Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Quatrième section. Relations avec les partis politiques et la sphère publique

Indépendance du sport ou lieu de politisation : la relation problématique entre le mouvement sportif ouvrier et les partis ouvriers à la fin de la République de Weimar

Joachim Häberlen

Texte intégral

Société civile et partis

  • 1 Sur la société civile, voir par exemple Hildermeier Manfred, Kocka Jürgen, Conrad Christoph (dir.),(...)

1Comment peut-on définir la société civile ? Une société civile peut-elle exister indépendamment des institutions ? Peut-on considérer les « groupes de pression » comme faisant partie de la société civile ? C’est de questions de ce type que traitait le colloque à l’origine de cet article. Au lieu de proposer de nouvelles réflexions à ce sujet, je voudrais tenter de mettre à profit une réflexion issue du domaine de la société civile afin d’apporter un éclairage critique à la relation entre partis politiques et société civile, entités que l’on considère d’ordinaire séparément1.

  • 2 Sur ce point, Kocka défend dans l’introduction l’opinion selon laquelle le mouvement social-démocra (...)
  • 3 Sur le milieu dans le mouvement ouvrier, voir par exemple : Lidtke Vernon, The Outlawed Party : Soc (...)

2Le choix de mon objet d’étude, le mouvement sportif ouvrier, peut surprendre au premier abord dans la mesure où le mouvement ouvrier a rarement été analysé à ce jour comme un concept de la société civile, même si Paul Pasteur a écrit dans son chapitre un certain nombre de choses sur les camps autrichiens et que Julia Schmidt-Funke a formulé l’exigence que les concepts de la société civile soient appliqués à d’autres groupes que la bourgeoisie2. La notion centrale pour l’analyse du mouvement ouvrier est plutôt celle de milieu, qui a du point de vue de l’histoire conceptuelle un autre arrière-plan, que je ne souhaite cependant pas aborder en détail ici.3

  • 4 Putnam Robert, Bowling Alone. The collaps and revival of American Community, New York, Simon and Sc (...)
  • 5 Voir à ce propos, en relation avec la sociabilité, François Étienne, Sociabilité et société bourgeo (...)

3Néanmoins le concept de milieu et ce qu’il recouvre me semble justement potentiellement très intéressant quant à la question de la relation entre société civile et politique des partis. Un exemple important de société civile est constitué par les associations – les fameux clubs de bowling4 – où se cultivait la sociabilité et où la société civile se réunissait loin des débats politiques. On peut observer là sous une forme pour ainsi dire idéaltypique cette séparation entre société civile et sphère politique dans laquelle il est convenu de voir une force, c’est-à-dire quelque chose de positif. Notons bien que je ne cherche pas à dire que c’était là une sphère indépendante de la politique de partis, mais qu’elle en était distincte. Cela ne signifie pas non plus que ces associations ne se soient pas exprimées politiquement (encore que cela ait sans doute été plutôt rare dans les clubs de bowling), mais seulement qu’elles n’étaient pas affiliées à des partis5.

  • 6 Citons à titre d’exemples, en complément des références données en note 3 : Langewiesche Dieter, „A (...)
  • 7 Cette idée est particulièrement mise en avant par Weichlein, Sozialmilieus und politische Kultur, 1 (...)

4Cette séparation n’existait pas sous la même forme dans le « milieu ». Bien au contraire, l’idée qui est au cœur de la notion de milieu est précisément l’intrication entre partis et associations. C’est pourquoi il faut dire un mot du milieu dans le contexte du mouvement ouvrier. Ce que la notion de milieu tente d’appréhender, c’est la pénétration (du moins recherchée) sur le plan politique, philosophique et organisationnel du monde ouvrier par la social-démocratie par le biais des multiples associations ouvrières : à commencer par les jeunesses socialistes en passant par les diverses associations sociales-démocrates de loisirs telles que les associations sportives ou les chorales, jusqu’aux libres-penseurs qui organisaient des funérailles prolétariennes. On était social-démocrate du berceau au cercueil, du moins en théorie6. À travers ces multiples associations analysées comme constitutives du milieu, la classe ouvrière était censée acquérir une conscience de classe et une cohésion. La solidarité de classe devait être formée par la sociabilité au sein de l’association, elle devait devenir une expérience quotidienne pour les ouvriers. Ce que la notion de milieu tente d’appréhender, c’est donc la connexion entre les associations (la « société civile », pour ainsi dire) et la politique, ce qui dans ce contexte veut toujours dire la politique de partis7.

