Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Introductions

Cette société que l’on dit à présent civile…

Michel Offerlé

Texto completo

1Il est désormais loin le temps où le journal Libération pouvait titrer à la une, dans le numéro du mercredi 20 juillet 1988, « Dis maman c’est quoi la société civile ? », le bas de page montrant des personnages photographiés en silhouettage, hommes et femmes à la fois séparés les uns des autres et formant pourtant un agrégat de personnes posé entre le ciel et la terre du cliché.

2Le terme de société civile a pris depuis lors son essor public, a perdu la plupart du temps sa typographie empruntée, bordée de guillemets, et est devenu une sorte de mot éponge dont les acteurs de la langue politique usent à satiété. On en trouvera des définitions officielles ou officieuses, notamment lorsqu’il s’agit de délimiter une « société civile organisée » opérationnelle pour les institutions gouvernementales et internationales.

3Un exemple parmi mille : cette citation de la direction générale de la Coopération internationale et du Développement du ministère des Affaires étrangères français :

  • 1 D’après l’étude « Les sociétés civiles du Sud » citée par Eric Cheynis dans sa thèse sur la « Soci (...)

Sans préjuger a priori de la définition de la société civile, les experts choisis pour cette étude en limiteront le champ aux associations et aux organisations “traditionnelles” ou “modernes” : organisations de base (associations villageoises ou de quartier, comité de gestion de biens collectifs, association de parents d’élèves, organisations intermédiaires (ONG ou organismes d’appui..), organisations professionnelles (de paysans, d’artisans, d’entrepreneurs, syndicats…), organisations de jeunesse, organisations de femmes, mutuelles, syndicats… Même si les relations de ces associations avec le mouvement religieux, les partis politiques ou les médias doivent être traitées, ces dernières institutions ne seront pas étudiées en tant que telles1.

  • 2 Lavabre Marie-Claire, Paradigmes de la mémoire, Conférence prononcée au musée du Quai Branly, nove (...)
  • 3 Bourdieu Pierre, « L’opinion publique n’existe pas », Les temps modernes, 318, janvier 1973, p. 12 (...)
  • 4 Blondiaux Loïc, La fabrique de l’opinion. Une histoire sociale des sondages, Paris, Seuil, 1998 ; (...)

4Il s’agit d’un folk-concept d’un type particulier puisqu’il est d’origine savante. Il s’agit d’une notion, d’un cadre d’analyse et désormais d’une réalité sociale, à l’instar de la mémoire, qui « appliquée au national, au collectif ou au social, a acquis un caractère d’évidence et est devenue une notion et une activité sociale, alors que Maurice Halbwachs écrivait dans l’entre-deux-guerres dans La mémoire collective, « On n’est pas encore habitué à parler de la mémoire d’un groupe, même par métaphore2 ». Comme l’opinion publique aussi, qui, comme l’on sait « n’existe pas3 » et pourtant est bel et bien là, on peut raconter l’histoire de l’objectivation4.

  • 5 Walzer Michael, « The Concept of Civil Society », dans Toward a Global Civil Society, Walzer Micha (...)

5On voudrait ici rouvrir quelques boîtes qui permettent d’aborder, à partir de cette notion, quelques questions plus générales qui pourraient être mobilisées pour nombre de vocables avec lesquels et sur lesquels nous bricolons, nous travaillons. N’oublions pas toutefois que ce terme appartient au vocabulaire politique cultivé, et comme le notait Michael Walzer « since the Scottish Enlightenment, or since Hegel, the words [civil society] have been known to the knowers of such things but they have rarely served to focus anyone else’s attention »5.

6On abordera d’abord l’équivalence des termes dans les diverses langues nationales, ensuite le problème de la définition, puis l’histoire de la notion et enfin la question des usages savants envisageables.

Comment dites-vous société civile ?

  • 6 Voir les travaux en cours d’E. Cheynis.

