Version classiqueVersion mobile

La société civile organisée aux xixe et xxe siècles : perspectives allemandes et françaises

 | 
Jay Rowell
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Introductions

De l’idéal-type de société civile à la société civile incarnée : pour une approche empirique et plurielle

Jay Rowell et Anne-Marie Saint-Gille

Texte intégral

1La société civile est un concept qui a émergé – ou plutôt réémergé – de façon spectaculaire depuis sa « redécouverte » par les milieux oppositionnels de l’Europe centrale dans les années 1970. Depuis les années 1980, cette notion plurivoque et pluridimensionnelle a été reprise de manière intensive dans les démocraties occidentales et peut-être surtout dans les organisations supranationales en quête d’une légitimation démocratique. Irriguant un ensemble de champs sociaux et politiques, déployée aussi bien par les gouvernants, les organisations non gouvernementales et les observateurs et commentateurs des évolutions sociales (journalistes, experts, chercheurs, intellectuels…), la thématique de la société civile s’est développée en même temps que d’autres termes visant à rendre compte de l’imposition de nouvelles normes d’action et de nouvelles pratiques de régulation politique, économique et sociale. Ainsi, la « gouvernance », l’importance accordée aux ONG ou au « troisième secteur », la contractualisation, l’exigence de la transparence, l’insistance sur les procédures et l’inclusion de l’ensemble des acteurs publics témoignent de l’émergence d’un nouveau lexique pour rendre compte d’un réagencement de la relation entre l’État, la société, l’économie et la citoyenneté, que ce soit à l’échelle locale, régionale, nationale ou internationale.

  • 1 Habermas Jürgen, L’espace public, Paris, Payot, 1995 [1962].
  • 2 Hirschman Albert O., Les passions et les intérêts, Paris, PUF, 2001 [1977].
  • 3 Habermas Jürgen, Droit et Démocratie. Entre faits et normes, Paris, Gallimard, 1997, p. 394.
  • 4 Voir le recueil de textes commentés par Michel Offerlé, La société civile en question. Présentation (...)

2La société civile, telle qu’elle a été théorisée au XVIIIe siècle, désigne un espace intermédiaire entre l’individu et l’autorité politique susceptible de donner corps à une modernité politique comme alternative à l’absolutisme. Cet espace autonome était adossé à la construction de l’individu comme porteur d’un ensemble de droits : respect du privé, de la liberté d’entreprendre et de la pluralité des opinions. Il est ainsi porteur de l’utopie d’un monde social pacifié dont le fondement est double : elle s’appuie, d’une part, sur la confrontation libre, rationnelle et publique des opinions dans ce que Jürgen Habermas a nommé l’espace public1 et vise, d’autre part, à une pacification des mœurs liée à la poursuite des intérêts économiques2. La constitution de cet espace autonome repose sur la responsabilité individuelle et l’auto-organisation des relations sociales en marge de l’État. C’est cette dimension qui a été reprise par les intellectuels dissidents des pays de l’Est dans les années 1970 et 1980, avant d’être mobilisée, au sein des démocraties parlementaires, par les organisations supranationales et par les très nombreuses organisations non gouvernementales en quête d’une définition théorique de leur rôle dans la cité. De nos jours, la valorisation des dimensions délibérative et participative a par ailleurs conduit à exclure les acteurs économiques du périmètre de la société civile, ce qui est contraire aux théories initiales qui la définirent au XVIIIe siècle3. Centrées autour d’une critique de l’État bureaucratique et du capitalisme mondialisé, la plupart des acceptions contemporaines de la société civile excluent ainsi les syndicats de salariés, les organisations patronales, les partis ou les clubs politiques, des acteurs collectifs la composant4.

3Le renouveau de la thématique de la société civile n’est donc pas seulement d’ordre intellectuel. S’il sert à décrire et à analyser des transformations en cours, il est aussi politique et normatif et contient une forte dimension critique, bien visible lorsque le terme est utilisé comme levier critique contre le socialisme d’État. Mais les oppositions dichotomiques qu’il véhicule ont aussi fourni un outillage conceptuel apte à critiquer les « maux » dont souffrirait l’État providence, la démocratie représentative et une bureaucratie étatique, accusés d’étouffer les valeurs implicitement prônées par la société civile : l’esprit d’entreprise, l’initiative citoyenne et l’épanouissement de l’individu. L’État providence, bienveillant mais autoritaire, apparaît ainsi comme un carcan. Dans un contexte de mondialisation de l’économie où les arguments de pluralité, de flexibilité et de mobilité alimentent la critique des institutions traditionnelles, le concept de société civile fait valoir une légitimité fondée sur la pluralité, l’auto-organisation et l’égale participation de tous plutôt que sur la représentation et la délégation.

