Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Troisième section. Pratiques et usages de la société civile

Communautés alternatives en Allemagne de l’Est depuis 1990 : des laboratoires utopistes de l’Allemagne réunifiée ?

Anne-Marie Pailhès

Texte intégral

1Si le concept de société civile sert souvent à décrire des formes d’opposition au système politique d’État, l’expérience utopique d’un autre type d’organisation de la « Cité » peut également être considérée comme une expression de la société civile. Depuis que la philosophie politique existe, et tout particulièrement depuis le XIXe siècle, des hommes se sont associés pour tenter de créer la Cité idéale. En Allemagne, la création de « communautés » connut deux périodes fastes : la République de Weimar et la révolte étudiante des années 1960. Après l’unification de 1990, ce phénomène qui semblait s’essouffler trouva un nouvel élan en ex-RDA : la société civile allemande a-t-elle alors bénéficié d’un apport nouveau venu de l’Est, d’un supplément de dynamisme grâce aux forces conjuguées d’une part d’une culture alternative ouest-allemande touchant une partie importante de la population et d’autre part des mouvements civiques qui ont contribué à la « révolution pacifique » de 1989 ?

L’union manquée des forces politiques « alternatives » de l’Ouest et de l’Est

  • 1 C’est ce qui ressort d’une étude détaillée de l’Institut de recherche sur l’environnement de Leipzi (...)

2Sur le plan politique général, on constate qu’il n’y a pas eu d’union réelle des forces alternatives de l’Est et de l’Ouest. Les Grünen n’ont pas pu véritablement s’implanter après 1990 à l’Est, où leurs scores, même depuis qu’ils sont alliés à Bündnis 90, sont toujours bien inférieurs à ceux de l’Ouest. Là où l’écologie est devenue à l’Ouest d’abord l’un des catalyseurs de la contre-culture, puis un mode de réflexion normalisé de la grüne Mittelschicht, la classe moyenne verte, les comportements économes face à l’environnement sont, à l’Est, encore souvent une part d’héritage de la culture ouvrière1.

3Parallèlement à l’arrivée au pouvoir de la génération de 1968 en RFA, symbolisée par la personnalité emblématique de Joschka Fischer, le personnel politique de l’Est est en partie issu des mouvements « démocratiques de base » de la RDA des années 80. La chancelière Angela Merkel a débuté dans les mouvements d’opposition, alors que l’actuel secrétaire du SPD, Matthias Platzcek, était d’abord militant dans la Grüne Liga, l’un des premiers mouvements écologistes de la fin de la RDA. Tous deux font carrière dans les deux grands partis politiques allemands maintenant au pouvoir, et non dans les partis qui veulent proposer des alternatives au système existant et montrent eux aussi que la pensée qui se voulait alternative est en voie d’institutionnalisation. Leurs idées d’autrefois, qui ne trouvent plus de représentants dans les grands appareils politiques, trouvent-elles encore un prolongement dans des expériences concrètes à la base ?

L’Est, nouveau terrain d’expérimentation des communautés

  • 2 Pour la périodisation de l’histoire des communes en RFA : Kurzbein Uwe, « Schrittweise (Geschichte (...)
  • 3 Depuis 1993, il existe un guide (régulièrement réactualisé) assez complet qui répertorie les commun (...)

4L’une des expressions de la société civile « alternative » d’après 1968 fut, en RFA, l’apparition d’expériences communautaires urbaines qui voulaient se soustraire au contrôle social et politique pour créer de nouvelles formes de vie, en dehors de la société de consommation du « miracle économique ». Les plus connues ont vu le jour dans les villes, comme la Kommune 1 de Berlin, née de l’opposition extra-parlementaire, et la Kommune 2, plus politisée. Ces communautés de vie étaient des cousines allemandes de celles qui avaient été créées en Californie au début des années 60 et ont vu le jour dans différents pays européens à cette époque. Elles ne se référaient pas à l’héritage allemand en la matière, c’est-à-dire aux nombreuses communautés qui avaient existé en Allemagne au début du XXe siècle (en particulier sous la République de Weimar). Le mouvement communautaire post-68 a ensuite trouvé sa prolongation naturelle dans les idées écologiques des années 1970 et 1980 : des communautés se sont alors établies à la campagne2, alors qu’en France, ce « retour à la nature » avait déjà immédiatement suivi Mai 1968. Dans les années 1980, il devint de plus en plus difficile pour les projets communautaires de trouver des terres et des bâtiments adéquats à un prix accessible en RFA. La chute du Mur a donc représenté une nouvelle chance d’expansion pour le mouvement communautaire. L’ampleur du phénomène apparaît à la consultation d’une carte d’Allemagne, qui répertorie la plupart des communautés recensées en 20043 ; celles-ci ont un maillage particulièrement serré dans les Nouveaux Länder.

  • 4 Calcul effectué par Barth Ulli, « Was bewegt sich in den Gemeinschaftsszenen ? », publication en li (...)

5L’Allemagne reste le pays d’Europe qui, de loin, compte le plus grand nombre de communautés : 143 d’entre elles sont ici présentées, contre par exemple 31 en France. D’après l’édition 2000/2001 d’Eurotopia, environ 2700 personnes vivaient dans des communautés non religieuses en Allemagne en 19994.

