Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Deuxième section. Relations avec le monde économique et le monde du travail

Selbstverwaltung der deutschen Wirtschaft : la formation professionnelle allemande entre État, marché et société

Alain Lattard

Texte intégral

1Selbstverwaltung der deutschen Wirtschaft : la désignation est spécifiquement allemande – et d’ailleurs difficilement traduisible – mais la réalité qu’elle recouvre nous semble à première vue familière. C’est celle d’organismes professionnels ou sectoriels régionaux qui, sous un régime de droit public, donc d’affiliation obligatoire, sont à la fois représentatifs des entreprises membres et en charge de tâches administratives que leur délègue l’État. De fait, ce double rôle de représentation d’intérêts économiques territoriaux et d’exercice de responsabilités d’intérêt public est aussi celui de nos Chambres de commerce ou Chambres des métiers.

2À y regarder de plus près, on s’aperçoit pourtant que la désignation particulière n’est pas seulement due aux hasards de la sémantique historique, mais qu’elle correspond à une véritable spécificité. S’il y a homologie des structures institutionnelles, l’espace de « gestion autonome » qui leur est imparti (une formulation qui est peut-être la meilleure façon de rendre l’idée de Selbstverwaltung), est bien plus étendu en Allemagne qu’en France. La délégation par l’État de fonctions d’intérêt général y inclut en effet l’essentiel de la formation professionnelle initiale, c'est-à-dire un pan du système éducatif post-scolaire qualitativement et quantitativement très important. Il suffit de rappeler que l’apprentissage dual, dont il s’agit ici, accueille près de 2/3 des jeunes entre 17 et 20 ans.

  • 1 C’est cette notion d’autonomie qui rattache notre objet à la problématique de la société civile, ca (...)

3Ce qui, dans le cadre de ce volume, rend notre objet intéressant, c’est la part importante d’autonomie sociale à laquelle il renvoie, espace d’autonomie dans lequel, au service de la qualification, est recherché à l’écart de l’État un équilibre entre logiques économique, pédagogique et sociale1.

4Car certes, on a affaire à un système de formation réglé par un cadre légal très strict, mais l’État n’y exerce qu’une fonction restreinte, purement formelle. La substance de la formation (référentiels professionnels et progression curriculaire) est uniquement définie par le biais de compromis entre les partenaires sociaux, l’État n’étant présent à la négociation que pour garantir la procédure et prodiguer une sorte d’assistance technique. Par ailleurs, l’autonomie sociale s’exprime dans le fait que l’administration de la formation est largement assurée par les corps constitués de l’économie : ce sont les Chambres qui se chargent de l’enregistrement des contrats, des statistiques, de l’organisation des examens, etc. Jusqu’au brevet d’apprentissage lui-même, qui est un diplôme de la Wirtschaft – donc émane de l’économie en tant que « corporation formatrice », et n’est pas une certification du système éducatif d’État.

5En délaissant ici volontairement la part scolaire de l’alternance à l’allemande – parce que le centre de gravité de la formation est bien dans l’entreprise, et surtout parce que c’est la part entrepreneuriale de cette formation qui relève de notre problématique, nous essaierons de retracer la genèse et l’affirmation de cet espace d’autonomie sociale.

  • 2 Cette esquisse historique s’appuie sur une abondante littérature qu’il est impossible de citer ici (...)

6Dans une première partie, partant du fait que le système est aujourd’hui géré principalement par trois acteurs collectifs – l’artisanat, l’industrie et le syndicalisme de salariés – nous verrons que cette architecture renvoie aux étapes successives d’une construction où, à chaque fois, la mobilisation d’un acteur finit par déboucher sur son intégration dans le système. Dans un deuxième temps, nous nous attacherons aux modes de légitimation de la Selbstverwaltung, c’est-à-dire aux perceptions et aux discours mobilisés pour justifier cette autonomie.2

Construction et consolidation d’un espace de gestion autonome

7Le moment fondateur de l’histoire de l’apprentissage se situe au tournant des XIXe et XXe siècles. Le rôle premier est alors joué par l’artisanat, qui réagit contre les effets déstabilisateurs de la liberté d’entreprise introduite progressivement dans les États allemands depuis le début du siècle. Dans la conjoncture particulière du dernier tiers du siècle, où Bismarck cherche à ne plus dépendre des libéraux au Reichstag, le chancelier instrumentalise le mouvement protestataire d’une partie de l’artisanat pour se poser en défenseur des classes moyennes et rassembler autour de lui les conservateurs.