4Devenue omniprésente et incontournable, la notion de société civile désigne à la fois un objet, des citoyens et des groupes bénéficiant d’une autonomie vis-à-vis de l’État et des forces du marché et correspond, à la frontière entre espace privé et espace public, à un système de valeurs à la connotation positive, comprenant notamment la civilité, la non-violence ou la participation. L’usage immodéré qui en a été fait a réduit ce concept à une sorte de lieu commun, un mot-valise commode, qui désigne une gamme très large de réalités, de pratiques et de normes.

  • 5 Hacking Ian, The Social Construction of What ?, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 2000.

5Cette plasticité et cette ambivalence posent un double défi aux sciences sociales et humaines. Il convient en effet tout d’abord de comprendre les ressorts et les enjeux de cette réinvention de la société civile dans le contexte contemporain et de la pluralité des usages qu’elle autorise. Le deuxième défi, plus épineux, consiste à poser la question de l’usage de la société civile dans les sciences sociales et humaines. Deux problèmes peuvent notamment être soulignés. Premièrement, la forte charge normative du terme « société civile » rend incertain la construction d’un objet d’étude respectant l’exigence de neutralité axiologique. Deuxièmement, il est toujours problématique d’utiliser, dans une logique de recherche de sciences sociales et humaines, la même terminologie et les mêmes catégories d’analyse que les acteurs qui font l’objet de l’étude. On se souviendra en effet que Ian Hacking5 a signalé l’importance de la capacité de réflexion des acteurs individuels et collectifs et la circulation des terminologies entre les sciences sociales et le monde social. Cette circulation produit des interférences permanentes entre le champ social (censé rester l’objet d’étude) et les sciences sociales (investies de la tâche d’analyse) qu’il est difficile de démêler. Ainsi, la rupture avec le sens commun est la condition de l’indispensable autonomie du champ académique, au sein duquel la mise à distance critique doit régner, et cette autonomie doit également être perceptible dans le lexique utilisé.

  • 6 Cohen Jean, Arato Andrew, Civil Society and Political Theory, Cambridge, Mass, MIT Press, 1992 ; Ha (...)
  • 7 Kocka Jürgen, « Civil society from a historical perspective », European Review, vol. 12, no 1, p. 6 (...)
  • 8 Sur cette question, voir Rowell Jay, Zimmermann Bénédicte, « Grammaire de la société civile et réfo (...)

6Face à ces deux défis, le réflexe le plus commun dans la recherche a été de tenter de circonscrire la notion en élaborant des définitions. Une littérature abondante existe sur le sujet qui permet d’identifier deux types de définition. Le premier vise à circonscrire la société civile dans l’espace politique et social en la considérant, dans la tradition de Smith et de Fergusson, comme un espace autonome et opposé à l’État, à l’économie marchande et à la sphère privée6. L’autre type de définition se centre davantage sur les valeurs et normes qui guident les pratiques propres à la société civile. Ainsi, pour Jürgen Kocka, l’engagement dans la société civile correspondrait à une manière spécifique d’agir socialement, à un mode d’action fondé sur le refus de la violence, la reconnaissance d’autrui par des échanges d’arguments rationnels et à une importance particulière accordée à l’auto-organisation7. Si ces tentatives de définition ont le mérite d’opérer une clarification de la terminologie, elles présentent également un certain nombre d’inconvénients. En premier lieu, elles procèdent selon la même logique binaire que les usages non savants et définissent aussi la société civile ex negativo, en désignant ses antonymes : l’État, l’économie, le privé, la violence, la dépendance, les rapports de force. Plaçant l’observateur dans une position en surplomb, elles contribuent bien souvent à porter sur les organisations étudiées un jugement, en leur assignant (ou non) une place dans cet espace dit de la société civile en s’appuyant sur une définition construite au préalable. Ainsi, si la Mafia ou le crime organisé constituent des espaces d’action intermédiaire et autonome selon une définition positionnelle, elles ne remplissent pas les conditions voulues de civilité et de non-violence. Les mêmes problèmes se posent pour les organisations ou acteurs qui revendiquent le label de la société civile, mais dont les pratiques ou la proximité avec le pouvoir politique (GONGO’s) ou économiques (Fondations) sont en décalage avec les définitions ayant une prétention universelle. Cette approche par les définitions court ainsi le risque de se limiter à un jeu souvent stérile de désignation d’organisations ou de logiques d’action qui relèveraient ou non de la société civile et de relever de l’anachronisme historique lorsqu’elle saisit à travers le prisme de la société civile des acteurs et des pratiques qui se pensent à partir d’autres catégories8.

