Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Première section. Les mots et la chose

Les modes conceptuelles de la science politique française. Du « groupe de pression » au « Lobby »

Guillaume Courty

Texte intégral

  • 1 Offerlé Michel (dir.), La société civile en question, Paris, La Documentation française, 2003.

1Dans sa recherche sur la société civile, Michel Offerlé1 est parti à la découverte des usages de cette notion. Un autre objectif est ici proposé pour compléter cet inventaire linguistique : les usages du triptyque groupes de pression, groupes d’intérêt, lobby. Interroger ce lexique permet de poser les trois questions suivantes : Quels sont les apports d’une sociologie des utilisateurs des concepts à la question du comment est composée la « société civile » dans différentes conjonctures ? Quels sont les échanges et les transactions qui accompagnent ces transferts de biens symboliques ? Comment des textes contemporains, produits dans des espaces relativement interdépendants, sont-ils lus par les uns, négligés par les autres, alors qu’ils parlent la même langue et soutiennent des thèses relativement comparables ou convergentes ?

2Cette recherche porte sur un corpus composé de 341 auteurs français (dont 87 notices biographiques sont opératoires) qui ont en commun d’avoir écrit des ouvrages ou des articles contenant une de ces trois notions. Ils ont également en commun de ne pas utiliser ces notions de manière ornementale, au détour d’une phrase, mais de les consacrer comme une catégorie permettant de classer différentes formes d’organisations non politiques qui interagissent avec les pouvoirs publics. En partant de ces auteurs, il s’agit de saisir les étapes dans les trajectoires qui leur permettent de s’approprier un concept et de l’utiliser pour soutenir une argumentation. Il est également question de saisir les conditions qui rendent possible la réception de leur production, certains d’entre eux produisant des œuvres que peu de personnes lit de leur vivant. Ces auteurs ont produit 506 textes publiés entre 1876 et 2008 (le présent article porte sur le traitement d’un tiers de ce corpus). Avec ce matériel et en l’état de son traitement, il apparaît qu’autour de cette trilogie s’agrègent 107 autres notions utilisées, selon les conjonctures, pour en décliner d’autres exemples (« trusts », « cartels », « congrégations économiques »), en expliquer la variation historique (« factions », « corporations », « féodalités industrielles »), en critiquer l’existence (« synarchies », « gang », « féodalités », « bastilles économiques ») ou en souligner et préciser l’importance (« forces économiques », « grands intérêts »).

  • 2 Kaplan Steven L., La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001.
  • 3 Sewell William H., Gens de métiers et révolutions. Le langage de l'ancien régime à 1848, Paris, Aub (...)
  • 4 Gautier Claude, « Corporation, société et démocratie chez Durkheim », Revue française de science po (...)

3Le fait social qui apparaît avec ce corpus est une mode intellectuelle qui permet d’ouvrir la réflexion sur trois phénomènes. Le premier est celui des modes des biens symboliques, autrement dit des variations « saisonnières » que connaît l’usage de notions dans les espaces académiques comme dans le champ politique et médiatique. Comme le souligne M. Offerlé, « Société civile » revient dans les années 1970 mais un autre mot célèbre, « corporation », fait également un retour marquant à cette époque. Analysé par les historiens (« corps intermédiaires » est aussi important mais moins travaillé), ce seul mot montre cinq temps et autant de catégories d’acceptions différentes : celui du contexte de l’élaboration de la loi Le Chapelier,2 celui de son intégration dans l’idiome ouvrier de la moitié du XIXe,3 celui de son inscription républicaine chez Durkheim ou Duguit4, celui de ses inscriptions politiques dans les années 1930, et, enfin, celui de son difficile usage comme étiquette syndicale et politique à la Libération. Avec ce premier état des usages d’un seul mot qui accompagne fréquemment le triptyque étudié, il faut insister sur le fait que ces modes linguistiques ne concernent pas obligatoirement le parler politique ordinaire dans la société française mais, déjà et peut-être avant tout, des composantes du ou des mots savants réservés à une élite pour parler de problèmes dont les catégories populaires parlent différemment. Dans ce premier cadre sociologique de l’étude des modes, se pose le problème rencontré également par M. Offerlé sur le concept de société civile : que peut-on faire de concepts qui sont affectés de cet effet « looping » formulé par Ian Hacking, à savoir ce retour dans l’espace de production de concepts utilisés entre temps par d’autres acteurs dans d’autres espaces ? Comment la science politique peut-elle échapper au risque de célébration des problèmes politiques en reprenant à son compte les mots de la doxa ?

