Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Première section. Les mots et la chose

Les associations, les meilleures garantes de la stabilité politique et idéologique de l’Autriche du vingtième siècle ?

Paul Pasteur

Texte intégral

Les associations dépendantes des camps politiques et idéologiques

  • 1 Offerlé Michel, La société civile en question, Paris, La Documentation française, 2003, p. 8.

1Si l’on s’en tient à la définition négative que donne Michel Offerlé « ce qu’est la société civile, c’est de ne pas être l’État, ce que sont les hommes de la société civile appelés à régénérer la classe politique, c’est de ne pas être des professionnels de la politique »1, il apparaît que les trois Lager, les camps politiques et idéologiques, qui structurent la société autrichienne depuis les années 1890 seraient la « société civile », si c’est le cas, cette société est pour le moins corsetée et cadenassée. Alexis de Tocqueville estimait, certes en 1835, que

  • 2 Tocqueville Alexis de, De la démocratie en Amérique, Paris, Gallimard (Folio Histoire), [1835], réé (...)

La plupart des Européens voient encore dans l’association une arme de guerre qu’on forme à la hâte pour l’essayer aussitôt sur un champ de bataille. On s’associe bien dans le but de parler, mais la pensée prochaine d’agir préoccupe tous les esprits. Une association, c’est une armée ; on y parle pour se compter et s’animer, et puis on marche à l’ennemi2.

  • 3 Ibidem

2Il opposait à cette conception combative la pratique associative apaisée qu’il avait observée en Amérique, où la volonté de la minorité est d’affaiblir « l’empire moral de la majorité » et de se compter3. En Autriche, affaiblir « l’empire moral » de l’Église catholique et de ses structures : tel est l’objectif qui figure chez tous ses adversaires.

  • 4 Boyer John W., Political Radicalism in late imperial Vienna. Origins of the Christian social Moveme (...)

3À partir de 1880, trois camps politiques et idéologiques se dessinent. Ils se fixent au début des années 1890 avec la création du Parti social-démocrate à Hainfeld début janvier 1889, le Parti chrétien-social est ensuite formellement créé par Karl Lueger en 18934, quant au mouvement deutsch-national, la vitalité des thèses et l’activisme de Georg von Schönerer lui permettent de pallier sa faiblesse organisationnelle et son émiettement.

  • 5 Sur les camps idéologiques et politiques, voir Pasteur Paul, Écrire l’histoire de l’Autriche au vin (...)

4Jusqu’à aujourd’hui les deux grands partis traditionnels, le Parti social-démocrate (SPÖ) et le Parti conservateur chrétien (ÖVP, Österreichische Volkspartei) continuent à regrouper sur leurs deux listes entre 60 et 70 % de l’électorat autrichien. Le camp « national-allemand » (deutsch-national) a, lui, toujours été extrêmement divisé mais a su insuffler à l’ensemble du corps social ses clichés et stéréotypes xénophobes. Les deux principaux camps idéologiques et politiques autrichiens se sont construits autour d’un puissant parti structurant chacun autour d’eux une mouvance estimée des années 1920 à la fin des années 1970 à environ 700 000 personnes. Les organisations de ces deux mouvances disposent d’une marge de manœuvre et d’une autonomie réduites face à la volonté des partis. Le camp national-allemand s’est, lui, construit autour d’une myriade d’associations régionales dont nous n’avons encore qu’une vision assez floue. À plusieurs reprises, un parti a tenté d’unifier voire de dominer ce camp national-allemand, le GDVP (Grossdeutsche Volkspartei), le FPÖ (Freiheitliche Partei Österreichs) ; seul le NSDAP y est temporairement parvenu5.

  • 6 Sur les protestants voir Reingrabner Gustav, Protestanten in Österreich. Geschichte und Dokumentati (...)
  • 7 Tálos Emmerich, Handbuch des politischen Systems Österreichs. Erste Republik 1918-1933, Wien, Manz, (...)

5Les associations mises en place par ces trois camps ont quadrillé le territoire et ont encadré la population autrichienne pendant près d’un siècle, laissant une très faible marge de manœuvre aux initiatives de celles et ceux qui ne se reconnaissaient pas dans ces camps idéologiques et politiques, quelques libéraux, quelques pacifistes comme Bertha von Suttner, quelques féministes dites « bourgeoises » ou quelques associations de confessions minoritaires6. Qu’elles soient « nationale », « confessionnelle », « ouvrière » ou qu’elles mêlent plusieurs de ces catégories, les associations ont, au-delà du camp idéologique, pour but d’offrir une structure d’accueil aux individus, quelle que soit leur place dans la société, quelle que soit leur activité professionnelle, quels que soient leurs loisirs, intérêts ou passions. Le slogan social-démocrate « du berceau à l’urne » (funéraire s’entend) résume bien cette problématique. Ainsi pour toute activité humaine, qu’il veuille s’organiser professionnellement car il est employé, étudiant, médecin, qu’il veuille rejoindre une association sportive ou philatéliste, l’individu doit choisir entre une association chrétienne, sociale-démocrate ou nationale-allemande ; les associations se voulant « neutres » idéologiquement demeurent l’exception. Est alors de facto imposé aux citoyens et aux citoyennes le choix d’une orientation politique et idéologique. Notons que les ouvrages de référence sur l’Autriche du vingtième siècle consacrent des chapitres aux partis, aux organismes de représentation et de défense des intérêts des différentes catégories socioprofessionnelles (Verbände), mais pas aux associations. Elles me semblent pourtant avoir aussi largement contribué à stabiliser la culture politique dans ce pays que les partis, les syndicats ou les Chambres professionnelles7.

