. 118-120 ; Eurostat, Annuaire de statistiques régionales 1983, Luxembourg, Office des publications officielles des Communautés européennes, 1983, p. 172-176 ; INSEE - Direction régionale de Lille, « Bilan de l’année 1972 Nord-Pas-de-Calais », Profils, no 2, février 1974, p. 70 ; Statistisches Landesamt Nordrhein-Westfalen, Statistisches Jahrbuch Nordrhein-Westfalen 1970, p. 134 ; Institut National de Statistique, Annuaire de statistiques régionales 1981, p. 132.

11 69 % des salariés du secteur dans la Ruhr sont des ouvriers en 1970 ; 63 % en 1980 (Landesamt für Datenverarbeitung und Statistik Nordrhein-Westfalen, Statistische Rundschau für das Ruhrgebiet 1974, p. 140 ; Landesamt für Datenverarbeitung und Statistik Nordrhein-Westfalen, Statistische Rundschau für das Ruhrgebiet 1981, p. 94).

12 INSEE - Direction Régionale de Lille, op. cit., p. 87.

13 La part des Arbeiter parmi le personnel occupé aux Chemische Werke Hüls (Marl - Rhénanie du Nord-Westphalie) passe de 70 à 65 % entre 1966 et 1971 (CHW : X-3-5/7 : Bericht der Personal-Kommission, Betriebsversammlung [Betriebsrat] der Chemische Werke Hüls AG - Marl Kreis Recklinghausen, 29 novembre 1966, p 00031 ; CWH : X-3-5/8 : Bericht der Personal-und Lohnkommission, CWH-Belegschaftsversammlung, 10-11 novembre 1971), tandis que les ouvriers ne représentent déjà plus, à Socanord (Liévin - Nord-Pas-de-Calais) que 57 % de la main-d’œuvre en 1965 : Archives Départementales du Pas-de-Calais [AD62] : 1W 26797/1 : Rapport du Service départemental des Renseignements généraux du Pas-de-Calais, envoyé par le commissaire principal au cabinet du Préfet du Pas-de-Calais en mars 1965 et relatif aux mouvements de grève dans le département.

14 Les syndicats allemands présentent généralement des états bruts de leur force : ‚ In Wirklichkeit liegt der Organisationsgrad allerdings niedriger, da Mitglieder der Gewerkschaft auch nicht berufstätige Arbeitnehmer (Rentner, Schüler) sind. Dieser Personenkreis dürfte annährend 10 % der Gewerkschaftsmitglieder ausmachen‘ (Bayer AG-Archiv : 214/1.2 Vol. 2 : Gewerkschaftsreport des Instituts der deutschen Wirtschaft, 22 avril 1974, p. 5).

15 Patrick Pasture, Jozef Mampuys, In de ban van het getal Ledenanalyse van het ACV 1900-1990, Louvain, HIVA, HIVA-reeks no 13, 1990.

16 Les chiffres publiés « sont, de l’avis même de plusieurs responsables syndicaux, supérieurs à la réalité » (Étienne Arcq, « L’évolution de l’implantation syndicale », Courrier hebdomadaire du CRISP, no 1147, 30 janvier 1987, p. 4).

17 CWH : A-XIII-1-1/1 : Tarifmitteilungen Chemie - Bezirk Westfalen du 2 novembre 1960 : ‚ Verhandlungsergebnis : 28 Pfennige mehr pro Stunde ! ! Nur für Organisierte ! !’.

18 Archives privées de la Centrale chrétienne énergie-chimie-cuir (A-CCECC) : Commissions Paritaires : Commission paritaire nationale de l’Industrie Chimique, convention collective de travail du 12 avril 1972 relative à la création à un fonds social de l’industrie chimique.

19 Bernhard Ebbinghaus, Jelle Visser (ed.), Trade-Unions in Western Europe since 1945, Londres, MacMillan, 2000.

20 Ces taux, qui ne prennent pas en compte l’évolution des effectifs sur la longue période, sont fournis in B. Ebbinghaus, J. Visser (ed.), op. cit., p. 130 et 132. Le ratio donné pour IG CPK est établi à partir d’une moyenne observée sur la base des rapports syndicaux ; les auteurs précédemment cités avançaient le chiffre de 60 %.

21 « Ce que représentent les syndicats ouvriers français », Entreprise, 23 novembre 1968, p. 7.

22 Au plan national, la FNIC-CGT revendiquait 80 000 adhérents en 1978 (Fédération nationale des industries chimiques CGT, Des moments d’histoire de la Fédération nationale des industries chimiques CGT, Montreuil, VO Éditions, 1995, p 105-106). Les services internes de la FUC-CFDT dénombraient, pour 1976, 3 890 cotisants répartis dans l’Union régionale Chimie CFDT Nord-Pas-de-Calais (URC) (CAMT : 1996 031 Lot 4 : Annexe no 1 « La restructuration des syndicats Chimie de la Région Nord » au contrat entre l’URC et la FUC pour le compte de la charte financière fédérale daté du 11 janvier 1977, p. 3)

23 Par comparaison, le taux de syndicalisation des verriers atteint, durant les années 1960-1980, plus de 73 % en Allemagne fédérale (IG CPK), 98 % chez les ouvriers belges du gaz et de l’électricité (CCECC).