  • 5 Le corpus constitué montre beaucoup de ruptures épistémologiques notamment entre le système de réfé (...)
  • 6 Rosanvallon Pierre, Le modèle politique français. La société civile contre le jacobinisme de 1789 à (...)

4Une deuxième mode est pertinente concernant cette trilogie : le mode de pensée dominant, binaire en l’espèce (i. e. la politique et la société civile, l’État et les intérêts, le politique et l’économique – ou le social), souvent agrémenté de la métaphore de la physique (les contrepoids, les forces, la pression). Ce mode de la pensée d’État est significatif de la reformulation d’un imaginaire politique autour d’un relatif vide théorique dont les bornes sont les suivantes5. D’un côté, les relations des groupements avec les pouvoirs publics font peu l’objet de règles codifiées à la notable exception des règlements des assemblées parlementaires (ou, tout du moins, de l’interprétation de certains des articles), abstraction faite de la forme syndicale et des négociations. De l’autre, le flou autour des pères fondateurs de ce mode de pensée est tel qu’il autorise des revendications de paternité aussi nombreuses que surprenantes (Sieyès, Rousseau, Tocqueville…). Au début des années 1950, le débat se fait autour de ce vide et contribue à édifier l’imaginaire politique dominant. Au début, il porte sur la création d’une structure entre l’État et les citoyens. Maintenant, devenu binaire, il tente de consacrer le rôle que doit jouer cette structure pour exprimer une demande politique, pour parler au nom des citoyens, pour en incarner une conception légitime dans la conception de l’ordre politique. Ce mode de pensée est largement ethnocentrique. Il a été utilisé pour apprécier moralement l’action en politique de certains groupes sociaux, très rarement les ouvriers, mais avant tout les cheminots, les agriculteurs, les routiers, le patronat puis plus récemment les infirmières et certaines mobilisations dites « inorganisées ». Ce mode n’est possible que parce que la valeur conférée à l’État fluctue (pour reprendre la problématique de Durkheim montrant que le mode de pensée socialiste n’émerge que lorsque varie en sens inverse la valeur reconnue à l’industrie et celle conférée à l’État). Ici la valorisation de la place des groupes d’intérêt n’est possible qu’à partir du moment où celle de l’État est soit réévaluée (comme dans les années 1950), soit minorée (comme à partir des années 1990). Nous sommes donc dans une configuration où il ne s’agit plus de « compléter l’action des pouvoirs publics ou d’accroître l’action de la société civile mais de substituer à un État dévalorisé de nouvelles puissances économiques et sociales jugées plus efficaces »6.

5Le troisième et dernier mode est statistique. Les notions les plus présentes dans le corpus sont celles de ce triptyque. Mais, comme déjà signalé, il est très rare qu’un auteur n’utilise qu’une seule notion. Une autre variation ressort du corpus. Si Groupes d’intérêt / Groupes de pression / Lobby (et ses dérivés) s’emploient communément dans la langue des élites françaises, une inversion se produit entre les années 1950 et les années 1990. La notion la plus utilisée et la plus valorisée (celle qui ouvre et sert de titre) n’est pas la même : les élites ont fait passer au premier plan le lobby au détriment de groupes de pression.

Les modes conceptuelles : émergences, reformulations et consécrations des problèmes de la représentation des intérêts.

  • 7 Voir l’encyclopédie des idées reçues élaborée pour le numéro d’Actes de la recherche en sciences so (...)

