Version classiqueVersion mobile

Travail et entreprises en Europe du Nord-ouest (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Michel-Pierre Chélini
, 
Pierre Tilly

I. La gestion des ressources humaines dans les entreprises : études de cas

La politique de formation professionnelle dans les mines de fer de Lorraine des années 1940 aux années 1970

Pascal Raggi

Texte intégral

  • 1 Bernard Charlot et Madeleine Figeat, Histoire de la formation des ouvriers 1789-1984, Paris, Miner (...)
  • 2 Françoise Birck, « Formation technique dans les mines de fer et la sidérurgie lorraine, 1920-1945. (...)

1Le métier de mineur a longtemps été artisanal. Au XIXe siècle, les compétences nécessaires à la pratique de l’« art du mineur » s’acquièrent encore comme des savoir-faire artisanaux. Dans les mines de fer de Lorraine, avant le développement industriel de l’exploitation minière lié à celui de la sidérurgie régionale, les mineurs sont souvent des ouvriers paysans qui continuent de pratiquer une activité agricole en plus de leurs heures de travail à la mine. Au tournant du siècle, cette situation change. Dans les trois premières décennies du XXe siècle, le processus d’industrialisation des activités extractives nécessite l’emploi d’une nouvelle main-d’œuvre. Plus nombreuse et spécifiquement destinée à travailler à la mine, elle est recrutée majoritairement à l’étranger – en Italie et en Pologne principalement – pour être employée aux différents postes ouvriers des galeries et des carreaux miniers. Toutefois, dans les années 1920, si le recrutement s’effectue à une échelle industrielle, l’apprentissage du métier obéit encore à des logiques artisanales. Malgré la loi Astier du 25 juillet 1919 qui organise les bases d’un véritable système d’enseignement professionnel en France1, il faut attendre la fin de l’entre-deux-guerres pour que certaines entreprises minières du bassin ferrifère lorrain mettent en place des dispositifs de formation professionnelle. Un mouvement en faveur de l’apprentissage existe ainsi au sein de l’Union des industries métallurgiques et minières (UIMM), le puissant syndicat patronal des maîtres de forges français. De nouvelles relations se tissent entre les patrons des mines et l’État pour structurer la formation professionnelle dans les mines de fer, conformément à la loi et aux attentes de la profession2. En 1941, sous le gouvernement de Vichy, la création des « écoles d’apprentissage des mines de fer de l’Est » concrétise ce rapprochement entre les autorités étatiques et le patronat minier sur le thème de la formation professionnelle. De la Libération jusqu’aux années 1950, la formation dispensée dans ces centres d’apprentissage correspond aux nouveaux besoins de main-d’œuvre ainsi qu’à la généralisation des moyens mécaniques à tous les stades de l’exploitation du minerai de fer. Dans les années 1970, le dispositif de formation professionnelle s’adapte à un contexte où les recrutements dans les mines de fer correspondent surtout à l’embauche de rares spécialistes pour effectuer des travaux particuliers (conducteurs d’engins, etc.).

  • 3 Nom familier donné au minerai de fer lorrain. Son inconvénient majeur réside dans sa pauvreté en f (...)

2Au cours des « Trente Glorieuses », les compagnies minières exploitant le gisement de minette3 se sont adaptées à la conjoncture économique et sociale, ainsi qu’aux changements de législation concernant la formation professionnelle. Cette adaptation doit être étudiée pour montrer les évolutions de la politique de formation professionnelle des entreprises minières dans les mines de fer de Lorraine.

3L’utilisation des revues des ingénieurs des mines et des rapports d’activité de la Chambre syndicale des mines de fer de France (CSMFF) permet notamment de comprendre comment la politique entrepreneuriale de formation se transforme. Les souvenirs professionnels des anciens membres du personnel des mines lorraines complètent aussi ces sources.

4L’étude des origines de la mise en place d’une formation professionnelle encadrée par les entreprises minières met en évidence, tout d’abord, les liens entre l’État et le patronat dans ce domaine. Ensuite, il convient de montrer comment et pourquoi, dans les années 1950-1960, l’apprentissage spécifiquement minier devient une formation ouvrière plus générale. Enfin, il faut décrire les mutations du service de formation des mines de fer de Lorraine dans les années 1970, car elles illustrent la prise en compte de deux évolutions majeures pour l’emploi minier : d’une part, la diminution drastique du niveau de l’embauche dans les exploitations minières, d’autre part, l’orientation vers une démarche pédagogique visant à donner de nouvelles compétences aux personnels miniers afin de les adapter aux transformations des techniques minières et du marché du travail.

Les origines de la formation professionnelle dans les mines de fer de Lorraine

La formation professionnelle des mineurs jusqu’à la fin des années 1930

5À la fin du XIXe siècle, le procédé de déphosphoration Thomas-Gilchrist, dont le brevet a été déposé en 1877 et qui est tombé dans le domaine public en 1894, permet l’exploitation industrielle du minerai de fer lorrain. Jusqu’à cette époque, les mineurs de Lorraine pratiquent un métier à la fois artisanal et industriel. Le mineur, souvent propriétaire de ses outils, organise son chantier comme il l’entend et ses aides procèdent au chargement et au transport du minerai abattu. Les jeunes ouvriers qui exercent les différents métiers de la mine apprennent leur travail au contact des travailleurs les plus anciens. La formation se fait sur le tas. C’est un mélange de méthodes empiriques, de techniques précises et d’instinct, le fameux « nez » du mineur.

  • 4 François Baudin, Histoire économique et sociale de la Lorraine, tome 3 : Les hommes 1870-1914, Met (...)
  • 5 Comme l’écrit Jean-Arthur Varoquaux, « (…) Les Sarrois gardent des intérêts dans les sociétés mini (...)
  • 6 B. Charlot et M. Figeat, Histoire de la formation des ouvriers 1789-1984, op. cit., p. 248-250 et (...)
  • 7 Sur ces deux conceptions de l’apprentissage dans les mines de fer, voir F. Birck, op. cit., p. 294 (...)