 

  • 8 Grewe Constance, Oberdorff Henri (dir.), Les Constitutions des États de l’Union européenne, Paris, (...)
  • 9 En 1981, plus de 4900 Tchèques vivent encore à Vienne, dont un tiers déclare encore le tchèque comm (...)

6En autorisant la liberté de réunion, les lois constitutionnelles de décembre 1867 dans la partie cisleithanienne de l’empire ont favorisé le développement des associations8, néanmoins bien avant diverses associations avaient vu le jour, à l’époque du Vormärz mais aussi et surtout en 1848 qui connaît une explosion de créations d’associations. Parmi les premières associations les plus actives, à côté des structures patronales, des organisations ouvrières et des associations qui se consacrent à la formation, figurent les associations nationales qui ont marqué la vie de l’empire multinational. Pour de nombreux citoyens et de nombreuses citoyennes, l’appartenance nationale prime avant tout autre choix. Dans l’empire, les germanophones se sont montrés particulièrement actifs pour défendre leurs intérêts linguistiques, culturels, économiques et politiques en créant partout où ils étaient présents, même en faible nombre, des associations « allemandes ». Jusque dans les années cinquante voire soixante du vingtième siècle, survivent à Vienne, en Basse et en Haute-Autriche des organisations tchèques9.

  • 10 Pasteur Paul, Vers l’homme nouveau ? Pratiques politiques et culturelles de la social-démocratie au (...)

7La loi de 1867 interdit aux femmes et aux enfants d’appartenir aux mêmes structures que les hommes. Certaines associations, comme les Amis de la Nature (Naturfreunde), ont contourné cette interdiction en créant un statut spécial pour les épouses et filles des adhérents, cette option pouvant passer pour familialiste aux yeux des autorités n’a pas été contestée10. Les femmes se réclamant de la classe ouvrière se voient, elles, dans l’obligation jusqu’en 1919, qu’elles soient catholiques ou sociales-démocrates de créer des structures spécifiques qui accompagnent au plus près l’organisation masculine, à l’image des femmes sociales-démocrates allemandes.

  • 11 Ibidem, voir le chapitre consacré aux abstinents, vol. 1, p. 497-613.
  • 12 Ibidem, voir le chapitre consacré aux libres penseurs, vol. 2, p. 619-762.
  • 13 Maimann Helene (dir.), Mit uns zieht die neue Zeit. Arbeiterkultur in Österreich 1918-1934, Wien, V (...)

8Dans la première décennie du vingtième siècle, les trois mouvances se construisent. À côté des partis, des organisations syndicales reflètent aussi les engagements idéologiques. Les trois camps disposent de syndicats ouvriers, le mouvement national-allemand organise un nombre important d’« employés ». Contre toute attente, le monde associatif vient donner à ces mouvances des contours extrêmement nets. Pour la social-démocratie, sans compter les syndicats, les coopératives ouvrières, l’organisation de jeunesse et l’organisation des femmes, on atteint un nombre de 43 associations en 1932, pratiquement toutes pourvues d’organes de presse et le parti décide de les reconnaître ou pas, de les chérir ou pas. L’association privilégiée des responsables politiques du parti est l’Association des Abstinents ouvriers (Arbeiter-Abstinenten-Bund) qui est censée promouvoir la lutte contre l’alcoolisme au sein de la classe ouvrière11. L’association avec laquelle le parti prend le plus de distance, et même qu’il ne reconnaît pas officiellement, est celle des Libres penseurs (Freidenkerbund)12. Parmi cette myriade d’associations, on trouve à côté des abstinents ouvriers, les chorales ouvrières, les philatélistes ouvriers, les photographes ouvriers, les radioamateurs ouvriers sans oublier les sportifs ouvriers. Ces associations rassemblent entre plus 170 000 adhérents pour les crématistes ouvriers et moins de 500 pour les enseignants sociaux-démocrates des écoles secondaires13.

  • 14 Aktion Leben lui fera suite à partir des années 1970.
  • 15 Voir Klostermann Ferdinand, Kriegl Hans, Mauer Otto, Weinzierl Erika (dir.), Kirche in Österreich 1 (...)
  • 16 Il faut distinguer les associations regroupées dans « la communauté de travail des associations cat (...)
  • 17 Zulehner Paul, « Die Kirchen und die Politik » dans Sieder Reinhard, Steinert Heinz, Tálos Emmerich (...)
  • 18 Comme c’est le plus souvent le cas pour les associations ouvrières, minoritaires dans le milieu.

9Tout comme le mouvement social-démocrate, le mouvement chrétien-social dispose d’une multitude d’associations, de l’Institut interdiocésain de formation des prêtres à Rettet das Leben14. Dans le camp chrétien-social, différents types et niveaux d’associations coexistent et s’entremêlent15. Les structures peuvent dépendre directement de l’Église catholique, soit regrouper des clercs16, soit dans le dernier vingtième siècle n’entretenir en apparence qu’un lien lâche avec l’Église catholique17. Depuis toujours, les catholiques savent que pour faire triompher leurs idées, ils doivent s’engager et ne négliger aucun champ. En ce qui concerne le camp chrétien-social, il faut noter que, suivant les rapports de force dans tel ou tel domaine, des associations soit explicitement catholiques soit chrétiennes ont vu le jour18.

