Version classiqueVersion mobile

Espaces de pouvoir, espaces d’autonomie en Allemagne

 | 
Hélène Miard-Delacroix
, 
Guillaume Garner
, 
Béatrice von Hirschhausen

Les territoires d'identification

Les partis régionaux en Bavière au XXe siècle

Thomas Raithel
Traduction de Valentine Meunier

Texte intégral

  • 1 Face à l’abondance de la littérature, nous renverrons à quelques présentations d’ensemble : Mintzel (...)
  • 2 Il faut cependant ne pas perdre de vue que l’État libre de Bavière est lui-même composé de plusieur (...)
  • 3 Sur l’histoire de la Bavière au XXe siècle, cf. avant tout : Gelberg Karl-Ulrich, « Vom Kriegsende (...)

1L’État libre de Bavière est dominé depuis des décennies par un seul parti : l’Union chrétienne-sociale (Christlich-Soziale Union ; CSU), créée il y a plus de soixante ans et parti frère de l’Union chrétienne-démocrate (Christlich-Demokratische Union ; CDU). Maître de presque toutes les positions de pouvoir de ce Land fédéré, elle est devenue en quelque sorte le « parti d’État » bavarois1. De surcroît, la CSU, dont l’implantation se limite à la Bavière et que l’on peut donc qualifier de parti régional2 au sens propre du terme, possède un poids non négligeable à l’échelle fédérale. Il est vrai que même après la réunification allemande, la Bavière reste le plus grand Land d’Allemagne et qu’elle se place, avec ses 12,5 millions d’habitants, au second rang en termes démographiques3.

  • 4 Nous avons largement conservé la forme de notre contribution orale. Les annotations et références b (...)

2Dans cette contribution, nous nous attacherons à réinscrire le succès phénoménal et persistant de la CSU – en dépit de crises passagères – dans la constellation d’autres partis régionaux bavarois. D’une part, nous mettrons ce parti en perspective de ses prédécesseurs à l’époque de l’Empire allemand et de la République de Weimar. De l’autre, nous nous intéresserons à ses rivaux après 1945, en particulier au Parti bavarois (Bayernpartei), qui eut un poids important à une certaine période. Nous prenons donc en considération le phénomène global des partis régionaux bavarois, de la fin du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui4. Trois questions principales structurent le propos :

  • Quels préalables sur le long terme et quelles conditions générales – ont marqué et marquent l’existence de partis régionaux bavarois ?

  • Comment ces partis ont-ils évolué au cours de l’histoire ?

  • Quelles sont les raisons de la pérennité et du succès des partis – régionaux bavarois en général, et de la CSU en particulier ? En ce qui concerne la CSU, une question inverse se pose : comment se fait-il que l’influence de la CSU, malgré son poids considérable à l’échelle politique fédérale, se heurte toujours à des limites ?

3Nous conclurons par une brève synthèse, qui proposera une mise en perspective avec d’autres partis régionaux allemands, jettera un regard prudent sur le futur et s’interrogera sur la stabilité de la domination de la CSU en Bavière.

1. Préalables et conditions générales de l’existence des partis régionaux bavarois

4L’existence des partis régionaux en Bavière s’enracine à maints égards dans les structures de l’histoire allemande et bavaroise. Parmi les multiples facteurs d’influence, nous insisterons schématiquement ici sur trois aspects particulièrement importants :

  • 5 Sur l’évolution cf. par exemple Hofmann Robert, Geschichte der deutschen Parteien. Von der Kaiserze (...)
  • 6 Rohe Karl, « Regionale (politische) Kultur : Ein sinnvolles Konzept für die Wahl- und Parteienforsc (...)

5a) La tradition du régionalisme et du fédéralisme allemand, qui remonte au Moyen Âge, a également marqué l’émergence des partis allemands dans la seconde moitié du XIXe siècle5. Sous l’Empire, des partis différents avaient des orientations régionales parfois très distinctes6. À cette époque, puis sous la République de Weimar, les partis régionaux au sens strict existaient principalement en Bavière et dans la province prussienne de Hanovre (Parti allemand hanovrien ; Deutsch-Hannoversche Partei). Avant 1918 s’y ajoutaient les partis des minorités nationales : Polonais, Alsaciens-Lorrains et Danois. Aujourd’hui encore, les sections régionales de partis fédéraux conservent certaines caractéristiques régionales spécifiques.

 

6Les véritables partis régionaux sont toutefois devenus rares : outre la CSU et quelques partis croupions, citons en premier lieu le petit parti des minorités danoise et frisonne du Land Schleswig-Holstein, la Fédération des électeurs du Schleswig méridional (Südschleswigscher Wählerverband) fondée en 1948. De facto, on pourrait aussi considérer le PDS, le Parti du socialisme démocratique (Partei des Demokratischen Sozialismus), comme un parti régional des nouveaux Länder est-allemands ; nous y reviendrons brièvement en conclusion.

  • 7 Cf. à titre d’exemple : Raithel Thomas, « » Le Roi-Lune ». Wahrnehmung und Mythisierung des bayeris (...)

7b) En Bavière, ou à tout le moins dans la plus grande partie de la Bavière, règne traditionnellement un sentiment identitaire bavarois très fort. Divers facteurs sous-tendent cette structure mentale de base. L’État bavarois connut une forte expansion géographique sous Napoléon et mena une politique relativement autonome à l’époque de la Confédération germanique. Même après l’unification allemande de 1871, la Bavière conserva de larges droits réservés au sein de l’Empire allemand. Elle disposait par exemple de ses propres légations, avait la souveraineté militaire en temps de paix et possédait ses propres administrations des postes et des chemins de fer. Le fait que la Bavière ait été un royaume entre 1806 et 1918 confère encore aujourd’hui à « l’État libre » une certaine aura de fascination bien au-delà de ses frontières – il suffit de citer le mythe du « roi des songes » (Märchenkönig), Louis II de Bavière7 – qui nourrit elle-même la fierté identitaire de ses habitants. Si ces liens traditionnels sont aussi bien préservés, c’est sans aucun doute parce que la Bavière a conservé jusqu’à aujourd’hui l’entité territoriale dont elle a hérité au début du XIXe siècle – si l’on excepte la perte du Palatinat rhénan –, alors que les autres grands Länder allemands n’ont été formés qu’après la seconde guerre mondiale. De plus, la Bavière possède traditionnellement une administration publique puissante qui a joué un rôle notable dans le processus d’intégration interne et dans la formation de son identité. À cela s’ajoutent des symboles forts de l’indépendance bavaroise, comme son animal héraldique, le lion, et le Chant bavarois hissé au rang « d’hymne régional » depuis les années 1950 (« Dieu avec toi, Ô pays des Bavarois »). Enfin, les attraits de l’espace naturel et culturel de la Bavière (méridionale) contribuent également à cette identité, au moins dans de grandes parties de l’État libre : pensons par exemple aux « montagnes bavaroises » ou à la « bière bavaroise ».

