Version classiqueVersion mobile

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Cinquième section. L'impossible autonomie du monde associatif ?

Les associations catholiques dans la Lorraine annexée à l’Empire allemand, 1890-1918

François Roth

Texte intégral

  • 1 Voir Roth François, La Lorraine annexée, 1870-1918, thèse, 2e édition, Metz, Éditions Serpernoise, (...)

1Après la démission de Bismarck, le régime allemand en Alsace-Lorraine se libéralisa lentement, plus dans ses pratiques que dans ses textes. Entre les associations et le pouvoir qui, jusqu’à l’abolition de la « dictature » en 1902 par Guillaume II, disposait du moyen discrétionnaire de l’interdiction administrative, une dialectique subtile s’ébaucha. Comme l’a montré la thèse récente de Lionel Metzler1, le pouvoir cessa d’interdire ou de contrecarrer les associations comme il l’avait fait pendant un quart de siècle ; dans le mouvement associatif il voyait un moyen de favoriser l’insertion des Alsaciens et des Lorrains dans les cadres sociaux, religieux et culturels de l’Allemagne et de favoriser par une lente osmose les progrès de la germanité (Deutschtum). En effet la plupart des associations qui se créèrent soit dans le cadre général de l’Alsace-Lorraine, soit dans le cadre des départements (Bezirke), des villes ou des localités de moindre importance, se relièrent au fil des années à des associations allemandes dont elles diffusaient les préoccupations et les objectifs. En convergence avec cette aspiration, des associations allemandes cherchèrent à prendre pied en Alsace-Lorraine et à y trouver des relais. Ce mouvement déjà bien amorcé fut facilité par la libéralisation significative du droit de réunion et d’association par la loi d’Empire d’avril 1907.

2Nous porterons ici notre attention sur les associations catholiques et d’abord sur la grande organisation de masse fondée en 1890 Der Volksverein für das katholische Deutschland qui connut un développement considérable de 1900 à 1914. Le renouvellement du clergé et les prêtres de la nouvelle génération, effrayés par l’anticléricalisme français qui conduisit à la séparation de 1905, favorisèrent aussi le mouvement vers le catholicisme allemand et surtout rhénan. Ces associations avaient certes d’abord des objectifs religieux et confessionnels qui leur étaient propres. Mais, à leur manière, elles participaient aussi à la lente insertion des Alsaciens et des Lorrains dans l’espace associatif, religieux et culturel allemand.

Les premières timides amorces

3La création des associations catholiques s’effectua sous une double influence. La première fut l’impulsion donnée par les associations catholiques allemandes, en particulier celles de Rhénanie qui trouvaient dans le Reichsland un champ d’expansion naturel. La méfiance que l’on pouvait nourrir à leur égard fut progressivement dissipée par la perception de ce que les Alsaciens-Lorrains observaient en France ; les catholiques français semblaient impuissants à lutter contre l’anticléricalisme qui conduisit à la séparation alors qu’en contrepoint on rappelait sans cesse que le catholicisme allemand était sorti victorieux du Kulturkampf.

4Incontestablement ce fut l’Alsace qui fut la première touchée par le mouvement. Les Alsaciens étaient plus proches que les Lorrains de la culture allemande et les Allemands s’intéressèrent plus vite à l’Alsace qu’à la Lorraine dont ils percevaient mal l’originalité. En la personne de Mgr Adolph Fritzen le diocèse de Strasbourg eut un évêque allemand dix ans avant celui de Metz (nomination de Mgr Benzler à Metz en 1901 seulement). Au cours des années 1890 les catholiques alsaciens se posaient déjà la question de l’adhésion au Centre alors que les Lorrains restaient à l’écart de ces débats.

  • 2 Le Lorrain, 24 novembre, 8, 14 et 16 décembre 1892.
  • 3 Roth François, Les Lorrains entre la France et l’Allemagne, Metz, Éditions Serpernoise, 1981 et Ro (...)
  • 4 Louis Muller, vicaire à St. Vincent, professeur de religion à l’école réale en 1886, à titre défin (...)
  • 5 Küchly (1836-1909), né à Saint-Louis, curé de Dabo puis de Sarrebourg (1888-1909) député au Reichs (...)

5Une première amorce fut la fondation à Metz en novembre 1892 d’une Association populaire catholique2 dont la première réunion de la section française se tint dans la salle de la Cigogne. En présence de 1300 personnes on entendit les orateurs suivants : les députés ecclésiastiques au Reichstag Dellès et Küchly ainsi que l’abbé Henri Collin3, directeur politique du Lorrain, le journal diocésain catholique de langue française. Un délégué général fut nommé en la personne de l’abbé Louis Muller4, aumônier de l’École réale puis professeur de religion à titre définitif. Les références des orateurs étaient le cardinal anglais Manning, le français Albert de Mun et le fondateur du Zentrum Ludwig Windthorst qui venait de disparaître. On invitait les catholiques à « se grouper pour opposer une résistance aux théories et aux entreprises subversives ». Pour Henri Collin, il était essentiel de « maintenir à Metz un fonds commun d’honnêteté, d’esprit conservateur et chrétien ». Les libéraux accueillirent avec défiance la naissance de cette association comme le prouvèrent les polémiques dans la presse entre le Messin et le Lorrain. Dans le prolongement de la réunion de Metz, une réunion se tint à Sarrebourg le 12 décembre 1892 où parlèrent le député de l’arrondissement l’archiprêtre Küchly5 et le journaliste du Lorrain Nicolas Houpert. D’après le Lorrain, « Presque tous les notables de Sarrebourg, fonctionnaires et négociants, acceptent de faire partie du comité d’invitation ».

