Version classiqueVersion mobile

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Deuxième section. Relations avec le monde économique et le monde du travail

Les voix agricoles de la société civile. L’exemple de l’Union du Sud-Est des syndicats agricoles. (1888-1914)

Pierre Chamard

Texte intégral

  • 1 Fauvet Jacques, Mendras Henri (dir.), Les paysans et la politique dans la France contemporaine, Par (...)
  • 2 Tavernier Yves, Gevais Michel, Servolin Claude (dir.), L’univers politique des paysans dans la Fran (...)
  • 3 Berger Suzanne, « Corporatisme et politique des partis. Finistère et Côtes-du-Nord, 1928-1967 », da (...)
  • 4 Bruneteau Bernard, « La “participation” paysanne. Un héritage gaulliste », Revue française de scien (...)

1Les relations du monde agricole avec les sphères politiques ne constituent pas un sujet neuf en soi, particulièrement en ce qui concerne la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale. Dès les années 19501, des études proposent l’observation des relations entre les partis politiques et « les paysans » avant d’analyser leur pratique religieuse puis leurs organisations professionnelles2. Le positionnement original de cet ensemble socioprofessionnel à l’égard des sphères dirigeantes questionne le concept de société civile, particulièrement lorsque Suzanne Berger le considère comme un véritable « État dans l’État », au fur et à mesure de son affirmation corporatiste3. La période de la Cinquième République serait à cet égard particulièrement représentative des relations de proximité entre l’organisation syndicale majoritaire qu’est la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) et les plus hautes sphères de l’État4.

  • 5 Barral Pierre, Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, Librairie Armand Colin, 1968. Verc (...)

2L’historiographie du premier syndicalisme agricole, celui né dans les années qui suivent immédiatement le vote de la loi Waldeck-Rousseau de 1884, se révèle beaucoup moins dense5. Ce syndicalisme originel souffre de l’image – systématiquement accolée – de « syndicat-boutique », organisme d’achat de matières premières nécessaires à l’agriculture, dépourvu de toute autre ambition que celle d’être une union de consommateurs. Un tel tableau, sans doute valable en ce qui concerne la réalité locale du syndicalisme agricole de la Belle Époque, présente l’inconvénient certain de ne pas rendre compte d’une multiplicité de configurations et surtout de négliger les caractéristiques des unions régionales de syndicats qui se positionnent, en l’absence de chambres d’agriculture, comme représentatives de l’agriculture. La construction de cette revendication par des hommes, des réseaux et, au final, une institution, mérite d’être analysée.

  • 6 Silvestre Claude, L’Union du Sud-Est des syndicats agricoles. Tome 2 : L’Union du Sud-Est et ses cr (...)

3L’Union du Sud-Est des syndicats agricoles (USESA) est une fédération régionale de syndicats agricoles dont le siège est à Lyon. Créée en 1888, elle étend son rayon d’action sur dix départements : l’actuelle région Rhône-Alpes et les départements de Haute-Loire et de Saône-et-Loire. Elle revendique plus de 60 000 adhérents dès 1900, répartis dans 250 organisations6. À la veille de la Première Guerre mondiale, ces deux chiffres ont plus que doublé. L’organe de direction est un conseil d’administration, composé de 12 à 24 administrateurs, le chiffre progressant de façon globalement continue entre 1888 et 1914.

  • 7 Pour compléter cette présentation succincte, voir Garrier Gilbert, « L’Union du Sud-Est des syndica (...)

4L’originalité institutionnelle de cette organisation réside dans la création à ses côtés d’organismes spécialisés en profitant immédiatement d’un cadre législatif en continuelle adaptation. Le maillage principal s’étoffe autour de la coopérative agricole (1892), de la caisse régionale de crédit agricole (1899) puis des organismes de mutualité : l’assurance contre l’incendie (1903), la caisse de retraites et de secours (1903), l’assurance contre la mortalité du bétail (1906)7, etc. Cette complexité institutionnelle nourrit ainsi la structuration d’un corps intermédiaire agricole en jouant le rôle d’antichambre d’accès au conseil d’administration de l’USESA. Ces organisations connexes permettent la formation des futurs cadres de l’Union tout en entretenant un vivier de forces vives.

5Plus, pour l’USESA comme pour ses membres dirigeants, c’est aussi une façon d’occuper le terrain. Cette spécialisation passe par la promotion d’une compétence et d’un discours qui l’accompagne alors même que les titulaires de ses fonctions n’exercent pas directement d’activité agricole – si ce n’est celle, très difficilement mesurable, de gestion de leur domaine. L’émergence de cette « parole agricole », produit d’une élite non spécifiquement agricole, doit être ainsi mise en perspective et questionnée par le concept de société civile.

  • 8 Silvestre Claude, L’Union du Sud-Est… (note 6) p. 11. Il s’agit des traits les plus significatifs d (...)
  • 9 Brelot Claude-Isabelle, « Le syndicalisme agricole et la noblesse en France de 1884 à 1914 », Cahie (...)