6Le corpus constitué fait ressortir cinq modes conceptuelles qui se sont succédé depuis le début du XXe siècle. Rétrospectivement, quatre substantifs ont été successivement les marques linguistiques les plus visibles de ces débats académiques, politiques et religieux. Dans l’ordre chronologique, ces modes ont été : les « groupements » au début du XXe siècle, le « corporatisme » dans l’entre deux guerres, les « groupes de pression » à la Libération et les « lobbies » depuis le début des années 1990. Quatre mots pour cinq modes : une conjoncture apparaît pendant laquelle les problèmes qui sont dits, débattus et analysés avec ces mots ne sont plus ni urgents ni médiatisés : les années 1970 sont en effet relativement vides de ces débats même si l’idéologie alors dominante comporte d’autres problèmes consacrés et un autre lexique incontournable7. Trois catégories de faits posent problème aux auteurs car ils ne rentrent pas dans les cadres de leurs expériences : des faits électoraux comme la présentation de candidats par des organisations non politiques ou le financement de candidats ; des faits législatifs avec la transmission à des parlementaires d’informations ou de consignes de votes ; des rencontres entre agents politiques et professionnels de la représentation des intérêts, que ce soit dans un cadre institutionnel depuis la création du CNE et des organes consultatifs ou dans un cadre rituel avec l’élaboration d’un protocole et d’un cérémonial pour les négociations lors des conflits sociaux ou les tables rondes et autres rencontres entre détenteurs du pouvoir et représentants d’intérêts.

 

  • 8 La comparaison avec la démonstration de P. Rosanvallon concernant Keynes est stimulante. Les auteur (...)
  • 9 Courty Guillaume, Les Groupes d’intérêt, Paris, La Découverte (Repères), 2006.
  • 10 Bourdieu Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, 199 (...)

7Ces trois modes confondus montrent des variations saisonnières. Dans les années 1970, les débats ne résonnent plus autant avec ces mots. Dans d’autres, c’est l’effervescence (les années 1950 comme les années 1990). L’explication provient de la synchronisation des débats entre plusieurs espaces grâce à la naturalisation d’une langue commune8. Il y a donc des modes intellectuelles car des transactions se sont instituées depuis les années 1950 entre six espaces dont l’IEP de Paris est l’épicentre9. Ces six espaces sont les suivants. L’espace académique (dont les disciplines centrales sont le droit public, la science économique et la science politique) est traversé par l’espace religieux, l’espace de la haute fonction publique, l’espace politique, médiatique, puis, enfin l’espace institutionnel européen émergent. C’est lors de ces transactions – colloques, débats, programmes d’enseignements, collaborations politiques – que se joue en partie la consécration de la position d’intellectuel des politologues. Grâce à ces mots, ils démontrent leur capacité à euphémiser des situations politiques tendues et obtiennent leur qualité d’experts en offrant le vocabulaire pour le jeu politique, celui de son analyse comme de ses performances quotidiennes. Depuis la mainmise des politologues sur la notion « groupe de pression » au détriment des économistes et professeurs de droit public, ils ont néanmoins perdu le monopole de définition du « lobbying » avec l’entrée sur ce terrain des professeurs de gestion et des écoles de commerce. En passant de l’analyse du choix des mots à celle des problèmes examinés, le rôle des politologues devient moins innovant : ils inventent rarement les problèmes sur lesquels ils prennent position avec ces mots, ne les imposent pas dans le champ politique et participent donc au renforcement du conservatisme dominant, rejoignant ainsi cette catégorie des intellectuels conservateurs élaborée par P. Bourdieu pour analyser ceux qui soutiennent intellectuellement le pouvoir10.

