Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé des populations civiles et militaires

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Bio-bibliographies des contributeurs

Texte intégral

Emmanuel Pénicaut

1Archiviste-paléographe, conservateur du patrimoine au Service historique de la Défense, Emmanuel Pénicaut a consacré sa thèse à Michel Chamillart, ministre et secrétaire d’État de la Guerre. Il a publié, seul ou en collaboration, différents ouvrages et articles relatifs à l’histoire institutionnelle et militaire de la période moderne et contemporaine, parmi lesquels Le château de Vincennes. Une histoire militaire, Paris, DMPA/SHD éditions, 2008, et Les hôtels de la Guerre et des Affaires étrangères à Versailles, Paris, éditions Nicolas Chaudun, 2010.

Joël Coste

2Joël Coste est professeur des universités-praticien hospitalier de biostatistique et d’épidémiologie à l’université Paris Descartes et directeur d’études d’histoire de la médecine à l’école Pratique des Hautes études (Section des Sciences Historiques et Philologiques). Ses travaux historiques portent sur l’histoire des maladies, des malades et des praticiens à l’époque moderne. Il a notamment publié Le raisonnement médical. De la science à la pratique clinique, Paris, éditions ESTEM, 2001 (avec Jean-Baptiste Paolaggi) ; La littérature des erreurs populaires, une ethnographie médicale à l’époque moderne, Paris, Champion, 2002 et Représentations et comportements en temps d’épidémie dans la littérature imprimée de peste (1490-1725) : contribution à l’histoire culturelle de la peste en France à l’époque moderne, Paris, Honoré Champion, 2007.

Élisabeth Belmas

3Élisabeth Belmas est professeur d’histoire moderne à l’université Paris 13, membre du CRESC ; elle est coordinatrice du thème « Construction et diffusion des savoirs médicaux », Axe « Santé, Société », à la MSH Paris-Nord. Elle enseigne également dans le master européen « Santé, Population, Politiques sociales », co-habilité EHESS-Paris 13. Elle travaille à la fois sur l’histoire du jeu dans la société française moderne (É. Belmas, S. Craipeau, J.-P. Martignoni, « Jeu(x) », Dictionnaire d’Histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, PUF, 2010 ; É. Belmas, « Grandeur et décadence de la courte paume en France (XVIe-XVIIe siècles) », dans p. Clastres et p. Dietsky (éds), Paume et tennis en France (XVe-XXe siècle), Paris, Nouveau Monde éditions, 2009 ; É. Belmas, « De la théorie à la pratique : les difficultés d’exercice d’une police des jeux dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècles) », dans F. Durand et M. Fèvre (éds), Jeux de hasard et Société, Paris, L’Harmattan, coll. « Droit de la Sécurité et de la Défense », 2008 ; É. Belmas, Jouer autrefois. Essai sur le jeu dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Seyssel, Champ Vallon, 2006) et sur l’histoire de la santé, en particulier les maladies professionnelles (é. Belmas et M.-J. Michel (éds), Corps, santé, société, Paris, Nolin, 2005 ; « L’infirmerie de l’Hôtel royal des Invalides : hôpital modèle, modèle d’hôpital ? », dans G. Comascini et G. Vigarello (éds), Morte, medecina e società in epoca moderna e contemporanea, Turin, Fondazione Ariodante Fabretti, 2008 ; É. Belmas, « Une institution au service des militaires blessés et estropiés aux XVIIe et XVIIIe siècles : l’Hôtel royal des Invalides », dans F. Collard et É. Samama (éds), L’aveugle, l’estropié et le paralytique. Penser et surmonter le handicap, Antiquité, Moyen âge, Ancien Régime, Paris, L’Harmattan, 2010).

Michel Sardet

4Ancien médecin de la marine, ancien médecin des hôpitaux des Armées, docteur en Histoire (thèse soutenue à Paris IV-Sorbonne en 1997 sur un sujet de démographie historique). Se consacre ensuite à l’histoire de la médecine navale, en particulier à celle de Rochefort. A publié plusieurs articles dans différentes revues et prononcé des conférences en particulier à la Société française d’Histoire Maritime dont il est membre depuis plusieurs années. Membre aussi de la Société de Géographie de Paris. A publié une dizaine d’ouvrages parmi lesquels : La petite noblesse ardennaise. Approche socio-démographique (1650-1789), Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 1998 ; Médecins et pharmaciens de la marine à Rochefort au XIXe siècle, un apport scientifique majeur, Paris, éditions Pharmathèmes, 2005 ; Naturalistes et explorateurs du Service de santé de la marine au XIXe siècle, Paris, éditions Pharmathèmes, 2007 (récompensé par quatre prix littéraires).