6Ce dernier est d’autant plus sujet à questionnement que ce syndicalisme présente une originalité majeure : il est ancré à la droite de l’échiquier politique français en dépit d’un apolitisme inlassablement réaffirmé. À la lutte explicite contre les « sirènes du socialisme » s’ajoute le principe de mixité du syndicat, préalable au paternalisme des patrons aux « mains gantés » envers « leurs » paysans « aux mains calleuses »8. Rassemblant en son sein une partie des déçus et/ou désavoués du suffrage « universel », l’USESA adhère aux organisations nationales conservatrices de la « rue d’Athènes » que sont la Société des agriculteurs de France (SAF) et l’Union centrale des syndicats agricoles (UCSA). Claude-Isabelle Brelot a démontré que ce nouveau mode d’action sociale est rapidement compris et intégré par les élites nobiliaires comme une stratégie de reconquête d’influence. Syndicalisme des ducs et des marquis, il devient ainsi un « cheval de Troie » dans la République, permettant à ces agrariens d’assouvir un goût d’utilité sociale tout en cultivant le désir « d’être aux affaires »9.

7Mettre en lumière cette société civile organisée à dominante agricole nécessite de saisir la composition sociale des instances dirigeantes du syndicalisme agricole afin de déterminer qui sont les hérauts de l’agriculture au début du XXe siècle. La méthode prosopographique autorise des allers-retours entre l’individu et l’organisation sociale qui l’entoure : quelles sont les conditions d’émergence d’un porte-parole d’organisation syndicale ? Comment les agrariens de l’USESA deviennent-ils progressivement des interlocuteurs légitimes pour les pouvoirs publics ? En d’autres termes, il est nécessaire de décrire les mécanismes sociaux qui conduisent à l’ascension d’un individu, puis de celle de son organisation.

  • 10 Publication mensuelle jusqu’en décembre 1927, le Bulletin de l’Union du Sud-Est paraît régulièremen (...)

8Pour ce faire, la collection du Bulletin de l’USESA10 constitue une ressource documentaire précieuse en dépit de ses nombreux biais. Elle incarne la façon dont cette institution et ses dirigeants se donnent à voir sur la scène agricole et politique. C’est une vitrine de l’action syndicale, depuis la commune jusqu’aux ministères et c’est essentiellement par ce média que les agrariens construisent et répandent un discours de la compétence. Son dépouillement exhaustif alimente une restitution du fonctionnement et des modes d’action d’un groupe social auprès des sphères décisionnaires, les sources classiques de l’histoire sociale apportant des compléments indispensables.

Atteindre la société civile en devenant un « professionnel » agricole reconnu : une sociabilité à l’appui d’une compétence construite

  • 11 Gabriel de Saint-Victor (1824-1893), Lyon, Jevain, s.d. Il préside l’USESA jusqu’à son décès en 189 (...)

9La composition sociale des réseaux agrariens de l’USESA révèle la difficulté à parler d’une société civile typiquement agricole. En effet, parmi les 68 individus intervenant de façon précise et prolongée dans la gestion de la fédération syndicale régionale – dont 44 sont réellement administrateurs – aucun ne cultive ses propriétés par lui-même. Près de la moitié des dirigeants réels sont d’origine nobiliaire, à commencer par le premier président Gabriel de Saint-Victor, ancien député légitimiste du Rhône et homme de confiance du comte de Chambord11.

10De ce fait, la sociabilité mise en œuvre au sein de ce groupe social ne trouve que secondairement sa source dans les questions agricoles. Au premier rang se trouve le mode de fonctionnement d’élites sociales et économiques dont le syndicalisme n’est à l’origine qu’un lieu de rencontre parmi d’autres, au même titre que les clubs ou salons, les organes de presse, de charité ou de bienfaisance mais aussi les Sociétés d’agriculture et comices. Une société d’interconnaissance préexiste ainsi aux mouvements de défense « professionnelle ».

11La trajectoire d’un individu devient lisible en fonction de critères « extra-agricoles ». Cette idée est renforcée par le mode d’accession au conseil d’administration, lequel repose sur la cooptation. Le principe électif est récusé par une élite qui entend conserver le choix de sa composition. En pratique, le candidat à un fauteuil d’administrateur est présenté par le conseil à l’Assemblée générale annuelle, qui valide ce choix par acclamation.

  • 12 « Assemblée générale de l’USE. 26 novembre 1906 », Bulletin de l’Union du Sud-Est, no 12, 15 décemb (...)
  • 13 La forte connivence entre Émile Duport et Léon Riboud, lisible dans le Bulletin de l’USESA, est dev (...)
  • 14 « Notes biographiques [décès d’Émile Duport] », Bulletin de l’Union du Sud-Est, no 8, 15 août 1906, (...)
  • 15 Vaucelles (de) Louis, Le Nouvelliste de Lyon et la défense religieuse (1879-1889), Paris, Les Belle (...)

