Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Troisième section. Pratiques et usages de la société civile

Introduction de la troisième section

Guillaume Garner

Texte intégral

1L’ensemble des contributions consacrées à l’histoire des pratiques et des usages des concepts liés à la société civile fait apparaître trois thèmes majeurs : le contenu de la notion de société civile, ses acteurs et enfin le rapport, mouvant, de ces acteurs de la société civile à la sphère publique et politique.

2Le contenu du concept de société civile se dessine à travers un triple lien. En premier lieu, la société civile est liée à la chose publique, à la politique comme ensemble de questions touchant la conduite des affaires de la Cité. Les membres de la société civile prennent tout d’abord position en faveur du respect d’un certain nombre de principes et de valeurs, par exemple ceux liés à la notion d’État de droit ou de Rechtsstaat, comme le montre Grégory Salle à propos des associations impliquées dans la question carcérale. La mondialisation ou globalisation est un autre thème par rapport auquel se situent les mouvements relevant de la société civile, que ces mouvements relèvent de l’« anti-mondialisation » ou de l’« altermondialisme » (Julien Auboussier et Katharina Niemeyer). Enfin, la société civile mène des actions de lutte contre des situations d’injustice, de domination, de violence psychologique et sociale ou d’oppression de diverse nature, comme l’illustre le cas du « Théâtre des opprimés » présenté par Pierre Lénel. L’étude de ce mouvement, né au Brésil dans les années 1970 et qui a connu un essor important en Europe occidentale dans les années 1980, conduit l’auteur à affirmer que la société civile apparaît à travers des prises de position sur le pouvoir et/ou sur les rapports de force sociaux. Dans tous les cas, parce qu’il permet d’opérer une transmutation du particulier vers l’universel, le concept de société civile est porteur d’une visée émancipatrice.

3En second lieu, la société civile est également liée à l’économie et la société de marché telle qu’elle se met en place en Europe occidentale au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. D’une part, le cas des États prussiens dans les années 1780-1820 montre clairement que le concept de société civile est redéfini avec l’émergence d’une économie de marché, la sphère de l’échange, de la production et de la reproduction des richesses étant le moyen par excellence par lequel l’autonomie de la société civile peut être conceptualisée (Guillaume Garner). D’autre part, un certain nombre de contributions abordent la question du financement des associations, mouvements collectifs, des groupes relevant de la société civile : que celui-ci soit public ou privé, il conditionne en partie les pratiques concrètes et les prises de position de la société civile qui se situe donc moins à équidistance de l’État et du marché qu’à l’intersection de ces deux sphères.

4Enfin, le rapport du concept de société civile à la sphère privée apparaît également à plusieurs reprises. Que ce soit dans les mouvements alternatifs des années 1970, présentés par Silke Mende, ou dans les « communautés alternatives » de l’ancienne RDA, étudiées par Anne-Marie Pailhès, ce lien est très prégnant, puisqu’on est dans les deux cas en présence de communautés de vie, porteuses de valeurs, d’un projet qui s’incarnent non dans des mouvements ou des prises de position publics, mais dans un mode spécifique d’organisation de la vie quotidienne des membres de ces communautés.

 

5Ce triple lien du concept de société civile ne peut donc se comprendre sans tenir compte du statut des acteurs se réclamant de la société civile ou y étant rattachés : il s’agit là du deuxième thème sous-jacent à l’ensemble des contributions de cette section.

