Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Deuxième section. Relations avec le monde économique et le monde du travail

Lobbyisme économique et mission politique. Les libraires-éditeurs allemands et l’émergence de la société civile au début du XIXe siècle

Julia A. Schmidt-Funke
Traduction de Christine Meyer

Texte intégral

  • 1 Kocka Jürgen, « Zivilgesellschaft als historisches Problem und Versprechen », dans Europäische Ziv (...)
  • 2 Schmidt-Funke Julia, Auf dem Weg in die Bürgergesellschaft. Die politische Publizistik des Weimare (...)
  • 3 Fischer Bernhard, « Von den „Europäischen Annalen“ zur „Tribüne“ – J. F. Cottas politische Periodi (...)

1Les libraires-éditeurs allemands jouèrent dans le processus d’émergence de la société citoyenne au début du XIXe siècle un rôle non négligeable, qui ne se borna pas à la consolidation d’un espace public citoyen. Le secteur du livre a produit en l’éditeur un type de citoyen quasi idéal, dont la contribution à façonner nombre de domaines de la vie peut se comprendre comme un engagement de société civile1. Nous allons tenter de montrer par quels intérêts économiques, quelles convictions politiques et quelles valeurs culturelles il était animé dans cet engagement. Nous nous appuyons pour ce faire sur des réflexions élaborées dans le cadre d’une recherche menée sur l’éditeur de Weimar Friedrich Justin Bertuch2 complétées par la comparaison avec d’autres libraires-éditeurs3.

2Pour commencer, nous allons définir brièvement les concepts de « société citoyenne », « société bourgeoise » et « société civile ». Puis nous esquisserons en quelques mots l’état de la recherche allemande sur la bourgeoisie. Dans la partie suivante, nous proposerons une caractérisation sociale et économique du groupe des libraires-éditeurs, avant de présenter trois niveaux de leur activité de société civile : d’abord l’espace public, ensuite la sociabilité, la vie associative et les fonctions publiques, enfin les groupes d’intérêt corporatifs.

Société citoyenne – société bourgeoise – société civile

  • 4 Riedel Manfred, « Bürger, Staatsbürger, Bürgertum », dans Geschichtliche Grundbegriffe. Historisch (...)
  • 5 Gall Lothar, Von der ständischen zur bürgerlichen Gesellschaft, Munich, Oldenbourg (Enzyklopädie d (...)
  • 6 Müller Winfried, Die Aufklärung, Munich, Oldenbourg (Enzyklopädie deutscher Geschichte 61), 2002, (...)
  • 7 Kocka, « Zivilgesellschaft », 2000, p. 17.
  • 8 Gall Lothar, « Die Stadt und die moderne Bürgergesellschaft », dans Stadt – Gemeinde – Genossensch (...)
  • 9 Schmidt Jürgen, Zivilgesellschaft und nichtbürgerliche Trägerschichten. Das Beispiel der frühen de (...)

3Autour de 1800 commencèrent à s’établir dans les pratiques politiques des États allemands des éléments de ce qu’on appelle aujourd’hui la société civile, c’est-à-dire que l’expression politique dans l’espace public, la participation active et passive à des processus de décision politiques et le rassemblement dans des groupements d’intérêts constitués en associations furent revendiqués et mis en pratique. Le modèle de société sur lequel se fondaient ces pratiques politiques était prôné par les personnes concernées comme « société citoyenne » (Bürgergesellschaft) ou « société bourgeoise » (bürgerliche Gesellschaft). Ces concepts étaient rendus possibles grâce à la polysémie qui caractérisait, et caractérise toujours, en allemand, le mot Bürger. Contrairement à ce qui se passe en français, où les termes « bourgeois » et « citoyen » coexistent en tant que notions bien distinctes, le mot Bürger oscille en allemand entre ces deux significations. Il désigne d’une part l’appartenance à la classe moyenne, d’autre part la participation libre de toute limitation corporatiste ou locale à une communauté politique, à un ensemble de citoyens4. La « société bourgeoise », telle qu’elle est conçue et vécue au XIXe siècle, repose – et ce pas uniquement du point de vue conceptuel – sur la fusion de ces différents niveaux de signification. Dans l’idéal, la communauté des citoyens de l’État devait en effet être constituée d’une société bourgeoise de classe moyenne dans laquelle entreraient peu à peu aussi bien l’aristocratie égalisée, libérée de tous ses privilèges, que les classes inférieures embourgeoisées par l’accès à la propriété et à la culture. Mais tant que ce processus n’était pas achevé, on jugeait légitime de limiter la participation à la communauté à ceux qui possédaient déjà un statut bourgeois5. C’est pourquoi la première société citoyenne se forma en réalité dans le milieu de l’aristocratie et de la bourgeoisie éclairée6. Lorsqu’il apparut au milieu du XIXe siècle que cette limitation, loin de se dissiper, se renforçait de plus en plus par suite de la volonté des bourgeois de se démarquer de la classe ouvrière, le concept de « société bourgeoise » tomba lui aussi en discrédit. Il désigna dorénavant la société bourgeoise de classes (bourgeoise Klassengesellschaft) au sens où l’entendait Marx7. Toutefois les membres de la « société citoyenne » ne renoncèrent que très progressivement à leurs conceptions idéalisées. Certaines parties de la bourgeoisie ne cessèrent que vers la fin du XIXe siècle de se voir elles-mêmes comme « avant-garde et représentation de la société globale de l’avenir »8 et commencèrent à se percevoir comme un groupe social parmi d’autres. En raison du flou qui entoure ces notions et de la charge idéologique qui pèse sur elles, la recherche historique allemande recourt de plus en plus volontiers au concept de « société civile », qui a l’avantage d’être compatible au niveau international. Comme il n’implique pas d’affectation sociale particulière, son emploi s’impose en particulier lorsque sont étudiées les pratiques politiques de groupes non bourgeois9. Il n’existe toutefois aucune distinction de contenu entre ce concept et celui de « société citoyenne », de sorte que les deux notions demeurent synonymes, et ce tant du point de vue descriptif que normatif. Largement affranchi de tout emploi normatif, le terme de « société bourgeoise » s’est en revanche imposé pour désigner surtout désormais la société historique réelle du XIXe siècle.