12Outre les éventuelles stratégies de clientélisme, difficilement repérables, le panel des moyens d’ascension d’un individu dans l’organigramme de l’USESA avant 1914 est relativement limité. Au premier rang figurent les relations d’amitié, souvent forgées durant la période de l’adolescence, au cours du passage dans les institutions scolaires privées. À titre d’exemple, Joseph Glas devient directeur de la Coopérative agricole du Sud-Est en 1894 et Léon Riboud accède à la vice-présidence quelques mois plus tôt après seulement deux années passées comme administrateur. L’origine de ces promotions réside incontestablement dans la proximité qu’ils entretiennent avec le nouveau président, Émile Duport : le premier est « l'ami dévoué de [Émile] Duport, son confident de tous les jours »12 ; le second, à l’origine peu enclin à défendre la cause agricole, entre en défense « professionnelle » comme soutien inconditionnel de Duport13. Tous trois se sont côtoyés à l’école des Chartreux de Lyon : Léon Riboud assumait la vice-présidence de l’Association des anciens élèves lorsque Duport lui-même obtenait la présidence14. Cet esprit de corps, fruit d’une formation proche ou identique, s’épanouit à l’âge adulte : Joseph Rambaud, président du Comité de contentieux et de législation de l’USESA, est un proche des administrateurs Antonin Guinand et Hyacinthe de Gailhard-Bancel, député de l’Ardèche. Anciens élèves du collège jésuite de Mongré, à Villefranche-sur-Saône, les deux derniers sont actionnaires du journal dirigé par le premier : le Nouvelliste de Lyon15.

  • 16 Voir notamment « USE. Communications. Conseil du 19 décembre 1912 », Bulletin de l’Union du Sud-Est (...)
  • 17 « Use. Communications. Réunion du Conseil », Bulletin de l’Union du Sud-Est, no 7, 15 juillet 1906, (...)
  • 18 La question est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît pour ces dirigeants agricoles qui « épousen (...)
  • 19 Dumons Bruno, « Les administrateurs de l’Union du Sud-Est des syndicats agricoles (1888-1940) », da (...)

13Second critère de promotion syndicale agricole, le lien familial s’imposerait presque comme une évidence. Durant la période observée, il se décline sous toutes ses formes. Ernest Richard, trésorier depuis les origines de l’Union, et le président Émile Duport sont cousins germains par leurs mères. La filiation est récurrente, d’autant qu’il s’agit d’une transmission célébrée comme hautement symbolique par le groupe des agrariens, fidèles en cela à la culture héritée de leur milieu social. Ainsi Jean Duport perpétue la mémoire de son père décédé en fonction en 1906 avec son entrée comme auditeur au conseil de l’USESA dès 1912, son investissement dans la Coopérative agricole du Sud-Est ou la branche mutualité incendie et enfin sa nomination comme administrateur à part entière en 192116. La succession est parfois plus directe, comme lorsque Pierre de Monicault remplace immédiatement son père, démissionnaire en 190617. Enfin, il serait sujet à caution d’évoquer une entreprise de stratégie matrimoniale tant les alliances observées dans ces milieux de la noblesse et de la grande bourgeoisie s’opèrent en fonction de multiples critères. Pour autant, l’investissement dans le syndicalisme agricole peut aussi procéder du mariage18 comme c’est le cas pour Jean de Montgolfier, administrateur en 1921 qui épouse en 1907 la cousine de Camille Béchetoille, vice-président depuis 190619.

  • 20 Celle-ci ne constituant pas l’apanage exclusif des agrariens. Voir Plas Pascal, « Le barreau, carre (...)

14D’autres critères de sociabilité pourraient encore être détaillés – la proximité du mode de vie, appuyé sur une forte mobilité saisonnière et donc une multiplicité des résidences ; l’investissement dans le catholicisme social ; la domination de la formation juridique20, etc. – pour finaliser cet idéal-type sommaire du dirigeant de l’USESA. Force est de constater qu’il appartient davantage au monde des élites qu’à celui de l’excellence agricole, étant entendu que les deux ne sont pas incompatibles. Ce statut, insuffisant pour prétendre à une envergure nationale, doit se doubler d’une compétence, laquelle est bien souvent autoproclamée puis relayée par l’USESA. Elle se construit à partir de deux pratiques sociales principales.

 

  • 21 Courtin André, Les étapes d’une organisation professionnelle. Les congrès nationaux des syndicats a (...)

15À l’exception notable de Gabriel de Saint-Victor, tous les présidents et vice-présidents de l’USESA rédigent de multiples articles et/ou brochures sur des thèmes agricoles. « L’émigration de l’intérieur », repli volontaire de l’agrarien sur son domaine agricole pour marquer ostensiblement son désengagement de la vie publique en raison d’une conjoncture politique défavorable, se double de la démonstration d’une compétence à travers un discours techniciste, que ce soit sur des questions juridiques ou agronomiques. L’exemple le plus significatif est celui de Joseph Glas, directeur de la coopérative agricole cité précédemment et administrateur de l’USESA à partir de 1906 : il signe 249 articles dans le Bulletin entre 1895 et 1912. Nombre d’entre eux portent sur les ramifications de l’USESA, c’est-à-dire la coopérative et les mutuelles régionales ; il présente également un rapport sur l’assurance incendie au congrès national des syndicats agricoles de Nancy en 190921. Émile Duport lui-même procède de façon identique – 70 articles sur les sujets les plus variés – et peut donc s’autoriser par la suite la formulation d’opinions plus globales sur la bonne marche de l’agriculture en général et sur toutes les réformes nécessaires à cet effet.

  • 22 Dans les années 1900, il publie annuellement les rapports sur ce sujet effectués auprès de l’Union (...)
  • 23 Voir notamment Durand Louis, Le Crédit agricole en France et à l’étranger, Paris, Librairie Marescq (...)

