Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail et entreprises en Europe du Nord-ouest (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Michel-Pierre Chélini
, 
Pierre Tilly

I. La gestion des ressources humaines dans les entreprises : études de cas

La politique sociale dans une coopérative ouvrière de production : le cas du Familistère de Guise de 1888 à 1939

Jessica Dos Santos

Texte intégral

  • 1 André Gueslin, « Le paternalisme revisité en Europe occidentale (seconde moitié du XIXe, début du (...)

1Dans un article consacré aux politiques patronales de protection sociale, André Gueslin qualifie le Familistère de Guise de « paternalisme de gauche »1. Pourquoi pas ? On retrouve effectivement à Guise des institutions similaires à ce qui a pu être créé chez Michelin, à Clermont-Ferrand, ou chez les Schneider au Creusot, pour ne citer que quelques exemples célèbres : des logements situés à proximité du lieu de travail, des écoles préparant notamment les garçons à entrer à leur tour à l’usine, des magasins coopératifs, des sociétés ludiques en tous genres, sans oublier la statue dressée en 1889 en souvenir du patron bienfaiteur. Si la comparaison apparaît pertinente lorsque, encore aujourd’hui, on visite les lieux, elle perd cependant de son sens à la lecture des différents ouvrages publiés par le fondateur du Familistère, Jean-Baptiste André Godin. Derrière les institutions collectives et les bâtiments, transparaissent une volonté d’émancipation ouvrière et une conception de la fameuse « question sociale » bien différentes de celles sur lesquelles repose la théorie du patronage chère à Frédéric Le Play. Dans l’esprit de son inventeur, la Société du Familistère est, avant tout, une affirmation du droit à la vie, mise en application dans un système complexe de protection sociale qui survit à la mort de Godin en 1888, jusqu’en 1968. Inévitablement, durant cette période, le système se modifie ; mais, plus encore, c’est le regard que les successeurs de Godin portent sur cette « œuvre » sociale qui évolue, soulevant la question des rapports ambigus entre l’économique et le social, et celle de la responsabilité qui doit, ou non, être attribuée aux entreprises en matière de protection sociale.

Godin ou la question sociale hors de l’entreprise

  • 2 Voir Michel Lallement, Le travail de l’utopie. Godin et le Familistère de Guise, Paris, Les Belles (...)
  • 3 Ainsi que le décret du 28 juin 1793 qui instaure le « droit au secours de la nation » pour les fam (...)
  • 4 Si Godin n’a pas lui-même participé au soulèvement de février 1848, celui-ci provoqua son adhésion (...)
  • 5 Jean-Baptiste Godin, Mutualité sociale et Association du Capital et du Travail ou Extinction du pa (...)
  • 6 Janet Horne, Le Musée social aux origines de l’État providence, Paris, Belin, 2004, chapitre 1 : « (...)

2L’ensemble de l’œuvre de Godin repose sur une philosophie déiste toute personnelle, issue de lectures variées, allant de Fourier à Kant et Swedenborg2. Pour résumer brièvement les centaines de pages qu’il consacre au sujet, disons qu’il considère comme du devoir de chaque individu, vis-à-vis de la société et surtout vis-à-vis de Dieu, d’œuvrer pour l’amélioration des conditions de vie de l’être humain. Cette affirmation de la nécessité de l’altruisme – que lui-même appelle simplement fraternité – s’appuie sur des références à divers textes religieux ainsi qu’à la Déclaration des droits de l’Homme contenue dans la Constitution de 17933 qui, à l’instar de la Déclaration d’indépendance américaine, affirme comme droit humain la recherche du bonheur. Cette identification de Godin à un texte lié à Robespierre le place dans une position extrêmement radicale, le « droit de vivre » ou « droit à la vie » ayant disparu après la chute du Comité de salut public pour ne réapparaître que lors de la Révolution de 18484. La reconnaissance du droit à l’existence impose en effet à l’État un certain nombre de responsabilités que Godin présente comme un « devoir social : la société doit pourvoir aux besoins des faibles »5. Cette prise de position place Godin au cœur du débat qui se développe vers le milieu du XIXe siècle et qui touche au paupérisme ouvrier, à cette nouvelle pauvreté qui frappe même les familles épargnées par le chômage. Cette problématique est communément résumée sous l’appellation de « question sociale »6. À qui doit revenir de prendre en charge cette pauvreté ? Est-ce à l’Église, aux municipalités, aux patrons, à l’État ? Face à ces questions cruciales, la bourgeoisie libérale refuse l’idée d’une protection systématique des individus, qui soutiendrait autant les familles méritantes que les « mauvais pauvres », considérés comme buveurs, indisciplinés et dépensiers. Jusqu’au début du XXe siècle, domine l’idée selon laquelle les élites doivent avant tout jouer un rôle de « moralisation » de la classe ouvrière, en prêchant la prévoyance et l’équilibre budgétaire du ménage. C’est là une position que Godin réfute absolument car, selon lui, la prévoyance tant prisée par la bourgeoisie n’est souvent, pour l’ouvrier, qu’un luxe inabordable :

  • 7 Études sociales, no 5, 1884, p. 70. Cette revue est une publication mensuelle assez éphémère de Go (...)

« Les ouvriers veulent travailler, et ils travaillent tant qu’ils peuvent, et malgré leurs efforts, leur bonne volonté, leurs peines, leurs privations continuelles, ils ne peuvent arriver à satisfaire aux besoins de leur famille. […] C’est pour ces ouvriers, pleins de bonne volonté, que la société doit être prévoyante, et non pour ceux qui, sans femme et sans enfants, peuvent faire des économies. »7

  • 8 Jean-Baptiste Godin, Mutualité nationale contre la misère. Pétition et proposition de loi à la Cha (...)
  • 9 Ce refus des membres honoraires est un rejet des sociétés mutuelles « approuvées », créées par Nap (...)