4En ce qui concerne les conditions d’émergence et les caractéristiques de cette société historiquement réelle, l’historiographie allemande a longtemps été partagée. La question de savoir comment la bourgeoisie édifia au tournant du XIXe siècle la « société bourgeoise » ne pouvait même pas être posée en ces termes, dans la mesure où la bourgeoisie autour de 1800 se révélait être une catégorie sociale extrêmement hétérogène, voire un conglomérat de plusieurs « bourgeoisies » différentes. C’est pourquoi la question de savoir si la restructuration sociale était uniquement le fait des prétendus « nouveaux bourgeois », qui en tant que bourgeois cultivés occupant un emploi public ou acteurs économiques privilégiés se trouvaient à l’extérieur de la bourgeoisie urbaine des corporations, ou si cette dernière sous sa forme traditionnelle était elle aussi impliquée, était controversée.

  • 10 Hein Dieter, Schulz Andreas (dir.), Bürgerkultur im 19. Jahrhundert. Bildung, Kunst und Lebenswelt(...)
  • 11 Müller, Die Aufklärung, 2002, p. 15.

5Cette polarisation ne cessa que lorsque la recherche commença à s’intéresser aux valeurs et aux pratiques sociales et à comprendre celles-ci comme les véritables moteurs des mutations sociales. La « société bourgeoise » fut donc édifiée par tous ceux qui se sentaient attachés à un système de valeurs perçues comme bourgeoises, au centre desquelles figuraient l’autonomie, la culture et le travail10. En adoptant cette perspective, la recherche se donnait les moyens d’entrevoir que les forces de cohésion culturelles d’une idéologie bourgeoise fondée sur de telles valeurs étaient non seulement capables de relier entre elles les différentes « bourgeoisies », mais aussi d’opérer par-delà les barrières des conditions, et notamment par-delà la frontière séparant l’aristocratie du reste de la société11.

  • 12 Kaschuba Wolfgang, « Deutsche Bürgerlichkeit nach 1800. Kultur als symbolische Praxis », dans Bürg (...)
  • 13 Gall, Von der ständischen zur bürgerlichen Gesellschaft, 1993, p. 45-49.
  • 14 Blänkner Reinhard, « Tugend, Verfassung, Zivilreligion. Normative Integration im aufgeklärten Libe (...)

6En raison de cette ouverture, on a pu parler à propos de l’époque autour de 1800 d’une « phase d’expérimentation »12, d’un type particulier de société proto-bourgeoise13, voire d’une « nouvelle société des états »14, qui ne se distinguait certes pas par une plus grande perméabilité sociale et une plus grande pluralité des parcours et projets de vie aristocratiques et bourgeois, mais disposait, avec son système de valeurs générateur d’intégration, d’un puissant instrument de distinction qui remplacerait le système d’ordres de l’Ancien Régime fondé sur la naissance. Sans que ses partisans en aient toujours été bien conscients, les structures politiques, culturelles et économiques de la nouvelle forme de société entraînèrent dès le début une aggravation des antagonismes entre les couches aristocrates et bourgeoises d’une part et les couches sous-bourgeoises de l’autre.

Librairie-édition et société citoyenne

7Les libraires-éditeurs autour de 1800 étaient sans nul doute de ceux qui répondirent le mieux aux exigences de la société nouvelle en train de se construire. Ils réunissaient d’une manière presque idéale des qualités culturelles, sociales, juridiques, politiques et économiques qui ne coïncidaient que rarement chez les mêmes personnes : leur profession exigeait une formation tant érudite que commerciale, elle conjuguait gestion économique et volonté de conception culturelle, mariait l’esprit d’innovation et d’entreprise avec l’artisanat traditionnel, alliait les privilèges d’État et le droit de bourgeoisie communal, et la proximité avec le gouvernement n’excluait pas les conflits avec la censure d’État.

  • 15 Neugebauer-Wölk, Revolution und Constitution, 1989, p. 437 ; Titel, « Biographische Skizze », 2004 (...)
  • 16 Jentzsch, « Verlagsbuchhandel und Bürgertum », 1992, p. 207, p. 216 ; Neugebauer-Wölk, Revolution (...)
  • 17 Ainsi l’éditeur Georg Joachim Göschen, de Leipzig, comptait-il en 1802 « le jugement et le goût, l (...)
  • 18 Voir Zwahr Hartmut, « Inszenierte Lebenswelt : Jahrhundertfeiern zum Gedenken an die Erfindung der (...)

8Cette position était rendue possible grâce à l’essor du livre et de la presse, qui avait débuté pendant l’Aufklärung. Depuis la fin du XVIIIe siècle, le secteur, échappant au régime des corporations, se structurait de plus en plus d’après les lois du marché libre. Son dynamisme se fondait sur une armée sans cesse croissante d’écrivains indépendants, un public grandissant de lecteurs et un nombre en progression de créations de maisons d’édition. Dans ces conditions, un certain nombre de libraires-éditeurs parvint à fonder de grandes entreprises qui occupèrent une position clef dans l’économie préindustrielle et du début de l’industrialisation. Les libraires-éditeurs misaient sur l’autonomie entrepreneuriale, la compétence et l’orientation vers la performance, expérimentaient de nouvelles formes de production et de marketing, investissaient dans des innovations techniques15 et dans d’autres secteurs économiques en expansion16. Dans leurs exploitations devenues de grandes entreprises, ils employaient jusqu’à 300 salariés dont ils s’occupaient, pour la plupart, avec une sollicitude paternaliste. Ils ne voyaient du reste aucune contradiction dans le fait de devoir leur propre indépendance à la dépendance d’autrui et de contrarier par leur réussite économique l’idéal d’une société de classe moyenne. Pourtant, en dépit de la fierté dont les emplissaient leur « habileté industrieuse », les libraires-éditeurs ne se considéraient pas seulement comme des entrepreneurs, mais aussi comme des gens de lettres. Conformément à leur éthique professionnelle, ils revendiquaient la spécificité de leur marchandise17. Leurs trajectoires personnelles traduisaient la très grande importance que le secteur accordait à la culture, que ce soit par une formation autodidacte, des études supérieures, la fréquentation temporaire de l’Université, la reprise de l’affaire par des héritiers ayant des diplômes universitaires ou encore l’arrivée dans le secteur d’universitaires étrangers à la profession18.