16D’autres encore se spécialisent dans un domaine précis et proposent des éditions plus larges : Joseph Chatillon multiplie les brochures sur la défense contre la grêle22, Louis Durand est le spécialiste national incontesté des questions de crédit agricole23, Pierre de Monicault s’attache dès 1908, sur demande de l’USESA, à rédiger un manuel d’enseignement agricole plusieurs fois réédités. Mais il faut préciser que ce dernier appartient déjà à une deuxième génération de dirigeants agricoles, qui accèdera réellement au sommet de la hiérarchie dans les années 1920, grâce notamment à sa formation d’ingénieur agronome.

  • 24 Claude Silvestre en 1894, Albert Pontbichet et Hyacinthe de Gailhard-Bancel en 1895, Antonin Guinan (...)
  • 25 Huit en 1900, Léon Riboud en 1903, trois en 1904, deux en 1905, Gailhard-Bancel en 1910, quatre en  (...)

17Cette insistance à proclamer avec régularité et persévérance leur représentativité est renforcée par la construction collective d’une excellence agricole que l’on peut qualifier d’« interne », c’est-à-dire propre à l’USESA et aux organisations proches. Cette pratique est initiée par la SAF qui récompense plusieurs dirigeants de l’USE dans les années 189024. De 1900 à 1913, le conseil de l’USESA attribue vingt médailles à ses propres membres : aucun des administrateurs importants de la période n’est oublié25. Pour la plupart, ils s’insèrent progressivement dans les instances nationales de la SAF et de l’UCSA ; Duport en 1900 puis Anatole de Fontgalland en 1907 deviennent vice-président de cette dernière. Dans l’hypothèse où cette distinction serait due à leur fonction de président de l’USESA, on peut y déceler un signe de structuration progressive accrue de la « profession » agricole.

 

  • 26 Barral Pierre, Les agrariens français… (note 5) p. 110-111.
  • 27 7 M 117, archives départementales du Rhône. Syndicats agricoles du département du Rhône, 1891-1892. (...)

18Cette quête de la reconnaissance d’un statut est indispensable aux agrariens pour prétendre à la représentation de l’agriculture au début du XXe siècle. Fondant quelque chose de nouveau, ils doivent poser eux-mêmes les bases de leur légitimité. En parallèle, il leur faut rechercher des modes d’action originaux auprès des gouvernements et du législateur. Cela nécessite de passer outre à la « méfiance réciproque » entre eux et l’administration républicaine26 dont témoignent les rapports de la préfecture du Rhône : l’esprit de l’Union est jugé « conservateur libéral » en 1892 ; deux ans plus tard c’est « son recrutement pointilleux quant aux principes politiques et religieux » qui est stigmatisé27. Dans ce but, ils conjuguent les échelles d’intervention – depuis la salle de réunion locale jusqu’au ministère de l’Agriculture – au prix de quelques ambiguïtés de discours : cette société civile de l’agriculture ne se construit pas seulement contre l’État, elle en utilise aussi les ressorts pour s’affirmer sur la scène politique.

Gouverner du dehors. Entre tentatives législatives et frilosité parlementaire

19Développant une idéologie de paix sociale et d’union des classes, l’USESA et la rue d’Athènes refusent de recourir à la manifestation de rue qui troublerait l’ordre social. Pour autant elles ne renoncent pas à s’appuyer sur la force du nombre voire à en faire étalage pour tenter d’atteindre les lieux de décision de la politique agricole. C’est essentiellement le cas lors des congrès nationaux des syndicats agricoles, ou durant les assemblées générales annuelles de l’Union et des syndicats cantonaux qui se déroulent selon le même schéma. La publication des comptes-rendus, dans le Bulletin ou sous forme de brochure, incarne un prolongement efficace du discours de la compétence mentionné précédemment. L’ordre du jour de ses manifestations permet à des orateurs de présenter un bilan d’activité des différentes branches de l’USESA – coopérative, mutuelles, almanach, enseignement agricole, etc. Les plus éminents d’entre eux interviennent sur des sujets « professionnels » agricoles, s’érigeant ainsi en spécialistes et s’arrogeant la possibilité de mettre en discussion la politique agricole nationale.

  • 28 De façon prévisible, le Bulletin ne relaie aucune fracture dans le discours agrarien, entretenant a (...)
  • 29 Outre quelques rares exceptions, tous les administrateurs président ou participent au bureau d’un s (...)

20À l’issue de ces prises de parole qui semblent minutieusement préparées et consensuelles28, des vœux sont soumis à l’approbation des présidents et délégués de syndicats, puis sont adressés aux organisations hiérarchiquement supérieures et à l’administration, en général les services de préfecture et du gouvernement. Il est difficile d’établir avec certitude le mécanisme de construction et formulation d’un vœu, probablement préétabli par le conseil de l’USESA. Il serait donc excessif de conclure à une remontée des doléances du niveau local vers le national car ce sont des dirigeants investis à des échelles syndicales différentes qui actionnent ce levier29.

  • 30 À l’exception des années 1892 et 1912 pour lesquelles les données sont manquantes.
  • 31 Le régime des boissons est adopté en 1900 ; le privilège des bouilleurs de cru est supprimé (1903) (...)

