Version classiqueVersion mobile

Travail et entreprises en Europe du Nord-ouest (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Michel-Pierre Chélini
, 
Pierre Tilly

I. La gestion des ressources humaines dans les entreprises : études de cas

Préserver son indépendance : travailleurs et entrepreneurs dans la filière linière en Flandre de 1750 à 1914

Frédéric Ghesquier-Krajewski

Texte intégral

 

  • 1 Algemeen Rijksarchief, (ARA) Raad van Financiën, dossier 4281, Mémoire anonyme, 1762, in Benoît Mar (...)

« Nos fabriques se réduisent en toutes sortes de toiles de différentes qualité et largueur, tant à faire blanchir que pour l’envoy en escrus, aussi en toilles rayées de différentes largeurs et couleurs […] tant pour la consommation du pays que pour l’envoy à l’étranger. L’on fabrique les susdits trois articles [toile, fil et dentelle] dans cette ville [Gand] et ses environs et ils fournissent à l’entretien d’un peuple infinis et bien principalement l’article des toilleries, lequel fait le principal soutient d’un grand nombre d’habitants de la province de Flandre, peuvent à juste titre être appellé sa mine d’or. »1

  • 2 Une traduction qui conserve le sens général du propos pourrait être : « À Assenede et dans son dist (...)
  • 3 Pierre Pouchain, L’industrialisation de la région lilloise de 1800 à 1860. Contribution à l’étude d (...)
  • 4 Éliane Gubin, « L’industrie linière à domicile dans les Flandres en 1840-1850. Problèmes de méthode (...)

1Si on ajoute à cette notule la remarque suivante, « Daar sÿn in’t gemelde Assenede en de syn district differente lynwaet wevers van rauwe lÿnwaeten. Men kan het getal van de selve niet specificeren vermits het ten meesten deele persoonen sÿn, die hun occuperen als sÿ geen ander werk ten platten lande hebben »2, on perçoit, outre l’importance numérique des travailleurs engagés dans l’industrie linière, l’ampleur économique et sociale d’une filière héritée de la proto-industrie. Plus au sud, la vallée de la Lys et la région lilloise, qui viennent alors de devenir françaises, connaissent elles aussi des activités linières, mais leur prégnance y est toutefois moindre au milieu du XVIIIe siècle. La Flandre est linière et le demeure longtemps. Un siècle plus tard, le département français du Nord connaît un tel dynamisme grâce à cette industrie qu’elle apparaît, à bon droit, comme le moteur de l’industrialisation de l’arrondissement de Lille3. Pour le jeune royaume de Belgique, Éliane Gubin a pu légitimement « […] examiner l’extension prise par l’industrie linière à domicile dans les Flandres au milieu du XIXe siècle, de manière à mieux comprendre pourquoi elle ne fut pas le prélude à la « révolution industrielle », contrairement à ce qui se passa pour le textile dans le Nord de la France »4. On mesure aisément les changements intervenus, dont le basculement du centre de gravité de la filière linière du nord au sud de la frontière.

  • 5 Frédéric Ghesquier-Krajewski, La Lys et le lin, 1750-1914, Thèse de doctorat, Université de Lille I (...)

2Ces mouvements sont la traduction d’évolutions lentes mais continues qui se poursuivent, parfois en s’infléchissant, jusqu’à la guerre de 1914-1918. D’une industrie domestique complémentaire des travaux agricoles, dont les bases sont donc largement rurales mais sans exclusive, on passe à une forme progressive de concentration, de mécanisation et de motorisation, qui n’est cependant pas encore majoritaire à la veille du premier conflit mondial. Durant ce long siècle et demi, la figure de l’entrepreneur linier et ses pratiques, tout comme celles des ouvriers et ouvrières, se sont profondément modifiées. Des traits qui hier étaient saillants se sont estompés, d’autres se sont affirmés, certains sont apparus. Sans exclure les autres facteurs d’évolution, qu’ils soient endogènes ou exogènes5, les relations sociales, particulièrement celles qui résultent de la crise de 1841-1845 en Belgique et des tentatives de solution apportées par les élites flamandes et francophones, sont au cœur d’un vaste mouvement migratoire qui voit de très nombreux ouvriers et ouvrières du lin prendre le chemin de la France et y apporter ainsi leur force de travail et leur expertise. Ce sont ces relations particulières qui vont être interrogées dans cet article.

L’industrie linière en Flandre au milieu du XVIIIe siècle

  • 6 Franklin Mendels, Industrialization and Population Pressure in Eighteenth Century Flanders, Thèse d (...)

3L’engagement des divers ensembles constitutifs de la plaine flamande, entendue ici dans sa stricte définition géographique, dans l’industrie linière n’est pas homogène [Fig. 1]. La Flandre maritime, à l’exception notable de Bruges, est nettement moins impliquée dans les activités linières que la Flandre intérieure. Par ailleurs, le segment de la vallée de la Lys situé en Flandre autrichienne connaît une activité beaucoup plus fébrile, en ce qui concerne le travail du lin, que la partie française en amont. Cette situation ne surprendra pas le lecteur familiarisé avec les analyses de la proto-industrie flamande, Franklin Mendels ayant été le premier à signaler cet état de choses dès 19706. Sans pouvoir avancer une estimation chiffrée acceptable du nombre des tisserands et fileuses engagés dans la filière, les sources étant sont trop imprécises pour cela, on peut relever que le ratio d’un métier pour trois tisseurs représente une constante forte de Gand à Ypres, de Bruges à Courtrai. Il est possible toutefois de dégager quelques traits organisationnels dont l’influence sur les rapports sociaux est grande.

  • 7 ARA, Raad van Financiën, dossier 6142, 1767, in « La statistique industrielle », op. cit.
  • 8 Archives départementales du Nord (ADN), dossier de l’intendance, C 166, Denombrement des metiers a (...)
  • 9 Denis Woronoff, Histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 1994, p (...)

1°°) La production est essentiellement rurale, le temps des métiers et des rouets s’intercale dans les creux du temps agricole. Ainsi note-t-on en Flandre autrichienne que « [...] ces toilles se travaillen par des ouvriers et domestiques lors qu’ils n’ont pas d’autres ouvrages... »7. En Flandre française, il est signalé que la population d’Armentières et de ses environs ne pourrait survivre « […] sans la fabrique de toiles qui fait vivre et occuppe la moitié au moins des habitans, tant hommes que femmes et enfants dans le courant de l’hiver »8. Incidemment l’idée que « la proto-industrie est fille de la misère »9 se trouve ici clairement exprimée.

  • 10 ADN, dossier de l’Intendance, C 166, op. cit.

2 °) Si les villes sont moins engagées dans les activités de production, elles demeurent centrales dans les opérations de commercialisation et de détermination des prix. Le marché, lieu physique de l’échange, est, au moins en grande partie, le lieu de fixation des prix. La demande globale et son niveau de solvabilité entrent en compte dans ces opérations, mais de manière indirecte et rapportée. « […] qQuoiqu’ils [les marchands étrangers] achettent dans presque tous les lieux ou il y a des foires, les plus forts achats se font a armentières […] »10.

Fig. 1 : Les activités linières en Flandre au milieu du XVIIIe siècle.