8Depuis les années 1990, une nouvelle mode apparaît mais avec une nouvelle configuration des six espaces. Le religieux a pratiquement disparu et l’espace européen a acquis une relative autonomie par rapport aux espaces politiques nationaux. C’est également à l’intérieur de certains espaces que des modifications importantes ont eu lieu. Dans l’espace académique, la place des disciplines utilisant le triptyque est transformée : la gestion a remplacé la science économique, l’histoire contemporaine a émergé, le droit privé apparaît timidement. Concernant le champ médiatique, la place occupée par la presse économique et celle tenue par les hebdomadaires sont symptomatiques du changement opéré. Une nouvelle structure de l’espace des professionnels de la représentation des intérêts a émergé (elle offre des positions à des membres du barreau, des cabinets conseil – relations publiques et intelligence économique –, des anciennes entreprises nationales et des organisations professionnelles ou ONG) qui tentent d’imposer leur conception de leur métier, investissent l’enseignement supérieur (Science-po’ redevient un épicentre mais, désormais, avec les écoles de commerce) et publient des théories de leurs pratiques.

La formation d’une langue politique commune : la naturalisation d’un parler politique ordinaire

9La langue politique en vigueur en 2008 privilégie donc des mots qui étaient rares et savants avant la Seconde Guerre mondiale : certains sont devenus ordinaires (lobby), d’autres secondaires (groupes de pression). Un exemple de cette langue suffit à démontrer à quel point certains de ces mots sont désormais utilisés quotidiennement. Deux députés, P. Beaudouin et A. Grosskost, ont entrepris d’essayer de convaincre leurs collègues de la nécessaire réforme du règlement de l’Assemblée nationale. La lettre qu’ils leur adressent comporte cet argument : « le lobbying est une activité très répandue et constitue une forme d’expression de la société civile » (propos repris dans leur proposition de résolution et dans la lettre du 7 février 2007 accompagnée d’un « questionnaire parlementaire sur le lobbying » demandant aux députés d’adhérer au groupe de travail parlementaire qu’ils souhaitaient créer).

 

10Entre la langue du début du XXe siècle qui abonde en « groupements » et celle du début du XXIe qui multiplie les « lobbies », une question devient importante, celle du contexte dans lequel se découvrent ces concepts. En posant la question du « quand a-t-on découvert ses mots en France ? », une précision géographique s’impose rapidement : lors des dialogues et échanges avec l’Allemagne pour les premiers, avec les États-Unis pour le second. Encore faut-il dissocier deux temps dans ces inventions. Celui où des « courtiers » trouvent à l’étranger une conception et la rapportent dans leurs espaces d’origine ; et celui où cet espace utilise publiquement ces conceptions pour raisonner. Un long silence peut séparer les deux.

  • 11 Bourdieu Pierre, « Espace social et genèse des ‘classes’ », Actes de la Recherche en Sciences Socia (...)

Auteurs et combinaisons des « Groupements » en France dans la première moitié du XXe siècle
De Célestin Bouglé à Georges Vedel, les sciences sociales en France ont abondamment utilisé le terme « groupements » pour penser les différentes formes d’organisation non politiques. Pendant toute cette période elles ont été suivies de l’extrême gauche (M. Leroy) à l’extrême droite (L. Daudet) par des acteurs politiques qui précisaient le terme en lui adjoignant un qualificatif ou un complément de noms. Les combinaisons les plus utilisées avant la seconde guerre mondiale ont été les suivantes :
Groupements corporatifs ; Groupements d'intérêts ; Groupements des intérêts économiques; Groupements d'intérêts privés ; Groupements économiques ; Groupements intéressés ; Groupements intermédiaires ; Groupements sociaux ; Groupements professionnels; Groupements syndicaux
Le lexique juridique et politique a consacré les « Groupements professionnels » dans les années 1960 au centre de la théorie de la consultation, ces groupements participant aux commissions du Plan, à la formation professionnelle, à certains axes de la politique économique. Leur place dans ces dispositifs a été critiquée et remise en question en les nommant autrement. « Groupe de pression » a été l’instrument ayant permis de transformer cette conception de la vie politique en transformant ses catégories de perception.11

