Version classiqueVersion mobile

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Cinquième section. L'impossible autonomie du monde associatif ?

La société catholique organisée aux XIXe et XXe siècles : de l’Allemagne à la France, l’impossible autonomie de la Caritas d’Alsace ?

Catherine Maurer

Texte intégral

  • 1 À l’exception des réflexions spécifiques autour de l’autonomie de l’association Caritas, cet artic (...)

1Nous nous proposons de montrer ici comment la Caritas d’Alsace, fédération diocésaine des œuvres caritatives catholiques associée au Secours Catholique, unique en son genre en France, a su tirer parti de deux contextes nationaux différents, celui de l’Allemagne et celui de la France. Mais nous voulons aussi souligner la manière dont, tout au long de son histoire, la Caritas alsacienne s’est efforcée de défendre son autonomie face à l’Église, aux pouvoirs publics et aux grandes organisations catholiques de référence, la Caritas allemande et surtout le Secours Catholique. Il s’agit donc bien de réfléchir au degré d’autonomie d’une association que l’on peut incontestablement rattacher à la notion de « société civile organisée ». L’alternance dans le temps des appartenances nationales jouant un rôle important, ainsi que la personnalité des différents présidents de la Caritas, la présentation suivra un fil chronologique qui doit conduire en trois séquences de la fin du XIXe siècle à nos jours1.

Création dans l’Alsace allemande et réadaptation dans l’Alsace française (1898-1939)

  • 2 Generalversammlung der katholischen Wohltätigkeitsvereine der Stadt Strassburg zur Einführung des (...)

2Qu’est-ce d’abord que la Caritas d’Alsace ? Dans un premier temps, elle correspond au projet d’un homme, Paul Müller-Simonis, prêtre du diocèse de Strasbourg bénéficiant d’une grande fortune qui va lui faciliter la tâche. À la fin de l’année 1898, Müller-Simonis convoque à Strasbourg alors allemande une assemblée générale de ce qu’on appelle à ce moment les œuvres catholiques : institutions sanitaires et sociales fondées par les congrégations, notamment dans le domaine de l’aide à l’enfance et du soin aux malades, associations de laïcs telles que les conférences de Saint-Vincent-de-Paul. Müller-Simonis informe cette assemblée de la création d’une « Union de charité » pour la ville de Strasbourg ou Katholischer Charitasverband für die Stadt Straßburg. Cette union doit amorcer une fédération des œuvres catholiques pour faciliter la coordination de leur travail, mais aussi améliorer l’information sur les personnes indigentes et les différentes institutions ou associations les prenant en charge2. En bref, il s’agit de favoriser une rationalisation de l’action caritative et sociale catholique.

  • 3 Sur la Caritas allemande, voir notre ouvrage Le modèle allemand de la charité. La Caritas de Guill (...)

3S’agit-il d’une création totalement autonome, libre de toute influence ? Très clairement non. Müller-Simonis tire en fait profit de plusieurs expériences, françaises comme allemandes. Mais, sans le dire toujours très nettement à son auditoire alsacien, il s’inscrit plus précisément dans le sillage d’un ecclésiastique qui agit de l’autre côté du Rhin, à Fribourg-en-Brisgau, Lorenz Werthmann. Celui-ci a fondé en 1897 un Charitasverband für das katholische Deutschland qui a la même ambition que l’« Union de charité » pour la ville de Strasbourg, mais pour l’ensemble de l’Allemagne3. Les liens institutionnels entre la Fédération strasbourgeoise et la Caritas nationale sont à ce moment très lâches, mais les influences réciproques indéniables, sans qu’on puisse d’ailleurs parler de subordination de l’une à l’autre. Les relations de la Fédération strasbourgeoise avec les pouvoirs publics existent également dès ce moment et sont plutôt placées sous le signe de la bonne entente que sous ceux du contrôle ou, a fortiori, de la soumission. En conformité avec la législation allemande sur les associations, les statuts de la nouvelle association ont été autorisés dès le mois d’octobre 1898, avant même la tenue de l’assemblée générale convoquée par Müller-Simonis. Et dès 1902, Müller-Simonis est nommé membre du bureau de bienfaisance de la ville de Strasbourg en charge de l’assistance, notamment en qualité de président de ce que l’on commence à appeler en français la Fédération de Charité de la ville de Strasbourg.

  • 4 Satzungen des Katholischen Charitasverbandes für die Diözese Strassburg, Strasbourg, 1904.

