Version classiqueVersion mobile

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Quatrième section. Relations avec les partis politiques et la sphère publique

Passerelles entre mouvements protestataires et sphères partisanes. Une comparaison franco-allemande

Ariane Jossin

Texte intégral

  • 1 Lilian Mathieu, « La constitution du mouvement altermondialiste français », Critique international (...)

1Le mouvement altermondialiste a émergé à la fin des années 1990 en France et en Allemagne. S’il ne se dit pas apolitique et fédère essentiellement des organisations se réclamant de la gauche, ce mouvement affiche toutefois une certaine distance avec le champ des luttes partisanes1. C’est cet auto-positionnement qui sera l’objet de notre attention, à partir d’une étude microsociologique et comparative.

  • 2 Le groupe des Apprentis Agitateurs Réseau Résistance Global (AARRG !!) a été fondé en janvier 2001 (...)

2Nous avons mené de 2001 à 2007 une étude diachronique portant sur les trajectoires d’altermondialistes en France et en Allemagne. Dix-huit militants âgés de 22 à 34 ans ont été interviewés chacun deux fois (à deux-trois ans d’intervalle) à Paris, Berlin et Hambourg. Ces jeunes animent ou sont fortement engagés dans l’un des sept groupes ou réseaux suivants : ATTAC en France et en Allemagne, les organisations trotskistes SPEB en France et Linksruck en Allemagne, le réseau parisien VAMOS et les groupes affinitaires AARRG ! !-Paris et INKaK de Hambourg2.

  • 3 Matonti Frédéric, Poupeau Frank, « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la recherc (...)

3L’analyse de ces parcours montre que la revendication d’un « engagement autre », détaché des organisations traditionnelles (syndicales, partisanes), n’exclut pas forcément des relations fortes avec ces organisations « classiques ». En effet, trois de ces dix-huit jeunes sont adhérents à un parti (la LCR en France ou les Grünen en Allemagne) et bien d’autres l’ont été au début de leur socialisation politique, avant de rejoindre le mouvement altermondialiste entre 1998 et 2001. Leur militantisme altermondialiste se nourrit ainsi du « capital militant » – un savoir-faire constitué de techniques, de dispositions à agir et à intervenir qui est mobilisable lors des actions collectives3 – accumulé dans les partis et mouvements de jeunesse politiques. Cette distance prise par la suite par rapport aux structures plus traditionnelles alimente leur engagement : lors des premiers entretiens (2002-2003), la quasi-totalité des jeunes exprime un rejet des méthodes partisanes, au profit d’une idéalisation du fonctionnement des mouvements sociaux.

4Lors de la deuxième série d’entretiens, en 2005, cette idéalisation laisse place à une relativisation de la nouveauté des pratiques militantes de l’altermondialisation et à une déception face à ce mouvement : une grande partie des militants étudiés rejoignent alors des partis ou mouvements politiques, ou se replient sur un militantisme local ou national.

5Ce qui retiendra notre attention est en premier lieu le rejet de la sphère partisane qui est clairement exprimé dans le mouvement altermondialiste et qui peine à cacher une réalité tout autre : des militants multi-encartés (association, ONG, syndicat, parti) en réseau avec les institutions partisanes. Nous verrons ensuite que la dimension transnationale du mouvement altermondialiste est à relativiser et que l’altermondialisation reste marquée par des racines nationales profondes, autant au niveau des trajectoires individuelles qu’au niveau de l’histoire du mouvement altermondialiste en France et en Allemagne. Enfin, nous nous intéressons au mouvement altermondialiste comme vecteur de changement politique et aux modifications de la structure des opportunités politiques qu’il a pu engendrer au niveau national. Nous nous pencherons ici sur l’émergence et le succès du mouvement altermondialiste qui ont été suivis de sa progressive institutionnalisation. Nous verrons que ce processus a nourri la renaissance de la LCR (Ligue Communiste Révolutionnaire) en France et la création du parti Die Linke en Allemagne.

De la fréquentation des partis au rejet de la sphère partisane

  • 4 Parmi les huit jeunes militants français interrogés, nous comptons deux docteurs et quatre doctora (...)
  • 5 Brand Karl-Werner, « Kontinuität und Diskontinuität in den neuen sozialen Bewegungen », dans Neue (...)
  • 6 Cruzel Élise, « ‘Passer à l’ATTAC’ : éléments pour l’analyse d’un engagement altermondialiste », P (...)
  • 7 Tarrow Sidney, The new transnational activism, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

6Les dix-huit militants de l’échantillon, sont dans leur grande majorité issus d’un milieu familial aisé ou de la classe moyenne et poursuivent des études supérieures, le plus souvent en sciences sociales4. En cela, les jeunes de notre échantillon ont un profil social qui rappelle en tout celui des « porteurs » des nouveaux mouvements sociaux des années 19705. La teneur du discours altermondialiste – très abstrait, détaché de la vie quotidienne des citoyens et souvent très économique – a probablement partie liée avec ce profil6. Cette bonne insertion sociale dans leur pays est combinée à un lien fort avec l’étranger, ce qui renvoie au concept de « rooted cosmopolitan » de Sidney Tarrow. Ces militants sont bien insérés dans les réseaux locaux ou nationaux, mais se déplacent physiquement et cognitivement en dehors de leurs frontières d’origine7.

