Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Troisième section. Pratiques et usages de la société civile

La société civile organisée par l’État ? Société civile, expertise statistique et administration en Allemagne au tournant des XVIIIe et XIXe siècles

Guillaume Garner

Texte intégral

  • 1 Riedel Manfred, « Gesellschaft, bürgerliche », dans Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexi (...)

1Les recherches menées dans le domaine de l’histoire des concepts ont montré que la société civile, initialement encastrée dans l’État, est pensée dans la seconde moitié du XVIIIe siècle comme une entité de plus en plus autonome, et que cette autonomisation conceptuelle connaît une accélération notable dans les années 1790, avec la formation d’une économie politique se réclamant d’Adam Smith, et la réception de la doctrine du droit et des conceptions politiques de Kant1.

  • 2 Pour une vue d’ensemble, voir Hoock Jochen, « D’Aristote à Adam Smith : quelques étapes de la stati (...)
  • 3 Engstrom Eric, Hess Volker, Thoms Ulrike, « Einleitung » dans Figurationen des Experten. Ambivalenz (...)

2Les modalités pratiques de cette séparation sont cependant moins claires, et l’historiographie reste divisée sur le degré de rupture intervenu dans la redéfinition des rapports État-société civile en Allemagne : c’est donc à ces deux questions que des éléments de réponse peuvent être cherchés en examinant les évolutions qui affectent la statistique comme lieu d’observation pour comprendre les mutations des rapports société civile-État intervenues dans les années 1770-1820. Cette activité d’enquête sur la situation sociale et économique d’un État fait en effet l’objet à la fois d’une pratique savante et d’une pratique administrative, et a donc un ancrage social et institutionnel différencié : l’université et les milieux savants dans le premier cas, les administrations des États de l’Empire et puis des États allemands dans le second cas2. Il convient d’emblée de rappeler le caractère ambivalent de l’expertise en tant que pratique mobilisant un savoir scientifique doté de la légitimité nécessaire pour pouvoir être placé au service du pouvoir d’État et/ou en vue de la défense d’intérêts sociaux précis3 – cette ambivalence s’étant précisément historiquement constituée au cours de la période 1750-1850.

Société civile et État dans la statistique universitaire de la seconde moitié du XVIIIe siècle : une autonomie paradoxale ?

Statistique universitaire et politisation croissante de l’opinion publique

  • 4 Crome August Friedrich Wilhelm, Ueber die Größe und Bevölkerung der sämmtlichen europäischen Staate (...)
  • 5 Süßmilch Johann Peter, Die göttliche Ordnung in den Veränderungen des menschlichen Geschlechts, Ber (...)

3Reconnue comme discipline universitaire depuis le milieu du XVIIIe siècle, la statistique est avant tout une présentation descriptive des fondements de la puissance des États, c'est-à-dire leur territoire, leur population, leurs ressources économiques, leur organisation politique et administrative. Cette statistique universitaire n’ignore cependant pas les données chiffrées et quantitatives, portant notamment sur la superficie et la population des États situés dans l’Empire et en Europe : Crome (1785) fournit ainsi des calculs de la densité de population des différents États européens, notion qu’il considère comme le critère principal permettant d’évaluer la puissance d’un pays4. De même, ces savants et universitaires sont bien informés des procédures de l’arithmétique politique, dont le principal représentant en Allemagne est le pasteur Johann Peter Süßmilch qui publie en 1741 son célèbre traité l’Ordre divin…, réédité dans les années 17605.

  • 6 Van Dülmen Richard, Die Gesellschaft der Aufklärer. Zur bürgerlichen Emanzipation und aufklärerisch (...)

4Durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, les traités de statistique ont un lectorat qui déborde le seul cercle des étudiants des universités qu’il s’agissait de former à l’administration et à la conduite des affaires de l’État, et sont de plus en plus lus par un public qui manifeste un intérêt croissant pour les questions économiques, sociales, démographiques et politiques. Cette opinion publique éclairée se recrute parmi les membres de la « bourgeoisie à talents », du personnel administratif des États territoriaux de l’Empire, secondairement parmi les représentants de la bourgeoisie commerçante et manufacturière, et elle se dote d’institutions de sociabilité spécifiques, notamment les « sociétés économiques d’utilité commune » et les sociétés de lecture, qui sont des lieux de débats, de discussions sur des questions d’actualité ou sur ces problèmes économiques et sociaux, à partir de la lecture de traités, d’ouvrages, notamment de descriptions statistiques, mais aussi de périodiques qui connaissent alors un essor de plus en plus rapide. L’imprimé est donc au cœur des pratiques (lecture, discussion, débats) qui constituent cette opinion publique éclairée6.

  • 7 Bödeker Hans Erich, « Prozesse und Strukturen politischer Bewußtseinsbildung der deutschen Aufkläru (...)

5On peut parler d’une politisation de l’opinion publique pour deux raisons. D’une part, l’opinion publique entend exercer un jugement libre sur les politiques menées par les gouvernements des États de l’Empire, à travers des prises de position de plus en plus critiques. D’autre part, elle souhaite exercer un rôle politique concret : le regard critique porté sur l’action des gouvernements ne vise pas à remettre en cause leur légitimité, mais à les inciter à mener des réformes conformes aux principes alors diffusés par la philosophie des Lumières ou par les sciences camérales. En d’autres termes, l’Öffentlichkeit entend être un soutien à des réformes gouvernementales, et veut donc agir en collaboration – et non en opposition – avec les pouvoirs en place7.

6Ce faisant, l’opinion publique tend à se superposer à la société civile dans la mesure où celle-ci, dans une tradition aristotélicienne, regroupe les chefs de ménage aptes à participer à la vie politique publique. La nouveauté de la seconde moitié du XVIIIe siècle vient de ce que le critère de qualification du Bürger n’est plus juridique (l’appartenance à un Stand, la détention du droit de bourgeoisie), mais réside dans la possession d’un capital culturel, d’une compétence sur les questions débattues qui soit reconnue et légitimée.

L’autonomie de la société civile en actes : Schlözer

  • 8 Behrisch Lars, Fieseler Christian, « Les cartes chiffrées : l’argument de la superficie à la fin de (...)

7Dans sa volonté d’exercer un examen critique de l’action des gouvernements, l’opinion publique est confrontée au problème de l’accès aux informations, et en particulier aux données statistiques chiffrées à la diffusion desquelles les gouvernements s’opposent, même si le poids de ce secret semble s’alléger à partir des années 1760-17708. La statistique chiffrée fournit en effet des critères à l’aune desquelles il est possible de juger l’efficacité des politiques menées : c’est le cas du chiffre de population – considéré comme un indice de la prospérité d’un État – comme des données sur la balance commerciale.

  • 9 Becher Ursula, « Zum politischen Diskurs der deutschen Aufklärung », dans Aufklärung/Lumières und P (...)
  • 10 Becher Ursula, Politische Gesellschaft. Studien zur Genese bürgerlicher Öffentlichkeit in Deutschla (...)

8Face à cet obstacle, August Ludwig Schlözer, professeur d’histoire, de politique et de statistique à l’université de Göttingen, demande à son lectorat de lui fournir les données dont il dispose pour les publier dans ses périodiques. Il établit ainsi une communication interactive avec l’opinion publique qui est une manière concrète de constituer l’espace d’autonomie de cette dernière face aux pouvoirs en place9. Cette autonomie apparaît à travers deux caractéristiques majeures : son espace transcende d’abord le morcellement politico-territorial et confessionnel de l’Empire ; il dépasse également les distinctions par ordres, puisque l’Öffentlichkeit tend à établir une égalité de principe entre ses membres issus de la noblesse ou de la bourgeoisie. La statistique apparaît ainsi comme la pratique par excellence exprimant la conception que cette société civile a d’elle-même10.

9Schlözer envisage donc le statisticien comme un expert, à la fois savant issu du champ universitaire et représentant informel de l’opinion publique. Dans la « préface générale » des Stats-Anzeigen, il définit en 1782 son rôle en affirmant que :

  • 11 Schlözer August Ludwig, « Allgemeiner Vorbericht », Stats-Anzeigen, 1, 1782, n. p.