  • 5 Barth Ulli, art. cit.
  • 6 U. Barth a comparé le nombre de projets de communautés qu’il nomme « politiques » (pour les différe (...)

6Ulli Barth, spécialiste de la question et engagé dans le mouvement communautaire, corrobore, à partir de ses propres statistiques, ce qui ressort de la lecture d’Eurotopia : les communautés sont proportionnellement plus nombreuses en ex-RDA, qu’à l’Ouest5. Dans Eurotopia, 143 « communautés » se présentent, dont 47 sont installées en ex-RDA. Plus de 32 % d’entre elles sont installées sur un territoire qui représente seulement 23 % de la surface totale de l’Allemagne et où vit moins de 20 % de la population6.

7U. Barth a comparé le nombre de projets de communautés qu’il nomme « politiques » (pour les différencier des communautés religieuses) à l’Est et à l’Ouest en 1994 et 2000 à partir de données internes.

Nombre de communautés politiques à l’Est et à l’Ouest

Année

Nouveaux Länder (ex-RDA)

Anciens Länder (RFA avant l’unification)

1994

4

20

2000

11

29

Source : Ulli Barth, art. cit.

  • 7 Barth Ulli, art. cit.
  • 8 Un film documentaire, de Claus Striegel „Die Siedler am Arsch der Welt“, a été tourné sur cette exp (...)

8Le premier type d’explication à cette présence forte est d’ordre économique. Après 1990, les prix des terrains à vendre à l’Est et des bâtiments dans certaines régions enclavées étaient nettement inférieurs à ceux pratiqués à l’Ouest7. Des projets alternatifs de Berlin-Ouest, par exemple, auparavant enfermés dans un cadre urbain, ont pu, après la chute du Mur, s’établir à la campagne sans s’éloigner de leurs bases, sans rompre leurs liens avec le milieu alternatif. L’exemple de la communauté ÖkoLEA est caractéristique à ce titre ; ÖkoLEA n’est située qu’à 3 kilomètres du terminus du train de banlieue (S-Bahn) le plus proche et plusieurs de ses membres continuent à travailler à Berlin. Le projet éducatif qui y a été créé serait impensable sans la clientèle berlinoise toute proche. Un autre exemple rendu célèbre par les médias est celui de la communauté de Klein Jasedow, née en Suisse, puis venue s’établir sur la côte de la mer Baltique8.

  • 9 Barth Ulli, art. cit.

9Cependant, cette explication ne suffit pas à rendre compte de l’ampleur du phénomène. Selon U. Barth, elle ne vaut que pour les années de grande expansion qui ont immédiatement suivi l’unification, encore marquées par l’enthousiasme d’une nouvelle « frontière » à conquérir. Comme l’implantation a duré au-delà de 1993, il convient de chercher un autre type d’explication : « Une interprétation des faits s’impose : la situation économique plus défavorable à l’Est pousse à la création de communautés. Mais elle demanderait à être étudiée de plus près »9.

  • 10 Démerin Patrick, Communautés pour le socialisme – Pratique de la vie collective chez les étudiants (...)
  • 11 Voir Linse Ulrich, Zurück, o Mensch, zur Mutter Erde, Munich, dtv, 1983.
  • 12 On peut lire le témoignage autobiographique de Gudrun Pausewang, Rosinkawiese – Alternatives Leben (...)
  • 13 Le nombre de diplômés est-allemands en sciences sociales est important dans les communautés.

10Comme je l’indiquais plus haut, les communautés créées à la fin des années 1960 dans le contexte de la prospérité ne sont pas nées d’une situation de crise économique, mais plutôt d’une révolte contre le carcan d’une société trop rigide. Ainsi, les écrits de cette époque ne font-ils aucune allusion à une tradition allemande antérieure au Troisième Reich. Le « retour à la nature » n’est encore à leurs yeux qu’une utopie réactionnaire, le réel changement viendra selon eux du travail politique effectué dans les villes. Dans son ouvrage sur les communautés de Berlin-Ouest au début des années 197010, Patrick Démerin appelle d’ailleurs les Français, partis se réfugier dans quelques communautés de montagne loin de toute civilisation, à prendre exemple sur les révolutionnaires allemands qui portent leur bonne parole au cœur des cités. L’héritage de Weimar est, à cette époque déjà, entièrement passé sous silence en RFA. Les communautés nées après 1990 ne sont cependant pas sans rappeler celles des années 1930, qui avaient attiré beaucoup d’intellectuels déclassés et ne pouvant vivre d’un travail intellectuel en raison de la crise économique11. La vie en communauté était pour certains une question de survie12, comme elle peut l’être à l’heure actuelle pour certaines victimes de l’unification13. L’étude de la localisation géographique des communautés fournit également des indices. On remarque tout d’abord qu’elles sont très présentes le long de l’ancienne frontière entre les deux États allemands. Ce phénomène concerne en premier lieu la Altmark, région assez pauvre et auparavant enclavée, qui constitue à l’Est la région la plus proche de Hambourg et Lübeck, villes à forte concentration d’alternatifs, et également assez proche de Kassel et d’Hanovre. Les communautés qui y ont vu le jour sont essentiellement des créations d’Allemands de l’Ouest, voire des émanations de communautés existant déjà à l’Ouest. C’est le cas de l’Ökodorf Sieben Linden, de Poppau, un village assez proche du Wendland (région de Basse-Saxe qui a focalisé depuis les années 80 l’opposition aux centrales nucléaires, et en particulier à celle de Gorleben). Un second foyer de concentration attire le regard : le Brandebourg. Son attrait s’explique par la proximité de Berlin-Ouest. La ville de Leipzig, quant à elle, semble avoir exercé une force centrifuge sur les communautés qui n’ont sans doute pas été attirées par une région autrefois industrielle, aux terrains pollués. Dans le sud de l’ex-RDA, les communautés se réfugient en périphérie, à la marge, soit dans le sud de la Thuringe, soit au-delà de Dresde, comme si elles voulaient fuir les centres névralgiques de l’Allemagne et leur tourner le dos, soulignant ainsi leur rôle de refuge.