9Il n’était pas rare que les libraires-éditeurs affirment leur culture en écrivant eux-mêmes des livres, voire qu’ils n’entrent dans le secteur de l’édition que par leur activité de publiciste. C’étaient là des conditions idéales pour qu’ils contribuent activement à façonner la nouvelle société : identité corporative et intérêts économiques se superposaient avec des valeurs culturelles et des convictions politiques, de sorte que les libraires-éditeurs devinrent quasiment des protagonistes de la « société citoyenne ».

Presse et espace public

  • 19 Schmidt-Funke, Auf dem Weg, 2005, p. 7.
  • 20 Wittmann Reinhart, Geschichte des deutschen Buchhandels, 2e édition, Munich, C. H. Beck, [1991], 1 (...)
  • 21 Reimer, Passion, 1999, p. 135-147 ; Schmidt-Funke, Auf dem Weg, 2005, p. 288-298 ; Titel, « Biogra (...)
  • 22 Schmidt-Funke, Auf dem Weg, 2005, p. 412-419.

10Si les libraires-éditeurs contribuèrent par nature de façon déterminante à la consolidation d’un espace public bourgeois né pendant l’Aufklärung, ce fut toutefois au prix d’une commercialisation croissante de cet espace public19. La diversification de l’offre qui en résulta, ainsi que l’intensification de la concurrence et la trivialisation des produits littéraires, provoquèrent dans le secteur de forts réflexes de défense20, même si nombre de libraires-éditeurs devaient leur prospérité à ces mêmes évolutions. Indirectement, la commercialisation de l’édition contribua pourtant à renforcer l’éthique professionnelle des éditeurs. Les discussions de réforme engagées peu après 1800 démontrèrent au secteur qu’il était tenu à un maniement responsable de son propre pouvoir médiatique. Il en découlait qu’il avait le droit et le devoir de cultiver le public, l’objectif de cette formation étant bien entendu déterminé par ses valeurs propres, issues du milieu aristocratique et bourgeois des « classes cultivées ». La presse périodique était particulièrement prédestinée à être mise au service de l’instruction et de la formation de l’opinion. Les entreprises travaillant encore majoritairement comme éditeurs de presse et de livres pouvaient y donner la parole à une grande partie de leurs auteurs en temps réel et à intervalles réguliers. Cela conférait du même coup aux quotidiens et aux hebdomadaires politiques qui paraissaient déjà en grand nombre autour de 1800, une fonction de mise en réseau qui était d’une grande importance pour la formation de courants politiques. Il était inévitable que les éditeurs entrent en conflit de façon répétée avec les autorités du Vormärz à cause de leurs publications politiques : pour beaucoup, les avertissements des autorités de censure faisaient partie du travail quotidien, et ils les neutralisaient tant qu’ils le pouvaient à l’aide de réponses apaisantes. Dans ce face-à-face quotidien, les éditeurs concernés étaient contraints de prendre position sur les restrictions de la liberté de la presse, et ils développèrent au passage une capacité remarquable à argumenter avec l’État21. Mais, bien que la liberté de la presse fasse partie des intérêts vitaux du commerce du livre, tous les éditeurs ne défendaient pas une « publicité » sans restriction. Certes, l’espace public était perçu depuis l’Aufklärung comme un organe de contrôle social, mais bien des éditeurs partageaient la conviction que sa limitation était pour l’instant encore nécessaire. Les bienfaits de la « publicité » ne pourraient se déployer sans risque d’abus que dans la future et parfaite « société citoyenne », parce qu’alors seulement ceux auxquels la propriété et la culture auraient permis d’accédé à la bourgeoisie se montreraient dignes de la liberté de la presse22.

Sociabilité, monde associatif et fonctions publiques

  • 23 Brudzyńska-Němec Gabriela, Polenvereine in Baden. Hilfeleistung süddeutscher Liberaler für die pol (...)
  • 24 Gerlach Karlheinz, « Die berlin-brandenburgischen Buchhändler und Buchdrucker und die Freimaurerei (...)
  • 25 Füssel, Göschen, 1999, p. 30, note 44 ; Moldenhauer, Geschichte, 2008, p. 432.
  • 26 Titel/Wagner, Angeklagt, 1998, p. 43-44, p. 47.
  • 27 Füssel, Göschen, 1999, p. 316 ; Moldenhauer, Geschichte, 2008, p. 257 ; Schmidt-Funke, Auf dem Weg(...)
  • 28 Möller Frank, « Drucker und Verleger in der Bürgergesellschaft Augsburgs 1780-1880 », dans Augsbur (...)
  • 29 Hüffer, Lebenserinnerungen, 1952, p. 88-112 ; Matthäus-Eisenbraun, Enke, 2004, p. 48-49 ; Reimer, (...)
  • 30 Grzywatz, Berthold, Stadt, Bürgertum und Staat im 19. Jahrhundert. Selbstverwaltung, Partizipation (...)
  • 31 Hüffer, Lebenserinnerungen, 1952, p. 79-86 ; Reimer, Passion, 1999, p. 152-153 ; Schmidt-Funke, Au (...)
  • 32 Pröve Ralf, Stadtgemeindlicher Republikanismus und die „Macht des Volkes“. Civile Ordnungsformatio (...)
  • 33 Jentzsch, Verlagsbuchhandel, 1992, p. 167-251 ; Moldenhauer, Geschichte, 2008, p. 263-264 ; Titel, (...)
  • 34 Brockhaus, Tagebücher, 2004, p. 99, p. 105-106, p. 288-289.
  • 35 Wittmann, Ein Verlag, 1982, p. 378.
  • 36 Matthäus-Eisenbraun, Enke, 2004, p. 50 ; Schmidt-Funke, Auf dem Weg, 2005, p. 370-371 ; Wittmann, (...)
  • 37 Häfen, Froriep, 2007, p. 252-280 ; Hüffer, Lebenserinnerungen, 1952, p. 113-155 ; Jentzsch, Verlag (...)
  • 38 Voir Titel, « Biographische Skizze », p. 49.
  • 39 Voir Best Heinrich, Weege Wilhelm, Biographisches Handbuch der Abgeordneten der Frankfurter Nation (...)