  • 8 Dans une grande partie de la Haute et de la Moyenne-Franconie.
  • 9 Mintzel A., « Bayern und die CSU… », op. cit., p. 195-196 insiste à notre avis trop fortement sur « (...)

8Il faut ici mentionner une restriction importante pour l’histoire des partis. En dépit d’une histoire de plus de deux cents ans, la Bavière n’a, en tant que telle, jamais formé une entité culturelle. On peut tout au plus discerner une telle entité pour le territoire qui recoupe à peu près l’ancienne principauté électorale de la « Vieille Bavière » (Altbayern), à savoir les Bezirke (districts administratifs) de Haute-Bavière, Basse-Bavière et Haut-Palatinat. Le Bezirk de la Souabe et les trois Bezirke de Franconie (Basse, Moyenne et Haute-Franconie) à l’ouest et au nord de l’État libre ont été adjoints à ce Land au cours de la restructuration de l’Allemagne à l’époque napoléonienne. La politique d’intégration a depuis été un succès, mais certaines différences linguistiques, confessionnelles et intellectuelles demeurent vivaces, et la Franconie est notamment marquée par un sentiment identitaire particulier. Pour le dire plus simplement : la Franconie est largement protestante8 (contrairement à la Bavière catholique), plutôt orientée sur l’échelon régional franconien ou sur le niveau politique national que sur la défense d’une indépendance de la Bavière. Il existe encore un rapport de compétition entre la Franconie et la Vieille Bavière, voire des aversions réciproques. Même si la pertinence politique de ces différences s’est fortement amenuisée, notamment depuis les années 1960, elles continuent toutefois à revêtir une certaine importance aujourd’hui encore9.

9c) Au XXe siècle, la Bavière a connu une mutation économique fondamentale. Le processus de modernisation bavarois, qui s’inscrit dans l’essor économique plus large de l’Allemagne fédérale après la seconde guerre mondiale, est une réussite. En l’espace de quelques décennies, la Bavière, région structurellement faible, est devenue un Land moderne, que ce soit dans le domaine agricole, industriel ou dans celui des services. Ce boom a été particulièrement fort dans le sud de la région.

  • 10 Cf. à ce sujet Grüner Stefan, Geplantes Wirtschaftswunder ? Industrie- und Strukturpolitik in Bayer (...)

10De multiples facteurs présidèrent à cet essor prodigieux10. Il fut évidemment de première importance que la Bavière possédât relativement peu de régions industrielles traditionnelles, génératrices de problèmes structurels pérennes dans d’autres Länder, à l’instar de la Ruhr par exemple. Dans les décennies qui suivirent la seconde guerre mondiale, la Bavière profita d’un essor industriel tardif. L’industrialisation fut entre autres favorisée par le déménagement d’entreprises vers la Bavière. Le groupe Siemens par exemple transféra ses principaux sites, implantés à Berlin, vers Munich et Erlangen. À titre de Land encore défavorisé sur le plan structurel, la Bavière disposa dans un premier temps d’une offre attirante en surface industrielle et en main-d’œuvre et obtint jusqu’au début des années 1980 de vastes subventions fédérales, ainsi que des financements issus du système de péréquation financière entre Länder. À partir des années 1960, la Bavière méridionale, en particulier, a su valoriser ses facteurs régionaux « mous » : les attraits du paysage, une offre culturelle riche et de nombreuses activités de loisirs favorisèrent l’implantation d’entreprises de haute technologie et de services. Vinrent s’y ajouter les investissements nombreux et prestigieux en amont des Jeux olympiques de 1972 à Munich. La politique économique et les efforts intenses des organismes régionaux d’aménagement du territoire ont également massivement contribué à la modernisation bavaroise. Il est en revanche bien plus difficile de mesurer l’ampleur de l’impact de la politique régionale sur l’essor économique de la région.

2. Histoire et évolution des partis bavarois

  • 11 Sur l’évolution des partis jusqu’en 1918, voir Albrecht Dieter, « Von der Reichsgründung bis zum En (...)

11L’histoire des partis régionaux bavarois débute à la fin des années 1860 avec la fondation du parti catholique grand-allemand, le Parti des patriotes bavarois (Bayerische Patriotenpartei), qui s’opposa vainement à l’intégration du royaume de Bavière dans un Reich dominé par la Prusse11. En 1887, ce parti devint le Parti du centre bavarois (Bayerische Zentrumspartei), composante du Parti du centre allemand ou Zentrum (Deutsche Zentrumspartei), le grand mouvement du catholicisme politique en Allemagne. Le parti des patriotes, puis du Zentrum, a été la force politique principale de Bavière, sans jamais cependant parvenir à obtenir une majorité absolue aux scrutins régionaux. D’un point de vue géographique, ce parti resta essentiellement circonscrit aux régions rurales et catholiques de la Vieille Bavière, de la Basse-Franconie et de la Haute-Souabe.

  • 12 Sur l’histoire du BVP se référer principalement à Schönhoven Klaus, Die Bayerische Volkspartei 1924 (...)
  • 13 Les deux appellations ont existé en parallèle avec une insistance sur le caractère régional. Cf. Ki (...)