Tant qu’il plaira à une partie du public éclairé et patriote (…) allemand et étranger, de me faire l’honneur de m’utiliser comme son référent auprès du reste du public, par des annonces et des conférences sur des choses qui intéressent les concitoyens et les citoyens du monde », cette publication se poursuivra, et il annonce son ambition d’en faire « une lecture nationale allemande11.

  • 12 Schlözer August Ludwig, Theorie der Statistik, Göttingen, Vandenhoeck, 1804, p. 35-36.
  • 13 Ibidem, p. 62-63.

10L’expert est légitimé à la fois par l’opinion publique, mais aussi par la reconnaissance de ses compétences que lui octroie le prince, et il constitue l’intermédiaire parfait entre la société civile et la sphère gouvernementale qui doivent également profiter de son savoir12. Réalisant la synthèse de différents savoirs pour élaborer un savoir utile à l’État13, il se situe au sommet de la division du travail savant prônée par Schlözer.

  • 14 Ibidem, p. 59-60.
  • 15 Warlich Bernd, August Ludwig von Schlözer 1735-1809 zwischen Reform und Revolution. Ein Beitrag zur (...)

11Sur le plan théorique, ce caractère partiel de l’autonomie de la société civile trouve une double traduction. D’une part, Schlözer n’entend pas ancrer sur le plan constitutionnel la garantie des principes qu’il défend : la liberté de la presse reste conçue comme une concession du prince, dont la permanence dépend de la vigilance critique de l’opinion publique, mais sans recevoir de garantie de type constitutionnel. Ceci vaut pour le respect des droits naturels, comme pour le contrôle exercé sur les gouvernements, et Schlözer ne réclame donc pas la mise en place d’un régime de type représentatif. D’autre part, en résumant par la formule vires unitae agunt (« les forces unies agissent ») la démarche de la statistique14, il rappelle que la sphère économique se trouve intégrée dans une conception encore largement unitaire de l’État et de la société. N’étant pas régie par des lois économiques propres, la société civile reste exposée à l’action du gouvernement, en vue de la réalisation du but de l’État. Schlözer reste par conséquent plus proche du discours des sciences camérales que de celui de l’économie politique d’inspiration smithienne15.

Au tournant des XVIIIe et XIXe siècles : la reconfiguration des rapports statistique-société civile-expertise

La création du Bureau de Statistique en Prusse

12Au tournant des XVIIIe et XIXe siècles s’opère une redéfinition des rapports entre statistique, société civile et expertise, dont le cas de la Prusse permet de comprendre les principales modalités, la création dans les premières années du XIXe siècle d’un Bureau de Statistique s’inscrivant dans un contexte marqué à la fois par la réception de l’économie politique d’Adam Smith et par les réformes engagées sous les ministères de Stein, puis de Hardenberg.

  • 16 Koselleck Reinhart, Preußen zwischen Reform und Revolution. Allgemeines Landrecht, Verwaltung und s (...)
  • 17 Oexle Otto-Gerhard, Conze Walter, Walther Rudolf, « Stand, Klasse », dans Geschichtliche Grundbegri (...)

13Cette ère de réformes s’ouvre dès 1794 par la promulgation de l’Allgemeines Landrecht (ALR). Ce code civil, tout en reprenant les catégories traditionnelles de „Stand“, entend redéfinir les rapports entre État et société civile, en instaurant entre l’État et les « sujets » ou « habitants » des États prussiens une relation d’immédiateté : ceci implique l’élimination du pouvoir des Stände et des corporations autonomes, et prépare la mise en place d’une société composée de Wirtschaftsbürger égaux en droit car en relation directe avec l’État16. Dans ce contexte, si la notion de „Stand“ est conservée dans l’ALR, son sens n’en est pas moins redéfini, puisqu’il est rapporté à une activité professionnelle (d’où la notion de Berufsstand) et non plus seulement au statut juridique des habitants des États prussiens. Dès l’ALR, c’est donc à l’administration qu’il incombe de mettre en place les conditions de possibilité d’instauration d’une société civile tendanciellement autonome. Cet affaiblissement de la Ständegesellschaft trouve sa traduction dans le recours aux notions de Nebenstände et de « classe » : celle-ci est corrélée à la sphère économique, puisque la diversification des activités économiques est telle que la notion de Stand ne permet plus de l’appréhender de manière satisfaisante17.