10Mises à part quelques associations de type supranational, couvrant tous les pays allemands, le mouvement national-allemand a tendance à s’organiser au niveau local et régional, la religion (protestants, vieux-catholiques ou l’anticléricalisme viscéral) et certaines identités de territoire jouent dans ces découpages un rôle premier. La Haute-Autriche offre un champ d’étude tout à fait fascinant pour ce type de frontières a priori peu visibles.

  • 19 Grandner Margarete, Saurer Edith (dir.), Geschlecht, Religion und Engagement. Die jüdischen Frauenb (...)
  • 20 Pour les Tchèques, on peut citer le Club des libres penseurs tchèques et l’Association culturelle K (...)
  • 21 Bunzl John (dir.), Hoppauf Hakoah. Jüdischer Sport in Österreich von den Anfängen bis zur Gegenwart (...)

11Jusqu’en 1938, des associations juives19 et des associations tchèques encadrent ces communautés. Étant fort minoritaires dans la société autrichienne, celles-ci doivent parfois pactiser avec les associations de l’un des trois camps sur des points bien précis. Elles s’illustrent principalement par les associations culturelles20 et sportives, citons par exemple l’Hakoah21, les deux communautés fournissant des sportifs de haut niveau aux équipes nationales autrichiennes.

 

  • 22 Pasteur Paul, Être syndiqué(e) à l’ombre de la croix potencée. Corporatisme, syndicalisme, résistan (...)

12Lorsque l’État autoritaire corporatiste chrétien (Ständestaat) installe la dictature après la guerre civile de février 1934, il interdit toutes les organisations ouvrières et démocratiques. Les archives montrent à quel point les corporatistes chrétiens sont fascinés par les associations interdites et veulent récupérer leurs biens22. Ces biens saisis sont disputés par les différentes tendances et structures du Ständestaat, mais les corporatistes chrétiens tentent aussi de séduire les anciens membres des associations. Ils attaquent sur deux fronts. Tout d’abord sur un front que je pourrais qualifier de « national », en espérant soustraire à l’influence grandissante des nationaux-socialistes en Autriche une part de leurs adhérents, sans le moindre succès. Ensuite, ils essayent, en vain, de séduire une partie des anciens membres des associations ouvrières. Au lendemain de février 1934, les corporatistes chrétiens confisquent les biens des Amis de la Nature qui, depuis la fin du XIXe siècle, ont construit des chalets et refuges un peu partout dans les Alpes et en même temps ils veulent gagner à eux ces mêmes ouvriers sociaux-démocrates en leur proposant de rejoindre une nouvelle structure, les Bergfreunde (Les Amis de la montagne). Les anciens membres sociaux-démocrates fort mécontents soit boudent la nouvelle association, soit pour certains finissent par utiliser les structures des Bergfreunde, pour continuer à s’adonner à leur loisir préféré, la randonnée, mais aussi comme couverture pour mener des activités de résistance contre la dictature corporatiste chrétienne.

  • 23 Steindl Hubert, Faschismus in der „Provinz“. Der Bezirk Mürzzuschlag 1933-1945, Dissertation, Unive (...)

13Hubert Steindl qui a étudié l’arrondissement de Mürzzuschlag en Styrie a relevé au sein des organisations corporatistes chrétiennes la persistance des options idéologiques antérieures des adhérents, qu’ils soient sociaux-démocrates ou qu’ils soient d’anciens nationaux-allemands devenus nationaux-socialistes, ceux-ci continuent à défendre leurs options idéologiques et admettent fort mal la tutelle des corporatistes chrétiens. Ainsi le Front patriotique (Vaterländische Front) ne parvient pas à s’imposer dans les anciens bastions ouvriers contrôlés par la social-démocratie qui, malgré son interdiction, dispose encore de tous ses relais associatifs et semble encore exercer un réel contre-pouvoir23.

  • 24 Voir VGA, Archiv Die Flamme, Vereine 1929/1930 et l’article de Der Wiener Tag du 29 juin 1933.

14L’étude de quelques associations supranationales, comme Der Verein der Freunde der Feuerbestattung Die Flamme (l’Association des amis de la crémation La Flamme), organisation crématiste fondée en 1885, permet d’appréhender la dérive des nationaux-allemands vers le national-socialisme ; les écrits d’Oskar Siedek, fondateur et dirigeant de l’association crématiste, sont à cet égard éclairants24.

  • 25 Botz Gerhard, Die Eingliederung Österreichs in das Deutsche Reich. Planung und Verwirklichung des p (...)

15Lorsque les nationaux-socialistes entrent en Autriche en 1938, l’une de leurs premières préoccupations est d’intégrer les associations de l’État autoritaire corporatiste chrétien autrichien aux associations du Reich et d’en tirer profit financièrement, soit avec les avoirs existants soit avec l’immobilier25. Lors de ces restructurations ou fusions forcées, les adhérents semblent dans un premier temps les avoir relativement peu intéressés.

Le choix d’une association, un choix de vie

16Choisir une association équivaut en Autriche à faire un choix de vie, c’est une manière pour celles et ceux qui ne tiennent pas à rejoindre les partis d’afficher leurs convictions et c’est moins souvent un choix de raison. Ce choix façonne et conditionne non seulement la vie de l’individu mais aussi la vie familiale, parfois la vie du quartier en renforçant les liens entre les membres d’une communauté face aux autres, les « Noirs » contre les « Rouges ».

