Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Quatrième section. Relations avec les partis politiques et la sphère publique

Les associations franco-allemandes en Allemagne depuis 1945. Histoire, fonction politique et modes d’action

Margarete Mehdorn
Traduction de Christine Meyer

Texte intégral

  • 1 Auxquelles s’ajoutent plus de 110 associations franco-allemandes en Allemagne membres de la fédérat (...)
  • 2 Molsberger Joseph, Discours d’ouverture du 52e congrès annuel de Wetzlar, 28 septembre 2007.

1La Fédération des associations franco-allemandes en France et en Allemagne (FAFA-VDFG) célébra en 2007 à Wetzlar, où elle fut fondée en 1957 sous le nom de Cercle de travail des associations franco-allemandes (Arbeitskreis deutsch-französischer Gesellschaften), le 50e anniversaire de sa fondation. Cette fédération regroupait en 2007, pour la seule Allemagne, plus de 130 associations franco-allemandes membres de la VDFG1, ce qui représente un total de plus de 20.000 personnes2. En dehors des 24 établissements culturels français officiels en Allemagne, il y a donc aujourd’hui ce nombre considérable d’initiatives issues de la société civile qui œuvrent pour la coopération culturelle franco-allemande.

  • 3 En raison du délai de blocage de 30 ans, nous n’avons pu consulter que des archives antérieures à 1 (...)
  • 4 En qualité de présidente de l’Association franco-allemande du Schleswig-Holstein avec siège à Kiel (...)

2Le présent article se propose d’étudier, à partir de la définition du terme d’association franco-allemande, l’historique de la fédération et de retracer son évolution à partir de 1945. Les circonstances historiques qui ont présidé à sa création ont imprimé leur marque aux objectifs des associations qui seront présentées dans un deuxième temps. Circonstances de création et objectifs fixés sont à leur tour déterminants pour la fonction politique et le mode d’action de ces associations. La dernière partie sera consacrée à cet aspect. L’analyse se fonde sur l’étude d’archives du ministère français des Affaires étrangères à Paris, Colmar et Nantes3 ainsi qu’au secrétariat général de la VDFG, et les expériences empiriques de l’auteur4.

Qu’est-ce qu’une association franco-allemande ?

3Les associations franco-allemandes ou clubs implantés en République fédérale d’Allemagne sont des associations déclarées de droit allemand (e.V.), reconnues d’utilité publique, qui ont été créées à partir d’initiatives de société civile constituées par des personnes privées ou de petits groupes et dont l’activité se situe principalement dans le domaine culturel. Elles sont en règle générale inscrites au registre des associations du tribunal d’instance compétent, où sont également déposés leurs statuts. Leurs organes et leur structure organisationnelle sont conformes aux dispositions légales en vigueur pour les associations : une assemblée des membres élit le conseil d’administration ; celui-ci gère les affaires, organise les activités et se charge de leur exécution, et il porte la responsabilité financière de l’association. Le financement provient pour l’essentiel des cotisations annuelles des membres et dans une moindre mesure des droits de participation aux cours et des droits d’entrée aux spectacles. En règle générale ces associations n’ont pas accès à des subventions institutionnelles ou permanentes. Pour des projets précis, des subventions peuvent être sollicitées auprès de différents services administratifs allemands et français ; le sponsoring commercial est plutôt rare.

4Bien que leur principal domaine d’activité soit la culture, ces associations culturelles ont, comme l’indique le titre de notre article, des répercussions sur la politique, ou du moins ont joué au cours de leur évolution un rôle politique. C’est ce que va démontrer l’analyse historique.

Origine et évolution des associations franco-allemandes en Allemagne depuis 1945

Le précurseur

  • 5 Bock Hans Manfred, Meier-Kalkus Reinhart, Trebitsch Michael, Entre Locarno et Vichy : relations cul (...)
  • 6 Bock Hans Manfred, Projekt deutsch-französische Verständigung. Die Rolle der Zivilgesellschaft am B (...)
  • 7 Zimmermann Marita, Kultur – culture : Zum Verhältnis zwischen Deutschen und Franzosen ; eine Analys (...)

5Le terme est né dans la seconde moitié des années vingt. Le journaliste Otto Grautoff fonda en 1927 à Berlin une association franco-allemande (Deutsch-französische Gesellschaft, DFG)5 destinée à promouvoir les échanges franco-allemands dans le domaine culturel et social. Elle possédait des antennes dans nombre de grandes villes allemandes et totalisait environ 2800 membres, principalement issus de la bourgeoisie cultivée. Elle dut toutefois cesser ses activités après l’arrivée au pouvoir des nazis en 19336. En 1935, les nazis fondèrent une Association franco-allemande national-socialiste (NS-DFG), était étroitement liée aux instances dirigeantes du parti. Il s’agissait non pas d’une initiative de société civile, mais d’une mise au pas centralisée des sociétés franco-allemandes7. Ce n’est qu’après la guerre, à partir de 1947, que les associations franco-allemandes purent se reformer en tant qu’initiatives de société civile. Pour l’histoire de leur évolution après 1945, il faut distinguer d’une part trois périodes :

  • la période d’occupation de 1945 à 1949

  • la période de la Haute-Commission de 1949 à 1955

  • la République fédérale souveraine à partir de 1955 ; d’autre part, pour chacune de ces périodes, deux zones géographiques :

  • la zone d’occupation française

  • les autres parties du territoire ouest-allemand, c’est-à-dire les zones américaine et anglaise (« bizone » à partir de septembre 1947) ainsi que Berlin-Ouest.