5C’est pourquoi je pense que le mouvement ouvrier pourrait être précisément un lieu passionnant pour réfléchir à la relation problématique qui unit la société civile, sous la forme d’associations par exemple, et les partis.

  • 8 Ma thèse de doctorat, sur laquelle se fonde cet essai, porte sur les pratiques politiques et social (...)

6À l’encontre de la proposition faite par Michel Offerlé de renoncer à la notion de société civile, j’ai replacé celle-ci dans un contexte nouveau pour moi, celui du mouvement ouvrier. Partant du point de vue du mouvement ouvrier, cela m’a conduit à porter un regard critique sur la connexion entre sociabilité et politique qui est au cœur de la notion de milieu. Cette contribution présente par conséquent à plusieurs égards plutôt des idées que des résultats définitifs8.

 

  • 9 Voir sur ce point : Lidtke, The Outlawed Party, 1966, et Roth, The Social Democrats in Imperial Ger (...)

7À l’origine, sous les lois antisocialistes, ces associations représentaient en quelque sorte des possibilités de maintenir en vie la social-démocratie sous couvert d’associations « apolitiques ». Toutefois, peu de temps déjà après la fin des lois antisocialistes, des voix critiques s’élevèrent au sein de la social-démocratie pour mettre en garde contre un rôle trop important des associations. Ces détracteurs internes pensaient que la vie associative, c’est-à-dire le chant, la gymnastique, le football (même si ce dernier ne vint s’ajouter que plus tard), le cyclisme en groupe, risquait de prendre plus d’importance que la politique sociale-démocrate. Ils craignaient que la sociabilité des associations ne fasse que détourner les ouvriers de leurs devoirs politiques. La relation entre les associations et la politique en milieu social-démocrate a donc été dès le début problématique et potentiellement conflictuelle9.

  • 10 Mallmann Klaus Michael, Kommunisten in der Weimarer Republik : Sozialgeschichte einer revolutionäre (...)

8La situation se compliqua encore davantage sous la République de Weimar. Avec la scission politique du mouvement ouvrier qui suivit la Révolution de 1918/19, les associations, autrement dit le milieu, furent elles-mêmes menacées de scission. Mais, comme le démontre Michael Mallmann, ces structures de milieu ne s’effondrèrent nullement d’un seul coup. Pendant les premières années de la République de Weimar, communistes et sociaux-démocrates pratiquaient leurs activités en relative harmonie dans les mêmes associations, ce qui créait selon Mallmann un espace de communication pour „Sozis“ et „Kozis“, ainsi qu’ils se nommaient mutuellement de façon méprisante10. C’est en ce sens qu’il est peut-être en effet possible de parler des associations ouvrières comme d’une sorte de société civile prolétarienne dans laquelle une sociabilité était possible par-delà les désaccords politiques. Toutefois cela ne signifiait pas qu’elles eussent renoncé à toute prétention politique vis-à-vis de l’extérieur, c’est-à-dire par rapport aux associations bourgeoises. En ce sens, la tension entre sociabilité et politique persista dans les associations ouvrières, à ceci près que s’y ajoutait désormais la difficulté d’un mouvement ouvrier politiquement divisé.

  • 11 Sur cette situation, voir Heidenreich Frank, Arbeiterkulturbewegung und Sozialdemokratie in Sachsen (...)

9Avec la politisation croissante à la fin de la République de Weimar, cette harmonie (entre Sozis et Kozis) s’effondra. Des conflits politiques entre les deux partis commencèrent à dominer la vie associative, comme par exemple lorsqu’il s’agit de décider si l’on pouvait organiser des manifestations communes avec des associations soviétiques. À cela s’ajoutait que, d’une part, la direction de la fédération sportive ouvrière Arbeiter Turn- und Sportbund (ATSB) adopta sous C. Gellert une ligne plus dure à l’égard des communistes, tandis que d’autre part les communistes eux-mêmes se mettaient à pratiquer une politique de plus en plus partisane. Un enjeu important de ces discussions était de déterminer quel rôle devait jouer la politique dans les associations11.