  • 14 En 1996, le « ZEGG » était classé « groupe psychologique dangereux pour la jeunesse » par le Bundes (...)

11L’avancée des communautés vers l’Est n’est pas sans rappeler l’essaimage monacal du Moyen-Âge en Europe. L’étude plus approfondie de leur implantation permet de déterminer les zones d’influences des communautés les plus importantes, dont certains membres vont toujours plus loin vers l’Est créer de nouveaux centres de « vie alternative ». L’influence la plus lointaine est certainement celle des coopératives Longo Mai, situées à l’origine en Provence, mais étendant leur réseau jusque dans le Mecklembourg (coopérative Ulenkrug près de Stubbendorf), voire l’Ukraine. À l’intérieur de l’Allemagne, on peut citer les proches de Dieter Duhm, adeptes de la Bauhütte en Bavière dans les années 1980. Ils ont établi leur centre de réflexion (ZEGG – Zentrum für Experimentelle Gesellschaftsgestaltung) dès 1991 dans les nouveaux Länder à Belzig, non loin de Berlin14. Depuis, certaines personnes qui ont vécu dans le sillage du ZEGG ont elles-mêmes créé une coopérative près de Dresde, à Riesa, „Lebenstraum Jahnishausen“. Ainsi, dans la mouvance spiritualiste du ZEGG, le courant « New Age » venu des États-Unis pose-t-il ses jalons en allant de plus en plus loin vers l’Est. La coopérative historique de Niederkaufungen a, quant à elle, en quelque sorte une antenne en Thuringe, à Waltershausen, la „KoWa“ (Kommune Waltershausen). Une communauté d’Allemagne de l’Est née à l’Est et fondée uniquement par des Allemands de l’Est est une exception (même si les frontières entre Est et Ouest s’estompent et si les biographies ne reflètent plus une origine géographique stricte. Les plus jeunes habitants des communautés de 2008 n’ont déjà presque plus été socialisés en RDA.). L’exception la plus connue est celle de la communauté fondée à Pommritz près de Bautzen sous l’impulsion du philosophe est-allemand Rudolf Bahro et grâce au soutien de Kurt Biedenkopf, alors ministre-président chrétien démocrate de la Saxe. Mais les membres ouest-allemands des communautés de l’Est évoquent en général Pommritz avec une certaine condescendance comme un « cadeau » « octroyé » qui ne serait pas né d’une authentique initiative est-allemande et dont l’existence refléterait la passivité des Allemands de l’Est et leur incapacité à prendre leur destin en main.

Les communautés de l’Est dans leur environnement

12La répartition des communautés et leur origine idéologique fait apparaître que la plupart d’entre elles sont des produits d’exportation d’une pensée et d’une culture typiquement ouest-allemande. Leur installation à l’Est leur a-t-elle donné une impulsion nouvelle ? Les héritiers de 68 ont-ils réussi à casser le « Mur dans les têtes » ?

  • 15 Entretien avec J., décembre 2006, Ulenkrug.

13La phase d’installation de la communauté a en général été celle des illusions réciproques (celles des « communards » et celles de la population locale). Illusion des candidats sur ce qui les attendait : l’Allemagne de l’Ouest étant déjà densément peuplée, on ne pouvait faire qu’à l’Est l’expérience d’aller au bout du monde, dans une région presque déserte, pour goûter l’aventure et faire œuvre de pionniers dans un cadre souvent idyllique. L’euphorie des débuts, malgré un contexte matériel difficile, était renforcée par une attente politique : les ex-citoyens de RDA auraient gardé en eux le sens des causes communes et du collectif. L’attente politique a été déçue, car les pouvoirs politiques n’ont pas « communalisé » les terres après l’unification, comme le réclamait la première rencontre des communautés Est/Ouest en 1990. Les porteurs de projets ont dû acheter des terres et des bâtiments par l’intermédiaire de la Treuhand, avec plus ou moins de succès. Elles ont parfois déménagé pour céder la place à des intérêts immobiliers, comme la communauté Longo Mai d’abord installée à Basta dans le Brandebourg, qui a dû ensuite partir dans le Mecklembourg. Si le sens de l’intérêt public n’a pas caractérisé l’action politique en ce domaine, les contacts avec la population locale ont été plus positifs. De nombreuses personnes interrogées le soulignent, allant jusqu’à émettre l’hypothèse que la mentalité était restée plus sociale à l’Est. Un membre de la coopérative Ulenkrug décrit ainsi cette époque : « Il y avait à cette époque une situation révolutionnaire. La mentalité, ici, était bien plus sociale, les relations entre les gens étaient plus normales, l’apparence, les titres comptaient moins15. »

  • 16 Née en 1964, elle vit quand même depuis 14 ans dans cette communauté, où elle est boulangère et a d (...)
  • 17 Deutschland Radio, „Länderreport“, émission du 7 juin 2007.