3S’il revient à la société en général de garantir le droit à la vie des ouvriers, quelle place Godin fait-il à l’entreprise dans son système social idéal ? D’une certaine manière, si l’on considère uniquement la question de la protection sociale, cette place est inexistante. Le système imaginé par Godin, et rédigé sous forme de proposition de loi envoyée par ses soins à la Chambre des députés8, repose essentiellement sur des sociétés de secours mutuel, réparties par communes et financées pour partie par des cotisations ouvrières et pour partie par l’État. Ce système tirerait lui-même ses ressources d’une forte imposition des successions mobilières et immobilières. Ces caisses seraient gérées par des administrateurs élus par les bénéficiaires, sans aucun membre honoraire ni « dame patronnesse » qui ne seraient qu’une réminiscence de l’ancienne charité9. Les cotisations ouvrières sont maintenues afin de développer un sentiment de propriété chez les ouvriers, appropriation qui permettrait une responsabilisation des bénéficiaires et justifierait que la gestion des caisses leur soit entièrement confiée. On le voit, aucun rôle n’est confié à l’entreprise, et encore moins au patron : la réorganisation de l’entreprise fait l’objet d’un autre projet de réforme de la part de Godin, visant à instaurer la participation ouvrière aux bénéfices – de droit, et non par la volonté du patron.

  • 10 Jean-Baptiste Godin, Mutualité sociale…, loc. cit.
  • 11 Des différents risques qui sont aujourd’hui couverts par la Sécurité sociale, seul le chômage est (...)
  • 12 Gérard Noiriel, « Du « patronage » au « paternalisme » : la restructuration des formes de dominati (...)
  • 13 Juridiquement, la société est en commandite simple. De plus, si l’on suit les principes de Rochdal (...)

4Si la Société du Familistère, dont Godin est en titre le fondateur et l’administrateur-gérant jusqu’à sa mort en 1888, a développé son propre système de protection sociale, c’est parce qu’elle « assum[e], sur ce point, des charges qui appartiennent pour une forte part à l’État »10. Dans cette organisation sociale complexe, qui protège les ouvriers contre les risques liés à la maladie, la vieillesse, la maternité et les accidents du travail11, on retrouve les mêmes principes, c’est-à-dire une combinaison entre la mutualité – reposant sur les cotisations des membres qui élisent les conseils d’administration – et un financement extérieur, pris sur les bénéfices de la société. C’est en cela que le terme de « paternalisme de gauche » peut être contesté. Tout en tenant compte de la différence sensible qui existe entre la théorie leplaysienne du patronage et sa mise en application plus disciplinaire – différence que Gérard Noiriel souligne en jouant sur le double terme patronage/paternalisme12 – il faut convenir que le modèle social imaginé et proposé par Godin repose sur un autre système de pensée, dans lequel l’entreprise est absente. La question des rapports entre patrons et ouvriers, sur lesquels il reste également beaucoup à dire et à écrire, doit être pour Godin d’une certaine façon indépendante, extérieure à celle de l’extinction de la misère, qui doit être assumée par l’État et par la mutualité ouvrière. Ce n’est donc pas en tant qu’entreprise que la Société du Familistère assume ces charges, mais en tant que coopérative de production13, vecteur de la solidarité ouvrière, en attendant les lois sociales que, dans l’esprit de Godin, la Troisième République ne tardera pas à voter. Au-delà de cette nuance, la société reste cependant une entreprise : comme dans le cas des industries « paternalistes », ce système de protection sociale n’est donc pas sans influence sur le coût du travail et la rentabilité de l’entreprise.

Stabilisation et formation de la main-d’œuvre

  • 14 Au contraire, Godin invite dès 1884 ses ouvriers à former un syndicat et à militer en faveur de la (...)
  • 15 Jean-Baptiste Godin, Solutions sociales, Paris, Guillaumin, 1871, p. 98-99.
  • 16 André Gueslin, « Le système social Michelin (1889-1940) », in André Gueslin (dir.), Michelin, les (...)
  • 17 Sources utilisées par Olivier Mignot, Guise : économie, démographie et mariages de 1730 à 1890,(...)

5Le système social mis en place par Godin n’a donc pas pour but de « moraliser » les ouvriers en les éloignant du socialisme14, pas plus que de freiner l’interventionnisme de l’État, au contraire. Pour autant, Godin n’est pas ignorant des bénéfices que lui-même, en tant que dirigeant de la société, peut tirer d’une telle protection sociale. Le développement du patronage, et notamment des politiques patronales de construction de logements ouvriers, est intrinsèquement lié à la forte instabilité de la main-d’œuvre, en particulier pour les industries implantées en milieu rural, comme c’est le cas à Guise. Face au phénomène du turn-over, cette forte mobilité des ouvriers qui quittent facilement leur emploi, soit pour un meilleur salaire, soit pour une activité agricole saisonnière, soit encore pour changer de localité, le patronat a bien compris qu’il « était de l’intérêt industriel […] de chercher à placer l’ouvrier dans de meilleures conditions, afin de donner plus de stabilité à la production »15. De fait, les politiques sociales patronales ont souvent – entre autres – pour but d’« attirer, former et retenir une main-d’œuvre instable »16. Dans le cas de la Société du Familistère, il est relativement difficile de mesurer avec précision l’attraction exercée sur la main-d’œuvre, essentiellement par manque d’archives concernant le personnel. D’autres sources, comme les actes de mariage, nous indiquant le lieu de naissance des époux17, ou les recensements, donnent un aperçu partiel de la mobilité des habitants de la ville de Guise et du Familistère. L’impression qui s’en dégage est avant tout celle d’une zone d’attraction relativement restreinte qui, à la veille de la Première Guerre mondiale, concerne surtout le nord de l’Aisne, c’est-à-dire la Thiérache, une région tournée en priorité vers l’activité agricole. C’est donc la main-d’œuvre locale que draine en priorité l’usine de Guise. La relative étroitesse de ce bassin de main-d’œuvre ne représente pas, du vivant de Godin, un handicap pour la société. En effet, la construction progressive, de 1859 à 1888, des différents corps de bâtiments formant le Familistère a non seulement permis la stabilisation aux portes de l’usine du personnel ouvrier et employé, mais a également favorisé une forte reproduction sociale qui fait des enfants du Familistère un véritable vivier de main-d’œuvre.

  • 18 Les ouvriers possédant une ancienneté supérieure à vingt ans représentent, à la veille de la Grand (...)
  • 19 Notice sur l’ancienne maison Godin, Guise, Société du Familistère, 1926, p. 100-101.