Fig. 1 : Les activités linières en Flandre au milieu du XVIIIe siècle.

Sources : ADN, dossier de l’intendance, C 166, op. cit. et La statistique industrielle dans les Pays-Bas autrichiens à l’époque de Marie-Thérèse. Tomes 1 et 2, Commission Royale d’Histoire, 1974.

  • 11 ARA, Raad van Financiën, dossier 6140, 1767, in « La statistique industrielle », op. cit.

3°) Une très forte division du travail de production, partiellement sexuée, est perceptible. Sur ce point, les sources françaises et autrichiennes témoignent d’un bel unanimisme : aux femmes la mise en branle des rouets et la filature, aux seuls hommes d’âge mûr le tissage sur les lourds métiers battants. « Les filles et les femmes fillent généralement de filets de lin et d’étoupe tant ici qu’aux Vieux hommes, Flandre »11.

  • 12 ARA, Raad van Financiën, dossier 6140, 1767, op. cit.

4°) Il existe une très étroite solidarité entre rouets et métiers battants, les premiers approvisionnant très souvent les seconds. Au sujet du petit village de Bassevel de l’enquête autrichienne relève que « les lins pour fabriquer la toille dans l’intérieur du pays, ne viennent pas de l’étranger mais de la dépouille d’ici »12.

  • 13 ADN, dossier de l’Intendance, C 157, Assemblée du baillage, 27 décembre 1763.

5°) Les sources ne mentionnent le Verlagssystem que manière épisodique, notamment lors des demandes d’exemption ou de privilège, et le plus souvent pour mentionner l’échec ou les difficultés des manufactures. Un exemple armentiérois, de la première moitié du XVIIIe siècle, est sur ce point édifiant. « Duquesne n’a pas prospéré dans son entreprise [établie en 1731] mais son exemple a excité l’émulation et nombre d’ouvrière qui ont travaillé chez lui ont monté des métiers […] »13. Le Kaufsystem règne en maître dans toute la Flandre linière.

  • 14 Peter Kriedte, Hans Medick et Jürgen Schlumbohm, Industrialisierung vor der Industrialisierung. Gew (...)
  • 15 Sur ce point, voir Nationaal Vlasmuseum Kortrijk, Museumgids, 48 p.

4Dans le cadre du Kaufsystem les marchands ne sont pas en position de donner des consignes de production contrairement aux Verleger (fabricants) qui font fabriquer les pièces dans les campagnes par de véritables prolétaires domestiques, auxquels ils fournissent la matière première à l’automne et récupèrent la production au printemps14. Les marchands s’approvisionnent en fonction des produits qu’ils trouvent sur les marchés. Les producteurs adaptent leurs toiles et leurs filés en fonction de leur propre approvisionnement, de leur capacité de travail et de la demande. Les relations sociales sont donc, durant l’étape de la fabrication, marquées par la proximité des intervenants. Elles dessinent un réseau dont l’horizon géographique ne dépasse pas quelques kilomètres. Producteurs de lins, préparateurs15, fileuses et tisserands se côtoient quotidiennement au sein de la cellule familiale ou de la communauté villageoise. Cette proximité géographique associée à la solidarité entre rouets et métiers battants, mais aussi à la fréquente confusion entre producteurs, préparateurs et transformateurs de lin, donnent aux relations sociales une tonalité apaisée, même s’il n’est pas exclu qu’ici ou là des tensions liées à des formes de concurrence aient pu voir le jour. La réussite de chacun de ces micro-producteurs, conditionnant et étant conditionnée par celle des autres, il se dégage plus une solidarité de fait que des conflits. Seuls les centres urbains comme Gand, Bruges, Courtrai, Armentières et Lille échappent à ce type d’organisation pour présenter les traits classiques d’une organisation en métiers.

  • 16 ARA, Raad van Financiën, dossier 6133 et 6140, 1763 et 1767, in « La statistique industrielle », op (...)

5Faisant intervenir des acteurs plus éloignés et parfois étrangers, l’étape de la commercialisation n’en est pas moins consensuelle, du moins tant que les circuits traditionnels ne font pas l’objet de tentatives de contournement. C’est précisément à l’occasion de l’une d’elles que cette étape est la mieux décrite. « Il y a pour le moins, cent tisserans de toille à Poperinghe et autant des métiers dont plusieurs se mêlent du commerce en fils crus, sous prétexte de leur métier et achètent comme les autre leurs fils aux marchés publicqs, à la campagne et en routte du marché […] qui se plaignent aussi qu’ils ne peuvent acheter à Ypres leurs fils à l’heure que commence le marché qu’ils doivent attendre une demÿ heure après et ainsi n’ont que le restant tandis que les fabricateurs d’Ypres […] achètent à Poperinghe d’abord que le marché commence. Ains font venir les gens du marché au Cerf, oberge très renommée, où ils vont avec eux en particulier et leur vendent les fils au prix qui leurs est impossible d’égaliser pour subvenir à leur maintient. L’on parle de les chasser souvent de Poperinghe par une tumulte populaire »16. Les marchés flamands ne connaissent pas d’institutions équivalentes à la Schau de Saint-Gall. Institutions de contrôle et de régulation des marchés ne font leur apparition en Flandre, qu’à l’extrême fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, en particulier les services de pesage des lins et de mesurage des toiles. Les marchands d’Ypres, en concluant des accords commerciaux hors du lieu (place ou halle) où se retrouvent les acheteurs et les vendeurs, modifient le niveau moyen des prix et détournent le marché de l’une de ses fonctions premières : permettre la rencontre de l’offre et de la demande. Outre le fait que les tisserands ne trouvent plus la variété de filés qui leur est nécessaire, ils sont confrontés à des produits dont les prix sont fixés, de facto sinon de jure, par des offres dont ils n’ont pas connaissance et hors d’un rapport contradictoire entre vendeurs et acheteurs.

6Au vu des échecs fréquents des tentatives de concentration, des émotions populaires face au contournement des règles de commercialisation, de la production de la matière première, de la transformation et la commercialisation à horizon restreint et de la production de produits finis ou semi-finis intercalée dans les creux du travail agricole (sauf pour les centres urbains), l’industrie linière flamande au XVIIIe siècle apparaît encore largement l’héritière de la proto-industrie dont elle reproduit les grandes caractéristiques. Cette organisation et les relations sociales qui en découlent demeurent identiques jusqu’à la fin du XVIIIe et les débuts du XIXe siècle, même si l’introduction du travail du coton en Flandre autrichienne et française, associée à une demande croissante d’indiennes, de basins et autres cotonnades, entament la position hégémonique du travail du lin et ébranlent la filière.

Toiles rurales et cotonnades urbaines17

  • 17 Luc Dhondt, « Plattelandslijnwaad en stadskatoen tegen en even na 1800. De organisatie van een oude (...)
  • 18 Stadsarchief Gent, (SAG), Reeks K, fonds : Handel en nijverheid, dossier 3 « Lijsten van de Textiel (...)
  • 19 Peter Schlolliers, Wages, Manufacturers and Workers in the Nineteenth-Century Factory. The Voortman (...)
  • 20 SAG, Reeks K, fonds : Handel en nijverheid, dossier 27 « Statistische opgave van de vlasnijverheid (...)