24 En RFA, si 58,7 % des ouvriers sont syndiqués chez Bayer (Leverkusen), 81,1 % le sont chez BASF (Ludwigshafen) en 1976 (Projektgruppe Gewerkschaftsforschung, Tarifpolitik unter Krisenbedingungen : Darstellung und Analyse der Tarifbewegungen 1975 und 1976 in der chemischen Industrie und in der Druckindustrie, Francfort-sur-le-Main, Forschungsberichte des Instituts für Sozialforschung, 1977, p. 111).

25 Pour la période 1967-1980. Ce chiffre est issu de l’exploitation des fiches de conflit versées par la Direction départementale du travail du Pas-de-Calais aux archives départementales. AD62 : 1300 W 5 ; 1300 W 124 ; 1300 W 125 ; 1300 W 126 et 1300 W 318.

26 Émile Cornez, « Les différences régionales de rémunération en Belgique », Revue du Conseil économique wallon, no 84, juillet-septembre 1967, p. 17.

27 OSCE, Statistiques régionales 1972 : Annuaire, Luxembourg, Office des publications officielles des Communautés européennes, p. 126-129.

28 Calculs effectués à partir des données contenues in INSEE - Direction Régionale de Lille, Bulletin de statistique : Région du Nord (Nord-Pas-de-Calais), 2e trimestre 1966, p. 15 ; INSEE - Direction Régionale de Lille, Bulletin de statistique : Région du Nord (Nord-Pas-de-Calais), 2e trimestre 1968, p. 20.

29 Statistisches Landesamt Nordrhein-Westfalen, Statistisches Jahrbuch Nordrhein-Westfalen. Plusieurs années.

30 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française : XIXe - XXe siècle, Paris, Seuil, 1986, p. 237.

31 Nancy Green, « L’histoire comparative et le champ des études migratoires », Annales ESC, no 6, 1990, p. 1335-1350, repris in Michel Pigenet, Patrick Pasture, Jean-Louis Robert, L’apogée des syndicalismes en Europe Occidentale : 1960-1980, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 20.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Nombre de journées individuelles de travail perdues pour cause de grève en 1969 et 1978 et sur l’ensemble de la période 1969-1978 (en milliers)
Crédits Sources : Bureau international du travail (BIT), Annuaire des statistiques du travail 1973 et 1981 ; Walther Müller-Jentsch, Basisdaten der industriellen Beziehungen, Francfort-sur-le-Main, Campus Verlag, 1989, p. 177 ; INS, Annuaire statistique de la Belgique, 1970 à 1982 ; INSEE, Statistiques et indicateurs des régions françaises, 1977 à 1981 ; Statistisches Landesamt Nordrhein-Westfalen, Statistisches Jahrbuch Nordrhein-Westfalen, 1972 bis 1982 ; Jacques Vilrokx, Jim Van Leemput, « Belgium : A new stability in industrial relations ? » in Anthony Ferner, Richard Hyman (ed.), Industrial Relations in the New Europe, Oxford, Basil Blackwell, 1992, p. 381.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 1 : Caricature parue dans Chimie Militants, no 69, mai-juin 1980, p. 15
Crédits Centre des Archives du Monde du Travail [CAMT] : 1996 031 Lot 13.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45476/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 2 : Caricature parue in Chemie Kürier : Mitteilungsblattder Tarifkommission der Industriegewerkschaft Chemie-Papier-Keramik - Bezirk Nordrhein, no 4, 1971.
Crédits AfsB : Bezirk Nordrhein : Geschäftsbericht der Bezirksleitung Nordrhein 1969-1971. Dossier relatif aux grèves de 1971.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45476/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 2 : Nombre d’établissements, effectifs salariés et évolution de ceux-ci dans l’industrie chimique des trois régions en 1962, 1969 et 197910
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45476/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 3 : Évolution du nombre d’ouvriers (Indice 100 = 1971) et part de ceux-ci dans les effectifs salariés de l’économie wallonne et de l’industrie chimique de Rhénanie du Nord-Westphalie et de Belgique (en %) [1960-1980]
Crédits Sources : Statistisches Landesamt Nordrhein-Westfalen, Statistisches Jahrbuch Nordrhein-Westfalen ; Institut National de Statistiques, Annuaire statistique de la Belgique. Plusieurs années.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45476/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 4 : Évolution du nombre d’adhérents de l’industrie chimique au sein des fédérations nationales respectives (Indice 100 = 1962) [1962-1979]
Crédits Sources : Industriegewerkschaft Chemie-Papier-Keramik - Hauptvorstand, Geschäftsbericht ; Centrale générale FGTB, Rapport statutaire ; Centrale chrétienne énergie, chimie, cuir, Rapport d’activité, passim.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45476/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Taux de croissance annuelle moyen du gain hebdomadaire moyen brut des ouvriers de l’industrie chimique [1961-1980]
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45476/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 8 : Gains hebdomadaires moyens bruts des ouvriers de l’industrie chimique des trois régions aux prix de 1960 (en dollars US) [1960-1980]
Crédits Sources : voir le tableau précédent ; Nations-Unies, Annuaire statistique, plusieurs années.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45476/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

Auteur

Université d’Artois

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540