Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Cinquième section. L'impossible autonomie du monde associatif ?

Introduction de la cinquième section

Catherine Maurer

Texte intégral

  • 1 Voir son article qui a eu un retentissement important dans le monde scientifique allemand : Lepsius (...)

1Au sein de la société civile organisée, l’autonomie du monde associatif est-elle impossible ? Telle était la question d’ensemble soumise aux quatre contributions qui constituent cette partie. Trois d’entre elles évoquent des exemples concrets d’organisation associative de la société civile : la Caritas alsacienne, les associations catholiques en Alsace-Lorraine allemande et les organisations humanitaires d’origine française, notamment le Secours populaire et Emmaüs. La quatrième, celle de Sylvie Toscer-Angot, ne porte pas sur une association en particulier, mais sur des institutions exerçant très souvent leur influence par l’intermédiaire d’associations ou, comme c’est le cas ici, par celui de commissions spécialisées : les Églises chrétiennes en Allemagne et en France. Les quatre articles en effet concernent totalement ou partiellement soit des vecteurs d’influence, soit des associations d’origine chrétienne et trois d’entre elles des associations catholiques : elles mettent ainsi en valeur le fait que le facteur religieux est un moyen privilégié d’organisation de la société civile, en tout cas sous la forme relativement pérenne de l’association, et d’attribution d’un certain degré d’autonomie, notamment vis-à-vis de l’État et des pouvoirs publics. C’est ce qu’avait montré autrefois le sociologue allemand Rainer Lepsius lorsqu’il avait appliqué la notion de « milieu » au système des partis politiques en Allemagne sous la République de Weimar : le milieu catholique, structuré et structurant, constituait pour lui l’un des puissants piliers de ce système1.

2Deux contributions, celle de Catherine Maurer et celle d’Axelle Brodiez, portent explicitement sur des associations de type humanitaire, là encore comme pour insister sur le fait que ce champ d’action est, actuellement en tout cas, un mode privilégié d’organisation de la société civile et lui donne un degré suffisant d’autonomie. C’est ce que montre bien A. Brodiez lorsqu’elle souligne que les organisations humanitaires représentent triplement la société civile : par leurs donateurs, qui donnent mandat et capacité d’action ; par leurs bénévoles, qui agissent et organisent sur le terrain ; par leur fonction tribunitienne enfin, qui permet d’entendre la parole des exclus, ceux que l’abbé Pierre appelait les « sans-voix ». Si les quatre articles se caractérisent par leur orientation historique, les périodes abordées ne sont pas identiques. L’article de François Roth concerne la fin du XIXe et le début du XXe siècle, celui de C. Maurer l’ensemble du XXe et les deux derniers la période allant de la fin de la Seconde Guerre mondiale à nos jours. Par ailleurs, la présentation de S. Toscer-Angot compare synchroniquement la France et l’Allemagne ; celle de C. Maurer le fait de manière diachronique en évoquant un exemple alsacien, situé dans le contexte allemand puis français. Enfin, celles de F. Roth et d’A. Brodiez s’inscrivent dans un environnement national spécifique, celui de l’Allemagne pour les associations catholiques du premier, même si une brève incursion est faite dans la période française, celui de la France, en tenant compte cependant de certaines extensions internationales, pour les organisations humanitaires de la seconde. L’ensemble permet d’amorcer la comparaison entre les deux pays, même si l’adéquation des périodes évoquées n’est que partielle.