Auteurs, traductions et combinaisons du « lobby » en France au XX
e siècle
Termes présents dès la IIIe République dans des récits de voyage aux États-Unis ou des manuels de droit constitutionnel, les variations linguistiques autour du lobby se développent après la seconde guerre mondiale. Certaines sont des échecs qui cessent rapidement (Lobbymen). D’autres font l’objet de corrections et d’hésitations orthographiques (lobbism / lobbyisme, lobbies / lobbys). La réussite de ce terme doit autant aux variations qu’il occasionne – la création du substantif lobbier – qu’à la polysémie et au flou qui entourent les différents usages d’un même substantif (faire du lobbying pouvant signifier aussi bien communiquer, anticiper que bénéficier d’un emploi fictif…). Une fois devenu d’usage quasi quotidien dans les articles de la presse politique, le lobby se combine avec des qualificatifs ou des substantifs pour servir d’étiquette péjorative (depuis les rediscutions de la loi Evin, des journalistes évoquent de nouveau le lobby du vin ou de l’alcool) et marquer ceux qui s’opposent aux parlementaires (le « lobby alimentaire », de l’environnement, des casinos sont fréquents depuis 2004). Ces combinaisons permettent également de critiquer et de marquer politiquement certaines prises de positions d’hommes politiques (le « lobby juif » a ainsi été au centre de polémiques concernant des propos tenus par F. Mitterrand, R. Barre et un ministre algérien).

Les usages par les auteurs français des dérivés de lobby (avec entre parenthèses le nombre d’occurrences)

Les usages par les auteurs français des dérivés de lobby (avec entre parenthèses le nombre d’occurrences)
  • 12 Jannet Claudio, Les États-Unis contemporains ou les mœurs, les institutions et les idées depuis la (...)

* Le terme est utilisé et présenté par Claudio Jannet, disciple de Le Play, avocat et professeur d’économie politique à la faculté libre de droit de Paris. Il est donc impossible de le faire rentrer dans les catégories académiques contemporaines.12

11Dans cet intervalle silencieux, pressure groups et groupe de pression ont été largement utilisés pour remplacer des termes devenus inutilisables parmi lesquels « corporations » et « corps intermédiaires » qui ont été les plus sensibles politiquement dans le contexte de la Libération. Mais, contrairement à une fausse évidence, le « groupe de pression » n’est pas une traduction directe de son équivalent américain. Entre les « groupements » et l’émergence des « groupes de pression » se développe l’usage de deux notions qui ont présidé à la possibilité de cette traduction. La première est celle des « groupes » dans le vocabulaire politique, souvent en lieu et place des classes sociales, souvent à partir de débats sociologiques. La seconde est celle de la « pression » qui a été constituée comme un enjeu politique lors des débats politiques concernant l’élection dès le début du XXe siècle. La synthèse des deux rend possible l’intégration dans la langue française de ce terme étranger, l’espace de réception – ici le droit public et la science politique – pouvant comprendre grâce à ces mots français, le terme d’origine étrangère qu’il convient de traduire et ce même si cette traduction a été abondamment revendiquée par Maurice Duverger.

 

12De son côté, le « lobbying » est découvert dès la fin du XIXe siècle par des Français aux États-Unis. Mais pour que les lobbys (ou lobbies) puis le lobbying deviennent d’usage courant, encore faut-il qu’ils composent un des pans de l’imaginaire politique soutenant l’édifice institutionnel. Les contextes efficients sont ceux qui se structurent autour du milieu des années 1950 pour les groupes de pression, puis au début des années 1990 pour le lobbying. Cet imaginaire politique dont l’économie concertée a été un temps le label institutionnel est composé par ces notions qui recensent les organisations supposées participer à cette forme de travail politique : syndicats, associations. Avec le démantèlement du Plan et le maintien de la thématique de la consultation, puis de la participation, les mêmes organisations ont posé un nouveau problème de nomination et de cadrage. Les conserver comme « groupes de pression » montrait trop que le passé survit à travers eux. Les renommer en autant de « lobbyis » qu’il peut y avoir de « lobbymen » permet de tout changer sans rien bouleverser dans cette conception idéelle de la vie politique.