7Premier facteur, chronologiquement, de la remise en cause de l’organisation traditionnelle de la filière linière, l’introduction du travail du coton en Flandre ne date pas de la fin du XVIIIe, mais du milieu de ce siècle. Ses effets ne se font toutefois sentir qu’autour de 1800. La région gantoise est exemplaire pour cette évolution. En 1795, une enquête est menée pour évaluer le poids des industries textiles dans la cité scaldienne. Sur 33 fabricants de tissus, 27 mettent en œuvre du lin et emploient un peu moins d’un millier de personnes. Ceux qui mettent en œuvre d’autres fibres, coton, laine et mélange, occupent environ 300 personnes18. Outre les fabricants, Gand compte alors 20 ateliers d’imprimerie qui donnent du travail à quelques 880 ouvriers. Ils sont presque 1 900 vers 1800 et plus de 2 100 après 181519. Dans une nouvelle enquête datée de 1812 et dont l’existence prouve l’attention des pouvoirs publics pour le textile linier flamand, le maire note « Il n’y a jusqu’à présent aucun tisserand en toiles de lin en ville tout se fait à la campagne »20. Lente à se dessiner, l’évolution de la filière acquiert dans ces premières années du XIXe siècle certains caractères qui demeurent les siens jusque vers 1860.

Fig. 2 : la commercialisation des toiles à Gand en 1811 et 1842.

Fig. 2 : la commercialisation des toiles à Gand en 1811 et 1842.

Source : SAG, Reeks K, dossier 288. La variation correspond à l’indice mensuel des ventes par rapport à la moyenne mensuelle durant l’année.

8Remis en cause en ville, au point d’y disparaître temporairement comme c’est le cas à Gand, le travail de la fibre locale cède la place à celui de la fibre tropicale et trouve refuge dans les campagnes. La demande croissante de produits textiles stimule davantage l’industrie du coton que celle du lin laquelle se trouve progressivement réduite à la production de toiles plus grossières. L’usage en est souvent plus professionnel que domestique, à la notable exception des très belles toiles de Courtrai et de sa région.

  • 21 Sur l’évolution des deux filières, voir Mohamed Kasdi et Frédéric Ghesquier-Krajewski, « Deux filiè (...)
  • 22 J. J. Raepsaet (1750-1832) au préfet du département de la Lys Faipoult, in Luc Dhondt, op. cit. p.  (...)
  • 23 Peter M. Solar, « Die belgische Leinenindustrie im 19. Jahrhundert », in Karl Dittet Sidney Pollard (...)

9Les volumes commercialisés et les rythmes de commercialisation des toiles à Gand en 1811 et 1842, montrent la division par plus de 3 du nombre des toiles proposées et une origine de plus en plus rurale de la production [Fig. 2]. Déjà lisibles en 1811, les temps forts du travail de la toile apparaissent, en 1842, encore davantage encore complémentaires de ceux des travaux agricoles et n’interviennent que lorsque ces derniers ne mobilisent plus autant les bras. Les quelques positions urbaines tenues par l’industrie toilière ne sont, vers 1815-1820, plus que des souvenirs. Emmenée par des capitaines plus audacieux, dont Liévin Bauwens fait figure de parangon, l’industrie du coton progresse rapidement tout en se motorisant et se mécanisant21. Attractives par leurs qualités spécifiques et leurs prix, les cotonnades reçoivent les faveurs d’un public dont la garde-robe croît en valeur et en volume dans la première moitié du XIXe siècle. Les toiles de lin ne subsistent pas moins dans les campagnes et connaissent même une période faste : « de nouveaux marchés à toiles de lin s’établissent dans les gros bourgs [...] dans les petites villes où l’on vendait à peine cinquante pièces par semaine, il s’en vend présentement jusqu’à douze et quinze cent »22. Ce repli vers les campagnes de la production de toile laisse toutefois aux zones urbaines deux fonctions dans la filière. Premièrement une partie de la filature s’effectue dans de petits ateliers urbains avant que ne soit entamée la lente mais continue mécanisation de ces opérations23. Deuxièmement la commercialisation des toiles demeure urbaine, même si ce sont de plus petites villes que Gand qui la prennent en charge. Une sorte de paradoxe géographique se dessine alors : l’horizon commercial des toiles s’élargit, le marché américain ajoutant ses promesses à ceux déjà conquis, alors que l’espace productif tend, lui, à se resserrer.

10Au facteur exogène, qui brouille les lignes de partage entre les industries linière et cotonnière autour de 1800 et dans les premières décennies du XIXe siècle, vient s’ajouter un facteur endogène qui frappe avec une rare violence les campagnes flamandes vers 1840.

La crise des campagnes flamandes

11Au début de la décennie 1840 les campagnes flamandes, à l’instar de celles d’Irlande, sont frappées par une double crise. Dans ces régions de pluriactivité agricole et textile, ce sont les deux piliers de l’économie rurale qui sont ébranlés et avec eux le fragile équilibre qui permettait aux populations de subvenir tant bien que mal à leurs besoins. Les marchés extérieurs, français surtout, débouchés traditionnels des industries linières de Flandre orientale et occidentale, se resserrent sous la double influence d’une contraction de la demande intérieure et d’une offre croissante de toiles domestiques et de lins russes. Dans le même temps, les mauvaises récoltes de pommes de terre et de céréales, bases de l’alimentation, se succèdent durant plusieurs années et mettent en péril la possibilité pour les populations de se nourrir.

  • 24 Éliane Gubin et Peter Scholliers, « Die Mechanisierung des Flachspinnens in Flandern : ländliche He (...)

12Une fois encore, plus que les mécanismes économiques de cette crise, ce sont ses implications sociales qui retiennent l’attention. Sans moyen de subvenir directement à leurs besoins, par des productions autoconsommées, sans moyen d’y suppléer par l’achat de denrées, faute de revenus liés aux activités linières, les populations flamandes se retrouvent dans une situation de pauvreté alarmante. Elles se tournent vers les institutions caritatives pour survivre et sont enregistrées par les autorités. Si toutes les populations flamandes sont touchées par la crise à divers titres, presque un habitant sur quatre en 1850, la place qu’occupent les travailleurs liniers et les journaliers agricoles et textiles au sein des plus démunis est de loin la plus importante24. Dès 1841 ces deux catégories représentent presque une personne secourue sur deux, et en 1849 et 1850 elles représentent plus de 80 % de la population faisant appel à la générosité publique [Tab. 1].

Tab. 1 : Populations secourues en Flandre 1841-1850.