  • 18 Vogel Barbara, Allgemeine Gewerbefreiheit. Die Reformpolitik des preußischen Staatskanzlers Hardenb (...)

14L’instauration d’une société de marché par la haute administration fut relancée à partir de 1806 au moment des réformes menées par Stein, puis par Hardenberg. Ces réformateurs sont acquis aux idées de l’économie politique d’inspiration smithienne dans lesquelles ils entendent, après les défaites de 1806-1807, puiser les outils théoriques d’une politique de redressement économique des « États prussiens » face à la crise profonde qui les frappe, tant sur le plan militaire que sur le plan économique et financier. Dans l’esprit notamment de Hardenberg et de ses collaborateurs, ce redressement ne peut en effet se faire que par l’instauration d’un nouvel ordre économique, fondé sur la liberté d’activité économique des individus. Cette liberté économique est étroitement liée avec la mise en place d’une société civile autonome sur le plan économique, qui ne serait plus exposée au contrôle étatique du processus de production et de reproduction des richesses18.

15Largement imprégnés par les conceptions de la Nationalökonomie d’inspiration smithienne, ces administrateurs ne prônent donc absolument pas une abstention de l’État : celui-ci doit au contraire mettre en place une vaste législation réformatrice pour précisément instaurer cette société civile autonome, ou au moins en réaliser les conditions de possibilité, ce qui explique le primat accordé à la réforme de l’administration sur la mise en place d’une constitution.

  • 19 Sur l’histoire de la statistique administrative en Prusse, voir Behre Otto, Geschichte der Statisti (...)

16L’État et son appareil administratif doivent pour cela disposer d’informations fiables sur les réalités économiques des États prussiens et, de ce point de vue, les pratiques de la statistique administrative se révèlent dès la fin du XVIIIe siècle déficientes, étant marquées par un décalage considérable entre les ambitions initiales et les informations réellement collectées19.

  • 20 Krug Leopold, Betrachtungen über den Nationalreichthum des preußischen Staates und über den Wohlsta (...)

17En 1805, Stein met donc en place un premier Bureau de Statistique, dévoué à la collecte des informations sur lesquelles les décisions de politique économique devaient reposer. Il en confie la direction à Leopold Krug, fonctionnaire prussien qui venait de publier ses Considérations sur la richesse nationale de l’État prussien et le bien-être de ses habitants20.

18L’activité de ce premier Bureau étant interrompue par les défaites de 1806-1807, un second Bureau de Statistique est créé entre 1808 et 1810, sous la direction de Johann Gottfried Hoffmann. Ingénieur de formation puis administrateur en Prusse orientale, Hoffmann s’est fait connaître en 1803 par la publication d’un traité préconisant l’abolition des corporations et la mise en place de la liberté économique pour tous, ce qui lui a valu de se voir attribuer en 1808 la prestigieuse chaire d’économie politique de l’université de Königsberg. En 1810, il prend donc en charge la direction du second Bureau de Statistique, en même temps que la chaire d’économie politique de l’université de Berlin, charges qu’il cumule avec celle de directeur de la police économique au sein du ministère de l’Intérieur.

Statistique, société civile : des conceptions renouvelées

19Si les divergences entre Hoffmann et Krug sur les finalités et les procédures pratiques de l’activité statistique ne doivent pas être sous-estimées, car elles furent réelles, des lignes de force communes dans la redéfinition des rapports État-société civile-expertise n’en apparaissent pas moins à travers cette double création.

  • 21 Ibid., vol. 1, p. 307 ; vol. 2, p. 389.