11Les libraires-éditeurs étaient intégrés de multiples façons dans le monde florissant des sociétés de la fin de l’Aufklärung et du Vormärz ; leur participation à presque toutes les formes de sociabilité ou de regroupement associatif est avérée : depuis l’invitation au thé dans une maison individuelle, en passant par des associations portant des noms tels que « gaîté », « harmonie », « délassement » ou « ressource », sans oublier les sociétés savantes et autres académies et sociétés archéologiques, jusqu’aux fondations de bienfaisance et aux sociétés philanthropiques en faveur des Grecs ou des Polonais23. La franc-maçonnerie continua en outre à exercer une forte attraction pendant une bonne partie du XIXe siècle24, bien que certains éditeurs se fussent délibérément détournés d’elle25. Au sein du monde associatif, désir de réussite sociale et gloriole se mêlaient à l’aspiration humanitaire à la culture, à la volonté de construction politique et culturelle ainsi qu’à un besoin émotionnel de fraternité et d’amitié. L’engagement associatif pouvait faire contrepoint à la performance commerciale, définir un cadre pour l’octroi de subventions culturelles et le lancement d’initiatives philanthropiques ou politiques, mais il pouvait aussi être utilisé de manière ciblée pour créer un réseau de communication qui soit rentable du point de vue économique et social. Les sociétés de lecture exploitées par les libraires-éditeurs, notamment, offraient un grand intérêt économique ; elles pouvaient même, comme dans le cas de l’éditeur de Leipzig Anton Philipp Reclam, former le germe d’une entreprise qui connaîtrait plus tard une expansion importante26. En tant que membres de la classe des notables bourgeois, les libraires-éditeurs se voyaient de surcroît proposer des fonctions publiques dans la paroisse, la ville et l’État qui leur permettaient une participation active à la vie politique. L’exercice de fonctions municipales était subordonné au droit de bourgeoisie, que la plupart des éditeurs pouvaient obtenir en tant qu’habitants établis à leur compte, fortunés et propriétaires d’une maison27. Par conséquent, certaines fonctions municipales étaient détenues dès le début de l’époque moderne par des membres de l’industrie du livre. Dans la société urbaine traditionnelle, telle qu’on la trouvait par exemple encore à Augsbourg au début du XIXe siècle, les libraires faisaient partie de la corporation marchande et occupaient dans les commissions de la gestion autonome municipale une place aux côtés des négociants28. Mais même et surtout dans les villes dotées de constitutions communales modernisées, les libraires-éditeurs comptaient au nombre des titulaires de fonctions publiques29. En tant que membres fortunés et cultivés de la municipalité, ils apparaissaient souvent particulièrement aptes à relever les défis de cette période de mutation et à servir d’intermédiaires entre les différentes « bourgeoisies »30. Dans le cadre de la libre administration municipale, les libraires-éditeurs s’engageaient aussi dans les commissions municipales chargées de l’aide aux pauvres, dont l’activité mêlait l’encouragement de l’économie, l’assistance sociale et les mesures de discipline, et dont la réorganisation était partout devenue nécessaire au début du XIXe siècle31. Il faut également inclure dans la participation aux affaires de la ville l’engagement dans les gardes municipales créées depuis l’époque napoléonienne et dont l’importance s’était accrue après la révolution de juillet 1830. Elles défendaient vis-à-vis des couches inférieures de la population urbaine, et plus rarement vis-à-vis de l’État, des intérêts résolument bourgeois32. Nombre de libraires-éditeurs acceptaient avec enthousiasme de servir dans la garde municipale33, mais il se trouvait aussi des voix, comme celle d’Heinrich Brockhaus, pour juger que si l’institution était utile en période de crise, c’était une perte de temps d’y servir en temps de paix34. La disponibilité faisait du reste problème pour toutes les fonctions publiques, de sorte que même une fonction municipale était déjà trop lourde aux yeux de certains libraires-éditeurs35. Dans le cas d’un mandat à l’assemblée des états provinciaux, la participation aux séances pouvait avoir des conséquences plus graves encore, ce qui conduisit plus d’un libraire-éditeur à refuser la fonction36. D’autre part, l’élection au parlement régional constituait l’apogée d’une carrière politique et impliquait de ce fait un prestige considérable et de plus grandes possibilités de création. C’est pourquoi un certain nombre de libraires-éditeurs acceptaient malgré tout d’investir du temps dans un mandat à l’assemblée des états provinciaux37, de sorte qu’on trouvait des représentants de la profession même au parlement préparatoire de Francfort convoqué en 1848 pour toute l’Allemagne38 ainsi qu’au parlement de l’Église Saint-Paul, principalement au sein du groupe parlementaire libéral « Casino »39.

Les groupes d’intérêt corporatifs

  • 40 Titel, Geschäft, 1999, p. 20.
  • 41 Ibid., p. 22.
  • 42 Meyer Steffen-Werner, Bemühungen um ein Reichsgesetz gegen den Büchernachdruck anläßlich der Wahlk (...)