  • 13 Rodgers Daniel T., Atlantic Crossings. Social Politics in a Progressive Era, Cambridge, The Belknap (...)
  • 14 Chatriot Alain, La démocratie sociale à la Française. L’expérience du Conseil national économique 1 (...)
  • 15 De Greef Guillaume, La constituante et le régime représentatif, Bruxelles, Office de publicité, 189 (...)

13L’élaboration et la contextualisation de certains pans de ce modèle nécessitent que les auteurs puisent dans le « stocks des solutions extérieures ».13 Dans les années 1930, le débat sur le corporatisme ne se comprend pas sans les références internationales.14 Mais, le stock allemand, s’il est marquant et incontournable pour la formation des concepts utilisés en France au début du XXe siècle (comme il l’a été pour la Belgique selon De Greef en 1892),15 est remplacé par celui des États-Unis dès l’entre deux guerres même s’il faut attendre le début des années 1950 pour que ce vocabulaire se diffuse et se normalise.

Construire un imaginaire politique : bricoler et braconner

  • 16 Godelier Maurice, Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, A (...)

14Maurice Godelier revient dans son dernier ouvrage16 sur la capacité de la société à produire et à adapter son imaginaire à de nouveaux contextes. La construction européenne et l’encadrement institutionnel de la politique économique du Gouvernement ont impliqué la recomposition d’un pan de l’imaginaire républicain produisant, pour le cadre français, la conception de l’économie concertée, et pour le cadre européen, la conception de la consultation des groupes d’intérêt. Dans ces deux imaginaires qui ont beaucoup de points communs à commencer par certains de leurs créateurs, le triptyque permet tout aussi bien de valider la présence et l’action des acteurs de la société civile que d’en dénoncer et critiquer les abus. L’objet n’est pas ici de décrire la composition de cet imaginaire mais d’en comprendre les logiques de son élaboration. Deux activités créatrices participent à cette construction d’une représentation idéelle de la politique de la Ve République : le bricolage et le braconnage. L’effet politique remarquable de la combinaison de ces deux activités tient dans la naturalisation d’un pan de cet imaginaire politique qui devient dominant et donc difficilement contestable.

15Les historiens G. Duby et G. Dumézil insistaient sur deux autres activités présidant à la fabrique des systèmes idéologiques : la restauration et la transposition. Pour le corpus ici analysé, le créateur central est autant le politologue que le haut fonctionnaire. Mais seul le premier joue un rôle particulier : certifier des concepts du label académique. La comparaison avec les travaux historiques mentionnés s’arrête là. Ici, l’activité n’est pas de fabriquer des dieux ni de faire du neuf avec de l’ancien. En l’occurrence, le politologue ressemble plus au mythologue de la pensée sauvage développée par C. Lévi-Strauss qu’aux auteurs du schéma trifonctionnel : il co-produit cette théorie avec les moyens de bord en puisant dans le stock des ressources intellectuelles alors disponibles à l’exclusion de celles qui sont trop anciennes et trop marquées politiquement. Après la Seconde Guerre mondiale, le politologue bricole en élargissant le stock des connaissances disponibles au droit public, à l’économie, à la science politique américaine ou britannique. De son côté, le haut fonctionnaire s’adonne à cette activité de braconnage isolée par M. de Certeau : il capte des biens symboliques ici et là, sans se faire prendre, pour les transmettre à d’autres (des étudiants comme des hommes politiques ou des journalistes) sous la forme de la vision légitime et évidente de l’ordre social. Nombre d’auteurs du corpus sont des hommes doubles, universitaires détenant des mandats politiques (A. Philipp, M. Prélot), pouvant ainsi se livrer à cette double activité consistant à bricoler à partir des éléments trouvés ici et là et, grâce à eux, à agir autant qu’ils enseignent, à faire faire des choses en disant ces mots. Beaucoup plus rares sont ceux qui n’occupent qu’une seule position : ils y investissent alors plus intensément les emprunts faits lors de leurs voyages aux États-Unis (certains hommes « doubles » ont également fait cette expérience comme A. Philipp déjà cité).