  • 12 Gellert C., Kampf um die Bundeseinheit. Zusammengestellt unter Verwendung der Niederschrift über di (...)

10Les conflits qui régnaient dans les associations sportives ouvrières entre communistes et sociaux-démocrates peuvent être analysés de multiples façons. Je voudrais toutefois mettre ici l’accent sur la tension décrite plus haut entre politique et sociabilité. Par au moins un aspect, les conflits au sein des associations s’articulaient autour de cette tension : les associations étaient-elles dédiées à la vie associative, à la pratique du football, du chant, du cyclisme en groupe, ou devaient-elles devenir un réservoir de forces prolétariennes ? Le conflit entre KPD et SPD était étroitement lié à cette question, mais en aucune façon il ne coïncidait simplement avec elle, comme le montrera l’exemple de la section de football de Leipzig12.

Les événements survenus à la section de football de l’ATSB de Leipzig

  • 13 Voir Sächsische Arbeiterzeitung, 7 août 1930.

11En Saxe précisément, communistes et sociaux-démocrates avaient collaboré de manière relativement harmonieuse, sans que cela conduise à des conflits importants. Ils correspondaient de ce fait au tableau que brosse Mallmann des associations. Face à la direction de la fédération ATSB, les associations saxonnes défendirent d’abord, et dans un premier temps avec succès, leur harmonie relative. Vers la fin des années vingt, on vit cependant éclater, comme je l’ai indiqué plus haut, de plus en plus de conflits dans les associations, d’autant que la direction sociale-démocrate de l’ATSB durcit sous Gellert sa politique d’exclusion. Un point de conflit portait sur le rôle de la politique dans les associations. Pour les communistes, qui pratiquaient eux-mêmes depuis 1929 une politique de plus en plus partisane dans les associations, celles-ci devaient être avant tout un réservoir des forces prolétariennes et un outil de formation des ouvriers à la lutte des classes. Nombre d’associations dirigées par des sociaux-démocrates réagirent à cela en tentant de maintenir la politique complètement à l’écart de la vie associative. Ainsi fut-il par exemple interdit aux sections de jeunesse de certaines associations sportives de discuter de politique13. La politique devait pour ainsi dire être tenue à l’écart de la vie associative dédiée à la sociabilité. La lutte que se livraient les deux partis ouvriers pour l’hégémonie dans les associations étaient certes un facteur déterminant, mais dans le même temps il s’agissait aussi tout simplement de savoir ce qui était plus important : la sociabilité dans l’association, par-delà les désaccords politiques, ou bien la politique de partis. Pour le KPD c’était assurément la seconde, pour les sociaux-démocrates tendanciellement plutôt la première. Il serait pourtant réducteur d’envisager le conflit entre « sociabilité » et « politique » comme étant en quelque sorte parallèle au conflit entre sociaux-démocrates et communistes.

12Les événements survenus au club de football de Leipzig constituent un bon exemple, surtout parce qu’ils sont si bien documentés. Meißner, le président du conseil d’administration du 1er district de l’Union sportive saxonne et membre du KPD, les rendit publics le 28 septembre 1929 dans le cadre d’une conférence sur la « situation en terme de politique sportive » dans le district, texte qui fut publié plus tard sous le titre « Le combat pour l’unité de la fédération ». Cette source vaut la peine d’être rapportée en détail. La réunion extraordinaire en question avait été motivée par la démission temporaire déposée par Meißner trois semaines auparavant dans le but de se soustraire à la pression du KPD qui voulait l’obliger à intervenir politiquement dans l’association. Pour expliquer sa décision aux cadres dirigeants sportifs, il fit une déclaration circonstanciée.