12Au début de la République de Weimar – la Bavière étant elle aussi devenue un « État libre », c’est-à-dire une république – les membres du centre bavarois quittèrent à nouveau le Zentrum pour fonder le Parti populaire bavarois, BVP (Bayerische Volkspartei)12. Ce furent des dissensions sur les relations entre Reich et Länder qui déclenchèrent cette rupture, point d’orgue d’un long processus d’éloignement. Alors que la direction du Zentrum prônait plutôt une politique unitaire, les dissidents bavarois aspiraient à une indépendance accrue pour la Bavière. Le BVP, dominé par une sensibilité monarchique, resta tout au long de la République de Weimar plus conservateur dans l’ensemble que le Zentrum. Il resta fondamentalement un parti rural, catholique et centré sur la Vieille Bavière, remportant peu de succès dans les grandes villes et les régions protestantes des Moyenne et Basse-Franconie. C’étaient là les territoires de la social-démocratie ou du conservateur Parti populaire national allemand (Deutschnationale Volkspartei, DNVP), dont la fédération régionale était issue du Parti bavarois du centre (Bayerische Mittelpartei), fondé à Nuremberg en 191813. Sous la République de Weimar, le BVP fut la force la plus importante à l’échelon du Land, recueillant entre 32 et 39 % des suffrages aux élections parlementaires régionales (Landtag).

13À l’échelle du Reich, l’indépendance du BVP créa un certain nombre de problèmes. D’une part son existence représentait une épine supplémentaire pour la politique de coalition de Weimar, déjà difficile en soi, car l’aile bavaroise du catholicisme politique était bien plus réservée sur la coopération avec le SPD que le Zentrum. De l’autre, le BVP joua un rôle funeste lors des élections présidentielles de 1925. Il refusa de soutenir Wilhelm Marx entre les deux tours de scrutin. Or, le président du Zentrum se présentait comme le candidat unique du camp républicain et était également soutenu par le SPD et le parti de la gauche libérale, le Parti démocrate allemand (Deutsche Demokratische Partei ; DDP). Le BVP lui préféra pourtant le maréchal Paul von Hindenburg, protestant et symbole des forces conservatrices et monarchiques, qui l’emporta sur Marx avec 3 % de voix d’avance. Le BVP fit ainsi pencher la balance lors de l’élection d’un président du Reich qui aura plus tard une responsabilité énorme dans le déclin de la république et dans l’arrivée des nazis au pouvoir.

  • 14 Cf. également Dieter Fricke et al. (dir.), Lexikon zur Parteiengeschichte. Die bürgerlichen und kle (...)

14Notons qu’il existait encore un autre parti régional bavarois à la fin de l’Empire et sous la République de Weimar. L’Union des paysans bavarois (Bayerischer Bauernbund) fondée en 1895, puis Union des paysans et petits entrepreneurs bavarois (Bayerischer Bauern- und Mittelstandsbund) à partir de 1922, était moins conservatrice que le BVP et resta globalement loyale envers la république14. Mais l’Union des paysans se plaça toujours loin derrière le BVP, avec des scores qui n’ont jamais dépassé les 11,5 % des suffrages (élections au Parlement régional de 1928).

  • 15 Pour un résumé cf. également Gelberg K.-U., « Vom Kriegsende… », op. cit., p. 757-787.

15Comme dans le reste du Reich, tous les partis de Bavière furent dissous au début de l’année 1933, alors que les nazis consolidaient leur pouvoir. En 1945, la Bavière, placée sous autorité militaire américaine, connut une renaissance de son système de partis15. Après l’effondrement du Reich allemand, il parut à de nombreux hommes politiques bavarois que l’heure d’une solution fédérale prononcée, voire séparatiste, était venue.

  • 16 Soit Joseph avec les bœufs. Sepp est le diminutif typique de Joseph en Bavière, Ochsen signifie bœu (...)
  • 17 La conception de la « tour du Zentrum », bastion de défense du catholicisme mais aussi symbole de l (...)

16C’est dans cette conjoncture que trois partis rivaux virent le jour dans le camp catholique et conservateur. La première création, et la plus importante, est celle de la CSU, qui advint parallèlement à celle de son parti frère, la CDU, dans le reste de l’Allemagne de l’Ouest. Les débuts de la CSU furent marqués par d’innombrables luttes entre deux ailes qui défendaient des orientations différentes : les uns voulaient s’inscrire dans la continuité du BVP et poursuivre sa politique. Cette tendance fut principalement défendue par Fritz Schäffer, l’ancien président du BVP (1929-1933) et – pour quelques mois – premier ministre-président de Bavière de l’après-guerre, mais aussi par Alois Hundhammer, l’ultraconservateur ministre bavarois de l’Éducation et de la Culture. Les autres, avec à leur tête „Ochsensepp16 Josef Müller, souhaitaient créer un parti véritablement nouveau, soutenant des valeurs interconfessionnelles, ouvert aux protestants et faisant sauter les anciennes murailles de la « tour du Zentrum »17. On le sait, la seconde option l’emporta. Bien que la CSU ait conservé jusqu’à aujourd’hui un caractère majoritairement catholique, elle intégra sur le long terme la tradition partisane protestante qui, sous la République de Weimar, se retrouvait principalement dans le DNVP. Un mouvement de rassemblement chrétien et conservateur, loyal envers le système, put ainsi s’établir en Bavière. De plus, la CSU se montra réceptive à la représentation des intérêts des réfugiés et rapatriés des territoires allemands orientaux et s’assura par ce biais de nouvelles bases électorales. Dans les années 1950, elle absorba ainsi l’électorat du parti des réfugiés, le BHE (Bloc des expulsés et dépossédés ; Block der Heimatvertriebenen und Entrechteten), également actif en Bavière.

  • 18 Färber Konrad Maria, « Bayern wieder ein Königreich ? Die monarchistische Bewegung nach dem Zweiten (...)

17Le deuxième parti fondé dans l’immédiat après-guerre fut le Parti patriotique et monarchique bavarois (Bayerische Heimat- und Königspartei) qui, en 1946, représentait un rival potentiel de la CSU mais que les Américains interdirent quelques mois plus tard à cause de son engagement ouvert pour la monarchie18. Refondé en 1950, le parti patriotique et monarchique ne retrouva jamais d’assise politique.

  • 19 Sur le Parti bavarois cf. Unger Ilse, Die Bayernpartei. Geschichte und Struktur 1945-1957, Stuttgar (...)

18Le troisième parti fondé fut le Parti bavarois (Bayernpartei) déjà mentionné, qui vit le jour à Munich en 1946 mais qui ne fut autorisé qu’en 1948 dans toute la Bavière19. Dans l’ensemble, le Parti bavarois s’inscrivait dans la continuité du BVP, sans que son programme fût homogène dans ses orientations. En schématisant, disons que le Parti bavarois était encore « plus bavarois » que la CSU et montrait une certaine propension au séparatisme. Il était plus conservateur, plus traditionaliste et plus fortement orienté sur l’agriculture. L’objectif prioritaire du parti était de préserver la « Vieille Bavière », ce qui se traduisait par des positions de rejet face à la prétendue invasion de la Bavière par des réfugiés et expulsés des territoires orientaux.