7Linguistiquement, le terme peut être référé à quatre situations différentes les unes des autres. D’abord on trouve, à une certaine origine du terme, la notion latine de societas civilis qui est traduite depuis longtemps par société civile ou civil society. Plus intéressant est le cas du turc, langue dans laquelle le mot sivil toplum est une création récente, sorte de placage occidentalisé. L’allemand connaît une autre spécificité puisque la Bürgerliche Gesellschaft, mot mobilisé au XIXe siècle et très délicat à rendre simplement en français, en tous les cas ni société bourgeoise ni société civile, est désormais doublé d’un terme moderne – Zivilgesellschaft - qui permet de ne pas rabattre les significations actuelles sur une configuration sociale et linguistique qui les décontextualiserait, et réciproquement. Une quatrième situation intéressante est celle de l’arabe tunisien ou égyptien dans lequel deux mots sont en concurrence pour approcher le référent civil society. Al mujtamà al-madami : le premier terme renvoie à société, et le second à la ville mais aussi au séculier. Al mujtamà al-ahli renvoie à la famille (ahl), au familial, au proche et au local6.

  • 7 Voir thèse d’E. Cheynis, 2008. Voir aussi Guilhot Nicolas, Democracy Makers, New-York, Columbia Un (...)

8En fait, par la double imposition linguistique et politique, par l’anglais comme langue universelle véhiculaire et les réseaux anglo-américains dominant le monde des ONG qui se sont appropriées le cœur de la définition, c’est le terme civil society qui est devenu le plus petit dénominateur commun et le plus grand réceptacle des multiples sens nationaux complexes du mot ou de la chose. Au Moyen-Orient, « le Norton », dirigé par Augustus Richard Norton, Civil Society in the Middle East, est devenu la référence en la matière7.

Faut-il des définitions ?

9On peut définir sociologiquement quatre postures, quatre stratégies de définition au regard des mots, notions, concepts au travers desquels nous nous exprimons. La plupart des mots avec lesquels nous travaillons sont des mots indigènes que nous utilisons avec ou sans guillemets. La société civile est de ceux-là et que nous l’utilisions avec précaution, entre guillemets, ou sans gêne aucune, sans guillemets, nous ne trouvons pas toujours nécessaire de la définir mollement ou strictement, même s’il s’agit d’un mot d’indigène savant au départ.

  • 8 Voir Healy Aisling, « Le gouvernement privé de l’action publique urbaine. Sociologie politique de (...)

10Dès lors, la seconde possibilité est d’endosser une définition d’acteurs, profane et/ou savant et de définir « au sens de ». C’est ce que fait l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin dans Pour une autre gouvernance ; signalons au passage que cet autre mot à la mode, est issu du français du XIIIe siècle, passé à l’anglais au XIVe avant de tomber en désuétude pour être réinventé récemment aux marges de l’économie d’entreprise, de la science politique et du « néo-libéralisme » thatchérien8. Pour J.-P. Raffarin,

  • 9 Raffarin Jean-Pierre, Pour une nouvelle gouvernance, Paris, L’Archipel, 2002, p. 107.

L’État n’a plus le monopole de l’intérêt général. La société civile au sens où l’entend Hegel, lorsqu’il prend acte de la coupure entre vie politique et vie civile consécutive à l’effondrement de l’Ancien Régime et à l’avènement de la société industrielle, est elle aussi dépositaire de l’intérêt général9.

11On pourra au contraire en revenir aux fondamentaux et réhabiliter Durkheim et ses leçons méthodologiques ouvrant justement Les règles de la méthode sociologique : « Il faut écarter systématiquement les pré-notions », « éviter l’empire des notions vulgaires pour tourner son attention vers les faits », il faut « définir les choses dont on traite, afin que l’on sache bien de quoi il est question », « ce qu’il faut, c’est constituer de toutes pièces des concepts nouveaux, appropriés aux besoins de la science et exprimés à l’aide d’une terminologie spéciale ». C’est au savant dans son laboratoire, au sociologue donc, de séparer ce que le vulgaire réunit et de réunir ce que le vulgaire sépare. Et cela peut prendre plusieurs pages d’explications comme en témoignent les introductions des ouvrages Les formes élémentaires de la vie religieuse, Le suicide ou Le socialisme.

  • 10 Voir Boltanski Luc, Les cadres : la formation d’un groupe social, Paris, Éditions de Minuit, 1982
  • 11 Voir Weisbein Julien, La société civile européenne à l’épreuve. Investissements de formes savants, (...)