6Dans les années 1910, les entreprises minières présentes en Lorraine investissent dans l’outillage minier dont les prix sont tels qu’ils ne permettent plus aux mineurs d’en assurer eux-mêmes l’achat4. En 1919, la France recouvre l’intégralité du bassin ferrifère lorrain dont la partie nord – la plus importante en étendue et en production – avait été exploitée par l’Empire allemand dès la fin du siècle précédent en Moselle annexée et, depuis le début du conflit, en Meurthe-et-Moselle septentrionale occupée. Des deux côtés de l’ancienne frontière nationale, les participations des entreprises allemandes aux compagnies minières sont saisies et adjugées à des sociétés sidérurgiques à capitaux majoritairement français, mais aussi belges, luxembourgeois et sarrois5. Au même moment les entreprises minières recrutent des travailleurs immigrés, majoritairement italiens et polonais, qui sont parfois déjà formés aux techniques minières, mais qui, le plus souvent, apprennent les différents métiers de la mine en observant, puis en imitant, les travailleurs plus expérimentés. Pourtant, la loi Astier du 25 juillet 1919 organisant l’enseignement technique et commercial en France, puis la loi du 13 juillet 1925 créant la taxe d’apprentissage donnent un cadre légal et financier à la formation professionnelle6. Ainsi, les premières formes d’apprentissage apparaissent, par exemple dans les mines de fer du Pays-Haut meurthe-et-mosellan. Celle de Mancieulles fait figure de site précurseur dans la présentation et la réussite de candidats au CAP de métiers de la mine effectués au jour : ajusteur, tourneur sur métaux, etc., tandis que celle de Piennes destine en priorité l’apprentissage aux futurs personnels du fond7.

  • 8 F. Birck, op. cit., p. 296.
  • 9 Sur les mouvements de main-d’œuvre dans les mines de fer, voir Gérard Noiriel, Les ouvriers sidéru (...)

7Ces initiatives précèdent l’organisation, durant les années 1930, de l’apprentissage par l’Union des industries métallurgiques et minières (UIMM). Dès 1932, la commission de formation de ce puissant syndicat patronal incite les entreprises du secteur à former la main-d’œuvre la moins qualifiée. Cet objectif diffère de la réorganisation de l’enseignement technique prévue par l’État qui souhaite la mise en place d’un cursus permettant la formation d’ouvriers très qualifiés8. Néanmoins, les conventions collectives mises en place en 1936 permettent à l’UIMM de relancer les recommandations en faveur de l’apprentissage dans les mines de fer, conjointement au développement de la mécanisation des procès de production qui nécessitent de nouvelles compétences, particulièrement pour les servants des machines utilisées au fond. À la fin des années 1930, la nécessité de former de jeunes ouvriers français apparaît aussi comme un enjeu stratégique. En effet, la création d’un vivier de personnel qualifié semble nécessaire aux entreprises minières pour disposer d’une main-d’œuvre nationale. Contrairement aux ouvriers étrangers, qui peuvent être renvoyés chez eux en cas de fermeture du marché du travail ou qui ne pourraient plus être recrutés en cas de guerre, les travailleurs français constituent un groupe dont la stabilité est relativement assurée9. Lors du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, la formation professionnelle, rendue obligatoire par le décret-loi du 24 mai 1938, n’est pas encore suffisamment structurée dans les mines de fer, notamment en ce qui concerne les métiers du fond.

Le patronat minier, Vichy et la mise en place de l’apprentissage ouvrier

  • 10 F. Birck, op. cit., p. 302.
  • 11 F. Birck signale que le recrutement des apprentis « peut se faire, comme par le passé, dans les fa (...)
  • 12 Daniel Sommen, « Le centre d’apprentissage », in Trieux-Tucquegnieux. Destins croisés en sol mineu (...)

8En 1940, après la défaite française, « l’organisation provisoire de la production industrielle » est définie par la loi du 16 août. Chaque branche industrielle est organisée par un comité d’organisation (CO). Comme l’écrit Françoise Birck, ces CO « semblent bien avoir accueilli la majorité des hommes et des moyens des organismes patronaux dissous »10. Les mines de fer de Meurthe-et-Moselle dépendent du Comité d’organisation de l’industrie des minerais de fer (COMIFER), lui-même sous la tutelle de la direction de la Sidérurgie du ministère de la Production industrielle. Elles sont rattachées à la Chambre syndicale des mines de fer de France, dont elles constituent la section Est. Les mines de Moselle, appartenant, quant à elles, à un territoire annexé par l’Allemagne nazie, ne dépendent plus des institutions étatiques et patronales françaises. Toutefois, à la Libération, elles participent à la formation des jeunes ouvriers, dans le cadre des « écoles d’apprentissage des mines de fer de l’Est » créées en 1941. Depuis cette date en effet, chaque exploitation minière du territoire français doit posséder un centre d’apprentissage, destiné à former les jeunes ouvriers aux métiers de l’abattage. La formation des apprentis – en majorité des fils de mineurs âgés de 14 ans11 – s’étale sur quatre années. Mêlant enseignements pratiques, sportifs et théoriques, elle se déroule dans des centres d’apprentissage qui peuvent être communs à plusieurs mines et conduit à passer les épreuves du certificat d’aptitude professionnelle (CAP) d’aide-mineur. Les apprentis, appelés « arpètes », reçoivent une formation dont une partie des contenus est commune à l’ensemble des sites, notamment les aspects les plus scolaires, comme les cours de français et de calcul. Le sport est également très important dans le programme des centres d’apprentissage : il est pratiqué à raison de 1 à 2 heures par jour. Les apprentis font de l’athlétisme, de la gymnastique, des sports collectifs, etc., mais peuvent aussi pratiquer la natation dans les eaux souvent froides des étangs miniers12 ! La formation sportive a plusieurs objectifs : elle doit préparer au métier de mineur, exigeant sur le plan physique ; elle permet de créer un esprit de cohésion que l’on retrouve dans le cadre du travail minier ; elle stimule l’esprit de compétition. D’ailleurs, des épreuves sportives sont organisées entre les centres d’apprentissage, permettant aux futurs mineurs de se mesurer entre eux sur la base de programmes d’entraînement relativement proches. Les cours dans les matières plus scolaires se ressemblent également : ils visent notamment à donner les mêmes bases à des enfants issus de parents immigrés. Ainsi, pour la génération des apprentis en formation dans les années 1940-1950, la maîtrise de la langue française représente un enjeu important, car leurs parents, même s’ils parlent un français correct, ignorent souvent certaines règles grammaticales et orthographiques. Cependant, une large part des enseignements peut être adaptée aux conditions de l’exploitation d’une mine particulière.