12Le commerce allemand du livre fut l’un des premiers secteurs de la Confédération germanique à disposer d’un groupe d’intérêt corporatif organisé en association. La création en 1825 à Leipzig de la Société de la Bourse des libraires allemands (Börsenverein der Deutschen Buchhändler) marqua la fin de longues années de discussions acharnées au sein de la branche depuis la fin du XVIIIe siècle. L’un des principaux objectifs qui avaient présidé à la création d’une union nationale était de structurer le commerce interne du secteur dont une grande partie était exécutée traditionnellement lors des foires du livre qui se tenaient deux fois par an à Leipzig. Afin de faciliter à ses confrères venus d’ailleurs ainsi qu’à lui-même la conclusion des opérations réalisées à la foire, Carl Christian Horvath, libraire de Potsdam, loua en 1797 un local de la Bourse. Ce local fut le point de départ de la future Société de la Bourse et créa un « espace public interne au secteur » en même temps qu’un « forum pour les idées de réforme »40 qui donnèrent aux professionnels de ce secteur la possibilité de débattre de la concurrence croissante ainsi que de la création d’un comité de librairie41. Un deuxième objectif de la création d’une union des libraires était d’influencer la législation du Saint-Empire qui, quant à elle, légitimait les interventions de l’État dans l’industrie du livre par l’octroi de privilèges et de concessions, l’attribution du droit d’auteur et la censure. Le secteur tenta ainsi dès 1790, à l’occasion des négociations préalables à la capitulation électorale de l’empereur Leopold II, d’obtenir une réglementation unifiée de la censure pour l’ensemble du Saint-Empire romain germanique ainsi qu’une interdiction efficace de la contrefaçon42.

  • 43 Schmidt-Funke, Auf dem Weg, 2005, p. 163-178.

13C’est en s’appuyant sur cette expérience que le secteur entreprit en 1814/1815, après bien des années de crise politique et économique, de nouvelles démarches pour défendre ses intérêts au niveau national. Il s’agissait à nouveau d’obtenir une protection efficace du droit d’auteur ainsi qu’une plus grande sécurité juridique dans les questions touchant à la censure. Un petit groupe de libraires-éditeurs influents suggéra d’envoyer une délégation de libraires au Congrès de Vienne et entreprit dans le même temps de relancer le débat autour des propositions de réforme à l’intérieur de la profession. Pour assurer à la délégation le soutien nécessaire, on incita le plus possible de membres du secteur à signer une procuration qu’on fit circuler ; de surcroît, des politiciens de premier plan furent sensibilisés au projet dans le cadre de négociations préliminaires confidentielles. Par ailleurs, les libraires-éditeurs utilisèrent leurs propres médias pour influencer l’opinion publique en leur faveur43.

  • 44 « Deutsche Bundesakte, Art. 18d », dans Dokumente zur deutschen Verfassungsgeschichte, Bd. 1 : Deu (...)
  • 45 Giesecke Ludwig, « Günther Heinrich von Berg und der Frankfurter Urheberrechtsentwurf von 1819 », (...)
  • 46 Voir Titel, Geschäft, 1999, p. 27.
  • 47 Schmidt-Funke, Auf dem Weg, 2005, p. 185-186.

14La délégation dépêchée à Vienne parvint en effet, au terme de négociations difficiles, à obtenir l’inscription du passage suivant dans l’article 18d de l’Acte confédéral : « L’Assemblée confédérale réfléchira lors de sa première réunion à l’adoption de dispositions uniformes relatives à la liberté de la presse et à la protection des droits des auteurs et des imprimeurs contre la contrefaçon »44. Après l’ouverture de l’Assemblée confédérale en novembre 1816, le secteur se mobilisa une nouvelle fois pour s’assurer que l’adoption de la loi annoncée dans l’article 18d avait bien été inscrite au programme de travail de la Diète fédérale. Il semble en outre être parvenu à influencer la nomination du rapporteur pour la liberté de la presse et la contrefaçon de livres45. En attendant, les efforts pour créer une union des libraires se poursuivaient. À la foire du livre de Leipzig de Pâques 1817, se constitua dans le local de la Bourse inauguré par Horvath le « comité électoral », qui regroupait 25 libraires de l’espace germanophone46. Ce dernier s’engagea alors lui aussi dans la lutte pour l’interdiction de la contrefaçon, sans toutefois revendiquer la liberté de la presse, car il semblait opportun, pour des raisons politiques, de se limiter à la défense des intérêts marchands47. Puis les décrets répressifs de Karlsbad édictés en 1819 détruisirent définitivement les espoirs d’une politique de presse libérale.

  • 48 Staub Hermann, « Historische Forschung, Historische Kommission », dans Der Börsenverein des Deutsc (...)

15Le débat sur la création d’une association fut relancé lorsque Horvath déclara en 1824 qu’il renonçait pour raison d’âge à diriger le local de la Bourse. À la foire de Pâques 1825, 101 librairies réunies chez Horvath signèrent un règlement de la Bourse, fondant ainsi la Société de la Bourse des libraires allemands. La consolidation institutionnelle de l’organisation corporative se poursuivit les années suivantes avec la construction d’un siège financé par la vente d’actions, la création d’une revue de l’association, l’établissement d’une bibliothèque, d’un service d’archives et enfin d’une Commission historique publiant sa propre revue spécialisée48.

  • 49 Titel, Gründung, 2000, p. 37.
  • 50 Ibid., p. 40.
  • 51 Martin Eva, « Berufsbildung », dans Füssel, Der Börsenverein, 2000, p. 257-265, ici p. 257.

16Après la création de la Société, le principe d’une réunion annuelle des membres, qui revêtait un caractère plus obligatoire que les rencontres somme toute occasionnelles dans le local d’Horvath, fut adopté ; toutefois le secteur ne prit que progressivement conscience du rôle de forum de communication joué par la foire de Leipzig, qui méritait une visite même indépendamment des activités de règlement des comptes49. De ce fait, la compétence du Börsenverein demeura dans un premier temps modeste. Lorsque s’exprima dans les années 1830 et 1840 la revendication, formulée en termes de droit public, de développer l’association pour en faire la juridiction suprême du secteur et la doter d’un pouvoir exécutif, le conseil d’administration s’efforça de défendre la politique libérale de neutralité menée jusque-là50. Le Börsenverein ne parvint pas davantage à s’entendre sur une standardisation de la formation professionnelle51.

  • 52 Titel, Gründung, 2000, p. 40.
  • 53 Ibid., p. 43.