13La section de football avait a priori au sein de l’ATSB une réputation de contestation. À l’arrière-plan de cela il y avait un débat autour de la question de savoir quelles disciplines sportives pouvaient être considérées comme « prolétariennes ». Le football passait à la fois pour un sport de compétition – deux équipes s’affrontent, il y a clairement des vainqueurs et des vaincus – et pour un sport de spectacle attirant les foules sans les intégrer, et était jugé de ce fait anti-prolétarien, contrairement à la gymnastique où il ne s’agit pas de lutter contre mais avec, et où tout le monde peut participer. On voit donc ici aussi comment l’élément de la politique interférait avec des questions fondamentales de la vie associative. Jamais de telles questions ne pouvaient être débattues de manière non idéologique.

14Le KPD voulait tirer profit de cette attitude fondamentalement oppositionnelle et inciter les footballeurs mécontents à la révolte contre leurs dirigeants sociaux-démocrates. Pour ce faire, il lui fallait approcher les sportifs mécontents et les amener à s’organiser. Il s’agissait ainsi de transformer les associations en têtes de pont communistes qui oseraient s’opposer aux décisions de la direction de l’ATSB et organiseraient par exemple des matchs avec d’autres équipes exclues ou soviétiques.

  • 14 Gellert, Kampf um die Bundeseinheit, 1929, p. 5.

15C’est à Meißner que le KPD avait attribué la mission de coordonner les joueurs mécontents. Mais celui-ci résista obstinément à la volonté du KPD. Pour Meißner, la loyauté envers la fédération ATSB et en définitive aussi sa propre intégrité primaient sur le reste. « Toute organisation capitule si elle tolère le manque de discipline »14, déclara-t-il. C’est pourquoi les footballeurs devaient en définitive selon lui, même s’ils avaient souvent adopté des attitudes d’opposition sur des questions de politique sportive, se plier aux décisions de la fédération. La loyauté envers l’ATSB était plus importante pour lui que celle envers le KPD, dans laquelle il ne voyait qu’une obéissance de cadavre. Il se soumettait en revanche volontairement à la discipline de l’ATSB. Le KPD exigeait selon Meißner de ses membres qu’ils soient d’abord des communistes et ensuite seulement des sportifs ouvriers. Le Parti affichait ainsi de manière très explicite la tension que j’ai décrite plus haut entre politique et sociabilité associative, et exigeait une décision catégorique à laquelle des communistes tels que Meißner se refusaient cependant.

  • 15 Ibid. p. 6.

16Il convient de préciser ici de quelles questions politiques il s’agissait au juste. Contre quoi Meißner s’élevait-il en combattant l’influence du KPD ? Ce n’étaient pas des « problèmes de politique mondiale » qui étaient en jeu pour lui, il ne voulait pas débattre des « décisions du 6e congrès mondial » du Komintern15. Le fait de souligner qu’il ne voulait pas débattre de cela est bien entendu révélateur de ce qui était la pratique communiste courante, à savoir de vouloir débattre de la situation politique mondiale dans les associations sportives. Meißner était purement et simplement agacé par cela, et probablement n’était-il pas le seul. Cette remarque rhétorique laisse transparaître à quel point la vie associative pouvait être troublée par des questions politiques et à quel point les joueurs aspiraient pour ainsi dire à la tranquillité a-politique à l’intérieur de l’association.

  • 16 Ibid. p. 7.

17De quoi s’agissait-il alors ? Simplement de « faits », selon Meißner. Cela voulait dire qu’il mettait en cause des pratiques et des modes d’action politiques, et non les positions politiques du Parti, que la fédération et lui-même avaient toujours respectées. Que reprochait-il alors au KPD, et comment convenait-il de lutter contre cela ? Comme je l’ai expliqué plus haut, le KPD voulait approcher de manière ciblée des membres mécontents et organiser la résistance contre les instances dirigeantes sociales-démocrates. Pour ce faire, Meißner était invité par exemple à transmettre au KPD des documents internes à l’association. S’il avait fait cela, Meißner aurait agi en « crapule » à ses propres yeux, ce à quoi il se refusait. Au lieu de cela, il écrivit une lettre à son ami et camarade Fritz Tillmann, qui était comme lui communiste et cadre de la fédération, pour le mettre en garde contre les tentatives de manipulation du KPD16. Tillmann transmit la lettre au KPD, et Meißner se vit confronté à une procédure d’exclusion. Le KPD, visiblement convaincu de l’importance de Meißner, ne renonça pas pour autant et tenta d’abord, en juin 1929, de convaincre celui-ci en termes courtois de collaborer malgré tout, avant de le faire prendre en filature par une voiture après les vacances d’été.