6La stabilité du personnel de l’usine de Guise est mise en avant par la société elle-même, dans les brochures qu’elle fait paraître à l’occasion de certaines Expositions universelles : il s’agit pour elle de souligner l’attachement du personnel à l’entreprise, en insistant sur le grand nombre d’ouvriers affichant un temps de présence supérieur à vingt, trente, voire quarante ans18. Pendant l’entre-deux-guerres, ces publications de la société vantent toujours le nombre de médailles du travail accordées aux plus anciens ouvriers : entre 1922 et 1925, 307 médailles d’argent (30 ans de travail) pour la seule usine de Guise, qui compte alors environ 2 000 salariés19. Mais la plus grande preuve de l’attachement du personnel à l’usine reste le mouvement général entamé lors de la libération de 1918 : bien que les dirigeants de la société eux-mêmes n’aient dans les premiers temps aucune certitude quant à la possibilité d’une reprise, les ouvriers et leurs familles qui avaient été dispersés de part et d’autre du front reviennent rapidement à Guise. Pour la gérance de la société, ce retour de la presque totalité du personnel est à attribuer au système de protection sociale instauré par Godin :

  • 20 Ibid.

« C’est que l’ensemble des institutions sociales […] qui protègent l’enfant, l’adulte et le vieillard, et plus encore peut-être la sécurité dans le travail attachent singulièrement le personnel à la Société. »20

  • 21 Les appartements du Familistère, le titre d’« associé » ainsi que les meilleurs emplois dans l’usi (...)

7Sur le long terme, les institutions sociales sont donc présentées comme permettant une forte stabilité de la main-d’œuvre, qui a tout intérêt à rester le plus longtemps possible dans l’usine, ne serait-ce que pour faire valoir à soixante ans le droit à une pension proportionnelle à l’ancienneté dans les ateliers. Quant aux enfants nés au Familistère, ils représentent une promesse de main-d’œuvre disponible pour la société qui dispose d’un système éducatif professionnalisant, destiné à préparer les garçons à entrer à l’usine. Les écoles privées créées par Godin, gratuites et mixtes, sont obligatoires pour tous les enfants jusqu’à quatorze ans, âge auquel les garçons, qui auront auparavant reçu des cours de dessin industriel, pourront entrer en apprentissage. Certains d’entre eux, les futurs directeurs, seront envoyés aux Arts et Métiers de Lille ou de Châlons-sur-Marne pour y recevoir une formation professionnelle plus poussée. Là encore, l’absence de registres concernant tant le personnel que les écoles empêche de constater exactement dans quelle mesure les fils suivent leurs pères dans les ateliers, même si de nombreux témoignages soulignent – et souvent critiquent21 – le caractère héréditaire de l’appartenance à la Société du Familistère. Cependant, derrière ce discours officiel qui vante les institutions sociales et l’attachement qui en résulte, se dissimule un mécontentement croissant des dirigeants de la société qui, en interne, avouent connaître des difficultés dans le recrutement de la main-d’œuvre.

Attirer la main-d’œuvre : un objectif non atteint ?

  • 22 Dactylographiés, contenant les bilans et les données économiques précises de la société, ces rappo (...)

8Dans les rapports présentés annuellement par l’administrateur-gérant devant les ouvriers associés réunis en assemblée générale22, transparaissent deux problèmes principaux liés au recrutement de la main-d’œuvre : d’une part, si les enfants du Familistère souhaitent effectivement entrer à l’usine à la suite de leurs pères, ils ne sont pas pour autant prêts à accepter n’importe quel emploi. D’autre part, le vieillissement de la population du Familistère et la diminution régulière de la natalité imposent la nécessité de recruter en dehors du « Palais social ».

  • 23 Fête instaurée par Godin en l’honneur des enfants des écoles, à l’occasion de la remise des prix, (...)
  • 24 Louis-Victor Colin, ingénieur des Arts et Métiers de Châlons-sur-Marne, recruté par Godin lui-même (...)
  • 25 « Discours prononcé lors de la Fête de l’enfance de septembre 1904 », Le Devoir, 1904, p. 625. Le (...)
  • 26 Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 3 octobre 1909.
  • 27 Ibid., 4 octobre 1908.
  • 28 Jean-Luc Pinol, « Le Palais social : les projets de Godin et les pratiques familistériennes », in (...)

9Le premier phénomène apparaît très tôt dans les discours du gérant, dès avant 1914, notamment lorsque celui-ci s’adresse directement aux enfants lors de la traditionnelle Fête de l’enfance23. Ainsi, en 1904, Louis Colin24 s’indigne-t-il de la tendance des parents à vouloir obtenir pour leurs enfants une « petite place »25. De façon récurrente, il souligne l’amoindrissement physique des enfants du Familistère, « de moins en moins aptes aux travaux manuels »26, se demandant si cette dégénérescence ne serait pas une conséquence « illogique de l’augmentation du bien-être »27 due aux institutions sociales. De fait, l’étude du recensement de 192628 montre que presque tous les membres de la direction et employés de bureau vivent au Familistère, alors que les ouvriers de fonderie ne représentent qu’un peu moins de 10 % des hommes actifs du Palais social, contre plus de 40 % des ouvriers vivant en ville. Clairement, les Familistériens comptent sur leur position avantageuse au sein de la société pour obtenir, à leur avantage et surtout pour leurs enfants, les postes les moins pénibles et les moins dangereux au sein de l’usine.

  • 29 Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 30 septembre 1923.
  • 30 Dans l’esprit de Godin, cette différenciation devait contribuer à attirer les ouvriers vers le Fam (...)
  • 31 Il ne s’agit toujours pas d’une indemnisation : en cas de manque de travail, les associés et socié (...)