  • 17 Des articles de presse produisent des photos pour donner la preuve de l’importance de ce phénomène. (...)

16Des effets de trajectoires sont également remarquables : les passages dans les cabinets ministériels ou dans des équipes parlementaires sont une sorte de prise de conscience de l’importance d’un phénomène minoré par les espaces académiques. Les journalistes qui ont fait ces expériences, publient plus et plus longtemps sur ces questions et conservent fermement ce vocabulaire. Depuis la fin des années 1980, le passage dans les institutions européennes (J. Meynaud n’y avait pas échappé en faisant une enquête pour l’OCDE) est devenu plus important encore pour les auteurs qui reviennent à Paris imprégnés de cette certitude : le lobbying en France n’est rien comparé à Bruxelles où ces individus assurent les avoir vus17.

17Depuis les années 1990, cette production laisse se déployer des théories du lobbying sans théoricien central. Le politologue et le haut fonctionnaire, personnages centraux de composition de cet imaginaire, ont cédé la place à de nombreux nouveaux co-auteurs : journalistes, linguistes, historiens, philosophes, juristes, gestionnaires.

  • 18 Dieng Momar, « Le groupe de pression, c’est le parti », Le quotidien 28 juin 2007.

18Dernière caractéristique récente et originale de cet imaginaire : son exportation. Alors que la mode des groupes de pression permettait d’appréhender les pays en voie de développement dans des travaux élaborés par les occidentaux, la mode du lobbying est importée, adaptée dans le jeu politique de nombreux pays sans toujours être l’objet d’une expertise occidentale (la seule exception étant l’ouverture de succursale des cabinets anglo-saxons comme cela vient de se produire en Algérie et au Maroc). Avec ce nouveau corpus composé d’articles de quotidiens non occidentaux diffusés sur internet, la mode du lobbying permet de saisir de nouvelles caractéristiques (il faudrait néanmoins pouvoir comparer avec les usages anglo-saxons de ces termes dans d’autres continents). Tout d’abord, les pays concernés sont principalement liés historiquement, culturellement et linguistiquement à la France (voir le tableau ci-dessous). En partie pour cette raison, les journalistes qui choisissent ce cadre pour leurs articles ont été formés en Europe et en science politique. Pourtant, l’adaptation de cette autre mode du lobbying montre qu’elle n’est pas une simple importation. Elle permet certes d’appréhender les pratiques de certains acteurs occidentaux ou de saisir les difficiles plaidoyers des acteurs politiques nationaux sur la scène internationale (Bruxelles et Washington principalement). Mais cette mode permet de penser, de classer et de juger des pratiques qui concernent avant tout les détenteurs du pouvoir comme elle permet d’insister sur les difficultés rencontrés par certains acteurs politiques dans leur combat pour une cause ou un enjeu (le vote des femmes est analysé dans ce cadre). Enfin, certains pays sont déjà l’objet d’un lobbying comparable à la mode française du fait de la polysémie du mot utilisé qui permet de dire aussi bien (c’est-à-dire en étant plus convaincant) des activités politiques telles que : convaincre, élire, mobiliser. Ce lexique, également caractérisé par le triptyque présent en France, suscite des oppositions théoriques entre journalistes et hommes politiques sur la pertinence du mot dans le contexte considéré. C’est en grande partie lors de ces joutes locales que le mode de pensée occidental subit son adaptation la plus marquante. Comme l’explique le journaliste du Quotidien du Sénégal à ses lecteurs « au Sénégal, la notion de lobbying au niveau de l’Assemblée nationale n’a presque pas de sens… Dans un tel contexte, le seul lobbying reste celui qu’exerce le parti dominant sur ses affidés quand il faut voter (toutes) les lois »18. Rares sont néanmoins encore ceux qui utilisent ces mots comme étiquettes pour se présenter sur les scènes politiques même si son émergence est déjà repérable quoique timide.

La mode du « lobbying » dans la presse francophone disponible sur internet depuis 2006.