Total(a)

Liniers(b)

Journaliers(b)

Total liniers et journaliers(b)

1841

12,2

26,2

17,5

43,8

1843

14,1

41,5

19,8

61,3

1845

21,4

40,6

20,9

61,0

1846

28,2

40,3

22,0

62,4

1847

29,5

37,7

20,5

58,2

1848

26,8

43,8

29,1

73,0

1849

25,8

50,4

32,1

82,6

1850

23,5

50,0

32,0

82,1

Source : Éliane Gubin et Peter Scholliers, op. cit., p. 269.(a) en % de la population totale, (b) en % des personnes secourues

13Les conséquences sont dramatiques pour les populations rurales : un taux de mortalité infantile voisin de 160‰ vers 1850, une espérance de vie qui peine à atteindre 40 ans et le choléra qui fait des ravages à quatre reprises de 1848 à 1859. La montée du paupérisme s’accompagne de deux phénomènes qui ont une très grande influence sur le dynamisme et l’organisation de la filière linière. C’est à cette période que débutent les vastes mouvements migratoires qui ont mené les populations des Flandres, d’une part vers les villes industrielles de Belgique en particulier Gand, Anvers et Bruxelles, et d’autre part vers la France où, dès 1851, elles représentent 33,6 % du total des étrangers. C’est aussi en profitant de ces années terribles pour les travailleurs ruraux que les élites flamandes se sont efforcées de prendre le contrôle social, économique, mais aussi politique et moral de ces travailleurs. On se souvient qu’au XVIIIe siècle, les quelques tentatives, tant en Flandre française qu’autrichienne, pour prendre le contrôle de la filière, par le biais de la concentration ou du contournement des modes traditionnels de fixation des prix, avaient le plus souvent échoué. Ce projet n’était pas complètement oublié en Oost et West-Vlaanderen, d’autant que les soutiens à la Révolution belge de 1830 témoignaient, dans ces provinces, d’un caractère assez nettement conservateur. La crise, d’abord industrielle puis agricole, est l’occasion pour les élites de tenter de mettre au pas des ouvriers plutôt sourcilleux et prompts à « une tumulte populaire » lorsqu’il s’agit de leur indépendance, fût-elle relative.

14Cette crise, structurelle et non conjoncturelle, révèle l’inadaptation face à la concurrence étrangère des structures productives traditionnelles, incapables notamment de réaliser les économies d’échelle que permet la filature mécanisée, si ce n’est en contractant toujours plus les salaires. Les analyses faites par les responsables économiques et politiques montrent que cet aspect a souvent été relevé. De même, les besoins urgents des travailleurs liniers sont correctement perçus : soit une assistance alimentaire, soit une remise au travail pour subvenir par eux-mêmes à leurs besoins. Menées concurremment par les responsables politiques et administratifs (conseils échevinaux, commissaires d’arrondissement, commissaires spéciaux, gouverneurs), et les responsables économiques (producteurs et vendeurs de lins, gros marchands importateurs et exportateurs), ces analyses débouchent sur la mise en place de deux types d’institutions : les ateliers modèles et les comités liniers. Les premiers doivent former les tisserands et fileuses aux techniques nouvelles qui, dans l’esprit de leurs promoteurs, sont propres à rétablir la position des productions flamandes tant sur le marché intérieur qu’à l’exportation. Les seconds ont pour fonction de remettre au travail, dans un cadre bien précis, les travailleurs déjà formés, et de diffuser des outils perfectionnés.

Les élites et la crise

15Des ateliers et des comités sont rapidement et largement mis sur pied en Flandre belge durant l’automne et l’hiver 1845-1846 : aucune localité travaillant le lin ne semble échapper à leur emprise plus ou moins grande. Cette organisation n’est pas le résultat d’initiatives locales relayées au niveau provincial, mais s’inscrit dans un projet d’ensemble dont les grandes lignes sont fixées à Bruxelles et pilotées par les gouverneurs dans les provinces. La mainmise des élites sur ces structures est évidente.

  • 25 Rijksarchief Brugge (RAB), Provinciaal Bestuur, Afdeling 3, dossier 987, Bulletin du comité industr (...)
  • 26 Rijksarchief Beveren (RABe), Provincie Bestuur, 4° Afdeling/A, dossier 209, Comité central d’indust (...)

16Le 10 mars 1846 à Ousselghem en Flandre occidentale, un comité linier est établi et se compose du bourgmestre (président de droit), du pastor (le curé) et de trois agriculteurs25. À l’automne précédent, le 24 octobre 1845, dans la même province, Vive Saint Bavon s’était dotée d’une structure similaire qui se composait du bourgmestre, du pastor, d’un koopman (marchand) et de deux agriculteurs. Ailleurs on découvreretrouve des membres de la noblesse, des intervenants dans la filière linière en position d’entrepreneur (négociants ou fabricants). On retrouve presque toujours le curé et très fréquemment des échevins. On ne compte que deux ou trois localités où des travailleurs liniers figurent au nombre des membres de ces comités. C’est le cas à Moerkerke. Parmi les personnes désignées le 27 novembre 1845 se trouvent deux « Arbeyder, wever en vlaskooper » (travailleur, tisseur et marchand de lin). Un peu plus loin, on signale la présence d’un « Landsman en wever » (agriculteur et tisseur) est signalée. En Flandre orientale, la situation est la même. Le 17 mai 1847, le comité central de l’industrie linière présidé par le gouverneur arrête la composition de la commission directrice de l’atelier modèle qui doit voir le jour à Bevere26. Dix personnes sont retenues : le commissaire d’arrondissement, un noble qui est aussi sénateur, le fils d’un gros négociant linier, deux propriétaires dont un ancien fabricant de toiles, les bourgmestres de Bevere, Eyne et Welden, ce dernier étant également conseiller provincial. C’est aussi le cas d’un échevin de Cruyshouthem appelé lui aussi à siéger. Enfin l’Église catholique est présente en la personne du vicaire de Bevere. Marquées par la présence de membres des autorités politiques et administratives, des représentants de patronat linier, des représentants de l’Église et d’hommes incarnant des « valeurs morales », les propriétaires fonciers, ces institutions laissent peu de place aux travailleurs liniers dont la voix a peu de chance d’être entendue directement dans le processus décisionnel.

Fig. 3 : Les acheteurs du marché de Courtrai

Fig. 3 : Les acheteurs du marché de Courtrai

Source : MSAK 7475, op. cit.

  • 27 Moderne Stadsarchief Kortrijk (MSAK), dossier 7475, Droit de mesurage et jaugeage aux marchés aux t (...)

17Cette écrasante surreprésentation des élites accélère un processus initié durant la période de l’occupation française (1794-1815) : la concentration dans quelques mains de l’étape de la commercialisation des toiles et un progressif passage du Kaufsystem au Verlagssystem. C’est sur le marché de Courtrai que cette évolution est la plus lisible, mais elle est sensible également à Gand, Bruges, Roulers et Tielt. Deux catégories d’acheteurs se partagent l’essentiel du marché aux toiles : d’une part, les Kutsers ou Koophandelaers, les courtiers qui vont de ferme en ferme pour se procurer leurs assortiments et, d’autre part, les Maakelaaren ou Maekelaers, les marchands qui s’attachent les services de certains producteurs et composent ainsi leur gamme de produits27. Si les Kutsers ont toujours une part moindre que les Maakelaaren dans les achats sur le marché, il apparaît clairement que la domination de ces derniers devient véritablement écrasante avec la crise flamande [Fig. 3].

  • 28 MSAK, dossiers 2138 à 2144 : Registres de matricules de délivrance des livrets ouvriers, 1846-1857. (...)