21Une analyse de contenu des 314 vœux formulés au cours des assemblées générales de l’USESA entre 1891 et 191330 remet en question la vision classique de « syndicat-boutique » : il devient manifeste qu’une partie de l’agriculture en tant que profession est organisée, à tout le moins prend la parole. Première préoccupation : les transports sont l’objet de 47 vœux (15 %), portant principalement sur les questions de tarifs et l’amélioration du service des chemins de fer. Le commerce, les douanes et tarifs d’importation sont ensuite invoqués dans 32 vœux (10 %) ; les questions fiscales, particulièrement autour de l’impôt foncier, sont régulièrement abordées (25 vœux). La conjoncture nourrit les discussions et doléances des agrariens : la vitiviniculture fait l’objet de 27 mentions, avec insistance autour de 1907 ; les fraudes sont régulièrement dénoncées avant l’adoption de la loi Viger en 1905 ; les doléances concernant les bouilleurs de cru reflètent la chronologie heurtée de la période 1900-1906 (13 vœux)31. La représentation de l’agriculture, touchant essentiellement à la création des chambres d’agriculture, n’arrive qu’en septième position et se concentre exclusivement sous la présidence d’Émile Duport, entre 1893 et 1906. Est-ce là le signe d’une organisation qui, pleurant abondamment le chef disparu et artisan de sa reconnaissance nationale, estime sa place conquise ? Le constat mérite sans doute d’être nuancé mais ce questionnement doit être pris en compte dans le processus de construction d’une représentation officielle de l’agriculture, y compris jusqu’à la création effective des chambres d’agriculture.

  • 32 « Réponses aux vœux agricoles », Bulletin de l’USESA, no 2, 15 février 1897, p. 25-27.
  • 33 « Assemblée générale de l’USESA. Compte rendu et rapports », Bulletin de l’USESA, no 12, 15 décembr (...)
  • 34 Barral Pierre, Les agrariens français… (note 5) p. 113.

22L’avenir de ces revendications annuelles de révision législative ou réglementaire demeure peu lisible en l’absence d’une étude exhaustive – en cours – des articles de fond du Bulletin. Néanmoins, dès 1897, l’USESA se félicite de recevoir des réponses officielles, émanant de ministères ou secrétariats d’État, pour quatre d’entre eux : « Nous sommes heureux de constater, pour la première fois d’ailleurs, que le Gouvernement a bien voulu ne pas les classer purement et simplement, et même nous donner satisfaction sur certains points […]. Nous nous sommes groupés, nous formulons légalement nos doléances. Elles sont écoutées. C’est un signe des temps et un encouragement pour l’avenir »32. Au cours de cette même année, le ministre et président du Conseil Jules Méline joue un rôle fondamental : la reconnaissance publique des syndicats agricoles, la « rue d’Athènes » comprise, intervient lors de son discours au Musée social à l’occasion du « concours institué entre les syndicats agricoles ». Un mois plus tard, Émile Duport s’engouffre dans la brèche : « l’événement de l’année syndicale, l’événement capital, que j’ai le devoir de placer en tête de ce rapport [à l’assemblée générale de l’USESA], c’est la reconnaissance en quelque sorte officielle, par le Président du Conseil des ministres, M. Méline, de l’action si éminemment patriotique et sociale des syndicats agricoles »33. L’UCSA devra pourtant patienter jusqu’en 1905 pour être reçue au ministère34. La structuration des mouvements républicains – le « boulevard Saint-Germain » – dans la même période vient certainement troubler ces relations balbutiantes.

 

  • 35 Lemercier Claire, « La France contemporaine : une impossible société civile ? », Revue d’histoire m (...)

23Il semble ainsi manifeste que les agrariens n’ont jamais renoncé à jouer un rôle politique. En dépit du vœu pieu d’apolitisme, inlassablement réitéré, l’action auprès des députés, sous différentes formes, se développe au tournant du siècle : la société civile organisée est aussi groupe de pression, preuve supplémentaire, s’il en est encore besoin, du décalage entre discours et pratiques. L’approche théorique ne peut donc faire l’économie d’une observation minutieuse du groupe social pour éviter de tomber dans ses propres pièges35.

  • 36 Silvestre Claude, L’Union du Sud-Est… (note 6) p. 34.
  • 37 Courtin André, Les étapes d’une organisation professionnelle… (note 21).

24Paradoxalement, la délégation auprès des parlementaires est un recours officiel peu usité. Mentionnée à une seule reprise, en février 1891 : le conseil de l’USESA délègue quatre membres pour remettre au député du Rhône Édouard Aynard une proposition de loi sur la représentation de l’agriculture36. Cette faiblesse s’explique logiquement en regard du contexte politique et électoral, traduisant nettement une disette de l’audience des conservateurs auprès des électeurs comme des élus. Les possibilités sont très restreintes et le choix d’Édouard Aynard, par ailleurs président de la chambre de commerce de Lyon, n’est pas innocent : il est l’un des rares élus d’envergure nationale à accepter de s’afficher ponctuellement aux côtés de l’USESA, comme c’est le cas au premier congrès national des syndicats agricoles, à Lyon, où il prononce un discours sur le crédit agricole37.