10Ce désir d’ascension sociale d’une génération à l’autre s’ajoute à une nette tendance au vieillissement de la population familistérienne qui compte de moins en moins d’enfants. Le recrutement du personnel doit donc se faire, non seulement au sein des écoles du Familistère, mais également à l’extérieur. Dès 1923, le gérant Colin souligne que, tous les mouleurs d’avant-guerre ayant déjà été réembauchés, il devient nécessaire de faire venir de nouveaux ouvriers pour envisager d’augmenter la production29. Or, il semble que les institutions et avantages sociaux se révèlent désormais inefficaces pour attirer cette main-d’œuvre qualifiée. En effet, à partir de la mort de Godin en 1888, ses successeurs à la gérance se sont attachés à financer et à conserver intacte l’œuvre sociale du « Fondateur », mais sans engager pour autant de nouvelles dépenses. Malgré l’augmentation régulière du personnel de l’usine et la saturation progressive des corps de logements existants, aucune politique de construction n’a été entreprise par la société qui préfère consacrer ses principales dépenses au financement de la caisse de retraites – de plus en plus coûteuse – et au rachat des parts de capital encore détenues par les héritiers familiaux de Godin. La conjonction de cette stratégie et du caractère héréditaire de l’accession aux logements du Palais social entraine une fermeture progressive du Familistère auquel il devient pratiquement impossible d’accéder lorsqu’on n’y est pas né. Certes, de nombreux avantages sont accordés aux ouvriers qui habitent en ville : couverture sociale contre la maladie et les accidents du travail, possibilité d’une retraite après quinze ans de présence, participation aux bénéfices après cinq ans de travail… Mais l’essentiel des institutions et avantages sociaux reste réservé aux habitants du Familistère30, comme la nourricerie et les écoles, les meilleurs postes, les meilleures retraites, une protection contre le chômage31, et surtout des logements confortables et aux loyers très faibles qui contrastent avec les logements ouvriers existant en ville.

  • 32 Archives municipales de Guise, 1 D 24 à 26, registres des délibérations du Conseil municipal, 1918 (...)
  • 33 René Rabaux, « Réflexions et témoignage sur l’Association par un successeur de Godin », in Guy Del (...)
  • 34 Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 6 octobre 1929.

11Durant la guerre, la ville a en effet terriblement souffert des bombardements. La lenteur de la reconstruction après 1919 provoque une crise du logement, en particulier un manque d’habitations ouvrières qui n’amène pourtant pas la Société du Familistère à modifier sa stratégie d’absence de construction de logements. À la Belle Epoque et pendant l’immédiat après-guerre, se développent au nord et au sud de l’usine deux quartiers ouvriers : le hameau de Madagascar et le lotissement des Coutures. Ce second quartier nous est connu par le biais des archives municipales de Guise dans lesquelles on trouve, de 1924 à 1934, de nombreuses évocations de l’état déplorable des habitations ouvrières, loties trop vite, dépourvues de pavage des rues ou des trottoirs, d’éclairage public et d’évacuation des eaux usées32. Les conditions de vie offertes aux ouvriers qui viendraient s’installer à Guise n’ont donc rien à voir avec les descriptions élogieuses qui continuent d’être faites des « équivalents de la richesse » fournis par le Familistère. Ces éléments peuvent contribuer à expliquer les difficultés rencontrées par la société pour attirer à elle les ouvriers les plus qualifiés, et ce d’autant plus que l’usine de Guise reste un centre industriel isolé au sein d’une région demeurée essentiellement rurale. Dans les années 1920, les dirigeants se voient ainsi contraints d’embaucher « toute la main-d’œuvre disponible aux abords de Guise, allant même jusqu’à organiser des transports par camions pour recruter plus loin »33. En 1929, Louis Colin évoque « la mauvaise qualité du recrutement ouvrier » et « le peu de stabilité du nouveau personnel »34. De plus, les nouveaux ouvriers entrés à l’usine après la guerre ressentent un fort sentiment d’injustice face à la différence de niveau de vie qui oppose les Familistériens et eux-mêmes, que les dirigeants appellent « les ouvriers du dehors ». Ce sentiment s’exprime notamment par une adhésion aux idées du parti communiste local et au syndicat unitaire qui, dès les années 1920, monopolise la représentation du personnel au sein de l’usine.

  • 35 Ibid., 10 novembre 1951.
  • 36 Ibid.

12Les institutions sociales ne garantissent donc nullement à la société la possibilité d’attirer et de stabiliser les ouvriers qualifiés qui lui manquent. Le problème ne fait qu’empirer au cours de l’entre-deux-guerres. Il atteint son paroxysme au lendemain de la Libération : en 1951, la société a « épuisé les ressources locales de main-d’œuvre »35. De plus, la présence au sein des ateliers d’une main-d’œuvre totalement étrangère au Familistère, géographiquement instable et socialement insatisfaite, forme aux yeux des dirigeants de cette époque un véritable « danger »36 pour la société, ces ouvriers restant dépourvus de ce que René Rabaux, gérant de 1933 à 1954, appelle l’« esprit d’association ». Toute la période de l’entre-deux-guerres est donc marquée par une évolution progressive de l’attitude des gérants qui, dans leur gestion de la main-d’œuvre, s’appuient sur la mise en avant du rôle social de l’entreprise, en une véritable « paternalisation » du système social de la société.

Vers une « paternalisation » du système social

13Les multiples dépenses effectuées par la société au profit de son système social semblent n’avoir eu aucun effet sensible en matière de recrutement de la main-d’œuvre. Dans ces conditions, le regard porté par les successeurs de Godin sur le système social se modifie : leurs discours n’évoquent jamais ni le droit à la vie ni aucun des principes ou des idées du fondateur. Ils tendent au contraire à présenter de plus en plus ces dépenses sociales comme une charge, alourdissant le prix de revient et fragilisant la société vis-à-vis de la concurrence. Dès lors, il est possible de distinguer chez les gérants – et notamment chez René Rabaux – deux catégories de réactions. La première consiste en une volonté de limiter le plus possible ces charges, surtout en temps de crise. La seconde est formée par l’émergence d’un discours nouveau qui met en avant les sacrifices consentis par la société – et donc par ses dirigeants – pour le bien-être des ouvriers, attitude qui appelle réciproquement de la part des ouvriers un « esprit d’association », qui se résume à une discipline rigoureuse et un dévouement total aux intérêts de la société.

  • 37 Nous nous permettons de renvoyer à notre article : « Corporatisme et modernisation industrielle : (...)
  • 38 Les chiffres qui suivent ont été calculés à partir des bilans annuels de la caisse des retraites, (...)