17C’est certainement dans le domaine de la formation et des loisirs que les associations sont les plus nombreuses. Si on étudie en détail l’histoire de chaque organisation, on constate que celles-ci ont été fondées par des passionnés ; en général un groupe d’amis ou de relations, idéologiquement ou politiquement proches, qu’une passion rassemble. Le développement des techniques entraîne immanquablement l’apparition de nouvelles associations, ainsi ont créées des associations de photographes, puis de radio-amateurs et même en 1926 une Association d’aviateurs ouvriers.

  • 26 J’ai mis en lumière que les militants intermédiaires du Parti social-démocrate adhérent à au moins (...)

18Je laisserai de côté ici les pratiques et les usages de ce monde associatif. Les spécialistes de l’Allemagne ou du monde germanophone savent à quel point ces pratiques sont encore plus prégnantes en monde germanophone qu’en France, à quel point la Vereinerei marque le quotidien. Pour certains, la vie tourne uniquement autour de l’association. Pour d’autres, les responsables de parti, le contrôle politique des associations exige un activisme effréné26.

 

  • 27 Conservés à Vienne au Verein für Geschichte der Arbeiterbewegung (VGA).

19Avoir ouvert les procès-verbaux des premières associations ouvrières de quelques arrondissements de Vienne demeure certainement l’un des souvenirs les plus émouvants de ma longue fréquentation des archives. Dans ces cahiers datant de la fin du XIXe siècle, sont répertoriés, avec une écriture hésitante mais appliquée27, tous les faits et gestes, toutes les interrogations de ces regroupements naissants. Avec le temps, cette spontanéité disparaît et fait place à des procès-verbaux dactylographiés laissant en suspens toutes les questions épineuses ; le recours à la langue de bois devient monnaie courante. L’historien doit donc apprendre à lire les silences, les omissions qui sont relativement complexes à interpréter, surtout lorsqu’il s’agit de conflits interpersonnels inhérents à toute pratique associative.

  • 28 Winterer Franz, Die politischen Machenschaften des reaktionären Alpenvereins, p. 1. Le Club alpin a (...)

20En Autriche, nous sommes en présence pour chaque secteur d’activité de plusieurs organisations concurrentes, concurrence certes due à l’existence des trois camps, mais aussi pour le camp chrétien-social et le camp national-allemand qui se présentent comme interclassiste aux références à la classe d’origine et parfois au sexe, sans oublier l’appartenance locale ou régionale. Ainsi dans le secteur de l’alpinisme et de la randonnée, le très fermé Deutscher und Österreichischer Alpenverein résultant de la fusion en 1873 du Club alpin autrichien (ÖAV) et du Club alpin allemand fondé en 186928 regroupe la haute-bourgeoisie et une partie de l’aristocratie. Dans la mesure où les organisations « bourgeoises » ont commencé à exclure dès les années 1880 les « socialos et les juifs » (l’article aryen devient une réalité formalisée dans les programmes à partir de 1921), des sociaux-démocrates dont Karl Renner ont créé en 1895 les Amis de la nature (Naturfreunde). Devant le succès des Amis de la nature dans l’aristocratie ouvrière, les catholiques fondent quelques années plus tard une Association ouvrière chrétienne de randonnée.

  • 29 Früh Eckart, Wilhelm Börner, Wien-New York und retour, [manuscrit non publié]. L’Ethische Gemeinde (...)

21L’existence d’associations ne se rattachant pas à un des trois camps politiques et idéologiques demeure rare On peut citer quelques associations qui rassemblent un petit nombre de libéraux autrichiens qui n’ont pas rejoint le camp national-allemand, des associations féministes, les associations pacifistes, ou aussi cette association qui a joué un rôle non négligeable dans la formation de quelques intellectuels « libéraux » du vingtième siècle Die Ethische Gemeinde dirigée par Wilhelm Börner29. Se sont retrouvés dans son sillage des intellectuels libéraux sans parti comme Rosa Mayreder, qui refusent tout autant l’option deutsch-national que le passage à la social-démocratie.

  • 30 Petrasch Wilhelm, Die Wiener Urania. Von den Wurzeln der Erwachsenenbildung zum lebenslangen Lernen(...)
  • 31 L’Österreichischer Arbeiter-Samariterdienst est créé au sein de l’Association sportive (ASKÖ) en 19 (...)

22En Autriche, comme en Allemagne, la permanence de certaines associations est particulièrement saisissante ; citons les Volkshochschulen et toutes les structures d’éducation populaire comme Urania à Vienne30, ou bien encore Caritas dans l’action humanitaire ou l’Arbeiter-Samariten-Bund dont les ambulances circulent toujours sur tout le territoire31.

 

  • 32 Zenker Ernst Victor, Bevölkerungs-Politik und Eherechtsreform, Wien, Verlag des Eherechtsreform-Ver (...)

23Sur le siècle écoulé, à plusieurs reprises, des ébauches d’alliance entre les camps politiques et idéologiques ont mené à des actions communes. Je me contenterai d’en citer deux. Tout d’abord sous l’empire, désirant faire front face à l’Église catholique mais aussi afin de combattre les revendications pourtant légitimes des Tchèques et des Slovènes, les pangermanistes et les sociaux-démocrates forment un front commun sur la question scolaire et leurs associations Deutscher Schulverein et Freie Schule mènent alors des actions communes. S’opposant ensuite directement à l’Église catholique et à son emprise sur la vie quotidienne, libéraux, nationaux-allemands et sociaux-démocrates militent pour le droit au divorce et plusieurs personnalités se retrouvent au sein du Eherechtsreform-Verein, (Association pour la réforme maritale). Cette organisation créée en 1905 publie un organe intitulé Die Fessel, titre qui joue sur l’ambiguïté du lien qui devient une chaîne32. Les sociaux-démocrates soutiennent cette association, même s’ils ne s’y investissent pas massivement.