  • 20 Cf. les chiffres dans Mintzel A., « Bayern und die CSU… », op. cit., p. 221.
  • 21 Tous les résultats électoraux sont extraits de : http://www.statistik.bayern.de/wahlen/landtagswahl (...)
  • 22 Selon : http://www.statistik.bayern.de/wahlen/bundestagswahlen/(28.4.2007).

19Au cours de la première décennie de la République fédérale, la CSU et le Parti bavarois se livrèrent une âpre lutte. Après avoir été autorisé dans toute la Bavière par les Américains, le Parti bavarois devint rapidement un mouvement populaire de masse qui obtint à un moment donné de bons résultats électoraux dans la Vieille Bavière catholique et dans les régions catholiques de Franconie et de Souabe20. Il attira même dans ses rangs des membres de l’aile traditionaliste de la CSU. Alors qu’aux élections parlementaires régionales de 1946, la CSU, sans véritable rival dans le camp chrétien et conservateur, avait obtenu 52,3 % des suffrages, elle vit au scrutin suivant, en 1950, le Parti bavarois se rapprocher de ses propres scores (17,9 % contre 27,4 %)21. Lors des élections législatives (Bundestag) de 1949, le Parti bavarois recueillit même 20,9 % des suffrages dans l’État libre, ce qui lui assura 17 sièges au Bundestag22. En dépit d’une baisse notable lors des élections régionales de 1954 (- 4,7 %), le Parti bavarois parvint à se hisser au rang de parti gouvernemental bavarois pour cette législature (1954-1957) en formant une coalition à quatre avec le SPD, le FDP et le BHE, alors que la CSU fut repoussée dans les rangs de l’opposition pour la première et, jusqu’à présent, la dernière fois de son histoire. Au fil des années 1950, la CSU renversa clairement la tendance en sa faveur et s’imposa sur le Parti bavarois.

  • 23 Wolf K., CSU und Bayernpartei…, op. cit., p. 205-243.

20Cette évolution s’explique d’abord, ainsi que nous allons le montrer, par des divergences sur le fond entre les deux partis rivaux. Mais la CSU sut aussi tirer parti de « l’affaire du casino » qui entraîna la condamnation pour parjure de membres de premier plan du Parti bavarois et contribua au déclin rapide du parti à la fin des années 195023. En 1962, le Parti bavarois siégea pour la dernière fois au Landtag de Bavière après avoir recueilli 4,8 % des suffrages. En 1974 son score ne dépassa pas la barre des 1 %. Des querelles intestines avaient transformé le Parti bavarois en un groupuscule, menacé même à un moment donné de disparition. Depuis les années 1990, on note une certaine stabilisation de ses résultats électoraux au seuil infime de 1 %.

  • 24 Immerfall S., Mintzel A., « Ergebnisse und Perspektiven… », op. cit., p. 15.

21Après le déclin du Parti bavarois, l’ascension de la CSU fut irrésistible. Elle connut une deuxième poussée de croissance à la suite de sa première sortie du gouvernement fédéral et de la formation d’une coalition sociale-libérale à Bonn en 1969. La CSU put dès lors se mettre habilement en scène en Bavière en tant que parti d’opposition à l’échelle fédérale. À cette même période, le parti réussit même une percée en Moyenne et Haute-Franconie, terres de tradition protestante et franconienne. « La Bavière dans son entier devint un fief de la CSU. »24

  • 25 Mintzel A., « Bayern und die CSU… », op. cit., p. 197.

22Les résultats électoraux sont éloquents : entre 1970 et 2003, la CSU a toujours obtenu plus de 50 % des suffrages aux élections parlementaires régionales. Elle a réalisé son plus beau score lors du scrutin de 1974, en recueillant 62,1 % des voix. Elle a subi ensuite un léger déclin continu pour tomber à un peu moins de 53 % des suffrages (1994 : 52,8 % ; 1998 : 52,9 %), avant de connaître à nouveau une forte ascension en 2003 où elle remporta 60,7 % des suffrages. Entre 1957, date à laquelle elle est parvenue à briser la « coalition des quatre » au Landtag et où elle est revenue au pouvoir, et 2008 la CSU est le parti gouvernemental intouchable de l’État libre de Bavière, tandis que le SPD, première force de l’opposition, évolue dans une marge de 20 à 35 % des voix et que le FDP, traditionnellement faible dans ce Land, est resté à plusieurs reprises aux portes du Landtag. Depuis 1957, tous les ministres-présidents bavarois sont, sans exception, issus de la CSU et le parti a gouverné sans partage de 1962 à 2008 – soit depuis plus de 45 ans, ce qui représente une durée astronomique dans une démocratie parlementaire. Même l’élargissement du système fédéral des partis, avec l’apparition des Verts (Grünen) qui sont entrés pour la première fois au Landtag bavarois en 1986, n’a pu affaiblir la suprématie de la CSU en Bavière, d’autant que les Verts ont plutôt puisé dans le réservoir de voix du SPD25. Ce n’est qu’en 2008 que la CSU a connu une baisse nette en n’atteignant que 43,4 % des voix.

  • 26 Streibl fut accusé d’avoir accepté des dons au parti et de se faire offrir des voyages par un indus (...)
  • 27 Jusqu’à l’automne 2007 où il a démissionné de ses postes de ministre-président et de président du p (...)

23L’ascension de la CSU s’est incarnée en premier lieu dans la figure charismatique de Franz Josef Strauss qui, à partir du début des années 1950, occupa plusieurs postes ministériels à l’échelle fédérale et présida le parti sans interruption de 1961 à sa mort en 1988. Successeur du politiquement modéré « monarque » Alfons Goppel, qui présida le gouvernement bavarois entre 1962 et 1978, Strauss fut de surcroît ministre-président de 1978 jusqu’à son décès. La mort de Strauss laissa un grand vide à la CSU mais ne donna pas lieu à une crise au sein du parti, contrairement aux attentes de nombreux observateurs. Suivit une phase de transition entre 1988 et 1993 avec Max Streibl au poste de ministre-président. Contraint de démissionner en raison de son implication dans l’affaire « Amigo »26, il fut remplacé par Edmund Stoiber qui au début parvint à étendre son pouvoir.27 Mais en 2007, une crise interne contraignit Stoiber à la démission ; il fut remplacé à la tête du gouvernement par Günther Beckstein mais les mauvais résultats électoraux de 2008 obligèrent ce dernier à se retirer pour laisser la place à Horst Seehofer.