Premier contact avec le militantisme : « revendications concrètes » et engagement partisan

  • 8 Kriesi Hanspeter, Koopmans Ruud, Duyvendak Jan Willem, Giugni Marco G., New social movements in We (...)

7Certaines analyses comparatives ont montré les différences qui marquent les structures politiques et celles des mouvements sociaux en Europe de l’Ouest8. La structure française se distingue de celles des autres pays européens occidentaux en ceci que sa gauche conserve une partition entre socialistes (sociaux-démocrates) et communistes, et parce que la polarisation gauche/droite de l’échiquier politique y est plus prégnante. L’existence d’une extrême gauche organisée, participant aux échéances électorales mais n’ayant pas accès au pouvoir au-delà de l’échelon local (LO, LCR, Les Alternatifs), permet de créer un lien entre le champ de l’action protestataire et celui de la politique partisane. L’absence de scrutin proportionnel en France contribue largement à cantonner ces petits partis dans un espace en marge du pouvoir et favorise ainsi leur alliance avec les « mouvements sociaux ». En Allemagne, l’évolution « libérale » des Grünen a laissé un goût amer à de nombreux militants et le parti écologiste ne constitue plus un pôle de radicalité ; la gauche radicale et extraparlementaire allemande reste ainsi fortement séparée des partis politiques.

  • 9 Sawicki Frédéric, Siméant Johanna, « La sociologie de l’engagement militant, un champ de recherche (...)
  • 10 Muxel Anne, L'expérience politique des jeunes, Paris, Presses de Sciences Po, 2001, p. 40 et p. 10 (...)
  • 11 Ibidem, p. 107-108. Muxel Anne, Les jeunes et la politique, Paris, Hachette, 1996, p. 77 et 107.

8Les effets de ces spécificités sont perceptibles au niveau de notre étude microsociologique. Dans le cas des jeunes Français, le premier contact à la politique s’est fait dans un tiers des cas par le biais de militants de Lutte ouvrière. Ces jeunes ont été séduits par les démarcheurs de ce parti trotskiste, parce que ceux-ci ont accordé de l’importance à leurs idées, ou parce qu’ils les ont aidés à la « construction d’une raison d’agir », c’est-à-dire à franchir le pas vers un engagement politique9. Ce contact précoce avec la politique par l’entremise d’un parti non parlementaire est cohérent avec la défiance largement partagée de ces militants à l’égard des partis gouvernementaux. La constance qui caractérise l’intérêt des jeunes pour la politique depuis les années 1970 en France s’accompagne en effet d’une érosion de la crédibilité des partis et des hommes politiques10. Selon Anne Muxel, l’apparente contradiction entre un intérêt pour la politique d’un côté et de l’autre une perception négative de la vie politique, révèle un intérêt pour des sujets politiques distants des clivages politiciens traditionnels et une prédilection pour des thèmes qu’elle qualifie de « revendications concrètes » : la lutte contre le racisme, la liberté d’opinion, les thématiques liées à l’école et à l’université, etc.11.

  • 12 Ion Jacques, La fin des militants ?, Paris, L'Atelier, 1997, p. 45.
  • 13 Sommier Isabelle, « Sur la généalogie de l’altermondialisme en France », dans La généalogie des mo (...)

9Toujours du côté français, la moitié des militants a été initiée à la politique par le biais de ces revendications concrètes : par l’humanitaire, la lutte contre le Front national ou le soutien aux enfants handicapés. Ces enjeux restent attractifs dans un paysage militant en mutation, selon les analyses de Jacques Ion. Il constate en effet que les associations « revendicatrices » déclinent, à l’exception des associations caritatives anciennes, du mouvement écologiste et de l’humanitaire12. Ces enjeux dépassent l’horizon national, comme c’est le cas du mouvement altermondialiste qui reprend les caractéristiques, les revendications, mais aussi en partie les militants de l’écologie et de l’humanitaire13.

10La plupart des jeunes Allemands que nous avons étudiés ont découvert la politique par le biais de ces revendications « plus fondamentales » et « concrètes ». La moitié d’entre eux a découvert l’engagement militant au début des années 90, grâce à la défense de l’environnement, en adhérant à Greenpeace ou en se rapprochant d’un groupe des Grünen. Ce premier engagement n’a parfois consisté qu’en une simple adhésion à l’organisation, sans militantisme actif. Trois autres se sont sentis engagés pour la première fois dans le mouvement antiraciste qui a émergé suite à l’unification allemande et à la recrudescence de violences contre les étrangers.

Avant 1997-1998 : l’approche des partis de gauche

11Les militants allemands n’ont pas toujours été détachés de la sphère partisane traditionnelle. Dans les deux tiers des trajectoires étudiées, l’engagement dans un parti a pris le relais de l’engagement initial (ONG, journal du lycée, manifestations de rue, etc.), avant que les militants ne s’en détournent finalement aussi, au profit de l’altermondialisation.