Les débuts : de 1945 à 1949

  • 8 Sid-Otmane Rania, L’Institut français de Fribourg-en-Brisgau – Définition d’une politique culturell (...)
  • 9 Hoyer Kirsten, „Deutsche Jugendorganisationen und deutsch-französische Jugendkontakte in der Nachkr (...)
  • 10 MAE/Colmar, AC 385(6) et AC (30 (1a).

6Dans la zone d’occupation française (ZOF), les activités éducatives et culturelles étaient contrôlées par les collaborateurs de la « Direction de l’Éducation publique » (DEP) du gouvernement militaire de Baden-Baden sous la direction de Raymond Schmittlein, car sur la base d’une définition très large du concept de culture, politique éducative et politique culturelle étaient englobées dans la « politique de rééducation » française visant à inculquer au peuple allemand une attitude démocratique. Cette dernière peut elle-même être considérée d’après l’état actuel de la recherche comme partie intégrante de la politique française de sécurité en Allemagne. Dans le cadre de la politique culturelle française, un premier « Institut français » (IF) fut créé dès 1946 dans la ZOF, à Fribourg, avec des antennes (« centres d’études ») à Mayence, Trèves et Tübingen8. Côté allemand, les activités et créations d’associations de société civile étaient encore soumises à un contrôle sévère et à l’obligation d’autorisation par la force d’occupation française9. C’est pourquoi aucun organisme dénommé association franco-allemande ne fut créé dans la ZOF jusqu’à la fin de la période d’occupation en 1949. En revanche, on vit naître à partir de 1948, sous l’impulsion de la force d’occupation française, quelques associations culturelles allemandes destinées à prendre le relais des « centres d’information » créés du côté français. Celles-ci étaient déjà qualifiées en interne dans l’administration française de « sociétés de rapprochement franco-allemand »10. Elles peuvent être considérées comme le stade préliminaire à la création des DFG.

  • 11 Zauner Stefan, „Die französische Kulturmission in Berlin“, dans Die vier Besatzungsmächte und die K (...)
  • 12 Eck-Pfister Silvia, Für eine Welt. Humanität und Toleranz. Eine Bürgerinitiative für Verständigung (...)

7Les premières associations à s’intituler effectivement DFG ou associations des amis de la culture française après la guerre se formèrent en dehors du domaine de compétence de l’administration culturelle française de la ZOF, dans les zones anglaise et américaine, où il n’existait pas d’offre culturelle française destinée à la population. À partir de 1946, le ministère français des Affaires étrangères avait certes créé à Berlin une « Mission culturelle française en Allemagne » dont la compétence s’étendait sur l’ensemble du territoire ouest-allemand, mais à cause de sa situation isolée le directeur Félix Lusset ne put mener d’activités de grande envergure11. Toutefois, les milieux socio-culturels dits bourgeois manifestaient là-bas tout comme dans la ZFO, après la « famine intellectuelle » des années précédentes, un grand intérêt pour la culture française et une disposition à s’engager en sa faveur. Les consuls ou lecteurs français sur place et l’administration culturelle centrale favorisaient et encourageaient de telles démarches francophiles de la part de citoyens allemands. La première association voit ainsi le jour en 1947 à Hambourg sous le nom d’Association Cluny des amis des relations intellectuelles franco-allemandes (Gesellschaft Cluny der Freunde deutsch-französischer Geistesbeziehungen e.V.), suivie à Stuttgart de l’Association des amis de la culture française (Gesellschaft der Freunde französischer Kultur e. V.) ; en 1948, des associations de même type sont créées à Hanovre, Düsseldorf, Dortmund12, Oldenbourg et Nuremberg, et en janvier 1949 à Wiesbaden. L’association de Wiesbaden avait élu un très grand conseil d’administration doté de sept commissions et suscita la création d’autres sections sous son égide dans d’autres villes de la région.

8Les associations créées après la guerre se formèrent indépendamment les unes des autres au niveau local. La division de l’Allemagne en zones d’occupation et la structure fédérale souhaitée par les forces d’occupation s’opposaient à une structure organisationnelle centrale telle que celle qui avait existé avant guerre. À la fin de la période des gouvernements militaires, neuf associations de ce type étaient en contact permanent avec l’administration française.