  • 33 Appel paru dans Arbeiter-Zeitung, 20 avril 1927, publié dans Benay Jeanne, Julien Robert, Pasteur P (...)

24Les rapports entre libéraux et sociaux-démocrates se modifient aux cours des années vingt, où un changement du rapport de forces s’opère en faveur des sociaux-démocrates. À l’époque de la Première République d’Autriche, la social-démocratie apparaît aux yeux des intellectuels libéraux comme le rempart protégeant les libertés individuelles, la liberté de créer, la liberté d’innover menacées par les chrétiens-sociaux au pouvoir. Lors des élections de 1927, des intellectuels viennois signent un appel à voter pour le Parti social-démocrate33. Parmi les signataires, on relève entre autre les noms de Sigmund Freud, Alfred Adler, Robert Musil, Franz Werfel, Alma Maria Mahler, Anton Webern, Anton Hanak, Hans Kelsen.

  • 34 L’Österreichisch-deutscher Volksbund, organisation au-dessus des partis, regroupe des hommes et fem (...)
  • 35 À l’exception de Winfried Garscha qui a consacré une étude Die Deutsch-österreichische Arbeitsgemei (...)
  • 36 On pourrait encore citer der Deutsche Klub ou die Deutsche Gemeinschaft voir Rosar Wolfgang, Deutsc (...)
  • 37 Conservés au Verein für Geschichte der Arbeiterbewegung.

25Encore à l’époque de la Première République, c’est le nationalisme allemand, le sentiment d’appartenir à l’ensemble allemand qui est seul capable de rassembler presque l’ensemble de la société autrichienne dans des organisations au-dessus des partis, structures que les historiens autrichiens n’aiment guère évoquer : l’Österreichisch-deutscher Volksbund34 ou la Deutsch-österreichische Arbeitsgemeinschaft35. Le but déclaré de ces associations est l’Anschluss36. Parmi les présidents et vice-présidents, on retrouve toutes les personnalités politiques de l’époque issues des trois camps politiques et idéologiques, donc Karl Renner, Mgr. Seipel, Franz Dinghofer. Les dossiers personnels des responsables sociaux-démocrates attestent qu’ils ont été nombreux à appartenir, à titre individuel, à ces structures37.

Le tournant des années 1970

  • 38 Dachs Herbert, Gerlich Peter, Tálos Emmerich (dir.), Handbuch des politischen Systems Österreichs – (...)

26Si la Première République d’Autriche se définissait comme un Parteienstaat, un État des partis, à partir de 1945 et plus encore après 1950, la Seconde République les a placés au centre de la vie politique et a institutionnalisé la négociation entre les partis, entre l’État et les partis, entre l’État et les syndicats et tous les organismes de représentation et de défense des catégories socioprofessionnelles (Verbände)38. D’une certaine manière, en raison de la place de la négociation dans la vie politique et sociale du pays, la Seconde République a donné aux associations l’illusion de pouvoir peser sur la vie politique et économique.

  • 39 Voir Gottweis Herbert, « Neue soziale Bewegungen in Österreich » dans Dachs, Gerlich, Tálos (dir.),(...)
  • 40 Zoitl Helge, „Student kommt von Studieren !“ Zur Geschichte der sozialdemokratischen Studentenbeweg (...)

27L’arrivée au pouvoir de Bruno Kreisky en avril 1970 correspond à un changement notable dans la société autrichienne qui, comme le présentent des auteurs comme Thomas Bernhard ou Franz Innerhofer et comme le rappellent les happenings des actionnistes viennois, tel Otto Muehl, était dans les années cinquante et soixante un étouffoir. Bien que Bruno Kreisky ait en partie réussi à regrouper autour de lui et de son équipe des militants issus de toutes les tendances de la société autrichienne et à initier des réformes importantes, le niveau de formation augmentant, la société de consommation s’installant dans la république alpine, les réflexes de partis, de camps commencent à s’émousser lentement et de nouvelles problématiques surgissent. À partir de la fin des années 1970, l’ÖVP, le Parti conservateur chrétien, et le Parti social-démocrate (SPÖ) commencent à perdre de leur emprise sur la société autrichienne ; de nouvelles générations acceptent mal d’être embrigadées dans un camp ou un autre et réclament une plus grande liberté. Les chercheurs parlent aujourd’hui « des nouveaux mouvements sociaux »39, certains d’entre eux, comme le mouvement étudiant40 ou le mouvement des femmes, n’ont pourtant rien de nouveau.

  • 41 Communication orale de Gabriella Hauch, „ Wir waren jung…“présentée au colloque « Femmes, féminisme (...)
  • 42 Zach Angelika, Zur Geschichte des österreichischen Staatssekretariates für allgemeine Frauenfragen. (...)