20En premier lieu, la statistique administrative doit transmettre à l’État une connaissance fiable de la situation économique et sociale de la Prusse pour lui donner les moyens d’agir. Ceci passe par un recours accru aux données quantitatives : le chiffre bénéficie ainsi d’une autorité et d’une légitimité accrues, car une fois collectées, les données (chiffrées) permettent aux statisticiens d’élaborer des calculs de rapports (comme la densité de population), de moyennes ou de corrélations permettant d’affiner les résultats obtenus. Dans ses Considérations…, Krug, qui s’est précisément livré à des calculs visant à estimer la richesse nationale des États prussiens, polémique contre la statistique descriptive, car les informations qu’elle fournit ont un caractère impressionniste qui les rend au total inutilisables pour l’homme d’État21. Il s’en prend non seulement à la statistique descriptive qualitative, mais il met également en valeur non pas le statisticien en rapport avec le « public », mais le savant mobilisant ses compétences et son savoir pour le compte et les besoins concrets de l’État.

21En second lieu, ces procédures de connaissance statistique sont insérées dans une approche nouvelle des réalités économiques : les catégories en vigueur dans les sciences camérales (économie agricole, économie urbaine, balance commerciale) sont abandonnées au profit de catégories quantifiables, inspirées de l’économie politique smithienne (richesse nationale, revenu national, décomposition de la richesse créée en profit, salaire et rente), et également, chez Krug, de la physiocratie (produit brut, produit net).

  • 22 Hoffmann Johann Gottfried, Das Interesse des Menschen und Bürgers bei den bestehenden Zunftverfassu (...)

22Ce renouvellement des catégories apparaît également dans la manière dont est envisagée la notion de société civile. De manière plus marquée encore que dans l’ALR, les notions de „Stand“ et de « classe » sont entrelacées : chez Krug, chacune de ces deux notions apparaît comme une des subdivisions possibles de l’autre, les deux termes étant également en partie synonymes. Ce flottement sémantique témoigne de l’inaptitude de la notion de Stand à rendre compte d’une société dans laquelle le statut des individus n’est plus seulement défini en termes juridiques, mais en fonction de leur place dans le processus de production et de reproduction des richesses. Krug cherche donc tout au long de son ouvrage à articuler la tripartition classique des Stände (noblesse, bourgeoisie, paysannerie) avec une autre tripartition, de nature économique, qui distingue les classes « productive », « industrieuse » et « rémunérée ». Chez Hoffmann, le renouvellement de la conception de la société civile est plus marqué : le projet de création d’une société de marché homogène se lit dans l’abandon de la distinction entre villes et campagnes (qui avait joué un rôle crucial dans l’organisation juridique et fiscale du territoire depuis le XVIe siècle), ou dans la mobilisation contre les corporations de la notion de « public », ou dans la référence à l’homme, doté des mêmes besoins et des mêmes aspirations, quel que soit le Stand auquel il appartient22.

23Dans le même temps, cette « nouvelle société civile » a une autonomie très relative et n’est pas fondamentalement différenciée de l’État. On ne peut pas y voir le signe d’une « modernisation » insuffisante du discours sur l’économie et la société, car ce paradoxe apparent n’en est pas véritablement un : tenant compte des particularités politiques et sociales de la Prusse, les administrateurs font le constat que la mise en place d’une économie de marché, substrat d’une société civile destinée dans le futur à être autonome, n’est possible que par un renforcement des pouvoirs de l’État, par une centralisation administrative accrue, permettant d’égaliser les conditions juridiques des « habitants de l’État ». En d’autres termes, il s’agit de resserrer, sur le plan politique et juridique, les liens entre État et société civile – et donc d’affaiblir les pouvoirs intermédiaires – pour mieux permettre à l’administration d’être l’acteur chargé de garantir, sur le plan économique, l’autonomie de cette dernière.

  • 23 Oexle, Conze, Walther, « Stand, Klasse » (note 17), p. 236-238.

24L’intervention administrative permet notamment de niveler les différences de statut juridique des individus pour en faire des Wirtschaftsbürger non seulement autonomes, mais également égaux. Ceci explique le recours à des termes juridiquement neutres, tels que « membres de l’État », « homme », Bürger et « habitant »23. Les catégories mobilisées par le Bureau de Statistique vont dans la même direction, dans la mesure où il envisage les habitants des États prussiens comme des unités de compte homogènes, par-delà leur statut juridique respectif, comme le montre la publication de Hoffmann sur la superficie et la population de l’État prussien à partir des données recueillies par le Bureau de Statistique.