17Il ne progressa guère que timidement aussi, dans un premier temps, sur la voie empruntée entre 1814 et 1819 de la défense les intérêts des libraires vis-à-vis de l’État. Le respect de l’engagement pris dans l’article 18d fut réclamé sans grande conviction, de sorte que l’Assemblée confédérale attendit 1835 avant d’édicter une interdiction unifiée de la contrefaçon, suivie en 1845 d’un droit d’auteur applicable dans l’ensemble de la Confédération germanique. Il fallut attendre les années 1840 avant de voir, parallèlement à la discussion sur une intervention dans la pratique commerciale des membres de l’association, examinées les compétences politiques du Börsenverein. Tandis que les partisans du laissez-faire en matière commerciale se prononçaient en même temps contre une attitude trop ferme vis-à-vis de l’Assemblée confédérale, les adeptes d’une réglementation interne plus stricte plaidaient également en faveur d’un renforcement de la liberté de la presse52. L’association continua dans les années 1850 et 1860 à se profiler comme groupe d’intérêt vis-à-vis de l’État ; cela annonçait un changement de fonction qui se traduisit également par le rejet de sa fonction de chambre de compensation centrale53.

Conclusion

18Les libraires-éditeurs furent à la fois les représentants, les bénéficiaires et les promoteurs du changement social, car le modèle de la société citoyenne correspondait à leurs intérêts commerciaux et politiques. Ils contribuèrent à ancrer des éléments de société civile dans les pratiques politiques, sans toutefois s’engager en faveur de leur démocratisation. Bien qu’ils comprissent la société citoyenne principalement comme un modèle d’attente et d’intégration, il favorisèrent par leur action politique et entrepreneuriale le durcissement croissant des antagonismes sociaux et, partant, l’émergence d’une société de classes.

Notes

1 Kocka Jürgen, « Zivilgesellschaft als historisches Problem und Versprechen », dans Europäische Zivilgesellschaft in Ost und West. Begriff, Geschichte, Chancen, Hildermeier Manfred (dir.), Francfort/Main, New York, Campus, 2000, p. 13-39.

2 Schmidt-Funke Julia, Auf dem Weg in die Bürgergesellschaft. Die politische Publizistik des Weimarer Verlegers Friedrich Justin Bertuch, Cologne, Böhlau, 2005.

3 Fischer Bernhard, « Von den „Europäischen Annalen“ zur „Tribüne“ – J. F. Cottas politische Periodika. Universalhistorische Geschichtsschreibung und „Innere Staatsbildung“ », Archiv für Geschichte des Buchwesens, 50, 1998, p. 295-315 ; Füssel Stephan, Georg Joachim Göschen. Ein Verleger der Spätaufklärung und der deutschen Klassik, Bd. 1 : Studien zur Verlagsgeschichte und zur Verlegertypologie der Goethe-Zeit, Berlin/New York, De Gruyter, 1999 ; Häfen Wiebke von, Ludwig Friedrich Froriep (1779-1847). Ein Weimarer Verleger zwischen Ämtern, Geschäften und Politik, Cologne, Böhlau, 2007 ; Hertel Karin, « Der Politiker Johann Friedrich Cotta. Publizistische verlegerische Unternehmungen 1815-1819 », Archiv für Geschichte des Buchwesens, 19, 1978, col. 365-564 ; Hüffer Johann Hermann, Lebenserinnerungen, Briefe und Aktenstücke, Steffens Wilhelm avec Hövel Ernst (dir.), Münster, Aschendorff, 1952 ; Jentzsch Thomas, « Verlagsbuchhandel und Bürgertum um 1800. Dargestellt am Beispiel der Buchhändlerfamilie Vieweg », Archiv für Geschichte des Buchwesens, 37, 1992, p. 167-251 ; Matthäus-Eisenbraun Ursula, Ernst Enke. Ein Erlanger Buchhändler und Verleger im Vormärz, Erlangen/Iéna, Palm & Enke, 2004 ; Möller Horst, Aufklärung in Preußen. Der Verleger, Publizist und Geschichtsschreiber Friedrich Nicolai, Berlin, Colloquium-Verlag, 1974 ; Moldenhauer Dirk, Geschichte als Ware. Der Verleger Friedrich Christoph Perthes (1772-1843) als Wegbereiter der modernen Geschichtsschreibung, Cologne..., Böhlau, 2008 ; Neugebauer-Wölk Monika, Revolution und Constitution. Die Brüder Cotta. Eine biographische Studie zum Zeitalter der Französischen Revolution und des Vormärz, Berlin, Colloquium-Verlag, 1989 ; Siegert Reinhart, « Aufklärung und Volkslektüre. Exemplarisch dargestellt an Rudolph Zacharias Becker und seinem „Noth-und Hülfsbüchlein“. Mit einer Bibliographie zum Gesamtthema », Archiv für Geschichte des Buchwesens, 19, 1978, col. 565-1343 ; Ueding Gert, Hoffmann und Campe. Ein deutscher Verlag, Hambourg, Hoffmann und Campe, 1981 ; Titel Volker, « Biographische Skizze », dans Brockhaus Heinrich, Tagebücher. Deutschland 1834-1872, hrsg. von Volker Titel, Erlangen, Filos, 2004, p. 9-56 ; Wittmann Reinhard, Ein Verlag und seine Geschichte. Dreihundert Jahre J. B. Metzler Stuttgart, Stuttgart, Metzler, 1982 ; Wogawa Frank, « „Zu sehr Bürger…“ ? Die Jenaer Verleger-und Buchhändlerfamilie Frommann im 19. Jahrhundert », dans Bürgertum in Thüringen. Lebenswelt und Lebenswege im frühen 19. Jahrhundert, Hahn Hans-Werner et al.(dir.), Rudolstadt/Iéna, Hain, 2001, p. 81-107 ; Zänker Eberhard, Georg Joachim Göschen. Buchhändler/ Drucker/ Verleger/ Schriftsteller. Ein Leben in Leipzig und Grimma-Hohnstädt, Beucha, Sax, 1996.
Des informations complémentaires nous ont été fournies par les recherches de Volker Titel sur la protohistoire du Börsenverein des Deutschen Buchhandels. Voir Titel Volker, « Geschäft und Gemeinschaft. Buchhändlerische Vereine im 19. Jahrhundert », Archiv für Geschichte des Buchwesens, 52, 1999, p. 1-227.