14Les illusions politiques des nouveaux arrivants répondaient à celles des habitants de régions enclavées, qui espéraient que les nouveaux projets allaient créer des emplois. Il n’en a pourtant jamais été ainsi, les « communards » ayant assez à faire pour assurer leur propre subsistance. Dans une seconde phase, la méfiance s’est installée de part et d’autre. Les habitants des communautés, au bout de plusieurs années de présence, ne connaissent que peu de personnes des environs, se heurtent à des réseaux relationnels déjà constitués ; les citadins ne rencontrent pas les ruraux. K., une habitante de Klosterdorf16, dit à ce sujet : « Ce serait peut-être exactement la même chose dans un village ouest-allemand. C’est vrai, je ne me sens pas vraiment enracinée ici, j’ai du mal à établir un contact avec les gens. L’absence d’histoire commune joue encore un rôle ». Un certain scepticisme règne quant au caractère socialement novateur des pratiques mises en œuvre dans les communautés. Dans une émission de radio consacrée au village écologique de Sieben Linden, le maire de la commune souligne, ironiquement, que presque tous les habitants du village cultivent leur potager alors que les membres de la communauté pensent que leur jardin bio est une chose extraordinaire17. En revanche, les contacts semblent plus importants lorsque la communauté exerce une activité réellement agricole. Par exemple, la communauté Longo Mai, qui vit pourtant presque en autarcie, est amenée à avoir beaucoup de contacts avec d’autres agriculteurs :

  • 18 Entretien avec J., Ulenkrug, décembre 2006.

Il y a beaucoup de relations avec des gens très ouverts, chez qui nos idées rencontrent un écho, nous avons très peu de réactions de rejet. Le problème dans les environs, c’est que beaucoup de gens n’ont plus d’initiatives et acceptent passivement ce que l’économie exige d’eux […] Ce qui est typique pour ce village, ce que les gens regrettent le plus, c’est la vie communautaire qui existait auparavant et le fait que la plupart des gens doivent se débrouiller pour assurer leur propre existence et n’ont plus du tout le temps de faire quelque chose avec les voisins.18

15Mais les activités de cette communauté, comme celles de Pommritz, tranchent avec celles de la plupart des autres communautés, peuplées d’intellectuels de l’Ouest qui ont amené avec eux leur bagage idéologique. Leur principale activité n’est pas agricole, mais consiste à organiser des séminaires d’inspiration New Age ou écologique qui attirent une clientèle venue des grandes villes. Tôt ou tard, les communautés « New Age » à fort accent dit « spirituel » doivent faire face à l’accusation d’être des sectes. C’est le cas depuis longtemps du ZEGG, dont un dirigeant a été condamné. Mais aussi de communautés plus inoffensives, telle Jahnishausen, où les membres pratiquent la méditation de groupe en plein air et célèbrent les fêtes solaires. La troisième phase de l’implantation est celle de la normalisation et de la stabilisation des relations, c’est-à-dire d’une relative indifférence. Deux mondes coexistent sans avoir de réelle interaction. On le constate en particulier par le mode d’éducation des enfants : petits, ils sont encore mêlés à ceux des villages alentours. Mais plus ils grandissent, plus leur parcours se différencie de celui des autochtones. Les parents « alternatifs » sont prêts à envoyer leurs enfants en pension pour qu’ils puissent fréquenter une école Montessori ou Waldorf (Rudolf Steiner).

  • 19 Bernard Lacroix a montré comment deux ethos s’affrontaient au sein des communautés, celui du bourge (...)
  • 20 Bürklin Wilhelm, Rebensdorf Hilke et alii, Eliten in Deutschland, Opladen, Leske und Budrich Verlag (...)

16Mais comment se passe l’élaboration d’une société civile parallèle à l’intérieur des communautés ? Les structures de pouvoir rejetées dans le monde extérieur en sont-elles absentes ? De nombreuses analyses ont déjà mis en lumière les rapports de pouvoir à l’intérieur des groupes (emprise de certains individus, émancipation féminine insuffisante, antagonisme de classe transposé19). Dans le cas qui nous intéresse, il est plus original d’analyser les rapports qui se mettent en place entre Allemands de l’Ouest et Allemands de l’Est, qui représentent dans la société allemande en général des rapports de dominants à dominés, comme le prouvent les rares chiffres disponibles sur le remplacement des élites de l’ex-RDA20.