25Dans sa préface, ce dernier rappelle que

  • 24 Hoffmann Johann Gottfried, Uebersicht der Bodenfläche und Bevölkerung des preußischen Staats. Aus d (...)

Si les cercles sont des liaisons de communes, comme les communes sont des liaisons de familles ; si de même les districts sont des liaisons de cercles, et les États des liaisons de districts, alors ce qui, dans les données sur la situation des communes, n’a pas seulement un intérêt local, se réunit à chaque échelon supérieur de manière naturelle, aisée et fiable en vues d’ensemble pour les administrations de cercle, de gouvernement et pour les administrations supérieures d’État ; non pas pour satisfaire une curiosité vide, mais parce que les besoins de l’administration l’exigent24.

  • 25 Koselleck, Preußen, 1987, p. 448 suiv.

26Il exprime ainsi un projet de centralisation qui commence de manière révélatrice par évoquer les cercles, soit les échelons administratifs dans lesquels la noblesse était parvenue pendant l’ère des réformes à conserver une partie de ses prérogatives politiques et juridiques, et à partir desquels elle a pu s’opposer aux projets de Hardenberg25.

27La société civile que veut instituer l’administration occupe ainsi un espace dont les frontières intérieures sont largement atténuées, qu’il s’agisse des subdivisions administratives ou du clivage villes-campagnes. L’expert statisticien est donc également l’artisan d’une vision renouvelée du territoire, ce dernier étant homogénéisé afin de faire disparaître les viscosités s’opposant à la circulation des hommes, des richesses et des facteurs de production (conformément aux objectifs des réformes de 1810-1811 instituant la liberté d’activité économique).

Conflits et résistances : la « querelle des tableaux »

28Dans ce contexte, l’expert statisticien est doté d’un savoir spécifique qui est légitimé, non plus par l’opinion publique, mais par l’appareil administratif et gouvernemental. L’exemple de Krug et Hoffmann le montre : l’expert est plus un fonctionnaire inséré dans l’appareil administratif qu’un savant ou un universitaire légitimé et soutenu par une Öffentlichkeit soucieuse d’agir dans l’action réformatrice de concert avec le prince et son gouvernement. Plus exactement, sans être écartés de la sphère de l’État, les savants issus des milieux universitaires ou académiques, quand ils sont mobilisés par l’administration, le sont de manière ponctuelle et toujours sous le contrôle de cette dernière. La réforme d’en haut est donc menée pour, mais largement sans la société civile.

  • 26 Krahnke Holger, Reformtheorien zwischen Revolution und Restauration. Die ‚ gesammte’Politik an der (...)
  • 27 Koselleck, Preußen, 1987, p. 399.
  • 28 Hildebrandt Karl, « Experten wider Willen. Statistische Projekte und ihre Akteure um 1800 », dans F (...)

29Cette redéfinition des rapports déclenche très vite des polémiques et des résistances : une illustration précoce en est fournie par la « querelle des tableaux » entre 1805 et 1808, déclenchée par les attaques que lancent les tenants de la statistique descriptive universitaire, principalement des professeurs de l’université de Göttingen, mais également A. W. Rehberg et E. Brandes, contre la statistique quantitative26. D’une part, ces adversaires de la statistique quantitative refusent la réduction de la réalité et de la puissance des États aux seules données chiffrées, réduction qui ferait abstraction de données quantitatives, telles que les « forces immatérielles », « l’esprit » propres à chaque État. D’autre part, les plus conservateurs des protagonistes de cette querelle refusent la vision de la société civile qu’implique la statistique quantitative, à savoir une société composée d’individus envisagés comme des unités de compte homogènes, dans laquelle les distinctions d’ordre sont tendanciellement éliminées, ainsi que le renforcement de l’administration d’État associée à cette forme de statistique. Enfin, ils rejettent le travail mécanique et dénué de toute dimension spirituelle qu’impliqueraient pour les fonctionnaires la collecte de données chiffrées et la confection de tableaux, ces fonctionnaires ne trouvant alors plus les moyens d’épanouir leurs capacités intellectuelles. Sur ce dernier point, on notera que Hoffmann et les réformateurs prussiens (W. von Humboldt par exemple) étaient pourtant très attachés à la préservation et à l’encouragement des qualités intellectuelles et spirituelles des fonctionnaires, au maintien d’un « esprit de l’administration »27. La position et le statut des savants universitaires dans le champ de l’expertise constituent bien l’enjeu majeur de cette querelle28, dans la mesure où il apparaît clairement au début du XIXe siècle que l’expert contribuera à faire, pour l’État, de la statistique un outil de constitution de la société civile, mais sans la participation de cette dernière, donc en excluant très largement les savants, érudits, qui avaient été des acteurs essentiels de la constitution dans la seconde moitié du XVIIIe siècle d’une opinion publique de plus en plus politisée.