4L’attitude des autorités ecclésiastiques est elle aussi plutôt bienveillante : l’évêque de Strasbourg, Mgr Fritzen, apporte son soutien à la nouvelle entreprise, ce qui n’est alors pas le cas de nombre d’évêques allemands. Il encourage ainsi la transformation de l’association à définition urbaine en une association de dimension diocésaine. Cette transformation est achevée le 26 juin 1903 avec la création du Charitasverband für die Diözese Straßburg – Fédération catholique des œuvres du diocèse de Strasbourg – dont les statuts sont autorisés en septembre de la même année. Il s’agit alors de la première fédération diocésaine d’Allemagne, l’article 1 des statuts précisant qu’elle se rattache à la Caritas nationale. L’évêque en est le président d’honneur et nomme le président effectif sur proposition du comité diocésain, élu par l’assemblée générale des membres4. L’autonomie administrative de la nouvelle association n’est donc pas totale, mais ses marges de manœuvre sont importantes.

  • 5 Sur cette collaboration, voir notre article « Le “système de Strasbourg” et la bienfaisance cathol (...)

5Entre sa création et la Première Guerre mondiale, la Fédération joue son rôle de rassemblement des œuvres catholiques, surtout caritatives, mais pas seulement : elle compte ainsi 104 membres institutionnels en 1912. Par ailleurs, à Strasbourg même, elle intervient directement sur le terrain, dans le domaine des garderies d’enfants, des « pauvres honteux » et des « sœurs de quartier » ; elle facilite la coordination du travail dans le secteur du soin aux malades, de l’éducation surveillée ou des écoles ménagères grâce à la création de commissions spécialisées ; elle se préoccupe également très tôt de la formation des sœurs hospitalières ou enseignantes dans des établissements spécifiques. Toute cette activité se fait en collaboration avec des acteurs extérieurs au milieu catholique, en particulier le système d’assistance municipale dit « système de Strasbourg ». Ce système original mis en place par le maire Rudolf Schwander à partir de 1906 encourage notamment la collaboration avec les intervenants privés5.

6À la veille de la guerre, la Caritas d’Alsace apparaît donc comme relativement autonome.

7Certes, elle est prise dans différents réseaux d’influence et/ou de collaboration : Caritas allemande ; organisation ecclésiastique ; assistance municipale. Mais elle ne s’y trouve pas dans une position de subordination et n’a pas véritablement de comptes à rendre. En outre, son dynamisme renforce cette autonomie relative.

  • 6 « L’évolution de la situation politique en Alsace-Lorraine nous contraint à vous annoncer que la F (...)
  • 7 Oberlé Joseph, La Fédération de Charité de 1919 à 1928, Strasbourg, L’Alsacien, 1929, p. 12.

8Cette dernière ne disparaît pas pendant le conflit au cours duquel la Caritas peut poursuivre ses activités, en continuité avec la période antérieure, mais aussi en relation avec l’effort de guerre. Cependant, plusieurs évolutions risquent peut-être de la remettre en cause. Au cours de la période, en effet, la Fédération perd les deux-tiers de ses membres de 1913 (soit environ 400 sur 600) ; dès novembre 1918, elle s’estime obligée de rompre les liens institutionnels qui l’unissaient à la Caritas nationale6. Les responsables de la Caritas d’Alsace pourraient alors imaginer que leur organisation gagne en autonomie, mais ce n’est pas ce qu’ils envisagent dans un premier temps : les sources témoignent plutôt de leur inquiétude par rapport à une situation nouvelle, dans laquelle tous les anciens repères disparaissent. Le retour à la France en 1918-1919 constitue en effet une indéniable rupture : pour la Caritas alsacienne, il n’existe plus d’organisation nationale de référence, la Caritas allemande n’ayant pas d’équivalent en « vieille France » ; l’administration française ne passe pas pour être spécialement bienveillante pour les œuvres catholiques, fussent-elles caritatives. Finalement, les relations avec cette dernière ne s’avèrent pas si exécrables puisque le représentant de l’État français dans les provinces recouvrées, le Commissaire Général de la République Alexandre Millerand, fait en 1920 un don de 3000 francs à l’association. Au niveau local, Paul Müller-Simonis reste membre du bureau de bienfaisance de la ville de Strasbourg jusqu’à sa mort en 1930 ; il est alors remplacé par son successeur à la tête de la Fédération, Joseph Oberlé. La Caritas est également représentée dans les commissions départementales d’assistance. À la fin des années 20 cependant, Joseph Oberlé souligne que l’administration française « n’est pas encore suffisamment habituée à traiter avec une organisation à caractère général, telle que la nôtre, et à la reconnaître comme intermédiaire entre elle et les œuvres individuelles7 ».