Relations entre Allemands de l’Est et de l’Ouest à l’intérieur des communautés

17Dans cinq des six communautés étudiées, les Allemands de l’Ouest sont majoritaires. En général même, l’évolution de la composition des communautés montre que la proportion d’Allemands de l’Est tend plutôt à diminuer. C’est le cas à Sieben Linden : lors de sa création en 1997, cette communauté déclarait que sa composition reflétait la répartition de la population allemande, soit 2/3 d’Allemands de l’Ouest et 1/3 d’Allemands de l’Est. Dix ans plus tard, les Allemands de l’Est ne sont plus qu’environ 15 %. Cette déperdition se constate dans la plupart des communautés. Parmi les communautés comptant au moins une trentaine de membres, seule celle de Pommritz fait exception : après une crise en 2004, la plupart des Allemands de l’Ouest ont quitté les lieux. La majorité des Allemands de l’Est interrogés ont participé dans les années 1980 aux « groupes de base » auxquels les Églises évangéliques offraient un abri. Dans les communautés se retrouve donc naturellement l’électorat du parti Bündnis 90/Die Grünen, issu des Verts ouest-allemands et des groupes d’action civique de la RDA. Il s’agit de membres « typiques » des communautés ; on ne peut cependant en conclure que les communautés voient cohabiter uniquement la génération 68 de l’Ouest et la génération 89 de l’Est. Toutes les générations de l’Est et de l’Ouest sont représentées, avec une majorité de personnes âgées de 30 à 50 ans. Cela ne signifie pas, malgré une harmonie de façade, que l’entente règne en profondeur à l’intérieur des nouveaux groupes de la société parallèle.

18Dans un premier temps, la plupart des Allemands de l’Ouest déclarent qu’il n’y a plus de différences tangibles, ils se contentent de rapporter que seuls les Allemands de l’Est voient des différences et se sentent parfois brimés. Cette négation peut être apparentée à celle d’un groupe dominant qui nie l’existence même d’un type de domination à l’intérieur d’un groupe censé être progressiste et non discriminant. B., une habitante de la communauté de Klosterdorf, originaire de l’Ouest, dit :

  • 21 Entretien du 17 octobre 2006.

Il y a certainement des différences, oui, dans la mentalité. Les Allemands de l’Est disent toujours que dans toute leur culture, il n’était pas si habituel de mener des discussions si implacables et violentes et qu’ils ne se sont pas autant mis en avant. Les Allemands de l’Est disent qu’ils se sont souvent sentis brimés parce les Allemands de l’Ouest défendent leurs intérêts de façon très énergique, et qu’il ne s’agit d’ailleurs même pas de leurs intérêts mais de défendre une opinion. Les Allemands de l’Est disent qu’ils se sont souvent sentis intimidés et écrasés et qu’ils ne pouvaient pas se défendre parce qu’ils avaient une autre culture de la discussion.21

19Le choix, pour un Allemand de l’Ouest, de vivre à l’Est est souvent le fruit du hasard, non celui d’une région.

20En revanche, les Allemands de l’Est interrogés, même originaires d’une autre région que celle où ils résident, soulignent toujours leur attachement affectif et culturel pour l’Est. I., de la communauté Ulenkrug (coopérative Longo Maï), née en 1968, déclare par exemple :

  • 22 Entretien du 13 décembre 2006.

Oui, il est important pour moi que la moitié des gens ici soient de l’Est. Il y a quand même une façon différente d’aborder les choses, certaines choses vont de soi pour les hommes. Ils voient les choses autrement, pas selon un partage des rôles. Il va de soi qu’ils éduquent les enfants avec nous et parlent des problèmes, il y a une grande ouverture d’esprit. Je ne sais pas comment l’exprimer, cela joue un rôle important pour moi.22

  • 23 Entretien du 13 décembre 2006.

21M., un autre membre de la communauté (né en 1969) explique ainsi son retour à l’Est après avoir vécu dans plusieurs pays : « Il était clair à mes yeux que je reviendrais, non pas à cause de l’Allemagne, mais à cause d’une culture, d’une langue, d’un humour23 ».

  • 24 Voir Durand Béatrice, Cousins par alliance – Les Allemands en notre miroir, Paris, Autrement, 2002, (...)

22Les griefs des uns contre les autres sont récurrents. Ils se cristallisent autour de deux questions centrales liées à une socialisation de type différent. Les Allemands de l’Est reprochent à ceux de l’Ouest leur assurance, leur volonté d’imposer leurs vues et leur culture aux prétentions universalistes. Les Allemands de l’Ouest considèrent que ceux de l’Est ne sont pas assez sûrs d’eux, qu’ils sont trop passifs, ne prennent pas suffisamment d’initiatives. Ces différences de comportement se traduisent parfois par des conflits sur la place des femmes et l’éducation des enfants. Il semble que la politique affichée d’égalité des sexes en RDA, pour critiquée qu’elle fût, laisse des traces durables dans les individus. Les femmes de l’Est, comme celle qui vient d’être citée, continuent à apprécier d’être considérées comme des égales par leurs partenaires. Les femmes de l’Ouest, quant à elles, reprochent souvent à celles de l’Est de trop compter sur la communauté pour prendre en charge leurs enfants. Cela renvoie à l’idée qu’en Allemagne de l’Ouest, la société exige qu’une femme soit entièrement disponible pour son jeune enfant et assume en général seule cette charge dans la vie quotidienne24. Les femmes de l’Ouest reprocheraient donc à leurs consœurs de ne pas accepter ce contrat implicite, et toujours présent au moins de façon inconsciente chez elles, qui veut que chacun fasse « tout » pour ses enfants. Dans les quelques couples « mixtes » (Est/Ouest) interrogés, le partenaire de l’Ouest considère que les idées, la façon d’être de son partenaire de l’Est lui apportent beaucoup. Prenons-en pour exemple les propos suivants tenus par un Allemand de l’Ouest membre depuis cinq ans de la communauté de Jahnishausen à Riesa (Saxe), né en 1950 :

  • 25 « Mann » signifie à la fois « personne de sexe masculin », et, si le terme utilisé sous une forme i (...)
  • 26 Entretien du 28 janvier 2007.