18Jusqu’aux années 1830-1835 les Maakelaaren ne peuvent être identifiés comme Verleger. Après 1840-1845 ceci ne fait toutefois plus aucun doute. Leurs achats sur le marché sont dominants, mais dans des volumes réduits de moitié par rapport à 1827. Par ailleurs d’autres sources, comme les registres de matricules de délivrance des livrets ouvriers, indiquent que leur influence économique et sociale ne cesse de croître notamment dans le recrutement des jeunes travailleurs28. Bien que toujours appelés « marchands » par les autorités communales, ces hommes - il s’agit rarement de femmes - sont devenus des entrepreneurs qui fournissent les matières premières et fréquemment l’outillage, fixent les délais de production, les caractéristiques techniques et surtout les salaires.

  • 29 RABe, Provincie Bestuur, 4o Afdeling / A, dossier 209, Mémoire à la députation permanente du consei (...)
  • 30 RABe, Provincie Bestuur, 4o Afdeling / A, dossier 209, Lettre du bourgmestre de Renaix au gouverneu (...)

19Dans le schéma d’ensemble que dessinent les élites pour la filière linière, les éléments de réponse techniques et économiques ne sont pas les seuls mis en œuvre. Géographiquement, un accord entre les autorités et les fabricants intervient pour abandonner les activités de tissage et de filage dans certains secteurs de la Flandre. Deux jours après l’établissement de la commission à Bevere, le bureau spécial d’industrie adresse un épais mémoire manuscrit à la députation permanente de Flandre orientale. On peut y lire : « Dans les communes situées sur la rive gauche de la Lys et le canal de Terneuzen, l’industrie linière devra être autant que possible remplacée […] on ne fabrique dans ces cantons que des toiles […] qui […] ne donnent presque plus aucun bénéfice aux fabricants » et, un peu plus loin : « C’est ainsi également qu’il ne faudra pas établir d’ateliers pour la fabrication de la toile dans l’arrondissement de St Nicolas »29. C’est toute la partie Nord Est de la Flandre orientale qui est ainsi délaissée, puisqu’aucune solution industrielle de substitution n’est proposée, ni dans ce mémoire, ni plus tard. Le profit des fabricants est donc un des étalons de la mise en place d’ateliers ou de comités liniers. Le bourgmestre de Renaix ne s’en cache pas alors que la crise s’éternise : « Il n’est que trop vrai […] que les ouvriers tisserands employés dans nos fabriques ne peuvent, par leur salaire, subvenir à leur existence ». Il ajoute un peu plus loin : « Et cependant […] malgré la douleur navrante que nous éprouvons en voyant ces cadavres vivants circuler dans nos rues, nous devons le dire à regrets, il n’est au pouvoir de personne d’entre nous de porter remède à un mal aussi grand. […] Telle est également l’opinion émise par Mrs les fabricants »30.

  • 31 RAB, Provinciaal Bestuur, Afdeling 3, dossier 989 A, Rapport de Charles Van Slambrouck pour faire r (...)

20La diffusion de techniques nouvelles devait permettre de concurrencer les fabrications mécaniques tant britanniques que continentales, et d’assurer aux travailleurs les moyens de subvenir à leurs besoins. S’il était isolé, l’aveu du bourgmestre de Renaix pourrait être considéré comme un épiphénomène : ce n’est pourtant pas le cas. Nombreux sont les fabricants qui, sous couvert des comités liniers, ont étendu leur contrôle sur la main-d’œuvre, en particulier celle formée aux techniques et outils nouveaux, sans pour autant qu’elle ne se trouve en mesure de subvenir à sa subsistance. Par ailleurs, la diffusion de l’outillage perfectionné et des techniques afférentes, cache mal une volonté de contrôle moral sur les populations linières. Dès le début de la crise, Charles Van Slambrouck de Cortemarcq adresse un mémoire au gouverneur de Flandre occidentale31. Bien que « l’auteur » ne connaisse rien au travail du lin et à la langue française, on relève cependant sous « sa » plume les propos suivants : « La femme la plus simple peut devenir une bonne fileuse, et l’homme le plus borné, un excellent tisserand ; il ne leur faut qu’une bonne volonté. […] Par conséquent tous pourraient trouver encore une existence honnête ». Il ajoute à propos des fileuses dont la qualité de la production ne s’améliorerait pas aux yeux des fabricants un discours type à leur tenir : « vous n’obtiendrez aucun secours de la commune, vous serez réduite à voler ou à mendier, nous vous ferons surveiller de près, et surprise, vous porterez la peine de votre malveillance ». Le tisserand n’est pas oublié. À son endroit, est précisé : « S’il ne faisait pas son devoir […], il s’attirerait les mêmes malheurs que les fileuses de mauvaise volonté ».

  • 32 RABe, Provincie Bestuur, 4° Afdeling / A, dossier 209, Lettre du directeur de l’atelier modèle de G (...)

21En 1848 le directeur de l’atelier modèle de Gand fait écho aux propos de Van Slambrouck en dressant le bilan du premier trimestre d’activité de l’atelier : « On obtiendra […] des résultats plus avantageux avec moins de frais, pourvu qu’on exige avant tout, de ne permettre l’apprentissage qu’en faveur de sujets réunissant toutes les qualités nécessaires pour se perfectionner avec espoir de succès »32. Un simple survol du règlement de cet atelier modèle permet de comprendre l’état d’esprit qui anime les élites flamandes et le directeur au moment de porter remède à la crise, et plus précisément ce qu’il entend par « sujets [ayant] les qualités nécessaires pour se perfectionner ». L’article 3 stipule : « Les ouvrières […] ne pourront avoir aucune communication avec les ouvriers qui fréquentent l’atelier ou avec des personnes étrangères. Elles ne pourront sortir de l’établissement sans la permission expresse du Directeur […] et devront, autant que possible, être accompagnées par une institutrice ». L’article 4 prévoit : « Il ne sera admis à l’atelier-modèle que des personnes recommandables par leur bonne conduite et par leur intelligence ». En outre (article 5) elles « devront obéir à leurs institutrices comme aux autorités chargées de la direction de l’atelier, et suivre ponctuellement les instructions qui leur seront données ». L’article 23 enjoint, quant à lui, aux tisserands d’« obéir ponctuellement au directeur, aux contremaîtres et aux autorités et [de] se conduire envers eux avec déférences ». Enfin l’article 31 précise, si besoin en était que « [t]toute infraction au règlement, sera immédiatement réprimée ou punie ». Les élites flamandes perçoivent les classes laborieuses comme des classes dangereuses et tentent de les encadrer strictement pour mieux les contrôler.

  • 33 MSAK, dossier 2144, Registre de matricules de délivrance des livrets ouvriers, Registre L, 1855-185 (...)
  • 34 RABe, Provincie Bestuur, 4° Afdeling / A, dossier 209, Lettre du gouverneur au ministre de l’intéri (...)