De 1949 à 1955

9Avec l’entrée en vigueur du statut d’occupation en septembre 1949, les gouvernements militaires furent remplacés par la « Haute Commission Alliée » et les forces d’occupation perdirent leurs droits d’intervention directe. André François-Poncet fut nommé « Haut Commissaire » français. Toute l’administration, c’est-à-dire aussi l’administration culturelle, dut être adaptée à cette nouvelle situation. Le « Haut Commissaire » était représenté dans les différents Länder de sa zone par des commissaires de Land (Länderkommissare), dans les Länder des autres zones par des observateurs qui entretenaient également un « service culturel ». La « Direction de l’Éducation publique » du gouvernement militaire fut remplacée par la « Direction des Affaires culturelles » du Haut-Commissariat dont le siège était à Mayence. Trois changements étaient intervenus dans l’administration culturelle :

  • Sa compétence s’étendait dorénavant à l’ensemble du territoire ouest-allemand et à Berlin-Ouest.

  • Elle n’avait plus de possibilité d’intervention directe.

    • 13 Defrance Corine, « Eléments d’une analyse de la politique culturelle française en Allemagne à trave (...)

    Étant donné que les indemnités d’occupation payées par l’Allemagne étaient supprimées, les nouvelles missions devaient être remplies avec des moyens financiers considérablement réduits, ce qui entraîna une réduction significative du personnel.13

10La nouvelle appellation de l’administration culturelle traduisait le changement de ses missions. Il n’était plus question de (ré-)éducation, de formation et d’information, mais d’activités culturelles au sens large. Sur instigation de cette administration culturelle française furent créés jusqu’en 1952, malgré des moyens globalement réduits, dix-huit « Instituts français » et « Centres d’études » en Allemagne de l’Ouest hors ZOF.

  • 14 Les dates de fondation indiquées dans la suite de l’article proviennent soit de sources d’archives (...)

11Pour ce qui est des sociétés franco-allemandes14, la situation dans la zone française changea brusquement à partir de l’automne 1949. Une multitude de groupes, « cercles », « clubs » ou sociétés consacrés à la culture française virent le jour un peu partout, souvent aussi sur instigation du « délégué de cercle ». Ces regroupements ne s’intitulaient pas forcément association franco-allemande, mais l’étaient de fait puisqu’ils rapprochaient les deux groupes de population. Cependant tous ne se constituèrent pas formellement en associations, et dès que les conditions extérieures changèrent, nombre d’entre eux disparurent.

  • 15 Weyl Brigitte, « Die DFV wird 50 Jahre alt. Einiges zur Geschichte der Vereinigung », dans 50 Jahre (...)
  • 16 Götz Wolfgang, 25 Jahre Deutsch-französische Gesellschaft Mainz, Mayence, 1988. Les DFG de Mayence (...)

12Des clubs franco-allemands plus importants, qui se dotèrent d’une base juridique en adoptant des statuts et en se faisant inscrire au registre des associations, virent le jour à Fribourg en 1949, à Constance en 195015, à Ludwigshafen et Coblence en 1951 et à Mayence en 195216. Les membres de l’armée française pouvaient obtenir l’autorisation d’adhérer sur demande auprès de leur commandant d’armes.

13Dans la ZOF on vit aussi émerger les premières structures de coopération : les associations de Fribourg, Constance, Rastatt, Bühl, Wolfach et Säckingen se regroupèrent en 1951 pour créer le Groupe de travail des associations franco-allemandes du Land de Bade-du-Sud qui était en contact étroit avec le directeur de l’Institut français de Fribourg. Les associations de la région de Coblence rejoignirent bientôt l’association de Coblence qui disposait depuis le début d’un statut juridique autonome et fondèrent sous sa direction en septembre 1952 l’Union des associations franco-allemandes avec siège à Coblence.

14Dans la bizone, l’entrée en vigueur du statut d’occupation n’entraîna pas de changement en ce qui concerne la création d’associations franco-allemandes. En beaucoup d’endroits on vit se créer de nouvelles associations avec le soutien d’une institution française et ces créations bénéficiaient fréquemment aussi d’une aide financière initiale du côté français.

  • 17 Schmittlein Raymond, « Etudes sur les rapports culturels », dans Die Bundesrepublik Deutschland und (...)

dans les zones que nous ne contrôlons pas et où notre action culturelle avait été jusqu’à ces derniers temps assez réduite, une floraison de cercles, de clubs et de sociétés qui se sont proposé pour but le rapprochement franco-allemand et l’étude de la langue française [...], s’est révélée, qui dépasse l’entendement.17

15Les associations se formèrent bien plus vite ici que dans la ZOF selon le droit des associations en vigueur, étant donné que l’inscription au registre des associations était la condition préalable posée par l’administration française pour obtenir une aide financière et matérielle.

  • 18 MAE/Colmar, AC 1000 (1).

16La première DFG sous le Haut-Commissariat vit le jour à Brême fin 1949. Suivirent en 1950 Detmold et la DFG de Berlin, qui se considérait comme l’héritière de l’association d’avant-guerre. En 1951 furent créées les associations situées le plus au nord, à Kiel et Flensburg, qui fusionnèrent en 1952 pour former la DFG du Schleswig-Holstein. Une liste des « sociétés de rapprochement franco-allemand en liaison avec la DGAC », non datée mais remontant probablement à l’année 1951, faisait état au total, pour les zones américaine et anglaise, de 47 associations franco-allemandes, et pour la zone française de 51 associations, dont sept se nommaient expressément « franco-allemandes »18.