18Lorsque des menaces selon lesquelles les associations seraient purgées des sociaux-démocrates au besoin sans son aide se révélèrent elles aussi inutiles, les communistes lui proposèrent jusqu’à 175 marks par mois en plus de son salaire de cadre de la fédération qui s’élevait à 325 marks. Voilà le genre de méthodes qui étaient mises en œuvre pour inciter Meißner à collaborer.

19Bien entendu, le KPD ne se contenta pas d’essayer de recruter Meißer pour son propre compte. Celui-ci rapporta aussi que le KPD tentait de perturber la tenue des matchs. Un gardien de stade communiste autorisa par exemple une manifestation communiste pendant une rencontre entre deux clubs qui étaient pourtant affiliés à la fédération. La manifestation ne put être empêchée qu’à la dernière minute, permettant in extremis la tenue du match.

20Toutes ces pratiques – espionnage, dénonciation, menaces, corruption, occupation de stade – visaient en définitive à détruire la cohésion interne de la fédération, sa discipline et la confiance mutuelle de ses membres. En tant qu’association sportive plaçant le football au premier plan, elle ne pouvait continuer à exister dans ces conditions, puisque la tenue des matchs elle-même se trouvait compromise. La pratique politique du KPD menaçait la sociabilité de la vie associative. Il faut certes souligner que les pratiques du KPD étaient particulièrement destructrices. Mais je pense que le fait d’insister notamment sur la propension du KPD à vouloir débattre à tout propos de politique mondiale indique que la politique était perçue de manière générale comme une menace pour la vie associative.

21Avant de conclure, il convient de dire quelques mots des réactions des autres communistes présents qui devaient être exclus de l’ATSB. Ceux-ci ne réagirent nullement de manière unitaire. Certains déclarèrent qu’ils avaient été eux-mêmes abusés par le KPD et qu’ils ne cautionnaient nullement ses méthodes ; ils quittèrent aussitôt d’eux-mêmes le KPD. Pour eux aussi, la vie associative était donc plus importante que le Parti. D’autres en revanche agirent en braves soldats du Parti et déclarèrent qu’ils étaient d’abord des communistes et ensuite seulement des sportifs ouvriers. Pour un dirigeant sportif communiste du nom d’Engler, le seul but des associations sportives ouvrières consistait à être un réservoir pour les luttes prolétariennes. D’autres firent remarquer, probablement à raison, que la direction sociale-démocrate de l’association n’était pas non plus blanche comme neige. Se voyant reprocher que leur parti, le KPD, tentait de contrôler les associations, ils répondirent qu’il y avait toujours eu une direction politique, qu’elle fût sociale-démocrate ou communiste. Cette remarque est importante dans la mesure où elle montre, premièrement, que ce n’était pas seulement la « faute » du KPD si la politique était entrée dans les associations et, deuxièmement, que le SPD n’incarnait pas une forme pour ainsi dire « pure » de sociabilité associative. C’était une situation complexe caractérisée par l’intrication entre le débat politique et le débat sur la question de savoir si c’était la politique ou la sociabilité associative qui primait.

Les associations sportives doivent-elles être autonomes ou être des lieux de politisation ?