 

24Dès son origine, la CSU a revêtu une importance considérable sur l’échiquier politique fédéral. Certes, elle forme depuis 1949 un groupe parlementaire commun avec la CDU au Bundestag, mais elle a toujours su conserver une certaine indépendance politique à l’échelle nationale et le « groupe régional » de la CSU a toujours joué un rôle particulier au sein du groupe CDU/CSU. En tant qu’alliée de la CDU, la CSU a fait partie du gouvernement fédéral entre 1949 et 1969, puis à nouveau de 1982 à 1998, ainsi qu’à partir de novembre 2005. À ce jour, elle n’a jamais pu cependant imposer un chancelier. Par deux fois, des dirigeants de la CSU ont été le candidat unique de la CSU et de la CDU. Strauss a largement perdu contre Helmut Schmidt (SPD) en 1980, mais Stoiber, qui était aussi à la tête du parti depuis 1999, n’a été devancé que d’une très courte tête par Gerhard Schröder (SPD) en 2002.

 

  • 28 La liste a obtenu 3,7 % des suffrages en 1998 et 4,0 % en 2002. La liste des Électeurs indépendants (...)

25Mentionnons par ailleurs qu’une scission a eu lieu au sein du Parti bavarois et donna naissance à deux partis régionaux, le Parti populaire chrétien bavarois (Christliche Bayerische Volkspartei ; 1975-1988), d’une part, et le Parti national bavarois (Bayerische Staatspartei ; 1967-1987), de l’autre. Tous deux se sont concentrés en Vieille Bavière mais ne sont jamais parvenus à sortir de leur statut de groupuscules, même au sein de cette région. Les mêmes observations valent pour d’autres partis croupions qui ont eu une existence temporaire après la fin de la seconde guerre mondiale. En dépit de sa présence sur la scène nationale, le Parti écologique démocratique (Ökologisch Demokratische Partei ; ÖDP), créé en 1982 et de tendance conservatrice, possède un ancrage régional fort en (Vieille) Bavière. Depuis 1992, il obtient, en général, environ 2 % des suffrages aux élections parlementaires régionales. Les listes électorales indépendantes, souvent proches de la CSU, jouent un rôle plus important dans les scrutins municipaux de certaines régions bavaroises et, depuis 1998, également à l’échelle régionale grâce à la présentation d’une liste commune aux élections du Landtag28. Au scrutin de 2008, elles atteignirent le score de 10 % et réussirent à entrer dans le parlement de Bavière.

3. Raisons de la présence et du succès des partis régionaux bavarois

  • 29 Se reporter aux références bibliographiques de la note 1.

26Les raisons de l’hégémonie de la CSU en Bavière ont fait l’objet d’une littérature abondante29 et demandent à être replacées dans le contexte général des partis régionaux bavarois, un phénomène qui n’a cessé de se régénérer depuis les années 1860. Nous proposerons, en guise d’hypothèse, de distinguer entre trois types de facteurs : d’abord des facteurs traditionnels qui s’appliquent à tous les partis régionaux bavarois (a), ensuite des facteurs de modernité qui ont massivement présidé à l’ascension de la CSU (b), enfin des facteurs supplémentaires qui découlent du succès de la CSU et ont contribué à pérenniser ce succès (c).

27a) Parmi les facteurs traditionnels, on relève en premier lieu le sentiment identitaire bavarois, qui se combine à une posture structurellement conservatrice et à une certaine réserve vis-à-vis de l’inconnu. Pour le Parti des patriotes et jusqu’au BVP, insister sur la corde identitaire a été garant de succès, tout particulièrement en Vieille Bavière. Le Parti bavarois était et est lui aussi fortement marqué par cette approche, mais cette stratégie, dans une conjoncture en pleine mutation depuis les années 1950, ne lui a pas valu d’attirer grand nombre d’électeurs.

28La CSU s’inscrit partiellement encore dans cette ligne traditionnelle : elle est résolument conservatrice sur les questions de politique culturelle et sociale. Les hommes politiques de la CSU ont tendance à mettre en avant ce qui est bavarois, autochtone ; l’inconnu et les étrangers – migrants et demandeurs d’asile par exemple – sont souvent considérés avec méfiance. La CSU soigne aussi un style politique très ‘vieux bavarois’, folklorique et corsé, dans ses propos comme dans ses apparitions, traits que Franz Josef Strauss a particulièrement bien incarnés. Les manifestations de la CSU dégagent souvent une ambiance de fête populaire et les élites du parti veillent soigneusement à polir leur image en s’appuyant sur ces us et coutumes bavarois. Le facteur principal reste cependant que la CSU est un véritable parti bavarois, alors que ses concurrents ne sont que des sections régionales de partis nationaux.

29b) Il serait foncièrement erroné de réduire la CSU à une image traditionaliste et conservatrice. Il serait tout aussi problématique de classer en bloc la CSU à droite de la CDU. S’y opposent non seulement l’accent fortement social ou la politique sociale de la CSU – souligné dans le « S » de son acronyme –, mais aussi un modernisme appuyé qui caractérise la CSU à double titre.

30À certains égards, la politique de la CSU fait preuve d’une modernité programmatique et de fond, en ce qu’elle est devenue le moteur et le propagandiste de la modernité technique et économique bavaroise. Dès les années 1950, ses affiches électorales montraient par exemple un tracteur moderne et une vespa, emblèmes du progrès. L’objectif déclaré du parti est de concilier tradition et modernité. Un symbole en est la devise que la CSU aime à répéter ces dernières années « ordinateur portable et culotte de cuir » (Laptop und Lederhose). Un des groupes cibles privilégiés de cette politique de la CSU est celui des petites et moyennes entreprises. Au demeurant, le progrès technique défendu par la CSU a toujours inclus des grands projets : des constructions d’autoroutes, le canal Rhin-Main-Danube, le grand aéroport de Munich, l’énergie nucléaire, la technologie aérienne et aérospatiale, l’industrie d’armement et tout récemment les plans de construction d’un train à sustension magnétique entre la gare centrale de Munich et l’aéroport « Franz Josef Strauss ».