À partir de 1955

17En 1955, la Haute-Commission Alliée fut dissoute et la République fédérale d’Allemagne obtint sa souveraineté. Pour l’administration française cela signifiait une nouvelle fois la nécessité de s’adapter à des conditions modifiées. Le Haut-Commissariat français devint le 1er août 1955 l’Ambassade de France en République fédérale avec siège à Bonn-Bad Godesberg, le « Service culturel » de l’ambassade assura la relève de la DGAC. Sa mission consistait à définir la politique culturelle pour l’Allemagne et à coordonner et orienter l’ensemble de l’« action culturelle française » en Allemagne.

  • 19 Haeling von Lanzenauer Reiner, 40 Jahre Deutsch-Französische Gesellschaft in Baden-Baden, Baden-Bad (...)
  • 20 DFG Landau, 40jähriges Jubiläum der Deutsch-Französischen Gesellschaft/40e anniversaire du Cercle f (...)
  • 21 MAE/Nantes, Ambassade de Bonn, Service culturel, cartons 190, 191.

18Ces modifications du droit international public n’eurent pas de conséquences pour les associations franco-allemandes. Dans la seconde moitié des années cinquante nombre de créations eurent lieu dans l’ancienne ZOF, où étaient toujours stationnées des troupes françaises, comme cela avait été le cas auparavant à Fribourg, Constance et Mayence : le plus haut représentant militaire français entra en contact avec les dirigeants de l’administration allemande et ils engagèrent ensemble la création d’une association franco-allemande destinée à favoriser les contacts entre les deux groupes de population. On assista ainsi à la création des associations franco-allemandes de Baden-Baden19 et de Trèves en 1956, de Friedrichshafen en 1957, de Neustadt an der Weinstraße en 1958, de Landau dans le Palatinat en 195920, de Reutlingen en 1960, de Tübingen en 1961, de Radolfzell, Pforzheim et à nouveau Mayence en 1962. Ces associations avaient également un conseil d’administration franco-allemand et bénéficiaient d’un important soutien matériel et en partie financier de la part de l’administration militaire21.

  • 22 Molsberger, Eröffnungsrede, 2007.

19De nouvelles DFG virent aussi le jour à l’extérieur de la ZOF, par exemple en 1955 à Wetzlar, en 1958 à Würzburg, en 1960 à Bayreuth, en 1964 à Augsbourg. 1956, on comptait environ 40 associations de ce type sur l’ensemble du territoire fédéral. Sur invitation de la DFG de Wetzlar, des représentants de 26 DFG se rencontrèrent dans cette ville en juin 1957. À l’issue de cette rencontre, 21 des associations présentes fondèrent le Cercle de travail des associations franco-allemandes, structure de coopération au niveau fédéral qui assurait néanmoins une pleine autonomie à ses membres. La première présidente fut Elsie Kühn-Leitz, l’initiatrice et la présidente de la DFG de Wetzlar. Au début, le Cercle de travail ne regroupait que des DFG allemandes. Dès le cinquième congrès, à Berlin en 1961, des représentants français prirent part aux débats, et en 1962 se tint le premier congrès en France (à Lille). Depuis ce congrès, des AFA françaises s’affilièrent à la fédération. Depuis 1964, les congrès annuels se tiennent alternativement en Allemagne et en France22.

20Avant même la ratification du traité de l’Élysée, une coopération transnationale intensive s’était développée au sein de la société civile, de sorte que le traité n’apporta pas en 1963 un nouveau départ pour les DFG, mais plutôt une codification de ce qui avait été obtenu jusque-là. En 1981, le Cercle de travail adopta son nom actuel de Fédération des Associations Franco-Allemandes en Allemagne et en France (Vereinigung Deutschfranzösischer Gesellschaften in Deutschland und Frankreich e.V.).

Après 1989

  • 23 van Deenen Bernd, Vereinigung Deutsch-Französischer Gesellschaften in Deutschland und Frankreich e. (...)
  • 24 VDFG Generalsekretariat Mainz, Aufstellung der Mitgliedsgesellschaften vom 07/10/02.

21En RDA, il avait existé une Association France-RDA qui faisait partie de la Ligue pour l’Amitié entre les Peuples et fut dissoute fin 198923. La chute du Mur de Berlin constitua donc dans ce domaine aussi une césure. Après la réunification, on assista à la création de quelques DFG dans les nouveaux Länder : à Bad Berka, Chemnitz, Cottbus, Francfort-sur-l’Oder, Gera, Leipzig, Potsdam, Weimar, Velten/Henningsdorf, Erfurt, et en 1997 à Premnitz24.

  • 25 Mehdorn Margarete, Umfrage bei 19 DFGen der ehemaligen französischen Zone vom 8.10.2007.