  • 6 .ADM 3AL 206.

6Après ces débuts cette association tomba rapidement en sommeil. Dix ans plus tard, on tenta de la faire revivre avec la fondation d’un Katholischer Bürgerverein à Metz en 1902 qui essaima à Forbach en 1904. Ce Bürgerverein fut le point de départ d’une Fédération catholique des hommes dont le premier président fut le banquier Victor Prével (futur maire de Metz en novembre 1918), qui céda en 1910 la place à un professeur au lycée nommé Kintzinger. Les premières associations de jeunesse catholique virent le jour à Metz6 dans le cadre paroissial à partir de 1902. Les premières furent celles de Notre-Dame (24 membres) et Saint Maximin (30 membres et une insigne). En 1903 se fondèrent celles de Saint-Eucaire (23 membres), Saint-Martin (28 membres), Sainte-Ségolène (57 membres répartis en deux sections, l’une de langue française et l’autre de langue allemande) et de Thionville-Beauregard (21 adhérents dont 11 immigrés, 10 Lorrains). L’association était placée sous l’autorité du vicaire de la paroisse. Aux côtés des Lorrains et des Allemands, ces associations accueillaient aussi dans leur rang quelques Luxembourgeois et Italiens.

La remarquable et rapide poussée des associations

  • 7 Roth François, « Willibrod Benzler, évêque allemand de Metz », dans Lorraine, France, Allemagne, R (...)
  • 8 Relevons entre autres les noms suivants : François Tilly (1861-1923) né à Nelling, curé de Langatt (...)

7À partir de 1905 et jusqu’à la Grande Guerre, on assista sous l’impulsion du clergé à un développement continu des associations confessionnelles. L’évêque Willibrod Benzler7 qui y était favorable chercha à les organiser et à les contrôler. À cette fin, il détacha du ministère paroissial plusieurs prêtres dynamiques8 auxquels il confia des fonctions de directeur et de secrétaire général.

  • 9 Heitzer Horstwalter, Der Volksverein für das katholische Deutschland, 1890-1918, Mainz, Mathias-Gr (...)

8La création du Volksverein9 pour l’Allemagne catholique avait été une des dernières réalisations de Ludwig Windthorst, peu de temps avant sa mort. C’est pourquoi on présentait souvent ce mouvement comme le « testament de Windthorst à son peuple catholique ». Au début le Volksverein se heurta à la méfiance des autorités qui interdisaient aux maires de prêter la salle d’école ou la salle municipale. L’introduction du Volksverein en Alsace-Lorraine commença au début du vingtième siècle : on recensait 3000 membres fin 1901, 5000 en juin 1902. L’arrivée de Mgr Benzler donna une vive impulsion puisqu’en 1909 on comptait 18 908 membres en Alsace-Lorraine dont 9528 en Lorraine et enfin, en 1913, 21 723 dont 11 116 en Lorraine. Le taux de pénétration des hommes catholiques de plus de 21 ans était cependant inférieur à ce que l’on observait en Allemagne, soit 8 % contre 10 % en Allemagne et 20 % dans le Rheinland. Trois Alsaciens-Lorrains étaient entrés dans le comité directeur (Vorstand) où on relevait la présence des Alsaciens Paul Muller-Simonis et Léon Vonderscherr et du Lorrain François Tilly.

  • 10 Le Lorrain, 27 mars 1906. Gaston Louis (1862-1946) né à Montois-la-Montagne. Jean-Baptiste Oster, (...)

9La question de la langue s’était immédiatement posée car le Volksverein était une association qui venait d’Allemagne et dont les publications étaient en allemand. Dans la partie de langue française, c’était un obstacle majeur, pas simplement pour des raisons de compréhension. Ce qui venait d’Allemagne était à priori suspect. Les événements qui, en France, accompagnèrent la séparation, atténuèrent la méfiance à son égard ; les curés expliquèrent à leurs ouailles qu’il fallait s’organiser comme l’avaient fait les catholiques allemands pour lutter contre le Kulturkampf. Pour désarmer la méfiance des francophones, le diocèse mit sur pied une section de langue française appelée Union populaire catholique où l’on entendait des orateurs venus de France ou des pays francophones. Par exemple Le Lorrain10 rendait compte d’une fête de l’Union populaire où plus de 200 hommes de Woippy et des localités environnantes étaient venus écouter plusieurs orateurs qui invitèrent les catholiques à se grouper sous le drapeau de l’Union populaire et à « écouter les conseils du sage Windthorst ». À la tribune siégeaient le maire, le curé et le représentant diocésain, l’abbé Gaston Louis, futur député de la Moselle. L’orateur principal était venu de Nancy et non de Cologne ; il s’agissait de l’avocat Henri Teitgen qui essaya de répondre à une question d’actualité : « L’Église catholique est-elle une force sociale appréciable ? »

  • 11 ADM 16 Z 138 et 143.