12L’engagement partisan a dépendu de l’offre politique, mais également de raisons contingentes (rencontres, sociabilité, situation géographique, etc.). Le choix du parti s’est donc fait par rapport à l’orientation politique du parti, mais aussi sur la base d’appartenances primaires (amis ou famille engagés) ou en raison de l’implantation d’un parti dans leur cadre de vie (collège, lycée, université, quartier). Ces jeunes n’ont pas toujours été satisfaits par leurs premières expériences et ce sont souvent livrés à plusieurs essais. Leur passage chez les Grünen, le SPD et/ou le PDS pour les Allemands, à Lutte ouvrière, au PS et/ou chez Les Verts pour les Français a bien souvent abouti à un rejet du champ partisan ou les a orientés vers un parti ou mouvement d’extrême gauche (la LCR et SPEB pour les militants français ; Linksruck pour les allemands). Du côté allemand, seul un militant allemand a maintenu sa primo-adhésion dans un parti (Die Grünen).

1997-1998 : l’expérience de la gauche et des partis verts au pouvoir

13L’expérience décevante du passage parfois très bref dans un parti politique n’est pas l’unique raison de la préférence des dix-huit militants pour le champ du contre-pouvoir. Le contexte politique a lui aussi joué un rôle important dans ce positionnement. Il est tout d’abord marqué par deux mandats longs mais politiquement opposés : d’un côté, seize années avec les chrétiens-démocrates (CDU) à la chancellerie en Allemagne et le cantonnement de la gauche allemande dans l’opposition ; de l’autre, l’arrivée de la gauche au pouvoir en France en 1981, suivie de quatorze ans de désenchantement pour les militants en désir de rupture politique forte. En France, les années quatre-vingt sont aussi caractérisées par une montée de l’apolitisme, par une faible opposition entre « la gauche » et « la droite » – en partie provoquée par le tournant gestionnaire du PS en 1983 –, mais aussi par la montée du militantisme moral et de l’engagement par solidarité (l'antiracisme, l'humanitaire, la défense des droits de l'homme).

14Les années quatre-vingt-dix pendant lesquelles les jeunes s’engagent en politique, voient ces configurations se retourner. En France, Jacques Chirac (RPR) arrive à la présidence en 1995 ; en Allemagne, Helmut Kohl (CDU) laisse sa place à Gerhard Schröder (SPD) en 1998. Les mouvements contestataires qui avaient persisté pendant le mandat mitterrandien – et plus particulièrement pendant les périodes de cohabitation de 1986-1988 (mouvement contre la réforme Devaquet en 1986) et de 1993-1995 (mouvement contre le CIP en 1994) – gagnent alors en puissance. L’année 1995 est marquée par l’important mouvement de grève contre le « Plan Juppé » et par le mouvement des « sans » qui a suivi (sans-papiers, sans-logis, sans-emploi). En avril 1997, la décision inattendue de Jacques Chirac de dissoudre l’Assemblée aboutit au résultat non moins inattendu d’une franche victoire de la gauche plurielle (PS, PCF, Parti radical de gauche, Verts).

  • 14 Juhem Philippe, « SOS-Racisme, histoire d'une mobilisation “apolitique”. Contribution à une analys (...)

15L’accession de la gauche modérée au pouvoir marque la première participation des Verts et des Grünen au gouvernement. Cette participation au pouvoir a – comme en 1981 en France – suscité beaucoup d’espoir suivi de déceptions parmi les militants « de gauche ». L’offre politique des partis de gauche est dans ces périodes d’exercice du pouvoir moins radicale que pendant les périodes d’opposition – radicalité qui avait été déjà bien entamée depuis 1981 concernant les socialistes français14 et depuis plus longtemps pour les sociaux-démocrates allemands. Outre-Rhin, c’est donc davantage la déception générée par les Grünen et leur progressive institutionnalisation qui a été marquante pour les jeunes que nous avons étudiés. La désillusion qu’ont entraînée les gouvernements sociaux-démocrates de 1998 en Allemagne et des années 80-90 en France a profondément marqué ces jeunes. Elle a été pour certains la justification de leur engagement militant et plus précisément de leur engagement hors du champ partisan.

L’opportunité de l’émergence du mouvement altermondialiste

  • 15 À noter que ce rejet du jeu de la démocratie représentative n’est pas total, puisque les militants (...)

16Cette volonté de s’opposer et de refuser le jeu de la politique traditionnelle et de la démocratie représentative peut surprendre au vu des profils sociaux des militants français15. Parfaitement insérés dans la société et, si l’on reprend la terminologie bourdieusienne, appartenant aux « dominants », rien ne justifie leur opposition cognitive aux rouages de la société. Le désir d’action est l’élément le plus plausible pour expliquer cette position. L’arrivée du mouvement « antimondialisation » à partir de 1998 (création d’ATTAC en France) et le succès des contre-sommets à partir de 1999 (Seattle) a permis à ces militants de concrétiser leur envie de protestation, d’opposition et de pratique d’un engagement « différent ».

17En outre, le renouvellement sémantique qu’apporte le terme « altermondialiste » dans la liste des qualificatifs disponibles pour se définir politiquement a joué un rôle important dans le contexte de l’après-guerre-froide. L’effondrement du bloc soviétique a en effet entamé la portée symbolique d’un certain nombre d’étiquettes militantes. Aussi, la présentation de soi comme « communiste » ou « socialiste » pour marquer son opposition au capitalisme ou son opposition « au système » est moins porteuse de sens dans un monde amputé du bloc de l’Est. Si un certain nombre de militants continuent pourtant à emprunter les termes « communiste », « trotskiste », « marxiste-léniniste » pour se définir, le fait de pouvoir se dire « altermondialiste » ou « pour un autre monde » est souvent perçu comme un souffle nouveau dans le champ du militantisme.