22À partir de la fin des années quatre-vingt-dix, ce furent les anciennes associations situées dans les zones auparavant françaises qui durent se donner une nouvelle orientation, car suite au départ des troupes françaises elles avaient perdu leurs membres français et la possibilité de nouer des contacts directs avec la France, ainsi que bien souvent leurs soutiens financiers25. La création de DFG à partir d’initiatives issues de la société civile se poursuivit de façon continue jusqu’au siècle suivant. La dernière en date, à la connaissance de l’auteur, eut lieu à l’occasion du 40e anniversaire du traité de l’Élysée, en janvier 2003, à Elmshorn. Il reste à savoir si l’époque des créations de DFG est désormais révolue.

Objectifs des DFG

23Les objectifs des différentes DFG tels qu’ils sont définis dans leurs statuts sont tous similaires, indépendamment de la date de fondation de ces dernières. Dans la plupart des cas, ils sont formulés de manière moins détaillée que dans les premiers statuts de l’association de Brême :

  • 26 MAE/Colmar, AC 343.

L’association a pour objet l’entretien et la transmission réciproque du patrimoine intellectuel français et allemand, en mettant spécialement l’accent sur le développement culturel commun aux deux peuples dans le contexte de la communauté de destin qui lie les pays occidentaux. Sans prétendre méconnaître ce qui sépare et distingue les deux peuples, l’association entend contribuer à une meilleure compréhension mutuelle en organisant des manifestations appropriées telles que des conférences, des représentations musicales, théâtrales ou cinématographiques mettant à contribution des représentants éminents et caractéristiques des deux nations. Elle apportera un soin particulier à l’entretien de la langue française.26

  • 27 MAE/Nantes, Ambassade de Bonn, Service culturel, carton 190.
  • 28 MAE/Nantes, Ambassade de Bonn, Service culturel, carton 190.

24Les statuts de l’association de Berlin fondée en 1950 parlent de « promouvoir les valeurs supranationales et la tolérance dans tous les domaines de la culture et de l’idée d’entente entre les peuples »27. Les statuts de la DFG d’Augsbourg de 1964 se fixent pour objectif « d’entretenir les relations franco-allemandes et de transmettre et d’approfondir la connaissance de la langue et de la culture françaises »28.

  • 29 Secrétariat général de la VDFG de Mayence, Statuts de la VDFG e.V., § 2.

25L’objectif déclaré est d’œuvrer au rapprochement et à l’entente entre les deux peuples au moyen d’activités dans le domaine culturel ; plus rarement, les statuts mentionnent aussi le domaine économique ou social, le domaine politique étant en règle générale laissé de côté, surtout les premières années. La Fédération l’a toutefois explicitement intégré dans ses statuts actuels : « L’activité de l’association s’étend notamment aux domaines culturels, économiques, sociaux et aussi politiques qui concernent la population en Allemagne et en France ainsi que leur collaboration internationale. L’association soutient tous les projets démocratiques visant à l’unification européenne. »29

Fonction politique et mode d’action

26Les associations franco-allemandes furent créées dans le but d’exercer une action dans le domaine culturel. Mais l’intention ainsi marquée de s’engager en faveur d’un rapprochement et d’une réconciliation entre l’Allemagne et la France, impliquait et implique toujours, à elle seule déjà, une visée politique. La question de savoir quelle attitude adopter à leur égard était elle aussi, d’abord pour l’administration occupante française et plus tard pour les représentants officiels de la France, une décision d’ordre politique. Les associations développèrent donc dans leur contexte sociohistorique une action politique et remplirent des fonctions politiques qui leur étaient prêtées par d’autres. Nous allons à présent passer brièvement en revue, en les illustrant à l’aide d’exemples choisis, ces répercussions et fonctions politiques telles qu’elles ressortent des sources que nous avons analysées :

27Les associations franco-allemandes ont contribué à améliorer le climat politique et ont ainsi fait avancer de manière significative le rapprochement entre les deux peuples.

  • 30 Gilmore Richard, Allemagne’s Postwar cultural policies and activities in Germany : 1945-1956, Unive (...)

28Grâce à leur attitude positive à l’égard de la France, elles effectuèrent un travail de persuasion en faveur de la politique française en Allemagne. Leurs sympathies pour la France [...] leur désir de collaborer avec nous et d’entraîner la masse du peuple allemand dans cette voie fait que nous devons considérer avec sympathie la formation de telles associations et nous efforcer d’en garder le contrôle discret mais efficace.30

Les DFG ont exercé une fonction médiatrice.

  • 31 Zimmermann Marita, Kultur – Culture, 1995 (note 7), p. 51.

29Les responsables du gouvernement militaire s’aperçurent bien vite que, grâce à leur engagement situé « entre sphère publique et sphère privée »31, ces associations interpellaient dans la société civile des groupes que la politique officielle n’atteignait pas.

  • 32 MAE/Nantes, Ambassade de Bonn, Service culturel, carton 190.

30L’administration française misa également par la suite sur leur activité médiatrice, lorsqu’il s’agit de faire comprendre les positions politiques adoptées par la France. En juillet 1965, le directeur de l’Institut français de Berlin, M. Fréchet, écrivit au « conseiller culturel » de l’ambassade à l’issue d’une rencontre avec le président de la DFG Berlin, le sénateur Tiburtius, et M. Hartig : « De mon côté j’ai demandé à nos amis si la Société Franco-Allemande ne pouvait pas faire un nouvel effort pour exposer à l’opinion berlinoise le point de vue français sur la politique internationale et les problèmes européens. »32

31Les DFG ont agi comme multiplicateur des efforts français pour la diffusion de la langue et de la culture.