  • 8 Archives de l’Archevêché de Strasbourg (AAS), casier Caritas, Paul Müller-Simonis, « Rapport sur l (...)
  • 9 Fédération de Charité du diocèse de Strasbourg, Statuts, Strasbourg, L’Alsacien, 1921.

9En ce qui concerne ses relations avec l’Église, la Caritas doit d’abord se couler dans le moule de l’organisation française des œuvres diocésaines, placée sous la tutelle du directeur diocésain des œuvres nommé par l’évêque. Selon Paul Müller-Simonis, cela ne conviendrait pas tout à fait à la mentalité alsacienne, « formée au self-government »8. D’après les nouveaux statuts de 1921 néanmoins, l’évêque n’est plus président d’honneur et la Fédération est « seulement » placée sous son protectorat. Mais c’est toujours l’évêque qui nomme le président de la Fédération, proposé par le conseil diocésain, l’un de ses organes dirigeants9. De plus, dans les années 30, la Caritas est confrontée à un nouveau modèle d’organisation des œuvres, celui de l’Action catholique. Dans le diocèse de Strasbourg, ce modèle est introduit officiellement en 1934. Il comprend notamment la constitution d’un Bureau diocésain des œuvres auprès duquel des commissions consultatives d’études sont mises en place, en particulier les commissions des œuvres de charité, des œuvres d’hommes et de jeunes gens, des œuvres de femmes, de jeunes filles et d’enfants, etc. qui concernent plus particulièrement les domaines dans lesquels intervient la Fédération de charité. Face à ce nouveau modèle, qui, de plus, fait doublon avec celui de l’organisation diocésaine des œuvres, la Fédération a du mal à définir sa place. Et de fait, les commissions spécialisées qu’elle avait créées pendant la période allemande et qui s’étaient adaptées au nouveau contexte politique et social de l’entre-deux-guerres s’assoupissent. La Fédération de Charité se recentre alors sur sa vocation première : une meilleure coordination de l’action caritative proprement dite et surtout l’accueil aux plus démunis, qui prend une importance grandissante au cours de cette période de crise économique.

10La période de l’entre-deux-guerres montre donc d’abord que les fondations de la Fédération de charité étaient suffisamment solides pour lui permettre de survivre à une série de bouleversements de grande ampleur et de poursuivre, bon an, mal an, le travail entamé. Mais elle souligne aussi le fait que son autonomie reste limitée et que pèse sur elle la contrainte de ses relations avec les pouvoirs publics d’un côté, avec l’Église de l’autre, sans même évoquer des contraintes financières grandissantes. En 1939, son existence n’est pas menacée mais l’organisation quarantenaire semble à la recherche d’un nouveau souffle, alors même que disparaît son président Joseph Oberlé et que s’ouvre pour l’Alsace une crise majeure.

Disparition, renaissance et expansion (1940/41-1972)

  • 10 Sur ces aspects, voir le chapitre III « Face à l’exceptionnel : “drôle de guerre” et annexion à l’ (...)

11Au cours de la période 1940-1944, qui correspond à l’annexion de fait de l’Alsace par l’Allemagne nazie, les contraintes extérieures sont tellement fortes que la Caritas disparaît purement et simplement en tant qu’association. Ses responsables, et en particulier son tout nouveau et jeune directeur Jules Billing, ne parviennent pas à la sauver, même en réactivant sans états d’âme ses liens avec la Caritas allemande, organisation reconnue par l’État nazi dès 1933. En effet, les autorités allemandes ont décidé d’appliquer aux organisations et associations confessionnelles alsaciennes un régime analogue à celui entré en vigueur dans l’Autriche annexée : celui de la dissolution pure et simple. Sur décision du Gauleiter Robert Wagner, la Fédération de charité alsacienne est donc dissoute au début du mois de mai 194110.

  • 11 Archives de l’Archevêché de Strasbourg (AAS), casier Caritas, Billing Jules, « Rapport sur les œuv (...)

12On peut alors imaginer que l’institution va être totalement absorbée par les services de l’évêché, d’autant plus que ses biens ont été aliénés et que la fondation Müller-Simonis, qui la soutenait financièrement, est également dissoute. Pourtant, dès 1944, un rapport rédigé par Jules Billing, qui, en utilisant ses fonctions à l’évêché, a continué à s’occuper de l’action caritative, évoque les activités qu’aurait eues « l’Office de Charité » – le nom que l’on donnait au secrétariat de la Fédération – durant toute la période de l’occupation, comme s’il s’efforçait de refermer une parenthèse de trois années. Dès ce moment, il lui dessine même une « vision d’avenir »11. Quelle forme celle-ci a-t-elle prise et l’autonomie de la Caritas s’en est-elle trouvée renforcée ?