22Comment interpréter ce débat ? J’ai montré au début de cet article que les associations ouvrières renfermaient potentiellement deux éléments, d’une part un élément pour ainsi dire de société civile, c’est-à-dire la pratique du football, du chant, bref la vie associative, d’autre part un élément politique, c’est-à-dire la tentative de former dans ces associations une conscience prolétarienne de classe. On peut interpréter le « combat pour l’unité de la fédération », pour reprendre le titre de la brochure citée, comme une polémique entre ces deux tendances inhérentes aux associations sportives ouvrières, même si les méthodes communistes étaient assurément extrêmes et mériteraient d’être examinées pour elles-mêmes, ce que je ne peux pourtant pas faire dans ce contexte. Au fond il s’agissait d’une polémique sur le fait de savoir si c’était l’élément « politique » ou l’élément de « sociabilité », en l’occurrence la pratique du football, qui devait l’emporter dans les associations, et si les sportifs ouvriers devaient être d’abord des communistes ou d’abord des footballeurs. Il serait déplacé de réduire la polémique à une querelle de pouvoir entre le SPD et le KPD, ne serait-ce que parce que Meißner était lui-même membre du KPD mais que ce n’était pas sa priorité suprême. Pour lui, la vie associative primait sur tout le reste, indépendamment des opinions politiques. Comme l’indiquent aussi les déclarations d’autres communistes, il s’agissait de ne pas tolérer des activités et pratiques qui pouvaient mettre en danger la vie associative. Même les communistes convaincus n’étaient pas tous prêts à laisser gâcher leur vie associative par cela. Il ne s’agissait pas de politique mondiale, mais de la survie de l’unité de la fédération par-delà les querelles entre communistes et sociaux-démocrates. C’est la raison pour laquelle Meißner insistait tant sur le fait que les idées des communistes étaient respectées tant que leurs pratiques ne mettaient pas en danger la vie associative.

  • 17 Il faudrait vérifier s’il s’agit là d’un cas particulier du conflit entre le KPD et le SPD ou s’il (...)

23Que faut-il conclure de ces réflexions sur la relation entre les partis et la société civile ? Je terminerai par quelques réflexions provisoires. Les associations ouvrières étaient en quelque sorte dès le début censées permettre une sociabilité politique, pour ainsi dire une société civile politisée, et ceci très clairement dans le cadre d’un parti. La vie associative commune devait contribuer à former la conscience de classe. Sociabilité et politisation ont toutefois formé, dès le début également, un couple problématique. Cette combinaison représentait une tension interne au milieu. Dans l’association il s’agissait de jouer au football, de chanter ensemble, de faire des excursions à vélo. Les questions politiques tendaient à passer au second plan, comme le déplorèrent de bonne heure des sociaux-démocrates. D’autre part, les questions et désaccords politiques risquaient de mettre en danger la sociabilité de la vie associative. Sociabilité et politique, qui constituaient le lien du milieu, avaient tendance à entrer en conflit, et nombreux étaient ceux qui dans le doute préféraient la sociabilité à la politique. Cette observation remet finalement aussi en cause l’idée d’un milieu puissant parce que politisé et bien organisé. Du point de vue du mouvement ouvrier, ceci constitue la « plus-value » productive du transfert d’idées depuis le domaine de la société civile vers le milieu. Ce qui dans l’historiographie du milieu est considéré comme une force, à savoir le lien entre sociabilité et politique, se révèle de ce point de vue être une tension intérieure au potentiel explosif17.

Notes

1 Sur la société civile, voir par exemple Hildermeier Manfred, Kocka Jürgen, Conrad Christoph (dir.), Europäische Zivilgesellschaft in Ost und West : Begriff, Geschichte, Chancen, Francfort/Main, New York, Campus, 2000, p. 15. Kocka souligne en introduction que la société civile doit être pensée distinctement de l’État et de l’économie, ce qui soulève toutefois la question de savoir quel rôle doivent jouer les partis, puisque ceux-ci sont explicitement liés à l’État.

2 Sur ce point, Kocka défend dans l’introduction l’opinion selon laquelle le mouvement social-démocrate aurait été sous la République de Weimar un vecteur de la société civile. Cependant cette idée ne me paraît jouer quasiment aucun rôle dans les travaux de recherche consacrés au mouvement ouvrier.