6Une première constatation, à vrai dire assez attendue, est la diversité des acteurs relevant de la société civile. Une typologie assez grossière permet d’en distinguer trois catégories : il s’agit d’une part des mouvements associatifs et des communautés, et d’autre part de mouvements plus politiques qui, sous des formes diverses, apparaissent comme l’un des éléments forts de l’organisation de la société civile, parce qu’elles représentent à la fois des instances de socialisation et souvent les moyens d’une expression publique. La frontière entre ces associations, communautés et des organisations politiques est certes floue, mais elle est essentielle, à la fois parce que la différenciation des partis politiques et de la sphère étatique est une caractéristique des régimes démocratiques et parce que ces mouvements ont vocation à intervenir dans des questions politiques au sens large du terme. Enfin, le rôle des experts comme acteurs de la société civile est mis en valeur : si historiquement, les experts relèvent depuis le tournant des XVIIIe et XIXe siècles surtout de la sphère étatique, leur statut n’en reste pas moins ambivalent, dans la mesure où ils peuvent être mobilisés par des organisations de la société civile et où ils peuvent, en tant qu’individus décider de s’investir dans lesdites organisations. L’ensemble des articles montre par ailleurs qu’il convient de souligner les différentes échelles auxquelles s’analyse l’implantation géographique de ces acteurs : de la communauté locale au « global », leur diversité est indéniable, ces différentes échelles ne s’excluant nullement l’une l’autre.

7Au-delà de la description ou de la caractérisation de ces divers acteurs, la plupart des analyses soulignent également que l’acte même de dénomination, de rattachement de tel individu ou telle collectivité à la société civile n’est pas neutre, mais est riche d’enseignements. Il faut tout d’abord noter que ce rattachement à la société civile n’est pas toujours affirmé ou revendiqué par les acteurs eux-mêmes : dans le cas des mouvements relevant de l’« antimondialisation » ou de l’« altermondialisme », le rôle de la sphère médiatique dans la constitution d’une société civile mondiale est indéniable, ce qui conduit à souligner que société civile et « opinion publique » ne se superposent pas. Par ailleurs, la désignation des acteurs de la société civile peut être un moyen d’exprimer la rupture que cette dernière entend promouvoir par rapport à l’ordre politique ou social établi. Les interventions de P. Lénel et de G. Garner ont ainsi montré l’émergence du concept d’« habitant » pour désigner ces acteurs : il s’agit dans les deux cas d’un concept très neutre, destiné à abstraire les individus ainsi dénommés des liens de sujétion dans lesquels ils se trouvent pris, et de poser ainsi les jalons d’une égalité entre ces derniers : flexible parce que très vague, ce mot serait ainsi porteur d’une évolution attendue, évolution dont la société civile serait à la fois le cadre et l’acteur.

 

8Ce dernier constat pose la question de la façon dont les acteurs de la société civile se situent par rapport l’ordre politique et social établi. Les acteurs de la société civile manifestent un engagement militant au nom des valeurs et des principes régissant la vie politique et sociale. Le partage de ces valeurs est cependant critique dans la mesure où il s’agit pour ces acteurs de veiller au respect et à l’application de ces principes : G. Salle a ainsi souligné l’ambiguïté des notions d’État de droit ou de Rechtsstaat qui sont à la fois des principes légitimant l’État et qui fournissent des critères à l’aune desquels la société civile peut porter un jugement critique et contestataire sur l’action de l’État. De même, la dimension citoyenne de l’empowerment dans le Théâtre des Opprimés ne manifeste pas un refus de la « société englobante », mais vise bien plutôt à en corriger les dysfonctionnements en permettant aux « habitants » impliqués d’y exercer pleinement leur citoyenneté. L’étude de J. Auboussier et K. Niemeyer fournit enfin un autre exemple de partage critique, à propos de la « mondialisation », en rappelant ici qu’il importe de distinguer les prises de position des acteurs eux-mêmes et la représentation qui en est donnée dans les medias.

9En revanche, certains exemples montrent moins un partage critique qu’une démarcation par rapport à l’ordre social établi – comme le montrent les expressions utilisées par les acteurs pour désigner la société globale (draußen). Ceci vaut notamment pour les mouvements alternatifs des années 1970 et 1980 et les communautés alternatives implantées dans les nouveaux Länder depuis une vingtaine d’années : dans ces deux cas, le lien à la sphère privée est comme on l’a déjà dit, plus fort, et le degré de politisation moins fort.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540