  • 12 Archives de la Fédération de Charité du diocèse de Strasbourg (AFCS), registre manuscrit des compt (...)
  • 13 Voir des exemples dans notre livre, Caritas. Un siècle de charité organisée (note 1), p. 91 et 114

13Incontestablement, la période 1945-1972 (cette dernière date correspond au départ en retraite de Jules Billing) est une phase de formidable expansion pour le système d’organisation dont la Fédération de Charité, reconstituée officiellement en 1948, est le point de départ. En 1964, André Walter, secrétaire général de la Fédération et délégué du Secours Catholique pour le diocèse de Strasbourg, peut ainsi noter avec orgueil : « rien ne se fait plus à l’heure actuelle dans le domaine de l’action sanitaire et sociale dans notre région sans que la Fédération de Charité ne soit consultée12 ». Cette expansion sans précédent est due dans une très large mesure au dynamisme de Jules Billing, à la fois directeur diocésain des œuvres sociales et charitables, président de la Fédération de Charité et, à partir de 1951, président de la délégation diocésaine Caritas d’Alsace-Secours Catholique. Mais cette période correspond aussi à une complexité grandissante des structures dont témoignent les organigrammes publiés régulièrement13.

14Cette expansion et cette complexification se sont traduites d’abord par la création d’établissements propres jouant la carte de la spécialisation (dix au total), ces créations constituant une entière nouveauté par rapport à la période antérieure. Aujourd’hui, la plupart de ces établissements existent encore et travaillent dans le domaine de l’enfance inadaptée ou handicapée (instituts médico-éducatifs ou médico-professionnels), dans celui de l’aide aux alcooliques, dans celui de l’accueil des personnes âgées (maison de retraite), enfin dans celui de l’accueil et de l’aide aux plus démunis (foyers d’hébergement et chantiers de réinsertion).

  • 14 Voir www.ifcaad.fr [consulté le 12.06.08] : je n’ai pu trouver sur ce site l’explication exacte du (...)

15Ils constituent l’une des spécificités de la Caritas alsacienne. L’expansion s’est traduite également par une diversification remarquable des offres de formation proposées par la Caritas alsacienne et concernant le secteur sanitaire et social : on peut ainsi signaler la création de l’école Caritas dont les origines remontent à 1947 et qui offrait une formation spirituelle et sociale aux religieuses actives dans le secteur hospitalier et caritatif, mais aussi aux laïques souhaitant devenir travailleuse sociale ou assistante paroissiale. Il s’agissait de l’un des plus beaux fleurons de l’offre de formation, aujourd’hui disparu, mais pas le seul : on peut aussi rappeler l’existence de l’Institut de formation psychopédagogique permanente, qui continue actuellement ses activités sous le nom d’IFCAAD (Association régionale d’Alsace des formations au travail éducatif et social)14. L’expansion s’est traduite enfin par le développement de l’organisation de la charité au niveau paroissial, avec la fondation, à l’initiative de Jules Billing, des conseils paroissiaux de charité, et par l’intensification du travail de terrain, notamment auprès de l’enfance malheureuse ou de l’aide aux plus démunis : c’est ici que l’association avec le Secours Catholique a joué un rôle décisif.

16En effet, à la différence de la période de l’entre-deux-guerres, la Fédération de Charité est désormais intégrée à plusieurs réseaux d’organisation de l’action caritative privée non lucrative, des réseaux nationaux et régionaux. C’est par exemple le cas avec l’UNIOPSS (Union nationale interfédérale des œuvres privées sanitaires et sociales) à laquelle la Fédération adhère par l’intermédiaire de l’UROPA (Union régionale des œuvres privées d’Alsace), créée en 1951. Mais la question qui va surtout se poser dans ce domaine est celle des relations à établir avec le Secours Catholique, fondé en 1946. En 1948, Jules Billing précise :

  • 15 AFCS, registre manuscrit des comptes rendus de réunion de la Fédération de Charité 1948-1980, comp (...)

dès les débuts le Secours Catholique a désiré créer une Délégation à Strasbourg. Il nous a semblé utile à l’époque de rester sur nos réserves, car une abdication des droits de la Fédération de Charité, ayant sa personnalité juridique et dont les attributions et réalisations dépassent dans leur sphère de beaucoup celles du Secours Catholique, ne pouvait être admise. Nous ne pouvions nous laisser absorber imprudemment par une création nouvelle. Notre attitude a donc été aux débuts une attitude de réserve tout en maintenant des rapports corrects et loyaux avec le secrétaire général, M. le chanoine Rodhain, et les dirigeants du Secours Catholique.15

17Dès ce moment néanmoins, un processus de rapprochement est en cours, même si la Fédération de charité continue à insister fortement sur sa spécificité et si l’évolution ne se fait pas sans heurts. En 1949 encore, Jules Billing note :

  • 16 AFCS, notes personnelles de Jules Billing, mars-décembre 1949.