7Pour ces raisons, les contributions réunies dans ce volume ne partent pas d’une définition ou d’un idéal-type préalable, essentialiste et normatif. Laissant de côté certains débats, souvent stériles, sur la « bonne » définition du terme de « société civile », nous avons tenté ici d’explorer la fécondité de cette notion en l’abordant dans ses dimensions historique, comparative et surtout empirique. Sans jamais enfermer l’objet analysé dans cet ouvrage dans une catégorie de pratiques ou de normes, les différentes parties de ce livre explorent la « société civile » comme un espace de tensions et d’interactions entre l’État et l’économie ou des organisations telles que l’Église (ou les associations ecclésiastiques), les partis politiques ; en incluant des instances qui ne sont pas a priori pensées avec cette notion.

8En accordant une attention particulière à la dimension organisée de l’espace social « intermédiaire », c’est-à-dire au monde associatif, aux groupes d’intérêts économiques et aux organisations politiques ou à fondement religieux, les différents contributeurs de ce volume collectif ont voulu cerner les limites de l’autonomie des organisations étudiées, mais aussi mettre au jour les logiques d’action et les motivations des individus qui la composent. La forte dimension historique des études rassemblées ici permet, de surcroît, d’historiciser la notion et d’analyser les conditions sociales et politiques favorables ou non à l’émergence des répertoires d’action et d’organisation que l’on peut réunir, de manière intuitive, sous la désignation commune de « société civile organisée ». Ce recours à l’historicité des idées et des pratiques nous rappelle que cette notion n’est pas une nouveauté et que sa redécouverte contemporaine procède, au moins en partie, de la réouverture de la boîte noire de la fabrique collective, refermée pour un temps sur les solutions trouvées dans le cadre de l’État providence.

9C’est à ce titre que la perspective comparative déploie toute sa puissance pour éclairer les enjeux de la société civile en assurant les conditions d’une double distanciation critique. Le recul historique et la mise à distance du point de vue national se révèlent d’une belle fécondité et permettent de contourner les pièges du nominalisme, de la normativité et les risques d’une perception spontanée et trompeuse de réalités à la fois complexes et en cours d’évolution.

10L’objectif de ce volume consiste ainsi à la fois à recenser les pratiques, catégories et institutions qui se sont déployées dans les zones de tension entre l’État, le marché et la sphère privée afin d’en comprendre les évolutions sociales, politiques et culturelles. La dimension comparative n’implique pas, bien entendu, la mise en regard de deux modèles nationaux qu’il s’agirait de mesurer. Les études réunies ici, issues de deux aires politico-culturelles différentes, observées jusque dans leur recoupement et leur éventuelle porosité, nourrissent une analyse à forte dimension historique, et donc relativisante, apte à rendre compte de l’évolution des acteurs, des contenus et des variantes conceptuelles de la « société civile organisée » selon les contextes socio-historiques ou nationaux mobilisés.

11Dans les premiers chapitres de l’ouvrage, l’analyse vise à explorer les évolutions historiques et socio-historiques des contenus de termes-clés liés à la société civile en France et en Allemagne. Ces contributions permettent ainsi de mieux comprendre les usages de ces terminologies qui gravitent autour de l’espace sémantique de la société civile ; elles reconstituent la circulation des termes entre des espaces de production de discours (espaces savants, politiques, journalistiques…) et visent à mieux cerner la capacité réelle de ces usages à transformer – ou non – les pratiques, les institutions et les rapports de domination. Elles fournissent ainsi quelques éléments constitutifs d’une histoire des contenus et des usages des concepts liés à la « société civile organisée ».

 

12Les transformations des modes d’organisation et des espaces de représentation du monde économique et du monde du travail ainsi que celles affectant les organismes conçus comme des alternatives aux logiques économiques dominantes, à l’exemple des coopératives, l’économie sociale et solidaire et les fonctions économiques assumées par le monde associatif font l’objet d’analyses dans la deuxième partie du livre. Ces chapitres rendent compte des relations complexes entre le monde économique et le monde du travail d’un côté, et les pouvoirs publics de l’autre, en rappelant qu’au moment de l’émergence de la notion de « société civile » à la fin du XVIIIe siècle, la sphère économique fut précisément pensée comme partie intégrante d’une société civile construite par opposition à l’État.