28En Autriche, bien plus que le mouvement étudiant, c’est l’apparition du second mouvement féministe, le mouvement autonome des femmes, qui symbolise au mieux ces mutations. Dès 1972 se structure AUF „Aktion Unabhängiger Frauen“. Ce mouvement autonome des femmes remet de facto l’existence des camps politiques et idéologiques en question. Mises à part quelques sociales-démocrates et quelques libérales, il ne concerne pas ou peu les femmes déjà adultes, seules les plus jeunes générations se détachant progressivement de la religion se sentiront profondément concernées. On constate par exemple l’existence d’associations de femmes non seulement à Vienne et dans les capitales régionales, mais aussi dans de petites villes d’où viennent diverses initiatives41. Mais on pourrait dire que Bruno Kreisky a su détourner au profit de la social-démocratie ce mouvement autonome des femmes en nommant Johanna Dohnal au poste de secrétaire d’État aux Droits des femmes en 1979. Les capacités politiques de cette dernière, ses profondes convictions féministes, son ouverture aux féministes, ont synthétisé peut-être mieux qu’ailleurs dans la région un féminisme qui a eu tendance jusqu’à son départ du gouvernement en 1995 à s’officialiser42.

29En 1972, les Bürgerinitiativen, reprises du modèle ouest-allemand, font aussi leur apparition sur la scène politique. C’est à Salzburg et à Graz que des citoyens se mobilisent contre des projets urbanistiques ou routiers pour « sauver le paysage ». La lutte contre la construction de la centrale nucléaire de Zwentendorf à partir de 1976 leur offre l’occasion de faire la preuve de leur capacité à mobiliser, à imposer un référendum et à le gagner. Les conséquences du mouvement de Zwentendorf ont conduit, à long terme, à une prise de conscience par les citoyens de leur force et à l’émergence d’une conscience écologique en Autriche. Le mouvement des Verts capitalisera une partie de cette force politique autonome. Ceux-ci font leur entrée politique sur la scène locale, à Salzburg. Dès les élections municipales à Vienne en 1978, ils prennent une part importante à la campagne électorale, critiquent le « gigantisme » de la UNO-City, la nouvelle cité administrative des Nations unies et là encore l’atteinte portée aux espaces verts. D’autres mobilisations suivront comme la lutte contre l’installation d’un barrage hydroélectrique sur le Danube près de Hainburg en Basse-Autriche en 1984-1985. Dans ces exemples, en particulier pour Zwentendorf et Hainburg, on assiste à une opposition très nette entre les syndicats partisans des projets et des citoyens qui y sont opposés et auxquels finissent par se rallier des hommes et femmes politiques des principaux partis.

 

  • 43 L’une des initiatives de pétition populaire ayant eu le plus de succès ces dernières années est cel (...)

30Enfin, la législation autrichienne garantissant le droit à l’initiative de pétition populaire (Volksbegehren) offre d’une certaine manière à l’État la possibilité d’encadrer les initiatives citoyennes en les soumettant à l’appréciation et au vote du parlement. Néanmoins, ces initiatives de pétition populaire permettent de prendre en compte les interrogations de la population et de mesurer le degré de mobilisation des associations, aujourd’hui plus diversifiées mais moins pérennes, mais aussi la capacité de mobilisation des partis43. Ainsi le FPÖ, le parti national-populiste de Haider, a su recourir au Volksbegehren pour mieux pallier sa faiblesse organisationnelle en proposant une consultation populaire sur le thème des étrangers (Österreich zuerst) qui a recueilli 416 531 signatures. Cette initiative du FPÖ a déclenché une réponse de l’ensemble de la société autrichienne qui a culminé dans la « Mer de lumière » qui a rassemblé à l’appel de la plateforme SOS-Mitmensch entre 250 000 et 300 000 personnes sur la Heldenplatz et le Ring à Vienne le 23 janvier 1993. Cette même capacité de mobilisation sur des bases de solidarité s’est manifestée dans l’action Nachbar in Not initiée par l’ORF, la radio-télévision autrichienne, mais relayée par des centaines d’associations à travers le pays, action qui apportait un soutien aux réfugiés des guerres de l’ex-Yougoslavie.

  • 44 Voir Kauffmann Michel, Robert Valérie, « La résistance à Haider sur Internet, un nouvel espace de c (...)

31En un siècle, la réalité du monde associatif a changé, de plus en plus de plates-formes éphémères se créent rassemblant des associations d’horizons différents, adhérer aujourd’hui à une association n’est plus aussi impliquant que cela a pu l’être dans le passé. Mais l’autre grande manifestation de la Seconde République, celle qui a réuni le 16 février 2000 les opposants à la coalition « noire-bleue » mise en place fin janvier 2000 par Wolfgang Schüssel a vu un recours aux nouvelles technologies, téléphone portable et internet44. Celles-ci ont considérablement changé la donne des conditions de mobilisation et donc de la vie associative et ont fait surgir une société civile libérée des carcans qui l’encadraient un peu trop.

 

32Quel que soit leur degré d’adhésion à la notion de Lager, tous les historiens de l’Autriche s’accordent sur la division de la société en trois grands courants depuis la fin du XIXe siècle. Ni l’État autoritaire corporatiste chrétien (Ständestaat), ni le national-socialisme ne sont parvenus à les éradiquer. Depuis les années 1980, cette division n’est plus aussi marquée que par le passé, un autre courant profitant de la mobilisation de la société civile, celui des Verts, est apparu. Une étude approfondie des associations, quel que soit le camp idéologique et politique, montre que jusqu’à la fin des années 1970 leur marge de manœuvre est de facto des plus réduites et qu’elles servent parfois contre la volonté des militants à relayer les mots d’ordre politiques des partis dont elles dépendent. À côté de leur fonction première, rassembler des citoyens sur un thème précis ou pour une action précise, ces associations ont contribué à figer la société autrichienne en camps politiques et idéologiques bien distincts et ainsi à lui garantir une stabilité tout en la fossilisant.