10Le Cercle de Sarreguemines11 fut la zone où le Volksverein s’implanta le plus solidement. Les premiers groupes furent fondés en 1903 à Walchbronn, Meisenthal, Goetzenbruck, Waldhausen, Lemberg, Munzthal, Sucht, Euchenberg, Montbronn, Hanweiler, Haspelscheidt, Welferding, Petit Rederching. Le curé de Welferding Jean-Pierre Kirsch président du Centrumverein de Sarreguemines et Joseph Jung, le curé de Walschbronn, très actif, dénonçaient « La France qui combat de toutes ses forces le catholicisme ». Dans la plupart des paroisses l’association pouvait compter sur des hommes de confiance (Vertrauensmänner). Un recensement des 43 hommes de confiance pour 8 communes du cercle de Sarreguemines montre le caractère populaire de leur recrutement. Les réunions étaient nombreuses et suivies à Sarreguemines. Une grande réunion se tint à Sarreguemines le 30 avril 1911 sur le thème « les combats religieux du futur » à laquelle participèrent 400 à 450 personnes. Le 5 octobre 1913, l’orateur principal était l’abbé François Cuny, Oberlehrer au petit séminaire de Montigny. Dans ce cercle de Sarreguemines, le Volksverein fut en mesure d’installer un Bezirkssekretariat à Sarreguemines où l’on pouvait demander des renseignements pour une démarche administrative ou d’assurance sociale.

  • 12 Victor Heymès (1858-1932), curé de Waldscheid (1896-1932), un des orateurs du Zentrum. Nombreux ar (...)

11Dans le cercle de Sarrebourg, ce fut dans la zone de langue allemande qu’il trouva le terrain le plus favorable. L’archiprêtre de Sarrebourg, le député Kuchly, était très actif et dès le 5 juin 1900 il avait invité l’Alsacien Nicolas Delsor, curé de Marlenheim. Dans la presse, on peut lire de très nombreux comptes rendus de réunions où des orateurs messins venaient apporter la bonne parole. À Trois-Fontaines, en 1903, l’abbé Louis Pinck (journaliste à la Volksstimme) et l’avocat Roger Forêt (futur maire de Metz) tinrent une réunion qui s’acheva par un Hoch en l’honneur du Kaiser. À Lutzelbourg le professeur Kintzinger et le postier Pinck (frère de l’abbé) essayèrent de démontrer que le Volksverein était un antidote au socialisme. Le 18 novembre 1905 se tint à Sarrebourg une grande réunion avec l’abbé Tilly, qui s’efforçait de mettre en place dans les zones rurales les caisses de crédit mutuel Raiffeisen. Dans ce cercle, le Kreisgeschäftsführer du Volksverein était un notable, le notaire Koehren de Sarrebourg. L’archiprêtre Kuchly prit la parole pour affirmer : « notre tâche essentielle est de lutter contre le socialisme ». Pour la première fois, un permanent de Mönchen Gladbach était présent à cette manifestation. Les années suivantes, l’un des leitmotivs des orateurs était la situation désastreuse des catholiques français. En 1907, à Dolving, un prêtre au tempérament combatif, Victor Heymès, curé de Walscheid12, « le lion de Walscheid », s’écria : « Il faut que les catholiques s’organisent pour empêcher un nouveau Kulturkampf ». À l’issue de cette réunion du 7 mai 1907 il aurait obtenu 50 adhésions !

12Tous les prêtres étaient loin d’être engagés à ce point. Une lettre du 27 mai 1908 montre les réticences ironiques du curé de Pierrevillers, un dénommé Jean : « le paysan lorrain encore économe n’a pas besoin du Volksverein pour améliorer sa situation matérielle. C’est bon çà pour les Bei uns (chez nous) ». Cette expression était employée entre Lorrains pour désigner les Allemands immigrés qui avaient l’habitude de dire Bei uns, bei uns…. « Ils ne savent que boire et danser, être de toutes les Vereine pour s’amuser… ». Il ne devait pas être le seul de cet avis. On était à des années lumières des discours officiels et des brochures officielles.

13Le Volksverein, incontestablement l’organisation de masse, était essentiellement un mouvement d’hommes ; les femmes très minoritaires étaient cependant admises et avaient leurs propres réunions. Un grand moment permit d’évaluer leur visibilité : ce fut la tenue du Katholikentag à Metz en août 1913 ; toutes ces associations étaient présentes et tinrent, en marge des grandes réunions et cérémonies liturgiques, des réunions particulières très utiles pour gagner de nouveaux adhérents et rendre visible leur rayonnement.

Les Associations spécialisées

Les Cercles catholiques de jeunes gens

14Lors du premier congrès diocésain des cercles de jeunes gens catholiques qui se tint à Metz les 24-26 septembre 1909, trente-deux groupes étaient représentés dont cinq annonçaient dépasser la centaine d’adhérents et quatorze en affichaient plus de cinquante. Chaque année on annonçait la fondation de nouveaux cercles : en 1910 ceux de Hoff, Bollange, Dieuze ; en 1912 ceux de Delme, Rossbruck ; en 1913 ceux de Salonnes, Boulay, Sengbouse, Forbach, Moyenvic, Neufchef, Longeville-lès-Metz.

  • 13 Lothringer Volksstimme, 14 mai 1913.