  • 33 L’Alliance française avait apparemment refusé de reprendre ses activités en Allemagne tant qu’il y (...)
  • 34 MAE/Colmar, AC 385(6).

32De par leur engagement en faveur de la diffusion de la culture et de la langue française, elles ont agi pour l’administration culturelle française comme des multiplicateurs, même là où il n’y avait pas d’instituts. Étant donné que l’administration française dut compenser la réduction de son budget au début des années cinquante, elle ne pouvait que profiter du soutien dispensé par les nombreuses initiatives issues de la société civile existant du côté allemand33. L’attitude de l’administration française envers ces associations passa à la fin de la période du gouvernement militaire de la prise de contact prudente et sceptique34 à une plus grande disposition à coopérer. En 1952, le directeur de la DGAC, M. Spitzmüller, écrivit :

  • 35 MAE/Colmar, AC 53 (2).

Sociétés, Clubs et Cercles franco-allemands et alliés [...] peuvent seconder efficacement notre action.[...] Il est naturellement souhaitable que les Instituts et Centres français développent leurs contacts avec ces sociétés, encouragent leur action, et tout en respectant les susceptibilités de leurs dirigeants, apportent à leurs activités toute l’aide nécessaire, même et surtout dans le domaine matériel (prêts de locaux, de livres, de disques, de films, etc.)35

33Les DFG étaient associées en tant qu’éléments de réflexion importants aux considérations politiques du côté français comme du côté allemand.

  • 36 MAE/Colmar, AC 308(2).
  • 37 MAE/Colmar AC 385(6), MAE/Nantes, Ambassade de Bonn, Service culturel, cartons 190, 191 et 192.
  • 38 Le 13 décembre 2004, le Consulat général de Allemagne à Francfort envoya par exemple un courrier «  (...)

34La signification politique de ces associations pour le côté français apparaît très clairement du fait qu’en novembre 1949, c’est-à-dire peu après l’entrée en vigueur du statut d’occupation et la fin du droit d’intervention directe des Alliés, la « Direction générale des Affaires politiques » du Haut-Commissariat adressa à la « Direction générale des Affaires culturelles » une requête concernant toutes les « associations franco-allemandes » et tous les regroupements allemands qui œuvraient en faveur d’un « rapprochement franco-allemand dans le domaine culturel ». Celle-ci demandait les informations correspondantes aux instituts qui lui étaient subordonnés. Cette enquête était censée faciliter l’évaluation en vue de l’attribution d’aides financières et autres36. Il est attesté que des consultations analogues furent menées en 1953 et 195537. Aujourd’hui encore, il arrive que de telles enquêtes soient menées par l’administration française38.

  • 39 MAE/Colmar, AC 30 (2a).

35En septembre 1950, la DGAC convia les représentants de 21 associations franco-allemandes triées sur le volet à une réunion commune avec des représentants de la DGAC, des lecteurs français et des directeurs d’instituts à Schluchsee. Cette mesure avait pour objet de favoriser les contacts des associations avec l’administration française, mais aussi entre elles39.

36En 1956, ce fut le successeur de François-Poncet qui invita les représentants des 21 plus petites DFG sur un total de 40 à un voyage d’étude à Paris et à Lille ; en 1957, il convia toutes les autres associations à un voyage similaire à Paris. Au cours du premier voyage était née parmi les représentants des DFG l’idée de créer le Cercle de travail.

  • 40 Martin Claude, Ambassadeur de Allemagne à Berlin jusqu’en 2007, Discours tenu lors de la cérémonie (...)

37À partir de 1977, l’ambassadeur français François Scheer invita à plusieurs reprises les présidents des associations à des débats. En 2005, lors du congrès de la VDFG-FAFA à Bayreuth, son successeur Claude Martin rendit hommage à l’« engagement irremplaçable » des DFG et annonça la dotation d’un Prix des DFG qui fut officiellement décerné depuis lors une fois par an pour des activités novatrices40.

38Les DFG étaient aussi associées à la politique de rapprochement menée côté allemand.

  • 41 Nass Klaus Otto, Kühn-Leitz Elsie, Mut zur Menschlichkeit. Vom Wirken einer Frau in ihrer Zeit, Bon (...)

39Du côté allemand aussi, la politique cherchait un soutien dans la société civile. Dès janvier 1954, le chancelier Adenauer demanda à Elsie Kühn-Leitz lors d’un entretien de s’engager particulièrement en faveur de l’entente franco-allemande. En 1960, il lui écrivit : « Je suis heureux que vous entreteniez les liens culturels avec la France de la manière la plus étendue possible. Vous soutenez ainsi toute notre politique. »41

40Dans les années quatre-vingt-dix, le coordinateur allemand des relations franco-allemandes, Manfred Rommel, utilisa ces dernières comme indicateurs du climat et des opinions de la société civile.