8C’est donc au nom de cette Mittelstandspolitik que l’artisanat se voit accorder un statut dérogatoire limitant dans son secteur la concurrence largement ouverte par la Gewerbeordnung de 1869. Les modifications successives de ce code de l’activité (notamment celles de 1897 et 1908) ont alors principalement trois effets : elles renforcent les corps de métier (Innungen) qui n’ont jamais cessé d’exister (en Allemagne, la liberté d’entreprise n’a pas été introduite avec la radicalité de la loi Le Chapelier) ; elles aboutissent à la création des chambres d’artisanat (Handwerkskammern) comme institutions médiatrices entre l’État et le secteur professionnel ; enfin et surtout, elles mobilisent ces deux institutions au service de la revalorisation de l’apprentissage traditionnel, dont la dégradation a été accélérée par la dérégulation de 1869.

9Ces décisions sont fondatrices, car alors que l’État investit par ailleurs le champ éducatif pour assurer par des institutions publiques la formation générale et bientôt la formation technique des élites, il confie à l’artisanat réorganisé en corporation la responsabilité exclusive de la formation professionnelle initiale des jeunes. Non seulement seul un maître-artisan peut embaucher des apprentis, mais les corporations artisanales ont désormais le monopole de certification professionnelle.

10Ces nouvelles institutions concourent effectivement à enrayer le déclin de l’apprentissage, notamment grâce à l’action des nouvelles Chambres d’artisanat. Elles apportent en outre un double bénéfice au secteur, l’accès plus facile à la main-d’œuvre bon marché des apprentis, mais surtout la reconnaissance symbolique en tant que dépositaire du savoir professionnel et des valeurs du métier.

11Paradoxalement, à ce stade de l’histoire, l’acteur collectif qui, par sa mobilisation, a impulsé le changement, ne témoigne qu’à son corps défendant de la vitalité de la société civile, puisqu’il s’agit précisément d’une fraction de l’artisanat en révolte contre la diffusion du modèle de société libéral !

12Ce moment fondateur aurait pu rester sans lendemain s’il ne s’était agi que de restaurer l’apprentissage dans un secteur traditionnel, non porteur de la modernisation économique fulgurante que connaît alors l’Allemagne. Mais il suscite une réaction de l’industrie, du moins de la fraction de celle-ci qui est précisément le fer de lance de l’expansion et de l’innovation, la construction mécanique et l’électrotechnique. Car dans ces secteurs, l’évolution technique et les choix de production ne se traduisent pas seulement par une parcellisation du travail et la disparition des métiers traditionnels dénoncés par l’artisanat, mais aussi par l’émergence de nouveaux besoins de qualification.

13La concurrence qui s’instaure pour gagner et former la main d’œuvre jeune conduit cette frange de l’industrie à élaborer son propre modèle d’apprentissage et à en demander la reconnaissance afin que saute le verrou du monopole de certification artisanale. Le rôle moteur est joué ici par la « Commission allemande pour la scolarité technique » (Deutscher Ausschuss für das technische Schulwesen - DATSCH) qui, comme son nom l’indique intervient sur toutes les questions éducatives. Il s’agit d’un cartel d’organisations professionnelles et de branche, réunissant notamment des représentants en vue de l’Association des établissements de construction mécanique (Verein deutscher. Maschinenbauanstalten – VDMA) et de l’Association des ingénieurs (Verein deutscher Ingenieure – VDI). Ce nouvel acteur de la société civile, qui cherche à s’appuyer sur les Chambres de commerce (Handelskammern), développe une nouvelle logique : il ne défend pas un apprentissage fondé sur la tradition comme le fait l’artisanat, mais s’inscrit dans une démarche techniciste et rationalisatrice.