  • 13 D. Sommen, op. cit., p. 91.
  • 14 Dominique Fancelli, « Évolution des structures professionnelles de formation dans les mines de fer (...)
  • 15 F. Birck, op. cit., p. 304.
  • 16 Jean Bichelonne (1904-1944) : polytechnicien, ingénieur des mines, ministre de la Production indus (...)
  • 17 F. Birck, op. cit., p. 305.

9En effet, il se trouve que « les contenus étaient définis par l’Inspection de l’apprentissage dans les mines de fer, mais chaque mine disposait d’une parfaite latitude pour organiser les enseignements, tant pratiques que théoriques »13. Selon Dominique Fancelli, chef du service de formation de la CSMFF au début des années 1970, cette Inspection de l’apprentissage avait été créée afin d’éviter le départ des jeunes ouvriers pour le STO (Service du travail obligatoire) en Allemagne durant l’Occupation14. Elle prépare aussi l’avenir des mines de fer : « La direction de la Sidérurgie, en relançant la question de l’apprentissage, s’appuie sur les constatations d’avant-guerre pour tenter, dès 1941, de préparer les conditions d’exploitation d’après-guerre »15. Cependant, pour Françoise Birck, « le fait de désigner comme inspecteur de l’apprentissage un homme acquis aux thèses de Vichy [Jean Bichelonne16] laisse supposer que l’inculcation des valeurs de la Révolution nationale, même si elles ne sont pas ouvertement revendiquées, fait bien partie du projet relayé par les instances patronales »17. Quoiqu’il en soit, le système d’apprentissage des mines de fer survit au régime de Vichy. À la Libération, il s’étend à l’ensemble du département de la Moselle, désormais réintégré à la France.

De l’apprentissage spécifiquement minier à la formation ouvrière polyvalente (de la fin des années 1940 aux années 1960)

  • 18 D. Fancelli, op. cit., p. 1.
  • 19 Voir les cartes en annexes.

10Après 1945, l’Inspection de l’apprentissage est prise en charge par le Groupement auxiliaire de l’industrie des mines de fer, et ce jusqu’en 1953, date à partir de laquelle elle dépend directement de la Chambre syndicale des mines de fer de France. Elle s’occupe également de la formation professionnelle : « Son rôle a consisté alors à assurer la formation pédagogique des moniteurs et à développer l’apprentissage pour permettre la reprise progressive de l’exploitation dans les mines »18. En Lorraine, toutes les exploitations minières sont concernées. Réparties sur les 100 000 hectares des deux bassins ferrifères de la région – au nord, celui de Briey-Longwy-Thionville et, au sud, celui de Nancy, plus modeste en étendue et en effectifs19, elles appartiennent toutefois à deux types de structures d’entreprises. Les concessions dites intégrées sont exploitées par des sociétés sidérurgiques qui s’assurent ainsi un approvisionnement régulier en minerai ; les concessions dites « marchandes » produisent un minerai acheté par les sociétés sidérurgiques françaises et européennes.

  • 20 D. Fancelli, op. cit., p. 3.
  • 21 CSMFF, Rapport d’activité pour l’année 1966, Paris, 1967, p. 28.
  • 22 Sur la mécanisation intégrale, voir Pascal Raggi, Les mineurs de fer au travail, Metz, Éditions Se (...)

11Les centres d’apprentissage s’adaptent rapidement à l’utilisation des moyens mécaniques : « En 1945, le programme des centres d’apprentissage était axé sur le travail à la main dans les chantiers. La mécanisation qui s’est développée à partir de 1949 a entraîné, vers 1954, l’introduction de programmes d’électricité et de mécanique. Cette réforme a permis à plusieurs centres de présenter, dès 1956, des apprentis de troisième année à des CAP de mécanique et d’électromécanique, les épreuves du CAP d’aide-mineur continuant à être passées en fin de quatrième année »20. Les exploitants recherchent alors de plus en plus des électromécaniciens, désormais indispensables au bon fonctionnement de l’exploitation : « D’année en année, les métiers purement miniers cèdent la place à des CAP d’électromécaniciens ou divers et 20 % seulement des candidats se présenteront au CAP de conducteur-dépanneur en 1967 »21. Ainsi, en 1960, la totalité de la minette abattue est chargée mécaniquement. Dans la décennie qui suit, l’équipement de base des quartiers d’exploitation comprend des perforatrices lourdes appelées jumbos, des chargeuses joys, des chargeurs-transporteurs, des camions, etc. Tous ces engins doivent être entretenus par des personnels de plus en plus qualifiés22.

De nouveaux besoins de formation pour le personnel ouvrier

  • 23 D. Fancelli, op. cit., p. 2.
  • 24 D. Fancelli, op. cit., p. 11.
  • 25 Ibidem.

12Mais la politique de formation professionnelle des compagnies minières ne se limite pas aux aspects les plus techniques de l’évolution du métier. En effet, dès 1948, des « sessions de formation socioprofessionnelle, visant à l’amélioration du climat social dans l’entreprise »23 sont mises en place. En 1955, le cursus appelé à former des animateurs de sécurité et l’apparition d’une section de psychologie appliquée montrent que les activités du service de formation s’adaptent à l’évolution des mesures prises pour assurer la sécurité et la protection du personnel. Jusqu’en 1960 environ, cette section de psychologie appliquée étudie les différents métiers de la mine afin de mieux définir les profils des ouvriers destinés à certains postes. Ses travaux tentent de répondre à deux interrogations qui préoccupent beaucoup les cadres – ingénieurs et porions – chargés de la sécurité : « Les mêmes épreuves psychologiques appliquées aux wattmen et aux ouvriers d’abattage différenciaient-elles ces deux groupes professionnels ? Existait-il dans les mines une population de pluri-accidentés, caractérisée par des résultats aux tests et des attitudes différentes de ceux d’une population de référence ? »24. Comme l’explique Dominique Fancelli, « la réponse à cette [dernière] question pouvait éventuellement servir à écarter des postes particulièrement exposés les individus présentant les mêmes caractéristiques que les pluri-accidentés décelés et examinés »25. En somme, une part des activités du service de formation concerne également la gestion du personnel, elle-même enseignée dans le cadre des cours dispensés pour former les agents de maîtrise.