41Les DFG incluaient également dans leurs activités des domaines extérieurs à la culture.

  • 42 Bock Hans Manfred, Pfeil Ulrich, « Kulturelle Akteure und die deutsch-französische Zusammenarbeit : (...)
  • 43 Citons à titre d’exemples les thèmes de quelques congrès annuels. 1963 : La politique économique et (...)

42Les associations franco-allemandes de société civile défendirent dès le début, à travers leur engagement, une conception élargie de la culture42. Cela ressort aussi bien des activités de certaines de ces associations que des congrès annuels de la Fédération qui, sous l’aspect de l’entente mutuelle, porta de plus en plus d’intérêt aux questions économiques, sociales et politiques43.

Conclusion

  • 44 Navarro Catherine, La réforme de la diplomatie culturelle française dans l'espace européen, Lyon, 2 (...)

43Aujourd’hui, l’importance politique des DFG a globalement diminué ; elles s’efforcent néanmoins d’obtenir notamment grâce à leur fédération davantage d’écoute auprès des politiciens en tant que porte-voix de la société civile. La réforme de la politique culturelle extérieure française engagée en 1998 formula entre autres l’objectif « de mieux y associer l’ensemble de la société civile »44.

44Le congrès annuel de 2004, qui devait avoir lieu à Vichy, dut être annulé trois mois à l’avance par la FAFA, car en raison de l’approche des élections en France elle n’avait pu obtenir l’assurance de disposer de subventions publiques ; de ce fait le congrès n’était pas finançable. Cet exemple fit apparaître un point important : ces associations de société civile, qui parviennent au prix d’un fort engagement bénévole et d’un minimum de dotation financière à faire bouger bien des choses, ne peuvent rien faire sans avoir la reconnaissance et un minimum de soutien de la part des politiques.

  • 45 MAE/Paris, RC, sous-série enseignement, vol. 203.

45L’engagement culturel des associations franco-allemandes demeure important à ce jour pour atteindre un objectif politique : celui de consolider et de transmettre les acquis de l’entente franco-allemande dans la société civile. Pour résumer, on peut dire que la constatation faite par le consul Pierre d’Huart en 1948 est toujours valable aujourd’hui : « Le problème culturel est inséparable du problème politique et tant qu’on s’occupera des questions culturelles, il faudra fatalement faire plus ou moins de politique. »45

Notes

1 Auxquelles s’ajoutent plus de 110 associations franco-allemandes en Allemagne membres de la fédération française FAFA.

2 Molsberger Joseph, Discours d’ouverture du 52e congrès annuel de Wetzlar, 28 septembre 2007.

3 En raison du délai de blocage de 30 ans, nous n’avons pu consulter que des archives antérieures à 1970 environ.

4 En qualité de présidente de l’Association franco-allemande du Schleswig-Holstein avec siège à Kiel de 1995 à 2007, de vice-présidente de la même association depuis 2007, et de membre du conseil d’administration de la VDFG depuis 2005.

5 Bock Hans Manfred, Meier-Kalkus Reinhart, Trebitsch Michael, Entre Locarno et Vichy : relations culturelles franco-allemandes dans les années trente, vol. 1, Paris, CRNS Éditions, 1999.

6 Bock Hans Manfred, Projekt deutsch-französische Verständigung. Die Rolle der Zivilgesellschaft am Beispiel des Deutsch-französischen Instituts in Ludwigsburg, Opladen, Leske und Budrich, 1998, p. 43 et suiv.

7 Zimmermann Marita, Kultur – culture : Zum Verhältnis zwischen Deutschen und Franzosen ; eine Analyse des „gepflegten“ Kulturaustauschs, Kulturanthropologische Schriftenreihe, Frankfurt/Main, 1995, p. 56 et suiv.

8 Sid-Otmane Rania, L’Institut français de Fribourg-en-Brisgau – Définition d’une politique culturelle française en Allemagne (1945-1982), thèse de doctorat, Aix-en Provence, 1996, p. 20 et suiv.

9 Hoyer Kirsten, „Deutsche Jugendorganisationen und deutsch-französische Jugendkontakte in der Nachkriegszeit 1945-1955 – ein Überblick“, Lendemains, 84, 1996, p. 110 et suiv.

10 MAE/Colmar, AC 385(6) et AC (30 (1a).

11 Zauner Stefan, „Die französische Kulturmission in Berlin“, dans Die vier Besatzungsmächte und die Kultur in Berlin, Hinz, Buffet et al.. (dir.), Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1999, p. 87 et suiv.

12 Eck-Pfister Silvia, Für eine Welt. Humanität und Toleranz. Eine Bürgerinitiative für Verständigung über Grenzen und Internationalen Austausch 1945-1995, Auslandsinstitut Nordrhein-Westfalen, Dortmund, 1994.

13 Defrance Corine, « Eléments d’une analyse de la politique culturelle française en Allemagne à travers son financement, 1945-1955 », Revue d’Allemagne, 4, décembre1991, p. 499 et suiv.