15Dans toutes les associations catholiques on tenait le plus grand compte du problème de la langue et chaque année les deux branches de l’association tenaient des congrès séparés : en 1913 les associations de langue allemande se réunirent à l’Hôpital (Spittel) le 9 février et les associations de langue française le 16 février à Metz. Au début de l’année 1914, la Fédération regroupait 83 associations, soit environ 4 000 membres. Un peu plus de la moitié d’entre elles avait payé la cotisation annuelle. Les rapports relevaient les principales activités : piété, cercles d’études, prévoyance, gymnastique et chant ; on se montrait réservé à l’égard du théâtre. Une fête annuelle réunissait les associations. Celle de 1912 eut lieu à Boulay, celle de 1913 à Delme13 en présence de l’évêque qui arriva en automobile en compagnie des chanoines Benoît et Louis. Benzler prononça une allocution über die Notwendigkeit und die Ziele der jugendlichen Vereine. On relevait environ 400 participants à cette Jugendfest.

Dans la mouvance du Centre : le Windthorstbund

16Cette association de jeunesse avait été fondée en 1894. On la vit apparaître en Lorraine à partir de 1910. En 1914 on relevait une dizaine de cercles dont les principaux étaient ceux de Metz, Thionville, Ornethal (Rombas) Sarrebourg, Bitche, Sarreguemines, L’Hôpital, Forbach, St. Jean Koutzerode. Le secrétaire général, le Dr. Scharmitzel, parla à la journée d’automne qui se tint à Sarreguemines en novembre 1912. Celle de novembre 1913 réunit encore davantage de participants ; parmi les orateurs, on remarquait un Allemand venu de Cologne, deux députés au Landtag, les abbés Hackspill et Didio et le secrétaire général du mouvement Jean Keppi qui était venu de Strasbourg. Le président était un jeune Messin assez effacé, Husch, fils d’un fonctionnaire de rang élevé de la poste. Au début de 1914, un permanent, le dénommé Mucke qualifié de Verbandsekretär, fit une tournée de propagande dans la région de Sarreguemines et parla à Rouhling « über Zweck und Ziele des Windthorstbundes » le 13 février 1914.

Les cercles catholiques d’ouvriers

  • 14 Statut des katholischen Arbeitervereins zu Metz und Umgebung, Metz, 1904. Président G. Tilly, secr (...)

17À côté d’une association générale comme le Volksverein, il apparut nécessaire de fonder des organisations spécialisées et plus spécialement des associations ouvrières comme cela se pratiquait déjà dans de nombreux diocèses allemands. Ce furent les associations d’ouvriers catholiques que les curés furent invités à fonder dans les localités ouvrières dans le cadre de la volonté sociale inscrite depuis la publication de l’encyclique Rerum Novarum par Léon XIII. Une ordonnance épiscopale reconnut et encouragea ces associations ; en Lorraine, les premiers cercles apparurent en 1905-1906. Jusqu’en 1914, le président des cercles ouvriers fut le chanoine Gaston Louis nommé en 1906. En 191014 on recensait 37 Arbeitervereine qui encadraient 1195 mineurs, 205 cheminots, 307 céramistes et 399 métallurgistes. Les liens avec le Volksverein étaient étroits puisqu’on encourageait ces associations à diffuser les livres de la bibliothèque apologétique du Volksverein, qu’on les affiliait à des caisses de secours (la Leokasse et la Düsseldorfer). On cherchait aussi à diffuser le Westdeutsche Arbeiterzeitung dirigé par l’Alsacien Joos et crédité en 1912 de 1760 abonnés.

  • 15 Joseph Collet (né en 1871 à Mettnich), Prussien catholique, député au Landtag, sous-officier à Sai (...)

18À côté et parfois en rude concurrence avec les cercles, il faut évoquer les syndicats chrétiens qui étaient ouverts aux protestants. Un permanent, Matthias Karius, arrivé en Lorraine en 1905, s’était installé à Thionville où il avait ouvert un Christiches Arbeitersekretariat. Matthias Karius participait à des réunions du Volksverein, par exemple à Dabo le 19 juillet 1908. Un syndicaliste chrétien, membre du syndicat des mineurs, Joseph Collet15, fut élu en 1911 député de Forbach au Landtag d’Alsace-Lorraine. Il fit de nombreuses réunions ; par exemple il se rendit en novembre-décembre 1913 à Meisenthal et à Goetzenbruck pour appeler les verriers à rejoindre les syndicats chrétiens « afin d’obtenir une amélioration de leurs salaires ». Parmi toutes ces organisations, les syndicats chrétiens étaient la seule à n’être pas placée sous la tutelle directe ou indirecte de l’évêque de Metz.

Autres associations spécialisées

  • 16 Journal inédit du chanoine Benoît conservé à la médiathèque de Metz.

19Parmi les autres associations présentes dans le diocèse de Metz, certaines étaient d’origine française comme les conférences de saint Vincent de Paul crédités de plus de 5000 membres à Metz en 1910. L’ensemble des associations caritatives furent regroupé, dotées d’un secrétariat général confié au chanoine Erman et affilié à la Caritasverband sur laquelle toute une étude serait à faire dans le diocèse de Metz et dont Robert Schuman fut un donateur et un membre actif. Parmi les autres associations reliées à la France, citons l’Association de la Sainte Famille, l’Association de St. François de Sales et La Propagation de la Foi. Dans le journal inédit de l’abbé Benoît, curé de Sainte-Marie-aux-Chênes puis professeur de morale au séminaire et secrétaire général de l’évêché16, il est souvent fait mention de collecte des cotisations pour la Propagation de la Foi alors que le mot Volksverein ainsi que les réunions de cette association ne sont cités qu’une seule fois !