  • 38 Hamon P., « Charles-Pierre-Anatole Heurard de Fontgalland », dans Prevost Michel, Roman d’Amat Jean (...)
  • 39 Administrateur atypique car il démissionne à deux reprises : il est en fonction entre 1888 et 1889, (...)
  • 40 Consulter particulièrement « Les vœux des syndicats agricoles à la Chambre des députés », Bulletin (...)
  • 41 « Assemblée générale de la Caisse régionale incendie », Bulletin de l’Union du Sud-Est, no 4, avril (...)
  • 42 Lavallée Fleury, L’action chrétienne d’un homme du monde. Le commandant Maurice de Gatellier (1861- (...)

25Bien peu d’administrateurs de l’USESA misent eux-mêmes sur un mandat parlementaire entre 1888 et 1914. Si l’on excepte la tentative avortée d’Anatole de Fontgalland dans la Drôme en 189838, Hyacinthe de Gailhard-Bancel, député de l’Ardèche de 1899 à 1910 et de 1912 à 1924 fait figure d’exception39 ; son action de parlementaire est régulièrement saluée dans le Bulletin de l’USESA40. Dans un souci d’exactitude, il faut mentionner Joseph Delachenal, député de la Savoie de 1910 à 1914, élu administrateur de la mutualité d’assurance contre l’incendie de l’USESA quelques mois avant son entrée au Palais-Bourbon41. Cette quasi-inexistence parlementaire contraste avec un investissement massif sur le terrain politique local : si les conseillers généraux ou d’arrondissement sont plutôt rares parmi les administrateurs, nombreux sont en revanche les maires et conseillers municipaux, confirmant ainsi le repli des agrariens sur leur commune voire leur domaine. Il ne s’agit pas pour autant d’un renoncement : dans la Loire, vers Saint-Denis-de-Cabanne, Maurice de Gatellier, victime d’une mauvaise expérience municipale, refuse de briguer lui-même les suffrages des électeurs mais participe activement à cinq campagnes législatives successives dans la deuxième circonscription de Roanne42.

  • 43 Est notamment réclamée la suppression du droit d’initiative parlementaire dans l’espoir clairement (...)

26Enfin, les administrateurs de l’USESA expérimentent ce qui augure des pratiques de groupe de pression : la rédaction d’un programme agricole soumis aux candidats, à l’approche des élections législatives. Utilisés à deux reprises, en 1898 et 1902, ces professions de foi indirectes reprennent les thèmes développés dans les vœux des AG – impôts, enseignement, bouilleurs de cru, tarifs douaniers entre autres – en sortant parfois du strict cadre agricole43 :

  • 44 « Le Programme agricole », Bulletin de l’USESA, no 4, 15 avril 1902, p. 77-79.
  • 45 « Les députés de la région et les intérêts agricoles », Bulletin de l’Union du Sud-Est, no 1, 15 ja (...)
  • 46 « Les députés de la région et les intérêts agricoles », Bulletin de l’Union du Sud-Est, no 3, 15 ma (...)

27La logique est radicalisée en 1902 : le Bulletin de l’USESA rend publique la position de chaque candidat44. Si nombreux sont les impétrants à émettre des objections ou à ne pas daigner officiellement répondre, 33 acceptent le programme « sans réserve » : parmi eux, seuls 3 sont élus dont Hyacinthe de Gailhard-Bancel. En 1903, l’USESA persiste dans cette voie – avant de l’abandonner – en publiant la position de tous les députés de sa circonscription sur les votes législatifs concernant les questions agricoles les plus importantes : la patente appliquée aux syndicats agricoles45 et le droit des bouilleurs de cru46.

 

  • 47 Duport Émile, « Ceci est mon testament syndical », Bulletin de l’Union du Sud-Est, no 8, 15 août 19 (...)

28Ce manque de réussite ne doit pas masquer une réelle volonté de s’investir sur le terrain parlementaire. Le retournement de la conjoncture politique au début des années 1920, avec l’élection d’une Chambre des députés plus favorable au discours agrarien, symbolise cet attachement aux cercles parlementaires : non seulement ils sont plus nombreux dans les instances dirigeantes du syndicalisme agricole mais les députés et sénateurs acceptent les invitations aux assemblées générales. Pierre de Monicault, député de l’Ain entre 1919 et 1932, illustre parfaitement cette inflexion du positionnement, lequel reste officiellement fidèle à l’apolitisme prôné par Émile Duport dans son testament syndical, véritable évangile de la génération de l’entre-deux-guerres47.

  • 48 Point de rencontre périodique entre dirigeants du « boulevard Saint-Germain » et de la « rue d’Athè (...)

29Cette période qui s’ouvre semble aussi plus lisible quant aux rapports entre le syndicalisme agricole et le pouvoir politique. La création des chambres d’agriculture – envisagée en 1919, réactivée en 1924, réellement effective en 1927 – ajoutée à la création de la Confédération nationale des associations agricoles (CNAA)48 semble clarifier le jeu institutionnel. Pour autant, ce dernier ne peut être compris qu’à la lumière d’une histoire sociale car les agrariens de l’USESA investissent massivement ces pôles de représentation auprès des pouvoirs publics. Les trajectoires individuelles mais aussi collectives qui précèdent l’entrée dans ces corps intermédiaires doivent être prises en compte, notamment dans ce qu’elles peuvent avoir de structurant. Enfin se pose la question du vocabulaire, car la preuve semble faite ici que l’Union n’est pas un simple « corps intermédiaire », elle procède aussi d’une logique qui lui est propre. Quant à la « société civile », son emploi suppose une forme de virginité politique que l’affirmation réitérée de l’apolitisme agrarien ne parvient pas à lui conférer.