22De leur côté, les fileuses et les tisserands habitués, il y a peu encore, à travailler à domicile en maîtrisant en partie la définition du produit et les rythmes d’exécution de celui-ci, ne peuvent percevoir ce règlement que comme extrêmement contraignant, pour ne pas dire carcéral. Le contrôle sur la main-d’œuvre au travers des ateliers et des comités s’accompagne d’une certaine forme d’hypocrisie. Les fileuses et les tisserands, sans formation générale, ne peuvent mettre en œuvre les techniques nouvelles, comme le dévidoir métrique ou le peigne métallique, qui supposent de maîtriser un minimum le calcul. Lorsqu’un arrêté royal prévoit en 1861 de porter remède à cette situation en instaurant deux heures d’éducation quotidienne pour les personnes fréquentant les ateliers, le gouverneur doit tancer à plusieurs reprises les directions d’atelier pour obtenir leur mise en place, sans pour autant être obéi, même deux ans plus tard. À cela s’ajoutent des journées de travail longues, 12 à 14 heures selon la saison, et des salaires particulièrement bas. La migration apparaît alors, aux travailleurs, comme une alternative plus séduisante qu’inquiétante, la « bonne volonté » de ceux-ci ne leur garantissant pas un emploi et la crise s’éternisant. En 1857, deux tisserands sortant de l’atelier modèle de Courtrai se font délivrer un livret de travail par le commissaire de la ville. Ils déclarent être « sans emploi » et pensent à migrer vers la France33. La tentation est d’autant plus grande qu’en France « […] les bras manquent partout pour satisfaire aux demandes »34.

L’industrie linière dans la vallée française de la Lys

  • 35 Firmin Lentacker, « Les ouvriers belges dans le département du Nord au milieu du XIXe siècle », Rev (...)
  • 36 Jean-Marie Wiscart, Au temps des grands liniers : les Mahieu d’Armentières 1832-1938. Une bourgeois (...)

23L’importance de l’immigration belge vers la France se lit aisément dans quelques chiffres. S’ils étaient un peu plus de 128 000 au milieu du XIXe siècle, les Belges vivant en France étaient plus de 287 000 soixante ans plus tard. Leur nombre atteignit même un sommet avec plus de 465 000 à la fin du XIXe siècle. Installés aux abords de la frontière, dans une relation traditionnelle de proximité avec le pays de départ, les Belges sont plus nombreux dans les départements du Nord, du Pas-de-Calais et des Ardennes, qu’ailleurs en France35. Dans la région lilloise, les villes et villages de la vallée de la Lys accueillent essentiellement des Flamands. Durant la seconde moitié du XIXe siècle, un puissant mouvement de concentration de la main-d’œuvre, de mécanisation et de motorisation de la filature, puis du tissage affecte l’industrie textile de l’arrondissement de Lille. Toutefois, la vallée de la Lys n’a été que partiellement touchée par cette évolution. Si Armentières, Linselles, Roncq, certes de manière inégale, ont connu cette poussée usinière comme Lille et ses environs, à la veille de la guerre de 1914-1918, une majorité de tisserands liniers demeurent des travailleurs à domicile. Et les plus grands groupes mécanisés, comme l’entreprise Mahieu à Armentières36, conservent fréquemment au début du XXe siècle un volume non négligeable d’activité domestique.

  • 37 Cette situation est légale au XIXe siècle. Il semble que ce soit le code du commerce de 1967 qui l’ (...)
  • 38 ADN, Tribunal de commerce de Lille, 6U2. 663, 666 et 669, actes des 3 juillet 1863 (2), 22 mars 186 (...)

24C’est la faiblesse des capitaux mobilisés dans les entreprises linières qui est la cause première de cette situation. Souvent venus de la ferme, parfois de commerces modestes, mais très exceptionnellement du monde ouvrier, les entrepreneurs n’ont qu’une capacité réduite pour trouver et investir des fonds, surtout dans le tissage. Il n’est pas rare de voir des sociétés établies à partir d’un capital social constitué en totalité37, ou au moins en majorité, d’apports matériels et non en numéraire. Une société de tissage « franco-belge », mais de droit français, la S.N.C. Desprez-Chombar et Cie créée en 1859, est renouvelée par un acte du 3 juillet 1863. Celui-ci donne les détails de la commandite de 14 000 francs apportée par la veuve d’un cultivateur de lin de Reckem38. Il se décompose en presque 220 métiers battants en chêne ou en orme et en quelques 4 200 écheveaux de lin d’une finesse moyenne, représentant une longueur totale de plus de 210 000 kilomètres de filés. Aucune liquidité n’entre alors dans la constitution de cette société, l’associé français apportant « son industrie et son travail ». Cette situation appelle deux remarques. En premier lieu, si le nombre des métiers et la quantité de lins peuvent paraître importants, ils ne doivent pas faire oublier que, vers 1860, certains tissages sont dotés de plus de 500 000 francs de capital. Par ailleurs, la S.N.C. Desprez-Chombar et Cie ne dispose à cette date que de locaux exigus ne pouvant accueillir qu’une vingtaine de métiers. L’organisation du travail qui se dessine est celle d’une entreprise basée sur le travail d’un petit atelier concentré, servant vraisemblablement d’atelier école, l’essentiel de la production étant assuré par des travailleurs à domicile. C’est d’ailleurs ce que précise en 1869 un nouvel acte où l’on peut lire que les métiers et réserves de filés « se trouvent actuellement, soit dans les magasins et ateliers dépendant de la société, soit même dans les habitations occupées par des ouvriers tisserands attachés à ladite société ». Si la nature de l’attachement des tisserands à la société n’est pas précisée, il est hautement probable qu’il s’agisse d’une forme proche du Verlagssystem.

  • 39 ADN, Administration générale, M 474, Dénombrement de population, 1906.

25Le maintien jusqu’au XXe siècle de ce type de structures productives associant ateliers concentrés et fabrication dispersée ressort du recensement français de 1906. Une analyse portant sur plus de 12 500 travailleurs liniers39 fait apparaître la présence de 15 « visiteurs » et « visiteuses de toiles ». Ces membres du personnel d’encadrement ne peuvent être confondus avec les « contremaîtres » (125), « contredames » (5), « surveillants » (52) et « surveillante » (1) par ailleurs mentionnés dans la source. Tous les tissages qui salarient un visiteur ou une visiteuse emploient dans le même temps au moins une personne relevant d’une de ces catégories. Ces tissages occupent également des personnels résidant parfois à plus de 15 kilomètres des locaux de l’entreprise. L’état des infrastructures et des moyens de transport dans la région armentiéroise au début du XXe siècle interdit de croire que ces tisseurs aient pu se rendre quotidiennement à Armentières, La Chapelle d’Armentières, Nieppe ou Houplines.

  • 40 Didier Terrier, Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quenti (...)

26Le visage particulier que présente au début du XXe siècle l’industrie linière dans la vallée française de la Lys, associant filature mécanisée et tissage encore largement domestique, est particulièrement attractif pour les travailleurs liniers flamands, notamment les tisseurs. Le choix qu’ils font d’un emploi et d’un cadre de vie conditionne la situation des autres membres de leur famille. La carte des lieux de naissance des travailleurs liniers montre clairement la place importante qu’occupent les natifs des provinces belges d’Oost et West-Vlaanderen dans l’ensemble du personnel [Fig. 4]. La partie française de la plaine flamande apporte elle aussi son contingent de travailleurs, certains sont nés jusque dans l’Audomarois, mais plus rarement dans le Dunkerquois. Le plateau artésien, le bassin minier et le versant oriental de la région lilloise sont très faiblement pourvoyeurs de main-d’œuvre à destination de la vallée de la Lys. Ce constat réclame plusieurs éclaircissements. De Béthune, dans le Pas-de-Calais, à Mons, dans le Hainaut belge, le croissant minier doit très largement faire appel à des bras venus d’autres régions. Lille, Roubaix, Tourcoing sont également dans cette situation. Il est toutefois remarquable que la région du Cambrésis Saint Quentinois qui connaît une situation économique très critique40, soit pourvoyeuse de bras pour la vallée de la Lys. Entre cette région linière et la vallée de la Lys, les possibilités d’embauche sont nombreuses et les salaires, tant dans le bassin minier que dans la région lilloise, plus élevés. On peut y voir la recherche par des populations sans emploi, de situations similaires à celles qu’ils ont connues précédemment.