14Cet intérêt industriel pour l’apprentissage se manifeste dès avant 1914 (le DATSCH est fondé en 1908), mais l’essentiel du travail s’effectue à partir des années 20. Il se traduit par des innovations majeures (élaboration de méthodes raisonnées – Lehrgänge, installation d’ateliers d’apprentissage, développement d’une systématique des métiers – Berufsordnung) qui jettent les fondements d’une véritable « pédagogie industrielle » (Industriepädagogik). Quantitativement, la progression de cet apprentissage industriel reste cependant encore lente, à la fois par suite des difficultés économiques de l’entre-deux-guerres, et parce que seule une fraction moderniste de l’industrie perçoit les enjeux de la qualification.

15C’est seulement dans la deuxième moitié des années 30 que le pôle industriel de l’apprentissage atteint la masse critique, bénéficiant à la fois de l’expansion induite par le programme hitlérien de réarmement et de l’appui du régime nazi (appui idéologique postulant qu’il est indigne pour l’ouvrier allemand de rester non qualifié, et mécanismes de gestion autoritaire de la main-d’œuvre, qui favorisent les entreprises demandeuses de travailleurs qualifiés).

16Sur le plan institutionnel, la reconnaissance de l’apprentissage industriel est également lente et, qui plus est, paradoxale. Lente, car l’industrie n’obtient pas avant 1935 l’égalité de droit avec l’artisanat en matière de Selbstverwaltung et un système d’examens spécifique au sein des Chambres de commerce. Quant au paradoxe, il tient au fait que cette parité signifie potentiellement une extension de l’espace de Selbstverwaltung, mais qu’en même temps, étant obtenue sous le Troisième Reich, elle s’accompagne, avec la mise au pas institutionnelle (Gleichschaltung), d’une emprise de l’État sur l’espace d’autonomie sociale.

17Cela dit, les deux phénomènes ne s’annulent pas complètement, dans la mesure où le régime nazi, tout en les mettant sous tutelle, tend à préserver la structure des organismes en charge de l’apprentissage. In fine, la parité industrie-artisanat restera un acquis institutionnel, et après 1945, les spécialistes de l’élaboration des qualifications, tant dans l’industrie que l’artisanat, pourront se prévaloir de façon suffisamment crédible d’avoir eu sous le IIIe Reich une activité purement technique (la Berufsordnung). Si bien que les mêmes institutions avec quasiment le même personnel pourront survivre à la dénazification pour continuer de fonctionner dans le cadre d’une Selbstverwaltung restaurée.

 

18C’est pour le troisième acteur, le syndicalisme de salariés, cogestionnaire du système dual aujourd’hui, que le laps de temps entre les premières prises de position sur les questions de formation professionnelle (1919) et l’intégration institutionnelle est le plus long (1969). Ce demi-siècle d’attente s’explique dans la mesure où le syndicalisme remet doublement en cause l’ordre établi : sur le fond, en se faisant le porte-parole de logiques qui ne sont pas seulement économiques ; sur la méthode, en cherchant à modifier les règles de prise de décision.

19Dans les années 1920, le syndicalisme ne remet pas en cause le principe même de la formation en entreprise (beaucoup de ses leaders ont eux-mêmes été formés dans l’artisanat), mais il critique l’exploitation des jeunes apprentis et, plus généralement, les grandes différences qualitatives et quantitatives de l’offre d’apprentissage selon les régions et les métiers. Or, la solution qu’il préconise est de faire de l’apprentissage une mission d’intérêt public, gérée à tous les niveaux (local, régional et national) par des instances paritaires. L’appliquer reviendrait à sortir de la Selbstverwaltung pour passer à la démocratie économique (Wirtschaftsdemokratie).