Notes

1 Fauvet Jacques, Mendras Henri (dir.), Les paysans et la politique dans la France contemporaine, Paris, Librairie Armand Colin, 1958.

2 Tavernier Yves, Gevais Michel, Servolin Claude (dir.), L’univers politique des paysans dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin/Presses de la FNSP, 1972.

3 Berger Suzanne, « Corporatisme et politique des partis. Finistère et Côtes-du-Nord, 1928-1967 », dans Tavernier Yves, Gervais Michel et Servolin Claude (dir.), (note 2) p. 273-290. Berger Suzanne, Peasants against Politics, Cambridge, Harvard University Press, 1972. Traduction française : Les paysans contre la politique. L’organisation rurale en Bretagne, 1911-1974, Paris, Éditions du Seuil, 1975.

4 Bruneteau Bernard, « La “participation” paysanne. Un héritage gaulliste », Revue française de science politique, n 6, 1992, p. 964-980. Bruneteau Bernard, Les paysans dans l’État. Le gaullisme et le syndicalisme agricole sous la Cinquième République, Paris, Éditions L’Harmattan, 1994.

5 Barral Pierre, Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, Librairie Armand Colin, 1968. Vercherand Jean, Un siècle de syndicalisme agricole. La vie locale et nationale à travers le cas du département de la Loire, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1994.

6 Silvestre Claude, L’Union du Sud-Est des syndicats agricoles. Tome 2 : L’Union du Sud-Est et ses créations, Lyon, Imprimerie Paul Legendre, 1900, p. 3.

7 Pour compléter cette présentation succincte, voir Garrier Gilbert, « L’Union du Sud-Est des syndicats agricoles avant 1914 », dans Barral Pierre (dir.), Aspects régionaux de l’agrarisme français avant 1930.– Le Mouvement social, no 67, avril-juin 1969, p. 17-38. Garrier Gilbert, « L’Union du Sud-Est des Syndicats Agricoles de 1888 à 1939 », Bulletin du centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, no 1-2, 1981, p. 27-30. On se reportera également avec profit à Gayet Gérard, « L’Union du Sud-Est des syndicats agricoles, 1914-1941 », Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, no 4, 1972, p. 47-55.

8 Silvestre Claude, L’Union du Sud-Est… (note 6) p. 11. Il s’agit des traits les plus significatifs d’une idéologie plus complexe.

9 Brelot Claude-Isabelle, « Le syndicalisme agricole et la noblesse en France de 1884 à 1914 », Cahiers d’histoire, tome 41, no 2, 1996, p. 199-218.

10 Publication mensuelle jusqu’en décembre 1927, le Bulletin de l’Union du Sud-Est paraît régulièrement à partir du 15 juin 1891. L’abonnement est obligatoire pour les syndicats qui ne disposent pas de leur propre journal.

11 Gabriel de Saint-Victor (1824-1893), Lyon, Jevain, s.d. Il préside l’USESA jusqu’à son décès en 1893.

12 « Assemblée générale de l’USE. 26 novembre 1906 », Bulletin de l’Union du Sud-Est, no 12, 15 décembre 1906, p. 237.

13 La forte connivence entre Émile Duport et Léon Riboud, lisible dans le Bulletin de l’USESA, est devenue un poncif de l’histoire interne des organisations du Sud-Est. Voir sur ce point Ploton Denis et Brunet-Lecomte Odile, Histoire des assurances mutuelles agricoles du Sud-Est, 1840-1944, Lyon, Assurances Mutasudest, 1985, p. 42-43.

14 « Notes biographiques [décès d’Émile Duport] », Bulletin de l’Union du Sud-Est, no 8, 15 août 1906, p. 143-146. « Léon Riboud. Notes biographiques », Bulletin de l’Union du Sud-Est, no 5, 15 mai 1904, p. 88.

15 Vaucelles (de) Louis, Le Nouvelliste de Lyon et la défense religieuse (1879-1889), Paris, Les Belles Lettres, 1971, p. 32 et 40.

16 Voir notamment « USE. Communications. Conseil du 19 décembre 1912 », Bulletin de l’Union du Sud-Est, no 1, janvier 1913, p. 5.

17 « Use. Communications. Réunion du Conseil », Bulletin de l’Union du Sud-Est, no 7, 15 juillet 1906, p. 125.

18 La question est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît pour ces dirigeants agricoles qui « épousent » le syndicalisme agricole. Cette analyse est en cours mais les premiers résultats restent trop hypothétiques pour être présentés.

19 Dumons Bruno, « Les administrateurs de l’Union du Sud-Est des syndicats agricoles (1888-1940) », dans Cornu Pierre et Mayaud Jean-Luc (dir.), Au nom de la terre. Agrarisme et agrariens en France et en Europe du 19e siècle à nos jours. Actes du 23e colloque de l’Association des ruralistes français, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2007, p. 235-255.