27La distribution et la répartition de la main-d’œuvre à Linselles et Comines, les mouvements de population à Halluin en apportent la confirmation. En 1906, Linselles compte quatre entreprises textiles qui font vivre l’essentiel de la population avec l’agriculture. Deux entreprises se consacrent à la mise en œuvre du lin, une à celle du coton, la dernière à celle de la laine. L’ensemble du personnel linier compte 554 ouvriers et ouvrières. Les autres fibres occupent 884 personnes. Parmi environ 1 400 salariés du textile on relève la présence d’un peu plus de 80 Belges (5,79 %). Dans le détail, les entreprises linières comptent 12,09 % de salariés belges, alors qu’ils ne sont plus que 1,57 % dans la laine et 1,79 % dans le coton. Les salaires plus bas pour le travail du lin que pour les deux autres fibres, entre 7 et 11 % à la fin du XIXe siècle, ne peuvent expliquer cette situation. Une telle disparité sectorielle traduit, dans le domaine de la main-d’œuvre, l’apport des populations flamandes à l’industrie linière et non à l’ensemble des industries textiles.

Fig. 4 : Lieux de naissance des travailleurs liniers en 1906.

Fig. 4 : Lieux de naissance des travailleurs liniers en 1906.

Source : ADN M 474, dossiers 17, 43, 199, 311, 359, 435 et 579.

  • 41 Didier Terrier, « Le grand remue-ménage : la mobilité géographique des populations ouvrières de la (...)
  • 42 Archives municipales d’Halluin (AMH), registre des entrées et sorties, 1861-1896 et 1896-1921. Les (...)

28À quelques kilomètres de Linselles, Comines présente une répartition de la population caractéristique de l’héritage proto-industriel. Les populations belges sont proportionnellement plus nombreuses dans les sections rurales de la commune, les hameaux comme Sainte Marguerite, que dans le centre pourtant situé sur la Lys et la frontière. Elles travaillent à la fois dans le textile et l’agriculture, sans pour autant qu’il soit possible d’avérer des cas de pluri-activité. La distribution se fait au sein de la famille, entre homme et femme, parents et enfants. La commune frontalière d’Halluin constitue durant « le grand remue-ménage »41 du milieu du XIXe siècle un point d’entrée dans l’espace français pour les populations venues de Flandre. Les registres d’entrées et sorties tenus par les services municipaux renseignent sur les mouvements de l’ensemble de la population, tant étrangère que française42. Durant plus d’un demi-siècle, de 1861 à 1914, on assiste au fascinant ballet des gyrovagues, célibataires ou non, des familles à la recherche d’un asile sûr et si possible définitif, de jeunes gens, plus rarement de jeunes filles, mobiles, dont les déplacements dans l’espace décrivent aussi un parcours de formation, de syndicalistes pourchassés par la police, et souvent la misère, qui cherchent dans la confusion des trajectoires à disparaître un temps pour fonder une section locale ou d’entreprise avant d’être appelés ailleurs ou contraints de fuir. Cependant au-delà de la variété des situations, quelques tendances lourdes s’imposent. En premier lieu il faut souligner le rôle de plaque tournante de la commune jumelle belge de Menin dans les mouvements migratoires de la vallée de la Lys. D’autre part, on observe l’extrême faiblesse des flux d’ouvriers liniers en provenance d’autres régions que les Flandres belges ou la vallée de la Lys française. Enfin, au sein de cette dernière, les flux de départ et d’arrivée concernant les grands centres usiniers de l’arrondissement de Lille sont très minoritaires.

Conclusion

29Avec les populations, ce sont aussi des savoir-faire qui sont passés de la Flandre linière belge aux berges françaises de la Lys. Parfois raillées par leurs collègues français, fréquemment dénigrées par les entrepreneurs, les populations linières flamandes ont contribué au succès de l’industrie du lin dans la vallée de la Lys. Qu’elles l’aient fait à leur corps défendant pour les plus démunies ou par recherche du gain pour les plus aisées, ne change rien au fond de l’affaire : toutes sont entrées dans une dialectique de l’avantage comparé où l’appartenance nationale n’a que très tardivement joué un rôle. Ce phénomène étonnant trouve sa source dans les bouleversements sociaux et économiques intervenus pour l’essentiel au sein de laen Flandre belge à l’occasion de la crise de 1840-1845. En bouleversant les relations sociales lors de leur tentative de prise de contrôle de la filière, les élites flamandes ont impulsé, bien involontairement, un vaste mouvement qui leur a échappé et qui a provoqué en retour l’échec d’une large industrialisation des activités de tissage du lin en Belgique jusqu’au début du XXe siècle. D’autres facteurs sont intervenus, en particulier certains choix technologiques et techniques. Ils ont eu incontestablement leur part dans l’évolution de la filière linière en Flandre belge. C’est toutefois le passage d’un monde de micro-producteurs, à l’indépendance relative, à une forme de prolétariat à domicile ou en atelier qui a décidé du sort de cette filière.

Notes

1 Algemeen Rijksarchief, (ARA) Raad van Financiën, dossier 4281, Mémoire anonyme, 1762, in Benoît Marie Dupuy, « Résultat des opérations de la tournée et inspection générale des droits d’entrées et sorties faite et présenté à Son Excellence par Dupuy, Secrétaire de sa Majesté l’Impératrice et Reyne », 1751, in La statistique industrielle dans les Pays-Bas autrichiens à l’époque de Marie-Thérèse, Commission Royale d’Histoire, 1974.

2 Une traduction qui conserve le sens général du propos pourrait être : « À Assenede et dans son district on trouve divers tisserands de toiles écrues. On ne peut pas préciser le total de ceux-ci puisque la majorité de ces personnes ne s’occupe de tissage que lorsqu’elle n’a pas d’autres travaux agricoles. ». ARA, Raad van Financiën, dossier 6140, 1767, in « La statistique industrielle », op. cit.

3 Pierre Pouchain, L’industrialisation de la région lilloise de 1800 à 1860. Contribution à l’étude des mécanismes de la croissance, Thèse de doctorat, Université de Lille III, 1980.

4 Éliane Gubin, « L’industrie linière à domicile dans les Flandres en 1840-1850. Problèmes de méthode », Revue belge d’histoire contemporaine, contemporaine. 1983.

5 Frédéric Ghesquier-Krajewski, La Lys et le lin, 1750-1914, Thèse de doctorat, Université de Lille III Charles de Gaulle, 2002.

6 Franklin Mendels, Industrialization and Population Pressure in Eighteenth Century Flanders, Thèse de doctorat, University of Wisconsin, 1970, p. 190 et suivantes.