La formation de la maîtrise

  • 26 D. Fancelli, op. cit., p. 8.
  • 27 INSEE, op. cit., p. 216.
  • 28 Entretien réalisé avec Antoine Bach le 27 décembre 2001.
  • 29 La formation initiale des porions s’effectue à l’École pratique des mines de Thionville. Ils y reç (...)

13En même temps, des possibilités d’accès à des postes plus élevés dans la hiérarchie sont également offertes aux ouvriers des mines. En 1948, dès la création du centre de Norroy-le-Sec (situé en Meurthe-et-Moselle, à environ 12 km au nord-ouest de Briey), le service de formation propose déjà des stages de « promotion ouvrière » destinés aux ouvriers désireux d’accéder à la maîtrise. Il dispense une formation pour devenir porion. « Le premier cycle eut lieu en 1955-1956. Six autres furent organisés les années suivantes, jusqu’en 1963 »26. Dans les mines de fer comme dans les houillères, le porion est un « agent de maîtrise spécialisé dans les travaux du sous-sol et de l’extraction »27. Il distribue le travail aux équipes de mineurs en début de poste, puis surveille l’avancement des chantiers. Il est à la fois chargé de la sécurité des personnels, responsable d’un secteur d’exploitation et surveillant. Jusqu’au début des années 1950, les hommes qui deviennent porions sont d’anciens mineurs reconnus par leurs chefs pour la qualité de leur travail : une bonne expérience dans l’art du mineur et la volonté de grimper dans la hiérarchie suffisent pour prétendre à cette fonction. Dès les années 1950, les possibilités de promotion interne offertes à la suite de l’obtention du CAP permettent à certains ouvriers d’occuper cette fonction plus rapidement qu’auparavant. Le parcours professionnel d’Antoine Bach l’atteste28 : il obtient son CAP d’aide-mineur en 1958 et, en 1966, à l’issue d’une formation de deux ans à l’École pratique des mines de Thionville29, il devient porion à la mine d’Hayange. En effet, le niveau de qualification théorique plus élevé dont bénéficient les ouvriers titulaires du CAP leur facilite l’accès à cet emploi : les connaissances techniques et technologiques générales qu’ils ont acquises lors de leurs années d’apprentissage sont complétées par l’expérience du travail minier.

  • 30 Extrait du témoignage de François Mikula recueilli le 9 janvier 2002.
  • 31 Extrait de l’interview d’Antoine Stemmler réalisée le 6 février 2002.

14Pour que le porion soit apprécié par les mineurs placés sous ses ordres, il doit faire ses preuves. La présence dans les quartiers les plus dangereux lors de la réalisation de tâches délicates est un critère de jugement fondamental. La distinction entre un bon et un mauvais porion repose donc sur sa disponibilité vis-à-vis des ouvriers dans les moments les plus difficiles : « Quand il y a un chantier qui est mauvais, il faut la présence d’un porion ou du boutefeu pour que le chargeur charge, pour lui donner confiance si l’on veut. Parce que si vous n’êtes pas là, lui, il se dit : ″Pourquoi il n’est pas là ? Pourquoi je dois charger ? Non, je veux une présence : soit le porion, soit le boutefeu″ »30. Les capacités d’organisation dont doit savoir faire preuve le chef sont aussi jugées par les mineurs : « Le porion, des fois il était casse-pieds, des fois non ! Non, le porion… Si on avait un bon porion, il vous donnait le travail à 6h le matin, il [ne] changeait plus [ensuite]. Et, quand vous en avez un qui était un peu froussard ou n’importe quoi, vous vous déplacez… Et comme vous avez tous les chantiers l’un à côté de l’autre, il venait vous chercher pour aller dans un chantier encore beaucoup à côté, [donc] il [ne] travaille pas bien »31.

15Le métier de porion comprend donc plusieurs facettes qui apparaissent toutes indispensables au bon fonctionnement de l’exploitation. Pendant les années 1950-1960, les missions liées aux mesures de protection du personnel – la surveillance des ouvriers et de leur façon de respecter les consignes de sécurité notamment – prennent une place de plus en plus importante. Conjointement, les connaissances théoriques et pratiques qui doivent être maîtrisées par les porions attestent du haut degré de polyvalence de leur métier. Ils doivent savoir motiver et/ou rassurer leurs hommes, respecter les objectifs assignés par les ingénieurs, prendre une décision judicieuse au bon moment et souvent dans l’urgence, etc. Cette évolution vers des compétences accrues s’inscrit dans un mouvement plus général qui concerne tous les métiers de la mine mécanisée.

Une formation ouvrière de plus en plus polyvalente

  • 32 D. Fancelli, op. cit., p. 4.

16C’est à la fin des années 1940 et au début des années 1950 que les besoins en personnel qualifié sont les plus importants : le redémarrage de la production, la forte demande en minerai de fer, les nouvelles conditions de l’exploitation exigeaient alors de préparer les futurs ouvriers à la mécanisation intégrale et aux rythmes des machines. Consécutive aux changements de la conjoncture économique – notamment l’apparition de difficultés sans précédent d’écoulement de la production de minette, dues à la concurrence des minerais d’outre-mer à forte teneur en fer –, mais aussi par suite de l’utilisation d’engins mécaniques de plus en plus performants, la baisse du nombre d’apprentis commence dès les années 1950. Il faut attendre le début de la décennie suivante pour que ce mouvement se confirme et s’accentue avec les premières difficultés de grande ampleur connues par les entreprises minières. L’apprentissage disparaît ensuite des mines de fer : « (…) On peut dire que l’apprentissage sur quatre ans s’est arrêté vers 1966 »32. La diminution du nombre d’élèves dans les centres d’apprentissage le prouve.

  • 33 D. Sommen, « Le centre d’apprentissage », op. cit., p. 97.

Tableau no 1 : Les effectifs des apprentis des mines de fer de Lorraine (1945-1965)33.

Tableau no 1 : Les effectifs des apprentis des mines de fer de Lorraine (1945-1965)33.
  • 34 CSMFF, Rapport d’activité pour l’année 1963, Paris, 1964, p. 33.
  • 35 CSMFF, Rapport d’activité pour l’année 1965, Paris, 1966, p. 27.
  • 36 CSMFF, Rapport d’activité pour l’année 1965, op. cit., p. 28.