20Significative de l’accession du syndicalisme au statut d’acteur social reconnu au lendemain de la guerre, cette revendication, qu’on peut situer dans le droit fil des accords conclus avec le patronat au sein de la Zentralarbeitsgemeinschaft, n’aboutit pas. Les projets de loi correspondants, formulés avec l’appui du SPD (Sozialdemokratische Partei Deutschlands), se heurtent au refus de l’artisanat et de l’industrie, qui retrouvent ici une communauté d’intérêts, et, dans un régime qui ne cesse de glisser à droite, échouent finalement faute de majorité politique.

21Après 1945, alors qu’après la fin du nazisme la Selbstverwaltung a été restaurée, le syndicalisme se fait le porte-parole d’une contestation qui monte très vite en puissance à partir de la fin des années 50. Elle renoue d’abord, au nom de la démocratie, avec le thème de l’entre-deux-guerres d’une gestion paritaire du système de formation ; puis elle se fait le relais d’une critique techniciste de l’apprentissage (une formation issue de la tradition artisanale est-elle encore actuelle à l’époque de l’automation ?) ; enfin, dans un contexte d’emballement de la réforme éducative, elle fait chorus avec la critique pédagogique, fondamentalement méfiante envers une transmission des savoirs dans un contexte de production.

22Il est malaisé de résumer cette séquence en quelques mots, car elle connaît un véritable télescopage des revendications et des réformes. Le gouvernement de Grande Coalition adopte une réforme en 1969 qui fait, bien qu’incomplètement, largement droit à la revendication syndicale d’une gestion paritaire du système. Mais cette concession vient trop tard. Les acquis de la loi de 1969 – qui, par delà le toilettage récent de 2006, fondent encore l’architecture institutionnelle d’aujourd’hui – sont en effet occultés par les promesses du projet de réforme suivant, échafaudé par la coalition social-libérale.

23Dans un climat encore fortement marqué par la critique soixante-huitarde de la logique d’entreprise, est proposé alors, avec l’appui des syndicats, un grand service public d’éducation intégrant la formation professionnelle en entreprise dans une structure d’école unique.

24Bien que le gouvernement se défende de vouloir étatiser l’apprentissage, les organismes de la Selbstverwaltung se croient promis à une fin certaine. Ils ne doivent leur salut qu’à l’échec in extremis du texte gouvernemental devant le Bundesrat en 1976. Après cet épisode dramatique, le système dual retrouve sa place dans le cadre de la Selbstverwaltung avec une étonnante rapidité. Cette restabilisation ne tient pas qu’à l’alternance politique qui chasse les sociaux-démocrates du pouvoir en 1982, elle s’explique aussi par un recentrage radical de l’attitude syndicale. Les syndicats redécouvrent rapidement les vertus de la réforme de 1969, injustement dédaignée, qui permet bientôt, de concert avec les interlocuteurs patronaux, de réaliser une importante modernisation du système des métiers.

25Enfin, dans le contexte de crise économique, la comparaison des conditions d’insertion professionnelle en Allemagne avec celle des pays à formation professionnelle scolaire manifeste bientôt de façon éclatante les avantages d’un apprentissage en entreprise. Avec l’intégration de l’acteur syndical, l’autonomie sociale (Selbstverwaltung) du système d’apprentissage opère son bouclage institutionnel, en même temps qu’il trouve sa pleine légitimité sociale.

Les modes de légitimation de la Selbstverwaltung

26S’agissant des perceptions et des discours sur lesquels se construit cette légitimité, nous nous concentrerons ici sur deux aspects particulièrement spécifiques dans une comparaison franco-allemande : la sacralisation du métier, qui trouve ses racines dans la composante luthérienne de l’éthique du travail allemande, et la conception que l’État a de son périmètre d’intervention dans les questions de formation professionnelle.