4 Riedel Manfred, « Bürger, Staatsbürger, Bürgertum », dans Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, Bd. 1, Brunner Otto et al. (dir.), Stuttgart, Klett-Cotta, 1972, p. 672-725 ; Stolleis Michael, « Untertan – Bürger – Staatsbürger. Bemerkungen zur juristischen Terminologie im späten 18. Jahrhundert », dans Bürger und Bürgerlichkeit im Zeitalter der Aufklärung, Vierhaus Rudolf (dir.), Heidelberg, Schneider (Wolfenbütteler Studien zur Aufklärung 7), 1981, p. 65-99.

5 Gall Lothar, Von der ständischen zur bürgerlichen Gesellschaft, Munich, Oldenbourg (Enzyklopädie deutscher Geschichte 25), 1993, p. 27.

6 Müller Winfried, Die Aufklärung, Munich, Oldenbourg (Enzyklopädie deutscher Geschichte 61), 2002, p. 17.

7 Kocka, « Zivilgesellschaft », 2000, p. 17.

8 Gall Lothar, « Die Stadt und die moderne Bürgergesellschaft », dans Stadt – Gemeinde – Genossenschaft. Festschrift für Gerhard Dilcher zum 70. Geburtstag, Cordes Albrecht et al. (dir.), Berlin, Erich Schmidt, 2003, p. 139-152, ici p. 149.

9 Schmidt Jürgen, Zivilgesellschaft und nichtbürgerliche Trägerschichten. Das Beispiel der frühen deutschen Arbeiterbewegung (ca. 1830-1880), Berlin, Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforschung (Discussion Paper Nr. SP IV 2004-502), 2004.

10 Hein Dieter, Schulz Andreas (dir.), Bürgerkultur im 19. Jahrhundert. Bildung, Kunst und Lebenswelt, Munich, C. H. Beck, 1996 ; Hettling Manfred, Hoffmann Stefan-Ludwig (dir.), Der bürgerliche Wertehimmel. Innenansichten des 19. Jahrhunderts, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2000.

11 Müller, Die Aufklärung, 2002, p. 15.

12 Kaschuba Wolfgang, « Deutsche Bürgerlichkeit nach 1800. Kultur als symbolische Praxis », dans Bürgertum im 19. Jahrhundert. Deutschland im europäischen Vergleich. Eine Auswahl, Bd. 2 : Wirtschaftsbürger und Bildungsbürger, Kocka Jürgen (dir.), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1995, p. 92-127, ici p. 95.

13 Gall, Von der ständischen zur bürgerlichen Gesellschaft, 1993, p. 45-49.

14 Blänkner Reinhard, « Tugend, Verfassung, Zivilreligion. Normative Integration im aufgeklärten Liberalismus », dans Politik der Integration. Symbole, Repräsentation, Institution. Festschrift für Gerhard Göhler zum 65. Geburtstag, Buchstein Hubertus, Schmalz-Bruns Rainer (dir.), Baden-Baden, Nomos, 2006, p. 339-367, ici p. 347.

15 Neugebauer-Wölk, Revolution und Constitution, 1989, p. 437 ; Titel, « Biographische Skizze », 2004, p. 42 ; Wittmann, Ein Verlag, 1982, p. 370-373.

16 Jentzsch, « Verlagsbuchhandel und Bürgertum », 1992, p. 207, p. 216 ; Neugebauer-Wölk, Revolution und Constitution, 1989, p. 437-438, p. 539, p. 599, p. 624, p. 627 ; Reimer Doris, Passion & Kalkül : der Verleger Georg Andreas Reimer (1776 - 1842), Berlin, W. de Gruyter, 1999, p. 150 ; Schmidt-Funke, Auf dem Weg in die Bürgergesellschaft, 2005, p. 57.

17 Ainsi l’éditeur Georg Joachim Göschen, de Leipzig, comptait-il en 1802 « le jugement et le goût, la maîtrise des langues étrangères ainsi que de l’ancienne et de la nouvelle littérature », « la culture et les nobles sentiments » au nombre des qualités indispensables à l’exercice de la profession d’éditeur, au même titre que l’expérience marchande et des connaissances approfondies de l’industrie du livre. Göschen Georg Joachim, Meine Gedanken über den Buchhandel und über dessen Mängel, meine wenigen Erfahrungen und meine unmaßgeblichen Vorschläge dieselben zu verbessern, réimpression, Leipzig, Berthold, [1802], 1925, p. 7.

18 Voir Zwahr Hartmut, « Inszenierte Lebenswelt : Jahrhundertfeiern zum Gedenken an die Erfindung der Buchdruckerkunst. Buchgewerbe, Buchhandel und Wissenschaft », Geschichte und Gesellschaft, 22, 1996, p. 5-18, ici p. 11-12.

19 Schmidt-Funke, Auf dem Weg, 2005, p. 7.

20 Wittmann Reinhart, Geschichte des deutschen Buchhandels, 2e édition, Munich, C. H. Beck, [1991], 1999, p. 236.

21 Reimer, Passion, 1999, p. 135-147 ; Schmidt-Funke, Auf dem Weg, 2005, p. 288-298 ; Titel, « Biographische Skizze », 2004, p. 38 ; Titel Volker, Wagner Frank, Angeklagt : Reclam & Consorten. Der Zensur-und Kriminalfall « Das Zeitalter der Vernunft » 1846-1848, Beucha, Sax, 1998 ; Wittmann, Metzler, 1982, p. 419-428.

22 Schmidt-Funke, Auf dem Weg, 2005, p. 412-419.

23 Brudzyńska-Němec Gabriela, Polenvereine in Baden. Hilfeleistung süddeutscher Liberaler für die polnischen Freiheitskämpfer 1831-1832, Heidelberg, Winter, 2006, p. 258-259 ; Füssel, Göschen, 1999, p. 199 ; Häfen, Froriep, 2007, p. 280-331 ; Matthäus-Eisenbraun, Enke, 2004, p. 42-43 ; Moldenhauer, Geschichte, 2008, p. 428-435, p. 603-605 ; Titel, « Biographische Skizze », 2004, p. 34-36 ; Schmidt-Funke, Auf dem Weg, 2005, p. 109-121 ; Wogawa, „Zu sehr Bürger...“ ?, 2001, p. 85 ; Zänker, Göschen, 1996, p. 130.