17Mais les patrons n’en continuent pas moins de s’intéresser au devenir professionnel des fils de mineurs : « Un programme d’adaptation professionnelle est mis à l’étude pour compléter la formation des jeunes qui poursuivront bientôt leur scolarité jusqu’à 16 ans et sortiront du cycle d’enseignement technique du 1er degré avec des connaissances générales, mais sans aucune formation spéciale »34. Néanmoins, le service de formation de la Chambre syndicale ne prépare plus au métier de mineur, car la situation de l’emploi dans les entreprises minières se dégrade rapidement dans la première moitié des années 1960. Sa mission consiste alors à « aider les fils de mineurs à recevoir une formation leur permettant de trouver, au dehors, un emploi que les mines ne sont plus en mesure de leur offrir »35. Il s’agit désormais de « la refonte des programmes d’apprentissage ou la transformation des centres d’apprentissage en écoles techniques privées conventionnées, de façon à donner aux fils de mineurs une formation professionnelle polyvalente »36. Les employeurs veulent donc investir dans la formation professionnelle, afin de constituer un vivier de jeunes ouvriers qualifiés pour occuper des emplois industriels variés. Dans les années 1970, la diversification des activités du service de formation professionnelle se poursuit.

Formation professionnelle et problèmes d’embauche (années 1960-1970)

Les évolutions des structures de formation professionnelle

18Avec la loi du 31 décembre 1966, les conventions dites « B » organisent l’aide de l’État aux entreprises qui engagent des actions de formation continue. En 1968, toute une gamme de formations subventionnées par l’État est mise en place pour les ingénieurs, les porions, les mineurs en cours de carrière et les jeunes ouvriers. L’apprentissage, tel qu’il existait jusqu’alors, disparaît complètement.

  • 37 Cet ensemble d’articles législatifs organise les bases de la formation continue française de la fi (...)
  • 38 D. Fancelli, op. cit., p. 13.
  • 39 Ibidem.

19Á partir de 1972, FORMILOR (Groupement pour la formation continue dans les mines de fer) prend en charge la formation des nouveaux embauchés (engagés) – fort peu nombreux à cette époque – et surtout le perfectionnement des ouvriers, voire des porions et des ingénieurs, tout en s’ouvrant à des stagiaires n’appartenant pas au personnel des mines de fer. Par exemple, en 1974, des agents de maîtrise originaires du Zaïre et des élèves des écoles des mines d’Alès, de Douai et de Nancy sont, entre autres, accueillis par FORMILOR. Cette nouvelle structure a été créée en vertu d’une évolution législative relative à la participation des entreprises à la formation continue. La « loi no 71-575 du 16 juillet 1971 portant organisation de la formation professionnelle continue dans le cadre de l’éducation permanente » oblige les entreprises minières à revoir l’organisation de leur service de formation37. Cette loi réserve la taxe d’apprentissage aux formations initiales et les entreprises doivent obligatoirement participer à la formation permanente. FORMILOR constitue un groupement qui peut établir des factures pour les actions de formations dispensées, la TVA facturée étant récupérable par les entreprises. À sa création, la Chambre syndicale des mines de fer (CSMFF) lui cède les locaux et le matériel du centre de Norroy-le-Sec, ainsi que le personnel du service formation, composé de quatre ingénieurs, un instructeur et des personnels administratifs et de service38. La Société d’étude pour le chargement mécanique de Briey lui abandonne également son personnel (quatre instructeurs, un aide et un agent administratif) et ses bâtiments39.

  • 40 D. Fancelli, op. cit., p. 14.

20La première convention triennale entre la CSMFF et FORMILOR est signée en 1972. Elle permet « de facturer tous les stages, quelle que soit leur nature, et de ne plus demander aux mines qu’une faible cotisation pour financer les travaux de recherche et d’étude faits pour les mines, qui ne peuvent être directement imputés sur des formation actuellement en cours de diffusion »40. FORMILOR est l’organisme de formation professionnelle qui adapte ses prestations à l’évolution du marché de l’emploi à la fin des « Trente Glorieuses ».

Formation professionnelle et nouveau marché de l’emploi

  • 41 CSMFF, Rapport d’activité pour l’année 1964, Paris, 1965, p. 28-29.
  • 42 Témoignage de Dominique Ominetti, paru dans le Lorraine Magazine de février 1965, cité par Françoi (...)
  • 43 Témoignage de César Dolata, paru dans le Lorraine Magazine de février 1965, cité par François Roth (...)
  • 44 Témoignage de César Dolata, op. cit.

21Dans les années 1960, la formation professionnelle contribue à la reconversion des mineurs dans les mines ou à les préparer à un emploi dans une autre branche industrielle : « Le Service de formation a ouvert à Norroy-le-Sec une section du Centre de formation professionnelle des adultes de Nancy, après signature d’une convention entre le ministère du Travail et la Chambre syndicale. Cette section a donné, en 1964, une formation d’ajusteur-électricien, d’une part, à 30 ouvriers, dont 25 dégagés des effectifs des mines de fer et destinés à un reclassement dans une autre branche d’industrie, d’autre part, à 15 ouvriers devant changer de spécialité dans leur propre mine »41. Ces mesures de reconversion permettent aux anciens mineurs d’être embauchés dans les usines sidérurgiques. Des témoignages publiés par la revue patronale Lorraine Magazine montrent leurs parcours : « Je travaillais à la mine de Sancy depuis 1941. J’étais au fond, dans l’atelier. On nous dit que, pour plusieurs raisons, la mine n’était plus rentable et qu’il fallait diminuer le personnel. Nous étions 250 à devoir changer de profession. Alors, on nous a fait une causerie sur les stages FPA, et on était une quarantaine de Trieux à accepter. [Le journaliste pose ensuite cette question : « Et depuis ? »] – M. Thévenet nous a proposé de rentrer chez de Wendel. Cela fait deux mois que je suis à l’agglomération comme P 1, je ne me plains pas. Je suis sincèrement content d’avoir suivi ce stage qui me permet d’envisager l’avenir avec plus de sécurité »42. Parfois, cette nouvelle formation n’est pas facile à suivre pour des hommes habitués à un travail minier très spécifique, voire trop singulier, notamment lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre des compétences professionnelles en dehors d’un cadre d’application strictement minier. Des difficultés d’adaptation peuvent alors apparaître : « J’ai été licencié en même temps qu’Ominetti. Moi, j’étais accrocheur à Trieux, j’y travaillais depuis 1951. J’ai suivi le stage pour les mêmes raisons que mon camarade ; seulement, pour moi, le revirement a été total, parce que, entre le métier d’accrocheur et celui d’ajusteur-électricien, il n’y a pas beaucoup de rapports. Aussi, je n’ai pas eu le temps de souffler et j’ai trouvé que le stage était difficile au début, mais j’ai tenu bon. Heureusement, notre moniteur, qui devait être contremaître, a su se mettre à notre niveau »43. Cependant, le réembauchage dans la sidérurgie – secteur qui recrute encore dans les années 1960 – motive, notamment parce qu’il s’effectue dans la région et ouvre des perspectives de carrière : « Oui, je suis vraiment très satisfait [d’avoir suivi le stage FPA]. Je suis P1 à la fonderie au service électrique, et, par mon travail, j’espère bien gravir les échelons supérieurs »44.