7 ARA, Raad van Financiën, dossier 6142, 1767, in « La statistique industrielle », op. cit.

8 Archives départementales du Nord (ADN), dossier de l’intendance, C 166, Denombrement des metiers a faire toiles nappes et serviettes, 15 mars 1759.

9 Denis Woronoff, Histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 1994, p. 79.

10 ADN, dossier de l’Intendance, C 166, op. cit.

11 ARA, Raad van Financiën, dossier 6140, 1767, in « La statistique industrielle », op. cit.

12 ARA, Raad van Financiën, dossier 6140, 1767, op. cit.

13 ADN, dossier de l’Intendance, C 157, Assemblée du baillage, 27 décembre 1763.

14 Peter Kriedte, Hans Medick et Jürgen Schlumbohm, Industrialisierung vor der Industrialisierung. Gewerbliche Warenproduktion auf dem Land in der Formationsperiode des Kapitalismus, Göttingen, Vandenhoek & Ruprecht, 1977.

15 Sur ce point, voir Nationaal Vlasmuseum Kortrijk, Museumgids, 48 p.

16 ARA, Raad van Financiën, dossier 6133 et 6140, 1763 et 1767, in « La statistique industrielle », op. cit.

17 Luc Dhondt, « Plattelandslijnwaad en stadskatoen tegen en even na 1800. De organisatie van een oude en van een nieuwe industrie. Een memoire uit 1808 en haar relevantie. » Handelingen van de Geschied-en Oudheidkundige Kring van Oudenaarde, XXXII, 1995, p. 89 à 149.

18 Stadsarchief Gent, (SAG), Reeks K, fonds : Handel en nijverheid, dossier 3 « Lijsten van de Textiel en Kleding bedrijven met gegevens over het aantal werknemers. Jan 1795 » et dossier 19 « Statistische gegevens betreffende de textielbedrijven te Gent in 1795. « Lijnwevers fabriquanten in alle sorten van stoffen » »

19 Peter Schlolliers, Wages, Manufacturers and Workers in the Nineteenth-Century Factory. The Voortman Cotton Mill in Ghent, Oxford/Washington, 1996 ; Luc Dhondt, op. cit.

20 SAG, Reeks K, fonds : Handel en nijverheid, dossier 27 « Statistische opgave van de vlasnijverheid te Gent in 1812 », lettres du 15 décembre 1812, des 7 et 21 janvier 1813.

21 Sur l’évolution des deux filières, voir Mohamed Kasdi et Frédéric Ghesquier-Krajewski, « Deux filières textiles en Flandres du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle », Revue du Nord, numéros 375-376, avril-septembre 2008, p. 497 à 530.

22 J. J. Raepsaet (1750-1832) au préfet du département de la Lys Faipoult, in Luc Dhondt, op. cit. p. 134.

23 Peter M. Solar, « Die belgische Leinenindustrie im 19. Jahrhundert », in Karl Dittet Sidney Pollard (dir.), Von der Heimarbeit in die Fabrik. Industrialisierung und Arbeiterschaft in Leinen-und Baumwollregionen Westeuropas während des 18. und 19. Jahrhunderts, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 1992, p. 78 à 105.

24 Éliane Gubin et Peter Scholliers, « Die Mechanisierung des Flachspinnens in Flandern : ländliche Heimarbeiter und industrielles Proletariat (1840-1900) », in Karl Dittet Sidney Pollard, op. cit. p. 259 à 289.

25 Rijksarchief Brugge (RAB), Provinciaal Bestuur, Afdeling 3, dossier 987, Bulletin du comité industriel de l’industrie linière, 1841.

26 Rijksarchief Beveren (RABe), Provincie Bestuur, 4° Afdeling/A, dossier 209, Comité central d’industrie (1842-1868).

27 Moderne Stadsarchief Kortrijk (MSAK), dossier 7475, Droit de mesurage et jaugeage aux marchés aux toiles. 1827-1848.

28 MSAK, dossiers 2138 à 2144 : Registres de matricules de délivrance des livrets ouvriers, 1846-1857. Pour une analyse détaillée, voir Frédéric Ghesquier-Krajewski, La Lys et le lin (…), op. cit., chapitre 3, p. 188 à 196.

29 RABe, Provincie Bestuur, 4o Afdeling / A, dossier 209, Mémoire à la députation permanente du conseil provincial de Flandre orientale, 19 mai 1847.

30 RABe, Provincie Bestuur, 4o Afdeling / A, dossier 209, Lettre du bourgmestre de Renaix au gouverneur, 25 octobre 1855.

31 RAB, Provinciaal Bestuur, Afdeling 3, dossier 989 A, Rapport de Charles Van Slambrouck pour faire revivre « notre ancienne industrie linière », 1844.

32 RABe, Provincie Bestuur, 4° Afdeling / A, dossier 209, Lettre du directeur de l’atelier modèle de Gand au secrétaire du Comité central d’Industrie, 5 avril 1848.

33 MSAK, dossier 2144, Registre de matricules de délivrance des livrets ouvriers, Registre L, 1855-1857.

34 RABe, Provincie Bestuur, 4° Afdeling / A, dossier 209, Lettre du gouverneur au ministre de l’intérieur, 6 janvier 1856.

35 Firmin Lentacker, « Les ouvriers belges dans le département du Nord au milieu du XIXe siècle », Revue du Nord, 1956, p. 5 à 14.

36 Jean-Marie Wiscart, Au temps des grands liniers : les Mahieu d’Armentières 1832-1938. Une bourgeoisie textile du Nord, Arras, Artois Presses Université, 2010.

37 Cette situation est légale au XIXe siècle. Il semble que ce soit le code du commerce de 1967 qui l’ait interdite en France.

38 ADN, Tribunal de commerce de Lille, 6U2. 663, 666 et 669, actes des 3 juillet 1863 (2), 22 mars 1866 et 4 mars 1869.

39 ADN, Administration générale, M 474, Dénombrement de population, 1906.

40 Didier Terrier, Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996.

41 Didier Terrier, « Le grand remue-ménage : la mobilité géographique des populations ouvrières de la vallée de la Lys au milieu du XIXe siècle », Revue du Nord, tome LXXIX, no  320-321, avril-septembre 1997, p. 549 à 575.

42 Archives municipales d’Halluin (AMH), registre des entrées et sorties, 1861-1896 et 1896-1921. Les natifs d’Halluin ne sont toutefois saisis que lors de leur éventuel retour dans la commune.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Les activités linières en Flandre au milieu du XVIIIe siècle.
Crédits Sources : ADN, dossier de l’intendance, C 166, op. cit. et La statistique industrielle dans les Pays-Bas autrichiens à l’époque de Marie-Thérèse. Tomes 1 et 2, Commission Royale d’Histoire, 1974.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 2 : la commercialisation des toiles à Gand en 1811 et 1842.
Crédits Source : SAG, Reeks K, dossier 288. La variation correspond à l’indice mensuel des ventes par rapport à la moyenne mensuelle durant l’année.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45449/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 3 : Les acheteurs du marché de Courtrai
Crédits Source : MSAK 7475, op. cit.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45449/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 4 : Lieux de naissance des travailleurs liniers en 1906.
Crédits Source : ADN M 474, dossiers 17, 43, 199, 311, 359, 435 et 579.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45449/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

Auteur

Université Charles-de-Gaulle – Lille 3

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search