Les racines nationales du mouvement altermondialiste

18L’émergence du mouvement altermondialiste a ainsi signifié l’opportunité de s’extraire du champ politique national et a répondu aux envies de nombreux militants de gauche, dans la configuration politique de la fin des années 1990. En participant à des événements altermondialistes internationaux – les contre-sommets et les Forum sociaux – et en adoptant un répertoire revendicatif que partagent des activistes altermondialistes de nationalités différentes, les militants vivent une projection géographique et cognitive vers l’international. Peut-on pour autant parler de société civile transnationale à propos du militantisme altermondialiste ?

Influence de la gauche traditionnelle en France et des NMS en Allemagne

  • 16 Guidry John, Kennedy Michael, Zald Mayer, Globalization and social movements. Culture power and th (...)
  • 17 Sommier, « Sur la généalogie » (note 13) ; Rucht, Teune, Yang, « La genèse des mouvements » (note (...)

19L’échelon international auquel sont organisés les contre-sommets et Forum sociaux altermondialistes, l’adoption d’un vocabulaire militant similaire dans divers pays et d’un référentiel partagé pourraient laisser penser qu’il n’y a qu’un seul mouvement altermondialiste qui s’étend par-delà les frontières. C’est ce que laissent croire les travaux – pour la plupart nord-américains – qui décrivent l’émergence d’une société civile internationale16. Un autre courant de recherche qui adopte, au contraire, une approche généalogique a pourtant mis en évidence les racines nationales des différents mouvements altermondialistes. Les résultats obtenus par Isabelle Sommier pour la France et par Dieter Rucht, Simon Teune et Mundo Yang pour l’Allemagne17 montrent que, dans les deux cas, les « nouveaux mouvements sociaux » (NMS) des années 60-80 – et le tiers-mondisme en particulier – ont joué un rôle non négligeable dans la construction du mouvement altermondialiste. Cette base militante, son répertoire d’action et de revendications, ont cependant été nettement plus influents en Allemagne. Isabelle Sommier démontre ainsi que les militants altermondialistes ne sont en rien une génération militante spontanée, mais sont pour une part importante des militants reconvertis qui se sont greffés à l’altermondialisation en adaptant leur cause au nouveau cadre revendicatif. Par ailleurs, certaines campagnes militantes ont joué un rôle de catalyseur pour l’émergence des mouvements des deux pays, comme c’est le cas par exemple des mobilisations de l’hiver 1997/1998 contre l’AMI (Accord Multilatéral sur l’Investissement).

  • 18 Bernard Cassen a participé activement à la création d’ATTAC en France et à son extension au-delà d (...)

20Ces similarités entre les mouvements altermondialistes français et allemands ne doivent pourtant pas occulter les spécificités qui caractérisent les origines de l’altermondialisation dans ces deux pays. En France, la prégnance de la gauche militante dans les mobilisations annonciatrices de la lutte « contre la mondialisation néolibérale » – les grèves de l’hiver 1995, les Marches contre le chômage (1997 et 1999) et le démontage d’un restaurant McDonald’s à Millau (1999) – marque l’orientation du mouvement français autour des questions « sociales » (droit des chômeurs et précaires, défense du service public, etc.). L’héritage plus important des NMS (féministes, environnementalistes, etc.) en Allemagne influence fortement l’altermondialisation dans ce pays et se ressent notamment au niveau des structures organisationnelles qui sont plus horizontales qu’en France (notamment au sein d’ATTAC), ce qui se manifeste également par la plus faible visibilité médiatique des porte-parole du mouvement, outre-Rhin. Les figures emblématiques que sont, en France, Bernard Cassen ou José Bové18, ne connaissent pas d’équivalent en Allemagne. Une autre grande différence est la plus forte présence de certaines causes dans l’un des deux pays, comme c’est le cas des sans-papiers et des mouvements paysans du côté français, ou des groupes religieux du côté allemand.

L’adéquation théorie/pratique, un précepte plus répandu outre-Rhin

  • 19 Faucher Florence, Les habits verts de la politique, Paris, Presses de Sciences Po, 1999, p. 139.

21Ces configurations nationales différentes ont des répercussions au niveau de l’engagement individuel. Ces effets sont les plus perceptibles dans l’ajustement entre la théorie et la pratique, c'est-à-dire ce qui permet aux militants de « manifester par leurs comportements qu’ils sont effectivement ce qu’ils prétendent être19 ». Le militantisme altermondialiste n’est en effet pas simplement la défense d’une cause, c’est aussi un style de vie pour certains (consommation d’aliments biologiques, utilisation de transports « propres », etc.). C’est ainsi chez les militants allemands que l’on trouve le souci le plus marqué d’adéquation théorie/pratique, en raison de la grande influence qu’ont exercé les NMS, et plus particulièrement du mouvement écologiste, dans ce pays.