Notes

1 Offerlé Michel, La société civile en question, Paris, La Documentation française, 2003, p. 8.

2 Tocqueville Alexis de, De la démocratie en Amérique, Paris, Gallimard (Folio Histoire), [1835], réédition 1986, t. I, p. 291 et suiv.

3 Ibidem

4 Boyer John W., Political Radicalism in late imperial Vienna. Origins of the Christian social Movement, 1848-1897, Chicago-London, The University of Chicago Press, 1981.

5 Sur les camps idéologiques et politiques, voir Pasteur Paul, Écrire l’histoire de l’Autriche au vingtième siècle, mémoire d’habilitation sous la direction de Christophe Charle, Paris I, 2003, p. 66-92.

6 Sur les protestants voir Reingrabner Gustav, Protestanten in Österreich. Geschichte und Dokumentation, Wien-Graz, Böhlau, 1981 ; sur les vieux-catholiques voir Hamala Christian, Altkatholiken in Österreich. Geschichte und Bestandsaufnahme, Wien, Böhlau, 2004, XVIII, 949.

7 Tálos Emmerich, Handbuch des politischen Systems Österreichs. Erste Republik 1918-1933, Wien, Manz, 1995 consacre des sous-chapitres aux organisations de jeunesse, de femmes et aux organisations paramilitaires.

8 Grewe Constance, Oberdorff Henri (dir.), Les Constitutions des États de l’Union européenne, Paris, La Documentation française (Retour aux textes), 1999, p. 133-134.

9 En 1981, plus de 4900 Tchèques vivent encore à Vienne, dont un tiers déclare encore le tchèque comme « langue d’usage ». Consulter John Michael, Lichtblau Albert, Schmelztiegel Wien einst und jetzt. Zur Geschichte und Gegenwart von Zuwanderung und Minderheiten, Wien, Böhlau, 1990.

10 Pasteur Paul, Vers l’homme nouveau ? Pratiques politiques et culturelles de la social-démocratie autrichienne 1888-1934, université de Poitiers, Thèse d’histoire contemporaine, 1994, voir le chapitre sur les Amis de la nature, p. 353-495.

11 Ibidem, voir le chapitre consacré aux abstinents, vol. 1, p. 497-613.

12 Ibidem, voir le chapitre consacré aux libres penseurs, vol. 2, p. 619-762.

13 Maimann Helene (dir.), Mit uns zieht die neue Zeit. Arbeiterkultur in Österreich 1918-1934, Wien, Verlag Habarta & Habarta, 1981, p. 187.

14 Aktion Leben lui fera suite à partir des années 1970.

15 Voir Klostermann Ferdinand, Kriegl Hans, Mauer Otto, Weinzierl Erika (dir.), Kirche in Österreich 1918-1965, t. II, Wien, Herold, 1967, p. 138-186.

16 Il faut distinguer les associations regroupées dans « la communauté de travail des associations catholiques » de celles regroupées dans l’Action catholique.

17 Zulehner Paul, « Die Kirchen und die Politik » dans Sieder Reinhard, Steinert Heinz, Tálos Emmerich (dir.), Österreich 1945-1995, Gesellschaft, Politik und Kultur, Wien, Verlag für Gesellschaftskritik, 1996, p. 525-536.

18 Comme c’est le plus souvent le cas pour les associations ouvrières, minoritaires dans le milieu.

19 Grandner Margarete, Saurer Edith (dir.), Geschlecht, Religion und Engagement. Die jüdischen Frauenbewegungen im deutschsprachigen Raum, Wien, Böhlau (L’Homme Schriften, 9), 2005.

20 Pour les Tchèques, on peut citer le Club des libres penseurs tchèques et l’Association culturelle Komenský, voir Huchet Nicolas, « La difficile émergence des écoles privées en langue tchèque Komenský à Vienne entre 1880 et la Première guerre mondiale », Austriaca, 60, p. 163-173.

21 Bunzl John (dir.), Hoppauf Hakoah. Jüdischer Sport in Österreich von den Anfängen bis zur Gegenwart, Wien, Junius Verlag, 1987.

22 Pasteur Paul, Être syndiqué(e) à l’ombre de la croix potencée. Corporatisme, syndicalisme, résistance en Autriche 1934-1938, Rouen, PUR, Études autrichiennes, 2002.

23 Steindl Hubert, Faschismus in der „Provinz“. Der Bezirk Mürzzuschlag 1933-1945, Dissertation, Universität Graz, 1993, p. 73, p. 82-83.

24 Voir VGA, Archiv Die Flamme, Vereine 1929/1930 et l’article de Der Wiener Tag du 29 juin 1933.

25 Botz Gerhard, Die Eingliederung Österreichs in das Deutsche Reich. Planung und Verwirklichung des politisch-administrativen Anschlusses (1938-1940), Wien, Europaverlag, 3e édition, p. 49-60, voir aussi Botz Gerhard, Nationalsozialismus in Wien. Machtübernahme und Herrschaftssicherung 1938/39, Buchloe, Druck und Verlag Obermayer, 1988, 3e édition, voir aussi Tálos Emmerich, Hanisch Ernst, Neugebauer Wolfgang, Sieder Reinhard, NS-Herrschaft in Österreich. Ein Handbuch, Wien, öbv&hpt, 2001, p. 11-24 est tiré un premier bilan historiographique des études sur le national-socialisme en Autriche.