Conclusion

30Dans les années 1770-1820 émerge ainsi une nouvelle conception de la société civile, dont l’autonomie repose sur le processus de production et d’échange des richesses. C’est en partie en fonction de ce processus économique qu’est déterminé le statut des individus, ce qui explique le relatif effacement et la redéfinition de la notion de Stand, et l’émergence d’autres catégories, qu’il s’agisse de la « classe » ou de termes neutres liés aux individus.

31Cette séparation de la société civile, l’affirmation de son autonomie ne se situent pas seulement sur le plan théorique, mais ont également une dimension pratique, notamment à travers les réformes impulsées par l’administration, comme l’illustre le cas des États prussiens. Le poids des corps intermédiaires y est tel que l’administration d’État est le principal acteur chargé d’instituer cette société civile autonome, de l’organiser à travers des mesures visant à appliquer les principes de l’économie de marché. L’organisation d’une société civile autonome d’une part, le renforcement des prérogatives et la centralisation de l’appareil administratif d’autre part ne sont donc pas incompatibles, mais au contraire étroitement liés.

32Ce rôle crucial d’organisation de la société civile assumé par l’État explique le basculement de l’expertise statistique de la sphère de l’opinion publique vers celle de l’administration. Dans le même temps, les mutations du contenu et des finalités de la statistique traduisent à la fois ce nouveau rôle de l’État comme instigateur de l’économie de marché et une nouvelle approche de la société civile, conçue comme regroupant des acteurs économiques tendanciellement égaux en droit.

Notes

1 Riedel Manfred, « Gesellschaft, bürgerliche », dans Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, Brunner Otto, Conze Werner, Koselleck Reinhart (dir.), Stuttgart, Klett, 1975, vol. 2, p. 753 et suiv.

2 Pour une vue d’ensemble, voir Hoock Jochen, « D’Aristote à Adam Smith : quelques étapes de la statistique allemande entre le XVIIe et le XIXe siècle », dans Pour une Histoire de la Statistique, Paris, INSEE, 1977, vol. 1, p. 477-492.

3 Engstrom Eric, Hess Volker, Thoms Ulrike, « Einleitung » dans Figurationen des Experten. Ambivalenzen der wissenschaftlichen Expertise im ausgehenden 18. und im frühen 19. Jahrhundert, Engstrom Eric J., Hess Volker, Thoms Ulrike (dir.), Francfort/Main, Peter Lang, 2005, p. 7-17, p. 8-10.

4 Crome August Friedrich Wilhelm, Ueber die Größe und Bevölkerung der sämmtlichen europäischen Staaten : Ein Beytrag zur Kenntniß der Staatenverhältnisse, und zur Erklärung der neuen Größen-Karte von Europa, Leipzig, Weygand, 1785.

5 Süßmilch Johann Peter, Die göttliche Ordnung in den Veränderungen des menschlichen Geschlechts, Berlin, Gohls, 1742. L’ouvrage est réédité en 1762, puis en 1765.

6 Van Dülmen Richard, Die Gesellschaft der Aufklärer. Zur bürgerlichen Emanzipation und aufklärerischer Kultur in Deutschland, Francfort/Main, Fischer, [1986], 1996.