  • 3 Voir sur ce sujet Lattard Alain, « Les “impondérables transcendentaux”. Aux origines de la sacralis (...)

27Le premier point donne l’occasion d’insister sur les soubassements culturels du phénomène d’autonomie sociale que nous analysons. Le moment fondateur de l’apprentissage en entreprise évoqué plus haut, à la fin du XIXe siècle, a en effet, outre sa signification institutionnelle, une portée culturelle de très long terme, car il fait de la corporation artisanale le dépositaire privilégié des valeurs du métier. Ce faisant, le monopole de certification professionnelle donné aux Handwerkskammern achève une captation idéologique, engagée depuis le début du siècle, qui consiste pour l’artisanat à se présenter comme le seul garant de la forme morale du travail. L’artisanat capitalise ainsi la composante luthérienne de l’éthique allemande du travail3.

  • 4 Pour une analyse de ce thème voir Campbell Joan, Joy in work, German work : the national debate, 18 (...)

28Indépendamment de la problématique wébérienne de l’éthique protestante et du capitalisme, nous faisons allusion ici à la façon dont le concept de métier (Beruf), mis en circulation par la Bible de Luther, véhicule une attitude particulière envers le travail. La polysémie du terme choisi (Beruf) exprime bien la double acception du métier luthérien, à la fois inscrit dans une dimension spirituelle (la vocatio du croyant) et séculière (l’insertion dans le monde d’ici-bas à travers l’occupatio). De ce concept, adossé sur des développements théologiques correspondants, découle une double exigence vis-à-vis du travail, celle de l’adhésion intime, de l’identification personnelle, et celle de l’intégration dans la communauté laborieuse. À la fois schéma cognitif et injonction morale, cette recherche d’une double satisfaction au travail, dans son intériorité et son extériorité, se diffuse non seulement par la théologie, mais aussi, sous forme sécularisée par la littérature, la philosophie, et dans de nombreux autres registres de la production culturelle allemande. Elle n’est évidemment pas la seule composante d’une éthique du travail qui, au demeurant, évolue au gré des contextes sociaux et historiques ; mais elle en est un paradigme marquant, sans lequel on ne pourrait par exemple pas expliquer pourquoi la question de la Arbeitsfreude occupe une telle place dans le débat social allemand4.

29Or, à partir du début du XIXe siècle, le discours intellectuel et celui des artisans protestataires convergent pour affirmer que cette dimension morale de l’activité est mise en péril par la division du travail qui va de pair avec l’émergence de l’industrie. C’est donc aussi au nom d’une revendication éthique, la sauvegarde du Beruf, seul travail moralement et donc socialement satisfaisant, que s’affirme la restauration d’un corporatisme artisanal. Tandis que dans l’esprit luthérien initial, le travail-vocation (Beruf) désignait toutes les sortes d’activités, même les plus viles, auxquelles aucun chrétien ne doit rechigner si elles correspondent à sa fonction dans l’ordre du monde, s’opère désormais l’identification du Beruf au métier traditionnel, travail qualifié, non parcellisé, tel que l’entend l’artisanat.

30Bien sûr, il y a aussi un discours rationaliste sur le travail, dont le développement peut notamment s’appuyer, en ce début de siècle, sur la sociologie naissante et, après la Première Guerre mondiale, sur l’émergence d’une politique moderne de l’emploi. Mais dès lors qu’il est question de formation professionnelle, même dans les débats scientifiques, la référence au métier-vocation n’en reste pas moins incontournable au moins pour deux raisons : d’une part, avec la reconnaissance nouvelle des Innungen et des Handwerkskammern l’idée a pris corps dans des institutions, qui, par leur pouvoir, contribuent à en assurer la pérennité ; d’autre part les éléments identitaires et symboliques que mobilise cette invocation du Beruf ont une importance stratégique dans une période de changement socio-économique violent.