Claire Fredj

5Diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris et agrégée d’histoire, Claire Fredj est maître de conférences à l’université de Paris-Ouest Nanterre La Défense. Elle a soutenu en 2006 une thèse intitulée Médecins en campagne, médecine des lointains. Le Service de santé des armées dans les campagnes du Second Empire (Crimée, Chine-Cochinchine, Mexique), préparée sous la direction de Daniel Nordman. En collaboration avec Manuel Charpy, elle a publié en 2003 Lettres du Mexique. Itinéraires du zouave Augustin-Louis Frélaut (1862-1867), édition commentée d’une correspondance inédite, Éditions Nicolas Philippe. Elle est aussi l’auteur d’une Histoire sociale du XIXe siècle, Paris, Hachette, coll. « Crescendo », 2001 et de La France au XIXe siècle, Paris, PUF, 2009. Elle poursuit actuellement ses travaux sur le monde médical en Algérie à l’époque coloniale.

Bertrand Taithe

6Professeur d’histoire à l’université de Manchester, il dirige the Humanitarian and Conflict Response Institut, e un centre de recherche interdisciplinaire humanité et médecine sur l’humanitaire et se pratiques (www.hcri.ac.uk). Il est l’auteur de plusieurs livres sur la médecine et la guerre : Defeated Flesh, Manchester, Manchester University Press, 1999 ; Citizenship and War, Londres/New York, Routledge, 2001 ; The Killer Trail, Oxford/New York, Oxford University Press, 2009 ainsi que d’articles sur l’Algérie du Second Empire.

Gersende Piernas

7Chargée d’études documentaires aux Archives nationales du monde du travail à Roubaix, elle est responsable des programmes de numérisation et des archives d’entreprises et du mouvement sportif. Archiviste, elle a auparavant exercé dans d’autres administrations publiques. Elle est diplômée en histoire des techniques (CNAM-Paris) et en histoire de la médecine et de la santé (Paris IV-Sorbonne).

Jean-Jacques Arzalier

8Anesthésiste-réanimateur, chef du service d’aide médicale urgente du Var (SAMU 83 Toulon), Jean-Jacques Arzalier est médecin-en-chef (CR) du Service de santé des armées, membre de la Commission française d’histoire militaire (France) et de la Society for Military History (USA). Il est titutalire d’un DEA d’Histoire militaire, sécurité et défense sur Les pertes de guerre et leurs conséquences sur le facteur humain, le cas français 1792-1991, Aix-en-Provence, Institut d’études politiques, 1992. Il a publié « Diên Biên Phu : les pertes militaires », dans Pierre Journoud et Hugues Tertrais (éds), 1954-2004, la bataille de Diên Biên Phu, entre histoire et mémoire, p. 147-168, Paris, Publications de la Société française d’histoire d’outre-mer, 2004 ainsi que « L’évaluation du Service de santé des armées au moyen de l’étude des pertes », dans Philippe Richardot (éd.), Le Service de santé entre guerre et paix, Paris, Economica, 2003, p. 19-48, et « La campagne de mai-juin 1940. Les pertes ? », dans Christine Levisse-Touzé (éd.), La campagne de 1940, Paris, Tallandier, 2001, p. 427-447.

Stanis Perez

9Docteur de l’EHESS, chargé de cours à l’université Paris 13, chercheur associé au CRESC, membre de la Société internationale d’histoire de la médecine, spécialiste du Grand Siècle (histoire du corps, de la santé, des représentations et des pratiques politiques, biohistoire du personnel politique, biohistoire médicale). Principaux travaux : Journal de santé de Louis XIV, Grenoble, Millon, 2004 ; La Mort des rois, Grenoble, Millon, 2006 ; La Santé de Louis XIV. Une biohistoire du roi-Soleil, Seyssel, Champ Vallon, 2007. Recherches en cours : médecine et justice dans la France moderne, Charles Quint et le temps, histoire de la virilité (Louis XIV), médecins et pouvoirs dans la France moderne.

Isabelle Robin-Romero

10Maître de conférence à l’université Paris-Sorbonne, est l’auteur d’un ouvrage paru en 2007 aux PUPS, Les Orphelins de Paris, enfants et assistance aux XVIe-XVIIIe siècles. Ses recherches portent sur l’histoire des enfants et l’histoire sociale de la médecine.

Claire Barillé

11Claire Barillé est professeur agrégé d’histoire contemporaine. Elle a soutenu en 2007 une thèse d’histoire à l’université de Paris-Ouest Nanterre La Défense intitulée Soigner et guérir. Des hôpitaux pour les travailleurs parisiens au XIXe siècle qui devrait paraître très prochainement et a co-dirigé avec Francis Démier un ouvrage sur les hôpitaux de l’Assistance publique du XVIIIe au XXe siècle. Les maux et les soins. Médecins et malades dans les hôpitaux parisiens au XIXe siècle, Paris, AAVP, 2007. Elle travaille actuellement sur des domaines de recherches en lien avec l’histoire de la santé qui concernent la vieillesse et les risques du travail industriel. Elle enseigne comme chargée de conférences à Scienes Po Paris et est rattachée à l’IDHE-UMR 3533 du CNRS.