14Lorsqu’en 1933 René Rabaux est élu à la tête de la société, celle-ci est depuis deux ans durement touchée par la crise économique qui a entrainé une chute du chiffre d’affaires et une aggravation des difficultés déjà récurrentes de trésorerie. Face à cette crise, Rabaux s’engage dans de multiples projets, cherchant à la fois à moderniser les fabrications, à mettre en place une entente commerciale avec ses principaux concurrents37 et à alléger la trésorerie par une diminution du prix de revient. Dans cette optique, il met en place une politique que l’on pourrait qualifier de « rigueur » – déjà partiellement entamée par son prédécesseur – visant à diminuer autant que possible les charges sociales de la société que les lois sur les assurances sociales et les allocations familiales de 1928-1930 ont presque doublées. Ainsi, au niveau de la caisse des retraites38, la gérance fait à partir de 1932 le choix de retirer chaque année des sommes importantes de son fonds de réserve plutôt que d’augmenter les subventions de la société, lesquelles pèsent lourdement sur ses bénéfices. La conséquence en est la diminution rapide de ce fonds, qui perd entre 1932 et 1938 environ 20 % de sa valeur – soit une diminution de plus de 40 % si l’on tient compte de l’inflation. Dans le même temps, la gérance décide de diminuer le montant des pensions des retraités : entre 1933 et 1935, ceux qui ont travaillé plus de trente ans voient leur pension diminuer de 17 %, tandis que ceux qui n’ont travaillé que quinze ans voient celle-ci chuter de près de moitié. Cette réduction asymétrique des dépenses entraine non seulement un abaissement du niveau de vie des retraités, mais également une hausse de l’écart entre le personnel le plus stable – c’est-à-dire dans l’ensemble les Familistériens – et les ouvriers embauchés après 1918.

  • 39 La société décide en effet de prendre à sa charge une partie de la cotisation ouvrière. Il était p (...)
  • 40 Dominique Simon, « Le patronat face aux assurances sociales : 1920-1930 », Le Mouvement social, no(...)

15D’autres exemples allant dans le même sens pourraient être mentionnés : le début des années 1930 est marqué tout à la fois par une augmentation des cotisations à la caisse maladie, une surveillance accrue des malades pour éviter d’éventuels congés de complaisance, une augmentation des loyers du Familistère, une diminution des salaires… Parfois, la gérance semble faire le choix de se désengager en transférant la protection sociale des ouvriers vers d’autres institutions, publiques ou privées. Ainsi, en 1930, le vote de la loi sur les assurances sociales représente pour la société un espoir de diminution de ses dépenses en faveur des retraités. Il est en effet décidé que les retraites accordées par la société seraient désormais diminuées du montant de la pension perçue au titre des assurances sociales. Cette réduction programmée des dépenses de la caisse doit, à terme, diminuer d’autant les subventions de la société à cette même caisse, et donc compenser partiellement le surcroît de charges sociales représenté par les cotisations patronale et ouvrière39 aux assurances sociales. Dans la même veine, René Rabaux fait le choix en 1954 d’adhérer à une caisse de retraite complémentaire, ce qui lui permet de diminuer d’un montant quasi équivalent la subvention de la société à sa caisse de retraites. Sans entrainer d’économies immédiates, ce choix permet de garantir le versement des pensions sans qu’il soit désormais nécessaire d’augmenter les charges de la société. Ces exemples ne signifient pas pour autant que les gérants cherchent à se débarrasser de l’œuvre sociale fondée par Godin, bien au contraire. En 1930, Louis Colin décide ainsi, à l’instar de nombreux patrons de l’époque40, de fonder une caisse primaire d’assurances sociales qui lui permet de conserver la gestion de la couverture maladie de son personnel.

  • 41 Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 2 octobre 1932.
  • 42 En confiant à la succursale de Bruxelles des commandes à expédier en France. Rapport du gérant à l (...)
  • 43 Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 9 octobre 1938.
  • 44 Ibid., 18 novembre 1945.
  • 45 En 1930, le gérant reçoit un salaire annuel d’environ 300 000 francs courants (en tenant compte de (...)

16Louis Colin comme René Rabaux ont pour but de restreindre les dépenses sociales qui sont perçues comme une entrave à la productivité de l’usine, mais pas jusqu’à renoncer à leur responsabilité sociale vis-à-vis des ouvriers. Au contraire, les discours des gérants, lorsqu’ils s’adressent directement aux ouvriers, soulignent les efforts consentis dans l’intérêt du personnel, notamment pour maintenir son emploi. Cette idée devient récurrente durant les années 1930, le gérant affirmant travailler à perte41 ou avoir volontairement encouru de forts droits de douanes42 dans le seul but d’éviter le chômage à son personnel. Il s’agit pour la direction de convaincre celui-ci que la société n’est pas une entreprise, mais une association dans laquelle il n’existe ni « actionnaires étrangers »43, ni « intérêts patronaux »44. Ainsi, si la direction prend des décisions difficiles, elle le fait uniquement dans l’intérêt de l’association, c’est-à-dire de tous les membres du personnel, qui en détiennent le capital et en perçoivent les bénéfices. Même si le terme n’est pas précisément employé, c’est la notion de « Bien commun » qui est avancée ici. Il s’agit de favoriser l’entente entre ouvriers et directeurs. Cette idée – par ailleurs de plus en plus contestée par les ouvriers qui soulignent les écarts de rémunération séparant les directeurs des travailleurs manuels45 – doit permettre l’émergence d’une véritable « culture d’entreprise » autour de laquelle s’unirait l’ensemble du personnel, en une totale confiance en ses « chefs ». Ce que René Rabaux appelle l’« esprit d’association » suppose en fait un dévouement absolu des ouvriers vis-à-vis de la société, impliquant notamment leur refus d’une attitude qui représenterait une menace pour la prospérité de l’association.

  • 46 Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 9 octobre 1938.
  • 47 Ibid., 6 octobre 1935.
  • 48 Ibid., 4 octobre 1936.
  • 49 Interview de Louis Colin dans L’œuvre du 28 novembre 1929, à propos de la grève entamée par les ou (...)