20 Celle-ci ne constituant pas l’apanage exclusif des agrariens. Voir Plas Pascal, « Le barreau, carrefour des élites locales : l’exemple limousin », dans Guillaume Sylvie (dir.), Les élites fins de siècles, 19e et 20e siècles. Actes de la journée d’étude du 31 janvier 1992, Talence, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992, p. 55-77.

21 Courtin André, Les étapes d’une organisation professionnelle. Les congrès nationaux des syndicats agricoles, Paris, Payot, 1920.

22 Dans les années 1900, il publie annuellement les rapports sur ce sujet effectués auprès de l’Union beaujolaise des syndicats agricoles, affiliée à l’USESA, à la Société régionale de viticulture de Lyon ou devant l’USESA elle-même en 1912.

23 Voir notamment Durand Louis, Le Crédit agricole en France et à l’étranger, Paris, Librairie Marescq aîné, 1891.

24 Claude Silvestre en 1894, Albert Pontbichet et Hyacinthe de Gailhard-Bancel en 1895, Antonin Guinand en 1899, etc.

25 Huit en 1900, Léon Riboud en 1903, trois en 1904, deux en 1905, Gailhard-Bancel en 1910, quatre en 1912 et Fontgalland en 1913.

26 Barral Pierre, Les agrariens français… (note 5) p. 110-111.

27 7 M 117, archives départementales du Rhône. Syndicats agricoles du département du Rhône, 1891-1892. État des syndicats professionnels agricoles existant au 31 décembre 1894 dans le département du Rhône.

28 De façon prévisible, le Bulletin ne relaie aucune fracture dans le discours agrarien, entretenant ainsi l’illusion de son homogénéité et de son unité. Les rares joutes verbales contradictoires n’effritent pas un consensus nettement affirmé — donc suspect pour l’historien — et portent sur des points relativement mineurs.

29 Outre quelques rares exceptions, tous les administrateurs président ou participent au bureau d’un syndicat local, de la simple organisation communale aux structures cantonales et inter-cantonales.

30 À l’exception des années 1892 et 1912 pour lesquelles les données sont manquantes.

31 Le régime des boissons est adopté en 1900 ; le privilège des bouilleurs de cru est supprimé (1903) puis rétabli (1906).

32 « Réponses aux vœux agricoles », Bulletin de l’USESA, no 2, 15 février 1897, p. 25-27.

33 « Assemblée générale de l’USESA. Compte rendu et rapports », Bulletin de l’USESA, no 12, 15 décembre 1897, p. 217.

34 Barral Pierre, Les agrariens français… (note 5) p. 113.

35 Lemercier Claire, « La France contemporaine : une impossible société civile ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 52, no 3, 2005, p. 166-179.

36 Silvestre Claude, L’Union du Sud-Est… (note 6) p. 34.

37 Courtin André, Les étapes d’une organisation professionnelle… (note 21).

38 Hamon P., « Charles-Pierre-Anatole Heurard de Fontgalland », dans Prevost Michel, Roman d’Amat Jean-Charles, Tribout de Morembert Henri (dir.), Dictionnaire de biographie française. Tome 14 : Flessard-Gachon, Paris, Librairie Letouzey et Ané, 1979, p. 374.

39 Administrateur atypique car il démissionne à deux reprises : il est en fonction entre 1888 et 1889, 1897 et 1906, 1910 et 1914. Son mandat parlementaire, explicitement incompatible à l’origine, est sans doute la cause de ses allers-retours.

40 Consulter particulièrement « Les vœux des syndicats agricoles à la Chambre des députés », Bulletin de l’USESA, no 1, 15 janvier 1901, p. 12-13.

41 « Assemblée générale de la Caisse régionale incendie », Bulletin de l’Union du Sud-Est, no 4, avril 1909, p. 68-70. L’ordre d’accession aux responsabilités syndicales et politiques est très significatif, plus encore pour la période de l’entre-deux-guerres.

42 Lavallée Fleury, L’action chrétienne d’un homme du monde. Le commandant Maurice de Gatellier (1861-1916), Paris, Beauchesne, 1920, p. 57-58.

43 Est notamment réclamée la suppression du droit d’initiative parlementaire dans l’espoir clairement revendiqué d’éviter l’accroissement des dépenses publiques.

44 « Le Programme agricole », Bulletin de l’USESA, no 4, 15 avril 1902, p. 77-79.

45 « Les députés de la région et les intérêts agricoles », Bulletin de l’Union du Sud-Est, no 1, 15 janvier 1903, p. 5-6.

46 « Les députés de la région et les intérêts agricoles », Bulletin de l’Union du Sud-Est, no 3, 15 mars 1903, p. 51-52.

47 Duport Émile, « Ceci est mon testament syndical », Bulletin de l’Union du Sud-Est, no 8, 15 août 1906, p. 164-165.

48 Point de rencontre périodique entre dirigeants du « boulevard Saint-Germain » et de la « rue d’Athènes », qui conservent leurs structures propres. Gervais Michel, Jollivet Marcel et Tavernier Yves, La fin de la France paysanne de 1914 à nos jours. Tome 4 de Duby Georges et Wallon Armand (dir.), Histoire de la France rurale, Paris, Éditions du Seuil, 1977, p. 424-427.

Auteur

Université Lumière-Lyon 2

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search