Chiara Devoti

12Architecte, spécialiste en « Histoire, analyse et évaluation du patrimoine culturel », autant que docteur en histoire (PhD). Elle est chargée de cours et de recherche au Polytechique de Turin. Ses travaux portent sur le domaine patrimonial, notamment celui de l’ancien duché d’Aoste. Au sujet de l’assistance hospitalière elle a publié maints articles parmi lesquels « Entre charité, santé et architecture : les enjeux d’un hôpital frontalier. Aoste du Moyen âge au XVIIIe siècle » dans les actes du colloque L’hôpital entre religions et laïcité (dirigé par J. Lalouette, É. Belmas, M.-J. Michel et S. Nonnis-Vigilante), Paris, 2006, p. 223-237 tandis que son livre (avec Monica Naretto) Ordine e sanità. Gli ospedali mauriziani tra XVIII e XX secolo : storia e tutela est sera prochainement publié.

Serenella Nonnis-Vigilante

13Serenalla Nonnis-Vigilante est maître de conférences associé en Histoire Contemporaine à l’université Paris 13, enseignante dans le Master européen « Santé, Population, Politiques sociales » co-habilité EHESS-Paris 13, professeur sous contrat au Polytechnique de Turin (Italie). Après avoir travaillé sur les sociétés rurales entre le XIXe et XXe siècle (Terra Famiglia Comunità in Piemonte. Vauda di Front 1860-1928, Torino, Comitato di Torino dell’Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano, 1991), elle a dirigé ses recherches sur la construction des politiques de santé publique ainsi que sur les politiques mortuaires, avec un regard comparatif France-Italie. Elle dirige ou participe à des projets de recherche soutenus par la MSH Paris-Nord et par l’ANR. Elle a participé à plusieurs ouvrages collectifs, parmi lesquels : A. Comba, E. Mana, S. Nonnis-Vigilante, La morte laica. Storia della cremazione Torino (1880-1920), Turin, Paravia, 1998 ; « Idéologie sanitaire et projet politique. Les congrès internationaux d’hygiène de Bruxelles, Paris et Turin (1876-1880) », dans P. Bourdelais (éd.), Les Hygiènistes. Enjeux, outils et pratiques, Paris, Belin, 2001 ; « Le curé dans la ville, novateur malgré lui : Italie, XIXe-XXe siècles », dans P. Bourdelais et O. Faure (éds), Les Nouvelles Pratiques de santé (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Belin, 2005 ; « Les intolérables des politiques mortuaires modernes. Le corps mort entre religion et hygiène, en France et en Italie XVIIIe-XXIe siècles », dans D. Fassin et P. Bourdelais (éds), Les Constructions de l’intolérable. Études d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, Paris, La Découverte, 2005 ; « La construction sociale du malade contagieux. XIXe-XXe siècle », dans É. Belmas et Marie-J. Michel (éds), Corps, santé, société, Paris, Nolin, 2005 ; « L’hôpital laïque : histoire d’un compromis politique, scientifique et culturel : Turin XIXe-XXe siècles », dans J. Lalouette (éd.), L’Hôpital entre religions et laïcité, Paris, Letouzey, 2006 ; « Entre normes et pratiques : la mort apparente et les inhumations précipitées. XIXe-XXe siècles », dans G. Cosmacini et G. Vigarello (éds), Il medico di fronte alla morte (secoli XVI-XXI), Milan, Mondatori, 2008. à paraître en 2010 : « La réinvention de l’hygiène », dans G. Vigarello et D. Sicard (éds), Aux origines de la médecine, Paris, Fayard ; « Hospitalised children : their frailties and illtreatment in XIXth and early XXth century France », dans P. Bourdelais et J. Chircop (eds), Vulnerability, Social Inequality and Health.

Olivier Faure

14Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lyon, spécialiste d’histoire de la santé. Parmi ses publications récentes les plus importantes Les Nouvelles Pratiques de santé, Paris, Belin, 2005 (en codirection avec P. Bourdelais) ; La Mutualité de la Loire face aux défis : enracinement local et enjeux nationaux, Saint-étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2005 (avec D. Dessertine et D. Nourrisson) ; Religion et enfermements XVIIe-XIXe siècles (en codirection avec B. Delpal) et plusieurs articles ou contributions sur les hôpitaux, le thermalisme, l’homéopathie, la pharmacie, l’hospitalisation privée.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540