14 Les dates de fondation indiquées dans la suite de l’article proviennent soit de sources d’archives soit de Mehdorn Margarete, Enquête auprès des 118 associations membres de la VDFG du 16/09/2002.

15 Weyl Brigitte, « Die DFV wird 50 Jahre alt. Einiges zur Geschichte der Vereinigung », dans 50 Jahre Deutsch-Französische Vereinigung Konstanz, Constance, 2000.

16 Götz Wolfgang, 25 Jahre Deutsch-französische Gesellschaft Mainz, Mayence, 1988. Les DFG de Mayence et Coblence ne purent toutefois maintenir leur activité après 1955, lorsqu’elles perdirent le soutien actif du côté français.

17 Schmittlein Raymond, « Etudes sur les rapports culturels », dans Die Bundesrepublik Deutschland und Frankreich : Dokumente 1949-1963, Elzer Herbert, Möller Horst et Hildebrand Klaus (éd.), vol. 3, Munich, Saur, 1997, document no 333, p. 877.

18 MAE/Colmar, AC 1000 (1).

19 Haeling von Lanzenauer Reiner, 40 Jahre Deutsch-Französische Gesellschaft in Baden-Baden, Baden-Baden, 1996.

20 DFG Landau, 40jähriges Jubiläum der Deutsch-Französischen Gesellschaft/40e anniversaire du Cercle franco-allemand de Landau 1959-1999, Landau, 1999.

21 MAE/Nantes, Ambassade de Bonn, Service culturel, cartons 190, 191.

22 Molsberger, Eröffnungsrede, 2007.

23 van Deenen Bernd, Vereinigung Deutsch-Französischer Gesellschaften in Deutschland und Frankreich e.V – Eine Dokumentation, Bonn-Mainz 1994, S. 10f

24 VDFG Generalsekretariat Mainz, Aufstellung der Mitgliedsgesellschaften vom 07/10/02.

25 Mehdorn Margarete, Umfrage bei 19 DFGen der ehemaligen französischen Zone vom 8.10.2007.

26 MAE/Colmar, AC 343.

27 MAE/Nantes, Ambassade de Bonn, Service culturel, carton 190.

28 MAE/Nantes, Ambassade de Bonn, Service culturel, carton 190.

29 Secrétariat général de la VDFG de Mayence, Statuts de la VDFG e.V., § 2.

30 Gilmore Richard, Allemagne’s Postwar cultural policies and activities in Germany : 1945-1956, Université de Genève, Institut des Hautes Etudes Internationales, 1971, p. 200.

31 Zimmermann Marita, Kultur – Culture, 1995 (note 7), p. 51.

32 MAE/Nantes, Ambassade de Bonn, Service culturel, carton 190.

33 L’Alliance française avait apparemment refusé de reprendre ses activités en Allemagne tant qu’il y aurait un régime d’occupation. Voir MAE/Paris, RC, sous-série enseignement, vol. 193.

34 MAE/Colmar, AC 385(6).

35 MAE/Colmar, AC 53 (2).

36 MAE/Colmar, AC 308(2).

37 MAE/Colmar AC 385(6), MAE/Nantes, Ambassade de Bonn, Service culturel, cartons 190, 191 et 192.

38 Le 13 décembre 2004, le Consulat général de Allemagne à Francfort envoya par exemple un courrier « à la demande de M. l’Ambassadeur, désireux de disposer d’un état aussi complet que possible des associations franco-allemandes de chaque circonscription consulaire ».

39 MAE/Colmar, AC 30 (2a).

40 Martin Claude, Ambassadeur de Allemagne à Berlin jusqu’en 2007, Discours tenu lors de la cérémonie d’ouverture du congrès de Bayreuth le 16/09/2005 (bande magnétique).

41 Nass Klaus Otto, Kühn-Leitz Elsie, Mut zur Menschlichkeit. Vom Wirken einer Frau in ihrer Zeit, Bonn, Europa-Union-Verlag, 1994, p. 334.

42 Bock Hans Manfred, Pfeil Ulrich, « Kulturelle Akteure und die deutsch-französische Zusammenarbeit : Formen, Ziele, Einfluss », dans Der Elysée-Vertrag und die deutschfranzösischen Beziehungen 1945-1963-2003, Defrance Corine, Pfeil Ulrich (dir.) : Munich, Oldenbourg, 2005, p. 223 et suiv.

43 Citons à titre d’exemples les thèmes de quelques congrès annuels. 1963 : La politique économique et sociale de l’Allemagne et de la Allemagne dans la CEE. 1972 : La Allemagne et l’Allemagne face au Tiers-Monde. 1993 : « Berlin », symbole de paix et de liberté en Europe. 1998 : Le partenariat franco-allemand comme moteur pour la construction européenne.

44 Navarro Catherine, La réforme de la diplomatie culturelle française dans l'espace européen, Lyon, 2001, serveur Web des Services de Documentation de l’Institut d’Études Politiques de Lyon : http://doc-iep.univ-lyon2.fr/Ressources/Documents/Etudiants/Memoires/MFE2001/navarroc/these.html, 2001, p. 3.

45 MAE/Paris, RC, sous-série enseignement, vol. 203.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540