  • 5 Telle est la thèse de Georg Kerschensteiner, « père de la Berufsschule », thèse popularisée en part (...)
  • 6 C’est l’objet de la Berufsbildungstheorie développée en particulier par Kerschensteiner et par le p (...)

31Ainsi, à l’appui d’une gestion de l’apprentissage dans le cadre de la Selbstverwaltung, on voit les artisans protestataires en particulier affirmer que leur secteur est l’École de la nation, où sous la férule du maître-artisan la jeunesse serait immunisée contre les dangers du travail industriel, les tentations de la grande ville et les influences de la social-démocratie. De même, l’industrie a beau élaborer son propre système de formation sur la base d’une argumentation fonctionnelle (la qualification est déjà pensée au service de la compétitivité), il lui faut, pour espérer attirer suffisamment de jeunes, coller au modèle artisanal du métier-vocation. La définition de l’ouvrier professionnel (Facharbeiter) fait donc explicitement référence à un champ de compétence complet (Ganzheitlichkeit), gage d’autonomie et d’identité au travail. On y retrouve les deux dimensions traditionnelles du beruf, Arbeitsfreude et Standesbewußtsein, satisfaction personnelle et fierté catégorielle. Ces derniers éléments expliquent aussi l’adhésion fondamentale du syndicalisme tant à cette idéologie du métier qu’à l’apprentissage en entreprise. Certes, il s’agit d’une adhésion critique, qui dénonce l’exploitation des jeunes et les déficiences du marché de la formation, mais aussi d’une adhésion logique, car fondée sur la conscience qu’une telle identité au travail favorise l’engagement militant. Enfin, les pédagogues s’approprient aussi le paradigme du métier, dont ils font la référence de l’école d’accompagnement (Berufsschule). Ils reprennent d’abord l’argument du métier comme moyen d’éduquer la jeunesse populaire au civisme5, puis parachèvent la sacralisation du Beruf en lui prêtant les mêmes capacités d’épanouissement de la personnalité que la formation générale par les humanités classiques6.

32Il faudrait avoir davantage de place pour montrer comment le métier continue jusqu’à aujourd’hui d’être l’élément fédérateur des discours sur la formation professionnelle. Contentons-nous de dire ici qu’il est vecteur de propagande sous le « IIIe Reich », mais aussi pierre de touche dans les discussions de l’Allemagne du miracle économique, lorsqu’on s’y interroge sur l’impact social des mutations du travail et de la mobilité professionnelle ; et que plus près de nous, l’importance des représentations du métier pour justifier l’autonomie de la formation professionnelle (Selbstverwaltung) apparaît a contrario : c’est précisément quand s’affaiblit l’attachement des acteurs à la référence du métier, en l’occurrence dans les années 1970, marquées par une pédagogie de l’émancipation et un idéal de formation technique faisant fi du Beruf, que le système dual paraît condamné. Et c’est inversement lorsque, après l’échec de la réforme de 1975, les syndicats redécouvrent les vertus du métier pour la régulation du marché du travail que peut s’opérer dans les années 80 la restabilisation de l’apprentissage en entreprise.

 