 

13La troisième section est consacrée à l’analyse des pratiques et des usages de la société civile. Les contributions étudient la portée, mais aussi les tensions liées aux usages et pratiques associés à la société civile par des groupes organisés pour revendiquer une cause ou pour contester la légitimité de l’ordre établi. Si les répertoires d’action de la société civile constituent des puissants leviers critiques (mobilisation du droit, revendication d’une autonomie en dehors des normes étatiques, revendication d’une émancipation individuelle ou sociale), l’analyse empirique des pratiques et des usages présentées dans cette partie permet d’identifier la manière dont cette critique (discursive ou inscrite dans les pratiques) doit composer avec l’ordre établi et la puissance de ses normes et de ses institutions. À quelles conditions et dans quels contextes ces espaces et mouvements sociaux « alternatifs » à visée émancipatrice et à forte charge critique parviennent-ils à se pérenniser et à échapper à leur routinisation, à leur banalisation et à la « récupération » ou à la réintégration dans l’ordre social et politique existant ?

14Les relations entretenues par les associations qui participent au débat public et les groupes d’intérêt avec les partis politiques et les pouvoirs publics font également l’objet d’études de cas dans une quatrième partie du livre. Les textes s’attachent notamment à montrer dans quelle mesure ces associations sont des vecteurs de changement politique. L’étude de leurs liens avec les institutions partisanes et l’analyse des pratiques visant à consolider et à faire valoir leur représentativité ou bien à se positionner comme forme d’organisation alternative permet de mieux saisir la reconfiguration des relations entre les champs politique et social. Au lieu d’opposer le politique et ses déclinaisons organisationnelles d’un côté et une autonomie supposée du champ social, l’étude des répertoires d’action et les représentations du monde associatif, constitué des proto-partis, clubs et mouvements liés aux partis, montre l’enchevêtrement des pratiques et des valeurs que les définitions binaires de la société civile ont du mal à saisir.

15Afin d’apporter des éléments de réponse à la question de l’autonomie du monde associatif, souvent revendiquée, mais quasi impossible dans la réalité politique sociale et politique à réaliser, les contributions réunies dans la cinquième section sont centrées sur des organisations qui se donnent à voir comme apolitiques et non économiques, à l’exemple des associations culturelles, sportives, ou cultuelles. En étudiant les processus d'institutionnalisation, les législations sur les associations, les modes de financement, les formes multiples d’engagement politique des militants associatifs et le contexte politique et historique, les travaux empiriques rendent visibles les interactions intenses avec les pouvoirs publics et les sphères économiques. Ainsi, au lieu d’opposer discours d’autonomie et pratiques plus ambiguës, le parti pris a consisté à analyser la tension induite par un positionnement officiel insistant sur l’autonomie et l’intensité des échanges avec les sphères économiques et politico-administratives dans les pratiques.

  • 9 Ibid.

16L’approche comparative des cas allemand et français, qui relèvent de traditions étatiques différentes, a permis d’interroger « l’esprit associatif » dans lequel on a pu voir une forme de résistance à la « culture politique de la généralité » que peut représenter la tradition jacobine en France, par opposition aux structures fédérales caractéristiques de la construction de l’État dans les différentes époques de l’histoire de l’Allemagne et des pays germanophones. Si l’histoire de la construction étatique en France et en Allemagne produit des systèmes de contraintes et d’interaction spécifiques, l’attention portée aux pratiques situées dans le temps et l’espace aboutit à nuancer une analyse somme toute culturaliste d’un État omniprésent en France s’appuyant uniquement sur la loi Le Chapelier9 et d’un État certes autoritaire, mais qui aurait octroyé un espace à l’expression vivante du mouvement associatif et autorisé des formes d’auto-organisation de la société en Allemagne ou en Autriche. Ainsi, la comparaison historique de deux contextes nationaux débouche-t-elle sur la mise à distance des définitions essentialistes, culturalistes et statiques pour s’attacher à l’analyse des transformations des pratiques, des formes d’organisation et des catégories de perception qui structurent la société civile organisée.

Notes

1 Habermas Jürgen, L’espace public, Paris, Payot, 1995 [1962].

2 Hirschman Albert O., Les passions et les intérêts, Paris, PUF, 2001 [1977].

3 Habermas Jürgen, Droit et Démocratie. Entre faits et normes, Paris, Gallimard, 1997, p. 394.

4 Voir le recueil de textes commentés par Michel Offerlé, La société civile en question. Présentation et commentaire de textes, Paris, La Documentation française, 2003.

5 Hacking Ian, The Social Construction of What ?, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 2000.

6 Cohen Jean, Arato Andrew, Civil Society and Political Theory, Cambridge, Mass, MIT Press, 1992 ; Habermas Jürgen, Droit et démocratie. Entre faits et normes, Paris, Gallimard, 1997.

7 Kocka Jürgen, « Civil society from a historical perspective », European Review, vol. 12, no 1, p. 65-79.

8 Sur cette question, voir Rowell Jay, Zimmermann Bénédicte, « Grammaire de la société civile et réforme sociale en Allemagne », Critique internationale, no 35, avril-mai 2007, p. 149-171.

9 Ibid.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search