  • 17 Le Lorrain, 20 septembre 1910 ; Lothringer Volksstimme, 23 octobre 1912, 17, 25 et 29 septembre 19 (...)

20Parmi les associations dont le siège était en Allemagne, plusieurs retiennent l’attention : l’Association Sainte Cécile (Cäcilienverein) qui regroupait les chorales, était animée par un prêtre, l’abbé J. Bour, l’Œuvre de St. Boniface dont le siège se trouvait à Paderborn et qui se proposait de lutter contre l’isolement des catholiques en pays protestant. L’Association de secours St. Thomas d’Aquin proposait des aides « en faveur des étudiants catholiques de Lorraine ». Il faut faire une mention spéciale à l’Association Görres (Görresgesellchaft) qui revendiquait 140 membres en Lorraine et dont l’activité était très discrète17 ; fondée en 1876 elle était divisée en quatre sections : philosophie, histoire, art, sociologie et jurisprudence. Sa particularité fut de compter parmi ses membres le jeune avocat Robert Schuman.

  • 18 Gueslin André, Le Crédit mutuel. De la caisse rurale à la banque sociale, Strasbourg, Coprur, 1982 (...)

21Il ne faudrait pas négliger les caisses de crédit et de prêt du mouvement Raiffeisen18, lequel s’était développé en Alsace dès la fin du XIXe siècle sous l’impulsion de prêtres comme l’abbé Jean Muller qui lança le Raiffeisen-Bote. En Lorraine ce fut l’abbé Tilly qui obtint des résultats intéressants en Lorraine germanophone.

  • 19 ADM 2AL 206 directeur de cercle de Thionville-Est à BP 30 janvier 1907 Sarreguemines 15 février 19 (...)

22On ne peut séparer ce mouvement associatif du contexte politique dans lequel il se développa, celui de l’implantation du Centre Catholique19 sous la forme du Centre alsacien-lorrain. Le jeune clergé de langue allemande s’engagea en sa faveur ainsi que dans toutes les associations qui étaient dans sa mouvance. Cette référence alors omniprésente favorisait, même si le cadre diocésain restait déterminant, l’insertion dans le catholicisme allemand. Dans le Zentralausschuss du Centre Alsacien, deux associations avaient chacune un représentant, l’Augustinusverein et le Windthorstbund.

  • 20 60. Generalversammlung der Katholiken Deutschlands in Metz vom 17. bis 21 August 1913, Metz, 1913.

23Le point d’orgue de cette vie associative fut le travail fourni pour préparer la grande réunion annuelle des catholiques allemands (Katholikentag) qui se tint à Metz en août 191320. Tous ces mouvements étaient présents et tinrent des réunions particulières en marge des grandes réunions (par exemple la corporation étudiante Unitas à laquelle Robert Schuman avait appartenu à Berlin et à Munich). Comme à Strasbourg en 1906, on avait prévu des séances de langue française pour les membres de l’Union populaire avec des orateurs venus de Belgique et de France. Parmi ceux-ci on entendit un jeune avocat installé à Metz depuis le 1er juin 1912 qui était membre du comité d’organisation. De larges extraits de son discours furent reproduits dans la Croix de Paris. Cet orateur était le Dr. Schuman. Pour l’essentiel des participants, c’était l’insertion dans l’Allemagne catholique à tel point qu’un journaliste de la Volksstimme employa, révélatrice de cette identification, « Notre Volksverein ».

24En août 1914 la vie associative fut interrompue par la déclaration de guerre, suivie par l’appel sous les drapeaux des mobilisables. Pendant quatre ans les contraintes de l’état de siège et l’arbitraire des polices militaires et civiles firent peser une chape de plomb. C’est pourquoi il est indispensable d’esquisser un bilan en juillet 1914.

25La pénétration des associations catholiques allemandes pour lesquelles la langue allemande était le véhicule naturel de leurs réunions et la langue de leurs bulletins et publications était remarquable. Ces associations véhiculaient les thèmes politiques, culturels et sociaux du catholicisme allemand. Des orateurs allemands étaient fréquemment invités et de jeunes Alsaciens et Lorrains suivirent des sessions de formation en Allemagne. Elles recrutaient leurs membres autant dans les rangs des Alsaciens-Lorrains que parmi les Vieux Allemands. De la sorte on espérait que les associations atténueraient progressivement la ségrégation de fait qui s’était instaurée dans les années qui avaient suivi l’annexion. Toutes les associations – politiques, confessionnelles, sportives et culturelles – pouvaient à leur manière faire progresser le sentiment d’appartenance à la communauté allemande et la loyauté envers l’empire allemand.

  • 21 AD Moselle 2 AL 174 (Louis), rapport anonyme que l’on peut dater par son contexte du début de 1918