3 Sur le milieu dans le mouvement ouvrier, voir par exemple : Lidtke Vernon, The Outlawed Party : Social Democracy in Germany, 1878-1890, Princeton, N.J., Princeton University Press, 1966 ; Roth Guenther, The Social Democrats in Imperial Germany : a Study in Working-Class Isolation and National Integration, Totowa, N.J., Bedminster Press, 1963. Sur la République de Weimar, voir : Lösche Peter, Walter Franz, « Zur Organisationskultur der sozialdemokratischen Arbeiterbewegung in der Weimarer Republik. Niedergang der Klassenkultur oder solidargemeinschaftlicher Höhepunkt ? », Geschichte und Gesellschaft, 15, 1989, p. 520-525. Les auteurs proposent de remplacer le concept de milieu par celui de « communauté solidaire sociale-démocrate », dont l’une des caractéristiques est d’évoquer la pénétration de nombreux domaines de la vie par un réseau d’associations multiples anticipant quasiment le socialisme. Voir aussi Lepsius Rainer, Demokratie in Deutschland. Soziologisch-historische Konstellationsanalysen. Ausgewählte Aufsätze, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1993 ; Lösche et Walter, « Zur Organisationskultur der sozialdemokratischen Arbeiterbewegung », 1989 ; Weichlein Siegfried, Sozialmilieus und politische Kultur in der Weimarer Republik. Lebenswelt, Vereinskultur, Politik in Hessen, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1996. Weichlein, notamment, souligne l’importance de la synergie entre « milieu associatif » et milieu social politique. En ce qui concerne en particulier le cas de Leipzig, voir : Thomas Adam, Arbeitmilieu und Arbeiterbewegung in Leipzig 1871-1933 (Demokratische Bewegungen in Mitteldeutschland, vol. 8), Cologne, Böhlau, 1999.

4 Putnam Robert, Bowling Alone. The collaps and revival of American Community, New York, Simon and Schuster, 2000.

5 Voir à ce propos, en relation avec la sociabilité, François Étienne, Sociabilité et société bourgeoise en Allemagne, en Allemagne et en Suisse, 1750-1850, Travaux et mémoires de la Mission historique française en Allemagne, Göttingen, Paris, ERC, 1986 ; Hoffmann Stefan Ludwig, Die Politik der Geselligkeit : Freimaurerlogen in der deutschen Bürgergesellschaft, 1840-1918, Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft, vol. 141, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2000 ; Hoffmann Stefan-Ludwig, Geselligkeit und Demokratie : Vereine und zivile Gesellschaft im transnationalen Vergleich, 1750-1914, Synthesen, vol. 1, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2003. Hoffmann argue en se référant à Alexis de Tocqueville que dans les associations furent cultivées de bonne heure, loin des sujets « politiques », vertus « bourgeoises » et principes démocratiques. La sociabilité créait selon Hoffmann « un espace socio-politique propre, artificiellement construit, où l’on pouvait s’approprier sur le mode ludique des idées nouvelles et des pratiques d’égalité et de légalité », p. 103. On pourrait ajouter que cela se produisait aussi en dehors des partis politiques. En ce sens, même les associations consacrées à des choses que l’on considère aujourd’hui comme non politiques eurent un effet de démocratisation. Avec la démocratisation des associations, ces dernières se seraient cependant à leur tour politisées, ce qui risquait de faire entrer des conflits politiques dans les associations. Hoffmann voit là l’une des causes de la crise du libéralisme au XIXe siècle (p. 104 et suiv.). Mon argumentation va dans le même sens, mais en ce qui concerne le mouvement ouvrier.

6 Citons à titre d’exemples, en complément des références données en note 3 : Langewiesche Dieter, „Arbeiterkultur. Kultur der Arbeiterbewegung im Kaiserreich und in der Weimarer Republik. Bemerkungen zum Forschungsstand“, Ergebnisse, 26, 1984 ; Teichler Hans-Joachim (dir.), Arbeiterkultur und Arbeitersport, Clausthal-Zellerfeld, Deutsche Vereinigung für Sportwissenschaft, 1985 ; Überhorst Horst, Frisch, Frei, Stark und Treu. Die Arbeitersportbewegung in Deutschland 1893-1933, Düsseldorf, Droste, 1973 ; Wagner Helmut, Sport und Arbeitersport, Cologne, Pahl Rugenstein, 1973 ; Wheeler Robert, „ Organisierter Sport und organisierte Arbeit. Die Arbeitersportbewegung“, Archiv für Sozialgeschichte, 22, Düsseldorf, 1973 ; Will Willfried, Burns Rob, Arbeiterkulturbewegung in der Weimarer Republik. Eine historisch-theoretische Analyse der kulturellen Bestrebungen der sozialdemokratischorganisierten Arbeiterschaft, Francfort/Main, Berlin, Vienne, Ullstein, 1982 ; Wunderer Hartmann, Arbeitervereine und Arbeiterparteien : Kultur-und Massenorganisationen in der Arbeiterbewegung (1890-1933), Francfort/Main, New York, Campus, 1980.