12Cette pratique du sociologue-roi est encore largement utilisée même si sociologiquement elle a perdu de son autorité sur les rivages des constructivismes, tout en gardant ses vertus adamantines pour qui veut éviter les dérives essayistes. Il est plus à propos désormais de se référer soit à une position boltanskienne10 ou bourdieusienne, soit à une approche latourienne. Au premier sens, (Boltanski et Bourdieu réunis), le sociologue ne tranchera pas mais essayera de dresser la cartographie des producteurs (et des produits de leur concurrence) qui se livrent en divers champs à des luttes pour l’appropriation, pour l’occupation et pour l’usage légitime du vocable. Dans une perspective latourienne11, qui sur ce point n’est pas exclusive de la précédente, il convient de suivre les « épreuves » que l’entité subit, dans des montages institutionnels, des espaces lexicaux, des controverses….

Faire la socio-histoire du mot ?

13La première tendance naturelle que l’on trouve dans des travaux de théorie ou de philosophie politique est de pratiquer un travail de rétrospection fondé sur des débats normatifs permettant de repérer des « traditions », des « lignages », des « influences » : de la κοινονια πολιτικé aristotélicienne aux diverses définitions de l’espace public habermasien, cette approche permet de dérouler les divers usages de la chose et du mot, de manière décontextualisée, de saint Augustin aux Écossais, de Hegel et Marx à Gramsci, en passant par Tocqueville. Cet auto-engendrement renvoie à une pratique particulière du travail intellectuel : la construction itérative d’un monde intemporel et désocialisé.

  • 12 Bayard Pierre, Comment parler des livres qu’on n’a pas lus, Paris, Minuit, 2007.

14Ce qui est intéressant pour un sociologue c’est moins la « vérité » de telle ou telle de ces constructions, que les manières dont historiquement elles sont mobilisées, vulgarisées, instrumentalisées, comme autant de livres « qu’on n’a pas lus12 », sous forme de slogans ou de citations savantes dans les divers forums dans lesquels elles peuvent circuler, mais aussi sous formes de raccourcis doctrinaux, d’incitateurs de pratiques, d’infrastructures cognitives permettant de lire, de penser et d’agir sur le monde social. C’est finalement une version aplatie et consensuelle de Tocqueville qui aura triomphé petit à petit en France. Le mot apparaît très peu chez ce dernier mais c’est l’idée de « vie civile » comme norme valorisée qui cerne le « devoir-être » : comment les citoyens peuvent et doivent s’auto-organiser et auto-agir, face et contre l’État.

15En effet, le terme même de société civile est fort peu utilisé en France dans le monde savant, sauf de manière très différente chez de Bonald ou Roederer ; de plus, la philosophie allemande qui utilise la bürgerliche Gesellschaft est pendant très longtemps ignorée en France. Dans le langage courant de la fin du XIXe siècle, société civile s’oppose à société commerciale chez les juristes, à société religieuse ou à société militaire chez les hommes politiques.

  • 13 Colas Dominique, Le glaive et le fléau : Généalogie du fanatisme et de la société civile, Paris, G (...)

16Ce n’est que dans les années 1970 que le mot est véritablement introduit dans la langue d’intellectuels en recherche d’un contrepoint à l’étatisme quel qu’il soit. Chez les dissidents de l’Est, chez les critiques d’un marxisme stalinien revisité par la réinvention de Gramsci, dans la deuxième gauche française, « auto-gestionnaire », chez des libéraux annonçant le retournement de la conjoncture idéologique13.

17Cette reviviscence est ensuite attestée par de multiples travaux et colloques qui vont tenter de saisir la « vraie définition » de cette société dite civile. Les journalistes, essayistes et entrepreneurs de cause s’en empareront pour styliser une vraie rupture de vision, contre les diverses représentations, stigmatisées désormais, de la puissance étatique, voire de la profession politique, comme lorsque les premiers ministres, Michel Rocard en 1988 (voir Libération précité) et Jean-Pierre Raffarin en 2002, célèbrent l’entrée de « représentants de la société civile » (i.e. de non professionnels de la politique) dans leurs gouvernements. Désormais au plan national, transnational, international, le vocable fait partie d’une rhétorique qui a des effets certains sur le découpage des mondes possibles (le civil contre ou à côté de l’étatique ou du social) et qui est au principe des ingénieries démocratiques qui permettent de distinguer, sans qu’on puisse en donner de définition pérenne, quatre sociétés civiles : 1) la société civile tout court, sorte d’afféterie en forme de « daube » cosmétique, pour dire autrement société. 2) la société civile dite organisée, celle qui est labellisée comme telle dans les institutions qui en reconnaissent et en tracent l’existence : de l’Union européenne à l’ONU, du Conseil économique et social français aux partenaires cooptés des pays du Sud.