26Il faut souligner le rôle déterminant du clergé sous l’autorité de l’évêque. Dans ce cadre diocésain, c’était le clergé qui présidait, organisait et dirigeait des laïcs dévoués et subordonnés. Il n’y avait guère que les syndicats chrétiens qui échappaient à cette pesante tutelle. Avec l’Allemagne des liens avaient été tissés ; ils pourraient encore être plus étroits mais les organisations diocésaines jouissaient d’une réelle autonomie. Dans les diocèses de Metz et de Strasbourg, le contexte n’était pas le même ; les Alsaciens avaient dans leur grande majorité une culture allemande, ce qui les rendaient plus réceptifs que les Lorrains dont une partie étaient encore de langue française et hostiles à tout ce qui venait d’Allemagne. En effet, l’Union Populaire de langue française tenait ses réunions à part et les publications des associations allemandes non traduites n’étaient pas diffusées. Quant aux organisations de jeunesse, celles du pays messin ressemblaient davantage à des patronages de type français ; on y ignorait l’allemand, on y jouait du clairon et de la trompette ! Quelques-unes d’entre elles avaient pris le nom de Jeanne d’Arc et entretenaient des relations avec des sociétés françaises situées de l’autre côté de la frontière. Le directeur du cercle de Metz-Campagne pointait au moins une dizaine de sociétés dont l’état d’esprit et les activités étaient jugées hostiles au Deutschtum. Pour cette raison, les prêtres qui les animaient furent arrêtés en août 1914 et placés en résidence surveillée (Schutzhaft) à l’intérieur de l’Allemagne pour la durée de la guerre ! Quant au président diocésain ecclésiastique des cercles ouvriers diocésains, l’abbé Gaston Louis, il passa en Suisse puis en France et fut déchu de la nationalité allemande. Durant la guerre les rapports des fonctionnaires civils et des militaires furent impitoyables à propos des Katholische Jünglingsvereine, soupçonnés de livrer, sous le manteau, une éducation française21.

Les héritages de la période allemande

27En novembre 1918, dans les jours qui suivirent l’armistice, l’armée française entrait en Alsace-Lorraine et la France procédait à la réincorporation des provinces perdues. Il faut s’interroger sur l’héritage à court et à moyen terme de la période allemande.

28Au cours de l’année 1919, malgré l’état de siège et le régime militaire qui ne fut abrogé qu’à la fin du mois d’octobre, la vie associative renaissait lentement de ses cendres. Certains de ses responsables avaient disparu, les Allemands avaient été expulsés ou avaient regagné d’eux-mêmes l’Allemagne. Ce fut le cas des syndicalistes Matthias Karius et Joseph Collet, de l’abbé Henri Reumont, du dominicain Dalmace Saget. Ces cas furent plus nombreux en Alsace – celui de Joseph Joos est bien connu – et encore plus nombreux chez les protestants que chez les catholiques.

29Il fallait reconstruire et s’insérer dans un nouveau contexte national. Dans tout ce bouleversement, l’Église catholique avait eu l’avantage de conserver ses hommes et ses structures. Certes l’évêque Benzler avait été obligé de démissionner ; mais il avait été remplacé par son vicaire général Jean-Baptiste Pelt qui, avant la guerre, était déjà au cœur du dispositif.

30La rupture des liens avec les associations allemandes se fit rapidement. Le Volksverein et l’Union populaire fusionnèrent dans une nouvelle structure appelée l’Action catholique lorraine populaire (Volksbund), laquelle vit le jour à Metz le 6 mars 1919. Bien sûr, dans le contexte de l’époque, l’atmosphère était plus tricolore que catholique : « Sur un coup de clairon qui est accueilli par les applaudissements de l’auditoire, toute la salle se lève et de deux mille poitrines s’échappe La Marseillaise, forte, puissante, gage de notre volonté à tous de ne vouloir jamais séparer dans notre œuvre de demain la religion et la patrie ». À sa tête fut placé le chanoine Gaston Louis, qui était revenu de Paris en décembre 1918. La seule référence qui fut gardée de l’ancienne structure était le mot « populaire ». Dans la préface du premier Bulletin on pouvait lire : « Nous étions abrités jadis sous l’égide de l’Union populaire… nous espérons bien que tous les anciens membres de l’Union Populaire resteront fidèles à l’Action catholique ». Dans cette Action catholique reconstituée sur des bases diocésaines, l’usage de l’allemand demeurait indispensable. À la place des Allemands on fit venir désormais des orateurs de Paris comme Jean Lerolle en 1919 ou de Nancy comme Henri Teitgen en 1921. Pour les associations spécialisées comme l’association Sainte Cécile qui conserva dans les années 1920 le même directeur ecclésiastique, ce fut encore plus facile. La Caritasverband se réorganisa sous la direction de Mgr Erman qui avait passé toute la guerre en France. Conserva-t-elle des liens avec son homologue alsacienne ?

  • 22 Bulletin de l’Action lorraine catholique populaire, 10 numéros AD Moselle 423 PER. Premier Congrès (...)

31Robert Schuman joua un rôle-clé dans toute cette réorganisation. Il aida à opérer les changements institutionnels et à favoriser l’insertion progressive de ces mouvements diocésains dans les structures du catholicisme français, c’est-à-dire l’affiliation à la Fédération nationale catholique. Le versant social hérité de l’époque allemande n’était pas abandonné et le diocèse tint à accueillir le congrès des Semaines sociales à Metz en août 1919. Robert Schuman fut d’ailleurs un semainier assidu et au cours des années 1920-1930, il donna plusieurs leçons. Les syndicalistes chrétiens furent invités à rejoindre les syndicats indépendants d’Alsace et de Lorraine. Un grand congrès des catholiques mosellans réuni à Metz le 19 octobre 192022 montra que l’adaptation avait été rapide et finalement plus aisée qu’on aurait pu le prévoir. Toutefois s’il était facile de changer de nom, il fut plus délicat de le réaliser concrètement dans les esprits et dans les cœurs. Ceux qui avaient été formés à l’allemande eurent vite l’impression d’être placés sur la touche ou méprisés. La langue allemande était celle de leur génération ; il fallait en tenir compte et le bilinguisme était une nécessité pour les dirigeants ; c’était le cas de Schuman qui pouvait passer sans effort d’une langue à l’autre.