31L’essor économique et la prospérité croissante de la Bavière a profité à la CSU dans le sens où de nombreux habitants se sont identifiés de façon croissante à ce projet de modernité bavaroise. Parallèlement, un changement de mentalité s’est opéré, à tout le moins partiellement, au sein de la population. L’attitude d’opposition systématique – aux phénomènes de la modernité et aux « Prussiens » –, autrefois souvent soigneusement entretenue et liée à un sentiment certain d’infériorité, a perdu de son importance pour laisser place à la fierté de la réussite. « Nous, en Bavière » est devenu un slogan publicitaire à succès de la CSU. Néanmoins, les grands projets technologiques de la CSU se sont parfois heurtés à certaines résistances. À la surprise politique générale, les habitants du Haut-Palatinat, région structurellement défavorisée, se sont ainsi massivement opposés dans les années 1980 à la construction de la centrale de retraitement de déchets nucléaires de Wackersdorf.

  • 30 Cf. sur ce point et au prisme des affiches électorales : Zehetmair Hans, Witterauf Peter (dir.), CS (...)

32Un second aspect de la modernité de la CSU est sa structure organisationnelle. La CSU a su accroître le nombre de ses adhérents en se rapprochant du protestantisme et en s’ouvrant aux réfugiés et rapatriés. Cette base a permis à la CSU de se constituer un appareil non seulement puissant et très présent dans l’ensemble du Land mais également extrêmement moderne. Elle se sert souvent avec plus d’habilité que ses rivaux des méthodes de relations publiques sur la présentation de soi et la publicité électorale30. Un autre trait de modernité de la CSU est encore la dynamique qui résulte des tensions permanentes qui règnent au sein de ses organes de pouvoir. Il y a toujours eu et il continue à y avoir des tensions et litiges, parfois violents, entre la chancellerie et le gouvernement, le siège du parti et le groupe parlementaire au Landtag à Munich et les députés à Bonn puis Berlin, mais ces conflits sont aussi source d’une étonnante vivacité politique du parti.

  • 31 Voir note 26.
  • 32 Cf. sur ce point Mintzel A., CSU-Hegemonie…, op. cit., p. 113-212.

33c) Enfin, les facteurs qui résultent du succès obtenu, et qui lui ont conféré une dynamique propre, revêtent une importance considérable. C’est comme cela que la CSU, en tant que « parti d’État » bavarois, est parvenue à se créer de nombreux réseaux sociaux denses, que ce soit dans le milieu des associations, des groupes confessionnels et des notables proches de la CSU, dans les milieux légèrement louches des « amigos »31 politiques et d’affaires mais aussi en se ménageant un accès privilégié aux chaînes publiques de télévision et de radio. Ces connexions renforcent l’impact d’absorption et l’impact externe de la CSU et contribuent simultanément à ce que le parti soit « proche du citoyen », voire à favoriser un populisme latent au sein du parti. De plus, la CSU est parvenue à faire naître dans la conscience publique – au moins en partie – l’idée d’une symbiose entre le parti et l’État bavarois. Le logo du parti, créé dans les années 1970 et frappé du lion et du losange bavarois, en constitue un exemple saisissant. Un autre facteur est le double rôle que joue avec succès et depuis longtemps la CSU en Bavière et à l’échelle fédérale, ce qui lui a assuré une couverture médiatique disproportionnée dans l’ensemble du pays. Citons enfin un quatrième facteur, à savoir la faiblesse des partis d’opposition en Bavière et, en premier lieu, les problèmes récurrents du SPD bavarois, qui résultent aussi d’une usure due à des décennies d’échecs32. Les tentatives réitérées du SPD de soigner lui aussi une image bavaroise ont de surcroît été plutôt contreproductives, de nombreux électeurs préférant alors choisir le prétendu original, la CSU.

34En dépit de ses succès en Bavière et de son poids politique appréciable à l’échelle fédérale, la CSU s’est tout au long de son histoire heurtée à des limites. Nous avons déjà mentionné les deux échecs des candidatures CSU à la chancellerie. Il faut évoquer également la tentative ratée de greffe orientale dans les nouveaux Länder avec la DSU – l’Union sociale allemande (Deutsche Soziale Union). Mentionnons, au moins brièvement, certains facteurs éclairant la capacité réduite de la CSU à s’imposer à l’échelle nationale. Les aversions parfois violentes que suscite le sentiment identitaire bavarois en dehors des frontières de la Bavière sont en quelque sorte le revers de la grande force d’intégration de la CSU à l’intérieur de la Bavière. Ces aversions se sont notamment concentrées sur les deux dirigeants de la CSU les plus ambitieux à l’échelle nationale, Franz Josef Strauss et Edmund Stoiber. En outre, l’habitus traditionaliste ambigu du parti est souvent difficilement intelligible hors des frontières bavaroises et paraît parfois même assez grotesque. Enfin, depuis 1990, le poids national de la CSU a presque inexorablement décru en raison de l’élargissement des frontières de l’Allemagne fédérale et, consécutivement, de celles du système des partis qui a intégré le PDS en son sein.

4. Conclusion

35En résumé, force est en premier lieu de constater que la CSU a su depuis les années 1950 se présenter comme un parti régional aussi traditionaliste que moderne. Ainsi a-t-elle largement fait éclater le cadre programmatique des partis régionaux bavarois – duquel le Parti bavarois comme d’autres groupuscules politiques de ce Land n’ont pas su s’extraire.

  • 33 Immerfall S., Mintzel A., « Ergebnisse und Perspektiven… », op. cit., p. 16.