L’atmosphère d’harmonieuse entente a connu quelque assombrissement durant ces dernières années. J’en connais trop les raisons. Est-ce la nature même de l’activité de l’Office central de charité, est-ce le désir du Secours Catholique de l’inspirer, voire même de la dominer ? Je l’ignore.16

18En 1951 cependant s’instaure une collaboration plus étroite, avec la mise en place d’une délégation diocésaine du Secours Catholique auprès de la Fédération de Charité. C’est à partir de ce moment que cette dernière utilise à nouveau l’appellation de Caritas (d’Alsace), comme pour renforcer sa visibilité auprès de son encombrant associé... Et c’est pour cette raison que le nom complet de l’organisation devient alors Caritas d’Alsace-Secours Catholique, auquel on accole souvent celui de Fédération de Charité...

19Cette dénomination alambiquée met bien en évidence les ambiguïtés de l’apparente success story que nous venons de décrire. En effet, progressivement, la Fédération de Charité originelle n’est plus que l’un des éléments d’une organisation de plus en plus complexe, dans laquelle elle risque d’être noyée et de perdre son autonomie. Un déplacement incontestable s’est opéré par rapport aux intentions initiales de Paul Müller-Simonis (et de Lorenz Werthmann). Surtout peut-être, la Fédération subit toujours davantage l’attraction du « petit frère » devenu grand, le Secours Catholique. À ce titre, la lecture de la revue Caritas, fondée par Jules Billing en 1947, est instructive : dans les années 60 se dessine un glissement dans la présentation des informations, avec une importance grandissante accordée à l’action du Secours Catholique, au niveau national et international. D’ailleurs, les « services » d’action directe sur le terrain mis en place par la délégation diocésaine du Secours comme dans le reste de la France ont, semble-t-il, pris le pas sur les commissions de la Fédération, héritières de celles qui avaient été créées dès la période allemande : beaucoup paraissent s’être endormies au cours des années 60. La Fédération en tant que rassemblement de personnes morales et physiques n’apparaît pas non plus comme très active, comme le suggère le petit nombre de personnes assistant aux assemblées générales : une dizaine environ, représentant bien davantage le siège strasbourgeois que les 80 établissements officiellement cotisants.

20Certes, unique en son genre en France, la Fédération est parvenue à préserver sa spécificité au sein de l’organigramme du Secours Catholique. Mais cette spécificité inscrite dans les textes n’empêche pas la naissance, à l’orée des années 70, d’une véritable crise d’identité, sur l’arrière-plan plus général des ébranlements de la société dont les événements de 68 se sont fait l’écho. Ainsi André Walter constate-t-il en 1969, à l’assemblée générale de la Fédération, que les buts de l’association « Fédération de Charité » :

  • 17 AFCS, registre manuscrit des comptes rendus de réunion de la Fédération de Charité 1948-1980, comp (...)

s’ils sont connus pour les assistants, sont devenus lettre morte pour la plupart de nos adhérents. La confusion est grande à ce niveau et les possibilités de dialogue (si nécessaire à notre époque !) restent réduites. Aussi le secrétaire général suggère-t-il d’inviter à l’avenir tous les adhérents à l’assemblée générale. Ils participeraient de ce fait à l’élection d’un comité directeur vraiment représentatif.17

21L’année suivante, André Walter constate à nouveau que la Fédération [...] ne répond plus aux objectifs fixés et surtout [...] ne possède plus le mordant qu’on lui connaissait il y a quelques années.

  • 18 AFCS, registre manuscrit des comptes rendus de réunion de la Fédération de Charité 1948-1980, comp (...)

– [...] les activités propres de la Fédération ne se réduisent plus qu’à une assemblée générale pro forma ;
– [...] la direction des Œuvres sociales et charitables s’est peu à peu substituée dans l’esprit des adhérents et même des administrations à la Fédération ;
– certaines activités autrefois dévolues à la Fédération se sont cristallisées autour d’autres pôles comme [...] le Secours Catholique pour l’aide directe aux nécessiteux [...]18.