33La préservation de la Selbstverwaltung tout au long de l’histoire de la formation professionnelle est sinon corrélative du maintien en retrait de l’État. Quand celui-ci est interventionniste, c’est par exception et avec une efficacité limitée. C’est le cas sous la république de Weimar, marquée à ses débuts par l’institutionnalisation du Sozialstaat et une montée du centralisme. Mais dans ce cadre nouveau, les partis favorables à une réforme de la formation professionnelle (SPD et DDP - Deutsche Demokratische Partei) n’ont que trop brièvement une influence dominante sur le gouvernement. Le glissement à droite des majorités du Reichstag et les crises politiques à répétition sonnent rapidement le glas de toute réforme. Le constat n’est guère différent pour la période du « IIIe Reich » où le gouvernement est loin d’être aussi omnipotent que le suggère le Führerprinzip. Constamment contraint d’arbitrer les querelles entre factions rivales, il est trop soucieux de s’assurer le soutien de l’industrie à la veille du déclenchement de la guerre pour remettre en cause le fonctionnement des organismes de Selbstverwaltung dans la gestion du système d’élaboration des professions. Enfin, il faut aussi fortement relativiser l’image des années 1974-75, où la volonté initiale d’intégrer la formation professionnelle en entreprise dans un deuxième cycle scolaire unifié semble illustrer les ambitions démesurées d’un État planificateur du changement social. À y regarder de plus près, on s’aperçoit que les projets concernant la formation professionnelle sont une sorte de compensation pour l’échec déjà visible sur le terrain de la réforme de la formation générale. De plus, ces projets doivent être modérés face à la résistance patronale, que le parti libéral FDP (Freie demokratische Partei) relaye au sein de la coalition. Finalement, ils buttent sur le verrou institutionnel du fédéralisme, puisque, alors que le projet avait déjà été largement vidé de son contenu, c’est finalement l’opposition du Bundesrat qui invalide le vote précédemment acquis au Bundestag.

34En dehors de ces phases exceptionnelles, la règle générale en matière d’apprentissage est celle de « l’État modeste ». Avant 1914, c’est, on l’a vu, le cas, en vertu de la posture conservatrice qui, par la protection de l’artisanat, fait mine de revivifier les communautés corporatives de la société traditionnelle. Après 1945, jusque dans les années 60, le respect affiché de la Selbstverwaltung est en phase avec le délaissement relatif de la politique éducative, de toute façon du ressort des Länder, et surtout avec le choix du régime économique de Soziale marktwirtschaft, qui justifie l’autonomie des Chambres professionnelles par référence au principe de subsidiarité. Enfin, après la crise des années 1970, l’abandon de tout projet de réforme structurelle du système de formation va de pair avec le retour au pouvoir des Chrétiens-démocrates dans un contexte de référence générale au néo libéralisme.

35Ajoutons enfin, sans vouloir en surestimer l’importance pour la légitimité sociale globale, que, depuis lors, le système d’apprentissage bénéficie aussi de la caution de la science politique. Dans les années 70, c’est sous couvert des théories du néo-corporatisme, qui valorisent l’association du syndicalisme à la Selbstverwaltung, et aujourd’hui, ce colloque en témoigne à sa façon, c’est au nom de l’attention portée à la vitalité de la société civile.

Conclusion

36Au terme d’un aperçu historique nécessairement bref et schématique, on voit que comme mode d’organisation et de gestion de la formation professionnelle, la Selbstverwaltung der deutschen Wirtschaft a eu finalement une genèse longue et plutôt mouvementée ; qu’à des moments clés, l’intervention de l’État joue un rôle déterminant pour départager les acteurs sociaux ou infléchir le cours de l’évolution ; mais qu’au total il y a d’importants éléments de continuité. Ils sont dus à l’existence d’acteurs collectifs forts investissant l’espace social qui s’ouvre à eux, et capables de trouver des compromis à la fois satisfaisants pour ceux qui les négocient et générateurs d’une reconnaissance sociale globale. Par ailleurs, on mesure aussi le poids d’un substrat culturel et d’une conception du rôle de l’État qui donnent des ressources pour légitimer un système autorégulé.

37Pour conclure en osant être prospectif, on notera certes que la situation depuis les années 1980 se caractérise par une grande stabilité, puisque la Selbstverwaltung est un cadre désormais approuvé par tous les acteurs sociaux et préservé de façon sourcilleuse par l’État (voir son refus récent d’instaurer une taxe d’apprentissage). Toutefois on peut se demander si la Selbstverwaltung n’est pas menacée d’un certain dépérissement à la mesure de l’étiolement des facteurs qui ont fait sa force : en effet le système ne s’est restauré à partir des années 1980 qu’en faisant une place plus forte à la logique purement économique. Or, c’est cette économisation qui est aussi à l’origine d’un affaiblissement de la capacité d’organisation collective et d’une perte de crédibilité du métier comme paradigme de qualification. L’autonomie du système de formation professionnelle peut donc certes continuer à fonctionner comme une mécanique bien huilée, mais sa perte d’attractivité pour les jeunes et les entreprises risque à terme de lui faire perdre sa place centrale dans le système éducatif. À travers l’exemple de la formation professionnelle, on entrevoit donc combien l’emprise croissante de la logique économique tend à réduire les marges de manœuvre de la société civile.