22Si les besoins en personnel qualifié furent importants dans les mines de fer au début des années 1950, ils ne le sont plus une décennie plus tard : les difficultés d’écoulement de la production de minette, consécutives à la concurrence des minerais d’outre-mer à forte teneur, entraînent des licenciements et des mises au chômage dans les exploitations minières du bassin ferrifère lorrain. Le service de formation des mines de fer de Lorraine oriente donc son activité vers un enseignement technique visant à donner aux jeunes issus des populations ouvrières la possibilité de trouver un emploi, aussi bien dans les mines qu’en dehors de celles-ci. Pour les mineurs licenciés, son action doit permettre une reconversion rapide. À la fin des années 1960, on passe ainsi d’une forme de scolarité technique à un dispositif de formation professionnelle.

  • 45 P. Raggi, op. cit., p. 154-159.
  • 46 La dernière mine de fer de Lorraine, exploitée par l’ARBED – une société luxembourgeoise –, ferme (...)
  • 47 J-A. Varoquaux, Histoire d’une profession. Les mines de fer de France, Paris, CSMFF-UIMM éditions, (...)

23À partir de 1974-1975, la crise de la sidérurgie lorraine ne permet plus d’envisager des emplois importants dans ce secteur. L’embauche se tarit très sévèrement, dans un contexte social difficile : les sidérurgistes sont licenciés ou mis en préretraite et les possibilités de recrutement significatif des jeunes – et donc éventuellement des enfants de mineurs – disparaissent avec les fermetures d’usines. Dans les mines de fer, afin de continuer à faire progresser les rendements d’exploitation, les patrons poursuivent les investissements, dans l’achat de nouveaux matériels – notamment des engins de plus en plus performants45 –, mais aussi dans la formation des personnels. Jusqu’aux années 1990, décennie de la fermeture des dernières mines de fer de Lorraine46, les rendements ouvriers à l’abattage n’ont cessé de progresser, passant, par poste de travail, d’environ 11 tonnes en 1947 à près de 210 tonnes en 199247. Le 1er juillet 1978, FORMILOR fusionne avec l’Association pour la formation dans la sidérurgie (AFORSID) : le service de formation des mines de fer de Lorraine perd donc sa singularité en se regroupant avec son homologue de la sidérurgie, mais il préserve son activité. Néanmoins, les actions de formation professionnelle sont de plus en plus difficiles à mettre en œuvre sur une échelle importante.

  • 48 D’après CSMFF, Rapport d’activité pour l’année 1974, Paris, 1975, p. 21, Rapport d’activité pour l (...)

Tableau no 2 : Les stagiaires participant aux actions de formation de FORMILOR (1973-1979)48

Tableau no 2 : Les stagiaires participant aux actions de formation de FORMILOR (1973-1979)48
  • 49 CSMFF, Rapport d’activité pour l’année 1979, op. cit., p. 21.
  • 50 P. Besnard et B. Liétard, op. cit., p. 64.

24Le rapport de la CSMFF pour l’année 1979 mentionne les trois grands problèmes auxquels doit faire face FORMILOR : « [1°)] l’absence presque totale d’embauchage de jeunes ouvriers, de jeunes agents de maîtrise et de jeunes ingénieurs (…), [2°)] la diminution massive et continue des effectifs [des mines de fer] depuis fin 1974 (…) 8 975 personnes fin décembre 1974 (…) 4 886 fin décembre 1979 (…) [3°)] la situation financière catastrophique des exploitations, obligées de réduire de façon draconienne toutes leurs dépenses pour essayer de survivre un peu plus longtemps »49. L’organisation de la formation professionnelle dans les mines de fer, comme celle de la formation continue dans l’ensemble de l’industrie française, subit alors de plein fouet les mutations économiques et sociales du pays. Comme l’expliquent Pierre Besnard et Bernard Liétard : « Les orientations, qui s’étaient jusque-là révélées pertinentes pour accompagner la croissance, deviennent impuissantes dans le contexte économique et social des années 1973 à 1980, qui se caractérise par trois phénomènes majeurs : une précarisation de certains emplois, des phénomènes de déqualification à l’embauche et l’augmentation du chômage »50. Les entreprises minières subissent également les évolutions du marché du travail davantage qu’elles ne s’y préparent. La politique de formation des organismes patronaux se recentre sur des stages techniques qui ont simplement pour ambition de mettre à niveau des cadres, des employés et des ouvriers dont le nombre diminue et dont l’âge moyen augmente.

  • 51 D’après Bulletin technique des mines de fer, no 117, 4e trimestre 1974, p. 183-193.