  • 23 Buron Robert, Les Dernières Années de la IVe République. Carnets politiques, Paris, Plon, 1968.
  • 24 Antoni Victor, Grenzlandschicksal, Grenzlandtragik, Sarrebruck, Funk, 1957.
  • 25 Thull Patrick, Victor Demange, Metz, Éditions Serpenoise, 1988 et Roth François, Le Temps des jour (...)

32Les associations catholiques avaient été un lieu de formation à la vie publique. Plusieurs de leurs responsables entrèrent au parlement français parmi lesquels Louis Meyer de Walscheid, député de la Moselle de 1919 à 1928, l’abbé Gaston Louis, député de 1924 à 1928, et surtout Robert Schuman qui fut député de la Moselle après 1919 et qui, pendant quelques années, cumula ce mandat avec celui de président de la Fédération de la Jeunesse catholique. De longues années après parlant un soir avec Robert Buron23, il lui disait : « Au fond, je suis un catholique mosellan ». Il faisait une discrète allusion à cette longue histoire culturelle et associative dont nous avons parlé. Plusieurs autres terminèrent comme maires de leur commune et furent jusque dans les années 1950 le tissu social de l’électorat de Schuman. Quelques autres entrèrent au conseil général de la Moselle comme les abbés Guillaume Schaul (1881-1957), conseiller général MRP (1945-1957), Jean-Paul Weber et François Goldschmitt, élu de Sarralbe jusqu’en 1956. Ceux qui refusèrent ou ne parvinrent pas à se réinsérer devinrent des militants de l’autonomisme. En Moselle, on peut citer les cas de Victor Antoni, militant du Volksverein24 et qui avait été formé à Mönchen Gladbach ou encore d’André Schaaf (1885-1957), avocat à Sarreguemines. En Alsace, ces hommes furent beaucoup plus nombreux et plus influents et Joseph Rossé fut le chef de file. D’autres rompirent avec le mouvement catholique, tel Victor Demange (1888-1970), fondateur du quotidien mosellan Le Républicain Lorrain25 qui avait fait avant 1914 un stage à Mönchen Gladbach et qui fut toute sa vie un adversaire irréductible de Robert Schuman, tout en restant attaché au catholicisme social de sa jeunesse.

Conclusion

33Cette rapide analyse permet de mettre en évidence deux phénomènes qui interfèrent, parfois s’associent, parfois aussi se contrarient :

34Le premier est la volonté du catholicisme de sortir des églises et des lieux de culte pour affirmer une présence dans la société civile et dans ses différents segments. Les diverses associations étaient à la fois des moyens de défense, des facteurs de cohésion et des vecteurs de diffusion des valeurs religieuses. L’objectif était de parvenir à une harmonie sociale, un efficace rempart contre le socialisme jugé alors « laïcisateur » et destructeur. C’était le peuple catholique qui devait s’organiser ; le mot Volk était sans cesse employé ; c’était la référence commune ; il était souvent associé au mot Bewegung. En se rassemblant, le peuple catholique s’engageait dans une dynamique positive insérée dans le mouvement social ; il restait certes attaché à ses traditions tout en voulant participer pleinement à la société de son temps.

35Le second est la prégnance persistante du fait national. Ces associations étaient allemandes ; la langue allemande était leur véhicule naturel. Elles s’installaient dans un pays qui était allemand depuis 1871 mais où persistait l’usage de la langue française et, pour une partie des habitants, l’attachement à la patrie perdue. À la fois, elles devaient être loyales à la patrie allemande et ménager d’autres sensibilités nationales. Certes, elles proclamaient leur loyalisme et parfois une réunion catholique s’achevait par un „Hoch dem Kaiser“. La Patrie était associée à l’Église, le Pape à l’Empereur, le trône à l’autel comme l’écrit la Volksstimme du 2 décembre 1902 : „Für Kirche und Vaterland, für Papst und Kaiser, für Thron und Altar“. Toutefois, quand les fonctionnaires allemands analysaient les réunions, les discours et les activités, ils jugeaient ces associations comme d’utiles vecteurs de l’intégration des catholiques lorrains dans le Reich, mais décelaient aussi des comportements inquiétants et très défavorables au Deutschtum. Leurs craintes furent confirmées par la fuite durant la guerre de plusieurs dirigeants en France.

36Après 1918, dans les premières réunions de 1919, la Marseillaise avait remplacé le Hoch dem Kaiser et un orateur messin n’hésita pas à affirmer qu’il ne « fallait jamais séparer la religion de la patrie ». Toutefois la dynamique que nous avions identifiée avant la guerre semblait avoir disparu. On se réorganisait pour se défendre. Les associations redevenaient le moyen de défense du peuple catholique contre les menaces de laïcisation de la république jacobine. On le vit clairement en 1924 lorsque qu’Édouard Herriot envisagea d’introduire les « lois républicaines » en Alsace et en Lorraine. Les associations catholiques se dressèrent contre ses projets et les firent échouer.

37Au fil des années et surtout à partir de la fin des années 1920, ces associations mosellanes s’insérèrent dans l’Action catholique française qui, à son tour, mit en place dans le diocèse de Metz ses mouvements spécialisés. La destruction par le régime nazi du Volksverein et du réseau associatif catholique allemand mit fin aux derniers liens privés qui avaient pu encore se maintenir et accéléra le processus de réinsertion en cours.