22Walter suggère donc qu’une réflexion approfondie soit engagée sur la nature et le devenir de la Fédération.

23Ces interrogations font bien apparaître en filigrane le désir de préserver coûte que coûte la spécificité et donc une certaine forme d’autonomie de la Fédération de Charité, cette fois non pas par rapport à la hiérarchie ecclésiastique ou aux pouvoirs publics, mais à l’égard des évolutions de la société et des organisations concurrentes. L’association fondée par Paul Müller-Simonis est-elle parvenue à préserver cette autonomie et si oui, de quelle manière ?

Remises en question et préservation de l’autonomie (de 1973 à nos jours) ?

  • 19 « Les liens entre la Caritas alsacienne et le Secours Catholique de France réglementés par une con (...)

24La tonalité générale de la période qui va de 1973 à nos jours est tout à fait différente de celle de l’« ère Billing ». En effet, il ne s’agit plus du tout d’une phase de formidable expansion « tous azimuts », mais bien au contraire d’un moment de remises en cause, de réflexions et de réadaptations. Dans le cas des établissements propres, la gestion de l’héritage Billing s’avère lourde, d’une part parce qu’il faut rénover, en temps de crise, un parc vieillissant, mais aussi parce que, d’une manière générale, la référence chrétienne y devient plus difficile à affirmer et même, dans certains cas, à assumer : la Fédération s’interroge alors sur le rôle qu’elle a à jouer dans le rappel et l’insistance sur cette référence. D’autre part, comme cela a déjà été souligné, la Fédération de Charité n’est plus véritablement représentative de l’ensemble des œuvres caritatives du diocèse dont beaucoup se sont franchement éloignées d’elle : elle cherche donc le moyen de renouer ces liens. Enfin et surtout, la coexistence entre deux entités différentes, la Fédération et le Secours Catholique, n’est pas toujours facile. Cependant, les deux organismes poursuivent des objectifs similaires, participent à toutes les actions et campagnes organisées par le Secours Catholique national (campagne dite des « kilomètres de soleil », « colis-étoile » à Noël, placements familiaux de vacances, soutien scolaire à l’échelon local et national, sans oublier la plupart des campagnes d’aide internationale) et établissent une nouvelle convention en 197619.

  • 20 Fédération de Charité du diocèse de Strasbourg, Statuts, Strasbourg, 1996.

25C’est surtout la période 1973-1995 qui est dominée par les interrogations. Mais la Fédération de Charité, qui fête sans cérémonie particulière son 90ème anniversaire en 1993, montre aussi qu’elle a de la ressource. En 1995, sous la houlette de son président d’alors, le chanoine Auer, elle n’hésite pas à se lancer dans une série de consultations qui aboutit en 1996 à une rénovation complète de ses statuts. Ceux-ci doivent en principe permettre de revenir au projet de Paul Müller-Simonis, représenter l’ensemble de l’action caritative catholique en Alsace, tout en préservant l’essentiel de l’héritage de Jules Billing : promouvoir la spécialisation, la diversification et la compétence des établissements catholiques au sein de l’action sanitaire et sociale, sans oublier bien sûr l’aide aux plus démunis. Ces nouveaux statuts ont permis d’éviter l’éclatement de la Fédération au profit d’un rééquilibrage des différentes composantes, représentées par autant de collèges : établissements propres de la Fédération, établissements autres mais fédérés, congrégations, associations caritatives laïques et, last but not least, délégation du Secours Catholique20... En effet, la cure de rajeunissement a fourni également l’occasion de clarifier les relations avec ce partenaire privilégié. De son côté, celui-ci connaît dans les années 90 une montée en puissance qui profite finalement aussi à la Fédération. L’incursion récente dans une nouvelle forme de travail caritatif, les chantiers d’insertion, valorise encore davantage les deux partenaires aux yeux du grand public.

  • 21 Source : rapport d’activités 2006 disponible sur le site www.secours-catholique.asso.fr/delegation (...)