La mode du « lobbying » dans la presse francophone disponible sur internet depuis 2006.

19Cet imaginaire actuellement en cours d’édification est très souvent sans rapport avec les structures objectives de la vie politique des pays concernés. Toute la question est de découvrir si cela n’a pas été le cas en France ? Et pendant combien de temps ? Les historiens ont largement ouvert l’étude de la mode du « corporatisme » de l’entre deux guerres en insistant sur l’absence de concrétisations durables de ces idées. Il reste à suivre celles qui succèdent à cette conception idéelle de l’ordre social et politique avec l’institutionnalisation des politiques dites de consultation, de concertation ou d’expression de la société civile organisée.

Notes

1 Offerlé Michel (dir.), La société civile en question, Paris, La Documentation française, 2003.

2 Kaplan Steven L., La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001.

3 Sewell William H., Gens de métiers et révolutions. Le langage de l'ancien régime à 1848, Paris, Aubier (Collection historique), 1983.

4 Gautier Claude, « Corporation, société et démocratie chez Durkheim », Revue française de science politique, Volume 44, Numéro 5, 1994, p. 836 – 855.

5 Le corpus constitué montre beaucoup de ruptures épistémologiques notamment entre le système de références qui est utilisé selon les conjonctures. Il est donc difficile de postuler en l’espèce la continuité d’un modèle français comme le conçoit P. Rosanvallon (2004).

6 Rosanvallon Pierre, Le modèle politique français. La société civile contre le jacobinisme de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil (Points Histoire), 2004, p. 409.

7 Voir l’encyclopédie des idées reçues élaborée pour le numéro d’Actes de la recherche en sciences sociales par P. Bourdieu et L. Boltanski dans « La Production de l’idéologie dominante » (1976, no 2).

8 La comparaison avec la démonstration de P. Rosanvallon concernant Keynes est stimulante. Les auteurs du triptyque étudié, grâce à leurs concepts peuvent eux aussi « forger les bases d’un langage commun entre des personnalités de sensibilités politiques fort différentes ». Voir Rosanvallon Pierre, « Histoire des idées keynésiennes en France », Revue française d’économie, vol. III, 4 automne, 1987, p. 22-56, citation p. 48.

9 Courty Guillaume, Les Groupes d’intérêt, Paris, La Découverte (Repères), 2006.

10 Bourdieu Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, 1992.

11 Bourdieu Pierre, « Espace social et genèse des ‘classes’ », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, no 52-53, juin, 1984, p. 3-14.

12 Jannet Claudio, Les États-Unis contemporains ou les mœurs, les institutions et les idées depuis la guerre de sécession, Paris, Plon, [1876], 1889, 4è édition.

13 Rodgers Daniel T., Atlantic Crossings. Social Politics in a Progressive Era, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University, 1998, p. 7.

14 Chatriot Alain, La démocratie sociale à la Française. L’expérience du Conseil national économique 1924-1940, Paris, La Découverte (L’esprit de l’histoire), 2002, p. 345.

15 De Greef Guillaume, La constituante et le régime représentatif, Bruxelles, Office de publicité, 1892.

16 Godelier Maurice, Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, A. Michel (Bibliothèque des idées), 2007.

17 Des articles de presse produisent des photos pour donner la preuve de l’importance de ce phénomène. La plus utilisée est celle d’un escalier du Parlement européen sur les marches duquel des personnes attendent. La légende est souvent : « les lobbies font la queue ».

18 Dieng Momar, « Le groupe de pression, c’est le parti », Le quotidien 28 juin 2007.

Table des illustrations

Titre Les usages par les auteurs français des dérivés de lobby (avec entre parenthèses le nombre d’occurrences)
Légende * Le terme est utilisé et présenté par Claudio Jannet, disciple de Le Play, avocat et professeur d’économie politique à la faculté libre de droit de Paris. Il est donc impossible de le faire rentrer dans les catégories académiques contemporaines.12
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre La mode du « lobbying » dans la presse francophone disponible sur internet depuis 2006.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540