Tableau no 3 : Âge moyen de différentes catégories de personnel des mines de fer de Lorraine en 1969 et en 197351

Catégories de personnel

Âge moyen en 1969

Âge moyen en 1973

Ouvriers du fond

39,20

41,24

Ouvriers du jour

40,76

43,11

Agents de maîtrise fond

41,87

43,36

Agents de maîtrise jour

45,63

47,23

Techniciens fond

41,97

43,65

Techniciens jour

43,15

46,10

Employés (hommes)

44,42

47,06

Ingénieurs

47,08

45,42

Conclusion

25La politique de formation professionnelle des entreprises minières dans les mines de fer de Lorraine a beaucoup évolué en trente ans. À ses débuts, elle s’applique à l’encadrement de l’apprentissage du métier de mineur, avant de changer d’objectifs, dans la perspective d’une réduction considérable des effectifs ouvriers, voire de l’arrêt de pans entiers de l’industrie extractive du minerai de fer. Elle s’est donc adaptée aux transformations économiques et aux évolutions légales concernant l’enseignement technique et la formation professionnelle. Les entreprises d’un secteur extractif ancien sont ainsi passées de la nécessité de recruter des effectifs qualifiés importants au besoin de former leur personnel pour les adapter à un nouveau contexte socio-économique. En effet, dans les années 1960-1970, la remise à niveau des compétences devient primordiale. Le personnel minier doit acquérir des connaissances pratiques, techniques et théoriques, destinées à lui permettre de suivre les mutations des activités extractives. Cette formation doit aussi être adaptable à d’autres secteurs industriels, notamment à la sidérurgie, afin de préparer la reconversion des mineurs de fer. Les évolutions techniques liées, à la fois, à la volonté d’augmenter la rentabilité des entreprises et à la recherche d’une plus grande compétitivité du minerai de fer lorrain sur le marché mondial ont donc entraîné la création de nouvelles structures de formation continue. Ces dernières ont fini par accompagner l’ultime évolution du métier de mineur de fer en France au XXe siècle : sa disparition.

Annexes

Annexe 1

Carte 1 : les mines de fer de Lorraine en 1945

Carte 1 : les mines de fer de Lorraine en 1945

Carte 2 : les mines de fer de Lorraine en 1975

Carte 2 : les mines de fer de Lorraine en 1975

Annexe 2

Mines

Départements et sièges*

Types**

1- Aachen

57- Ottange

F

2- Amermont-Dommary

55- Bouligny

P

3- Anderny-Chevillon

54- Tucquegnieux

P

4- Angevillers

57- Angevillers puis Algrange

P-F

5-Auboué

54-Auboué

P

6- Aubrives-Villerupt

54-Villerupt

F

7- Aumetz

57-Aumetz

P

8- Bazailles

54- Bazailles

P

9- Bois du Four

54- Chaligny

F

10- Boulange

57- Boulange

P

11- Burbach

57- Algrange

F

12- Bure

57- Tressange

P

13- Droitaumont

54- Jarny

P

14- Errouville

54- Crusnes

P

15- Fontoy

57- Fontoy

F

16- Giraumont

54- Giraumont

P

17- Godbrange

54- Godbrange

F

18- Haut-Pont

54- Fontoy

F

19- Havange

57- Fontoy

F

20- Hayange

57- Hayange

F

21- Hettange-Grande

57- Hettange-Grande

F

22- Heydt

57- Rédange

F

23- Homécourt

54- Homécourt

P

24- Hussigny

54- Hussigny

F

25- Ida

57- Sainte-Marie-aux-Chênes

P

26- Jarny

54- Jarny

P

27- Jœuf

54- Jœuf

P

28- Joudreville

55- Bouligny

P

29- Kraemer

57- Volmerange-les-Mines

F

30- La Mourière

54- Piennes

P

31- Landres

54- Landres

P

32- Langenberg

57- Volmerange-les-Mines

F

33- Longwy

54- Mont-Saint-Martin

F

34- Mairy

54- Mainville

P

35- Marbache

54- Marbache

F

36- Maron Val-de-Fer

54- Neuves-Maisons

F

37- Maxéville

54- Maxéville

F

38- Micheville-Bréhain

54- Villerupt, Thil

F

39- Montrouge

57- Audun-le-Tiche

P

40- Moulaine

54- Moulaine

F

41- Moutiers

54- Moutiers

P

42- Moyeuvre

57- Moyeuvre

F

43- Murville

54- Mont-Bonvillers

P

44- Ottange 1 et 3

57- Ottange

P

45- Ottange 2

57- Ottange

P

46- Paradis

54- Moineville

P

47- Pauline

57- Montois-la-Montagne

P

48- Piennes

54- Joudreville

P

49- Rédange

57- Rédange

F

50- Rochonvillers

57- Algrange

F

51- Roncourt

57- Roncourt

P

52- Sainte-Barbe

57- Algrange

F

53- Sainte-Marie

57- Sainte-Marie-aux-Chênes

P

54- Saint-Pierremont

54- Mancieulles

P

55- Sancy

54- Trieux

P

56- Serrouville

54- Serrouville

F

57- Tiercelet

54- Thil

F

58- Tucquegnieux

54- Tucquegnieux

P

59- Valleroy

54- Valleroy

P

60- Ferdinand

57- Tressange

P

61- Saizerais

54- Dieulouard

F

* Une mine située dans une localité ne porte pas obligatoirement le nom de celle-ci. Par exemple, la mine d'Anderny-Chevillon es à Tucquegnieux et celle de Sancy (55) est à Trieux.
** Sur les cartes, pour simplifier, les sites miniers ont été symbolisés par un petit chevalement. Toutefois, il existe deux types de mines à flanc de coteau (F) et à puits (P). Ce sont ces dernières qui sont effectivement équipées de chevalements.

Notes

1 Bernard Charlot et Madeleine Figeat, Histoire de la formation des ouvriers 1789-1984, Paris, Minerve, 1985, p. 248-250.

2 Françoise Birck, « Formation technique dans les mines de fer et la sidérurgie lorraine, 1920-1945. Politiques patronales et politique d’État », in Gérard Bodé et Philippe Marchand (dir.), Formation professionnelle et apprentissage XVIIIe-XXe siècles, Lille-Paris, Revue du Nord-INRP, 2003, p. 289-307.

3 Nom familier donné au minerai de fer lorrain. Son inconvénient majeur réside dans sa pauvreté en fer (de 30 à 35 %).

4 François Baudin, Histoire économique et sociale de la Lorraine, tome 3 : Les hommes 1870-1914, Metz, Éditions Serpenoise, 1997, p. 202.

5 Comme l’écrit Jean-Arthur Varoquaux, « (…) Les Sarrois gardent des intérêts dans les sociétés minières françaises par le biais des sociétés mixtes franco-sarroises constituées sous le régime spécial de ce territoire résultant du Traité de Versailles du 28 juin 1919 », in Les mines de fer de Lorraine, Paris, Chambre syndicale des mines de fer de France-UIMM éditions, 1992, p. 69.