26Cela ne veut pas dire évidemment que toutes les questions liées à la défense de la spécificité et de l’autonomie de la Fédération aient été réglées : ainsi, en dépit des réformes, la Fédération de Charité semble toujours éprouver quelques difficultés à faire vivre véritablement la communauté des œuvres qu’elle fédère, c’est-à-dire les initiatives autres que ses propres établissements ; la stabilisation et la pérennisation des bénévoles restent un souci constant de la délégation du Secours Catholique, de même que celles des donateurs, ce qui pose à nouveau le problème des contraintes financières ; les relations entre les deux entités, Fédération de Charité et Secours Catholique, ne sont pas toujours sans nuages même si le toilettage de la convention qui les liait depuis 1976 a finalement abouti en février 2004. Mais la Fédération de Charité semble avoir retrouvé une vitalité qu’elle avait perdue dans les années 70 et 80, vitalité qui lui permet même de voler au secours d’institutions catholiques en difficulté, comme certains foyers d’hébergement strasbourgeois qu’elle est en mesure de racheter. La volonté précoce de célébrer publiquement son centenaire en 2003 – centenaire qui n’était pas celui de la délégation du Secours Catholique – peut être lue comme l’un des indices de ce dynamisme et comme le désir de valoriser une initiative indépendante qui a su résister à bien des vicissitudes. Il faut d’ailleurs rappeler que la Caritas-Secours Catholique continue à jouer un rôle important dans le secteur sanitaire et social en Alsace : elle compte actuellement environ 1500 bénévoles rassemblés dans les équipes du Secours Catholique, équivalent à 77 emplois à plein temps – dans l’ensemble de la France, il y a aujourd’hui 65 900 bénévoles du Secours Catholique –, et accompagne près de 23 000 personnes dont près de 6000 enfants21.

Conclusion

27L’originalité et la spécificité de la Caritas d’Alsace proviennent de l’intuition de deux fortes personnalités et de la confluence des évolutions historiques allemande et française. Les deux personnalités sont Paul Müller-Simonis, le fondateur, et Jules Billing, le président des « Trente Glorieuses ». Dans l’esprit du Caritasverband allemand, le premier veut surtout travailler à la coordination, la fédération et la représentation vis-à-vis de l’extérieur du travail caritatif catholique : en bref donner à ce dernier une meilleure visibilité et une meilleure efficacité, pour affirmer la présence catholique, mais aussi faciliter la coopération avec d’autres intervenants, privés ou publics. En agissant ainsi, il crée également un organisme « hors cadre » par rapport aux structures de l’Église, ce qui ne sera pas sans susciter quelques difficultés récurrentes de positionnement, jusqu’à aujourd’hui. Le second, Jules Billing, reste fidèle à l’orientation tracée par P. Müller-Simonis, mais introduit une nouvelle dimension. Prenant conscience des évolutions du secteur sanitaire et social et peut-être aussi de la force d’inertie de certains de ses intervenants traditionnels, il crée directement des établissements, de même que différents réseaux de formation professionnelle. De cette manière, il a les coudées plus franches pour mettre en valeur la compétence catholique au service de la spécialisation et de la modernisation de l’action sanitaire et sociale. Mais il construit également une véritable « usine à gaz », dans laquelle les objectifs initiaux de la fondation de 1903 sont parfois perdus de vue. C’est l’un des facteurs de l’émergence, dans les années 1970, d’une crise d’identité et d’un long processus de réflexions et de réadaptations qui n’est sans doute pas tout à fait achevé aujourd’hui.

28Quant à l’influence particulière de l’histoire de la région, on peut rappeler ici que la Première Guerre mondiale puis le retour de l’Alsace à la France en 1919 placent la Fédération dans une incertitude que ne connaissent pas ses homologues allemands, notamment à cause de l’absence d’organisation nationale de référence. Ensuite, l’occupation nazie la fait totalement disparaître. Enfin, la réintégration à la France en 1944-45 l’inscrit dans un contexte politique, social et confessionnel inédit, au sein duquel se développe une autre institution originale, le Secours Catholique. En effet, pour la première fois depuis 1918, la Fédération se trouve confrontée à une organisation de dimension nationale, née cependant de réflexions et d’initiatives très différentes de celles qui avaient abouti à la fondation de la Caritas allemande. Si la recherche d’entente est quasi immédiate, la coexistence n’est pas toujours facile à organiser et à vivre au quotidien. Jusqu’ici cependant, la Fédération est parvenue à préserver sa spécificité et le Secours Catholique national la lui a reconnue : c’est ce qu’indique d’ailleurs la dénomination de l’organisation en Alsace, Caritas-Secours Catholique d’Alsace, inverse de la dénomination nationale Secours Catholique-Caritas France... Au reste, leurs actions se complètent : plus administrative et organisationnelle pour la Fédération, en prise directe avec les plus démunis pour le Secours Catholique.