Je vis maintenant avec S. qui a grandi ici, à Riesa. C’est vraiment très particulier de vivre avec une femme de l’Est, et c’est très très bien, c’est tout à fait différent d’avec les autres que j’ai connues autrefois. Ce qui me fascine ici, c’est que les femmes emploient toujours « Mann25 », même s’il y a neuf femmes et un homme. Pour moi qui ai grandi avec les mouvements des femmes, c’est tout à fait inhabituel, et je lui ai dit : « Mais tu ne peux pas dire ça ! », et elle me répond : « Pourquoi ? Ici tout le monde s’en fiche ! ». Dans le groupe de discussion des hommes, nous sommes tombés d’accord : les femmes ici n’ont pas besoin de souligner qu’il y a une femme, là, ou d’y accorder une valeur particulière, parce qu’elles ont toujours eu le sentiment d’être les égales des hommes. Elles n’ont pas été obligées de s’habituer à cette idée, elles l’étaient simplement. Elles étaient des femmes et c’était normal, elles étaient tout aussi importantes que les hommes et je crois que c’est une différence énorme.26

Vers le dépassement de la communauté « allemande » ? L’exemple européen de Longo Mai

  • 27 lle est reconstituée de l’intérieur dans les ouvrages de Willette Luc, Longo Maï - Vingt ans d’utop (...)
  • 28 L’écrivain avait lui-même fondé une communauté intermittente au Moulin du Contadour dans les années (...)

23Il apparaît que les conflits de la société extérieure sont donc importés de façon subtile à l’intérieur des communautés. Pour terminer, il est intéressant de présenter une communauté implantée en Allemagne de l’Est, mais qui se définit comme une coopérative européenne : Longo Maï. Elle a en effet été créée en 1973 par des Suisses alémaniques, des Autrichiens et des Allemands d’extrême-gauche qui avaient fui leur pays, avec « Rémi » (alias Rolland Perrot), déserteur de la Guerre d’Algérie, actif en mai 1968. Après une histoire riche en péripéties27, ils décidèrent de s’installer en Haute-Provence, en bénéficiant des conseils de Pierre Magnan (qui avait été berger de Jean Giono28). Peu à peu, la coopérative créée dans des ruines et un paysage desséché reprend vie et se développe en un réseau européen qui vit presque en autarcie grâce à l’agriculture et l’élevage des moutons. Son financement reste cependant en partie assuré par de généreux donateurs, principalement suisses, qui font partie du cercle des amis de Longo Maï. Ce mode de financement n’est pas complètement transparent, ce que l’un de ses initiateurs met sur le compte d’une différence culturelle entre catholiques et protestants :

  • 29 Interview de Hannes Reiser, mai 2003, citée par Graf Beatriz dans Longo Maï – Revolte und Utopie na (...)

Dans ce cercle, il y a surtout des enseignants, des syndicalistes, des groupes et des particuliers qui partagent nos idées sociales et ont un peu d’argent grâce à la conjoncture de l’après-guerre, l’aile gauche de l’Église, des artisans et quelques libéraux qui veulent mettre de l’argent dans des projets sociaux […]. Cette attitude est tout à fait courante dans les pays protestants. Les Français, mais aussi les Autrichiens parmi nous, n’ont jamais vraiment compris cela. Nous, les Suisses, nous avons même dû nous laisser dire que nous allions chercher notre argent chez l’ennemi de classe !29

  • 30 D’après un article en ligne de l’hebdomadaire provençal Le Ravi, 1er décembre 2004 : « Longo Maï : (...)
  • 31 Ces conflits ne sont jamais directement exprimés, mais il est utile de rappeler que parmi les 50 pl (...)

24Actuellement, ces sources financières complétées par des subventions publiques assureraient encore 50 % du financement des coopératives30. Les conflits financiers qui pourraient opposer Allemands de l’Ouest et Allemands de l’Est31 prennent ici une dimension culturelle européenne.

25Après l’unification, des contacts ont été établis entre les coopératives Longo Maï et l’ex-RDA, en particulier lors du premier Forum civique européen, organisé par Longo Maï pour le 1er anniversaire de la manifestation du 4 novembre 1989. Des personnes intéressées par la création d’une communauté soutenue par Longo Maï se sont regroupées, ont développé un projet et se sont installées à Basta, dans le Brandebourg. En raison de la politique de la Treuhand, elles n’ont pu acheter le terrain et les bâtiments qu’elles avaient en bail. D’où une nouvelle installation à Ulenkrug, dans le Nord du Mecklembourg, où les coopératives Longo Maï sont devenues propriétaires.

  • 32 Entretien avec J. décembre 2006, Ulenkrug.