17Par conséquent, les institutions sociales et l’œuvre de Godin dans son ensemble se trouvent mobilisées par la gérance pour requérir de la part du personnel un soutien inconditionnel. Il s’agit, pour les ouvriers, de « se souvenir des bienfaits de l’association et de faire abstraction de leurs intérêts personnels immédiats »46. Cela suppose qu’ils renoncent aux critiques « générat[rices] de malaises qui peuvent […] affaiblir »47 la société et sont « stériles » et néfastes, car « tout ce qui peut amoindrir l’autorité [de la gérance] atteint en même temps l’association »48. La grève est par conséquent « moralement interdite »49, non seulement parce que l’association dispose d’institutions permettant d’éviter tout conflit, mais surtout parce que la conscience de l’intérêt de la société doit détourner le personnel d’une attitude pénible pour le chiffre d’affaires et la réputation commerciale de l’entreprise. Le devoir des ouvriers réside dans leur entière « collaboration » – le terme, lui aussi, est récurrent – avec la gérance. Dans cette optique, le discours de l’administrateur-gérant peut parfois aller jusqu’à la culpabilisation implicite des ouvriers qui, par leurs revendications, se soucieraient plus de leurs intérêts individuels que de celui de l’association :

  • 50 Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 9 octobre 1938.

« Dans une période difficile, les travailleurs d’une verrerie ouvrière qui avaient vraiment le sens de leurs devoirs envers l’entreprise coopérative firent l’abandon d’une partie de leurs salaires. Nous n’avons encore rien demandé de pareil, mais nous aurions aimé entendre moins parler de […] toutes sortes d’exigences que les salariés d’usines patronales hésitent à formuler à leurs employeurs, mais que des associés manifestent à l’égard de l’association qui leur appartient. Ceci cessera quand chacun sera pénétré du sentiment […] que l’association est une assez belle chose pour qu’on s’y dévoue. »50

  • 51 René Rabaux, Un siècle d’expériences sociales : Godin et le Familistère de Guise, [éditeur inconnu (...)

18En s’appuyant à la fois sur la reconnaissance du personnel vis-à-vis de Godin, dont le souvenir est soigneusement entretenu, et sur les bienfaits liés à son œuvre, la gérance cherche à développer une véritable culture d’entreprise reposant sur une discipline rigoureuse et un dévouement désintéressé de chacun. Cet appel à la constitution d’un esprit maison concerne tout particulièrement les Familistériens, déjà unis par une forte sociabilité. Sans pour autant exclure spécifiquement les ouvriers « du dehors », il insiste sur le caractère familial de l’« esprit familistérien ». « Intoxiqués par la lecture de journaux »51 communistes, les ouvriers habitant en ville apparaissent trop revendicatifs, trop politisés pour s’intégrer dans la communauté telle que la conçoivent les gérants. Ils sont pourtant indispensables, étant donné la rareté croissante de la main-d’œuvre disponible. En l’absence de nouvelles constructions susceptibles de faire de ce personnel des Familistériens, avec tous les avantages liés à un tel statut, la différenciation entre les deux groupes ne fait que s’aggraver. Ainsi, en 1951, la gérance décide de durcir les conditions d’entrée dans l’association, afin de faciliter le renvoi d’éventuels agitateurs. En manifestant ainsi sa méfiance croissante envers les ouvriers extérieurs au Familistère, René Rabaux souligne la division entre anciens et nouveaux ouvriers :

  • 52 Ibid., 10 novembre 1951.

« À un moment où de nombreux embauchages ont introduit dans l’usine une forte minorité de personnes qui n’ont pas encore l’esprit d’association, où cette masse importante de nouveaux venus constitue un danger, il faut que les associés soient un véritable bastion autour de la gérance si nous voulons éviter le retour d’événements fâcheux comme ceux de 1929. »52

  • 53 Gérard Noiriel, « Du « patronage au « paternalisme »… », art. cité, p. 34-35.

19Cette mise en opposition d’une partie du personnel contre une autre apparaît une fois encore comme un élément caractéristique du paternalisme patronal du XXe siècle qui, bien souvent, cherche à s’attacher plus durablement certains ouvriers en jouant sur les tensions internes au personnel, notamment entre ouvriers autochtones et salariés venus d’ailleurs53. Si l’immigration est à Guise quasi inexistante, on retrouve cependant le même mécanisme d’opposition entre population stable et « nouveaux venus », les premiers étant plus étroitement liés à la société par des avantages qui leur sont réservés. Dès lors, les institutions sociales du Familistère apparaissent clairement comme un élément fondamental de gestion de la main-d’œuvre, sur le plan du recrutement comme de la discipline, bien loin du « droit à l’existence » qui justifia leur création.

Conclusion

20À partir de la mort de Godin, la Société connaît une évolution où la transformation du système social lui-même, qui ne fait grosso modo que s’adapter à la législation, est moins marquée que le changement du regard porté par les dirigeants sur le rôle de protection sociale confié à l’association par son fondateur. Petit à petit, le bien-être garanti au personnel n’est plus la reconnaissance d’un droit fondamental, mais devient un privilège obtenu et conservé grâce à l’action de la gérance qui, en contrepartie, doit entraîner chez les ouvriers reconnaissance, discipline et zèle au travail. Certains extraits de discours révèlent une gérance qui semble parfois sincèrement blessée du manque de gratitude des ouvriers :

  • 54 Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 31 décembre 1944.

« Ce geste [de soutien aux ouvriers prisonniers en Allemagne], l’association se devait de le faire, […] mais il est bon que vous le fassiez apprécier autour de vous car on a trop tendance à […] ignorer ces générosités quand on ne les considère pas comme pures obligations. »54

  • 55 Sans s’opposer par principe à l’idée d’une intervention de l’État, Louis Colin déplore cependant u (...)