18Restent deux « outsiders », qui soit ne revendiquent pas nécessairement le label ; soit endossent celui de société civile contestataire, celle de militants peu soucieux de revendiquer une quelconque institutionnalisation ; et ceux qui souhaiteraient y prétendre mais sont désignés par les cooptateurs du Nord, non pas comme des NGOs fréquentables mais comme des GONGOs (Government Organized NGOs) présumés inféodés à leurs maîtres, gouvernements autoritaires, autorités religieuses ou réseaux de clientèles.

Que faire de la société civile ?

19On le voit, la tentation est grande d’utiliser un tel terme sans précaution ou à l’inverse de faire la fine bouche constructiviste, en se posant en géométral de multiples définitions et en comptant les points. La question, comme pour la mémoire, est de se demander qui s’en sert, quand, comment, avec quels effets et quels contours ? Si le mot est désormais connu (mais l’immense majorité des Français en ignore la signification, pour ne pas parler des significations), il peut, on l’a vu, s’être substitué de façon postiche à d’autres termes, corps intermédiaires, forces vives de la nation, représentation des intérêts, société, peuple…, mais la plupart du temps cette substitution n’est pas anodine et renvoie à un univers lexical et à un mode de représentation de la réalité qui s’objective et s’institutionnalise sous nos yeux.

20Quant à la querelle des historiens, ce mot progressivement durci n’est après tout qu’un cas typique de la tentation anachronique. Peut-on parler de « cadres supérieurs » sous la Révolution française, de « lobby » sous Louis XIV ou d’« ONG » à propos des premières ligues internationales des années 1850 ? Ou avec plus de prudence, mais pas moins d’anachronisme, parler de proto-, pré-, précurseurs ou ancêtres, pour désigner rétrospectivement la gésine invisible d’un phénomène innommé.

  • 14 Offerlé Michel, « Socio-histoire du vote », dans Dictionnaire du vote, Perrineau Pascal, Reynié Do (...)

21Rejetons la première objection, celle de la mobilisation d’un savoir sociohistorique. Les socio-historiens s’emparent de l’histoire en y faisant fonctionner des méthodes, des tours de main et des concepts qui ont été inventés, utilisés dans d’autres contextes14, mais avec une grande attention au vocabulaire et à la construction linguistique, politique et sociale des mots et des catégories permettant de penser le monde social.

  • 15 Boermeo Nancy, Nord Philip, (dir.), Civil Society before Democracy, Lanham, Rowman and Little fiel (...)

22Aussi peut-on avoir plusieurs façons de faire quant à l’usage du mot sur des réalités du XIXe siècle par exemple. Un concept donné comme intemporel peut voyager partout sans risque et le terme de société civile saura nous permettre de mieux voir, à la place des indigènes qui ne le percevaient pas, les autres contours d’une réalité qu’ils ne comprenaient pas. On rejoint là le vieux débat ayant opposé Labrousse et Mousnier, au colloque de Saint Cloud en 1965, au sujet de la société d’Ancien Régime, société d’ordres ou société de classes. On pourrait dès lors découpler le terme de son espace lexical (notamment État et démocratie) et considérer que la chose existait bien sans qu’elle soit nommée comme telle ; il y aurait une Civil Society before Democracy pour reprendre le titre d’un ouvrage dirigé par Nancy Bermeo et Philip Nord15. Cela permettrait aussi, dans le cas de la France, de réhabiliter par la magie de l’apposition d’un nouveau terme l’épaisseur sociétale face à l’État, de relire une histoire française qui ne peut plus être déclinée sur le mode de la « faiblesse des corps intermédiaires », pour reprendre l’expression de Pierre Rosanvallon.

23La seconde posture est plus souvent illustrée dans l’historiographie allemande (voir Jürgen Kocka) puisque le terme est déjà mobilisé dans les controverses intellectuelles et dans le vocabulaire politique de l’époque. Pour autant Bürgerlich n’est pas Zivil…

  • 16 Kumar Krishnan : « Civil Society : An inquiry into the Usefulness of an Historical term », British (...)
  • 17 Passeron Jean-Claude, « L'inflation des diplômes : remarques sur l'usage de quelques concepts anal (...)