 

3L’idée qui l’emporte n’est pas tant celle d’une « impossible autonomie » que celle d’une « autonomie relative », et cela en Allemagne comme en France. Si l’on reprend les différentes présentations dans leur ordre de publication, on constate d’abord que la Caritas alsacienne semble être parvenue à préserver une certaine forme d’autonomie, même si elle a dû batailler ferme pour cela contre des intervenants privés comme publics. Les Églises chrétiennes allemandes évoquées par S. Toscer-Angot bénéficient d’une marge de manœuvre assez large, liée à l’évolution historique en Allemagne et à la pratique constitutionnelle qui a cours dans ce pays depuis 1949, ce qui leur permet d’être considérées comme des partenaires à part entière par les pouvoirs publics, en particulier dans le domaine de l’aide au développement. Les organisations humanitaires étudiées par A. Brodiez, quel que soit leur ancrage idéologique, développent de nouveaux modes d’expression et d’action qui profitent à l’ensemble de la société civile organisée et contribuent là encore à leur conférer une certaine autonomie. En France comme en Allemagne cependant, cette autonomie reste bel et bien relative, notamment en raison des modalités du financement qui dépend largement des fonds publics ou, dans le cas de l’impôt d’Église en Allemagne, levés par la puissance publique. En même temps, cette dernière a un besoin incontestable du travail des Églises comme de celui des organisations humanitaires : comme le souligne A. Brodiez, la question de l’autonomie mériterait donc d’être reformulée en utilisant plutôt le terme d’interdépendance. D’une certaine manière, la contribution de F. Roth est sans doute celle qui met le plus en valeur l’idée d’une instrumentalisation possible des associations – et donc d’une perte quasi totale d’autonomie– au profit, dans le cas qu’il étudie, de la progression du sentiment d’appartenance des Alsaciens-Lorrains à la communauté et à l’Empire allemands entre 1890 et la Première Guerre mondiale. Mais elle rappelle en même temps que les associations catholiques sur lesquelles se concentre l’analyse, même si la question nationale y exerçait une grande influence, s’inscrivaient dans une perspective confessionnelle qui leur était propre et bénéficiaient ainsi, presque par nature, d’une autonomie relative.

4La question de l’autonomie ne résume cependant pas à elle seule le contenu des quatre articles rassemblés ici. C. Maurer met l’accent sur la manière dont la Caritas alsacienne a tiré parti des deux contextes nationaux qui se sont succédés dans le temps, mais aussi de la forte personnalité de deux de ses présidents. S. Toscer-Angot décrit avec précision les modalités du partenariat Églises-État en Allemagne sur la question de l’aide au développement, illustration de l’application du principe de subsidiarité qui régit bien des aspects de la vie publique en Allemagne. Elle présente en contrepoint une situation française bien différente, avec une position marginale de la commission spécialisée, aussi bien dans le champ ecclésial que dans le champ politique. F. Roth souligne la diversité du monde associatif catholique telle qu’il s’est développé dans les deux diocèses alsacien et lorrain sous domination allemande et les débuts de son réel enracinement. Enfin A. Brodiez met en valeur, à partir d’une trame chronologique, la dialectique de l’« interne » (ou « national ») et de l’« international » (ou « étranger ») et celle de l’humanitaire de développement et de l’humanitaire d’urgence à l’œuvre dans « ses » organisations humanitaires, dialectique que l’on observe d’ailleurs aussi, à une échelle plus modeste, au sein de la Caritas alsacienne. Elle évoque aussi l’évolution des relations entre les organisations humanitaires et leur idéologie fondatrice respective, communisme pour le Secours populaire, catholicisme pour Emmaüs. Au total, l’inventaire des pratiques associatives proposé ici est inévitablement incomplet : à l’exception du Secours populaire, il y manque notamment des associations structurées par un système de pensée autre que confessionnel. Mais aussi partiel soit-il, il a l’avantage d’offrir un éclairage empirique qui semble pertinent sur la notion de société civile organisée.

Notes

1 Voir son article qui a eu un retentissement important dans le monde scientifique allemand : Lepsius Rainer, « Parteiensystem und Sozialstruktur. Zum Problem der Demokratisierung der deutschen Gesellschaft », dans Wirtschaft, Geschichte und Wirtschaftsgeschichte. Festschrift zum 65. Geburtstag von Friedrich Lüge, Abel Wilhelm (dir.), Stuttgart, Fischer, 1966, p. 371-399.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540