29Au total et pour répondre à la question posée dans notre titre, il nous semble que la Caritas d’Alsace est parvenue jusqu’à aujourd’hui à préserver une certaine forme d’autonomie. Mais elle a dû souvent batailler ferme pour sauver cette autonomie et, plus largement, sa spécificité : ici, le rôle de ses responsables et animateurs, mais aussi la popularité de l’organisation dans la région, ont été déterminants. Et cela alors même que son travail sur le terrain apparaît constamment comme un complément indispensable aux interventions de l’État-Providence. À partir de ce cas particulier se voit ainsi confirmée l’idée selon laquelle la société civile organisée n’est pas constituée une fois pour toutes, mais se présente au contraire comme un espace en perpétuelle construction.

Notes

1 À l’exception des réflexions spécifiques autour de l’autonomie de l’association Caritas, cet article s’appuie sur notre livre, Caritas. Un siècle de charité organisée en Alsace 1903-2003, Strasbourg, Éditions du Signe, 2003.

2 Generalversammlung der katholischen Wohltätigkeitsvereine der Stadt Strassburg zur Einführung des lokalen Charitas-Verbandes. 12. Dezember 1898, Strasbourg, 1898.

3 Sur la Caritas allemande, voir notre ouvrage Le modèle allemand de la charité. La Caritas de Guillaume II à Hitler, Strasbourg, Presses universitaires, 1999.

4 Satzungen des Katholischen Charitasverbandes für die Diözese Strassburg, Strasbourg, 1904.

5 Sur cette collaboration, voir notre article « Le “système de Strasbourg” et la bienfaisance catholique (1905-1930) », dans Villes en crise ? Les politiques municipales face aux pathologies urbaines (fin XVIIIe-fin XXe siècle), Marec Yannick (dir.), Paris, Créaphis, 2005, p. 479-492.

6 « L’évolution de la situation politique en Alsace-Lorraine nous contraint à vous annoncer que la Fédération de Charité du diocèse de Strasbourg quitte l’organisation nationale. [...] Nous avons une pensée reconnaissante pour ce que l’organisation nationale a fait pour nous » : citation traduite de l’allemand extraite d’une lettre adressée par la Fédération de Charité à la centrale du Caritasverband national, Archiv des Deutschen Caritasverbandes (Fribourg-en-Brisgau) CA 01/D175, 19 novembre 1918.

7 Oberlé Joseph, La Fédération de Charité de 1919 à 1928, Strasbourg, L’Alsacien, 1929, p. 12.

8 Archives de l’Archevêché de Strasbourg (AAS), casier Caritas, Paul Müller-Simonis, « Rapport sur les organisations des œuvres catholiques en Alsace » destiné à Mgr Ruch, 15 juin 1919.

9 Fédération de Charité du diocèse de Strasbourg, Statuts, Strasbourg, L’Alsacien, 1921.

10 Sur ces aspects, voir le chapitre III « Face à l’exceptionnel : “drôle de guerre” et annexion à l’Allemagne nazie (1939-1944) » de notre livre Caritas. Un siècle de charité organisée (note 1), p. 49-73.

11 Archives de l’Archevêché de Strasbourg (AAS), casier Caritas, Billing Jules, « Rapport sur les œuvres charitables et sociales du diocèse de Strasbourg pendant les années 1940-1944 ».

12 Archives de la Fédération de Charité du diocèse de Strasbourg (AFCS), registre manuscrit des comptes rendus de réunion de la Fédération de Charité 1948-1980, compte rendu de l’assemblée générale du 30 novembre 1964.

13 Voir des exemples dans notre livre, Caritas. Un siècle de charité organisée (note 1), p. 91 et 114.

14 Voir www.ifcaad.fr [consulté le 12.06.08] : je n’ai pu trouver sur ce site l’explication exacte du sigle IFCAAD !

15 AFCS, registre manuscrit des comptes rendus de réunion de la Fédération de Charité 1948-1980, compte rendu de la réunion du conseil d’administration du 14 juin 1948.

16 AFCS, notes personnelles de Jules Billing, mars-décembre 1949.

17 AFCS, registre manuscrit des comptes rendus de réunion de la Fédération de Charité 1948-1980, compte rendu de l’assemblée générale du 28 novembre 1969.

18 AFCS, registre manuscrit des comptes rendus de réunion de la Fédération de Charité 1948-1980, compte rendu de l’assemblée générale du 15 décembre 1970.

19 « Les liens entre la Caritas alsacienne et le Secours Catholique de France réglementés par une convention », L’Église en Alsace, juillet-août 1976, 7-8, p. 26-27.

20 Fédération de Charité du diocèse de Strasbourg, Statuts, Strasbourg, 1996.

21 Source : rapport d’activités 2006 disponible sur le site www.secours-catholique.asso.fr/delegation/delegation_alsace.htm [consulté le 12.06.08].

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search