24Ne faut-il pas plutôt, à la façon de Krishnan Kumar16, rejeter le mot, ou suivre les précautions de Jean-Claude Passeron quand il travaille sur la métaphore de l’inflation des diplômes17, comprendre ce que l’on voit mieux et comprendre ce que l’on ne voit plus, en jouant d’un anachronisme raisonné et heuristique, toujours présent en nous puisque l’on sait que l’histoire s’écrit au présent ? Lorsque le mot société civile vient sur le fil du clavier ou de la plume, prenons une pause, et voyons de quoi l’on se prive si on ne l’utilise pas, ce qu’il nous donne en plus, en faux ou vrai sens, et ce par quoi on pourrait le remplacer…

25Parfois, bien souvent, on s’apercevra que ce sont les mots même avec lesquels les hommes pensaient leur quotidien et leurs histoires que nous aurons oubliés, en cédant à ce présent dans lequel et par lequel nous écrivons.

Notas

1 D’après l’étude « Les sociétés civiles du Sud » citée par Eric Cheynis dans sa thèse sur la « Société civile » marocaine, Paris 1, 2008.

2 Lavabre Marie-Claire, Paradigmes de la mémoire, Conférence prononcée au musée du Quai Branly, novembre 2007.

3 Bourdieu Pierre, « L’opinion publique n’existe pas », Les temps modernes, 318, janvier 1973, p. 1292-1309.

4 Blondiaux Loïc, La fabrique de l’opinion. Une histoire sociale des sondages, Paris, Seuil, 1998 ; Karila-Cohen Pierre, L'état des esprits : l'invention de l'enquête politique en France, 1814-1848, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008.

5 Walzer Michael, « The Concept of Civil Society », dans Toward a Global Civil Society, Walzer Michael, Providence, Berghahn Books, 1998, p. 8.

6 Voir les travaux en cours d’E. Cheynis.

7 Voir thèse d’E. Cheynis, 2008. Voir aussi Guilhot Nicolas, Democracy Makers, New-York, Columbia University Press, 2005.

8 Voir Healy Aisling, « Le gouvernement privé de l’action publique urbaine. Sociologie politique de la “gouvernance métropolitaine” du Grand Lyon (Fin du 20e siècle) », thèse de Science Politique, université Lumière-Lyon II, 2007 ; Gaudin Jean-Pierre, Pourquoi la gouvernance, Paris, Presses de Sciences Po, 2002.

9 Raffarin Jean-Pierre, Pour une nouvelle gouvernance, Paris, L’Archipel, 2002, p. 107.

10 Voir Boltanski Luc, Les cadres : la formation d’un groupe social, Paris, Éditions de Minuit, 1982

11 Voir Weisbein Julien, La société civile européenne à l’épreuve. Investissements de formes savants, administratifs et militants, communication pour le colloque du LASAP, La Rochelle 13-14/11/2006.

12 Bayard Pierre, Comment parler des livres qu’on n’a pas lus, Paris, Minuit, 2007.

13 Colas Dominique, Le glaive et le fléau : Généalogie du fanatisme et de la société civile, Paris, Grasset, 1992 ; Offerlé Michel, La société civile en question-Problèmes politiques et sociaux, Paris, La Documentation Française, 2003. Voir aussi le désormais classique Cohen Jean L., Arato Andrew, Civil Society and Political Theory, Cambridge, MIT Press, 1991.

14 Offerlé Michel, « Socio-histoire du vote », dans Dictionnaire du vote, Perrineau Pascal, Reynié Dominique (dir.), Paris, PUF, 2001 ; Noiriel Gérard, Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, 2005.

15 Boermeo Nancy, Nord Philip, (dir.), Civil Society before Democracy, Lanham, Rowman and Little field, 2000.

16 Kumar Krishnan : « Civil Society : An inquiry into the Usefulness of an Historical term », British Journal of Sociology, vol. 44, no 3, 1993.

17 Passeron Jean-Claude, « L'inflation des diplômes : remarques sur l'usage de quelques concepts analogiques en sociologie », Revue Française de Sociologie, no 23, 1982.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540