7 Cette idée est particulièrement mise en avant par Weichlein, Sozialmilieus und politische Kultur, 1996, p. 15.

8 Ma thèse de doctorat, sur laquelle se fonde cet essai, porte sur les pratiques politiques et sociales quotidiennes au sein du mouvement ouvrier à Leipzig et à Lyon. À partir de cette perspective, il m’a semblé intéressant d’appliquer le concept de société civile à mon objet.

9 Voir sur ce point : Lidtke, The Outlawed Party, 1966, et Roth, The Social Democrats in Imperial Germany, 1963.

10 Mallmann Klaus Michael, Kommunisten in der Weimarer Republik : Sozialgeschichte einer revolutionären Bewegung, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1996. Je suis d’accord avec Mallmann pour dire que la plupart des ouvriers pratiquent les activités auxquelles sont consacrées les associations (le sport, le chant, etc.) et ne veulent pas se laisser embrigader politiquement. Lorsque le KPD tenta de constituer son propre réseau d’organisation, il essuya un échec cuisant, précisément parce que les membres de l’association ne voulait pas se laisser mettre au service de la politique au risque de mettre en danger le football. Les conséquences de cette tentative sont présentées dans ma conférence. Concernant le débat autour de Mallmann, voir : Mallmann Klaus Michael, « Gehorsame Parteisoldaten oder eigensinnige Akteure ? Die Weimarer Kommunisten in der Kontroverse – Eine Erwiderung », Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, 47, 1999 ; Wirsching Andreas, « ‘Stalinisierung’ oder entideologisierte ‘Nischengesellschaft’ ? Alte Einsichten und neue Thesen zum Charakter der KPD in der Weimarer Republik », Viertelsjahreshefte für Zeitgeschichte, 45, 1997. Sur la scission du mouvement ouvrier, voir aussi : Schönhoven Klaus, Reformismus und Radikalismus. Gespaltene Arbeiterbewegung im Weimarer Sozialstaat, Munich, DTV, 1989.

11 Sur cette situation, voir Heidenreich Frank, Arbeiterkulturbewegung und Sozialdemokratie in Sachsen vor 1933, Demokratische Bewegungen in Mitteldeutschland, vol. 3, Weimar, Böhlau, 1995.

12 Gellert C., Kampf um die Bundeseinheit. Zusammengestellt unter Verwendung der Niederschrift über die Verhandlungen der Vorstände-Konferenz der Sächsischen Spielvereinigung vom 28. September 1929, Leipzig, Verlag Arbeiter Turn- und –Sportbund, 1929. Les citations suivantes sont tirées de cet ouvrage, si aucune autre indication n’est donnée.

13 Voir Sächsische Arbeiterzeitung, 7 août 1930.

14 Gellert, Kampf um die Bundeseinheit, 1929, p. 5.

15 Ibid. p. 6.

16 Ibid. p. 7.

17 Il faudrait vérifier s’il s’agit là d’un cas particulier du conflit entre le KPD et le SPD ou s’il y eut des tensions analogues dans d’autres cas. L’article de Silke Mende me semble intéressant de ce point de vue. Les groupes qu’elle a étudiés se sont vus confrontés à la difficulté de devoir agir de façon économiquement rentable, compromettant ainsi les impulsions issues de la société civile de leur organisation. Le travail d’Hoffmann (Geselligkeit und Demokratie, 2003), va également dans ce sens, voir p. 103 sq.

Auteur

Université de Chicago (Berlin)

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540