Notes

1 C’est cette notion d’autonomie qui rattache notre objet à la problématique de la société civile, car, stricto sensu, la formation professionnelle rentre mal dans l’acception courante de ce concept, qui est celle d’un espace social où une pluralité d’organisations issues d’un engagement volontaire des citoyens agissent indépendamment de l’État et à l’écart de la logique économique de profit. Au regard de ces deux derniers critères, le système dual déroge à la définition, ne serait-ce que par le statut de droit public des chambres professionnelles ou par l’importance du calcul économique dans les décisions de formation. Mais en organisant un compromis entre les logiques économiques, pédagogique et sociale, et surtout en mobilisant comme acteurs principaux les organisations à adhésion libre des partenaires sociaux, il ménage une autonomie relative d’une seule de ces logiques, aménage donc bien un espace intermédiaire entre État, marché et société.

2 Cette esquisse historique s’appuie sur une abondante littérature qu’il est impossible de citer ici de façon exhaustive. Le lecteur intéressé trouvera une synthèse des recherches récentes et des renvois bibliographiques spécifiques dans les titres suivants : Stratmann Karlwilhelm, Schlösser Manfred, Das Duale System der Berufsbildung. Eine historische Analyse seiner Reformdebatten, Francfort a. M., GAFB Verlag, 1990 ; Greinert Wolf-Dietrich, Das „deutsche System“ der Berufsbildung. Tradition, Organisation, Funktion, Baden-Baden, Nomos Verlag, 1998 ; Greinert Wolf-Dietrich, Erwerbsqualifizierung jenseits des Industrialismus. Zu Geschichte und Reform des deutschen Systems der Berufsbildungspolitik, Francfort a. M., GAFB Verlag, 2007 ; Thelen Kathleen, How Institutions Evolve : The Political Economy of Skills in Germany, Britain, the United States and japan, New York, Cambridge University Press, 2004 ; Schütte Friedhelm, Berufserziehung zwischen Revolution und Nationalsozialismus. Ein Beitrag zur Bildungs-und Sozialpolitik der Weimarer Republik, Weinheim, Deutscher Studien Verlag, 1992 ; Wolsing Theo, Untersuchungen zur Berufsausbildung im Dritten Reich, Kastellaun, Henn, 1977.

3 Voir sur ce sujet Lattard Alain, « Les “impondérables transcendentaux”. Aux origines de la sacralisation allemande du Beruf », dans Hausbei Kerstin, Lattard Alain (dir.), Identité(s) multiple(s). Mélanges offerts à Gerald Stieg, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2008.

4 Pour une analyse de ce thème voir Campbell Joan, Joy in work, German work : the national debate, 1800 – 1945, Princeton, NJ. Princeton Univ. Press, 1989.

5 Telle est la thèse de Georg Kerschensteiner, « père de la Berufsschule », thèse popularisée en particulier par un mémoire de 1901 répondant à la question particulièrement significative de l’académie des « sciences d’intérêt public » (Akademie gemeinnütziger Wissenschaften) d’Erfurt : Comment éduquer au civisme notre jeunesse masculine entre la fin de l’école primaire et l’entrée au service militaire ?

6 C’est l’objet de la Berufsbildungstheorie développée en particulier par Kerschensteiner et par le philosophe et pédagogue Eduard Spranger (1882-1963). Il s’agit pour eux de dépasser la conception humboldtienne opposant formation générale et formation professionnelle.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540