26Dans cette coopérative, qui existe depuis 1996, les nationalités sont mélangées et la plupart des membres ont vécu plusieurs années dans d’autres lieux, en particularité en France. Certains Allemands de l’Ouest qui ont fui leur pays alors qu’ils n’avaient pas 20 ans ont vécu plusieurs décennies en France, ou en Autriche, avant de revenir en Allemagne à Ulenkrug. Aller à l’Est a souvent signifié pour eux ne pas aller en Allemagne, comme si l’ex-RDA jouait le rôle d’un terrain neutre qui permet de se réapproprier son pays natal. Un membre de la coopérative, l’un des fondateurs de Longo Maï, parle en ces termes de son retour en Allemagne après 1990 : « J’ai connu la RDA à ce moment-là, alors que je ne voulais plus vivre en Allemagne parce que pour moi, l’Allemagne se pliait trop à l’autorité, était trop contrôlée, trop bureaucratique ; les gens ici en RDA m’ont beaucoup plu32 ». Le recul pris par rapport à l’Allemagne permet une autre approche de l’Est, au-delà du clivage du « Mur dans les têtes », surtout à Ulenkrug où vivent des membres d’origine allemande, française, néerlandaise et suisse. Il est symptomatique de constater que les autres projets qui se veulent solidaires et ont des idéaux de partage et de développement durable n’accueillent en général aucun non-allemand ! Il est en effet nécessaire, dans la plupart des communautés, d’apporter un capital de départ, qui constitue un obstacle pour les moins riches.

27L’exemple de Longo Maï montre les contradictions d’un lieu de résistance de la société civile, à l’autonomie toute relative, qui ne peut exister sans les subsides d’un État qu’il dénonce.

  • 33 Dans Kurzbein Uwe, „Schrittweise, Geschichte der Kommunebewegung aus persönlicher Sicht“ dans Das K (...)

Les habitants des « communes » existant actuellement font partie des riches de cette société dans un des pays les plus riches du monde. Tous disposent de grands bâtiments, de grands terrains, de leurs moyens de production. Les gens sont propriétaires immobiliers et terriens, même si en apparence, ils gèrent leurs biens par le biais d’associations ou d’autres formes juridiques de sociétés. Ils ne paient pas de loyer et n’ont pas du tout à travailler autant que l’homme normal du monde civil.33

  • 34 En 1989, une descente de police a eu lieu en Provence à Longo Maï, la communauté étant accusée d’ab (...)

28Alors que pendant la république de Weimar, les intellectuels peuplant les communautés avaient dû fuir une économie en crise qui ne rémunérait plus leur travail, les actuels habitants des nouvelles « communes », même à l’Est, sont encore les héritiers de riches économies. Leur mode de vie qui heurtait encore il n’y a pas si longtemps34 est maintenant normalisé et fait partie intégrante du système social et politique dont il prétend s’éloigner. C’est peut-être la raison pour laquelle on trouve si peu d’Allemands de l’Est au sein de ces communautés.

 

29À travers les études de cas évoquées ici, il apparaît que les communautés alternatives d’origine ouest-allemandes font ressortir des traits essentiels de ce que serait la société civile. Cette société « d’en bas », cet espace intermédiaire apparaît dans le cas présent en dernière analyse comme une partie intégrante du système politique auquel elle est censée s’opposer ou apporter des corrections : une idéologie « alternative » en Allemagne de l’Ouest devient, lorsqu’elle tente de s’exporter, une idéologie dominante en Allemagne de l’Est et contribue à reproduire des rapports de domination qui existent aussi dans la société allemande en général.

Notes

1 C’est ce qui ressort d’une étude détaillée de l’Institut de recherche sur l’environnement de Leipzig : Lebensstile, Umweltmentalitäten und Umweltverhalten in Ostdeutschland, Brand Karl-Werner, Fischer Corinna, Hofmann Michael, Leipzig, 2003, non publié.

2 Pour la périodisation de l’histoire des communes en RFA : Kurzbein Uwe, « Schrittweise (Geschichte des Kommunebewegung) », dans Das KommuneBuch, Alltag zwischen Widerstand, Anpassung und gelebter Utopie, Göttingen, Verlag Die Werkstatt, 1996, p. 37-68.

3 Depuis 1993, il existe un guide (régulièrement réactualisé) assez complet qui répertorie les communautés existant en Europe (ainsi qu’en Israël, Russie, Ukraine, Turquie). Intitulé Eurotopia, Gemeinschaften und Ökodörfer in Europa, il est publié par des membres de la communauté Sieben Linden (Poppau, Saxe-Anhalt). En 2004/2005 est parue sa cinquième édition, en 2007 la sixième. Cet ouvrage a pour objectif d’aider les candidats à la vie en communauté à trouver un lieu de vie qui leur convienne, et d’aider les communautés à se faire connaître pour recruter de nouveaux membres.

4 Calcul effectué par Barth Ulli, « Was bewegt sich in den Gemeinschaftsszenen ? », publication en ligne, 2001, et dans Jahrbuch Nachhaltiges Wirtschaften, Ausgabe 1, Schidowski Waldemar et Voss Elisabeth (dir.), Wasserburg, AG SPAK, 2001.