22En dehors de la plus forte accentuation de l’enjeu écologiste en Allemagne, le thème de l’oppression ou des dominations (genre, couleur de peau/Whiteness, dominations interpersonnelles, etc.) sont davantage présentes dans les groupes altermondialistes en Allemagne qu’en France. Elles font l’objet de discussions régulières au sein des groupes allemands (excepté dans les groupes trotskistes). Là encore, ces préoccupations sont souvent motivées par le souci de se distinguer du fonctionnement des partis, si l’on en croit les propos des jeunes militants allemands que nous avons interviewés.

23L’observation des journées d’été d’ATTAC dans les deux pays à l’été 2002 a confirmé ces différences, notamment au niveau des formes d’interaction. En Allemagne, le mode de réunion et de discussion fait appel à des méthodes favorisant la participation de tous ; une partie des activités est consacrée à l’action militante sur le terrain et à la formation des primo-militants ; les moments de convivialité sont nombreux et la préparation des repas est plus ou moins autogérée par les militants ; les couverts sont lavés par des volontaires, puis réutilisés après chaque repas ; les repas sont végétariens (vendus 2-3 euros) et les aliments sont en partie issus de l’agriculture biologique. Du côté français, les conférences magistrales et les réunions plénières sont nombreuses et mettent en avant les dirigeants de l’organisation ; des repas industriels sont servis aux militants (vendus 9 euros) sur des plateaux en plastique non réutilisables, avec des assiettes et des couverts, eux aussi jetables ; la possibilité d’un repas biologique est toutefois laissée aux participants et du café issu du commerce équitable leur est proposé.

  • 20 Plusieurs centaines de bulletins électoraux avaient alors été remplacés dans les urnes par des bul (...)
  • 21 Jacques Nikonoff, président d’ATTAC-France, a écrit un texte quelques mois plus tard pour calmer l (...)

24Cette façon plus traditionnelle d’envisager le militantisme qu’a ATTAC-France se traduit également par des entorses au précepte de « politique autrement » qui avait prévalu lors de sa création. Ainsi, la fraude électorale qui a eu lieu en interne en juin 2006 pour les élections du nouveau conseil d’administration d’ATTAC a ébranlé l’organisation20. Un autre exemple a pu être observé en avril 2004, lorsque la direction d’ATTAC-France a constitué une liste « 100 % altermondialistes » pour les élections européennes, signifiant une entrée dans le champ de la politique électorale21. Ces velléités de recomposition de la gauche ou de création d’une force politique de gauche refondatrice ont été comprises comme une manœuvre d’instrumentalisation par une partie des adhérents d’ATTAC, qui ont découvert l’entreprise par le biais de militants de l’organisation contactés pour figurer sur ces listes et ayant décliné l’invitation. Cet épisode montre encore une fois la porosité de la frontière qui sépare une partie des altermondialistes et le champ partisan en France.

Changements de structure des opportunités politiques : LCR et Die Linke

25Un autre signe de cette perméabilité des frontières entre militantisme associatif et partisan est l’investissement important d’une partie de l’« extrême gauche » ou des « néo-socialistes » dans le mouvement altermondialiste. Leur engagement dans ce mouvement social leur a largement profité et a contribué à l’essor de ces franges radicales : en France, la LCR a rajeuni ses effectifs et a gagné en popularité ; en Allemagne, le PDS a pu renégocier son image et participer à des recompositions politiques qui ont donné naissance à un nouveau parti, Die Linke.

L’engagement de la LCR et du PDS dans l’altermondialisation

  • 22 Edelbloude Johanna, « Les néo-socialistes est-allemands du Parti du Socialisme Démocratique (PDS) (...)
  • 23 « Alternative électorale pour le travail et la justice sociale ». Ce parti politique a regroupé de (...)

26Après avoir été un parti-refuge pour anciens citoyens de RDA, le PDS a élargi son électorat au cours des années 1990. Le parti rassemble désormais un public hétéroclite : à la fois les communistes orthodoxes héritiers de la SED, mais aussi des militants anarchistes, des écologistes déçus par les Grünen, des sociaux-démocrates déçus par le SPD et des militants altermondialistes22. En raison de sa (relative) nouveauté dans le champ partisan allemand et de sa participation encore limitée aux pouvoir, le PDS a séduit une partie de la population déçue par la gauche gouvernementale et a recueilli une part des votes protestataires. Son orientation oppositionnelle a amené le parti à participer activement au mouvement altermondialiste, ce qui a contribué à dépoussiérer son image. Cette posture contestataire a été prolongée par la participation à d’autres mouvements protestataires (notamment contre la réforme Hartz IV, en 2004) et à un accord électoral sous le nom de « Linkspartei. PDS », passé avec l’initiative Arbeit & soziale Gerechtigkeit – Die Wahlalternative (WASG)23. Ces deux forces politiques ont ensuite fusionné en juin 2007 pour donner naissance au parti Die Linke (traduit littéralement : « La gauche »). Ce nom parle pour l’image renouvelée de la gauche que ce parti souhaite donner et pour sa volonté affichée de séduire les déçus de la gauche sociale-démocrate et des Grünen.