21Le système social, devenu un instrument de stabilisation de la main-d’œuvre et d’apaisement des rapports sociaux, peut désormais légitimement être comparé aux pratiques paternalistes. C’est d’autant plus le cas que l’évolution de la mentalité des dirigeants s’accompagne, dans le même temps, d’une méfiance croissante vis-à-vis de l’interventionnisme de l’État, notamment lors du vote de la loi des assurances sociales de 193055. Cette politique de gestion de la main-d’œuvre, tout en se révélant insuffisante pour épargner à la société des difficultés de recrutement du personnel, a sans nul doute contribué à forger une culture d’entreprise particulière unissant les Familistériens et les dirigeants de la société autour d’une vision commune de l’association, légitimant ce que René Rabaux appelle volontiers l’« autorité naturelle des chefs ». Instrument d’intégration pour une partie du personnel, le système social est aussi facteur d’exclusion pour tous ceux qui n’ont pu accéder au statut privilégié de Familistérien, mais qui, malgré tout, sont appelés à en respecter les codes. Loin de la fameuse « légende noire » du paternalisme, l’exemple de la Société du Familistère de Guise montre toute la complexité du rôle social assumé par les entreprises, celui-ci devenant au XXe siècle un élément fondamental pour la gestion de la main-d’œuvre et l’organisation des rapports sociaux internes aux sociétés.

Notes

1 André Gueslin, « Le paternalisme revisité en Europe occidentale (seconde moitié du XIXe, début du XXe siècle », Genèses, no 7, mars 1992, p. 201-211.

2 Voir Michel Lallement, Le travail de l’utopie. Godin et le Familistère de Guise, Paris, Les Belles Lettres, 2009, notamment le chapitre 2 : « Les morales de Godin », p. 71-105.

3 Ainsi que le décret du 28 juin 1793 qui instaure le « droit au secours de la nation » pour les familles indigentes. Jean-Baptiste Godin, La République du Travail, Paris, Guillaumin, 1889, p. 431 et suivantes.

4 Si Godin n’a pas lui-même participé au soulèvement de février 1848, celui-ci provoqua son adhésion enthousiaste au nouveau régime, et sa candidature malheureuse aux élections législatives suivantes.

5 Jean-Baptiste Godin, Mutualité sociale et Association du Capital et du Travail ou Extinction du paupérisme par la consécration du droit naturel des faibles au nécessaire et du Droit des Travailleurs à participer aux bénéfices, Paris, Guillaumin, 1880, p. 35.

6 Janet Horne, Le Musée social aux origines de l’État providence, Paris, Belin, 2004, chapitre 1 : « Le débat sur la « question sociale » dans la France du XIXe siècle », p. 25-70.

7 Études sociales, no 5, 1884, p. 70. Cette revue est une publication mensuelle assez éphémère de Godin lui-même. Cet exemplaire est consacré à la déposition faite par Godin devant la Commission extra-parlementaire sur les coopératives de production, créée en 1883 par Waldeck-Rousseau en préparation de son projet de loi finalement déposé en 1888 et non voté.

8 Jean-Baptiste Godin, Mutualité nationale contre la misère. Pétition et proposition de loi à la Chambre des Députés par M. Godin, Paris, Guillaumin, 1883.

9 Ce refus des membres honoraires est un rejet des sociétés mutuelles « approuvées », créées par Napoléon III en 1852, qui, en contrepartie d’avantages financiers, se trouvaient fortement contrôlées par l’État et n’étaient gérées que par des membres honoraires. Voir Michel Dreyfus, Liberté, égalité, mutualité. Mutualisme et syndicalisme 1852-1967, Paris, Éditions de l’Atelier, 2001, p. 41-43.

10 Jean-Baptiste Godin, Mutualité sociale…, loc. cit.

11 Des différents risques qui sont aujourd’hui couverts par la Sécurité sociale, seul le chômage est donc absent. Cet oubli apparaît caractéristique de la période, la question de l’indemnisation des chômeurs « involontaires » n’émergeant en France que vers le début du XXe siècle. Voir Christian Topalov, Naissance du chômeur 1880-1910, Paris, A. Michel, 1994 et Mickaël Mansfield, Robert Salais et Noël Whiteside, Aux sources du chômage 1880-1914, Paris, Belin, 1994.

12 Gérard Noiriel, « Du « patronage » au « paternalisme » : la restructuration des formes de domination de la main-d’œuvre ouvrière dans l’industrie métallurgique française », Le Mouvement social, no 144, juillet-septembre 1988, p. 17-35.

13 Juridiquement, la société est en commandite simple. De plus, si l’on suit les principes de Rochdale comme le faisaient les coopérateurs de l’époque, il ne s’agit pas d’une réelle coopérative car, si les ouvriers sont bien les détenteurs du capital, le mode de distribution des parts et le droit de participation à la gestion ne sont pas égalitaires, mais obéissent à une hiérarchie complexe basée sur l’ancienneté et le mérite personnel. Les ouvriers sont ainsi divisés en participants, sociétaires et associés, ces deux dernières catégories – les plus avantageuses – n’étant accessibles qu’aux habitants du Familistère.

14 Au contraire, Godin invite dès 1884 ses ouvriers à former un syndicat et à militer en faveur de la coopération, et plus généralement en faveur d’une République sociale. À l’inverse, le Familistère n’est pas totalement exempt de toute forme de moralisation, puisque Godin – en bon hygiéniste – multiplie les actions contre les abus d’alcool.

15 Jean-Baptiste Godin, Solutions sociales, Paris, Guillaumin, 1871, p. 98-99.

16 André Gueslin, « Le système social Michelin (1889-1940) », in André Gueslin (dir.), Michelin, les hommes du pneu, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1993, p. 73-155.

17 Sources utilisées par Olivier Mignot, Guise : économie, démographie et mariages de 1730 à 1890, mémoire de maîtrise, sous la direction de Gérard Gayot, Lille III, 1996.

18 Les ouvriers possédant une ancienneté supérieure à vingt ans représentent, à la veille de la Grande Guerre, plus de la moitié du personnel.

19 Notice sur l’ancienne maison Godin, Guise, Société du Familistère, 1926, p. 100-101.

20 Ibid.

21 Les appartements du Familistère, le titre d’« associé » ainsi que les meilleurs emplois dans l’usine tendent en effet rapidement à se transmettre de père en fils, au grand dam des ouvriers qui habitent en ville et voient ainsi disparaître tout espoir d’ascension sociale au sein de l’entreprise.

