Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Quatrième section. Relations avec les partis politiques et la sphère publique

Introduction de la quatrième section

Igor Moullier

Texte intégral

  • 1 Cité dans le Moniteur du 9 pluviôse an IV.

1L’apport de la notion de « société civile » peut se mesurer à l’aune de l’étude des relations entre État et société et notamment de leur redéfinition opérée lors de la période révolutionnaire. Un extrait du discours de Portalis, député siégeant au Conseil des Anciens, 3 pluviôse an IV l’illustre : « Dans la république, comme dans la nature, y a-t-il autre chose que des individus ? La société n’est pas les hommes, elle n’est que leur rapprochement. L’homme existe par lui-même. La république ou l’État n’existe que par convention. L’homme a donc des droits qui sont inséparables de lui, qu’il porte dans la société, mais qui n’ont pas été institués par elle. La société au contraire n’a été établie elle-même que pour la conservation de ces droits.1 » Comment penser alors la relation de la société civile à l’État ? L’émergence de la notion traduit-elle le besoin d’une forme de représentation ou d’organisation de la société qui échappe au contrôle de l’État ?

2Les contributions réunies dans la section « Relations avec les partis politiques et la sphère publique » permettent de mettre en valeur les relations dialectiques existant entre monde politique et société civile. Elles mettent au jour les efforts de l’État pour faire advenir une société civile, dans le prolongement des points mis en avant dans la seconde section de cet ouvrage. L’un des moyens utilisé par l’État pour rendre visible la société civile est la production de statistiques, que ce soit en Allemagne ou en France où le ministère de l’Intérieur napoléonien s’appuie sur les chambres de manufactures et de commerce pour disposer d’une information économique permettant d’orienter la politique industrielle et commerciale. L’action de l’État vis-à-vis de la société civile se poursuit au cours des XIXe et XXe siècles, par l’encouragement, contrôlé, des formes de représentation : associations, organismes consultatifs, syndicats, sont des relais possibles de l’action de l’État ou des partis politiques, comme le montre Joachim Häberlen pour la république de Weimar. Faire advenir une société civile représentée s’inscrivait ainsi dans un besoin de l’État. Là encore, une continuité peut s’observer. Alain Chatriot souligne l’attrait de l’expérience allemande pour les juristes et hommes politiques français. Paul Pasteur, à partir du cas autrichien, montre à quel point l’organisation de la société civile pouvait être imbriquée à la constitution politique du pays, et devenir l’un des facteurs essentiels de sa stabilité. Les associations pouvaient devenir un relias de l’action de l’État : les sociétés franco-allemandes étudiées par Margaret Mehdorn ont ainsi été, d’abord des pionnières en matière de rapprochement franco-allemand après 1945, puis des soutiens essentiels de la politique d’amitié franco-allemande menée par De Gaulle et Adenauer.

3À une échelle plus locale, l’étude des associations sportives fait apparaître à quel point elles étaient un terrain d’investissement et d’action pour les militants politiques et socialistes, il en découle que l’étude des sociabilités et des engagements politiques ne peut se séparer de celles des engagements dans la sphère civile. Au-delà de la vision traditionnelle selon laquelle la participation aux activités de la société civile détournerait de l’action politique, les associations sportives apparaissent au contraire comme détentrices de valeurs structurantes, centrées sur la convivialité et le vivre-ensemble. L’organisation de la société civile contribuait ainsi à la promotion d’un esprit ou d’une opinion publique, et pouvait faire en retour de la société civile un interlocuteur légitime de l’État. Cette relation dialectique est également mise en valeur dans l’étude des militants altermondialistes au début des années 2000, menée dans l’article d’Ariane Jossin. La porosité entre partis politiques et associations s’explique par la permanence des buts poursuivis par les militants. Partis politiques et mouvements altermondialistes représentent des formes d’investissement différentes. Le passage d’un monde à l’autre traduit souvent l’évolution du rapport à l’institution : les partis politiques apparaissent trop rigides et centralisés, mais l’engagement altermondialiste connaît à son tour une déprise entre 2002 et 2005 en raison de l’absence de structuration forte.

4L’apport de la société civile à l’action politique repose sur la construction d’un imaginaire culturel : celui de la convivialité sportive, de l’amitié et du rapprochement intellectuel, de l’altruisme et de l’engagement altermondialiste. Mais l’étude de ces différents mouvements de la société civile montre qu’ils ont rarement pu se satisfaire d’un fonctionnement en vase clos : la reconnaissance politique était l’un des leurs objectifs. On retrouve se souci d’être reconnu en tant qu’acteur dans la communication lorsque la définition de la société civile internationale se joue dans l’arène médiatique ou encore quand le Comité européen pour la prévention de la torture participe à la redéfinition de l’État de droit.

 

5Les contributions rassemblées dans cette section sont centrées sur l’étude de la société civile « organisée », au travers d’associations, d’organismes consultatifs, de sociétés savantes ou d’organisations non-gouvernementales. Ainsi considérée, la société civile organisée oscille entre deux pôles : celui d’organisations étroitement liées à l’État, prolongeant son action ou celui d’un milieu représentant une alternative au monde politique, porteur d’autres valeurs et d’autres modes de vie. Mais les quatre auteurs se rejoignent pour souligner la nécessité de lier l’étude des deux mondes, souvent brouillée par une séparation trop rigide entre le politique et le social. Ils soulignent au moins deux méthodes pour ce faire. D’une part, l’historicisation des formes d’organisation et d’action de la société civile. Les sociétés franco-allemandes en sont une illustration frappante. Fondées par des élites allemandes francophiles, elles jouent d’abord un rôle politique explicite dans l’après-guerre, avant de se tourner vers l’action économique, une fois le rapprochement franco-allemand assuré, mais éprouvent aujourd’hui la volonté de rejouer un rôle de porte-parole politique.

6L’autre point essentiel souligné par les quatre études est la prise en compte de la dimension de la multi-appartenance. Des sociétés de bienfaisance du Premier Empire où se côtoient notables politiques et élites économiques, aux nombreuses passerelles entre les mondes associatifs et politiques, la société civile n’apparaît pas coupée de l’État mais au contraire comme un partenaire souvent nécessaire.

Notes

1 Cité dans le Moniteur du 9 pluviôse an IV.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540