27L’apparition en 2004 du WASG, devenu Linkspartei, puis Die Linke, sur la scène politique allemande a radicalement modifié le paysage politique de gauche qui est, depuis, moins binaire : pouvoir et contre-pouvoir sont désormais plus imbriqués. Cette nouvelle force politique reste toutefois assez éloignée de la forme de l’extrême gauche française, notamment parce qu’elle rassemble des personnalités qui ont connu l’exercice du pouvoir (Oskar Lafontaine, ancien président du SPD, par exemple) et parce qu’elle a fusionné avec le PDS, parti participant au pouvoir au niveau local. La construction du parti Die Linke signifie davantage l’émergence d’une gauche refondatrice, que la constitution d’un pôle de radicalité sur le modèle de l’extrême gauche française.

28En France, la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) est le parti qui s’est engagé le plus intensément dans le mouvement altermondialiste. Nous comptons de ce fait dans notre échantillon des militants altermondialistes qui sont parallèlement adhérents à la LCR. Comme l’a montré Florence Johsua, l’engagement du parti trotskiste dans ce mouvement s’inscrit dans un désir de sortie par le haut de la période de creux que traverse l’extrême gauche française depuis les années 1980 et de la crise de son corpus référentiel (anticapitalisme, anti-impérialisme, internationalisme).

29Les changements récents que la direction de la LCR a imposés sont un signe du ressourcement du parti. La distanciation du qualificatif "trotskiste", les renouvellements sémantiques, le look « jeune » et décontracté utilisé par le leader Olivier Besancenot montrent une volonté d’occuper un espace laissé vacant à la fois par le PS et le PCF, et de récupérer les militants engagés dans les mouvements protestataires. L’annonce du projet de création d’un « nouveau parti anticapitaliste » prévu pour fin 2008 pour « refermer la page du vieux mouvement ouvrier pour en écrire une nouvelle, vierge » (Le Monde, 29 septembre 2007) va également dans ce sens, d’autant que les « collectifs d'initiatives » engagés dans l’« assemblée constituante » de cette nouvelle formation sont ouverts aux « anonymes » et « aux déçus » des partis de gauche (Le Figaro, 28 janvier 2008).

Le retour sur investissement de la LCR et du PDS

30Au terme de notre étude diachronique, nous avons pu observer le « retour sur investissement » des partis engagés dans l’altermondialisation. La LCR et le PDS ont séduit une partie importante de notre échantillon, que ce soit en les accueillant dans leurs rangs ou en les comptant parmi leurs électeurs. Cela est révélateur par ailleurs d’une autre caractéristique révélée par notre étude : la difficulté éprouvée par le mouvement altermondialiste à retenir ses militants. Passés les moments de participation aux forums de discussion, de militantisme festif lors des contre-sommets, d’initiation à l’activisme protestataire, d’exploration de la « grande braderie idéologique » que constitue la variété des courants en présence dans le mouvement, les jeunes militants se trouvent confrontés aux limites de l’altermondialisation. La faiblesse de l’ancrage du mouvement altermondialiste à l’échelon local, l’abstraction des revendications altermondialistes, la multiplicité des acteurs, ainsi que d’autres spécificités qui paraissaient attractives de prime abord, sont désormais perçues avec un regard moins enthousiaste. La diversité politique est suspectée de ralentir le travail militant, la multitude des thèmes disperserait les forces, les Forum sociaux seraient trop académiques, les contre-sommets trop éloignés géographiquement. En France, le verrouillage d’ATTAC par les générations militantes des années 70 et la professionnalisation de l’organisation (permanents salariés, important travail de communication, etc.), son caractère de plus en plus hybride (entre mouvement social et mouvement politique) a ajouté à la déception des militants qui étaient, pour la plupart, à la recherche d’un engagement à la marge des organisations traditionnelles. Si ces jeunes ne sont pas tous forcément désenchantés, ils ont, en revanche, pour certains l’impression d’avoir appris du mouvement, de ses méthodes et de ne plus pouvoir progresser dans ce secteur.

31L’absence de perspective politique et de continuité organisationnelle les oriente alors vers la « voie de sortie » que sont la LCR et le PDS ressourcés par le passage dans le mouvement social. Ceci, d’une part, parce que les militants ont tendance à s’engager dans les mouvements politiques présents dans le champ de leurs activités ; d’autre part, parce que les militants ont plus de chance de réinvestir le capital acquis dans des partis ou organisations eux-mêmes engagés dans l’altermondialisation. Les changements intervenus au niveau du profil sociologique des militants de la LCR depuis l’arrivée d'Olivier Besancenot à la tête du parti, depuis son bon score à l’élection présidentielle de 2002, mais aussi depuis son investissement dans le mouvement altermondialiste signifient en effet une fenêtre d’opportunité pour les nouveaux arrivants. L’ouverture du parti est en effet un phénomène qui s’autoalimente : l’entrée massive de nouveaux adhérents pouvant attirer à son tour de nouveaux adhérents qui verront là des possibilités d’influence au sein du parti en raison du renouvellement de ses effectifs, mais aussi les conditions d’une possible ascension interne.