6 B. Charlot et M. Figeat, Histoire de la formation des ouvriers 1789-1984, op. cit., p. 248-250 et p. 258.

7 Sur ces deux conceptions de l’apprentissage dans les mines de fer, voir F. Birck, op. cit., p. 294-295.

8 F. Birck, op. cit., p. 296.

9 Sur les mouvements de main-d’œuvre dans les mines de fer, voir Gérard Noiriel, Les ouvriers sidérurgistes et les mineurs de fer dans le bassin de Longwy pendant l’entre-deux-guerres (Premières recherches), thèse de doctorat de 3e cycle, Paris, 1982, p. 83. Pour l’instabilité ouvrière dans la sidérurgie, on trouvera de précieuses explications dans Piero-D. Galloro, Ouvriers du fer, princes du vent. Histoire des flux de main-d’œuvre dans la sidérurgie lorraine (1880-1939), Metz, Éditions Serpenoise, 2001, 261 pages.

10 F. Birck, op. cit., p. 302.

11 F. Birck signale que le recrutement des apprentis « peut se faire, comme par le passé, dans les familles d’employés et d’ouvriers faisant partie du personnel de la mine, mais les directions devront accepter tous les candidats qui se présenteront et seront jugés aptes après un examen médical », in F. Birck, op. cit., p. 304.

12 Daniel Sommen, « Le centre d’apprentissage », in Trieux-Tucquegnieux. Destins croisés en sol mineur, publication du Cercle d’histoire locale de Trieux-Tucquegnieux et environs, no 1, décembre 2003, p. 95.

13 D. Sommen, op. cit., p. 91.

14 Dominique Fancelli, « Évolution des structures professionnelles de formation dans les mines de fer de Lorraine », Revue de l’industrie minérale, novembre 1973, volume 55, no 11, p. 1.

15 F. Birck, op. cit., p. 304.

16 Jean Bichelonne (1904-1944) : polytechnicien, ingénieur des mines, ministre de la Production industrielle du gouvernement de Vichy en 1942.

17 F. Birck, op. cit., p. 305.

18 D. Fancelli, op. cit., p. 1.

19 Voir les cartes en annexes.

20 D. Fancelli, op. cit., p. 3.

21 CSMFF, Rapport d’activité pour l’année 1966, Paris, 1967, p. 28.

22 Sur la mécanisation intégrale, voir Pascal Raggi, Les mineurs de fer au travail, Metz, Éditions Serpenoise, 2007, 248 pages.

23 D. Fancelli, op. cit., p. 2.

24 D. Fancelli, op. cit., p. 11.

25 Ibidem.

26 D. Fancelli, op. cit., p. 8.

27 INSEE, op. cit., p. 216.

28 Entretien réalisé avec Antoine Bach le 27 décembre 2001.

29 La formation initiale des porions s’effectue à l’École pratique des mines de Thionville. Ils y reçoivent des cours sur les techniques minières, mais également des enseignements plus généraux concernant, par exemple, la gestion du personnel et les sciences.

30 Extrait du témoignage de François Mikula recueilli le 9 janvier 2002.

31 Extrait de l’interview d’Antoine Stemmler réalisée le 6 février 2002.

32 D. Fancelli, op. cit., p. 4.

33 D. Sommen, « Le centre d’apprentissage », op. cit., p. 97.

34 CSMFF, Rapport d’activité pour l’année 1963, Paris, 1964, p. 33.

35 CSMFF, Rapport d’activité pour l’année 1965, Paris, 1966, p. 27.

36 CSMFF, Rapport d’activité pour l’année 1965, op. cit., p. 28.

37 Cet ensemble d’articles législatifs organise les bases de la formation continue française de la fin du XXe siècle : « Généralisation des conventions, consultation des partenaires sociaux, congé individuel de formation et obligation de participation (…) », in Pierre Besnard et Bernard Liétard, La formation continue, Paris, PUF, Que sais-je ? no 1655, 2001, p. 63.

38 D. Fancelli, op. cit., p. 13.

39 Ibidem.

40 D. Fancelli, op. cit., p. 14.

41 CSMFF, Rapport d’activité pour l’année 1964, Paris, 1965, p. 28-29.

42 Témoignage de Dominique Ominetti, paru dans le Lorraine Magazine de février 1965, cité par François Roth in Guy Cabourdin (sous la dir. de), Encyclopédie illustrée de la Lorraine, L’époque contemporaine. Le vingtième siècle 1914-1994, Metz-Nancy, Éditions Serpenoise-PUN, 1994, p. 179.

43 Témoignage de César Dolata, paru dans le Lorraine Magazine de février 1965, cité par François Roth, in Guy Cabourdin (sous la dir. de), op. cit., p. 179.

44 Témoignage de César Dolata, op. cit.

45 P. Raggi, op. cit., p. 154-159.

46 La dernière mine de fer de Lorraine, exploitée par l’ARBED – une société luxembourgeoise –, ferme en 1997.

47 J-A. Varoquaux, Histoire d’une profession. Les mines de fer de France, Paris, CSMFF-UIMM éditions, 1995 p. 202.

48 D’après CSMFF, Rapport d’activité pour l’année 1974, Paris, 1975, p. 21, Rapport d’activité pour l’année 1975, Paris, 1976, p. 25, Rapport d’activité pour l’année 1978, Paris, 1979, p. 23, Rapport d’activité pour l’année 1979, Paris, 1980, p. 24.

49 CSMFF, Rapport d’activité pour l’année 1979, op. cit., p. 21.

50 P. Besnard et B. Liétard, op. cit., p. 64.

51 D’après Bulletin technique des mines de fer, no 117, 4e trimestre 1974, p. 183-193.

Table des illustrations

Titre Tableau no 1 : Les effectifs des apprentis des mines de fer de Lorraine (1945-1965)33.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45467/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Tableau no 2 : Les stagiaires participant aux actions de formation de FORMILOR (1973-1979)48
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45467/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Carte 1 : les mines de fer de Lorraine en 1945
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45467/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Carte 2 : les mines de fer de Lorraine en 1975
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45467/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search