22 Dactylographiés, contenant les bilans et les données économiques précises de la société, ces rapports sont imprimés en plusieurs exemplaires. Ces documents sont aujourd’hui très dispersés entre différents fonds d’archives, mais la majorité d’entre eux peut être consultés à la bibliothèque du Conservatoire national des Arts et métiers, Fonds Godin-Prudhommeaux.

23 Fête instaurée par Godin en l’honneur des enfants des écoles, à l’occasion de la remise des prix, début septembre. Le rythme de la vie au Familistère est ensuite ponctué par une seconde fête, la Fête du travail, qui honore début mai les ouvriers les plus consciencieux et les plus anciens. Malgré la coïncidence de dates, cette seconde fête n’a rien à voir avec le 1er mai, qui n’est devenu une journée de mobilisation ouvrière que bien après la mort de Godin.

24 Louis-Victor Colin, ingénieur des Arts et Métiers de Châlons-sur-Marne, recruté par Godin lui-même, dirige la société de 1897 à 1933.

25 « Discours prononcé lors de la Fête de l’enfance de septembre 1904 », Le Devoir, 1904, p. 625. Le Devoir est une publication hebdomadaire fondée par Godin et reprise sous forme mensuelle par sa veuve jusqu’en 1906.

26 Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 3 octobre 1909.

27 Ibid., 4 octobre 1908.

28 Jean-Luc Pinol, « Le Palais social : les projets de Godin et les pratiques familistériennes », in Thierry Paquot et Marc Bédarida (dir.), Habiter l’utopie. Le Familistère Godin à Guise, Paris, Éd. de La Villette, 2004, p. 73-88.

29 Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 30 septembre 1923.

30 Dans l’esprit de Godin, cette différenciation devait contribuer à attirer les ouvriers vers le Familistère, c’est-à-dire vers un mode de vie collectif reposant sur la coopération intégrale. Le système sous-entendait bien sûr qu’il soit possible, pour tous ceux qui en avaient le désir et en acceptaient les règles, d’accéder au Familistère.

31 Il ne s’agit toujours pas d’une indemnisation : en cas de manque de travail, les associés et sociétaires – qui vivent au Familistère – sont prioritaires sur les autres pour conserver leur emploi.

32 Archives municipales de Guise, 1 D 24 à 26, registres des délibérations du Conseil municipal, 1918-1939. En 1934, le Conseil municipal où siègent de nombreux ouvriers de l’usine décide d’engager lui-même les travaux d’aménagements, tout en se portant partie civile contre les anciens propriétaires du terrain pour avoir loti sans effectuer ces travaux. Véritable retournement de l’histoire, ces propriétaires se trouvent être les descendants de Godin.

33 René Rabaux, « Réflexions et témoignage sur l’Association par un successeur de Godin », in Guy Delabre et Jean-Marie Gauthier (dir.), Godin et le Familistère de Guise à l’épreuve de l’Histoire, colloque organisé à Guise le 21 mai 1988, Reims, PUR, 1989, p. 153. René Rabaux, né au Familistère, ingénieur des Arts et Métiers de Lille et de Sup’Elec, dirige la société après Louis Colin, de 1933 à 1954.

34 Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 6 octobre 1929.

35 Ibid., 10 novembre 1951.

36 Ibid.

37 Nous nous permettons de renvoyer à notre article : « Corporatisme et modernisation industrielle : la Société du Familistère et l’organisation de l’industrie du chauffage (années 1930-années 1950) », Actes du colloque de Metzdu GDR « Les entreprises sous l’Occupation » des 22 et 23 octobre 2009, à paraître.

38 Les chiffres qui suivent ont été calculés à partir des bilans annuels de la caisse des retraites, dite « assurance des pensions », inclus dans le rapport présenté par l’administrateur-gérant à l’assemblée générale annuelle des ouvriers associés.

39 La société décide en effet de prendre à sa charge une partie de la cotisation ouvrière. Il était prévu, en échange, de diminuer la subvention de la société à la caisse de retraites, mais il semble que les finances de celle-ci ne l’aient jamais permis. Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 6 octobre 1929.

40 Dominique Simon, « Le patronat face aux assurances sociales : 1920-1930 », Le Mouvement social, no 137, octobre-décembre 1986, p. 7-27.

41 Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 2 octobre 1932.

42 En confiant à la succursale de Bruxelles des commandes à expédier en France. Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 4 octobre 1931.

43 Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 9 octobre 1938.

44 Ibid., 18 novembre 1945.

45 En 1930, le gérant reçoit un salaire annuel d’environ 300 000 francs courants (en tenant compte de son traitement et de la part de bénéfices qui lui revient), contre en moyenne 16 000 francs pour un associé et 13 000 francs pour un participant – c’est-à-dire un ouvrier non Familistérien. Chiffres tirés de Guy Delabre et Jean-Marie Gauthier, La régénération de l’utopie socialiste : Godin et le Familistère de Guise, thèse de doctorat en sciences économiques, Paris 1, 1978, p. 1299.

46 Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 9 octobre 1938.

47 Ibid., 6 octobre 1935.

48 Ibid., 4 octobre 1936.

49 Interview de Louis Colin dans L’œuvre du 28 novembre 1929, à propos de la grève entamée par les ouvriers pour des revendications salariales. Cette grève, qui dure plus d’un mois grâce au soutien politique et logistique du parti communiste, est vécue par la direction comme une preuve de l’incapacité des nouveaux ouvriers à s’imprégner de cet « esprit d’association » qui unit les Familistériens.

50 Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 9 octobre 1938.

51 René Rabaux, Un siècle d’expériences sociales : Godin et le Familistère de Guise, [éditeur inconnu], 1943, p. 26.

52 Ibid., 10 novembre 1951.

53 Gérard Noiriel, « Du « patronage au « paternalisme »… », art. cité, p. 34-35.

54 Rapport du gérant à l’assemblée générale des associés, 31 décembre 1944.

55 Sans s’opposer par principe à l’idée d’une intervention de l’État, Louis Colin déplore cependant une « folle aventure », une « loi sociale faite pour des saints, et non pour des hommes », qui risque de faire de la France « une nation de pensionnés ». Rapports du gérant à l’assemblée générale des associés, 6 octobre 1929 et 5 octobre 1930.

Auteur

Université Charles-de-Gaulle – Lille 3

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540