7 Bödeker Hans Erich, « Prozesse und Strukturen politischer Bewußtseinsbildung der deutschen Aufklärung », dans Aufklärung als Politisierung – Politisierung der Aufklärung, Bödeker Hans Erich, Herrmann Ulrich (dir.), Hambourg, Meiner, 1987, p. 10-31.

8 Behrisch Lars, Fieseler Christian, « Les cartes chiffrées : l’argument de la superficie à la fin de l’Ancien Régime », Genèses, 67, 2007, p. 4-24, p. 10-12.

9 Becher Ursula, « Zum politischen Diskurs der deutschen Aufklärung », dans Aufklärung/Lumières und Politik. Zur politischen Kultur der deutschen und französischen Aufklärung, Bödeker Hans Erich, François Étienne (dir.), Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1996, p. 196-207.

10 Becher Ursula, Politische Gesellschaft. Studien zur Genese bürgerlicher Öffentlichkeit in Deutschland, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1978, p. 137-138.

11 Schlözer August Ludwig, « Allgemeiner Vorbericht », Stats-Anzeigen, 1, 1782, n. p.

12 Schlözer August Ludwig, Theorie der Statistik, Göttingen, Vandenhoeck, 1804, p. 35-36.

13 Ibidem, p. 62-63.

14 Ibidem, p. 59-60.

15 Warlich Bernd, August Ludwig von Schlözer 1735-1809 zwischen Reform und Revolution. Ein Beitrag zur Pathogenese frühliberalen Staatsdenkens im späten 18. Jahrhundert, thèse, université d’Erlangen, 1972, p. 401-420.

16 Koselleck Reinhart, Preußen zwischen Reform und Revolution. Allgemeines Landrecht, Verwaltung und soziale Bewegung von 1791 bis 1848, Munich, dtv [1967], 1989, p. 37 et suiv.

17 Oexle Otto-Gerhard, Conze Walter, Walther Rudolf, « Stand, Klasse », dans Geschichtliche Grundbegriffe, Brunner, Conze, Koselleck (note 1), vol. 6, 1990, p. 233-236.

18 Vogel Barbara, Allgemeine Gewerbefreiheit. Die Reformpolitik des preußischen Staatskanzlers Hardenberg (1810-1822), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1983.

19 Sur l’histoire de la statistique administrative en Prusse, voir Behre Otto, Geschichte der Statistik in Brandenburg-Preussen bis zur Gründung des Königlichen Statistischen Bureaus, Berlin, Heymann, 1905.

20 Krug Leopold, Betrachtungen über den Nationalreichthum des preußischen Staates und über den Wohlstand seiner Bewohner, Berlin, Unger, 1805, 2 vol.

21 Ibid., vol. 1, p. 307 ; vol. 2, p. 389.

22 Hoffmann Johann Gottfried, Das Interesse des Menschen und Bürgers bei den bestehenden Zunftverfassungen, Königsstein/Taunus, Scriptor, [1803], 1979.

23 Oexle, Conze, Walther, « Stand, Klasse » (note 17), p. 236-238.

24 Hoffmann Johann Gottfried, Uebersicht der Bodenfläche und Bevölkerung des preußischen Staats. Aus den für das Jahr 1817 ämtlich eingezogenen Nachrichten, Berlin, Duncker und Humblot, [1817], 1819, préf. n. p. (traduit par nous).

25 Koselleck, Preußen, 1987, p. 448 suiv.

26 Krahnke Holger, Reformtheorien zwischen Revolution und Restauration. Die ‚ gesammte’Politik an der Universität Göttingen im ersten Drittel des 19. Jahrhunderts, Francfort/Main (et al.), Peter Lang, 1999, p. 301 et suiv.

27 Koselleck, Preußen, 1987, p. 399.

28 Hildebrandt Karl, « Experten wider Willen. Statistische Projekte und ihre Akteure um 1800 », dans Figurationen, Engstrom, Hess, Thoms (note 3), p. 167-190 ; Garner Guillaume, « État et information économique en Allemagne au XVIIIe et au début du XIXe siècle », dans L’information économique XVIe -XIXe siècle, Margairaz Dominique, Minard Philippe (dir.), Paris, éditions du Comité d’Histoire Economique et Financière de la France, 2008, p. 291-309.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540