Notes

1 Voir Roth François, La Lorraine annexée, 1870-1918, thèse, 2e édition, Metz, Éditions Serpernoise, 2007 ; Metzler Lionel, La politique de germanisation en Lorraine annexée : culture et enjeux identitaires, Metz, 2007 ; Favrot Brigitte, Le gouvernement allemand et le clergé catholique lorrain de 1890 à 1914, Metz, Centre de recherches Relations internationales de l’université de Metz, 1980 ; Baechler Christian, Le parti catholique alsacien, 1781-1939. Du Reichsland à la République jacobine, Strasbourg, PU Strasbourg, 1982.

2 Le Lorrain, 24 novembre, 8, 14 et 16 décembre 1892.

3 Roth François, Les Lorrains entre la France et l’Allemagne, Metz, Éditions Serpernoise, 1981 et Roth François, Le Temps des journaux : presse et cultures nationales en Lorraine mosellane, 1860-1940, Metz, Éditions Serpenoise, 1983.

4 Louis Muller, vicaire à St. Vincent, professeur de religion à l’école réale en 1886, à titre définitif en 1890.

5 Küchly (1836-1909), né à Saint-Louis, curé de Dabo puis de Sarrebourg (1888-1909) député au Reichstag, 1890-1902.

6 .ADM 3AL 206.

7 Roth François, « Willibrod Benzler, évêque allemand de Metz », dans Lorraine, France, Allemagne, Roth François (dir.), Metz, Éditions Serpernoise, 2002.

8 Relevons entre autres les noms suivants : François Tilly (1861-1923) né à Nelling, curé de Langatte, « voix forte, langage simple et large, geste puissant » ; Gaston Louis, Albert Louis son successeur et vicaire général et Louis Saget.

9 Heitzer Horstwalter, Der Volksverein für das katholische Deutschland, 1890-1918, Mainz, Mathias-Grünewald-Verlag, 1979 ; Schoelen Georg, Bibliographisch-historisches Handbuch des Volksvereins für das katholische Deutschland, Mainz, Mathias-Grünewald-Verlag, 1982 ; Klein Gotthard, Der Volksverein für das Katholische Deutschland, 1890-1933. Geschichte, Bedeutung, Untergang, Paderborn, Munich, Vienne, Zurich, Schöningh, 1996. Nous avons dépouillé Der Volksverein pour la période 1891-1914.

10 Le Lorrain, 27 mars 1906. Gaston Louis (1862-1946) né à Montois-la-Montagne. Jean-Baptiste Oster, in Revue Ecclésiastique de Metz (REM) 1905, p. 320-328, 446-457, 642-653.

11 ADM 16 Z 138 et 143.

12 Victor Heymès (1858-1932), curé de Waldscheid (1896-1932), un des orateurs du Zentrum. Nombreux articles dans la Lothringer Volksstimme dont celui du 21 avril 1905 intitulé « Ce qu’il manque à l’Église française ».

13 Lothringer Volksstimme, 14 mai 1913.

14 Statut des katholischen Arbeitervereins zu Metz und Umgebung, Metz, 1904. Président G. Tilly, secrétaire F. Serwé. Statut des Verbandes der katholischen Arbeiter Verband der Diozese Metz, Metz, 1906. Statuten des Katholischen Gesellenvereins zu Metz, Metz, 1906. L’article 5 indiquait que le président était un prêtre nommé par l’évêque. Rapport annuel de la Fédération diocésaine des cercles ouvriers in REM 1911, p. 635-651. August Pieper (1860-1942) et Anton Heinen (1860-1934).

15 Joseph Collet (né en 1871 à Mettnich), Prussien catholique, député au Landtag, sous-officier à Saint Avold durant la guerre, quitta la Lorraine en 1919.

16 Journal inédit du chanoine Benoît conservé à la médiathèque de Metz.

17 Le Lorrain, 20 septembre 1910 ; Lothringer Volksstimme, 23 octobre 1912, 17, 25 et 29 septembre 1913.

18 Gueslin André, Le Crédit mutuel. De la caisse rurale à la banque sociale, Strasbourg, Coprur, 1982 ; Krill Stéphane, La Caisse de crédit mutuel de Basse-Yutz, mémoire, Nancy 2, 1989.

19 ADM 2AL 206 directeur de cercle de Thionville-Est à BP 30 janvier 1907 Sarreguemines 15 février 1907.

20 60. Generalversammlung der Katholiken Deutschlands in Metz vom 17. bis 21 August 1913, Metz, 1913.

21 AD Moselle 2 AL 174 (Louis), rapport anonyme que l’on peut dater par son contexte du début de 1918.

22 Bulletin de l’Action lorraine catholique populaire, 10 numéros AD Moselle 423 PER. Premier Congrès diocésain tenu à Metz le 19 septembre 1920, Guénange, 1922, et Lorrain 19 et 20 septembre 1920.

23 Buron Robert, Les Dernières Années de la IVe République. Carnets politiques, Paris, Plon, 1968.

24 Antoni Victor, Grenzlandschicksal, Grenzlandtragik, Sarrebruck, Funk, 1957.

25 Thull Patrick, Victor Demange, Metz, Éditions Serpenoise, 1988 et Roth François, Le Temps des journaux (note 3).

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search