Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Deuxième section. Relations avec le monde économique et le monde du travail

Introduction de la deuxième section

Alain Lattard

Texte intégral

1Derrière leur convergence thématique, les six contributions de cette section présentent une grande diversité : diversité au regard de l’aire géographique concernée, puisque si trois d’entre elles sont consacrées exclusivement à l’Allemagne, deux le sont exclusivement à la France et une à une comparaison entre l’Allemagne et le Maroc ; diversité des périodes prises en considération : deux portent sur le début du XIXe siècle, une couvre l’ensemble du siècle en question, deux sont centrées sur la fin du XIXe et le début du XXe siècle, et une à la fois sur le XIXe et le XXe siècles ; enfin diversité des échelles d’observation, puisqu’on va du plus général, pour Alain Lattard, qui envisage globalement le jeu d’acteurs sociaux dans l’ensemble du secteur de la formation professionnelle, au plus précis, pour Pierre Chamard, qui fait une analyse fine du personnel dirigeant d’une union régionale de syndicats agricoles, des modes de sélection de ce personnel et des facteurs déterminant l’élaboration du discours revendicatif.

2Les apports des différents contributeurs permettent des rapprochements thématiques : ainsi, dans les études d’Alain Lattard et de Gérard Bodé, il y a clairement identité d’objet. Leurs deux contributions et celle que Philippe Lacombrade consacre aux chambres de commerce sous la IIIe République ont en outre en commun le recours aux notions de corps intermédiaire et de corporation, c’est-à-dire de configurations institutionnelles où l’intérêt professionnel se manifeste sous statut de droit public, où, en d’autres termes existe une imbrication entre expression sociale et cadre étatique. Enfin, on relève aussi une parenté entre le propos de P. Lacombrade et celui de P. Chamard, dans la mesure où tous deux analysent les mécanismes de représentation de groupes d’intérêt économiques dans la sphère politique.

3Dans cet ensemble à multiples facettes, le concept de société civile est mobilisé diversement. Si les deux contributions signées par Rachid L’Aoufir et Jutta Schmidt-Funke s’y confrontent directement, les autres analyses en font un usage indirect. Face à l’outil conceptuel « société civile » R. L’Aoufir et J. Schmidt-Funke ont une attitude radicalement opposée. R. L’Aoufir s’intéresse aux crises monétaires et à la façon dont elles sont maîtrisées. Au regard de son questionnement sur la façon dont s’élaborent des régulations en réponse à ces crises, il considère que le concept de société civile n’est pas opératoire et préfère s’appuyer sur des notions qui relèvent davantage de l’économie politique, entre autres celles forgées par M. Olson à propos de la logique de l’action collective. Ce choix méthodologique de R. L’Aoufir est manifestement lié à sa volonté d’opérer une comparaison (entre la Prusse et le Maroc) qui fait sortir de l’aire culturelle d’où est issue le concept de société civile. J. Schmidt-Funke a au contraire un objet et une méthode qui valorisent pleinement le concept. On peut même dire que les libraireséditeurs (Verlagsbuchhändler) dont elle analyse le rôle sont sur tous les plans (culturel, social, juridique, politique et économique) une figure idéal-typique de la société civile. À tous ces niveaux, ils sont en effet médiateurs du projet libéral, tant par les idées qu’ils produisent et diffusent que par leur statut d’entrepreneur. Ils sont politische Bürger et Wirtschaftsbürger, à la fois citoyens et sujets économiques autonomes, et, de surcroît, capables de s’organiser en groupe de pression (le Börsenverein) pour peser dans le sens de l’édification des institutions de la société civile (liberté d’expression et reconnaissance des droits d’auteur). L’objet d’analyse fait certes « fonctionner » le concept de société civile, mais il en souligne aussi l’historicité, donc la relativité. On voit un moment historique particulier qui porte déjà en lui les germes de sa destruction, la concentration économique au sein de la profession et l’émergence d’un salariat annonçant déjà l’émergence d’une société marquée par les oppositions de classe.

 

4Dans les autres contributions, le concept de société civile n’est pas la catégorie centrale de l’analyse, car celle-ci se concentre sur des réalités institutionnelles : dans l’étude les processus internes à l’appareil organisationnel d’un syndicat agricole (P. Chamard), dans celle des Chambres de commerce en France (P. Lacombrade), enfin dans celle du cadre la formation professionnelle (A. Lattard et G. Bodé), on a en effet affaire à des émanations de la société civile, mais dans un cadre préstructuré par l’État. Au premier plan de ces analyses, on trouve donc logiquement la question du statut institutionnel, selon les contributions celui de corporation, de corps intermédiaires ou de Selbstverwaltung. La société civile n’est pas pour autant évacuée. Elle reste présente dans la part d’autonomie, d’imprévisibilité de l’expression des intérêts, qui façonne, modifie en retour le cadre statutaire préétabli qui était censé les canaliser. Autrement dit, la société civile, avec sa dynamique propre, se manifeste à travers la plasticité des institutions : une plasticité qui fait dire à P. Lacombrade que les Chambres de Commerce peuvent dans certaines conjonctures se muer en véritables syndicats patronaux ; une plasticité qui, en Allemagne, redonne aux corporations d’Ancien régime, décriées comme institutions archaïques, une modernité au service de la qualification professionnelle ; enfin, pour en rester au cas de la formation professionnelle allemande, une plasticité visible dans la façon dont s’opère cet aggiornamento institutionnel, à savoir par le jeu de réactions en chaine, de ricochets, où l’intervention de l’État suscite en retour des réactions d’autres acteurs sociaux conduisant à une nouvelle modification institutionnelle. On le voit donc : lorsque le concept de « société civile » demeure à l’arrière-plan des analyses, il en reste l’horizon heuristique.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540