32Il n’est pas anodin que ces militants passent d’une forme de militantisme alternatif à un militantisme beaucoup plus conventionnel, au sein de partis politiques, certes protestataires, mais jouant le jeu de la démocratie élective. Cependant, ce schéma de reconversion ne concerne pas l’ensemble de notre échantillon, mais uniquement deux profils-type de militants : d’un côté, une militante française qui a subi l’influence de ses camarades altermondialistes adhérents de la LCR et a été convaincue de la pertinence d’une continuité partisane après un engagement dans le mouvement social ; de l’autre, l’ensemble des militants trotskistes de SPEB et de Linksruck qui ont rejoint collectivement la LCR et Die Linke.

33Les mécanismes de sortie d’un mouvement étant en permanente interaction avec les habitus individuels, les solutions proposées lors de la conjoncture de crise ou de fin de cycle du mouvement altermondialiste (à partir de 2003) ne représentent pas pour tous les militants la même opportunité politique. Aussi trouve-t-on parmi les trajectoires de notre échantillon qualitatif d’autres scénarios de reconversion. Nous avons ainsi pu observer comment certains militants se sont repliés sur leurs premières amours militantes. Le plus souvent, ceux-là se concentrent alors sur des revendications ou des actions concrètes (aide aux précaires ou aux immigrés, défense de l’environnement). Cette dernière forme de reconversion répond à la frustration produite par l’abstraction et le flou de la revendication altermondialiste « Un autre monde est possible » et à l’éloignement des cibles que sont les instances supranationales. C’est le scénario qu’ont suivi les militants allemands (excepté ceux de Linksruck), puisque l’absence dans leur pays de parti de gauche n’ayant pas pris part à l’exercice du pouvoir ne les a pas incités à adhérer à une telle structure. Leur méfiance par rapport aux institutions restant prégnante. Seul l’un d’entre eux a réactivé son engagement chez les Grünen. En revanche, la majorité des jeunes militants allemands expriment leur sympathie pour le parti Die Linke, en lui attribuant leurs intentions de vote pour les prochaines élections. Cela est le signe de la légitimité militante qu’a recueillie ce parti au sein du mouvement social.

Conclusion

34En adoptant une démarche microsociologique, nous avons pu confirmer les résultats des travaux méso-sociologiques et montrer que le mouvement altermondialiste – souvent qualifié de « transnational » (à tort ou à raison) n’échappe pas aux configurations nationales. Si les paysages militants et politiques français et allemands sont construits différemment – notamment en raison de passerelles beaucoup plus nombreuses entre le contre-pouvoir et le champ partisan en France –, on observe pourtant des deux côtés du Rhin différentes formes de porosités entre les organisations politiques traditionnelles et le mouvement altermondialiste.

35Le contexte des Forums sociaux altermondialistes donne une bonne illustration de la présence des partis dans le mouvement et, concomitamment, des tentatives de dissimulation de ces liens. Les partis ne sont en effet pas autorisés à s’y afficher et pour contourner cet interdit, ce sont leurs journaux internes et leurs fondations qui y organisent des séminaires ou y tiennent des tables d’information. De la même manière, les entrepreneurs militants qui animent le mouvement altermondialiste sont, eux-mêmes, bien souvent multi-encartés (partis, syndicats, associations) et servent ainsi d’interlocuteurs pour des militants altermondialistes en recherche de reconversion ou de prolongement de leur engagement.

36L’essor du PDS puis de Die Linke et de la LCR depuis leur investissement dans l’altermondialisation sont une conséquence de ces interactions entre le social et le politique. Au regard de notre échantillon, le passage de l’un à l’autre semble toutefois davantage simplifié du côté français où l’existence d’une extrême gauche extraparlementaire facilite l’engagement partisan de militants réfractaires à l’exercice du pouvoir.

Notes

1 Lilian Mathieu, « La constitution du mouvement altermondialiste français », Critique internationale, no 27, 2005, p. 154-156.

2 Le groupe des Apprentis Agitateurs Réseau Résistance Global (AARRG !!) a été fondé en janvier 2001 par des étudiants de l’École Normale Supérieure de Fontenay ; il comptait environ 20 militants à Paris jusqu’à sa scission mi-2003. ATTAC a vu le jour en France en juin 1998 et comptait 30 000 adhérents fin 2003 (environ 14 000 en septembre 2007). ATTAC-Allemagne a vu le jour en janvier 2000, mais n’a connu son essor qu’à partir de mi-2001 (plus de 20 000 adhérents en 2008). INKaK (Institut für nachhaltige Kapitalismuskritik – « Institut de critique durable du capitalisme ») est un groupe créé à Hambourg, au sein de la scène de la gauche radicale et autonome, à l’occasion du contre-sommet de Prague (2000) ; il s’est auto-dissout par deux fois en 2002 et 2003. SPEB (Socialisme Par En Bas, fondé en 1997, environ 100-190 adhérents en 2004) et Linksruck (fondé en 1994, environ 500 adhérents en 2004) sont les branches françaises et allemandes du courant trotskiste SWP (Socialist Worker Party) ; ils se sont depuis auto-dissous pour intégrer, respectivement, la LCR et Die Linke. VAMOS (Vive l’Action pour une Mondialisation des Solidarités) est un collectif parisien créé en 2001 qui regroupe à la fois des individus et des représentants d’organisations associatives ou politiques ; il fédère entre 20-60 individus, selon les périodes.

3 Matonti Frédéric, Poupeau Frank, « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la recherche en sciences sociales, no 155, 2004, p. 8.