36Il existe de ce fait très peu d’analogies avec d’autres partis régionaux allemands : la Fédération des électeurs du Schleswig méridional33 a certes réussi très habilement à mêler tradition et modernité (orientée sur la Scandinavie), mais ce petit parti des minorités, avec ses un à deux députés au Landtag du Schleswig-Holstein, ne peut tenir la comparaison avec la grande CSU. Ainsi que nous l’avons mentionné au début de cette étude, le PDS, malgré son implantation nationale, pourrait servir d’étalon comparatif. Le PDS, tel qu’il s’est présenté en Allemagne de l’Est, possédait des composantes régionalistes et un conservatisme structurel marqués, même si ses antécédents politiques diffèrent totalement de ceux de la CSU. Il lui a manqué toutefois le trait caractéristique de ce dernier parti, à savoir réussir à mettre en œuvre une modernité régionale. Considéré sous cet angle, il faudrait donc plutôt comparer le PDS avec le Parti bavarois, qui n’a pas su se départir de son optique traditionaliste. Peut-être s’agissait-il aussi pour le PDS d’un phénomène de transition et peut-être le nouveau parti, La gauche (Die Linke), issu de la fusion en 2007 du PDS et de l’Alternative électorale pour le travail et la justice sociale (Wahlalternative Arbeit und soziale Gerechtigkeit ; WASG), une scission ouest-allemande du SPD, évoluera-t-il vers un nouveau parti de gauche implanté dans toute l’Allemagne.

  • 34 Ibid.

37Dans le système allemand des partis, la CSU a vécu une histoire à succès unique : elle a représenté pendant des décennies non seulement une puissance presque omnipotente dans l’État libre de Bavière mais en est même devenue l’incarnation. L’engagement partisan chrétien-social et l’identité régionale bavaroise se sont à maints égards unis en une seule entité à l’intérieur du Land. Cependant il convient, pour conclure, de poser la question de la stabilité et de la pérennité de la domination de la CSU en Bavière. Le mélange, typique pour la CSU, de tradition (vieille) bavaroise, de conservatisme culturel et de modernité aux plans technologique et économique a été qualifiée dans la littérature de « voie médiane entre une ‘fidélité bavaroise’ liée à la tradition et une ouverture et modernisation nécessaires »34. Dans une perspective analytique critique, cette voie parait toutefois peu harmonieuse. En dépit de tous les succès, l’on peut objecter que la politique de la CSU renferme des contradictions internes qui pourraient provoquer à long terme une érosion de ses propres bases.

38Cela s’applique d’une part à la Heimat (la petite patrie) bavaroise si souvent invoquée par la CSU et qui a pourtant souffert à de nombreux points de vue de la politique technocratique de modernisation de la CSU. Outre les nombreux grands projets de construction, citons comme seul exemple les conséquences du remembrement et de la réforme des communes rurales menés avec rigueur au cours des années 1960 et 1970. L’illusion de traditionalisme véhiculée par la CSU n’a ainsi cessé de s’amenuiser, ce dont ont profité dans une certaine mesure le parti écologique conservateur ÖDP, les listes d’électeurs indépendants et, ponctuellement même, les Verts. Mais un deuxième effet nous semble plus important encore : la modernisation économique promue par la CSU a transformé durablement les structures sociales et culturelles en Bavière, ce qui n’est pas sans répercussion sur la base électorale traditionnelle de ce parti. En Bavière aussi l’électorat est de plus en plus versatile et se détourne des engagements partisans traditionnels ou liés à un milieu social. Les anciennes identités régionales sont soumises à un processus parallèle d’érosion progressive, ce qui fait perdre de sa force à l’ancrage spatial spécifique du système de partis bavarois. Un autre facteur de faiblesse régionale sera probablement à long terme la perte de poids de la CSU à l’échelle politique fédérale au sein de l’Allemagne réunifiée. Signe en est la conséquence du refus de Stoiber d’accepter le poste de ministre fédéral de l’Économie prévu pour lui après les élections législatives de 2005 (apparemment parce qu’il était conscient du peu de marge d’action dont il bénéficierait sous la chancelière Angela Merkel) : son choix de rester ministre-président de la Bavière s’est traduit par une perte massive et définitive de son autorité au sein de la CSU. Le parti survivra-t-il à la « crise Stoiber » – qui a débouché à l’automne 2007 sur la démission de ce dernier de ses postes de ministre-président et de chef du parti – aussi bien qu’aux problèmes de leadership consécutifs à la mort de Strauss ? Les résultats catastrophiques de la CSU aux élections régionales de l’automne 2008 et les changements consécutifs à la tête du gouvernement et du parti – Horst Seehofer remplaçant en temps record respectivement Günther Beckstein et Erwin Huber – sont des signes de fortes turbulences. L’avenir montrera si avec la fin de l’omnipotence de la CSU et l’entrée du FDP dans un gouvernement de coalition l’année 2008 sera bien le terme de toute une époque dans l’histoire des partis de Bavière ou si la CSU saura retrouver sa position exceptionnelle dans le paysage des partis allemands.

Notes

1 Face à l’abondance de la littérature, nous renverrons à quelques présentations d’ensemble : Mintzel Alf, « Bayern und die CSU – Regionale politische Tradition und Aufstieg zur dominierenden Kraft » in : Hanns-Seidel-Stiftung (dir.), Geschichte einer Volkspartei. 50 Jahre CSU 1945-1995, Grünwald, Atwerb-Verlag, 1995, p. 195-252 ; id., Die CSU-Hegemonie in Bayern. Strategie und Erfolg, Gewinner und Verlierer (1998), 2e édit., Passau, Rothe, 1999, p. 25-112, p. 253-270 ; Immerfall Stefan, Mintzel Alf, « Ergebnisse und Perspektiven der Forschung zur Parteienlandschaft in Bayern » in : Lanzinner Maximilian, Henker Michael (dir.), Landesgeschichte und Zeitgeschichte. Forschungsperspektiven zur Geschichte Bayerns nach 1945, Augsbourg, Haus der Bayerischen Geschichte, 1997, p. 13-28 ; Schlemmer Thomas, « Zwischen Tradition und Traditionsbildung. Die CSU auf dem Weg zur Hegemonialpartei 1945 bis 1976 » in : Mitteilungsblatt des Instituts für Soziale Bewegungen, vol. 24, 2000, p. 159-180 ; Kießling Andreas, Die CSU. Machterhalt und Machterneuerung, Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaften 2004.

2 Il faut cependant ne pas perdre de vue que l’État libre de Bavière est lui-même composé de plusieurs régions. Selon Mintzel A., « Bayern und die CSU… », op. cit., p. 218, la Bavière n’est devenue « une „région“ politique » qu’en 1945.