5 Barth Ulli, art. cit.

6 U. Barth a comparé le nombre de projets de communautés qu’il nomme « politiques » (pour les différencier des communautés religieuses) à l’Est et à l’Ouest en 1994 et 2000 à partir de données internes. Sur ce point encore, le nombre de projets recensés à l’Est (communautés établies ou en cours de constitution) est proportionnellement plus important qu’à l’Ouest : elles ne représentent qu’un sixième de celles qui sont recensées en 1994, mais plus d’un quart en 2000. Ces données ne sont pas publiques…. Elles ont comme source un journal interne de ces communautés, utilisé ici par U. Barth. Face à cette absence de transparence et à des groupes sans doute portés à exagérer leur importance, on ne peut qu’être prudent.

7 Barth Ulli, art. cit.

8 Un film documentaire, de Claus Striegel „Die Siedler am Arsch der Welt“, a été tourné sur cette expérience et a été diffusé plusieurs fois à la télévision (Radio Bremen, Denkmal-Film, 2004).

9 Barth Ulli, art. cit.

10 Démerin Patrick, Communautés pour le socialisme – Pratique de la vie collective chez les étudiants de Berlin-Ouest, Paris, Maspéro, 1975.

11 Voir Linse Ulrich, Zurück, o Mensch, zur Mutter Erde, Munich, dtv, 1983.

12 On peut lire le témoignage autobiographique de Gudrun Pausewang, Rosinkawiese – Alternatives Leben in den zwanziger Jahren, Munich, dtv, 1983.

13 Le nombre de diplômés est-allemands en sciences sociales est important dans les communautés.

14 En 1996, le « ZEGG » était classé « groupe psychologique dangereux pour la jeunesse » par le Bundestag. D. Duhm prône une synthèse des théories de l’extrême-gauche avec le courant spiritualiste New Age.

15 Entretien avec J., décembre 2006, Ulenkrug.

16 Née en 1964, elle vit quand même depuis 14 ans dans cette communauté, où elle est boulangère et a donc un contact quotidien avec des clients venus de l’extérieur. Entretien du 17 octobre 2006.

17 Deutschland Radio, „Länderreport“, émission du 7 juin 2007.

18 Entretien avec J., Ulenkrug, décembre 2006.

19 Bernard Lacroix a montré comment deux ethos s’affrontaient au sein des communautés, celui du bourgeois et celui du petit-bourgeois, dans L’utopie communautaire, Paris, PUF, 1981, réédition 2006, p. 210-211.

20 Bürklin Wilhelm, Rebensdorf Hilke et alii, Eliten in Deutschland, Opladen, Leske und Budrich Verlag, 1997.

21 Entretien du 17 octobre 2006.

22 Entretien du 13 décembre 2006.

23 Entretien du 13 décembre 2006.

24 Voir Durand Béatrice, Cousins par alliance – Les Allemands en notre miroir, Paris, Autrement, 2002, p. 114 et suiv.

25 « Mann » signifie à la fois « personne de sexe masculin », et, si le terme utilisé sous une forme invariable à valeur de pluriel, « personnes » en général. Les féministes ouest-allemandes en bannissent l’emploi au sens de « personnes », pour marquer la présence de femmes dans le groupe de personnes désignées.

26 Entretien du 28 janvier 2007.

27 lle est reconstituée de l’intérieur dans les ouvrages de Willette Luc, Longo Maï - Vingt ans d’utopie communautaire, Paris, Syros, 1993 et Graf Beatriz, Longo Maï, Revolte und Utopie nach’68, Gesellschaftskritik und selbstverwaltetes Leben in den Europäischen Kooperativen, Egg, Thesis Verlag, 2005.

28 L’écrivain avait lui-même fondé une communauté intermittente au Moulin du Contadour dans les années 30. De 1935 à 1939, un groupe d’intellectuels surtout parisiens se retrouvaient deux fois par an au Contadour pour des séjours idylliques utopistes.

29 Interview de Hannes Reiser, mai 2003, citée par Graf Beatriz dans Longo Maï – Revolte und Utopie nach’68, Egg, Thesis Verlag, 2005, p. 64.

30 D’après un article en ligne de l’hebdomadaire provençal Le Ravi, 1er décembre 2004 : « Longo Maï : pourvu que ça dure ! ».

31 Ces conflits ne sont jamais directement exprimés, mais il est utile de rappeler que parmi les 50 plus grandes fortunes allemandes, il n’y a pas un seul Allemand de l’Est ni même un Allemand domicilié à l’Est. Les héritages ouest-allemands permettent à plus d’un « communard » de financer son mode de vie alternatif. Voir le Zeit-Magazin, 23.08.2007, Nr 35 „Wo wohnen die 50 reichsten Deutschen ?“. Il est d’ailleurs à noter que 8 de ces Allemands les plus riches habitent en Suisse…

32 Entretien avec J. décembre 2006, Ulenkrug.

33 Dans Kurzbein Uwe, „Schrittweise, Geschichte der Kommunebewegung aus persönlicher Sicht“ dans Das KommuneBuch, Alltag zwischen Widerstand, Anpassung und gelebter Utopie, Göttingen, Verlag Die Werkstatt, 1996, p. 67.

34 En 1989, une descente de police a eu lieu en Provence à Longo Maï, la communauté étant accusée d’abriter de dangereux terroristes kurdes. En 1996, le Centre Roger Ikor a perdu le procès pour diffamation intenté par Longo Maï, accusée d’être une secte.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/45039/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 305k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540