4 Parmi les huit jeunes militants français interrogés, nous comptons deux docteurs et quatre doctorants, quatre anciens élèves de l’ENS titulaires d’une agrégation et deux diplômés de Science Po Paris.

5 Brand Karl-Werner, « Kontinuität und Diskontinuität in den neuen sozialen Bewegungen », dans Neue soziale Bewegungen in der Bundesrepublik, Rucht Dieter, Roth Roland (dir.), Frankfurt, Campus, 1987.

6 Cruzel Élise, « ‘Passer à l’ATTAC’ : éléments pour l’analyse d’un engagement altermondialiste », Politix, no 68, 2004.

7 Tarrow Sidney, The new transnational activism, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

8 Kriesi Hanspeter, Koopmans Ruud, Duyvendak Jan Willem, Giugni Marco G., New social movements in Western Europe - A comparative analysis, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1995.

9 Sawicki Frédéric, Siméant Johanna, « La sociologie de l’engagement militant, un champ de recherches à décloisonner », communication présentée lors du colloque « Comment penser les continuités et discontinuités du militantisme ? Trajectoires, pratiques et organisations militantes », juin 2006. p. 8.

10 Muxel Anne, L'expérience politique des jeunes, Paris, Presses de Sciences Po, 2001, p. 40 et p. 107.

11 Ibidem, p. 107-108. Muxel Anne, Les jeunes et la politique, Paris, Hachette, 1996, p. 77 et 107.

12 Ion Jacques, La fin des militants ?, Paris, L'Atelier, 1997, p. 45.

13 Sommier Isabelle, « Sur la généalogie de l’altermondialisme en France », dans La généalogie des mouvements antiglobalisation en Europe. Une perspective comparée, Sommier Isabelle, Fillieule Olivier, Agrikoliansky Éric (dir.), Paris, Karthala, 2008. Rucht Dieter, Teune Simon, Yang Mundo, « La genèse des mouvements altermondialistes en Allemagne », dans La généalogie des mouvements antiglobalisation en Europe. Une perspective comparée, Sommier Isabelle, Fillieule Olivier, Agrikoliansky Éric (dir.), Paris, Karthala, 2008.

14 Juhem Philippe, « SOS-Racisme, histoire d'une mobilisation “apolitique”. Contribution à une analyse des transformations des représentations politiques après 1981 », thèse de doctorat en Science politique, université de Nanterre (Paris X), 1998.

15 À noter que ce rejet du jeu de la démocratie représentative n’est pas total, puisque les militants ont pour la plupart une pratique très régulière du vote, avec une préférence pour les partis d’extrême gauche ou néo-socialistes (LCR et PDS) et quelques votes pour les Verts, le PS et LO en France et les Grünen et le SPD en Allemagne.

16 Guidry John, Kennedy Michael, Zald Mayer, Globalization and social movements. Culture power and the transnational Public sphere, The University of Michigan Press, Ann Arbor, 2000. O’Brien Robert, Goetz Anne Marie, Scholte Jan Aart, Williams Marc, Contesting global governance, Cambridge University Press, Cambridge, 2000.

17 Sommier, « Sur la généalogie » (note 13) ; Rucht, Teune, Yang, « La genèse des mouvements » (note 13).

18 Bernard Cassen a participé activement à la création d’ATTAC en France et à son extension au-delà des frontières. Il a été le premier président de l’organisation. José Bové a contribué à la création de la Confédération paysanne en 1987. Il devient une figure emblématique du mouvement altermondialiste à partir de son action de « démontage » d’un restaurant McDonald’s à Millau en 1999.

19 Faucher Florence, Les habits verts de la politique, Paris, Presses de Sciences Po, 1999, p. 139.

20 Plusieurs centaines de bulletins électoraux avaient alors été remplacés dans les urnes par des bulletins de la liste soutenue par Jacques Nikonoff et Bernard Cassen (les deux présidents sortants), de manière à renverser la majorité d’élus qui se profilait en faveur des candidats soutenus par Susan George, membre fondatrice d’ATTAC.

21 Jacques Nikonoff, président d’ATTAC-France, a écrit un texte quelques mois plus tard pour calmer le débat : « Il faut le rappeler nettement : la direction d’ATTAC ou une partie d’entre elle n’a absolument pas l’intention de faire entrer l’association sur le terrain électoral ni de la transformer en parti politique. […] Cette différence entre les partis et ATTAC relève d’une différence de fonction. Les partis se situent du côté du pouvoir […]. ATTAC, en revanche, se situe du côté du contre-pouvoir. » Nikonoff Jacques, « Attac et le Parti socialiste : la « guerre » serait-elle finie ? », texte interne à ATTAC, 2 juillet 2004.

22 Edelbloude Johanna, « Les néo-socialistes est-allemands du Parti du Socialisme Démocratique (PDS) face à l’extrême droite. La figure de l’ennemi dans le jeu politique », thèse de doctorat en Science politique, Sciences Po Paris, 2006, p. 4-14.

23 « Alternative électorale pour le travail et la justice sociale ». Ce parti politique a regroupé des militants déçus du SPD (parti social-démocrate), des altermondialistes et des syndicalistes.

Auteur

Centre Marc Bloch, Berlin

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search