26 J’ai mis en lumière que les militants intermédiaires du Parti social-démocrate adhérent à au moins deux ou trois associations et se doivent de leur apporter soutien, ce qui se traduit matériellement dans leur emploi du temps par deux ou trois soirs occupés par semaine et plusieurs week-ends par an réservés à cette pratique associative.

27 Conservés à Vienne au Verein für Geschichte der Arbeiterbewegung (VGA).

28 Winterer Franz, Die politischen Machenschaften des reaktionären Alpenvereins, p. 1. Le Club alpin autrichien (ÖAV) avait été créé en 1862 sous la présidence du professeur d’université Dr. Eduard Fenzl. Son but était de mieux connaître les Alpes orientales, en particulier les Alpes autrichiennes et de contribuer à mieux les faire aimer. En 1869, le Club alpin allemand fut créé. En 1873, devant la communauté d’intérêt, devant les mêmes tendances grandes allemandes, les deux clubs fusionnent pour devenir le DÖAV, Deutscher und Österreichischer Alpenverein. La section Austria du DÖAV finit par élire Pichl, décrit par Franz Winterer comme « un apôtre nazi ».

29 Früh Eckart, Wilhelm Börner, Wien-New York und retour, [manuscrit non publié]. L’Ethische Gemeinde est héritière du mouvement de Friedrich Jodl Ethische Kultur.

30 Petrasch Wilhelm, Die Wiener Urania. Von den Wurzeln der Erwachsenenbildung zum lebenslangen Lernen, Wien, Böhlau, 2007.

31 L’Österreichischer Arbeiter-Samariterdienst est créé au sein de l’Association sportive (ASKÖ) en 1927 afin de prodiguer les premiers soins aux blessés lors des compétitions sportives ou lors d’une randonnée. Très vite, cette structure a été appelée à travailler avec le Republikanischer Schutzbund, l’organisation paramilitaire de la social-démocratie. Consulter http//www.samariterbund.net/museum/

32 Zenker Ernst Victor, Bevölkerungs-Politik und Eherechtsreform, Wien, Verlag des Eherechtsreform-Vereines, 1917.

33 Appel paru dans Arbeiter-Zeitung, 20 avril 1927, publié dans Benay Jeanne, Julien Robert, Pasteur Paul, Walle Marianne (éd.), L’Autriche 1918-1938. Recueil de textes civilisationnels, Rouen, P.U.R (Études autrichiennes, 6), 1999, p. 141-142.

34 L’Österreichisch-deutscher Volksbund, organisation au-dessus des partis, regroupe des hommes et femmes politiques, des syndicalistes, des représentants des métiers et correspond au Deutsch-österreichischer Volksbund en Allemagne dirigé par Paul Löbe.

35 À l’exception de Winfried Garscha qui a consacré une étude Die Deutsch-österreichische Arbeitsgemeinschaft, Kontinuität und Wandel deutscher Anschlusspropaganda und Angleichungsbemühungen vor und nach der nationalsozialistischen ‘Machtergreifung’, Salzburg, Geyer, 1984. Cette structure a été créée en 1919 en tant qu’organisation au-dessus des partis. Elle regroupe des scientifiques, des experts économiques, des artistes, des hommes et femmes politiques.

36 On pourrait encore citer der Deutsche Klub ou die Deutsche Gemeinschaft voir Rosar Wolfgang, Deutsche Gemeinschaft. Seyss-Inquart und der Anschluss, Wien, Europaverlag, 1971.

37 Conservés au Verein für Geschichte der Arbeiterbewegung.

38 Dachs Herbert, Gerlich Peter, Tálos Emmerich (dir.), Handbuch des politischen Systems Österreichs – Die Zweite Republik, Wien, Manz, 1997 ; en français Pasteur Paul, L’Autriche de la Libération à l’intégration européenne (note 2), p. 14-22.

39 Voir Gottweis Herbert, « Neue soziale Bewegungen in Österreich » dans Dachs, Gerlich, Tálos (dir.), Handbuch des politischen Systems Österreichs – Die Zweite Republik (note 42), p. 342-368.

40 Zoitl Helge, „Student kommt von Studieren !“ Zur Geschichte der sozialdemokratischen Studentenbewegung in Wien, Wien, Europaverlag, 1992 ; Hartmann Gerhard, Für Gott und Vaterland - Geschichte und Wirken des CV in Österreich, Wien, Lahn-Verlag, 2006 ; Popp Gerhard, CV in Österreich 1864– 1938, Wien, Böhlau, 1984.

41 Communication orale de Gabriella Hauch, „ Wir waren jung…“présentée au colloque « Femmes, féminismes et socialismes dans l’espace germanophone après 1945 », université de Rouen, 6-7 mars 2001.

42 Zach Angelika, Zur Geschichte des österreichischen Staatssekretariates für allgemeine Frauenfragen. Entstehungsbedingungen, Gründung und Aktivitäten bis zum Ende der Alleinregierung der SPÖ 1983, Diplomarbeit, Universität Wien, 1991 ; Kreisky Eva, Niederhuber Margit (dir.), Johanna Dohnal. Eine andere Festschrift, Wien, Milena Verlag, 1999.

43 L’une des initiatives de pétition populaire ayant eu le plus de succès ces dernières années est celle concernant les techniques génétiques, en 1997, 1 225 795 citoyens et citoyennes se sont alors mobilisés.

44 Voir Kauffmann Michel, Robert Valérie, « La résistance à Haider sur Internet, un nouvel espace de communication », Austriaca, 51, p. 195-211.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540