3 Sur l’histoire de la Bavière au XXe siècle, cf. avant tout : Gelberg Karl-Ulrich, « Vom Kriegsende bis zum Ausgang der Ära Goppel (1945-1978) » in : Handbuch der bayerischen Geschichte, sous la direction initiale de Max Spindler, nouvellement dirigé par Alois Schmid, vol. 4 : Das Neue Bayern. Von 1800 bis zur Gegenwart, 1e partie : Staat und Politik, Munich, Beck, 2003, p. 635-956 ; id., « Ausblick » in : ibid., p. 957-1008 ; Zorn Wolfgang, Bayerns Geschichte im 20. Jahrhundert. Von der Monarchie zum Bundesland, Munich, Beck, 1986 ; id., Bayerns Geschichte seit 1960, Kießling Rolf (éd.), Ratisbonne, Pustet, 2007.

4 Nous avons largement conservé la forme de notre contribution orale. Les annotations et références bibliographiques se réduiront donc au minimum. Die neuesten landespolitischen Entwicklungen seit 2007 konnten nur angedeutet werden.

5 Sur l’évolution cf. par exemple Hofmann Robert, Geschichte der deutschen Parteien. Von der Kaiserzeit bis zur Gegenwart, Munich, Piper, 1993.

6 Rohe Karl, « Regionale (politische) Kultur : Ein sinnvolles Konzept für die Wahl- und Parteienforschung ? » in : Oberndörfer Dieter, Schmitt Karl (dir.), Parteien und regionale politische Traditionen in der Bundesrepublik Deutschland, Berlin, Duncker & Humblot, 1991, p. 17-37, ici p. 22-30.

7 Cf. à titre d’exemple : Raithel Thomas, « » Le Roi-Lune ». Wahrnehmung und Mythisierung des bayerischen Königs Ludwig II. in Frankreich » in : Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, vol. 38, 2006, p. 309-324.

8 Dans une grande partie de la Haute et de la Moyenne-Franconie.

9 Mintzel A., « Bayern und die CSU… », op. cit., p. 195-196 insiste à notre avis trop fortement sur « l’unité culturelle et politique » actuelle de la Bavière.

10 Cf. à ce sujet Grüner Stefan, Geplantes Wirtschaftswunder ? Industrie- und Strukturpolitik in Bayern 1949 bis 1973, Munich, Oldenbourg 2009.

11 Sur l’évolution des partis jusqu’en 1918, voir Albrecht Dieter, « Von der Reichsgründung bis zum Ende des Ersten Weltkrieges (1871-1918) » in : Handbuch der bayerischen Geschichte, op. cit., vol. 4/1, p. 318-438, ici p. 336-345.

12 Sur l’histoire du BVP se référer principalement à Schönhoven Klaus, Die Bayerische Volkspartei 1924-1932, Düsseldorf, Droste, 1972.

13 Les deux appellations ont existé en parallèle avec une insistance sur le caractère régional. Cf. Kiiskinen Elina, « Bayerische Mittelpartei (BMP)-Deutschnationale Volkspartei (DNVP), 1918-1932/33 » in : Historisches Lexikon Bayerns, http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44424 (23.04.2007).

14 Cf. également Dieter Fricke et al. (dir.), Lexikon zur Parteiengeschichte. Die bürgerlichen und kleinbürgerlichen Parteien und Verbände in Deutschland (1789-1945), 4 vol., Cologne, Pahl-Rugenstein, 1983-1986, vol. 1, p. 135-155.

15 Pour un résumé cf. également Gelberg K.-U., « Vom Kriegsende… », op. cit., p. 757-787.

16 Soit Joseph avec les bœufs. Sepp est le diminutif typique de Joseph en Bavière, Ochsen signifie bœufs. (NDT).

17 La conception de la « tour du Zentrum », bastion de défense du catholicisme mais aussi symbole de la singularité de ce parti sur l’échiquier politique, remonte au début du XXe siècle.

18 Färber Konrad Maria, « Bayern wieder ein Königreich ? Die monarchistische Bewegung nach dem Zweiten Weltkrieg » in : Benz Wolfgang (dir.), Neuanfang in Bayern 1945 bis 1949. Politik und Gesellschaft in der Nachkriegszeit, Munich, Beck, 1988, p. 163-182.

19 Sur le Parti bavarois cf. Unger Ilse, Die Bayernpartei. Geschichte und Struktur 1945-1957, Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt, 1979 ; Wolf Konstanze, CSU und Bayernpartei. Ein besonderes Konkurrenzverhältnis 1948-1960, Cologne, Verlag Wissenschaft und Politik, 1982.

20 Cf. les chiffres dans Mintzel A., « Bayern und die CSU… », op. cit., p. 221.

21 Tous les résultats électoraux sont extraits de : http://www.statistik.bayern.de/wahlen/landtagswahlen/(28.4.2007).

22 Selon : http://www.statistik.bayern.de/wahlen/bundestagswahlen/(28.4.2007).

23 Wolf K., CSU und Bayernpartei…, op. cit., p. 205-243.

24 Immerfall S., Mintzel A., « Ergebnisse und Perspektiven… », op. cit., p. 15.

25 Mintzel A., « Bayern und die CSU… », op. cit., p. 197.

26 Streibl fut accusé d’avoir accepté des dons au parti et de se faire offrir des voyages par un industriel de l’aviation, en échange de l’obtention d’un contrat militaire.
Le nom d’amigo renvoie à l’un de ses discours à la CSU qu’il conclut par un « saludos amigos », formule qui fera ensuite l’objet de plaisanteries dans toute l’Allemagne.

27 Jusqu’à l’automne 2007 où il a démissionné de ses postes de ministre-président et de président du parti (NDT).

28 La liste a obtenu 3,7 % des suffrages en 1998 et 4,0 % en 2002. La liste des Électeurs indépendants (Freie Wähler) n’a ainsi pas réussi à franchir le seuil des 5 %.

29 Se reporter aux références bibliographiques de la note 1.

30 Cf. sur ce point et au prisme des affiches électorales : Zehetmair Hans, Witterauf Peter (dir.), CSU plakativ. 60 Jahre gestaltete Politik, Munich, Hanns-Seidel-Stiftung, 2005.

31 Voir note 26.

32 Cf. sur ce point Mintzel A., CSU-Hegemonie…, op. cit., p. 113-212.

33 Immerfall S., Mintzel A., « Ergebnisse und Perspektiven… », op. cit., p. 16.

34 Ibid.

Auteur

Historien, chercheur à l’Institut für Zeitgeschichte de Munich

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search