24 Gerlach Karlheinz, « Die berlin-brandenburgischen Buchhändler und Buchdrucker und die Freimaurerei 1740-1806 », Leipziger Jahrbuch zur Buchgeschichte, 8, 1998, p. 33-77 ; Matthäus-Eisenbraun, Enke, 2004, p. 41-42 ; Möller, Aufklärung, 1974, p. 229-245 ; Siegert, Aufklärung und Volkslektüre, 1978, col. 636-637, col. 925 ; Schmidt-Funke, Auf dem Weg, 2005, p. 101-109 ; Wogawa, „Zu sehr Bürger...“ ?, 2001, p. 83.

25 Füssel, Göschen, 1999, p. 30, note 44 ; Moldenhauer, Geschichte, 2008, p. 432.

26 Titel/Wagner, Angeklagt, 1998, p. 43-44, p. 47.

27 Füssel, Göschen, 1999, p. 316 ; Moldenhauer, Geschichte, 2008, p. 257 ; Schmidt-Funke, Auf dem Weg, 2005, p. 140 ; Wogawa, „Zu sehr Bürger...“ ?, 2001, p. 84.

28 Möller Frank, « Drucker und Verleger in der Bürgergesellschaft Augsburgs 1780-1880 », dans Augsburger Buchdruck und Verlagswesen. Von den Anfängen bis zur Gegenwart, Gier Helmut, Hanota Johannes (dir.), Wiesbaden, Harrassowitz, 1997, p. 1003-1018, ici p. 1007.

29 Hüffer, Lebenserinnerungen, 1952, p. 88-112 ; Matthäus-Eisenbraun, Enke, 2004, p. 48-49 ; Reimer, Passion, 1999, p. 152-153 ; Schmidt-Funke, Auf dem Weg, 2005, p. 140-149.

30 Grzywatz, Berthold, Stadt, Bürgertum und Staat im 19. Jahrhundert. Selbstverwaltung, Partizipation und Repräsentation in Berlin und Preußen 1806 bis 1918, Berlin, Duncker & Humblot (Quellen und Forschungen zur Brandenburgischen und Preußischen Geschichte 23), 2003, p. 280, p. 456.

31 Hüffer, Lebenserinnerungen, 1952, p. 79-86 ; Reimer, Passion, 1999, p. 152-153 ; Schmidt-Funke, Auf dem Weg, 2005, p. 128-134.

32 Pröve Ralf, Stadtgemeindlicher Republikanismus und die „Macht des Volkes“. Civile Ordnungsformationen und kommunale Leitbilder politischer Partizipation in den deutschen Staaten vom Ende des 18. Jahrhunderts bis zur Mitte des 19. Jahrhunderts, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2000, p. 15-16.

33 Jentzsch, Verlagsbuchhandel, 1992, p. 167-251 ; Moldenhauer, Geschichte, 2008, p. 263-264 ; Titel, « Biographische Skizze », 2004, p. 34 ; Titel/Wagner, Angeklagt, 1998, p. 52.

34 Brockhaus, Tagebücher, 2004, p. 99, p. 105-106, p. 288-289.

35 Wittmann, Ein Verlag, 1982, p. 378.

36 Matthäus-Eisenbraun, Enke, 2004, p. 50 ; Schmidt-Funke, Auf dem Weg, 2005, p. 370-371 ; Wittmann, Ein Verlag, 1982, p. 378.

37 Häfen, Froriep, 2007, p. 252-280 ; Hüffer, Lebenserinnerungen, 1952, p. 113-155 ; Jentzsch, Verlagsbuchhandel, 1992, p. 226 ; Neugebauer-Wölk, Revolution, 1999, p. 467-560, p. 626 ; Titel, « Biographische Skizze », 2004, p. 47-49.

38 Voir Titel, « Biographische Skizze », p. 49.

39 Voir Best Heinrich, Weege Wilhelm, Biographisches Handbuch der Abgeordneten der Frankfurter Nationalversammlung 1848/49, 2e édition, Düsseldorf, Droste, [1996], 1998, p. 92, 315, p. 341-342.

40 Titel, Geschäft, 1999, p. 20.

41 Ibid., p. 22.

42 Meyer Steffen-Werner, Bemühungen um ein Reichsgesetz gegen den Büchernachdruck anläßlich der Wahlkapitulation Leopolds II. aus dem Jahre 1790, Francfort/Main..., Lang, 2004.

43 Schmidt-Funke, Auf dem Weg, 2005, p. 163-178.

44 « Deutsche Bundesakte, Art. 18d », dans Dokumente zur deutschen Verfassungsgeschichte, Bd. 1 : Deutsche Verfassungsdokumente 1803-1850, Huber Ernst Rudolf (dir.), Stuttgart, Kohlhammer, 1961, p. 75-81, ici p. 80.

45 Giesecke Ludwig, « Günther Heinrich von Berg und der Frankfurter Urheberrechtsentwurf von 1819 », Archiv für Geschichte des Buchwesens, 56, 2002, p. 163-178, ici p. 166.

46 Voir Titel, Geschäft, 1999, p. 27.

47 Schmidt-Funke, Auf dem Weg, 2005, p. 185-186.

48 Staub Hermann, « Historische Forschung, Historische Kommission », dans Der Börsenverein des Deutschen Buchhandels 1825-2000, Füssel Stephan et al. (dir.), Francfort/Main, Buchhändler-Vereinigung, 2000, p. 336-345 ; Titel Volker, « Von der Gründung des Börsenvereins bis zur Krönerschen Reform (1825-1888) », ibid., p. 30-59, ici p. 37-39.

49 Titel, Gründung, 2000, p. 37.

50 Ibid., p. 40.

51 Martin Eva, « Berufsbildung », dans Füssel, Der Börsenverein, 2000, p. 257-265, ici p. 257.

52 Titel, Gründung, 2000, p. 40.

53 Ibid., p. 43.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540